Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 • Piste de danse N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 29 Déc - 22:15

Hanabi accepta ce qu'il avait pris au buffet, ce qui le rassura. Elle ne devait pas détester le jus de banane et encore moins les brownies... Puis même, qui détestait le chocolat? Du moins, c'était la question qu'on se posait lorsqu'on voulait faire un cadeau à un ami mais qu'on ne savait pas quoi lui prendre si ce n'était une boîte de chocolats. Wolodymyr soupira doucement, quelque peu rassuré, avant de s'asseoir à côté de la demoiselle. Il ne savait pas vraiment comment lui engager la conversation, si ce n'était que de s'excuser de nouveau pour l'agissement de son familier qui allait récupérer toutes les chaussures lancées comme le lui avait ordonné son invocateur. Peut-être devait-il lui dire de se reposer encore, de discuter un peu de leurs goûts ou quelque sujet dans ce genre pour pouvoir entamer une véritable conversation. Mais le soucis était la manière de commencer le partage entre eux. Buvant un peu de son nectar, l'ukrainien réfléchissait à la façon de faire lorsque la fraise masquée se mis aussitôt à lui poser une question. La regardant une nouvelle fois, il ne pu s'empêcher de sourire légèrement : le dialogue commençait tout juste, grâce à la demoiselle aux cheveux de neige. Réfléchissant un peu pour ne pas dire de sottises, il répondit :

"Je crois que... Que je les aime tous... Brotherhood m'a légèrement déçu car il m'a semblé bien vide... et Black Flag... Il y a trop de navigation... Puis on apprend que Desmond est mort alors que je l'appréciais... Mais je crois que je les aime tous autant les uns que les autres...."

Tiens, c'était la première qu'il parlait autant sans pour autant discuter de danse qui était sa passion. Peut-être était-il plus fan de cette série de jeux vidéos sans s'en être rendu compte ou tout simplement était-il bien à l'aise avec l'hybride? Il l'ignorait et la seule chose qu'il savait était qu'il avait envie de rester auprès d'elle toute la soirée. D'ailleurs, il n'était pas contre l'idée qu'ils pourraient se revoir après le bal et rester en contact avec la jeune fille à qui il répondit à la deuxième question:

"Disons que pour les Templiers mon avis est très partagé. Si on parle bien de ceux du jeu, je trouve que leur rêve d'un monde parfait est plutôt sympa, mais leur façon de parvenir à leur fin est quelque peu... enfin, je n'approuve pas. Accéder de n'importe quelle façon au pouvoir, aller jusqu'à tuer des innocents, ... Non, je trouve ça intolérable. Je pense que si on souhaite réellement un monde parfait, on devrait sauver les gens, supprimer les inégalités, les impôts, les dettes, aider les pauvres à se loger et à s'enrichir et arrêter que ce soient toujours les mêmes qui gagnent le plus d'argent sans rien faire, éviter les guerres, etc... Aussi peut-être même punir plus sévèrement les criminels. Je suis un gros passif et pourtant je me dis que les violeurs, les meurtriers et autres énergumènes dans ce genre devraient être euthanasiés, voire même enfermé dans une prison située sur une île ressemblant à la Chambre des Secrets qui passerait en boucle les tubes des One Direction et de Justin Bieber avec des posters de Miley Cyrus de partout. Tu n'es pas d'accord avec moi?"

Se rendant compte qu'il avait un peu trop parlé et qu'il s'était complètement emporté par la même occasion il se mit légèrement à rougir. Ouh que c'était gênant, voilà qu'il parlait en Robin des Bois. Peut-être qu'Hanabi allait se moquer de lui et/ou qu'elle trouvait ça pitoyable de voir qu'elle était en compagnie d'un grand rêveur.

"Ah je suis.... Je suis vraiment désolé.. dit-il doucement et gêné, n'osant même pas regarder sa cavalière. J'ai de trop grands rêves, même plus grands que moi... Désolé..."

Il marqua un silence, le temps de boire encore une gorgée et se prendre un morceau de gâteau, réfléchissant un peu à ce qu'il avait dit. Non, il aurait dû se taire, rester silencieux, dire juste qu'il n'aimait pas les Templiers et puis voilà ! Ça aurait pu faire l'affaire! Se retenant d'échapper un soupire de désespoir, il fixa une nouvelle fois Hanabi pour lui demander :

"Et toi? Je pense que tu ne les apprécie pas non plus? D'ailleurs, lequel t'a le plus plu? Et également, tu as personnage favori?"

Oui autant reprendre la conversation sur le jeu et ne pas partir sur quelque chose d'aussi subtil. Surtout qu'il n'avait pas envie de se faire prendre pour un fou. Attendant la réponse, il se mit à regarder Lubia qui continuait à récupérer les chaussures, préférant la surveiller. Il ne voulait pas risquer une nouvelle attaque de bottines...

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mar 30 Déc - 19:30

Wolodymyr réfléchit un peu à la question que je lui avais posée. C’est vrai que, ce n’était pas une question des plus simples non plus. Enfin, je lui en avais posée deux, et les deux demandaient un peu de réflexions.
Après un petit silence pendant lequel j’avais avalé petites bouchées par petites bouchées (voir la notion de « petites bouchées » chez moi) le reste de ma part, mon cavalier prit la parole pour répondre à ladite question, expliquant qu’il pensait avoir aimé tous les jeux, étant légèrement déçu par Brotherhood et Black Flag, l’un étant trop vide et l’autre ayant trop de navigation, en plus de la mort de Desmond qu’on apprenait. Il n’avait pas tort, la navigation gâchait beaucoup du jeu, même s’il y avait tout un monde à explorer, l’histoire était moins poussée, et le personnage n’était pas réellement un Assassin, tout le long du jeu il agissait plus pour ses propres biens, un peu plus comme un Templier. Mais à la fin, il devenait plus… altruiste, et pensait plus comme un Assassin. On avait regroupé dans le jeu toute l’évolution d’une personne, ce qui était plutôt intéressant.

Wolodymyr repris ensuite la parole, pour parler de son avis sur les Templiers, qui était partagé : Il racontait que leur rêve de faire du monde un monde parfait était plutôt sympa, mais que leur façon d’y parvenir lui déplaisait. Je fis la moue rien qu’en pensait audites manières, dont certaines étaient le meurtre, la torture, et tout ce qui passait par là… Brrr, ils étaient plus meurtriers que ceux qu’on pouvait appeler Assassins, qui ne tuaient aucun innocents, seuls les criminels goûtaient à  leurs lames secrètes. L’argument de Wolodymyr était bon, avoir un monde parfait oui, mais sans recourir non plus à des meurtres sur des innocents. Faire souffrir oui, mais seulement les criminels. Petite, j’avais toujours eu cette façon de penser.
Je me souviens encore, quand aux infos ils disaient que tel animal avait été retrouvé avec une oreille coupée, ou autre, je disais toujours « Il faudrait faire pareil au maître et l’envoyer en prison ! ». Oui, quand je voyais ces fous faire du mal pour aucune raison, je voulais leur rendre la pareille… Les faire payer.

Lorsque Wolodymyr finit son avis des Templiers avec son histoire de prison qui passerait en boucle les pires chansons du mondes, je laissais échapper un rire, suivit d’un sourire, m’étant imaginée la scène, et les criminels en pleine souffrance auditive…

Puis quelques secondes plus tard, mon cavalier s’excusa, expliquant qu’il avait de rêves trop grands. Bah, pourquoi il s’excusait ? Avoir des rêves, c’est cool je trouve. Avoir de grands rêves, c’est être libre, et se permettre de voyager n’importe où, là où notre esprit nous guidera, sans limites, sans frontières, sans retenue. Juste être guidé par le parfum de notre rêve.

Après une pause, Wolodymyr me demanda mon avis. Je réfléchis un peu, bu quelques gorgées du breuvage à la banane, avant de déclarer :
« Eh bien, je pense que mon avis sur les Templiers doit être un peu le même que le tient, car c’est vrai que leur but, est plutôt pas mal, mais leurs façons d’y accéder comme tu dis ne sont pas… approuvables. Parce qu’au fond, les Templiers ne sont pas tous méchants par définition. Regardons Haytham, par exemple, qui a perdu son père et qui a été dirigé par un malveillant vers les Templiers. Il voulait réunir les deux Ordres. Et Elise, qui avait rejoins les Templiers car son père, qui en était un, avait été tué par un Assassin. Chaque Templier, comme chaque Assassin, à ses propres raisons d’intégrer l’ordre, et ses propres motivations… »

Je fis une pause un petit instant. Peut-être qu’avec ce discours mon cavalier allait-il croire que j’étais un Templier, tout comme je l’ai cru en début de soirée pour lui ? Je faillis m’étouffer à cette idée, puis repris la parole, toute rouge :
« Enfin, je ne les aimes pas pour autant. Je trouve juste que Haytham et Elise sont des Templiers à part… Mais jamais je n’aimerais leur ordre. Tuer des innocents ? Jamais de la vie ! »
Je laissais de nouveau une petite pause s’écouler, le temps de boire à nouveau quelques gorgées de ma mixture pour dissiper mon gêne, puis repris :
« Enfin, voilà… Sinon, pour les jeux, je les aimes un peu tous aussi, comme tu dis. Même s’il y a pas mal de navigation dans Black Flag et que l’histoire est un peu bâclée, je trouve qu’il y a tout un monde à découvrir, et que l’évolution du personnage n’est pas mal… Mais, ayant commencé avec le troisième jeu, je pense que je l’aime un peu plus… Et pour ce qui est de mes personnages préférés, j’aime beaucoup Altaïr et Connor. Je n’ai pas encore pu jouer aux derniers qui sont sortis, alors je ne peux pas comparer… »
Voilà que moi aussi je m’étais emportée à parler. Mince, quand on parle d’un sujet intéressant, on parle vite. En même temps, quand le sujet se tourne vers Assassin’s Creed, difficile de m’arrêter… Puis j’aimais bien parler avec mon cavalier, il avait l’air sympa maintenant que je savais qu’il n’était pas un Templier. Je souris de nouveau, puis posa une nouvelle question :
« Aimerais-tu… Être un Assassin pour de vrai ? »
Question étrange, me diriez-vous. Mais bon, les Templiers se rassemblent, faut bien récupérer des motivés ! Effectivement, je venais de lui faire une demande indirecte (donc secrète) de rejoindre la guilde.  Effectivement, il ne savait pas qu’il y en avait une, mais selon sa réponse je verrais si je lui en parle ou non.
J’attendis patiemment en buvant une nouvelle gorgée de ma mixture à la banane.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mer 31 Déc - 0:22

Elle avait en soit raison : Haytham et Elise étaient quand même classes pour des Templiers, il devait bien l'avouer. Puis même, chaque membres de cette organisation créée par Armand Bouchard avait sa raison d'y entrer et de ne pas aimer les Assassins. On ne pouvait pas le nier : les deux camps avaient les mêmes ambitions mais se faisaient une guerre qui pourrait être évité. Buvant son verre par petits coups tout en écoutant Hanabi, la regardant toujours. Bon sang, en faisant un peu plus attention à sa voix, il s'apercevait qu'elle en avait une qui était plutôt jolie. En effet, elle était assez agréable à entendre et Dieu savait à quel point il trouvait la langue japonaise plutôt bizarre à cause de la différence culturelle. Cependant, s'il devait présenter le japonnais parlée par l'hybride, ce serait comme une douce rosée qui coulerait sur les pétales d'un jeune fraisier. Bref, autant dire que c'était joli. Se rendant compte de la métaphore qu'il venait de se faire dans la tête, Wolodymyr rougit un peu avant de faire de grands yeux en se disant que même le rire de la demoiselle était aussi beau que du cristal. Il revint sur Terre en entendant la question de la jeune fille. Devenir un Assassin? Lui? S'il aimerait en devenir un? Quelle drôle de question. Quiconque était fan de la série rêvait d'en devenir un et si ce n'était pas le cas, bah c'était qu'il ne se prenait pas de réel délire avec le jeu.

"Devenir un Assassin? Et bien, je pense que j'aurai aimer oui en être un, oui..."

Il posa son verre devenu vide sur le siège libre à côté de lui avant de réfléchir un tout peu encore pour continuer :

"Sauter de toit en toit, grimper aux immeubles, sauver la veuve et l'orphelin, faire régner la Justice et faire tout pour que le monde devienne parfait.... Je pense que j'aurai été heureux d'être un Assassin. Mais malheureusement..."

Il vit Lubia s'approcher de lui avec les bottines d'Hanabi qu'elle posa aux pieds de celle-ci avant de poser sa tête sur les genoux de son invocateur. Celui-ci donna le reste de gâteau qu'elle mangea avant de reposer sa tête que l'ukrainien caressa doucement.

"... si je pense avoir les capacités d'un acrobate, je ne pense pas pourquoi tuer quelqu'un. Je suis un guérisseur... J'ai été élevé pour que je soigne plus tard les gens. Je ne suis pas sûr que mes mains puissent faire autre chose que d'aider les gens. Je me suis déjà battu parfois à cause de Lubia mais..."
-... De rien d'ailleurs.
-...je ne me suis jamais amélioré et je n'ai jamais des gens, ce qui veut dire que je ne suis pas fait pour la bagarre. Ça a toujours été la fouteuse de troubles qui m'a d'ailleurs toujours sauver la mise.
-Pffeuh! Des petits joueurs! On ne fait pas concurrence avec moi.
-Je pense que Al Mualim m'aurait eu comme élève, il m'aurait sans doute envoyer dans le camps adverse pour que ce soit eux qui pleurent tellement je serais mauvais élève, ou alors m'aurait utilisé comme appât.


Il ria doucement à sa blague, devant être sans doute le seul à qui ça aurait pu faire rire. Le regard de son familier lui disait en gros de se taire, et à la voir jeter des coups d’œil à Hana puis à lui il pouvait deviner qu'on lui disait en soit de ne pas se ridiculiser. Le danseur s'éclaircit alors la gorge, quelque peu gêné, avant de sourire de nouveau en fixant le masque rouge de la petite fraise.

"Je devine que je n'ai pas à te retourner la question, que toi-même tu rêverais d'être un Assassin? Je dois t'avouer que ça m'aurais fait plaisir qu'on soit dans le même camps et que je n'aurais pas aimer être dans celui adverse."
-Oh c'est-meu-gnon.
-Hmm?


Wolodymyr baissa les yeux pour voir le grand sourire moqueur de Lubia et son petit mouvement de sourcil. Mince, mais qu'est-ce qu'il avait encore dit? Se braquant sur le coup, il se mit aussitôt à rougir de plus belle. Oh zut. C'était vraiment pas croyable à quel point il était ridicule. S'agitant un peu en ne sachant pas vraiment quoi faire et que dire, il se décida à se rattraper d'une manière ou d'une autre. Il posa sa main sur la tête d'Hanabi, la lui grattouilla même un peu par réflexe avant de déclarer avec son plus beau sourire :

"En tout cas, je vois que tu parles un peu plus que toute à l'heure. J'en déduis que tu vas un peu mieux. Ou as-tu encore envie que j'aille te chercher quelque chose?"

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mer 31 Déc - 12:04

Lui aussi voulait devenir Assassin. Un sourire se dessina sur mon visage. Intéressant…
Il ajouta que ça lui plairait de sauter de toit en toit, grimper aux murs, faire régner la justice, et tout ce que faisait un Assassin. Mais il disait ne pas pouvoir tuer quelqu’un – ce qui était parfaitement compréhensible – et qu’il était plutôt un guérisseur. Que ces mains avaient plutôt guéries que tuées, et qu’il ne pensait pas qu’elles pourraient faire autre chose que ce qu’elles avaient toujours fait. Que la bagarre n’avait jamais été pour lui. Et que Al Mualim l’aurait sûrement renvoyé ou gardé en appât. Je fis de nouveau un petit sourire, et remarqua que pendant le discours de mon cavalier, son familier avait rapporté mes chaussures et était ensuite resté auprès de son maître.

Wolodymyr repris la parole pour déclarer qu’il n’avait pas besoin de me retourner la question, et que moi aussi je voulais devenir un Assassin. Je souris, il n’avait pas idée. Il ajouta que ça lui aurait fait plaisir qu’on soit dans le même camp. Je rougis, tout en souriant de nouveau. Ça pouvait s’arranger…
Je finis mon verre, et le déposa sur le coté, puis allait prendre la parole quand tout à coup mon cavalier posa sa main sur ma tête et commença à la gratouiller, déclarant que je parlais mieux que tout à l’heure, et que j’allais sûrement mieux.
Sur le coup, il m’avait un peu perdue, et mes oreilles s’étaient dressées sur la surprise. Mais elles s’étaient ensuite rabattues, et j’aurais juré que j’aurais pu ronronner (un renard qui ronronne ? Sisi, je vous jure !). Au fond, ce petit gratouillement était agréable. Personne ne m’en avait jamais fait avant. Et puis… Je crois que j’aimais bien la présence de mon cavalier. J’arrivais bien à parler avec lui. Enfin, au début, j’étais assaillie par la timidité, mais au fond, c’est facile de lui parler, surtout quand on voit qu’on a des points communs. Et il est sympathique. C’est comme s’il avait quelque chose de…. Réconfortant. Je le regardais. On aurait dit un prince dans son costume. Le genre de prince qu’on voit dans les contes de fées, et que toutes les filles du Royaumes se disputent. Ce genre de prince qui ramasse votre chaussure de verre pour vous la rendre. Ce genre de prince qui danse merveilleusement bien avec vous, dirigeant si bien la danse qu’il vous donne l’impression de voler.
Ce genre de prince qui… Eh mais qu’est-ce qui me prend ? Me rendant compte de mes pensées, je devins encore plus rouge qu’avant, me rendant compte que ça devait faire un petit moment que je fixais mon cavalier. Triple rouge de honte, je détournais la tête. Gloups, mais qu’est-ce qui m’avait pris de penser toutes ces choses en le fixant ?
Je soufflais pour me calmer, et pris une teinte rosée, puis laissa l’instinct agir.
L’instinct me fit donc me lever, attrapant la main de mon cavalier, me postant devant lui et attrapant sa deuxième main. Le moi d’intérieur était en train de hurler à mon instinct « MAIS QU’EST-CE QUE TU FOUUUUUS ? » et mon instinct ignora royalement, continuant d’agir seul.
« Ce n’est pas par un nom qu’on juge des personnes. Ce n’est pas parce qu’on appelles les Assassins comme ça qu’il tuent forcément des gens. Regarde, les Templiers sont beaucoup plus meurtriers, et pourtant leur noms l’est moins. Les Assassins ne passent par leur vie à tuer. Ils espionnent, ils grimpent sur les toits, ils suivent les personnes louches. Ils font régner la justice, sans forcément tuer ou se battre. Un Assassin est discret, et se fond dans l’ombre. Il peut juste assommer sa cible, et récupérer des informations. Bien qu’ils faillent parfois tuer, ce n’est pas toujours obligatoire. Le rôle premier d’un Assassin est de faire régner la justice, pour un monde sans haine et sans guerre. Un monde libre et en paix. Il y a bien différentes manières d’y parvenir, sans forcément passer par le meurtre. Non… Un Assassin sait quand il doit tuer, il sait quand épargner sa lame de la chair d’un criminel. Moi-même je me sens incapable d'ôter volontairement la vie à quelqu'un. Dans le credo, il n’est nulle part dit que tu devras tuer ta cible. Au contraire, il est question d’épargner les innocents, de rester invisible, et de ne pas nuire à la confrérie.Alors, caché dans l’ombre, avec de parfaits exploits d’acrobates, un guérisseur sera toujours précieux parmi les Assassins. Al Mualim l’aurait sûrement gardé à ses côtés pour des fins personnelles, comme il l’a fait avec Altaïr. »
J’avais beaucoup parlé. Beaucoup trop. Ç’aurait été moi qui agissait, mes joues auraient été tellement rouge qu’elles se seraient carbonisées (chose d’ailleurs impossible pour moi) et je serais sûrement partie en courant.
Mais c’était toujours mon instinct qui agissait. D’ailleurs, il me fit lâcher les mains du cavalier – à mon grand soulagement, quelque part – et me fit tourner, faisant dos au prince, les mains dans le dos, la capuche de nouveau sur la tête.
« Pour ce qui est de devenir un Assassin, je n’ai pas besoin d’en rêver. Car… »
Je me retournais de nouveau vers lui, et le regardais droit dans les yeux, un sourire aux lèvres.
« … Je suis déjà un Assassin.»
Je me rapprochais de lui,  pour ensuite lui murmurer :
« Et j’ai même une guilde… »
Je me reculais de nouveau, lui tendant la main pour je ne sais quelle raison, tandis que mon instinct se dissipait pour me laisser reprendre ma place, que j’étais rouge de honte mais que je tentais de rester d’une couleur normal, en restant souriante sans crisper le sourire, et en me promettant de ne plus jamais faire appel à cet instinct un peu fou.
« Alors…veux-tu te joindre à moi ? »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mer 31 Déc - 16:18

Qu'avait-elle à le fixer comme ça? Ça le rendait mal à l'aise vu qu'il en avait pas l'habitude. Wolodymyr se mit aussi à la fixer, regardant de temps en temps la piste de danse en se demandant que faire. Lubia, pour appuyer un peu plus ce malaise se mis aussi à l'observer avec un grand sourire dans l'espoir de le faire rougir un peu. Et c'est ce qui se passa : le jeune homme devint aussi pourpre qu'un rouge à lèvre et jouait avec ses doigts. Non, cette fille devait juste le regarder en se demandant qui se cachait derrière ce masque. Ça devait être la raison de ses regards, oui. Après tout, qui ne se demanderait pas quelle était la personne qui était son cavalier? Lui-même était curieux de savoir à quoi ressemblait le visage d'Hanabi. En tout cas, il fut quelque peu surpris lorsqu'elle lui prit soudainement les mains après s'être levée, faisant dégager au passage le lamachondinde qui hésitait entre partir jeter les verres vides et rester pour jouer la commère. Mais voyant la tête de son invocateur, elle se contenta de prendre tous ce qui était à mettre à la poubelle avec sa gueule, s'éloigner de quelques mètres et regarder le spectacle : l'ukrainien était complètement perdu, surtout à la fin du long discours. Devait-il le prendre comme compliment? La remercier? Il n'en savait que trop rien, c'était la première fois qu'on lui disait ça, qu'on lui parlait sincèrement et non dans le but de se moquer de lui ou de le disputer.

Lorsque l'Hybride lui lâcha les mains, le Mage se sentit un peu mieux. C'était qu'il n'avait pas l'habitude qu'on le touche quand c'était hors du cadre de la danse... alors là si c'était pour parler et dire en soit quelque chose de gentil. Mais surtout il devint moins rouge lorsque la jeune fille lui avoua être un Assassin. Ce qui était très... Wait... attendez... Une Assassin? Le guérisseur fit de grands yeux, quelque peu étonné de découvrir que la Confrérie des Assassins existait réellement. Bon, elle avait réellement existé d'une manière ou d'une autre, tout comme les Templiers, mais de là à croire qu'ils seraient encore d'actualité... Il était comme excité d'entendre ça. Ils existaient réellement et encore! Et ce n'était pas un rêve! Cette soirée était vraiment plus que incroyable. Regardant la main un instant, il hésita au début avant de la prendre :

"Je ne sais pas me battre, mais... si je peux aider ta guilde, si je peux aussi aider le monde à devenir parfait, j'accepte."

Il se leva à son tour, serrant doucement la main de la demoiselle pour ne pas lui faire mal. D'ailleurs, ne s'en rendant pas compte il ne la lâcha pas avant de continuer avec un grand sourire:

"Et je serais surtout content d'être dans ton camps."

Lubia au loin se mit à rire tout en commençant à faire le petit ménage. Tiens, bizarre, elle avait envie d'une clope. Peut-être que quelqu'un en avait une? Alors qu'elle se décidait à jouer les voleuse, son Mage quant à lui lâcha finalement la main de la demoiselle avant de se masser la nuque, quelque peu gêné.

"Par contre je devine que.... s'il y a des Assassins, il y a aussi des Templiers?" demanda-t-il doucement afin de ne pas éveiller les soupçons dans la salle si on l'entendait et surtout s'il avait vu juste. "Ah et ça va vraiment mieux? Si tu te sens encore mal, assieds-toi, je t'en prie."

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mer 31 Déc - 18:54

Alors que mon esprit avait commencé à frapper mon instinct, mon cavalier me prit soudainement la main, déclarant qu’il acceptait malgré le fait qu’il ne savait pas se battre. Il se leva aussi, m’obligeant à lever la tête et serrant doucement ma main, faisant taire mon esprit et mon instinct, tandis que mon cœur tambourinait ma poitrine à en sortir. Le rouge revint à mes joues, se confondant avec mon masque, voir même si ce n’était pas plus rouge encore.
Il ajouta ensuite, toujours en tenant ma main, et en  souriant, qu’il serait ravi d’être dans mon camp, ce qui me fit rougir encore plus (encore une fois, je n’aurais pas cru possible de rougir plus qu’avant).
Il lâcha ensuite ma main, au grand soulagement de mon cœur, qui avait sérieusement décidé de partir par la poitrine, et de mon esprit, et se massa la nuque, mais j’étais tellement gênée que je préférais regarder mes pieds. Cette soirée était… étrange. C’est la première fois que je me retrouvais en compagnie avec un inconnu et que je me mettais à danser avec lui. C’était la première fois que je me sentais aussi bien avec un inconnu. Que je parlais librement, que je parlais de mes passions. C’était la première fois que j’étais en même temps proche, et éloignée d’une même personne.
Et c’était la première fois que je tombais sur un prince. Un prince digne des contes de fées. Un prince qui vous réveille d’un sommeil infini. Un prince qui vous tend la main quand vous êtes mal. Un prince qui se met à vos côtés lorsque vous êtes ridicule. Qui refuse la violence, quitte à être différent et parfois seul.
C’était un prince qui était lui-même. Un prince qui ne cachait pas sa véritable nature, qui n’avait pas d’intentions cachées – du moins, c’est ce que j’avais décelé. Ce n’était pas ce genre de prince qui se pavanait et qui usait de leurs charmes pour profiter des gens. Non, c’était le gentil prince du Royaume, celui qui aidait les gens, celui qui aidait la paysanne à porter ses légumes, celui qui aidait tout le monde. C’était un roi, un roi au bon cœur, portant sur le monde un regard sans haine, tel l’aurait été Mufasa ou Simba, avec cette bravoure incongrue et…
Je ne partais pas un peu loin là ? Je ne le connaissais que depuis ce soir, je ne pouvais pas non plus me faire un avis complet sur lui… Et puis, je regardais toujours mes p… ah bah non en fait. Je fixais un autre point, dans le vide, pensive. Et à en croire la sensation sur mes joues, je souriais. Je devais avoir l’air d’une idiote. Vraiment.

Je me reprenais, devenant de nouveau rouge, et arrêtant de fixer le vide, perdant mon sourire. Wolodymyr m’avait parlé. Concentre-toi Hana, qu’avait-il dit pendant que tu étais perdue dans le prince charmant de blanche-neige ?
Après réflexion, il avait dit que s’il existait des Assassins, il y avait forcément des Templiers. Bonne remarque, mais je n’en avais encore jamais croisé dans le pensionnat. Il ajouta aussi que si je n’allais pas mieux, je pouvais me rasseoir.
Je réfléchis quelques instants, puis prit la parole.
« Ah euh, je vais bien merci… et pour ce qui est des Templier je… Je n’en ai aucune idée… » Je parlais doucement, pour éviter de me faire remarquer, et pour éviter que de potentielles oreilles non désirées nous écoutent.  
« J’ai créé une guilde secrète au sein du pensionnat, mais je n’ai jamais croisé un quelconque Templier… Donc soit ils préparent quelque chose de gros, soit… ils sont très discrets. »
Je restais silencieuse quelques instants, toujours aussi rouge, me retournant vers le bal, et désignant le monde du bras :
« Regarde ce monde… Il y a peut-être un Templier caché quelque part, mais impossible de le savoir. J’ai déjà espionné beaucoup de… personnes louches, mais ça n’a encore rien donné… »
Je soufflais pour extraire mon stress et ma gêne, puis repris la parole avec un sourire, me tournant de nouveau vers mon cavalier :
« Et je serais également… ravie de t’accueillir dans la guilde. Il y a déjà quelques élèves qui en font également partie… »
Mais j’étais troublée. En effet, les Templiers étaient introuvables, et ça ne pouvait être que mauvais signe. Ils devaient préparer quelque chose. Quelque chose de lourd.
Je me retournais vers Wolodymyr. Se pouvait-il que le prince nous sauve ? Que le Roi sauve les Assassins ? Que de son bon cœur, il relève les Assassins, que de son pouvoir, il les remette sur pied au combat, et qu’il reste à nos côtés, repoussant les Templiers ? Tout de même, je me sentais gênée. Si ça se trouve, en le recrutant dans la guilde, je l’avais mis en danger. C’est ce que je faisais avec chaque personne mais lui c’était… Différent. Je n’avais vraiment pas envie qu’il lui arrive quelque chose. Comme pour chacun des Assassins, bien entendu, mais… Je ne sais pas. Ce prince, je ne pouvais pas le laisser aux mains des Templiers. Je ne pouvais pas le laisser risquer sa vie. Je ne sais pas pourquoi, ça me faisait quelque chose. Peut-être que je m’étais attachée au prince ? Bien que je pourrais protéger chaque Assassin jusqu’à la mort, je me sentais davantage proche de Wolodymy, et je ne voulais pas le mêler au combat non plus.
Peut-être avais-je peur que, tel Mufasa, un Templier, un traître, n’importe qui atteigne à sa vie ? Pourtant, je ne le connaissais pas autant que ça. Il y a certains Assassins que je connaissais mieux. Mais… Je ne sais pas.
Ayant de nouveau fixé un point vide, avec un visage troublé cette fois ci, je secouais la tête pour ne pas penser à ça, et devînt rouge à nouveau quand je pris conscience de mon geste.
Je me retournais vers mon cavalier, le teint rouge, pour lui déclarer :
« Ah, excuse-moi, j’étais perdue dans mes pensées… Heum, que veux tu faire ? »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Jeu 1 Jan - 0:00

Hanabi ne savait pas s'il y avait des Templiers, mais il n'était pas improbable qu'il n'y en ait pas dans les parages. S'il y avait leurs ennemis alors pourquoi eux ne seraient pas ici? Cachés parmi tout ces élèves, mais également dans le personnel. Il fallait qu'ils fassent attention s'ils ne voulaient pas se faire attaquer par derrière. Le jeune homme fit une petite grimace, se disant que finalement l'ennemi pouvait être partout et qu'il fallait qu'il fasse bien attention. Non, il ne devrait pas parler d'Assassins et encore moins d'une certaine guilde. Et si jamais il devait en parler à Lubia, il parlerait de sorte à ce qu'on comprenne que c'était du club de danse qu'il parlait et non de l'organisation secrète dont il en faisait désormais parti. Le jeune homme demeura silencieux jusqu'à ce que Hanabi ne lui pose une question. Il baissa la tête, devant même reculer un peu pour ne pas à avoir trop lui faire lever la tête. La pauvre, elle devait galérer à le fixer à cause de cette différence de taille. Ce qu'il voulait faire, l'ukrainien n'en savait que trop rien. Il aurait aimer de parler un peu plus de ces Assassins mais il craignait que l'ennemi ne soit dans les parages et qu'on ne les entende. S'il y avait des Templiers, autant rester discrets. Alors il se pencha légèrement pour lui répondre :

"Je voudrai bien te parler de la guilde mais... Je pense qu'ici ce serait trop risqué, ne crois-tu pas?"

Comment discuter dans ce cas-là avec elle de l'organisation? Devraient-ils se mettre dans un coin, essayer de se la jouer discrets? Non, ce serait trop suspect. Autant attendre qu'ils soient seuls... Ou alors... Ou alors il avait une idée. Il sortit son portable de sa poche après l'avoir cherché avant de se mettre légèrement à rougir. Non il n'allait quand même pas....? Ça allait être la première fois qu'il allait demander le numéro de quelqu'un... Et puis... et puis remarque, l'histoire de la guilde était une bonne excuse pour le demander à Hanabi. Oui, étrangement, il avait envie de rester en contact avec elle. Oui, il n'avait pas envie de lui parler par SMS seulement de la guilde, mais aussi lui demander chaque jour comment elle allait et particulièrement les jours de pluie et de grand froid. Dandinant un peu d'abord, quelque peu hésitant, il ne tarda pas à demander:

"On pourrait... Enfin... échanger nos numéros...? Comme ça on pourra mieux communiquer ensemble... "

Il ne savait pas si elle allait le remballer ou non. A vrai-dire, il espérait qu'elle accepte sa proposition et qu'ils s'échangent leurs numéros de portable. Il s'assurerait qu'elle aille bien et même autant aller plus loin :

"Puis comme ça... Si tu as des problèmes... Enfin... A cause du temps... Ou même une blessure... Ou n'importe quoi... Tu.... Tu enfin... Tu pourras m'appeler... Si.. Si tu veux hein...."

Il rougit de plus belle, se demandant s'il n'allait pas trop loin. Peut-être qu'aurait-il du demander plus tard ceci? Soudainement, il entendit la musique, une nouvelle qui commençait tout juste. La reconnaissant, il se mit aussitôt à rosir de plaisir et même à sourire. Et par pur réflexe de danseur, déclara :

"Han! C'est la Valse Sentimentale de Tchaikovsky ! Cette musique est incroyablement belle et est sans doute la meilleure pour danser une valse."

Ouh comme son coeur battait rien qu'en l'entendant. Bon, certes le titre était quelque peu saugrenue pour demander à sa cavalière tout juste rencontrée de danser avec lui mais il aimait faire partager sa passion. D'ailleurs, ayant remarqué auparavant que la demoiselle avait du mal à danser, il la regarda avec des yeux pétillants.

"Puisque tu m'as proposé d'entrer dans la Guilde, puis-je te remercier en te proposant un petit cour de danse?"

Oui, il ne savait pas comment lui dire merci, alors peut-être qu'un petit cour gratuit de valse de la part du président de club de danse lui ferait plaisir. Puis ça sert toujours de savoir danser!

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Jeu 1 Jan - 19:36

Wolodymyr aurait voulu en savoir plus sur la guilde, mais d’après lui c’étai trop risqué d’en parler ici. Il n’avait pas tout à fait tort, on pouvait toujours s’attendre à ce qu’un Templier traîne dans les parages pour en savoir un peu plus sur la guilde. Les Templiers ont dû évoluer au fil des années, et ont dû apprendre à se faire discrets. C’est pourquoi je n’en avais toujours pas croisé dans le pensionnat. Ils devaient se cacher, réunir le plus de monde, et préparer un mauvais coup. Un énorme mauvais coup. Quelque chose qu’on ne voit pas venir.
J’étais peut-être parano, mais prudente. Il fallait toujours avoir un tour d’avance. Il fallait toujours anticiper, prévoir ce qui pouvait se passer. Après tout, peut-être que je me trompais, peut-être qu’il n’y avait plus de Templiers, qu’ils avaient tous été éradiqués, ou que du moins il n’y en avait plus au Japon. Je n’avais pas encore assez d’informations, mais si ça se trouve je me battais contre un ennemi invisible, un ennemi inexistant. Si ça se trouvait, je ne me battais contre rien, à part ma culpabilité et mon envie de changer les choses…

Le prince Assassin sortit de sa poche un portable, sembla hésiter, puis proposa qu’on échange nos numéros, pour… communiquer ensembles. L’idée me fit rougir. Mais me plut cependant. Je ne saurais comment l’expliquer, mais pouvoir rester en contact comme ceci avec quelqu’un de la guilde… Et pouvoir rester en contact avec un prince… Je me sentirais comme Blanche-neige et Aurore, qu’on réveillerait d’un éternel sommeil intense, comme Cendrillon, à qui on rendrait quelque chose qu’elle a perdu… Comme Nala qui… Non, là j’allais trop loin, je me perdais dans mes pensées. C’est juste que c’était la première fois que je me sentais aussi bien avec quelqu’un. Pas besoin d’en faire tout un plat non plus.
Wolodymyr ajouta que si j’avais des problèmes, à cause du temps, ou une blessure, ou autre, je pouvais l’appeler. Je rougis, tout en souriant. C’était tellement gentil et attentionné…
En fait, je rougis et sourit tellement fort que je dû me détourner un instant pour respirer un bon coup. C’était bien la première fois que quelqu’un était aussi attentionné avec moi. puis reporta mon attention sur mon cavalier, souriant timidement.
« P… Pourquoi pas… C’est vrai que ça peut être une… idée… »
Je lui passais donc mon numéro, n’ayant pas mon portable (essayer de trouver quelque chose pour ranger un portable quand vous portez une robe de soirée), mais me souvenant du numéro, l’ayant mémorisé au fil du temps.

Une nouvelle musique commença à se répandre dans la salle. Wolodymyr devait la connaître, car il sourit, déclarant que c’était la « Valse Sentimentale de Tchaïkovsky », apparemment la meilleure musique pour danser la valse. J’écoutais le son de la musique, me laissant porter par sa beauté, comme si je me retrouvais dans un rêve aux étoiles scintillantes.
Wolodymyr me regarda soudainement, les yeux recélant une galaxie par les pétillements de bonheur qu’ils lançaient, et pour me remercier de lui avoir proposé une place au sein de la guilde, me proposa un petit cours de danse. Je souris. Je n’avais jamais dansé, autant apprendre maintenant. Et de ce que j’avais pu voir, j’avais un bon professeur.
Je tendis le bras, tout en répondant :
« Ce… Ce serait avec plaisir, merci ! C’est vrai que cette musique a… un son incroyablement beau ! »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Ven 2 Jan - 3:07

Si l'échange de numéro avait rendu le danseur heureux, l'acceptation de l'invitation au cour de danse avait fait de lui un homme heureux. Les yeux pétillaient de bonheur, plus qu'une eau de Perrier ou qu'un aspirine qui était en train de se dissoudre dans un verre. Il allait pouvoir aider une nouvelle fois cette jeune fille qu'il commençait déjà à plus qu'apprécier. Oui, il sentait qu'il tenait déjà à elle d'une manière ou d'une autre. Amie? Non, il avait l'impression qu'ils deviendront plus que de simples potes, mais il ne savait pas vraiment quoi... Ceci dit, ses yeux se baissèrent pour regarder le sol. Il avait presque oublier que la demoiselle avait retirer ses bottes, celles-ci ayant causé sa chute quelques instants auparavant. Peut-être devrait-il lui même enlever ses bottes. Certes il restera toujours aussi grand mesurant un mètre quatre-vingt quatorze mais...Vu sa taille, le moindre millimètre en moins simplifierait le cour de dance. Alors Wolodymyr se déchaussa :

"Comme ça, je serais légèrement moins haut et ce sera plus pratique pour danser."


Il s'apprêtait à aller poser ses bottes lorsque Lubia arriva pour les lui faire tomber des mains en les lui griffant. L'ukrainien recula, surpris par le comportement de son familier qui récupéra ses bottes en vitesse.

]"Quoi?! Je m'ennuie moi!"
-Mais euh...
-Je m'ennuie? D'accord? Tais-toi maintenant!
-Très bien... Merci?


Et il la regarda s'éloigner, chaussures dans la gueule avant de se tourner de nouveau vers cavalière. Il haussa les épaules en faisant la moue, essayant de faire comprendre de cette façon que ça ne servait à rien de chercher. Après tout, elle avait ses humeurs et encore plus ses petits caprices, et il ne pouvait rien faire contre ça. Non, la première fois qu'il s'y était tenté il avait vite compris qu'il ne fallait jamais essayer de contrefaire la Lamachondinde, à ses risques et périls... Prenant délicatement la main de l'Hybride, Wolodymyr l'entraîna ensuite un peu sur la piste de sang, ses joues prenant la teinte d'un sirop de grenadine. C'était fou comment cette jeune fille aux cheveux de neige arrivait toutefois à rendre cramoisies son visage et à le rendre toute chose. Il accusa cependant la chaleur de la salle mais également sa timidité, se contentant juste de se mettre devant sa cavalière.

"Bien pour.... pour commencer... Il faut savoir que la valse, c'est l'homme qui mène la danse mais.... généralement c'est toujours pareil..."

Il lui lâcha la main -à sa grande déception étrangement- avant de reculer légèrement pour faire mine qu'il avait une partenaire invisible. Montrer une première et une seconde fois les gestes à faire était sans doute plus facile à comprendre que de mettre en place la pratique directement. Alors il fit la démonstration : trois petits pas en tournant quand même légèrement, un grand pas sur le côté pour reproduire les trois petits pas avant d'y refaire une nouvelle fois puis une autre, produisant une sorte de triangle.

"On y fera plus doucement pour commencer bien sûr... puis ça viendra tout seul... Ne t'inquiète pas."

Il regarda ses mains, évitant de sourire bêtement. C'était marrant, normalement il prenait plaisir à enseigner cette disciple mais là... c'était différent. Non qu'il détestait ça, bien au contraire. Mais il y avait un petit quelque chose en plus, un petit quelque chose qui faisait qu'il ressentait plus de joie en apprenant à Hanabi à valser. Et il tendit timidement ses mains vers sa cavalière avant de demander :

"Veux-tu qu'on commence?"

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Ven 2 Jan - 18:16

Mon cavalier semblait comblé, ses yeux étaient remplis d’étoiles, tout comme le champagne. On aurait pu retrouver plusieurs galaxies dans ses yeux. Ses yeux brillants de mille feux de bonheur. Je souris. Ça me faisait plaisir de le rendre heureux. Je ne sais comment l’expliquer, mais ça me faisait plaisir. Voir des yeux remplis de joie comme cela, tellement illuminés d’étoiles qu’ils pourraient alimenter l’univers entier, ça me rendait heureuse, d’un côté. Pourtant, ça aurait pu être n’importe qui d’autre, ça ne m’aurait pas autant réjouis. Certes, ça m’aurait plu de rendre quelqu’un heureux, mais… Mais peut-être pas à ce point. Peut être que ça ne me ferait pas battre le cœur plus vite comme maintenant. Peut-être que ça ne m’aurait pas fait rosir les joues. Peut-être que ça n’aurait pas élargit mon sourire. Peut-être que ça ne m’aurait pas fait sentir comme sur un nuage.
Peut-être que je n’aurais pas dû ressentir tout cela si c’était une autre personne. Mais que pouvais-je y faire ? J’appréciais Wolodymyr. Je l’appréciais beaucoup, peut-être plus que je ne le devrais. Mais après tout, il était sympathique, attentionné, princier, naturel… Tout le monde aimait ce genre de personne. C’était ces personnes parfaites, qui ne cachaient généralement rien de leurs défauts, qui étaient elles-mêmes, qui pouvaient faire n’importe quoi pour les gens, même à leurs dépens. Ce genre de personne trop gentilles, que vous voulez vous-même protéger des personnes malveillantes qui rôdent… Que vous voulez protéger des charognards qui grappillent ce qu’ils peuvent…

Wolodymyr ôta ses bottes, me sortant de mes pensées, en déclarant que comme ça, il sera moins haut et que ça sera plus simple pour danser. Je souris de nouveau. Il pensait vraiment à tout, ce prince.
A peine avait-il enlevé ses bottes que son familier vînt les lui piquer et s’en alla. Je suivais l’étrange bête du regard, redoutant une nouvelle attaque de chaussures. Je reposais ensuite mon regard sur mon cavalier, qui haussait les épaules. Bien, il ne fallait pas chercher à comprendre. Son familier était étrange, c’est tout. C’est vrai que moi ça me faisait bizarre, car Kitsu avait toujours été un peu comme une peluche protectrice, mais une peluche quand même. Elle pouvait être agressive envers les inconnus, mais dès qu’elle me sentait hors de danger, elle se calmait. Mais je me demande comment elle aurait réagit face au familier de Wolodymyr… Peut-être que j’avais bien fait de la laisser dans ma chambre, finalement.

Mon cavalier attrapa ma main, me faisant rougir, et m’entraîna de nouveau sur la piste de danse. Il était délicat, attentionné… Il faisait attention à chaque détail. Même lorsqu’il me prenait la main il était délicat, comme s’il allait me briser au touché.
Il se posa en face de moi, et déclara que le plus souvent l’homme menait la danse. Il lâcha ensuite ma main, à mon grand regret car la sienne était toute chaude et réconfortante.
Il fit comme s’il avait une partenaire invisible pour me montrer les pas.
Voyant sûrement que j’étais un peu perdue, il me rassura en expliquant qu’on ira plus doucement pour commencer, et qu’ensuite ça viendra tout seul. Je souris, alors que mon cavalier tendit les mains vers moi en me demandant si on commençait. J’attrapais ses mains, essayant de me mettre dans la bonne position pour danser, faisant un grand sourire à mon cavalier, à mon prince de la soirée.
« Avec plaisir, je te suis ! »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Sam 3 Jan - 7:29

Si on le comparait à un endroit, il aurait été un champs de tomates. Si on le comparait à une tenue, il aurait été celle du Père Noël. Ses joues s'étaient empourprées lorsque Hanabi lui avait prit ses mains et s'était mise en position de danse. Il fut même tellement surpris qu'elle s'était déjà préparée alors qu'il ne s'y attendait pas que son souffle s'était coupé. Il avait l'impression que le monde tournait autour de lui : était-ce à cause de sa migraine qui avait empirer? Pourtant, c'était impossible. En tant que guérisseur, il ne pouvait pas se sentir plus mal qu'avant... Se décidant finalement à laisser ce problème de côté, il serra doucement la main de sa cavalière pour la tenir à la taille, virant encore plus au rouge. Il ne savait pas vraiment quoi faire et que dire. En fait, il était vraiment tout en émoi. Reprenant légèrement ses esprits, il se décida toutefois de dire ces quelques paroles:

"On y va doucement...."

Et il commença à danser, lentement, afin que l'Hybride ne se perde pas dans les pas, qu'elle arrive à assimiler sous l'observation moqueuse de la chimère qui attendait impatiemment la fin du bal pour se moquer ouvertement de son invocateur. Wolodymyr sentait le poids du regard de Lubia et il sentait qu'il allait s'en prendre plein la face. Mais là, bizarrement, il s'en fichait. Il avait envie de profiter de cette petite fraise masquée à qui il apprenait la danse. Cependant, s'il apprenait sa discipline à Hanabi, il avait envie d'apprendre un peu plus sur elle. Connaître ses goûts, ses ambitions,.... Tout en fait. Alors, continuant de danser il se décida à discuter un peu avec cette jeune fille :

"Tu... Tu n'as... Enfin... Tu n'as jamais danser ... danser de valse auparavant?"

Zut, voilà qu'il recommençait à bégayer comme un sombre abruti! Puis quel débile! Forcément qu'elle n'avait jamais valser puisqu'elle était d'accord pour un petit cour. Puis même, ça s'était vu avec sa chute de toute à l'heure! Mais quel imbécile il était!

"Enfin euh... Aussi ça.... ça ne... ça ne te dérange vrai... vraiment de... d'apprendre à danser? J'ai.... j'ai un peu l'impre...l'impression que... enfin... de t'avoir un peu forcé la mise... Peut-être que... Peut-être que n... n'aime pas ça..."

Mais qu'est-ce qu'il avait à parler comme ça?! S'il n'était pas accompagné il se serait cogné la tête contre un mur pour se remettre les idées en place et ce n'était pas l'envie qui manquait! Puis,maintenant qu'il avait trouvé une petite transition, autant poser la question qui le démangeait :

"D'ailleurs... Que... Qu'est-ce que tu aimes faire?"

L'ukrainien se retint de soupirer de soulagement, content d'avoir pu parler presque correctement. Il n'était pas moins rouge pour autant, surtout lorsque Lubia se mit aussitôt à pouffer de rire, lâchant quelques commentaires bien fort qui le mirent mal à l'aise.

"Et bien on commence à faire quelques approches, jeune homme?! Elle te plait? C'est ça hein?! ELLE TE PLAIT?!"

Bon sang, ne pouvait-elle pas se taire ne serait-ce que le temps d'une danse?! Oui elle lui plaisait ! Enfin non... Enfin si... Enfin... Mais qu'est-ce qu'il se mettait en tête? Il commençait à devenir fou, oui ça devait être ça. Non, non,il ne voulait qu'être ami avec Hanabi, pas plus... Puis, puis... Puis même pas en rêve que ça puisse aller plus loin! Non, la pyromancienne était bien trop... ah il n'y avait même pas de mot pour la qualifier! Baissant les yeux sur elle, Wolodymyr sentit ses joues chauffer de plus belle et serrer un peu plus son emprise sur elle. Ah non, non... La fatigue,voilà... il devait être comme ça à cause de la fatigue.... ou sa timidité se manifestait autrement...

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Sam 3 Jan - 19:51

Cette soirée devenait de plus en plus magique. Elle s’embellissait au fil du temps, devenant de plus en plus réconfortante, de plus en plus chaleureuse, de plus en plus magnifique, de plus en plus incroyable. J’avais l’impression de flotter sur un petit nuage, de vivre un rêve constant, et que c’était trop beau pour être vrai. D’un côté, j’avais peur de e réveiller le lendemain, dans mon lit, en réalisant que tout ceci, toute cette soirée magique et magnifique ne soit qu’un rêve. J’en souffrirais beaucoup trop, je pense. Je ne sais pas pourquoi. Je me suis attachée à Wolodymyr. J’ai l’impression de le voir, sans le voir. Illogique, me diriez-vous. Mais j’ai l’impression de le voir, derrière son masque. J’ai l’impression qu’il est digne de confiance, qu’il est lui-même, que je peux tout lui dire. J’ai l’impression de l’apprécier d’être son amie ou… Non, juste son amie. Enfin, je crois. Je ne sais pas. Je l’aime bien, c’est tout ce que je sais. Peut-être plus que bien. C’est pourquoi, si tout cela n’était qu’un rêve… Ca me ferait horriblement mal, de savoir que tout ceci n’était pas réel. De savoir que je me suis sentie aussi bien avec une personne inexistante…

Heureusement, cette personne était bien réelle. Mon esprit n’aurais pas pu concevoir quelqu’un d’aussi parfait et attentionné, quelqu’un qui me fasse autant de bien, tout simplement parce que mon esprit n’en a jamais rencontré. Et je sentais bel et bien le froid. La chute avait été bel et bien réelle.
Et ses mains. Ses mains chaudes et réconfortantes, ses mains attentionnées, ses mains douces, étaient bel et biens réelles.

Je souris alors. Me rendre compte de cela m’avait rendu encore plus heureuse. Pourquoi ? Pas besoin de raison particulières, juste que je ne voulais pas que Wolodymyr soit juste un rêve. Je voulais… le revoir. Lui parler, rire avec lui. Je voulais passer du temps avec lui, et… J’avais l’impression que même les jours de pluie, de neige, ou de basses températures passeront vite, et que je ne me sentirais plus seule. J’avais l’impression que maintenant… Qu’à partir de ce soir, tout allait changer. Que tout allait s’arranger.
Hakuna Matata. J’allais vivre ma vie sans aucun souci. C’est l’impression que j’avais.

Mon cavalier déclara tout en serrant doucement ma main qu’on allait y aller doucement, et il commença la danse lentement, guidant mes pas avec une telle simplicité et gratitude, que mes pieds suivaient ses mouvements tous seuls.
Il me demanda ensuite si je n’avais jamais dansé la valse auparavant, mais semblait se perdre dans ce qu’il disait. Je fronçais les sourcils. Quelque chose n’allait pas ? Quelque chose le dérangeait ? Il semblait soudainement mal à l’aise. Avais-je fais quelque chose de mal ?
Au final, il me demanda en bégayant si ça ne me dérangeait pas d’apprendre à danser, il avait peur que je n’aime pas ça, et me demanda d’ailleurs ce que j’aimais faire. Je soufflais de soulagement : Il allait bien, alors ! Il s’était juste inquiété… pour pas grand-chose.
Je lui souris, alors qu’il baissait les yeux, semblant gêné.
Et je me rendis compte que j’avais oublié de tuer mon instinct, qui se manifesta sans l’avis de personne, lorsqu’il me fit lever le bras pour relever la tête de mon cavalier, lui souriant. Mais sur le coup, j’étais tellement gênée, surprise, et en train de mourir que même mon instinct ne pu rien faire contre mon rougissement qui s’apparentait à un champ de coquelicots et de fraises, et qu’il ne pu rien faire non plus contre mon semblant de bégaiement (Haha, t’avais qu’à ne pas faire le malin aussi, saleté d’instinct !).
« Il faut… Il faut dire que, je… je n’ais jamais vraiment eu l’o… l’occasion de danser quand j’étais plus jeune… Mais… mais ça me fait vraiment plaisir que tu me… m’enseigne cette… discipline. »
Gloups, voilà que mon instinct m’abandonnait, alors que j’avais toujours ma main sur le menton de mon cavalier, et que je devenais encore plus rouge qu’un champ de coquelicot ou de fraises…  C’était plus une mer de jus de grenade et de betterave, en plus rouge encore… Bon sang, ce n’est pas avec tout ce rouge que j’allais peindre en mille couleurs l’air du vent !
Rouge de chez rouge, je déclarais en baissant les yeux, oubliant cependant de retirer ma main, dans une voix un peu étranglée :
« Pour… pour ce qui est de… de ce que j’aime faire eh bien… C’est plutôt banal… J’aime lire… Jouer…manger aussi…  Observer l’eau, c’est… c’est étrange comment elle m’a toujours attirée et… Et braver le froid aussi, c’est comme un… un défi… ça me fait oublier… Oublier mon pouvoir… Oublier que ce jour là… J’ai été incapable de l’utiliser… Oublier que j’ai été… inutile… Oublier la culpabilité… Et aimer un peu la… la solitude… ça me fait oublier… oublier la m… »
Je m’arrêtais net, me rendant compte que je me perdais dans mes pensées, et que j’allais trop loin. Mes yeux embués, je fis disparaître ces embryons de larme d’un mouvement, relevant la tête et retirant ma main du menton de mon cavalier, la reposant là où elle devait être, tout en ajoutant :
« Ah, excuse moi… Ce, ce n’est pas important… Je me suis juste laissée emporter… Mais, j’aime différentes activités plutôt… plutôt banales…
Et… et toi ? A part la… la danse ? Il y a des activités que… tu aimes faire ? »

Toujours aussi rouge, j’étais gênée par la facilité de parler que j’avais eu. Non pas que j’avais parlé facilement – j’avais plutôt galérer sur ce point là – mais plutôt que j’avais commencé à tout lui dévoiler sur mon passé sans… difficulté. Je m’étais tout simplement perdue dans mes pensées et j’avais parlé en continu…

Je regardais Wolodymyr dans les yeux, continuant à suivre ses pas, lui souriant. Il fallait bien oublier les mauvais moments parfois, et laisser place aux bons. Pour ce qui était de l’instant présent, je préférais laisser les bons moments faire le travail, tout comme la magie…

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 11 Jan - 11:55

J'attendais sur le côté de la piste. Mon cœur anxieux battait la chamade, peur ou nervosité je ne saurai le dire. Mais ce qui était sûr c'est que je voulais à tout prix revoir cette fille magnifique, gracieuse mais aussi renfermée. Je voulais prouver par cette soirée mes sentiments pour elle. Je repensais à notre rencontre, ce soir de nuit claire où son image m'était parvenue. Une légère sensation de contact traversa mon épaule, fin léger je reconnus les doigts d'une femme. Je me retournais lentement, pas à pas. Je vis à nouveau une silhouette élancée et fine. Une robe noire et rouge, serrée sur le haut du corps pour finir large et volumineuse sur le bas. ornée d'une fleur rouge qui ressortais de l'apparat. Je remontais mes yeux sur son visage , coiffée parfaitement avec un lien noire qui faisait éclater sa chevelure rouge. Le masque blanc faisait paraître son visage immaculé et blanc. Une seconde je ne la reconnu pas, mais sa voix malgré l'hésitation et la timidité ne laissèrent pas de doutes. Hisae était resplendissante, un style assez différent de l'habituel mais, moi aussi j'avais fait un effort. Je souris à son compliment.

Ne t'excuse pas , je viens à peine d'arriver. Et merci, tu es splendide ainsi Hisae.

Je la regardais de nouveau et rougis, la robe la mettait tellement en valeur. Ses cheveux ses yeux étincelaient, et ses formes parfaites la rendait telle une apparition irréelle. Je restais un peu ébahi sous cette beauté et je rougissais de plus belle. Je m'avançait et je tendis ma main, il fallait bien que je fasse le premier pas. Mon cœur battait vite, mes yeux s'affolaient et je sentis mon souffle s'accélérer. Je ressentais l'émotion me saisir à la gorge. J'avançais un peu de nouveau. D'une voix claire et distincte, je cachais ma gêne avant de déclarer calmement.


Hisae, tout le monde danse déjà voudriez vous bien, princesse de mes nuits m'accorder ma première danse de la soirée?"

Et je souris sincèrement et pour une fois je laissais le poète en moi s'exprimer. J'avais lu que certaines phrases pouvaient faire ressentir des émotions fortes. Alors je mettait pour la première fois la pratique en avant armé de théorie. Et puis il fallait bien danser le bal est fait pour cela. Je fixait ses beaux yeux de mon regard de rubis, brillant de joie.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Hisae Himeka
Messages : 194
Kamas : 5409
Date d'inscription : 20/09/2013
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 5ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 11 Jan - 22:05

Hisae venais d'arriver dans la grande salle qui est le gymnase et la mage rebelle commencait à sentir som coeur s'affoler dans sa poitrine. Essayant de calmer sa respiration en faisant des exercices respiratoires, elle ne savait pas ce qui lui arrivais. Depuis la disparition de Kohl, Hisae n'était plus jamais tombée amoureuse aussi rapidement, mais avec Logan ce n'était pas pareille, son coeur battait d'un coup en pensant à lui, ses joues devenaient progressivement rouges et sa respiration devenait saccadée. La belle rouge ne connaissait pas réellement le grand Amour ni même un amour durable, avec Kohl elle avait crut le trouver, mais sa disparition fut si tragique que la belle rubis ne voulait plus croire à ce sentiment. Après cette expérience douloureuse, la mage des mots ne voyait plus les choses comme avant et les relations qui suivirent ne fùt que des erreurs. Cependant aujourd'hui ce n'était plus pareille, maintenant la rouge avait enfin une personne qui lui redonnait goût à la vie, chose qu'elle n'avait plus ressenti depuis bien longtemps. Souriante et presqhe sure d'elle, Hisae marchait tranquillement à travers la foule lorsque soudain, elle le vit au loin, tout aussi splendide que d'ordinaire. N'ayant presque jamais connu le stress, une peur soudaine la fit s'arrêter un instant...Et si il aimait pas sa tenue, et si il ne voukait pas d'elle et...Secouant la tête, la jeune femme allait enfin prendre le contrôle de sa petite vie. Fermant les yeux un instant elle allait le rejoindre et se mettant devant elle, ne bougeait plus d'un pouce. Pour cette évenements, elle avait décidée de se mettre sur son treinte et un, une sublime tenue qu'elle avait jamais crut mettre un jour. N'osant pas regarder le jeune homme sur le coup, Hisae finit par lever les yeux et plonger son regard dans celui de son cavalier et eut une vague de sentiment immense, comme si son coeur allait s'arrêter net. Admirant alors la personne devant elle, Hisae ne put se dire que le jeune homme em face d'elle lui était destinée pendant une soirée qui serait sans doute magique. Regardant ses vêtements, la belle ne put s'empêcher de rougir, il était tellement mis en valeur dans ce costume, que ce soit au niveau de torse ou du bas, tout lui allait bien. Cette nuance de rouge et de noire avec quelques pointe de blanc mettait sa silhouette et sa peau en valeur. Remontant alors ses yeux vers son visage, elle fut presque éblouie par ce visage parfait, tel un pêché qui ne fallait pas tenter. Sa chevelure sang ramenait en arrière dévoilé une bouille des plus adorable, son regard le rendait sexy et rien qu'à imaginer un baiser, ses joues se mirent à prendre une teinte rougeâtre. Secouant la tête, la belle devait se ressaissir, mais au fond, elle aurait aimée un baiser d'une personne qui l'aime comme elle était. Lorsque Logan s'avançait pour lui tendre la main, son coeur faillit louper un battement, ce qui la fit se stopper un instant pour reprendre le contrôle de son rythme cardiaque. Souriante, la jeune femme levait prigressivement sa main avant de la poser délicatement sur la main de son cavalier, ce qui provoquait une vague de picotement assez agréable.

- Cher Logan, ce serait avec plaisir que la petite démone que je suis accepte de danser avec un ange comme vous. Que nos pas nous guide vers un paradis étoilé.

Un léger sourire se dessiner sur ses lèvres. Logan était d'une tel poésie que lorsque celle-ci se coller contre le belle apollon, son corps laissait exprimer un frisson des plus agréable. Posant sa main derrière son dos et levant leurs mains jointent, la belle étoile sanguinaire se mit à danser tout d'abord doucement. La veille, la jeune rouge avait prit un cours de danse express pour savoir danser les slots mais aussi les dansent un peu plus bougeante. Sa soeur l'ayant entrainée comme une malade, Hisae savait maintenant danser convenablement, enfin elle écrasait pas les pieds. Souriante, la jeune femme se mit alors à guider son partenaire dans une danse intime et réservé. Petit à petit et à chaque pas, la jeune femme se sentait comme dans une bulle, ce qui l'entourait été comme envolé, les bruits des autres mages comme rendu muet, il ne restait plus qu'eux et la mélodie entrainante et romantique à la fois. Regardant le jeune prince en face d'elle, Hisae qe sentait comme une cendrillon, aussi épanouie et heureuse qu'elle. Laissant les jambes guider les pas, la belle princesse dit d'une voix un peu timide.

- Mer..ci de m'avoir invité au bal Logan...Cela me fait tellement plaisir que je ne contrôle ni mom coeur, ni mes pensées....Je veux te rendre la magnifique soirée que tu m'avais faite découvrir sous les étoiles de minuit...Merci de m'avoir sauvée du gouffre..

Hisae était maintenant émue et son coeur se mit à s'accélérer soudainement, leurs corps étaient tellement proche, elle pouvait entendre le coeur de Logan battre dans sa poitrine, à l'unisson avec le sien. Rougissante, elle vint timidement embrasser la joue du jeune homme avant de poser sa tête contre son épaule en fermant les yeux. Trop d'émotions l'envahir d'un coup et une larme se mit à couler, une larme qui libérer toute la solitude qu'elle avait connu. La jeune femme se sentait enfin quelqu'un, elle avait enfin l'impression d'être comme une étoile, brillante, pleine de vie et rempli d'espoir.

════════════════════
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Ven 16 Jan - 22:39

Ses joues avaient virés plus rouges que celles d'une calopsitte lorsqu'elle s'était mise à lui prendre le menton pour la soulever légèrement et le regarder droit dans les yeux. Elle l'avait rassuré, mais également l'avait fait rougir de plus belle lorsqu'elle lui dit qu'il lui était plaisant que ce soit lui qui lui enseigner la danse. Enfin... Oui, elle n'avait pas dit en soit qu'elle était contente que ce soit vraiment lui, mais voilà quoi... Il était quand même tout heureux que ce soit lui qui donne ces cours de danse et qu'elle en était ravi. Il allait afficher le sourire le plus niais du monde lorsqu'il entendit la jeune fraise masquée partir dans pensées, lui raconter qu'elle aimait lire, jouer et manger. Ah enfin une femme qui mangeait! Qui aimait manger! Cela le rassurait de savoir qu'il n'y avait pas en ce monde que des filles qui préféraient largement manger une petite salade que de bons gâteaux. Après il ne savait pas si elle aimait grignoter des branches de céleri ou engloutir un bon steack mais lui poser la question directement serait quelque peu indiscret. Très indiscret même. Wolodymyr fut quelque peu surpris lorsqu'elle lui confia qu'elle aimait aussi observer l'eau qui l'avait toujours attirée, alors qu'elle était sa pire ennemi, avant de partir dans une sorte de nostalgie qu'il ne comprit pas d'abord. Oublier sa culpabilité? Son pouvoir? Et se terrer dans la solitude? Mais qu'est-ce qu'elle voulait dire par là? Aurait-elle eut une mauvaise vie dans le sens qu'elle avait eu de sérieux problèmes? Il se sentit quelque peu mal à ce moment-là. Il ne savait pas quoi faire, que dire. Une personne comme Hanabi ne devrait pas souffrir selon lui. Au contraire, elle devrait avoir une vie heureuse, une vie remplie de bonheur, une véritable vie de princesse. Alors après qu'elle se soit excusée, il reprit un léger sourire pour au moins la rassurer. Non, il ne fallait pas que cette magnifique soirée soit gâchée par la nostalgie. Non, il ne fallait pas qu'elle souffre en se rappelant du passé. Oui, il allait lui offrir une soirée qui lui restera en mémoire, une soirée à laquelle elle pourra penser avec un grand sourire aux lèvres ; il allait lui offrir un bon souvenir.

"Disons que... Que... que je n'aime pas vraiment grand chose d'hors du commun... J'aime bien danser, j'adore ça, pour sûr, mais j'aime aussi soigner. Je ne sais pas... même si je refuse de suivre la voie de mon père j'aime me rendre utile aux autres... Leur venir en aide... Puis aussi j'aime vraiment quand les choses sont bien faites..."

Il leva les yeux, le temps de réfléchir. Qu'est-ce qu'il aimait faire en fait? Il était vrai qu'il passait le plus clair de son temps à perfectionner ses techniques de danse mais il n'avait pas vraiment réfléchit à ce sujet. Il y avait des choses qu'il aimait, il en était sûr, mais quoi? Il trouva enfin ce qu'il cherchait :

"Aussi, j'aime bien apprendre... Enfin, souvent ça foire, mes notes en sont la preuve... Mais j'aime apprendre de nouvelles choses... Je suis curieux... Me promener aussi... J'aime bien marcher... mais pas en ville, plus dans la nature..."

Il se rappelait de ces années passées avec sa grand-mère en Ukraine ; à la campagne, il se promenait quotidiennement avec sa fratrie, à la recherche d'un endroit où jouer quand il était petit, un endroit plus calme pour apprendre à danser lorsqu'il fut plus grand, mais aussi pour se cacher des gens. Le jeune homme aurait donné cher pour pouvoir retourner voir sa grand-mère, pour lui montrer quel homme il était devenu. Mais bon, il devra attendre le prochain voyage avec son père ou sa mère, voire les deux. Cependant, son regard se posa de nouveau sur sa jeune cavalière et il afficha un léger sourire. Ses joues s'empourprèrent de nouveau ; bon sang, il avait une idée, mais il ne savait pas s'il devait la proposer ou non. Il avait peur qu'elle le renvoie balader en le prenant pour un gros lourd. Ceci dit, peut-être devait-il prendre le risque. Accélérant un peu le rythme mais pas trop pour qu'elle ne le remarque pas et qu'elle continue à y suivre sans stresser de plus belle en ayant peur de tomber, il dit à Hanabi:

"Tu sais.... Si tu aimes observer l'eau... Enfin... La voir de plus près sans prendre le risque de... de te blesser.... Ben..."

Oh bon sang, il stressait rien qu'à la regarder. Alors il se mit à regarder derrière elle, puis reprit son courage à deux mains :

"Et bien on n'a qu'à se promener un de ces quatre si tu veux... Et tu pourras observer l'eau et je m'assurerai que tu n'aies rien."

Voilà voilà! C'était dit! Oui! Il l'avait enfin sorti sa phrase! Bon certes il avait du la dire rapidement, mais s'il voulait parler correctement il n'avait pas le choix. Puis, il rajouta doucement :

"Puis c'est... c'est mieux de se promener à deux au moins... C'est nul la solitude... Personne ne mérite être seul... Et encore moins quelqu'un d'aussi gentil que toi. Alors n'essaie pas d'aimer la solitude, elle rend plus triste qu'autre chose...."

Et il disait ça en toute connaissance de cause ; il était seul en soit et encore, il avait Lubia avec lui. Fort heureusement pour lui d'ailleurs, sinon qu'est-ce qu'il serait devenu? Mais bon, dorénavant il avait une nouvelle amie, une personne qui venait tout juste d'entrer dans la fiche de la chorégraphie qu'était sa pauvre vie de danseur étoile. Un pas de danse solo qui devenait ainsi un pas de deux. Une personne avec qui il pourrait discuter régulièrement mais aussi avec qui il serait au petit soin♥

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Sam 17 Jan - 13:04

La danse continuait, calmement, faisant toujours penser à un flottement, à une marche sur les nuages, à… A un rêve magnifique.
Souriant, le prince me confia qu’il n’aimait rien qui sorte du commun. Qu’il aimait beaucoup la danse, et soigner ou venir en aide aux gens. Sur ce point, je le comprenais : J’avais toujours aimé venir en aide aux gens. Ça me faisait sentir utile, et ça me faisait penser que ce jour là, ce n’avait pas été ma faute… Oui, venir en aide aux gens me rassurait. Me faisait sentir mieux. Venir en aide aux gens était un peu mon but, ma rédemption pour oublier que ce jour là, sur les ordres de celle-ci, j’avais abandonné ma mère. Mais ce n’était pas quelque chose dont je voulais parler. Pas ici, ça gâcherait la soirée magique qu’y si déroule… Et pas non plus au prince, il découvrirait quelle lâche personne j’étais, et ne voudrais sûrement plus être mon ami… Etrangement, cette pensée me pinça le cœur. J’aimais bien Wolodymyr, et je penses que je me sentirais mal si celui-ci me détestais, ou avais une mauvaise estime de moi, ou voulait m’éviter. C’était une personne avec qui j’avais l’impression que je pouvais me confier,  parler de tout, excepté peut-être ce détail sur ma vie, du coup… Bizarrement, je ne voulais pas perdre Wolodymyr, perdre ce sentiment de confiance, de sécurité, de bien-être, de joie. Je ne voulais pas perdre ce prince, cette personne merveilleuse et originale, calme et formidable… Cette personne indescriptible, par tous ses bons côtés…

D’un mouvement de tête, je mettais toutes ces pensées d’un côté : Penser à mon passé n’étais pas bon pour cette soirée, ni penser à perdre une personne chère… Chère ? Pouvais-je dire après quelques instants passés avec lui, que Wolodymyr m’étais cher ? Peut-être, sûrement, je ne sais pas… J’avais l’impression de déjà beaucoup tenir à lui, même si je le connaissais seulement depuis ce soir. C’est idiot, d’un côté, non ? De s’attacher à une personne aussi vite ?

Je sortis définitivement de mes pensées pour écouter mon cavalier, qui ajoutait qu’il aimait apprendre de nouvelles choses et se promener dans la nature. Je souris : Se promener était l’une des choses que j’aimais le plus. Je détestais devoir rester enfermée dans ma chambre, parce qu’il pleuvait trop, qu’il neigeait trop, ou qu’il faisait trop froid. J’aimais pouvoir me sentir libre, dans la nature, courir sur des étendues d’herbes, me promener entre les arbres, me prélasser dans un coin en écoutant un oiseau chanter, en observant une abeille butiner une fleur… Et c’était des choses que je ne pouvais faire en cas de pluie ou de fraîcheur intense. C’était des choses dont la vie avait décidé de m’en priver, pour le simple plaisir de me voir malheureuse, cloîtrée dans une chambre, sous un tas de couvertures étouffantes.

Mes pensées s’évaporèrent lorsque je faillis trébucher. J’en avais presque oublié que je dansais. Mon cavalier avait l’air de doucement accélérer le pas, à moins que ça soit moi qui aille plus lentement. Un peu déboussolée, je suivis malgré tout les pas de mon cavalier, avec plus de facilité que j’aurais pu l’imaginer. Le prince me guidait, et même si ces pas étaient devenus plus rapides, la danse me donnait toujours l’impression de flotter dans un rêve, et de marcher sur des nuages moelleux. Je souris, je ne savais pas pourquoi, mais je souris. J’avais cette étrange sensation de bonheur, venue de nulle part, cette étrange sensation d’être… vivante. Et ça me faisait sourire.
Mon cavalier, lentement, déclara que si jamais je voulais observer l’eau sans prendre de risques il… Il pouvait m’accompagner, un de ces jours, qu’on y aille ensembles, et qu’il s’assure que je n’ai rien.
C’était… tellement attentionné, que je me mis à rougir au point le plus extrême, et à en perdre ma voix. De ce que j’en cru, je faillis aussi perdre mes pieds, où je manquais une seconde fois de trébucher, tellement j’avais été surprise par la proposition de mon cavalier. C’était… c’était… tellement gentil de sa part, tellement attentionné. Tellement…. Princier.

Alors que je restais silencieuse, ma voix cloîtrée sous le choc, il ajouta que c’était mieux de se promener à deux. Que c’était nul, la solitude. Que personne ne méritait d’être seul, surtout une personne comme…. Comme moi. La phrase me fit rougir encore plus, alors qu’il finissait sa phrase en disant qu’il ne fallait pas que j’essaie d’aimer la solitude. J’étais totalement rouge, crispée, incapable de parler. Je fis le vide dans mon esprit, expira doucement, inspira, et expira de nouveau pour retrouver une couleur rosée, et relevait la tête vers mon cavalier, souriante :
« C’est… C’est extrêmement gentil de ta part… Et, je penses que c’est une… une bonne idée. Et puis ça me…. »
Bon sang mais qu’est-ce que j’étais en train de faire ? Esprit, tu me reçois ? Qu’est-ce que tu fous ?
« Ça me… ferait plaisir… de… »
ESPRIT ARRÊTES ÇA TOUT DE SUITE !
« De euh… passer du… du …temps avec… toi… »
J’étais totalement rouge, et j’ajoutais d’un ton presque inaudible un petit « Enfin je crois », avant de reprendre tout en tuant intérieurement mon esprit, qui se faisait aider de mon instinct que j’avais apparemment oublié d’attacher et de séquestrer dans un placard de ma tête :
« Et tu… tu parles de… de la solitude comme si tu… tu la connaissais…. Et je… je pense que… que tu…. Tu ne mérites pas… non… non plus d’être seul… Tu es trop…. »
Esprit, qu’est-ce que tu vas me sortir ? Tu es trop quoi ? ACHEVES TA PHRASE ! T’as décidé de te faire aider par l’instinct, assume et finis cette phrase, que je puisse t’étrangler juste après !
« Tu es trop…sympathique...pour être seul… »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Sam 17 Jan - 21:55

Son cœur s'était arrêté. Il ne savait pas vraiment que dire tant ça l'avait surpris. La bouche bée, il n'osait plus parler. Avait-il rêvé ou est-ce que Hanabi lui avait bien dit qu'elle serait ravie de se promener avec lui? Ou du moins de passer du temps avec lui? Il ne savait plus comment réagir : c'était la première fois qu'on lui disait quelque chose dans ce genre. Il chercha alors Lubia du regard, priant pour que celle-ci lui dise quoi faire, mais en vain. Il était fort à parier qu'elle était partie chercher quelques clopes dans les vestes des autres cavaliers pour aller en fumer une à l'extérieur. Bon il allait devoir se débrouiller comme un grand, ne plus jouer le pauvre gamin dépendant de son familier comme il l'était d'habitude. Mais comment faire lorsqu'en plus la jeune demoiselle qui vous avait fait l'honneur d'être votre cavalière rajoutait une couche en disant que vous-même ne méritiez pas d'être seul car vous étiez sympathique? La respiration du jeune homme se bloqua en tout cas et ses joues virèrent au rouge une nouvelle fois. Il devait bien l'avouer : c'était la première fois qu'on le mettait dans un tel état en lui disant de telles gentillesse. Il en avait tellement pas l'habitude qu'il avait l'impression qu'il allait en pleurer tant il était en émoi. Non non, il ne fallait pas qu'il laisse couler une petite larme. Non, il ne devait pas montrer quel type sensible il était, sinon ce serait la honte. Oui, on lui avait souvent répété que les femmes préféraient être en compagnie d'hommes forts qui ne connaissaient pas les larmes. En fait, il se demandait parfois pourquoi est-ce que certaines filles adoraient des types hyper machistes comme les rappeurs ou autres personnes dans ce genre, ce qu'il n'appréciait pas vraiment. En tout cas, il respira un bon coup avant d'afficher un petit sourire qui ne cachait toutefois pas son émotion :

"C'est... enfin... c'est vraiment gentil... Je... Je ne sais... je ne sais vraiment pas quoi répondre...."

Autant être honnête après tout. Sa voix l'avait aussi trahi : elle avait sur le coup ressemblé à celle d'une chèvre tant elle avait vibrer. Tant pis s'il se ridiculisait, de toute manière elle saurait un jour ou l'autre à quel point il était sensible. Etait-ce une bonne chose pour l'Assassin qu'il était devenu? Il n'en savait rien, mais son père lui avait dit qu'il s'était endurci à force de travailler ; peut-être il en sera de même pour lui. Il l'espérait. Son regard se posa de nouveau sur Hanabi, au moment-même où il se rendit compte -et juste à temps- qu'il avait serrer un peu plus son étreinte sur elle, la collant un peu plus à lui comme pour lui faire un câlin. Zut! Il allait la câliner! Bon sang, elle allait le prendre pour un mauvais gars qui ne cherchait qu'à séduire. Alors il relâcha un peu la demoiselle afin de se rattraper, virant un peu plus au rouge écarlate. Il releva même la tête pour éviter d'avoir encore plus à faire avec ses yeux vermeilles.

"Mais... Enfin... Je pense que je ne suis plus... je ne suis plus seul."

Il avait déjà Lubia, à présent il avait Hanabi. Il la fit un peu tournoyer avant de la ramener vers lui doucement. Est-ce qu'il devrait lui demander pardon d'avoir tenté de la câliner? Après tout, peut-être s'en était-elle pas rendu compte? Alors s'excuser pour une chose qu'elle n'avait pas vu le rendrait plus stupide, et s'il lui disait qu'il avait tenter de la prendre dans ses bras elle penserait alors qu'il n'était pas fréquentable! Bons sang, que faire? Que faire? Il n'en savait rien. Mais la politesse le poussant à demander pardon, il dit:

"Je... je suis désolé si je te serre trop... et si je vais aussi trop rapidement..."

Oui, voilà, il s'était excusé ! Il en était tout content. Il sourit, se sentant quelque peu libéré par ce poids de culpabilité. Quoique... En tout cas, il remarqua que la musique venait tout juste de se terminer. Il arrêta donc la danse et regarda sa cavalière. Zut, il s'amusait tellement à danser avec elle qu'il n'avait pas vu le temps passer. Une autre musique arrivait, mais il ne savait pas si Hanabi voulait encore danser ou non. Il sourit légèrement avant de lui demander:

"Est-ce que tu voudrais encore danser ou souhaiterais-tu faire une pause? Tu es peut-être fatiguée, non?"

Après tout, elle n'avait pas l'habitude de danser, il ne fallait pas lui faire des exercices trop longtemps. Mais d'un coté, si elle souhaitait continuer à valser, il n'était pas contre une autre danse. Toujours en regardant la jeune femme il attendit sa réponse.

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 18 Jan - 14:38

Qu’est-ce qui m’avait pris de dire tout ça ? Qu’est-ce qui m’avait pris de dire des choses aussi… Gênantes ? Cette fois-ci, alors que je devenais aussi rouge qu’une cerise ensanglantée, je m’assurais de mettre mon instinct hors d’état de nuire, de le séquestrer et de l’enfermer dans un placard perdu au beau milieu de mon esprit, jetant la clé et effaçant la porte qui accédant à cette partie de mon esprit. Comme ça, je n’aurais plus de problèmes ! Quoi que, pour être sûre, je devais peut-être le clouer au mur avec des couteaux… Euh, quand même, il fallait que je me reprenne, je complotais contre mon propre instinct… ça virait au problème psychologique. Il fallait que je me concentre sur autre chose que de parler à mes organes et autres…
Je reportais donc mon attention sur mon cavalier, qui déclarais que c’était gentil ce que j’avais dit, et qu’il… qu’il ne savait pas répondre. Cela me fit rougir, un peu gênée. Peut-être étais-je allée trop loin. Peut-être que non. Je ne voulais pas gêner mon cavalier. Je voulais qu’il se sente bien… Et peut-être que ce que je disais le mettais mal à l’aise. Je ne sais pas…
Nous continuions la danse, et je me sentais… Bien. Au chaud. Etrangement, je me sentais mieux qu’avant. J’avais l’impression d’être dans un rêve, dans l’étreinte d’une douce couverture, d’un doux songe d’été, qui vous caresse doucement de sa chaleur réconfortante et agréable.
Chaleur qui, était bel et bien réelle, car après réflexion je me rendis compte que j’étais très…collée à mon cavalier. Je pouvais presque sentir son odeur – son agréable odeur. Mais  . mais… esprit, reprends toi voyons ! On ne sniffe pas les gens comme ça ! Et puis… et puis non, rien, on ne sniffe pas les gens par simple prétexte qu’ils sentent bon.
Etrangement, j’aimais bien cette sensation. Cela m’avait fait rougir encore plus que toutes les fois d’avant, mais je trouvais ça agréable, cette sorte d’étreinte, non finie, qui me rapprochait de lui. Cela me réconfortait, en quelques sortes. Cela me rassurait. Je ne savais comment définir le sentiment – la sensation – qui m’habitait. Mais je pouvais dire que c’était… Comme un rêve. Comme un soleil d’été. Comme un ciel dégagé. Comme une brise de printemps. Comme un chant d’oiseau. Comme un bourgeon fleuri. Comme une caresse sur le cœur… C’était tout simplement incroyablement agréable. Sentir la chaleur du corps de mon cavalier sur le mien, sentir sa respiration sur mes cheveux, sentir son incroyable et agréable odeur…

Non mais oh, esprit, ça va pas oui ? Reprends-toi voyons ! Regarde un peu tes pensées ! Ça ne va pas du tout ça, pas du tout… Je vais devoir te virer si ça continue, et faire des castings pour un nouveau cerveau. Non mais quand même, tu as vu les pensées que tu me sors ? Imagine que quelqu’un ait le pouvoir de lire dans les pensées, j’aurais été morte de honte… Et tu aurais été mort tout court car je t’aurais tué.
Voilà donc que j’étais extrêmement rouge. Encore plus que les cerises d’été, que le soleil couchant, que la planète mars, que les fraises mûres, que les roses écarlates, que les poissons rouges dans les bocaux, que les muscles qui nous tiennent, que le cœur qui me fait vivre… J’étais tout simplement plus rouge, écarlate, pivoine que toutes ces choses réunies. On aurait pu me croire brûlée, tellement mon teint était d’un rouge éclatant. Ce pourquoi je baissais ma tête, honteuse. Pourquoi je pensais à tout ça, moi ?

Heureusement – ou malheureusement, que sais-je ! – mon cavalier relâcha un peu son étreinte, me permettant de respirer un peu, de laisser mon cœur reprendre son battement normal, gardant néanmoins cette couleur rouge extrême sur le visage.
Le prince déclara ensuite qu’il n’étais plus seul. A ma grande surprise, je rougis encore plus.
Il me fit tournoyer, flotter sur un nuage, flotter dans un songe merveilleux, et après quelques pas, s’excusa s’il me serrait trop, où s’il allait trop vite. Je fis un sourire gêné. N’étais-ce pas plutôt à moi de m’excuser ? N’étais-ce pas moi qui m’étais peut-être inconsciemment rapprochée de lui ? Et n’était-ce pas moi qui étais en train de le sniffer quelques minutes auparavant ? De me blottir inconsciemment contre lui ?

La musique prit fin, et une autre débuta. Mon cavalier s’arrêta, et me demanda si je souhaitais danser à nouveau ou faire une pause. Je ne m’en étais pas rendue compte durant la danse, mais mes jambes me tiraient un peu. Mais je ne voulais pas arrêter de danser, j’avais l’impression que, tant que je dansais, tant que je suivais les pas du prince, tant que je passais un moment magique avec lui, rien ne pouvait m’arriver, m’atteindre, me toucher, me faire souffrir. Rien ne pouvait entraver cette sorte de bouclier magique, apparut par la simple agréable sensation que m’apportait mon cavalier.
Je souris donc, avant de répondre timidement, tentant de reprendre un teint plus rosé que rouge :
« Je veux bien continuer à… danser. J’aime… j’aime bien danser avec toi… Et je… je pense tenir le rythme… »
Je fis une petite pause, pour reprendre mon souffle. Je ne m’en étais pas rendue compte, mais pendant un moment je l’avais retenu, sûrement à cause d’un mélange entre le stresse et le gêne.
« Et puis… tu… tu sais, tu ne va pas trop… trop vite et… ça … ça me va. »
Ne précisant point ce qui m’allait. Non, je n’allais pas lui dire « Hey, j’aime quand tu me serres, ça me permet de sniffer ton odeur sympa ! ». Non, ce serait… gênant. Honteux. Je pense que si j’avais dit ça, je serais partie la minute d’après. J’aurais bravé la neige et les brûlures qu’elle m’aurait causées pour m’enfermer dans ma chambre et rester cloîtrée sous ma couverture pour au moins une semaine.

Je me replaçais donc en position de danse, attendant le feu vert de mon cavalier.
« Tout à l’heure tu… tu disais que … que tu ne voulais pas suivre la… la voie de ton père… Que… que fait-il au juste ? »
Peut-être étais-je trop curieuse, mais au moins ça relançait la discussion. Peut-être qu’à la suite, il me poserait des questions sur ma famille, mais je devrais faire face. Voilà trop longtemps que je fuyais mon passé, que je fuyais ces souvenirs, que je fuyais cette culpabilité qui me rongeait. Peut-être me prendrait-il pour une lâche, peut-être me réconforterait-il, en tout cas si nous devenons amis, il fallait bien qu’il le sache un jour ou l’autre.
Je me forçais à ne pas penser à ça pour le moment, à me concentrer sur la magie qui m’entourait, à vivre l’instant présent, à être emplie de joie…
Et à espérer que si jamais je lui parlais de mon passé, il ne me rejetterais pas.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mer 21 Jan - 13:19

La chance était avec lui pour cette soirée? Avait-il eu droit de l'aide d'une marraine la Bonne Fée? Depuis quand en avait-il une d'ailleurs? Pourquoi est-ce qu'elle n'était qu'apparu au fil de cette journée? Il avait l'impression d'être dans un véritable conte de fée, dans une histoire qui finirait sans doute par un Happy End. Oui, un jeune homme qui s'est toujours senti seul, qui a toujours été rejeté des gens et qui par un beau soir s'est retrouvé dans un bal, à danser avec le petit Chaperon Rouge. Il espérait qu'à minuit elle ne s'en aille pas, que sa marraine -si elle avait une elle aussi- ne la forçait pas à rentrer à une certaine heure. Non, qu'elle ne disparaisse pas comme Cendrillon a quitté le bal suite aux douze coups de minuits passés. Ou du moins, qu'elle perd elle aussi l'une de ses chaussures, qu'il la lui ramène, qu'il ait une excuse pour la revoir ne serait-ce au moins qu'une fois! Certes la guilde en était une pour aller discuter avec elle, mais alors ils ne devraient parler uniquement des Assassins. Mais si jamais elle oubliait une de ses chaussures -et avec le temps qu'il faisait dehors, ce serait fort improbable- alors il pourrait discuter avec elle sur cette soirée mais aussi sur autre chose, comme la sortie qu'il lui avait promis. Tiens d'ailleurs.... où devait-il l'emmener? Il n'en savait complètement rien. Il voulait lui faire plaisir, la laisser regarder l'eau sans qu'elle n'ait de problèmes, et pourquoi pas la laisser jouer avec. Il devait alors bien réfléchir à son coup, savoir où l'emmener, à quel moment. Mais ce qui était sûr, c'était qu'il devait s'entraîner encore plus afin d'être sûr de ne pouvoir la soigner, de lui permettre de s'approcher de l'eau sans aucun risque. En tout cas, ce fut les douces paroles d'Hanabi qui le fit sortir de ses pensées. Une jolie voix qui lui répondit une nouvelle fois quelque chose qui lui coupa la respiration. Il sentit comme une chaleur dégager de ses joues : il y avait fort à parier qu'il virait au rouge. Bon sang, allait-il passer toute sa soirée à ressembler à une groseille? A avoir si chaud au niveau du visage? Il avait l'impression d'être un volcan tant ses joues étaient en feu. Ça... Enfin euh... Elle aimait vraiment danser avec lui? Cela le laissait bouche bée. Wolodymyr leva légèrement la tête pour éviter que la petite fraise masquée ne remarque sa rougeur mais également ce tout petit sourire niais qu'il essayait du mieux à effacer. Pourquoi est-ce que ça lui faisait en soit plaisir d'entendre ça, surtout venant de la renarde à la chevelure de neige? En tout cas, ça lui faisait chaud au cœur et il devait avouer qu'il n'allait pas se plaindre.

"B... bien... continuons alors à.... à danser..."

Le guérisseur avait eu du mal à placer ces quelques mots. Voyant sa cavalière se remettre en position de danse, il en fit de même en faisant attention toutefois de ne pas trop la serrer. Non, il ne voulait pas lui faire peur, l'étouffer ou quelque chose dans ce genre. Il ne voulait surtout pas qu'elle le prenne pour un genre d'homme qui n'était pas. Et il commença alors le premier pas, entraînant ensuite l'hybride dans la danse. Ce fut là qu'elle lui posa une question, celle sur son père. Il fit un léger sourire avant de répondre :

"Ah il est vrai que je t'ai parlé de lui... mais je ne t'ai pas dis ce qu'il fait..."

Quel imbécile il était : il n'avait pas préciser le métier de son père. Bon, au moins cela faisait sujet de conversation : un autre moyen de pouvoir parler avec sa jeune cavalière.

"Il est médecin. Enfin.... Guérisseur... Médecin... Il est les deux. Il a le pouvoir de soin mais comme il ne faut pas montrer ses capacités aux humains.... il est entré dans une école de médecine. C'est grâce à ça qu'il a rencontré ma mère qui est danseuse étoile : elle s'était blessée, on l'a appelé et voilà."

Il se demandait d'ailleurs pourquoi est-ce qu'une femme aussi gentille que sa mère était partie avec un homme au si mauvais caractère que son père. Etait-ce parce qu'ils devaient être "complémentaires"? En tout cas, il se demandait pourquoi est-ce qu'il avait parlé de tous ça à la jeune fille. Sans doute s'en fichait-elle? Ou voulait-il au moins préciser le travail de sa mère qu'il adorait? Peut-être était-ce aussi parce qu'il avait envie de parler le plus longtemps possible à la jeune fille? Oui, c'était sans doute ça. Car il avait besoin de lui parler. Enfin, besoin.... besoin ou envie de lui parler? Ce n'était pas pareil. Il n'en savait que trop rien mais le seul petit point qu'il n'ignorait pas était qu'il ne se lasserait jamais de discuter avec elle. Aussi souhaitait-il que cette soirée dure longtemps.

"Il voudrait que je devienne médecin, mais ça ne me tente pas vraiment tant il est là à me forcer la main. Mais bon, je pense qu'à un moment ou un autre, cette idée de me voir pratiquer le même métier que lui."

Et il la fit tourner une nouvelle fois avant de la ramener vers lui. Il eu un petit sourire : sans doute ne l'avait-elle pas remarquer mais Hanabi dansait plus rapidement qu'avant. En effet, il avait fait exprès d'accélérer le pas et sans s'en rendre compte la jeune fille à la chevelure de neige y avait suivi. D'ailleurs, elle se débrouillait bien pour quelqu'un qui n'avait jamais eu l'occasion d'apprendre la valse. Il n’accélérera plus le rythme, sinon ce serait une danse trop rapide qu'ils feraient et non esthétique. C'était une belle chorégraphie qu'il voulait qu'elle garde en sa mémoire et non une sorte de rituel païen (c'était comme ça qu'il voyait les danses mal faites). Affichant toujours un petit sourire, il se décida alors à retourner en quelque sorte la question à sa cavalière afin de continuer la discussion :

"Et... toi aussi tes parents veulent aussi que tu suives une voie?"

Etait-il un peu trop curieux? Peut-être. Mais on n'était jamais assez curieux pour connaître la vie des autres, surtout lorsque la personne nous plais.... hein? Oh la, "calme-toi Prince de Lu" comme le dirait si bien Lubia. Bon sang pourquoi voulait-il tant connaître Hanabi? Voilà qu'il se posait la question. Peut-être était-ce comme ça qu'on se faisait des amis, on apprenait à se connaître les uns les autres. Oui, ça devait être ça. Sans aucun doute. Il regarda l'hybride, attendant sa réponse et priant pour qu'elle ne lui reproche pas d'être aussi curieux.

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 26 Jan - 16:06

La danse reprit, et mon cavalier guidait mes pas avec toujours une même grâce, la même délicatesse, la même rapidité qui ne vous décontenançait pas pour autant. Il me guidait toujours avec cette sensation qui me donnait l’impression d’être dans un rêve, de flotter sur un petit nuage multicolore avec des papillons arc-en-ciel. C’était étrange, j’avais l’impression que ces papillons multicolores se trouvaient dans mon ventre, et qu’ils battaient inlassablement des ailes, pour me donner cette sensation de… De je ne sais quoi. Je ne pouvais décrire ce que je ressentais clairement. Mais c’était… agréable. Et à force de danser avec un prince, je me sentais comme dans un conte de fée, comme ces princesses merveilleuses aux longues robes de soies, qui dansent toutes la nuit avec le prince de leur rêve, qui leur offre la plus merveilleuse des vies, avec leur magnificence et leur attention…
Eh mais ! A quoi je pensais, moi ? C’est pas correct de penser à ça ! Enfin, c’est toujours plus correct que de sniffer les gens… Mais, son odeur était tellement agréable !
Bon sang, reprends-toi Hana ! C’est pas le moment de penser à ça ! De un, on ne pense pas à l’odeur des gens qu’on sniffe, de deux, on ne pense pas aux gens comme s’ils étaient des princes de contes de fées ! Enfin, Wolodymyr ressemblait bel et bien à un prince, mais moi ? Je n’avais guère l’apparence d’une princesse. J’avais une chevelure courte et souvent coiffée en sauvage, je m’avançais toujours sur le champ de bataille, je ne me peinturais jamais le visage de maquillage, et je ne savais même pas danser… J’étais plutôt une guerrière, une Assassine !

Les joues empourprées par tout ce à quoi je venais de penser, j’écoutais mon cavalier me parler de son père. Il me disait que celui-ci était guérisseur et médecin, que comme lui, il avait le pouvoir de soin, mais qu’il était tout de même entré dans une école de médecine pour ne pas montrer ses capacités aux humains… Et que c’était là qu’il avait rencontré sa mère, qui était danseuse étoile.
C’était une belle histoire. Je souris. Moi, je n’ai jamais su comment mes parents se sont rencontrés. Je sais juste que le jour où ma mère à accouché de moi et ma sœur, mon père est partit. Je ne l’ai jamais connu, bien que j’avais déjà vu des photos de lui, et que ma mère en parlait souvent. Mais elle ne m’avait jamais raconté leur rencontre… Et bien que je sache qu’il était mage, je n’ai jamais su quel était son pouvoir. Tout comme celui de ma mère… Elle le cachait vraiment bien. Je n’avais connu que le pouvoir de ma sœur, opposé au mien en quelques sortes. Mais c’est ce qui nous avait encore plus rapprochées.
Ah, c’était les beaux jours…

Alors que je me perdais dans mes pensées, Wolodymyr continua à parler de son père, expliquant que celui-ci voudrait qu’il devienne médecin lui aussi, mais que lui ne voulait pas. Je levais la tête pour le regarder. C’était embêtant. A quoi servait le cadeau que la vie nous offrait, si on ne pouvait en profiter comme on le souhaitait ? Vivre servait à être heureux. A faire ce qui nous plaît (sans non plus exterminer des nations, là ça vire au psychopathe…)

Il me fit tournoyer de nouveau, me ramenant vers lui avec un sourire. Je lui souris en retour, gênée. Étrangement, j’arrivais à bien suivre son pas. Enfin, il me guidait, donc je n’avais pas beaucoup à faire, mais je me débrouillais plutôt pas mal, tout de même…
Et puis, il me posa la question. Celle que je redoutais qu’il me pose, mais qu’il fallait bien que j’y réponde. Après tout, il fallait bien qu’un jour ou l’autre, je tourne la page. Il fallait bien que j’arrête de m’accuser. Même si, je n’avais peut-être pas tort de le faire.
Je laissais donc un petit silence traîner, durant lequel je suivais attentivement ses pas, pour ensuite prendre la parole :
« Ah, moi… Eh bien, disons que… Disons qu’aucun de mes parents ne sont en position de m’imposer quoi que ce soit… »
Je baissais légèrement la tête, honteuse et gênée.
« Je n’ai jamais connu mon père, il… Il est partit dès ma naissance. Donc quel que soit son pouvoir ou son métier, il ne peut m’influencer sur ça. Quand a ma mère… »
Je pris une grande inspiration. Tourner la page. Et si après ça, Wolodymyr me détestait ? Cette pensée me fit un pincement au cœur, mais il faudrait bien l’accepter. Il m’avait bien dévoilé l’histoire de ses parents, il fallait bien que je fasse de même. Mais j’avais peur de gâcher la magie de cette soirée avec ça…
Après un nouveau silence, je me décidais enfin :
« Quand à ma mère, c’est après sa mort dans un incendie que j’ai décidé d’aller à Tadakai, donc elle non plus n’est pas en… mesure de me diriger vers une quelconque voie. »
Cela faisait toujours aussi mal à dire. Dire que ma mère était morte dans un incendie, alors que j’étais insensible au feu, quelle ironie. J’aurais très bien pu la sauver. Mais je n’ai pas pu. Elle tenait déjà le corps de Koyuki dans ses bras. Elle jugeait qu’il était trop tard pour elles. Et m’avait demandé de fuir.
Je laissais Wolodymyr réfléchir sur ce que j’avais dit. Pas besoin de lui décrire la scène, il ferait très bien l’assimilation tout seul, sachant que je résistais au feu et que ma mère était morte dans un incendie. Il comprendrait que j’aurais pu la sauver, et que je n’en avais rien fait.

Inconsciemment, tout en continuant la danse, je me rapprochais de lui, tentant un sourire :
« Enfin, je suis désolée de te déranger avec ça… C’est une belle soirée et je viens de tout gâcher avec mes histoires… Je… je ne veux pas casser la magie de cette soirée… »
Des larmes embuèrent mes yeux, et instinctivement (Bon sang, je pensais qu’on l’avait enfermé celui-là !) je posais ma tête contre mon cavalier, tentant de ne pas montrer ces cristaux d’eau qui perlaient dans mes yeux.
Lorsque je m’en rendis compte, je devins tellement rouge que j’aurais pu cuire n’importe quoi en à peine quelques minutes. Mais il était trop tard, ma tête était là, posée sur lui, mes pieds suivant toujours le chemin qu’il me traçait. Le reste de mon corps était immobile, ou vides, comme ceux d’une poupée, tellement j’étais choquée par mes propres actions. Je suivais seulement les pas de danse.
Bon sang, il sentait toujours aussi bon…

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Sam 31 Jan - 23:22

Vous connaissez ce sentiment? Celui que vous ressentez lorsque vous avez parler d'enfants à une femme qui ne pouvait pas en avoir? De mariage à un veuf ou de guerre à un ancien soldat? Bref, quand vous avez parler d'un mauvais sujet à une mauvaise personne? Voilà, c'était la gène. Voire plus même : vous vous sentez mal à l'aise pour votre interlocuteur et vous vous demandez pourquoi vous ne vous êtes pas tut au lieu de dire quelque chose de blessant. C'était involontaire, certes, mais Wolodymyr se sentait coupable d'avoir donné grise mine à sa cavalière. Il aurait du se taire, fermer cette bouche immense qui ne laissait sortir que des bêtises. En plus il était conscient que certaines personnes n'avaient pas eu la chance de rencontrer leurs parents ou d'en garder ne serait-ce au moins qu'un seul en vie et que c'était pour cette raison qu'ils étaient à Tadakai! Haaaa! Mais pourquoi n'avait-il pas réfléchi avant de renvoyer la question à la petite fraise masquée? Quel imbécile il était! Il méritait bien des baffes!

Il baissa les yeux sur la jeune fille, pleins de remords. Bon sang, elle se sentait mal par sa faute. Il voulait lui offrir une belle soirée, voilà qu'il la gâchait en faisant remonter à la surface de sa mémoire de mauvais souvenirs. Non, il fallait qu'elle sourit de nouveau, qu'elle montre ce radieux visage qu'elle avait présenté quasi tout le long de la soirée. Mais comment faire? En continuant à la faire danser? Mais si ça ne marchait pas? Surtout que ça faisait un bon moment qu'ils dansaient déjà et les musiques ne changeaient pas de genre. Alors, comment faire? Alors qu'il pensait reprendre la parole pour s'excuser, il se figea lorsque la chose la plus improbable se produisit : Hanabi venait se blottir contre lui. Il rougit. Tellement même que le festival de Cannes aurait pu le dépecer pour récupérer sa peau et en faire un tapis pour les stars. Il déglutit et avec indiscrétion. Bon sang de bon bois, mais pourquoi?! Il n'allait pas se plaindre qu'une telle chose lui arrive, oh que non. Mais il se sentait aussi mal à l'aise qu'un poisson rouge dans un aquarium trop petit pour lui. Il ne savait plus quoi faire... Alors il arrêta la danse et passa ses bras derrière les épaules de la jeune fille pour la serrer contre lui. Il baissa même la tête pour la poser un peu sur son crâne afin de faire ce qui semblait être un câlin.

"Non, tu n'as pas à t'excuser, c'est moi qui suis désolé."

L'ukrainien se rendait compte qu'il agissait comme il l'aurait pour pour un des membres de sa fratrie. Mais ce n'était pas de sa faute s'il n'avait pu consoler jusque là que son frère ou ses sœurs!

"Je suis vraiment désolé. Pardon. J'aurai du mieux réfléchir avant."

Et comme il l'aurait fait à Oksana, il déposa un baiser sur le front de la jeune fille. C'est là qu'il se rendit vraiment compte qu'il allait trop loin et devint de marbre. Il rougit de plus belle et décolla ses lèvres de la peau de la jeune fille aux cheveux de neige avant de commencer à balbutier quelques mots en ukrainien tant il était gêné par cette situation. Il s'excusait, ou du moins tentait de s'excuser, mais la panique l'avait fait parlé dans sa langue maternelle. Mais ce n'était pas pour autant qu'il l'avait lâché! Ce fut la voix de Lubia qui le ramena à la raison ;

"Hey Roméo, tu vas te calmer oui?"
-Hein euh... Ah oui, désolé... Vraim...

Il s'arrêta soudainement de parler. Un frisson lui parcouru le dos. Son instinct lui disait que quelque chose allait mal se passer. Si le regard de tout le monde était tourné vers l'horloge, le sien se dirigea plutôt vers son familier qui le fixait bizarrement. Le lamachondinde pencha sa tête sur le côté.

"Bah quoi? Quelque chose ne va pas?"

Non, il allait y avoir un petit truc qui allait gâcher cette soirée et ça n'allait pas être de la faute de son invocation pour une fois. Alors là, enfin il regarda soudainement l'heure. Il était un peu plus de vingt-trois heures. Qu'allait-il se passer? Surtout que son familier se rapprochait de lui, aussi mal à l'aise de lui. Instinctivement, il serra un peu plus Hanabi contre lui afin de la protéger. S'il venait à se produire un mauvais événement il fallait qu'il soit là pour elle, qu'il la fasse sortir d'ici. Après peut-être était-ce tout simplement parce qu'elle se sentait aussi mal à l'aise à cause de ce qui venait de ce qu'il venait de faire. Alors voulant s'assurer que tout aille bien, il lui demanda:

"Est-ce que ça va aller?"

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 1 Fév - 16:08

Toujours pétrifiée, voilà ce que j’étais. Qu’est-ce qui m’avais pris, bon sang ? Pourquoi je m’étais blottie instinctivement contre lui ? Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’il foutait là, l’instinct ? Je croyais l’avoir définitivement enfermé et bannit de mon corps ? Pff, quelle tête de mule celui là… Il n’en fait qu’à sa tête !
Bref, voilà que j’étais toute rouge et incapable de bouger un muscle, tant j’étais embarrassée. Mon cavalier sembla gêné, lui aussi. Mince, je n’aurais vraiment pas dû lancer le sujet, voilà que la magnifique soirée de rêve va tomber à l’eau… Et tout ça par ma faute… Bon sang, je suis vraiment une idiote !
Puis, pouf ! Tout s’arrête lorsque Wolodymyr passe ses bras derrière mes épaules, et pose même sa tête contre la mienne pour… m’enlacer ? Me câliner ? Quoi que ce soit, cela fit accélérer les battements de mon cœur, à un tel point que cette fois ci, je crus vraiment qu’il allait déchirer ma poitrine pour en sortir. Je crois aussi que j’en rougis d’autant plus. Bon sang, je crois que c’est la première fois de ma vie que je rougis autant. Vraiment, jamais je n’avais réussi à atteindre une telle couleur, à force de rougir. Ça relevait de l’exploit. Limite j’aurais pu entrer dans le livre des records, p153, « la fille qui a le plus rougit dans le monde entier, on a encore jamais vu ça ! »… En fait, ça n’en serait que plus embarrassant… Brrr, rien qu’en y pensant, j’en ai des frissons !
Toutefois, je restais blottie contre mon cavalier… Je ne sais pas comment expliquer, mais il était tout chaud, tout réconfortant, et j’avais l’impression que sa chaleur chassait tous mes soucis… C’était agréable, de me blottir contre lui. J’avais l’impression que plus rien ne pouvait m’arriver, que ce prince était mon chevalier, mon protecteur. En fait, j’avais l’impression d’être dans un monde totalement parallèle, dans un songe merveilleux et éternel…

Puis mon cavalier, toujours me serrant contre lui, déclara que ce n’était pas à moi de s’excuser, mais à lui. Il s’excusa donc, ajoutant qu’il aurait dû réfléchir avant. J’allais prendre la parole, lui dire qu’il ne fallait pas qu’il s’excuse, mais il me devança et me posa un baiser sur le front.
Pfuit, adieu cher cerveau. J’ai adoré notre vie ensemble. Adieu cher cœur, tu m’as été très utile, toi aussi.
Tout devînt noir dans mon esprit pendant quelques instants. Tout ce que je sus, c’est que j’étais tellement rouge que j’aurais pu servir de manteau au Père-Noël.
Lorsque mon esprit redémarra, Wolodymyr s’était un peu écarté, balbutiant des mots que je ne comprenais pas. Mais je lui souris, tandis qu’il me serrait toujours contre lui. C’était si agréable ! Et je pouvais toujours sentir sa délicieuse od…. Bon sang, Hana, reprends toi ! On a déjà convenu que sniffer les gens, ce n’était pas correct !

Soudain, mon cavalier s’arrêta de parler, comme si quelque chose l’avait interpellé. Ce fut exactement au même instant que lorsque je ressentit un énorme frisson le long du dos, qui me fit trembler de tous mes membres. Je le regardais, les yeux ronds. Il semblait inquiet. Je reposais ma tête contre lui, alors qu’il me serrait un peu plus. Il me demanda si ça allait aller, et alors que j’allais lui répondre, le frisson se fit plus fort, le froid pénétra ma chair, me faisant presque vaciller. Mais c’était impossible, car je ne pouvais plus bouger. Et ce n’était pas ma faute, non. Je ne pouvais littéralement plus bouger. J’étais comme pétrifié, figée, par une force supérieure. Le froid mordait ma moelle épinière, pénétrant ma peau, mes os, et malheureusement pour moi, j’étais la seule qui y était sensible dans cette salle. Le froid s’étalait sur tout mon corps, déchiquetant chaque muscle, absorbant mon énergie, ma vie au fil du temps. J’étais la seule, dans cette salle, à pouvoir mourir d’un froid comme celui-ci. Les autres en seront seulement dérangés, mais moi…

J’ouvris la bouche pour parler, tandis que le froid s’engouffrait dans ma gorge, pénétrant mes poumons, ce qui me fit tousser un bon coup. Je n’avais même pas la force de m’effondrer ou de trembler, tant la pression, la froideur était forte. Mon esprit vacilla un instant, ce qui me fit fermer les yeux pour quelques mini secondes, et les rouvrir, comme un mini évanouissement. Je ne pouvais bouger, seulement ma tête était capable de se mouvoir. Je la relevais donc vers mon cavalier, esquissant un faible sourire, et déclarant d’une voix presque inaudible et balbutiante :
« C… Ca ira, n-ne t’en fais pas… »
Je disais cela, mais moi-même je me demandais si j’allais survivre. Trop de froid. Je renfournais ma tête dans le torse de Wolodymyr, cherchant une quelconque chaleur restante, pour m’éviter de geler.
S’il neigeait à l’intérieur du gymnase, j’étais cuite.
Je regardais faiblement le nouveau personnage qui s’était invité à la fête, tenta de lui lancer un regard noir pour avoir gâché la soirée (Je dis ça, mais j’avais déjà commencé à la gâcher…), mais par trop de faiblesse, ferma les yeux doucement, respirant l’odeur de mon cavalier, respirant sa présence.
Peut-être était-ce la dernière odeur que j’allais sentir de toute ma vie. Peut-être que mon cavalier était la dernière personne que je verrais.
« Qu… qui est-ce ? » réussis-je à marmonner faiblement.
En tout cas, si je mourrais ce soir, je mourrais dans les bras de la plus merveilleuse personne que j’ai connue. Et ça, ça me va.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 8 Fév - 16:12

Que se passait-il? Il y avait vraiment là quelque chose qui n'allait pas. Non non, cette chose en question venait tout gâcher, mettre son petit grain de sel dans cette soirée qui avait promis d'être fabuleuse. Pourquoi? Y avait-il une raison à cela? Le gymnase devint plus froid, frigorifiant tous les danseurs, lui y compris. Wolodymyr jeta un regard sur la scène : une femme à la blonde et longue chevelure venait de faire son apparition. A voir son physique, il pouvait deviner qu'il s'agissait là d'une européenne du nord. Bon sang, que venait-elle faire là? Jamais il ne l'avait vu auparavant. Même si elle était la principale cause de tous les soucis, le Guérisseur préféra toutefois se préoccuper d'abord de sa cavalière. Elle était complètement paralysée par le froid la pauvre, il ne pouvait pas la laisser dans un état pareil. De plus est, ce temps-là était fort dangereux pour elle. Il aurait aimé bouger, faire quelque chose pour elle, mais malheureusement le sort jeté par l'étrange jeune femme l'en empêchait. Pourtant, il faisait froid comme ça en Ukraine en hiver. C'était ça qui lui confirmait qu'il s'agissait bien là d'un pouvoir -en soit malfaisant puisque la dénommée Elsa s'en servait contre d'autres personnes. Il lança un léger juron en ukrainien... tandis que Lubia, elle... ne se gênait pas d'insulter la petite nouvelle :

"HEY TOI! JE TE JURE T'AS INTERET A REMETTRE LE CHAUFFAGE OU JE TE JURE QUE MES GRIFFES TU VAS LES AVOIR SUR TA G****E D'ANGE ! SALETE! PAUVRE PETITE P...!"

Bref, autant dire que cette histoire l'avait mise de bonne humeur.

"AVANT DE NOUS FAIRE CREVER, LAISSE MOI AU MOINS FUMER UNE DERNIERE CLOPE ET MANGER LES AFFAIRES DE WOLO!"
-Hey!

Le danseur étoile leva les yeux au ciel avant de regarder de nouveau Hanabi. Bon sang, il fallait faire quelque chose pour elle, au moins pour qu'elle puisse se réchauffer. Puis même pour aider au moins les autres! Non, il ne fallait pas qu'il reste là à ne rien faire! Certes il était passif, mais il ne pouvait pas tolérer qu'on s'attaque au lycée pour une raison qui était encore inconnue et qu'on n'expliquait pas! Se mordant la lèvre inférieure, il priait pour qu'à un moment ou un autre Elsa baisse sa garde et qu'elle laisse la possibilité à n'importe qui d'agir librement. Son regard se posa ensuite sur l'ensemble de la salle : certains élèves semblaient vouloir eux aussi agir. Tant mieux. Rien qu'à leur pouvoir qui était plutôt offensif, ils seront bien plus utile que lui. Alors quand il pu enfin bouger -ou du moins assez pour agir- il privilégia Hanabi. Il enleva sa cape avec une lenteur qui l'angoissait avant de la mettre sur les épaules de la cavalière, ou plutôt l'enrouler dedans.

"Tiens, il faut que tu aies plus chaud, lui dit-il. Ça va mieux comme ça?"

Il fallait qu'elle ne meurt pas de froid. Oh que non! Il ne pourrait pas le supporter. Alors tant pis pendant ce temps il devait la réchauffer. Alors il sa serra de nouveau dans ses bras, lui frottant bras et dos pour tenter de créer un peu plus de chaleur. Cette scène aurait pu être des plus mignonnes si...
RHAAAAAAAAAAAAAPEUUUUUH!
....si une Lamachondinde ne s'était pas amusée à lancer un immense crachat de lama en direction d'Elsa.

"Lubia tu fais quoi?!"
-Je lui crache au visage! Elle me gave!
-Mais quand même!

-M'en fiche!

La chimère marchait -tout doucement- en direction de la Reine des Neige, lui jetant des crachats en donnant l'air d'être une mitraillette...

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4256
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Jeu 12 Fév - 19:26

Froid. Trop froid. Il s’immisce en moi, s’insère dans mes poumons, me gèle les veines, les organes, la respiration. Il brise mon souffle, il craquelle ma vie, il boit mon âme. Je tousse, tentant de le faire sortir de mon organisme, mais c’est trop tard, il s’est installé, et il commence son déjeuner.
Bon sang, pourquoi faut-il que je sois aussi faible face au froid ? Pourquoi avec ce foutu pouvoir je pouvais tout simplement pas être juste résistante au feu, et basta, sans inconvénients ? Non, il fallait que le froid puisse me tuer, aussi faible soit-il. Pour les personnes normal, il sera juste dérangeant. Pour des personnes comme moi, il inflige une souffrance telle qu’il me brise les os, m’arrache la peau, me déchire les muscles.
J’ai l’impression que je vais finir ici, dans les bras de Wolodymyr. Que ma vie va s’éteindre entre ses bras chauds et sa bonne odeur. Je ne veux pas. Mais j’ai beau me battre, je sens le poids de la vie peser sur moi, la faucheuse m’observant et tentant « gentillement » de me convaincre que j’irais mieux, libérée de ce poids qu’est la vie.
Après tout, je reverrais ma sœur, et ma mère. Mais ne serait-elle pas déçue d’avoir donné sa vie ce jour là, et de m’avoir ordonné de fuir, pour me revoir aussi vite ? Que sais-je, de toutes façon, ce n’est pas ma faute. J’ai beau me battre, la vie me quitte à petit feu. Seuls les bras de Wolo m’empêchent de sombrer, pour l’instant tout n’est que souffrance, comme si on me perçait de tous les côtés, comme si on me faisait boire du magma, comme si on m’enfermait fans un glacier.

J’entends Wolo murmure quelque chose. Enfin, peut-être qu’il ne murmure pas, mais la fatigue s’est tellement emparée de moi tout à coup qu’il m’est impossible de réfléchir correctement. Même un cri strident pourrait me venir comme un murmure qu’aurait apporté le vent. Je ne fais que sombrer, petit à petit, un peu plus dans la douleur.
Je sens mes muscles se détendre tandis que mon cavalier posait sa cape sur moi, m’enroulant dedans et tentant de me réchauffer, me demandant ensuite si ça allait mieux. Je relevais faiblement la tête, et, dans l’incapacité de parler, fit oui de la tête avec un faible sourire. Il n’avait pas à s’inquiéter. J’avais déjà fait face à ça. Même si c’était beaucoup moins… Violent, et que j’étais préparée avec des couches superflues de vêtements, j’avais déjà survécu à ça. Pourtant, je ne pensais pas survivre ce soir. J’avais l’impression que je ne le pouvais pas. Que cela m’était impossible.
L’air se refroidi de nouveau, et je frissonnais, mes jambes ne me portant plus, je m’effondrais au sol, toujours consciente. J’entendais de l’agitation autour de moi.
Je redressais la tête légèrement, incapable de faire plus, et réussi à déclarer très faiblement, bien qu’assez fort pour que la… dénommée « Elsa » si j’ai bien retenu, puisse m’entendre.
« C’est… lâche… Lâche d’attaquer les gens avec leurs faiblesses… Avec leur pires faiblesses… Enlevez tout ce froid et battez vous humblement, dans un vrai défi… Et, b-bon sang, un reine ça ne…. »
Je ne finis pas ma phrase, ma voix se coupe, le froid la tranchant. Je déglutis de souffrance. J’ai froid. Trop froid. Ma vision se brouille. Non, pas maintenant ! Je ne dois pas mourir, j’ai…
J’ai quoi, au juste ? Des amis. Une nouvelle vie. Et… une personne incroyable que je viens de rencontrer. Je veux rester vivante pour eux. Je veux passer mes journées avec eux, rire, vivre.
« … Sale Templière… » Soufflais-je faiblement, presque inaudiblement, laissant une larme couler sur ma joue, larme qui me brûla. Décidément, je ne pouvais vraiment rien faire. Je ne servais qu’à décevoir et à mourir. Une nouvelle larme coula sur ma joue, provoquant un petit jet de brume. J’allais vraiment mourir ici ? D’autres larmes coulèrent lentement, provoquant le même effet que les anciennes. Impossible de les arrêter, elles coulaient toutes seules, alors que je réalisais que c’était sûrement la dernière fois qu’elles couleraient, et la dernière fois que j’aurais pu vivre une belle soirée.
Sur ces pensées, tandis que ma vue se brouillait sous l’inconscience imminente et les larmes, ainsi que le noir qui commençait à border ma vue, je tentais de survivre, bien que j’étais persuadée que ça me soit impossible.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3690
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 16 Fév - 17:56

Pauvre Lubia ! Remarque, elle avait bien mérité une telle punition. La bouche complètement gelée, le familier tenta de faire fondre cette eau solide en haletant. L'air chaud devrait faire effet dans longtemps, certes, mais au moins elle s'occupait. Wolodymyr la regarda avec une petite grimace. Bon sang, elle aurait du mieux rester auprès de lui l'aider à sauver Hanabi au lieu de jouer à la justicière poilue. Surtout que son pelage aurait aidé à quelque chose, en effet : la chaleur de la fourrure châtain clair de la chimère aurait pu réchauffer davantage la jeune fille à la chevelure de neige. D'ailleurs, il regarda une nouvelle fois celle-ci, s'inquiétant de plus en plus pour elle. Non, il faisait de plus en plus froid, elle n'allait quand même pas mourir dans ses bras? Il se mordit la lèvre inférieure au point d'en avoir un arrière goût de sang dans la bouche. Comment pouvait-on s'attaquer comme ça à de pauvres élèves? Oui, Hanabi avait raison : cette femme était une lâche. S'attaquer sans aucune raison valable en s'amusant à tyranniser quelques élèves... autant dire qu'elle avait vraiment besoin d'une petite leçon. Elle aurait pu chercher à supprimer ce sceau lorsqu'il n'y avait plus personne dans le gymnase, lorsque la fête aurait été terminée ou même en pleine nuit alors que tout le monde dormait paisiblement.... Non, voilà qu'elle avait voulu faire son show! Serrant de plus en plus la renarde contre lui, l'ukrainien espérait qu'elle aille mieux par la suite. Si jamais il le pouvait, il lui botterait les fesses volontiers.

Alors que Lubia revenait vers lui avec l'air de se plaindre, Elsa fit ce qu'on appelait un kidnapping. En effet, le président du club de sport se fit surgeler sur place tel un hachis parmentier picard avant de se faire... embrasser? Oh oh! Est-ce qu'elle n'était pas en train de commettre quelques effractions encore une fois comme enlèvement et harcèlement sexuel? Et bien bravo madame! Du grand art! Même Lubia devait penser pareil. Le sort de congélation se dissipa suite à la fuite de la dame blanche, laissant alors le familier râler de plus belle :

"TU AS VU CE QU'ELLE M'A FAIT C'TE PO******E?! JE LA RETROUVE JE LA BUTE!"
-Lubia, ici s'il-te-plait...
-QUOI?!
-Viens...


Elle alla jusqu'à lui et sans même qu'elle ait pu le temps de dire quelque chose, elle remarqua aussitôt qu'il enlevait sa veste bleue pour la faire enfiler à Hana, avant de lui remettre la cape.

"Ha non! Un prince de Lu en chemise n'est plus un.. Ouaaah!"

Le danseur étoile l'avait chopé et l'avait forcé à se coucher au dessus de la jeune fille. La chimère le regarda, quelque peu choqué. Mais qu'est-ce qu'il cherchait à faire? En tout cas, son invocateur lui jeta un regard plutôt sérieux après avoir enlevé son masque.

"Il fait encore froid. Reste là et réchauffe-la."

Il caressa les cheveux de la jeune fille.

"Ne t'inquiète pas. Tu vas t'en sortir.... Je te le promets..."

Il fallait aussi qu'il lui remette ses bottines. Mais où étaient-elles déjà? Alors qu'il venait tout juste des les trouver, un homme entra dans le gymnase. Non, il n'avait pas prévu lui aussi de faire n'importe quoi? Ha non, à voir sa réaction il semblait plutôt être de leur côté. Le temps de remettre les chaussures à sa cavalière, il écouta attentivement le discours du vieillard qui se présenta sous le nom de Nikola. Oh sympa le nom. Cependant, quelque chose le figea lorsque l'homme se mit à parler d'une armée de créatures qui venait en leur direction. Ce n'était pas possible. Elsa n'aurait pas pu envoyer toute une armée contre eux? Gentille. Adorable même. Lorsque Nikola eut terminé son discours, Wolodymyr regarda Hanabi. Il ne pouvait pas la laisser seule, mais d'un côté, il ne pouvait pas laisser non plus deux groupes de Tadakai se faire tuer. Que faire? Que faire dans ce cas-là? Il regarda la petite fraise en se demandant s'il devait la laisser seule ou non. Elle ne pouvait pas se battre dans le froid. Elle ne pouvait donc rien faire. Assurer la sécurité de l'école permettait d'assurer aussi celle de la jeune fille mais également de tous ses camarades. Par contre, il ne pouvait pas laisser d'autres se battre avec une folle dangereuse.

"Hanabi... Je vais de ce pas faire tous ce qui est en mon pouvoir d'Assassin pour protéger les autres... Peut-être devrait-il que tu te reposes et te mette en sécurité dans un endroit plus chaud..."

Puis, il se releva et ayant remarqué que le vieillard avait eu quelques larmes aux yeux, il s'approcha de lui pour lui tendre un mouchoir. Cet homme souffrait d'une manière et d'une autre et l'empathique qu'était Wolodymyr le ressentait. Il ne pouvait pas non plus le supporter. Baissant légèrement la tête, se sentant quelque peu mal à l'aise de parler à un inconnu, il lui dit :

"Je... je ne sais pas... je ne sais pas vraiment me battre... Mais... mais... mais étant guérisseur si mes compétences peuvent vous aider.... Affectez-moi où vous voulez.... mais.... permettez-moi de mettre au moins Hanabi... au... au chaud..."
-Attends?! Toi te battre?! Mais tu rigoles?!

Non, il ne plaisantait pas. Ce qu'il voulait était la sécurité de tout le monde, en particulier de celle d'Hanabi. Certes, il ne sera pas là pour s'occuper d'elle, mais au moins il pourra être sûr de ramener un camarade ou de sauver l'internat.... Ou du moins d'aider. Il donnera l'ordre à Lubia de rester auprès de la jeune fille. Certes elle n'était pas la meilleure des infirmières, mais il était sûr et certain qu'elle ferait tout pour que sa patiente aille bien.

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

• Piste de danse N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» Piste de danse
» Festivités étudiantes (prio Lav', libre sinon) [T]
» 02.03/13.L.Crémaillère - Piste de danse
» Une soirée entière pour se faire plaisir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP terminés-