Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 • Piste de danse N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

PNJ: Organisateur Event
Messages : 56
Kamas : 3794
Date d'inscription : 21/12/2014
avatar


Les PNJ'S : Persos Non Jouables
Les PNJ'S : Persos Non Jouables

MessageSujet: • Piste de danse N°1 Dim 21 Déc - 19:04



BON RP À TOUS !

Membres présents :
Wolodymyr Chevchenko & Hanabi Kitsuo
Logan Rakuen & Hisae Himeka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 21 Déc - 20:37

S'il y avait bien une chose à laquelle Wolodymyr ne se serait jamais attendu, c'était bel et bien un rendez-vous. Le jeune homme avait été prévenu par ses camarades qu'un bal de fin d'année se préparait, et alors qu'il pensait ne pas y aller de peur de se ridiculiser et de se sentir seul, Lubia l'avait prévenu qu'une jeune demoiselle l'attendrait. "Ce sera une occasion de te faire remarquer au moins par une personne et te faire au moins une amie!" lui avait-elle dit. Alors forcément, n'ayant pas voulu décevoir cette inconnue qui lui avait demandé de venir selon la lamachondinde mais également curieux de savoir qui c'était, il s'était décidé à venir. Debout et droit comme un "i" vers quelques sièges qui avaient été disposé pour que les cavaliers et cavalières puissent se reposer, il attendait celle qui allait être en sa compagnie pendant toute la soirée. Il s'était rongé les ongles toute la semaine en se demandant si on ne s'était pas moqué de lui ou si c'était bien sérieux. Il ne savait pas comment s'habiller au départ mais lorsqu'on lui demanda de venir en une tenue quelque peu ancienne, il eut quelques hésitations : une tenue traditionnelle ukrainienne ou plus de l'Europe de l'Ouest? Se disant qu'il y aurait un peu le choc d'une culture différente à toutes celles qu'on connaissait déjà, il préféra alors s'habiller comme un prince : tunique bleue, pantalon ivoire, bottes mais également une cape rouge et des épaulettes.... il avait l'impression d'être le Prince de Lu. Enfin... Il choisit... C'était plutôt parce que son familier lui avait mangé ses autres fringues. Celle-ci était d'ailleurs à coté de lui, souriant à pleines dents. Elle avait le même masque que son propriétaire, un masque bleu et or, avec une petite touche de blanc mais également une cape. Après un petit moment, elle dit :

"J'ai un truc à t'avouer : ce n'est pas cette fille qui t'a donné rendez-vous, mais toi."

Wolodymyr se mit aussitôt à la regarder, ne comprenant rien.

"Pardon?"
-J'ai écris une lettre d'invitation que j'ai filé à une fille au hasard. Et étant signé de ton nom, c'est toi qui l'a invité. Je me demande si elle va venir.

L'ukrainien la regarda quelque peu gêné, puis la porte avant de fixer de nouveau son familier. Il se sentait bête : il serait fort ridicule que cette fille en question n'accepte l'invitation d'un inconnu qui aurait filé la mission de postier à son invocation. Il déglutit. Il devait sans doute attendre pour rien la personne qu'il aurait soit disant inviter à passer la soirée avec lui.

"Tu... tu n'as pas écris des sottises au moins?"
-Non, mais fouille dans ma poche, il y a le brouillon.

Le danseur hésita un moment puis s'exécuta ; en effet, dans la poche du lamachondinde se reposait un papier qu'il déplia pour lire. Il faillit s'étrangler de honte sur place en lisant le mot suivant :

"Ma chère demoiselle.
Mon coeur s'est posé sur votre doux visage et je ne puis m'arrêter de penser à vous depuis que j'ai posé mes yeux sur vous. Je suis malheureusement un grand timide et je n'ai donc aucunement l'occasion de pouvoir discuter avec vous.
Je vois en ce bal d'hiver l'occasion de nous rencontrer et de communiquer. C'est donc pour cette raison que je vous demande d'accepter l'invitation de vous joindre à moi pour une soirée inoubliable.
Vous me connaîtrez, je serai le grand prince de Lu en espérant pour vous que je serais à croquer. Un bouquet de magnifiques tournesols vous attends.

Wolodymyr Chevchenko, votre précieux cavalier."

"Lubia... Tu.... Tu...."
-Tu m'aimes? Je sais.
-Tu me fais trop honte.


Il rougissait tant la lettre était ridicule. Il comprenait mieux alors pourquoi son familier voulait qu'il porte cette tenue mais également qu'il ait avec lui un bouquet de tournesols. Non, la fille avait du se moquer, de moquait et se moquerait encore de lui jusqu'à la fin du restant de ses jours. Ayant presque les larmes aux yeux tellement il se sentait bête, le guérisseur rangea le brouillon dans sa poche.

"C'est stupide. Elle ne va jamais venir en plus, ou alors avec ses potes pour se moquer de moi...."
-Qui?
-La fille que tu as invité pour moi.
-Oui mais qui?
-Je ne sais pas qui tu as invité...

-Moi non plus d'ailleurs. Je ne sais même pas son nom.... ni sa classe... En fait je ne connais rien d'elle...

Wolodymyr laissa échapper un petit soupir de désespoir avant de regarder l'entrée. Ça ne servirait à rien d'attendre, mais il était toutefois curieux de savoir si la fille allait venir ou non. Au moins ne serait-ce que pour s'excuser de l'avoir fait déranger. Et puis d'un côté, si l'inconnue acceptait vraiment de passer la soirée avec lui, ce serait peut-être l'occasion de se faire une nouvelle amie...

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 21 Déc - 21:40

Ca n’allait pas. Pas du tout. Rien n’allait.
J’étais recroquevillée dans un coin de mon dortoir, immobilisée par le trac. Cela faisait longtemps que j’avais entendu parler de ce bal, et que j’avais prévu d’y aller en célibataire, pour rencontrer des gens.
Et puis, il y avait eu cette lettre. Cette étrange lettre. Cette lettre bien trop… trop louche. Le genre de lettre qu’on écrit pour cacher quelques mauvaises intentions. Mais comme une gourde, je m’étais mise en tête d’accepter. J’avais été tellement surprise, émerveillée, que je n’avais pas tardé pour trouver mes affaires. Mais c’est ensuite que ce tourbillon de sensations s’était soudainement arrêté, pour laisser place au doute.
Doute que tout ceci soit une simple et cruelle blague.
Doute que ceci soit le piège malicieux d’un Templier qui voulait me soutirer quelques informations, ou pire, atteindre à ma sécurité et à celle de la guilde. Qui sait, il y a tant de fous de nos jours.

Je m’étais relevée sans m’en rendre compte. J’étais devant un miroir, portant la robe que j’avais choisie. Une robe qui avait appartenu à ma mère, et je me demande encore comment j’ai fais pour la récupérer. Elle était longue, sans manches, avec des voiles soutenus par des fleurs, à l’allure victorienne. Elle était d’une couleur flamboyante, comme si le feu lui-même s’était retrouvé emprisonné dans la robe. Couleur qui me correspondait que trop bien, avec mon pouvoir.
Je portais également des bottines de la même époque, d’un rouge ardent. Je n’avais pas oublié que c’était un bal masqué, et portait un masque de la même couleur éclatante, parsemé de plumes et de dentelle.
Et puis, comme je ne pouvais supporter le froid, le tout était surmonté d’une grande cape flamboyante, comportant un capuchon qui me faisait ressentir l’Assassin que j’étais. Et qui pouvait également me faire ressembler au petit chaperon rouge, oui.

Après une longue réflexion avec mon reflet, je décidais d’y aller, à ce bal, tout en laissant Kitsu au dortoir. Parce que je pourrais toujours m’amuser, que je pourrais me faire un ami de plus, et que, au pire, si c’était une blague, je pouvais traîner parmi les célibataires où m’en aller. Et si c’était un templier… Bah, j’aurais bien fait de choisir du rouge pour ma cape.

C’est donc en parfaite inconnue que j’arrivais au bal. Ma cape me recouvrait entièrement, et mon masque recouvrait entièrement mon visage. On pouvait voir seulement deux petites pointes sur le capuchon, relief de mes oreilles hybridienne.
Dans la salle, je laissais mon regard faire le tour des environs. Je me souvins de ce que la lettre disait, sur ce à quoi ressemblerait mon cavalier. Oui parce que, je ne savais pas du tout. Il m’avait juste précisé sa tenue, et qu’il apporterait un bouquet de tournesols. Et il m’avait précisé son nom, mais je ne m’en souvenais déjà plus.
J’avoue que, j’aurais espéré ne voir personne, et pouvoir repartir tranquillement, ou me mêler à d’autres personnes.
Mais par la plus étrange des surprises, il était là, juste à côté des sièges sur l’une des pistes de danse. Grand, dans une tunique de prince de Lu, un bouquet de tournesols à la main. Je cru que c’était une blague. Je sentis le rouge monter à mes joues, et voulu fuir, mais mes jambes refusèrent de se retourner. Au contraire, elles avancèrent, propulsées par l’idée qu’un possible Templier se cachait derrière toute cette mascarade.

Arrivée à quelques pas de lui, je l’observais d’abord, en quête d’une croix de Templier sur ses habits. Mais s’il en était un, je pense qu’il n’aurait pas fait l’erreur d’en mettre une. Je poussais un soupir, et m’avançais de quelques pas, en réfléchissant à ce que je pourrais dire, pour finalement sortir dans un petit couinement timide :
« Bonsoir. »
C’était totalement minable comme approche…

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 21 Déc - 22:59

Son cœur battait la chamade et il ne savait plus vraiment que faire : s'en aller le plus rapidement possible ou bien juste attendre encore un peu quitte à voir qu'on lui avait posé un méchant lapin? Wolodymyr n'en savait rien mais il avait l'impression qu'il était plus ridicule qu'autre chose. Il voyait les gens retrouver leur cavalier et s'en aller sur la piste de danse afin de s'amuser jusqu'à ce qu'il remarque qu'une jeune femme dans une tenue plutôt somptueuse s'approchait de lui. Etait-elle la fameuse inconnue qu'il attendait? Ou est-ce qu'elle allait chercher quelqu'un d'autre? Peut-être allait-elle s'asseoir tout simplement? En tout cas, elle s'arrêta devant lui et le salua. Quelque peu étonné qu'on lui adresse la parole et de voir que la demoiselle ne semblait pas être venue avec des amies pour se moquer de lui, l'ukrainien eu pour réflexe de se retourner et de chercher un autre homme à qui elle aurait pu adresser ce "bonsoir". Mais il ne vit que nenni puisqu'il était le seul garçon solitaire dans les parages.

"Ah... euh.... bonsoir...." répondit-il en virant au rouge.
-Tiens, c'est elle ta précieuse cavalière, lui informa Lubia. Je la reconnais à l'odeur. Gâche pas tous ce que j'ai fais pour toi ou je te jure que je te massacre.

L'adolescent déglutit et regarda un peu sur le côté, quelque peu gêné. Non, peut-être qu'il s'était trompé, qu'il était très vite parti dans la paranoïa. Vu qu'elle était seule, il pouvait deviner qu'elle avait en soit accepter cette fameuse invitation. Il se sentait gêné pour elle et autant lui faire passer une bonne soirée. Il lui tendit le bouquet.

"Tenez... C'est... c'est pour vous...."

Qu'est-ce qu'il se sentait mal, surtout en présence de Lubia qui souriait encore plus, fière d'elle. Le jeune homme sentait son regard qui lui forçait à parler. Autant dire qu'elle n'allait pas le laisser tranquille jusqu'à ce qu'il devienne ami avec cette demoiselle.

"Je... Je suis Wolodymyr Chevchenko... Je... Enfin.... Je suis enchanté de faire votre connaissance..."

Il se sentait plus que mal. Lui qui était un peu timide de base, alors discuter avec une inconnue qui avait été sois-disant invitée par ses soins... Autant dire que la soirée allait être plutôt longue. D'ailleurs, peut-être devait-il expliquer que la lettre avait été écrite par son familier qui avait pour but de l'enquiquiner tout en l'aidant à se mêler à la foule, d'être respecté et admiré? Qu'il n'était pas le gros lourd qui était l'image qu'envoyaient ces phrases? Et s'excuser aussi. Mais comment? Et si elle se vexait? Et si elle l'insultait de tout les noms ou le remballait d'une autre manière pour une raison quelconque? Souriant quelque peu mal à l'aise il continua :

"Je.... Je suis désolé... Ma... Enfin... La lettre que vous avez reçu... C'est... Enfin... Vous voyez... Mon familier qui l'a écrit.... Je... Je suis désolé que... que... enfin..."

Il rougissait tellement il se sentait mal : peut-être n'allait-elle pas croire à son histoire?

"...Je suis vraiment désolé... Je n'ai été au courant que... qu'il y a que quelques minutes.... Et... Je suis vraiment, mais vraiment désolé que.. enfin.... Que Lubia m'ait fait passer... pour... vraiment, un mauvais gars... et vous ait dérangée...."
-Ha mais non, tu n'es pas drôle !

Le lamachondinde lui donna un coup pour lui faire comprendre qu'elle lui en voulait mais également qu'elle allait lui faire sa fête plus tard. Elle partit plus loin, vers l'entrée précisément, afin de s'asseoir et regarder le duo. Wolodymyr regarda une dernière fois la jeune fille dont il ignorait tout avant de faire une révérence avec la grâce que devait avoir tout bon danseur étoile :

"Mais laissez-moi être... réellement votre... votre cavalier et vous inviter à .... à danser pour me faire pardonner.... comme... comme il se doit."

Oui, autant lui proposer directement d'être son cavalier. Il ne connaissait pas la réponse et il ne lui serait pas étonnant qu'elle le remballe. Ceci-dit, il ne lui en voudrait pas, bien au contraire, il la comprendrait.

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 22 Déc - 15:23

Le garçon me salua également, bafouillant un peu comme je l’aurais fait si ma voix n’avait pas couiné comme celle d’un petit chihuahua. Je ne le regardais pas j’avais la tête baissée, cachée par ma capuche et mon masque, qui pourrait presque ne plus se distinguer de mon visage tellement ce dernier prenait la même teinte rouge. Bon sang, c’était vraiment arrivé ou c’était un rêve dingue ? Enfin, il restait toujours la possibilité du Templier. Je n’avais pas emmené d’armes, mais un coup bien placé pourrait l’immobiliser, le temps que j’aille chercher un couteau au buffet pour finir le travail. Si jamais il y a des couteaux. Sinon on fera ça à la fourchette. Où a la petite cuillère. Je trouverais bien quelque chose. On trouve toujours quelque chose pour tuer un Templier. Pardon, pour le faire disparaître de la surface de la terre.

Soudain, une odeur parfumée agrippe mes narines et me sort de mes pensées. Le parfait inconnu me tend son bouquet tout en déclarant que c’était pour moi. Surprise, j’acceptais le bouquet, redressant la tête pour chercher le visage du jeune homme, qui était bien trop haut et qui m’obligea à carrément lever la tête.
« M…Merci » murmurais-je, gênée. Nom de dieu mais il était super grand ! La tâche allait être plus compliquée que prévue s’il s’avérait bel et bien être un Templier.
Il se présenta ensuite. Wolo…Wold…. Wolodymyr Chen…Chech….Chev.... Oh et puis zut! Pas besoin de connaître son nom entier. Wold…Wolodymyr suffira amplement. De mes yeux derrière le masque, je le fixai toujours, tentant de ne pas trop rougir.
Puis, il sortit l’histoire la plus dingue que je n’ai jamais entendue, comme quoi son familier avait écrit la lettre et qu’il n’était au courant il y a seulement quelques minutes. Hébétée, surprise, j’en restais bouche bée. C’était…incroyable. Dans le sens littéral. Je cru qu’il me faisait une blague jusqu’à ce que j’aperçoive un étrange animal lui donner un coup de mécontentement, avant de s’en aller. Qu…. Qu’elle était cette chose ? On aurait dit un mélange de… Non, en fait je n’arrivais pas à savoir. Je déglutissais. Je n’aimerais pas me retrouver face à un familier de ce genre. Ce serait… Effrayant je trouve.

Le jeune homme fit soudainement une révérence, et me proposa directement d’être son cavalier, pour se faire pardonner. Je fus tellement surprise que je ne réagis pas tout de suite, comme si mon cerveau avait subitement appuyé sur le bouton « Arrêt » et était joyeusement partit dans des plaines roses avec des lamas verts et des poneys violets. Puis, il décida de revenir dans mon crâne, et c’est à ce moment que j’encaissais ce que venais de dire le dénommé Wolodymyr. Je sentis mes joues s’empourprer et baissa machinalement la tête pour le cacher. Qu…. Il voulait véritablement m’inviter à danser ?  Et ce n’était pas un Templier remplis de mauvaises intentions ?
Lorsque mon esprit accepta les dernières informations, je me détendis et poussais un soupir de soulagement. Puis je souriais, et émis un petit rire en pensant que pendant tout ce temps j’imaginais un vilain Templier voulant me tuer. Néanmoins, rien ne disait que ça n’en était pas un, je devais donc rester sur mes gardes.
« Je danserais avec vous avec plaisir », répondis-je avant de m’incliner en avant à la manière des nobles, puis me redressais tout en laissant retomber ma capuche en arrière.
« Enchantée, Wol…Wolodymyr. Je me nomme Hanabi Kitsuo, et vous n’avez pas à vous excuser, c’est plutôt moi, je vous ai pris pour…. »
Je me stoppais net. Si c’était un Templier qui cachait son identité, je ne devais pas émettre de doutes. Et si ce n’en était pas un, il me prendrait sûrement pour une folle. Je repris donc ma phrase en souriant :
« Ce… Ce n’est pas important en fait... »
Gênée, je laissais mon instinct faire. J’inspirais une grande bouffée du parfum des tournesols, puis d’un geste me défaisait de ma cape, que je posais sur un siège avec les fleurs, laissant au grand jour la robe que j’avais réservée pour cette soirée. Je sentis un courant d’air frais, ce qui manqua de me faire éternuer, puis resta immobile, ne sachant que faire, crispée par le trac.  
Savais-je danser ? Grand dieu, je crois que non…

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 22 Déc - 22:29

Etait-ce un rêve ou tout simplement la vérité? Avait-on accepté à ce qu'il soit le cavalier de quelqu'un? De passer une bonne soirée avec lui? La réponse positive de la dénommée Hanabi l'avait tant et tellement étonné que Wolodymyr en était resté bouche bée. Il la regardait en se demandait où se mettre. Peut-être devait-il parler? Lui dire quelque chose de bien, un petit compliment ou même juste l'emmener jusqu'à la piste de danse? Ceci dit, il n'arrivait même pas à bouger le petit doigt. Il sentit le rouge monter aux joues et les larmes aux yeux tant il était content mais également stupéfait qu'on ne le remballe pas comme s'il était un vieux chien galeux. Il n'adressa même pas l'ombre d'un regard à son familier qui, de loin, lui souriait une nouvelle fois en levant le pouce. En tout cas, il n'osait même pas insister sur ce qu'elle s'était imaginé à son égard, pensant peut-être qu'elle l'avait éventuellement pris pour un gros dragueur qui ne cherchait qu'à trouver une fille avec qui s'amuser -du moins, la lettre semblait avoir été écrite par un type dans ce genre. Souriant timidement, il répondit tout simplement :

"Je... Vous savez vous... vous pouvez me tutoyer... Ça... ça ne me dérange pas du tout... Au contraire...."

Oui, il préférait largement le tutoiement au vouvoiement. Certes il était le plus âgé de sa classe et faisait parti des plus vieux élèves, mais ce n'était pas pour autant qu'il souhaitait qu'on le vouvoie. Affichant de nouveau un petit sourire, il se décida toutefois à complimenter la jeune demoiselle :

"Et... Mademoiselle Kitsuo... Si je puis me permettre... Vous... Votre tenue est très jolie... Vous... Vous me faites rappeler le Chaperon Rouge... Ou alors un coquelicot..."

Qu'il était maladroit. Il voulait la complimenter mais voilà qu'il faisait des comparaisons stupides et il ne lui serait pas étonnant que cette Hanabi ne se mette à un moment ou un autre à penser qu'il était un goujat. Mais bon. Se reprenant quelque peu il remarqua aussitôt les deux petites pointes de la capuche et comprit aussitôt qu'elle était une hybride. Il se demandait s'il était en compagnie d'un chat, d'un chien ou d'une renarde mais ne posa pas la question à sa cavalière, de peur de la déranger et la saouler. Alors autant se taire et se contenter de tendre son bras à la jeune fille avec son plus beau sourire -sourire, timide au passage.

"Mais... bon... Puis-je.... vous... enfin... vous proposer de vous emmener jusqu'à... jusqu'à la piste?"
-OUAI VA-Y WOLO! TU VAS GERER MEC!

Par réflexe, il se retourna pour regarder la lamachondinde qui faisait de grands mouvements avec ses bras. Mais qu'est-ce qu'elle foutait? Heureusement qu'il était le seul à pouvoir l'entendre sinon il se serait encore une fois tapé l'affiche. A un moment, Lubia se mit à mettre les pattes devant le visage en s'écriant :

"MON BEBE VA AVOIR ENFIN UNE AMIE!!"

Levant les yeux au ciel, Wolodymyr regarda une nouvelle fois sa cavalière en affichant un sourire et en tendant toujours son bras. Bon, la différence de taille risquait d'être un peu gênant, mais ce n'était pas grave, depuis l'arrivé de Yuki au club il arrivait à peu près à gérer les danses avec des filles largement plus petites que lui -ce qui n'était pas difficile à trouver en soit. Au pire, il lui proposerait alors de monter sur ses pieds pour rigoler. Insultant? Non. Amusant? Sans doute. Du moins c'est ce que Lubia en pensait.

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 22 Déc - 22:57

Il me sourit. Il avait l’air surpris que j’aie accepté de danser avec lui. Bien que je ne le connaisse pas, cela pouvait toujours être amusant. Et puis, si jamais c’était un Templier, je me devais de récolter le plus d’informations possible. Il était clair que pour l’instant, rien n’indiquait que c’était un piège, au contraire. Mais un Assassin se doit d’être toujours sur ses gardes. C’est pourquoi j’étais tout de même méfiante, malgré la sympathie et la confiance qui semblait se dégager du garçon. Cela me faisait mal d’un certains côté, de me méfier d’une personne qui n’avait certainement aucunes mauvaises intentions. Mais l’habit ne fait pas le moine, je ne devais pas me relâcher pour autant.

Le jeune garçon déclara que je pouvais le tutoyer, car ça ne le dérangeait pas. Je lui souris. Il me complimenta ensuite sur ma tenue. Comme quoi j’aurais pu ressembler à un chaperon rouge, ou à un coquelicot. Mes joues prirent une teinte rouge. Il est vrai que ma cape me faisait ressembler à un chaperon rouge, bien que l’idée de départ était de me faire ressembler à un Assassin sanglant et mystérieux. Et pour ce qui est du coquelicot… Eh bah, c’est joli de coquelicot, et puis, mon nom signifie bien « Fleur de feu » après tout… Ouf feu d’artifice, ça dépend. Peu importe, le compliment me plaisait, bien qu’il me fasse rougir au point qu’on ne distinguait plus mon masque de mon visage.

Soudain, le dénommé Wolodymyr tendis le bras, souriant, en me proposant d’aller jusqu’à la piste. Il se retourna quelques instants vers l’étrange bête qui était son familier, puis reposa son regard sur moi. Je déglutis. J’avais accepté la danse, mais je ne savais pas danser. Du moins, pas vraiment.
Je tendis la main, et la posa sur le bras de mon cavalier, ne sachant comment danser. Je me rapprochais de lui, tendue, et posais mon autre main sur son épaule. D’après mon souvenir, c’était quelque chose comme ça.
Le visage plus rouge que mon masque, je relevais la tête et prononçais d’une voix tremblante, essayant d’être calme :
« Vous… Tu peux m’appeler Hanabi, tu sais… Ou Hana… Et tu peux me tutoyer aussi si tu le désires. Et merci pour euh…. Le compliment. J’avais une autre idée à la base mais euh… ça marche aussi. Ça me fait plaisir… »

J’étais là, immobile. Je sentais mes oreilles couchées en arrière, mes jambes trembloter, et mes joues rougir de plus belle. Je priais pour ne pas avoir la moindre goutte de sueur, qui ferait de ma peau une chaude vapeur, et qui serait plutôt… Terrifiant.
Je déglutis de nouveau, avalant ma salive. Rouge comme pas possible et croyant que mes jambes allaient me lâcher, je déclarais à nouveau :
« On….On danse ? »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 22 Déc - 23:57

La main de la jeune fille se posant sur son bras, Wolodymyr rougit un peu encore une fois. Il sentait son cœur battre la chamade tant il était content d'avoir trouver une cavalière, même s'il devait avouer que c'était grâce à son familier -pour une fois qu'elle faisait quelque chose de bien, même si c'était mal parti au départ avec sa bêtise. Il entraîna alors doucement Hanabi jusqu'à ce qu'il n'entende un commentaire qui le fit aussitôt braquer :

"JE SAVAIS QU'EN CACHANT TON VISAGE TU ALLAIS TE FAIRE DES AMIS! DES DEMAIN, TU PORTES UN SAC EN PAPIER SUR LA TETE!"

Sympa comme lamachondinde mais d'un côté elle n'avait pas tort. Il ne se retourna pas, oh que non, il valait mieux éviter. Il savait ce qu'elle faisait, c'est-à-dire la zouave en bougeant de partout, fière de son coup foireux. Sur la piste de danse, il s'arrêta et se mit face à sa cavalière. Il se demandait à quoi elle ressemblait sous son masque, mais comme tout bal masqué, peut-être qu'à la fin les danseurs allaient-ils tous devoir montrer leur véritable identité? Rien qu'en y pensant, il se sentait mal à l'aise. Peut-être qu'elle n'allait pas aimer son physique et être déçu que le Prince de Lu promis dans la lettre de Lubia n'était pas à croquer. Mais revenons à nos moutons : le danseur étoile écouta attentivement Hanabi. La tutoyer? Alors qu'ils ne se connaissaient à peine? Pourquoi pas, après tout ils étaient cavaliers. Mais d'un côté, il n'avait pas l'habitude de tutoyer les gens qu'il rencontrait tout juste. Ceci dit, il ne pouvait pas la décevoir. Non. Cette soirée était l'occasion rêvée de rencontrer des gens, de s'amuser avec eux et n'importe qui était la personne cachée sous ce costume de chaperon rouge, il voulait devenir ami avec elle. Souriant en étant content qu'elle ait aimé le compliment, l'ukrainien répondit :

"V... Tu avais une autre... une autre idée? Je me... enfin, je me demande laquelle... "

Voilà qu'il jouait encore son petit curieux! Peut-être devait-il s'arrêter immédiatement, après tout, peut-être préférait-elle garder sa comparaison pour elle. Sentant la main de la jeune hybride se poser sur son épaule et en voyant la seconde qu'elle tendait, il continua :

"Après... Tu n'es pas obligée de... de me répondre... Après si tu te comparais à... à une fraise, c'est mignon... Une fraise..."

Et il prit doucement la mimine de sa cavalière avant de passer sa main derrière le dos de celle-ci, la rapprochant de nouveau vers lui. Enfin, vu la différence de taille, sa main était plutôt en haut du dos de la demoiselle. Il ne rougit pas plus, après tout la danse était la discipline dans laquelle il s'excellait et avoir un contact physique avec une partenaire de danse de le gênait pas. Quoique... il ne connaissait pas en soit cette mystérieuse et charmante hybride. Autant dire que rien que d'y pensait lui donna plutôt un teint écarlate. C'était marrant en repensant : c'était la première fois qu'il dansait avec quelqu'un d'autre que du club de danse et avec qui il adressait énormément la parole. Autant dire que c'était un miracle. S'il pouvait exprimer librement sa joie, il crierait dans tout le gymnase en faisant des pirouettes mais il ne fallait pas faire peur à son éventuelle future amie. Il fallait qu'il fête son premier pas dans le dialogue avec une inconnue silencieusement, ou du moins en dansant avec elle.

Alors il se mit à danser la valse, une des seules danses à deux qu'il pouvait faire. Il préférait commencer tout doucement afin de ne pas brusquer Hanabi. Se contentant de faire les pas basiques d'abord, il se disait que par la suite il allait pouvoir la guider vers d'autres bien plus complexes mais pas trop pour autant.

"Veuillez m'excuser de... de mon impolitesse mais... Mais je ne vous ai pas demandé ce... si tu savais valser..."

Il marqua un silence, menant encore la chorégraphie. Il se mit aussitôt à faire tourner la jeune fille.

"Si tu.... si tu as du mal... dis-le moi... "

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mar 23 Déc - 12:44

Le jeune garçon se demanda quelle idée j’avais eu en tête en m’affublant d’une cape comme celle-ci. Il est vrai que les Assassins ont plutôt une tunique blanche, mais tant qu’il y a la capuche, ça compte, non ? Bon c’est vrai qu’il fallait avoir un certain modèle, sinon ça ressemble plus à une cape qu’à une tenue d’Assassins, mais quand même…
En tout cas, cela éloignait mes doutes. Un templier aurait eu du mal à dire que je ne ressemblais pas à un Assassins. Pour eux, tous les encapuchonnés étaient des Assassins…
Le jeune garçon ajouta que je n’étais pas obligé de répondre. Il pensait que je me comparais à une…Une fraise. « C’est mignon une fraise » qu’il disait. Je rougissais. Pourquoi pas, après tout c’est vrai que les fraises ça à un côté plutôt mignon…

Il me rapprocha soudainement de lui pour commencer à danser. Je crois que, de toute ma vie, même après être tombée dans le lac de la forêt d’Hybriland, je n’ai jamais été aussi rouge. Et puis, il était bien plus grand que moi, c’était déconcertant. J’avais du mal à garder ma main sur son épaule, elle descendait de quelques millimètres à chaque mouvement. J’étais tendue. Je ne savais pas danser. Mon cavalier allait sûrement se retrouver avec un pied écrasé et les quatre fers en l’air dans le buffet… Et rien que cette idée me tendit encore plus. J’étais complètement raide, incapable de bouger. Mais mon cavalier guida mes pas, avec une grâce incomparable. Il démarrait délicatement, me laissant le temps de réfléchir aux pas. J’avais du mal, mais sa délicatesse et sa grâce m’avaient tellement surprise que mon corps s’était détendu, et suivait machinalement les mouvements basiques de la valse.

Soudain, le dénommé Wolodymyr me demanda si je savais valser. Zut, je dansais donc si mal que ça ? Il est vrai que je ne savais pas du tout danser la moindre danse, mais ça se voyait tant que ça ? Le jeune garçon ajouta  tout en me faisant tourner que si j’avais du mal, je n’avais qu’à lui dire. Je rougis timidement, puis déglutissais, pour enfin décrocher un petit sourire timide avant de déclarer :
« Heum, a vrai dire, je n’ai jamais dansé… C’est un peu la première fois pour moi… »
Je rougis un peu, continuant de suivre les pas de mon cavalier. C’était embarrassant de ne pas savoir danser à un bal. Les films romantiques étaient mon seul support question danse à deux. Mais sinon, je n’y connaissais absolument rien. Et j’avais l’étrange sensation que tout cela allait finir en catastrophe…
« Pour… Pour la tenue j’avais plus l’idée d’une organisation dans un jeu… Mais leur tenue n’est pas vraiment rouge… Et puis, c’est vrai que…. Que les fraises c’est pas mal aussi… »
A cet instant, je devais être bien plus rouge qu’une fraise, un coquelicot, ou le chaperon rouge. Ou un templier mort. Bref, en gros j’étais du  jus de tomate. Et j’étais embarrassée.
« Donc euh, si jamais je… Je fais mal un pas, tu me – »
Pas le temps de finir ma phrase, voilà que mon pied bute contre quelque chose et que le visage caché de mon cavalier s’éloigne subitement de moi. En fait, c’est plutôt moi qui s’est subitement éloignée de lui, mais je ne m’en suis rendue compte qu’une fois allongée au sol, hébétée. Je n’avais aucune idée sur ce qui venait de se passer, c’est comme si ça avait fait « Danse, POUF, au sol ». Peut-être lui avais-je marché sur le pied ? Pitié dîtes moi que je ne lui avais pas écrasé le pied. Dites moi qu’avec ces chaussures à talons victoriens, j’avais trébuché et que je m’étais ramassée par terre. Quoi que… C’était tout aussi embarrassant pour moi. Et si jamais ma robe s’était soulevée dans la chute ? Aie aie aie…

Allongée sur le sol, je décidais donc de me redresser en position assise. Note à moi-même : Ne plus jamais remettre de talons. Parce que dans tous les cas, c’est ça qui avait causé la chute. (Quand même, imaginez votre pied se faire écraser par une bottine à talon… ça doit faire mal.)
Je me frottais la tête, puis vérifiait que mon masque était toujours bien en place, puis relevait la tête en direction de mon cavalier et improvisais avec un sourire gêné:
« Mince alors…excuse moi… Je suis vraiment maladroite… »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mar 23 Déc - 21:22

"Ne .... Ne t'inquiète pas... Il faut juste se détendre....conseilla Wolodymyr. Laisse-moi te guider..."


Timide? Lui? Non jamais il ne s'était sentit aussi bien et mal à l'aise en même temps. Il était quelque peu tendu mais la danse lui permettait en soi de se d'étendre un peu, de penser à autre chose. Enfin il montrait le bon danseur qu'il était sans qu'on ne vienne se moquer de lui. Quand un homme dit danser on pense forcément au breakdance ou quelque chose d'autre qui avait soit disant la classe. Par contre quand il annonce que c'est à la danse classique ou de salon qu'il s'excelle le plus, forcément il y avait des moqueries. Cependant Hanabi ne semblait pas se foutre de sa poire bien au contraire et c'était un peu ça qu'il le gênait. En effet, lui qui avait l'habitude des railleries se trouvait fort embêté qu'on ne lui dise rien. Peut-être les mentalités avaient changés à Tadakai depuis un moment ou que c'était lui qui s'était imaginé des choses. Écoutant du moins sa cavalière Wolodymyr sourit en entendant parler d'organisation. Alors comme ça elle voulait faire un cosplay? Il était vrai que les japonais adoraient se déguiser en leur personnage favori. Lui qui avait cru jusqu'à ce qu'il quitte l'Ukraine que c'était une légende, il avait compris que les rumeurs n'étaient pas fausses en arrivant au Japon. Mais quelle était cette organisation dont elle parlait? Avec des capuches surtout? Ça ne lui était pas inconnu, voire même familier. Ses aînés jouaient beaucoup aux jeux vidéos et il s'y était mis le jour où il lui fallu une occupation à la maison, atteint d'une grippe qu'il ne pouvait pas encore soigner et que son père ne voulait pas se fouler pour le soigner. Même s'il y avait beaucoup de personnages capuchonnés comme les membres de l'organisation XIII par exemple ses pensées virèrent sur Assassin's Creed, un jeu français qu'il avait aimé. Ils avaient tous la classe et leurs armes....

Hanabi reprit la parole mais ne termina pas sa phrase, trébuchant et tombant en arrière. Il tenta de la rattraper mais en vain : l'hybride atterrit au sol. L'ukrainien grimaça avant de voir qu'elle se remettait en position assise et s'excuser. Il pouvait entendre la remarque de quelques témoins qui se demandaient si elle allait bien, ce qui s'était passé ou bien qui faisaient quelques commentaires plus ou moins désagréables. Il leur jeta un regard qui n'était pas méchant, mais qui suffit amplement à les faire retourner à leur occupation. Tiens, maintenant il avait de l'autorité avec son masque? Lubia avait peut-être raison : peut-être devrait-il mettre un sac sur la tête dorénavant pour qu'on l'écoute ou qu'on le respecte. Ceci dit, le temps n'était pas à la réflexion mais à Hanabi qui s'était peut-être fait mal.

"Ne t'excuse pas... Ça arrive, tu sais... Mais le principal est : est-ce que toi tu vas bien?"

Il ne tendit pas sa main pour l'aider à se relever, non. Il se baissa bien au contraire pour prendre délicatement sa jambe et tenir la cheville. Peut-être était-ce la mauvaise qu'il touchait. Peut-être aussi se trompait-il sur le fait qu'elle s'était fait mal. Il n'était pas impossible qu'elle allait bien pour le meilleur des mondes et qu'elle ne demandait juste qu'à se relever. Peut-être devait-il aussi enlever la chaussure pour mieux voir l'état de la cheville mais il était quand même mélangé entre son devoir d'homme à respecter la femme en ne la touchant que très peu mais également entre celui de guérisseur et peut-être futur médecin si son père arrivait à lui faire changer d'avis. Faisant un peu bouger le pied, il demanda :

"Ça te fait mal? Ah moins que ce ne soit l'autre pied?"

Wolodymyr jeta un regard au talon en faisant une légère grimace : pourquoi est-ce que les femmes mettaient des chaussures de torture? Pour se faire belle sans doute, mais était-ce une excuse suffisante pour se bousiller la santé? Dire que certaines passaient leur vie à en mettre. Il ne les comprenait pas, mais peut-être qu'il fallait qu'il soit une gente demoiselle pour connaître leur mode de fonctionnement. Regardant de nouveau dans les yeux Hanabi, il annonça :

"Si tu as mal avec tes chaussures... Tu peux les enlever... Avec ta robe je ne pense pas que... que quelqu'un le remarquera...."

Et si elle attrapait froid à cause de ça? Non, autant que ce soit lui qui chope la crève.

"Et si tu as froid aux pieds... Je peux te filer mes bottes.... Elles sont grandes certes... mais... mais ce serait mieux que de tomber malade..."

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mar 23 Déc - 22:40

Mon cavalier me dit de ne pas m’excuser. Que ça arrivait ce genre de chose. Peut-être, mais pour une Assassine comme moi, tomber peut être la plus fatale des erreurs, même si les Assassins se relèvent toujours. Mais le jour où je glisserais d’un toit de 50m, je pense qu’on ne pourra plus me dire que ce n’est pas grave d’être maladroite…

Puis soudain, il se baissa, me demandant si j’allais bien. Rouge pivoine, je déglutissais, incapable de dire ou de faire quoi que ce soit. Il prit délicatement ma jambe, comme si c’était une plume qui allait se briser à son touché, et examinait la cheville. L’embarras pris le dessus et m’immobilisa chaque muscle du corps, complètement raide. Le dénommé Wolodymyr fit bouger un peu mon pieds tout en me demandant si ça me faisait mal, puis s’interrogea pour savoir si ce n’était pas l’autre jambe qui me faisait mal. Je déglutis, puis arrivais enfin à faire sortir un son de ma gorge :
« Heum…. Tout… Tout va bien… »
Mensonges ou vérité ? Moi-même je ne le savais pas encore, j’étais toujours trop étourdie pour sentir la moindre douleur. Et puis, tant que je ne faisais pas travailler mon pied, je ne pouvais pas savoir s’il me faisait mal ou non. Je savais juste que mes bottines me serraient énormément et que ce début de soirée avec les talons m’avait déjà tué les pieds. Si je les avais prises, c’est parce que c’était les seules chaussures de soirées que j’avais (je n’allais tout de même pas mettre des baskets sous une robe…) mais jamais je n’aurais su que les talons donnaient l’impression que vos pieds meurent en silence.

Mon cavalier déclara que si jamais mes chaussures me faisaient mal, je pouvais les enlever, personne ne remarquerait ce détail avec ma longue robe. Il n’avait pas tort. Cela sauverait mes pieds, et nous donnerait l’occasion de continuer de continuer normalement la soirée. Bonne idée.
Puis il me proposa de prendre ses bottes si jamais j’avais froid aux pieds. Je rougis. C’était attentionné. Mais jamais je n’oserais voler les bottes de quelqu’un. Et puis, même si je ne me doutais pas que j’allais enlever mes chaussures, je savais qu’à cause de mon pouvoir j’aurais froid, c’est pourquoi j’avais mis trois couches de collants en laine. Invisibles par ma robe, mais ils étaient bien là. Je retirais donc mes bottines tout en déclarant :
« Tu… Tu as raison… Je vais les enlever. Je n’aime pas ce genre de chaussures de toutes manières… » Je pris mes bottines dans une main avant d’ajouter avec un sourire « Merci, mais je ne pense pas que j’aurais froid aux pieds… J’ai… J’ai ce qu’il faut. »
Je me relevais, titubant en remarquant la douleur dans ma cheville gauche, mais n’y prêta pas attention. Je pris de l’élan, puis balançait mes bottines à l’endroit où reposait le reste de mes affaires. Je me retournais ensuite vers mon cavalier, souriante, ne sentant pas le froid avec mes énormes collants chaud en laine. Je sentis de nouveau la douleur dans ma cheville, mais l’ignorait, restant sur la pointe de ce pied, appuyée sur l’autre. Je n’aimais pas me plaindre, et embêter les gens avec mes possibles souffrances. Et puis, la soirée avait si bien commencé, je ne voulais pas déjà rentrer. Je voulais continuer cette soirée magique jusqu’au bout, quitte à en perdre un pied. Je m’ennuyais tellement l’hiver, à cause de ce foutu pouvoir dont les contraintes ne me faisaient pas supporter le froid et l’eau, que ce soit l’eau liquide, en banquise, ou en neige.

Je tendis la main à mon cavalier – bien que ça soit sûrement inutile – tout en lui souriant de nouveau, avant de proposer :
« On… On y retourne ? »
Pied, tu feras le devoir d’un pied encore quelques heures s’il te plaît. Tient au moins jusqu’à demain, après tu peux te décrocher de ma jambe et aller vivre ta vie de pied libre parce que je t’aurais donné une chaussette propre, je m’en fous. Fait le boulot de pied encore un peu. Que je puisse passer une belle soirée, un moment magique. Que je puisse me faire un nouvel ami. Que je ne me sois pas déplacée dans le froid mortel pour moi pour rien. Fait juste ton boulot de pied, et tout ira bien.

Après cette discussion ( ?) avec mon pied, je regardais de nouveau Wolodymyr, et lui sourit. Si son pouvoir était de lire dans les pensées, j’étais fichue. Puis tout simplement avec la tête que j'avais dû tirer pendant cette discussion, j'étais fichue. Puis si jamais j'avais parlé à voix haute, j'étais totalement fichue, autant fuir maintenant et laisser mon pied en plan.
Nouveau sourire timide, avec l'espoir que cette belle soirée continue.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mar 23 Déc - 23:09

Tout allait bien? Non, il ne pouvait pas le croire. Certes il avait tendance à être très crédule mais lorsqu'on faisait une chute pareille il était impensable qu'elle n'ait eu mal quelque part. Peut-être était-ce parce que ses muscles étaient encore chauds à cause de la danse et qu'elle ne sentait pas encore la douleur? Cela arrivait fréquemment et c'était souvent que trop tard qu'on s’apercevait qu'on avait mal. Hanabi refusa ses bottes, enleva les siennes en dévoilant un collant et à en voir l'épaisseur, Wolodymyr devinait qu'il n'y avait pas seulement une seule couche. Etait-elle frileuse? Il ne pouvait pas lui en vouloir, après tout les femmes avaient plus tendance à avoir froid que les hommes. Puis d'un côté, étant ukrainien, il était quelque peu habitué au froid. Oui. Ça le faisait rire de voir les japonnais qui se plaignaient du temps et souvent il avait envie de les inviter à passer ne serait-ce qu'une semaine dans son pays natal pendant l'hiver. Autant dire qu'ils ne joueraient plus les petites Cosette. Les chaussures volant jusqu'à ses affaires, l'hybride se releva par la suite, ce qui étonna un peu le jeune danseur étoile. Elle n'avait vraiment pas mal pour vouloir redanser? Il fallait qu'il s'assure au moins qu'elle n'ait pas mal plus tard dans la soirée ou le lendemain.

"Si tu veux, mais avant...."

Il posa ses deux mains sur les chevilles d'Hanabi. Il ferma ensuite les yeux avant de baisser la tête. Concentrer... il fallait qu'il se concentre ou sinon ça allait être lui qui allait avoir mal et ça gâcherait la soirée. Et puis sa cavalière voulait danser, il ne pouvait pas la laisser en plan ! C'était un peu difficile à cause de la musique et des autres couples qui dansaient, mais il arriva enfin à canaliser sa magie et à faire ce qu'il voulait faire : soigner la petite fraise masquée. Lorsque son "opération" fut terminée, il laissa échapper un soupire de soulagement avant de regarder sa patiente et afficher de nouveau un sourire :

"...Voilà... comme ça, c'est sûr que tu n'as pas mal plus tard..."

Peut-être que son geste avait été inutile mais tant pis : il fallait mieux prévenir que guérir. Mais comme d'habitude, il eut un petit mal de crâne. Tant pis, il allait y faire avec, après tout, ce n'était pas comme si à chaque opération il avait une petite migraine. Puis le principal était que c'était lui qui ait mal et non sa cavalière. L'ukrainien se releva alors doucement pour ne pas empirer son cas et prit la main de la jeune fille pour reprendre la position de danse. Si elle voulait danser, il danserait quoiqu'il lui arrive. Il ne pouvait pas gâcher cette soirée qui promettait d'être magique, quoiqu'elle l'était déjà depuis le début.

"Reprenons doucement..."

Oui, il ne fallait pas risquer une nouvelle fois de la faire tomber. Ceci dit, quelque chose lui disait que ça allait être encore plus marrant de danser puisqu'en ayant enlevé ses talons Hanabi était bien plus petite. Tant pis, qu'elle pose alors sa main où elle le pouvait, déjà qu'il ne pouvait toucher qu'en haut du dos... Peut-être que ça la gênait après? Puis au pire....


"Si je suis trop grand... Tu peux te mettre sur mes pieds... Comme ça.... comme ça tu ne risques pas de tomber de nouveau... Ça ne me dérange pas..."

Il souriait timidement, ayant peur qu'elle ne le remballe. Après tout, si elle était féministe elle pouvait très bien faire le coup du "Haa tu crois que je vais me mettre sur tes pieds pour que tu puisses mener entièrement la danse, espèce de sale machiste prétentieux, etc...?". Il attendait sa réponse, préférant ne pas recommencer la danse avant qu'elle ne soit prête.

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Mer 24 Déc - 14:17

Mon cavalier accepta de continuer la soirée. Je souris : ce n’est pas ce foutu pied qui allait gâcher la soirée. Et puis, j’avais eu une sérieuse discussion avec la cheville, et je lui avait supplié de faire son boulot encore quelques heures, et qu’après elle pourrait partir comme elle le souhaiterait. C’était le deal : Tu fais ton boulot encore un peu, et après, t’es libre de ta vie.
Puis soudain, la dernière partie de la phrase de Wolodymyr sonna à mes oreilles. « Mais avant… ». Qu’allait-il faire avant ? Sous l’angoisse soudaine, je me crispais, alors que mon cavalier se baissait pour mettre ses mains sur mes chevilles. Rouge d’embarras, je me demandais si finalement ce n’était pas un Templier qui tentait de récolter quelques informations par diverses manières. Ou qui essayait de m’injecter un poison, qui sait ?

Puis subitement, la douleur de ma cheville gauche disparut. Ah finalement, y’avait pas de deal ? Elle s’était barrée avant la fin ? Pied, je t’avais demandé de faire ton boulot encore quelques heures ?! Comment ça c’est ce que tu fais ?

Je baissais les yeux, bougeait mon pied droit, mon pied gauche. Ils étaient tout les deux bien là, et je vis mon cavalier lâcher un soupir de soulagement avant de me regarder et de déclarer que comme ça, je n’aurais pas mal plus tard. Qu… Il m’avait soignée ? Je rougis, puis souris à mon tour, incapable d’émettre un son tellement j’étais gênée. C’était… C’était tellement attentionné. Personne n’avait jamais prit la peine d’être sûr que je n’ai mal à aucun endroit. Alors qu’il se relevait, je réussis enfin à murmurer timidement :
« M…Merci… »
Il prit ma main pour se remettre dans la position de danse. Je déglutissais, puis sentis mes joues s’empourprer de nouveau. Ce genre de danse était décidément trop… En contact.

Le jeune homme dit de reprendre doucement. Ça m’allait. J’avais peur de glisser de nouveau. Et même si le pouvoir de mon cavalier semblait être un pouvoir de soin, je n’allais pas le lui faire utiliser toute la soirée. Ça doit fatiguer ce genre de chose ! Enfin, je ne sais pas, moi mon pouvoir a toujours été un pouvoir inné, que je n’ai jamais pu contrôler. Parce que je n’ais pas à le contrôler, où à l’utiliser. Il est tout simplement là, et fait son boulot lorsqu’il le faut. Bien évidemment, récemment il avait légèrement évolué, et me donnait une possibilité de le contrôler, pour une fois. Mais j’avais encore du mal.

Puis soudainement, alors qu’ayant du mal à reprendre la position de danse, j’avais mis ma main au niveau de son dos, mon cavalier proposa que si jamais il était trop grand, je pouvais toujours mettre me mettre sur ses pieds, comme ça… Je ne tomberais plus. Il souriait alors que moi, je devenais encore plus rouge que… Qu’est-ce qu’on n’a pas dit encore ? J’ai tellement rougis de la soirée que j’en ai fais toute les comparaisons déjà…
Mais après réflexions, sa proposition tenait debout. Il est vrai que ça m’empêcherait de tomber. Et après tout, il avait l’air de savoir danser, contrairement à moi. Mais tout de même, même s’il disait que ça ne le dérangeais pas, était-ce vrai ? J’avais sans cesse cette peur de déranger les gens.
Timidement, je répondis donc :
« Heum, pourquoi pas…. Tu… Tu as l’air de savoir danser, contrairement à moi… Mais tu es sûr que… que ça ne te déranges pas ? »

Nous étions immobile, en attendant. J’étais gênée. Je n’allais pas monter sur ses pieds sans confirmation de sa part. Et puis, c’était quand même un peu gênant, pour deux inconnus. Et si jamais, avec ma maladresse, je tombais de nouveau ? Aucun doute que là, j’allais l’entraîner avec moi, et ça ne serait pas joli joli…
« Tu as un pouvoir de soin ? Dis-je subitement pour briser le silence. C’est… C’est classe comme pouvoir, c’est utile… Comparé au mien… »
C’est vrai que, le mien ne m’était pas utile. A part regarder ses proches mourir dans d’atroces souffrances…
Mais ne pensons pas au passé. Pour l’instant, concentrons-nous sur le moment présent. Sur le moment magique qui se déroule. Sur cette soirée magnifique, et sur cette possible amitié naissante.
Concentrons-nous sur ça.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Jeu 25 Déc - 11:17

C'était finalement le grand jour , depuis déjà un moment je préparais cette occasion spéciale. Noël approchait, cette fête où l'on se regroupe avec les gens qu'on aime, avec sa famille pour passer du bon temps. Moi, je n'avais pas de famille, et ce Noël me semblait comme les précédents à des célébrations inutiles mais permettait quand même de se détendre. Mais ça c'était ce que je pensais, jusqu'à peu, je venais de rencontrer Hisae, une fille jeune belle et exceptionnelle. J'avais été ému et touché par sa personne, et il y a trois jours par une envie soudaine, je l'avais invitée au bal que le lycée Tadakai organisait pour célébrer les fêtes. Je nous avais inscrits dans la section couples car on venait ensemble mais je rougissait de ce terme si fort qui ne correspondait pas encore à notre relation même si une partie de moi souhaitais qu'elle se réalise.  

Je me préparais donc pour le grand Bal, anxieux de sa répons mais je ne doutais pas qu'elle puisse ne pas venir, au contraire je pense que nous retrouver nous qui n'avons plus rien pour cette fête ferait le  plus grand bien. J'ai alors parcouru plus de dix boutiques avant de me raviser sur un ensemble classique qui a vrai dire changeait de mon look décontracté que je porte normalement. J'imaginais la réaction d'Hisae lorsqu'elle me verrait , puis cessant de rêver je filais vers un coiffeur pour me préparer au mieux et faire bonne impression.  Le bal se déroulait le soir même et pour être franc j'angoissais un peu. Je laissais Koji à l'extérieur , il n'aimais pas les fêtes, et j'avais envoyé une lettre à ma compagne de la soirée pour lui indiquer l'heure et le lieux du bal, bien sûr elle devait déjà le savoir, mais je voulais qu'elle se sente invitée. Au moins cela lui changerait de sa solitude, et la mienne aussi finirait par disparaître.

Après de longues heures j'arrivais au gymnase, et j'entrais dans la piste de danse n°1, les femmes devaient venir masquées, le thème de la soirée oblige. Et cela me rendait la tâche encore plus dure pour retrouver ma belle. Après quelques secondes je décidai de l'attendre tranquillement sur le côté droit. La musique commença et j'observai déjà quelques mouvement dans la salle.

*Ma Hisae va être si belle, je suis stressé, il faut que je me calme ce n'est qu'un bal...

un léger mouvement dans mon dos brisa mes pensées , était-ce elle?
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Jeu 25 Déc - 20:48

Ils étaient aussi immobiles que deux statues qui attendaient que la providence leur donne la capacité de se mouvoir pour enfin danser. Quelques gens les regardaient, se demandant ce qu'ils faisaient avant de reprendre leur chorégraphie en se disant que finalement ce n'était pas leur affaire. Peut-être gênaient-ils sur la piste à être comme ça, sans rien faire si ce n'était que de discuter un peu, mais Wolodymyr s'en fichait, remarquant finalement et avec quand même un peu de retard que sa cavalière était une véritable fraise en étant toute rouge sous son masque. Qu'avait-elle? Peut-être était-elle mal à l'aise du fait qu'il était bien plus grand qu'elle? Ou alors peut-être avait-elle honte d'être en sa compagnie? Non, sinon elle serait partie. Ou alors... Oh oui il venait de comprendre ! Son pouvoir était peut-être de se camoufler tel un caméléon. Oui. Elle devait devenir rouge lorsqu'elle était vêtue comme un rubis, un truc dans ce genre. Plutôt content de son raisonnement, il sorti de ses pensées lorsque l'hybride lui prit soudainement la parole pour lui demander si ça ne le dérangeait pas. Souriant légèrement, il répondit :

"Bien sûr que non... Tu me sembles bien légère et... tu sais, ma sœur pour apprendre à danser montait souvent sur mes pieds..."

Tiens, d'ailleurs, qu'est-ce que faisait Oksana? Avait-elle été aussi invitée pour le bal? Etait-elle quelque part dans cette salle à danser avec un garçon? Ou avait-elle encore une fois joué l'associable et restait dans sa chambre à réviser ou à faire n'importe quoi?

"Alors tu peux venir sur mes pieds, ça ne me dérange pas."

Par contre, il sentait que la différence de taille allait encore une fois être embêtante : Hanabi ne pourrait pas vraiment lui toucher l'épaule , lui étant trop haut. Ha pourquoi était-il une girafe? Alors, il continua :

"Et si tu ne peux pas me prendre l'épaule, tu peux me tenir par la taille."

On aurait dit une technique d'approche par un gros dragueur bien lourd mais ça, Wolodymyr l'ignorait. Après tout, aussi innocent qu'un petit poney était-il, il ne connaissait pas vraiment les techniques d'approches. Puis, entendant un commentaire sur son pouvoir, le danseur étoile se mit aussi à rougir un peu. C'était la première fois qu'on lui disait que c'était classe. Bon, certes ça l'était en soi, c'était pratique mais quand on savait l'utiliser correctement. Il était vrai qu'il ne se débrouillait pas trop mal quand même, mais il ne pouvait pas s'occuper de grosses blessures, ou du moins ne s'y était pas encore tenté. Alors, tout doucement il répondit :

"Ha... Merci mais... Je ne sais pas aussi bien utiliser mon pouvoir que mon père... Mais j'aimerai bien atteindre son niveau... Puis il ne me sers pas vraiment à me battre... Donc à rien dans un combat, je serais plus du genre à être un "support" comme on dit."

Monsieur Chevchenko était un guérisseur qui était formidable, il fallait l'avouer. Il pouvait soigner tout et n'importe quoi, même les maladies mentales ou du moins les calmer. Alors quand il apprit que sur ses quatre enfants le seul qui avait hérité de son don était affreusement nul, il s'était senti quelque peu arnaqué, surtout lorsque sa progéniture en question était bien plus attiré par une carrière dans la danse que dans la médecine. Lubia réconfortait son invocateur en lui affirmant qu'un jour ou l'autre il aurait le même niveau que son paternel, ce qu'il avait du mal à croire.

"Mais.... mais pourquoi dis-tu que... que ton pouvoir est inutile et... pas du tout classe?"

On lui avait toujours dis qu'il n'y avait pas de sot pouvoir, du moins c'est ce que bassinaient quelques professeurs pour soutenir leurs élèves. Et en y réfléchissant un peu mieux, l'ukrainien devait avouer qu'ils n'avaient pas tort : tous servaient à quelque chose, il fallait juste trouver à quoi. Et si le pouvoir d'Hanabi était bel et bien celui qu'il pensait, il savait à quoi il pouvait servir.

"Je ne sais pas vraiment ce qu'il est mais.... Je pense qu'on peut toujours lui trouver une utilité.... Il suffit juste de chercher un peu.... De l'utiliser aussi..."

Et il lui trouverait cette utilité! Oui, il fallait juste qu'elle le lui dise, puisqu'il n'osait pas trop le lui demander. La regardant avec un petit sourire, il attendit la réponse de sa charmante cavalière mais également qu'elle lui grimpe sur les pieds. Vu qu'elle était pieds-nus, il serait aussi fort ennuyeux que quelqu'un ne lui écrase les orteils...

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Jeu 25 Déc - 22:58

Me laisser monter sur ses pieds ne dérangeait définitivement pas mon cavalier. Il se justifiait en disant que je semblais légère… C’était gentil. Puis, apparemment, sa sœur lui apprenait à danser en montant sur ses pieds. Il devait donc avoir l’habitude… Et il insistait sur le fait que ça ne le dérangeait pas. Je rougissais un peu, silencieuse, réfléchissant. C’est vrai que ça permettrait de continuer la danse sans dérangement de ma part, que ce soit mauvais pas où maladresse.
Je n’eus cependant pas le temps de peser le pour et le contre, mon cavalier proposant de le tenir par la taille si jamais son épaule était trop haute. Mes joues s’empourprèrent pour la je-ne-sais combien-tième fois de la soirée. Mes pieds faillirent même me lâcher (je croyais que vous pétiez la forme finalement, vous deux ?), mais il tinrent bon. Ce n’était pas non plus une phrase à faire tomber, c’est juste que… A l’instant où mon cavalier avait proposé cela, j’avais tenté de m’imaginer la scène et… ça m’avait mis dans l’embarras. Mais… Pourquoi pas. Ça m’éviterait de tendre trop les bras, ou de me mettre sur la pointe des pieds. Et ça m’éviterait de perdre l’équilibre ridiculement et d’entraîner mon cavalier dans ma chute… Et de nous blesser tous les deux. Rien que l’idée me mit mal à l’aise, et je rougis encore plus.

Il sembla apprécier mon compliment sur son pouvoir. Il sourit et me remercia, expliquant qu’il était cependant moins doué que son père. Moins doué ? Il avait quand même permis à mon pied de continuer à faire son boulot de pied (Oui parce que toi le pied, t’es incapable de te débrouiller tout seul !). Il expliqua que son pouvoir n’était pas très utile en combat, et que c’était plus un support. Moi, je trouvais ça utile. Même si on ne peut pas combattre avec. Après tout, le mien non plus ne me permettait pas de me battre… Mais je ne pouvais pas en faire un support. Il était aussi inutile en combat que dans la vie de tous les jours. Ou sinon, pour me tuer par quelques gouttes d’eau, il était utile.

Puis soudain, il me demanda pourquoi je disais que mon pouvoir était inutile est « pas classe ». A ce moment, l’espace qui m’entourait devînt rouge, et muet, et à la place de voir mon cavalier face à moi, j’y voyais le visage de ma mère, me criait muettement de partir.
Puis, alors que mon regard avait prit cette teinte de terreur pendant quelques secondes, mon entourage redevînt cette salle de bal, et c’est de nouveau mon cavalier qui me faisait face. D’un rapide mouvement facial, je cachais cette expression par un sourire, alors que Wolodymyr me disait que bien qu’il ne savait pas ce qu’était mon pouvoir, on pouvait toujours lui trouver une utilité. Un sourire ironique se dessina sur mon visage. Utilité ? A part me faire regretter, et me rendre plus faible, ce pouvoir n’était d’aucune utilité.
Après un petit moment de réflexion, je me décidais à révéler mon pouvoir à mon cavalier. Après tout, je connaissais le sien, c’était un peu comme un échange…
« Mon pouvoir… Est de résister au feu, et à la chaleur… Pas très utile, quel que soit le contexte… Et puis… »
Je me stoppais net. J’allais commencer à lui déballer cette histoire sur mon passé, mais je m’étais retenue. Cette soirée était sensée être belle, on ne devait pas la gâcher avec de tristes moments du passés. Moment présent et passés ne se mélangent pas, je devait juste profiter de cet instant que je vivais, et je pourrais penser au passé plus tard.
Je finis donc ma phrase sur la particularité de mon pouvoir :
« Et puis, à cause de ce pouvoir… Je suis sensible à… A l’eau. Et au froid…. »
J’omis cependant le fait qu’être venue à cette soirée en manches courtes avec un froid pareil pouvait me tuer… Enfin, peut-être pas, car la salle était chauffée, mais je pouvais être sûre d’avoir déjà attrapé froid pour demain. Mais s’il y avait une tempête de neige, par contre, je pouvais me blesser. Et si jamais je glissais face contre neige, eh bien… c’est une autre histoire, que je ne préfère même pas imaginer.
Je frissonnais à cette idée, puis repris la parole :
« Donc… Comme tu peux le voir, ce n’est pas… très utile. Enfin… ça a un peu… un peu évolué. Maintenant je peux …. Contrôler les flammes… parfois… »
Je réfléchis encore quelques secondes, puis après avoir avalé ma salive, je me rapprochais timidement, pour ensuite monter maladroitement sur les pieds de mon cavalier, et poser ma main sur sa taille, comme il l’avait proposé. Je me sentais un peu plus grande, c’était… étrange. Et je me sentais bien trop proche. Ce qui me fis rougir de nouveau. Je baissais la tête, déglutissais, puis relevait cette dernière pour poser mes yeux sur ceux masqués de mon cavalier.
« C’est bien… comme… comme ça ? »

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Ven 26 Déc - 9:12

Que s'était-il passé? En la regardant, Wolodymyr eut l'impression qu'il n'aurait pas du parler pouvoir avec la demoiselle. Pendant un court instant elle avait prit un autre visage, comme si elle avait été effrayé par quelque chose. Etait-ce à cause à cause de lui? Lui avait-il ravivé un mauvais souvenir? Cependant, Hanabi reprit aussitôt son sourire pour lui faire part son pouvoir. Résister au feu et à la chaleur, ce qu'elle pensait être inutile. Non, ce n'était pas si inutile que ça. Il lui informa également du petit contrôle sur le feu qu'elle avait, ce qui le fit légèrement sourire. Peut-être que si jamais elle essayait un peu mieux d'y contrôler, autant dire qu'elle pourrait faire des ravages, soit elle pouvait être efficace.

"Tu sais, c'est très utile, au contraire! lui répondit-il. Si jamais quelqu'un est en danger tu peux le sauver. Puis si tu veux travailler dans la cuisine, au moins.... tu n'as pas besoin de manique."

Il marqua une légère pause, en se demandant quelle était réellement l'utilité d'avoir un pouvoir. Surtout pourquoi certains humains étaient dotés d'un don et d'autres -pour ne pas dire la majorité- non? Le mage se posait trop de questions sans réponse dans ce genre, mais au moins ça valait un petit débat. Mais pas pour la soirée, il ne fallait pas la gâcher avec ça :

"Puis, tu sais, je pense que .... attends.... attends quoi?"

Elle lui avait bien dit que du coup elle craignait le froid et à l'eau, soit aussi à l'humidité? Mais pour venir à ce bal en manches courtes mais également en plein hiver, elle avait mis en péril sa vie ! Faisant de grands yeux en ayant compris la bêtise qu'elle avait fait et surtout à cause de cette histoire de lettre -qui lui sera toujours aussi honteuse- il s'excusa :

"Mais... Mais je suis désolé, tu aurais dû refuser cette invitation... Je suis désolé, vraiment désolé... Lubia a mis en danger ta vie, je suis désolé..."

Il ne devrait pas la laisser partir simplement à la fin du bal. Non, il ne pouvait pas la laisser risquer une nouvelle fois de tomber malade ou d'être tout simplement tuée par le froid et la neige qui attendaient tout le monde à la fin de la soirée. Déjà parce que de un, ce n'était pas galant, et de deux, parce qu'il n'avait pas envie de quelqu'un ne meurt et encore moins Hanabi.

"Si tu as froid, n'hésite pas à me le dire, je te filerai ma cape. Et si ça ne va pas, tu me le dis. Et si..."

Et elle grimpa sur ses pieds pour lui tenir finalement la taille, étant petite comparée à lui. Il ne pensait pas que ça le dérangerait mais Wolodymyr devint aussi rouge qu'une canette de Coca (that reference). Il fallait dire aussi qu'il avait l'habitude pour sa sœur mais pas avec une jeune inconnue avec qui il s'entendait plutôt bien. Heureusement qu'avec sa grande taille l'hybride ne pouvait pas trop regarder son visage pourpre. Sinon, elle se serait moquée de lui. Quoique, baissant la tête, il remarqua qu'elle était en train de se dévisser la sienne pour le fixer et lui demander si ça allait. Il se mit aussitôt à regarder droit devant lui, préférant éviter le regard de la petite fraise masquée.

"Je... Oui, c'est bon comme ça.... Tu ne devrais pas tomber..."

Et il posa sa main sur le dos de sa cavalière avant de lui tenir une nouvelle fois la sienne. Bon, c'était reparti pour la danse mais il fallait commencer tout doucement afin d'éviter qu'elle ne tombe de nouveau.

"Tiens bien... Je... Je vais y aller en douceur... Tu me dis si quelque chose ne va pas..."

Et il fit un pas, puis un autre. Il y allait délicatement et il devait bien avouer qu'avoir quelqu'un sur ses pieds ne le dérangeait pas -si ce n'était qu'il était rouge- puisqu'elle était légère. Bon, autant casser le silence et faire le rapprochement entre la cape et la comparaison qu'il avait à faire...

"Tu sais... Quand tu me parlais du jeu vidéo... Tu voulais parler de... d'Assassin's Creed, c'est ça? Enfin... Peut-être que tu dois me trouver stupide... et que c'est à un autre jeu que tu pensais... Surtout qu'ils sont en blanc..."

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Ven 26 Déc - 15:30

Mon cavalier me répondit qu’au contraire de ce que je pouvais penser, mon pouvoir était utile. Et que si jamais quelqu’un était en danger… Je pouvais le sauver. Un nouveau sourire ironique se dessina sur mon visage. Non, je ne pouvais pas sauver cette personne. J’en étais incapable.  J’avais réussi la première fois, mais ce n’était qu’un coup de chance. C’est ce que la deuxième fois m’appris : Que les premières fois ne sont que des coups de chance.
Mais je décidais de repousser ces souvenirs de mon esprit pour le moment, je pourrais y revenir à la fin du bal, une fois que je serais de retour sous mes habituelles couvertures, en compagnie de Kitsu. Pour l’instant, je préférais m’occuper du moment présent. Oublier le passé. Oublier ces brûlures, ces traumatismes inguérissables.

Mon cavalier reprit la parole, mais fut coupé par une révélation sur ce que j’avais dit plus tôt. Je ne l’avais pas mentionné, mais il l’avait deviné. Intelligent. Il avait compris que j’avais mis ma vie en péril pour venir à ce bal. Enfin, en péril, si je reste dehors longtemps. Mais là il faisait chaud.
Il s’excusa donc, et dit que j’aurais dû refuser cette invitation. Pourquoi donc ? D’accord, c’est dangereux, mais cela me fait sortir, et c’est un peu comme un défi à surmonter.
Il ajouta que si jamais j’avais froid, il pouvait me passer sa cape. Et il allait ajouter autre chose, mais c’est à ce moment là que j’avais grimpé sur ces pieds, lui demandant si c’était bien comme ça. Il était resté silencieux un petit moment, avant d’acquiescer, et d’ajouter que je ne devrais plus tomber comme ça. Puis, il reprit la danse en douceur, et je me laissais donc guider par ces pas.

Je relevais la tête vers lui, et déclarais en réponse à ce qu’il m’avait dit plus tôt :
« Pourquoi aurais-je refusé l’invitation ? Cela fait des… des jours que je ne suis pas sortie de dessous de mes couettes, à… à cause de ce pouvoir. Je me suis dit que… que pour une fois je pourrais m’amuser… en hiver… »
Je fis une pause, un peu gênée par ce que je venais de dire. Les gens n’imaginent pas à quel point c’est ennuyeux et horrible, de rester seul dans une pièce toute la journée, à attendre que le temps passe, coincé sous un tas de couettes trop chaudes. Les gens n’imaginent pas toute cette solitude, tout ce silence, ils n’imaginent pas à quel point c’est terrible et effrayant.
Je repris donc la parole :
« Donc ne… ne t’excuses pas. Je… je voulais juste sortir de mon quotidien… Et puis, ne… ne t’inquiètes pas, ma cape est assez épaisse et chaude…. Tout comme mes collants. »
Cette dernière phrase accompagnée d’un sourire confiant. Après tout, c’était la première fois que quelqu’un se souciait de ce que pouvait m’infliger mon pouvoir. Les gens n’avaient jamais compris pourquoi j’étais souvent absente aux cours, ou au self en hiver. Et pourquoi j’étais absente lorsqu’il fallait changer de bâtiment, et qu’il pleuvait. Ils n’avaient jamais compris non plus pourquoi parfois les jours de pluie, j’arrivais en cours avec des brûlures sur la peau, parfois celle-ci étant encore fumante. Et par-dessus tout, ils n’avaient jamais compris pourquoi j’étais absente aux cours de sport lorsqu’il pleuvait, neigeait, grêlait ou faisait froid, et lorsqu’il y avait natation. Ils pensaient juste que je ne savais pas nager, et que l’eau me terrifiait, alors qu’au contraire, ce fruit interdit m’attirait plus que tout. Non, les gens ne comprenaient pas. Ils ne s’étaient jamais souciés de ça. Jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à ce que mon cavalier y pense, lui.

Penser à ça me fit subitement rougir comme si leu feu s’était emparé de mes joues. Gênée, je suivis doucement les pas de mon cavalier, sans rien dire, limite immobile.
Puis soudainement, il fit le rapprochement entre ma cape et le jeu dont je parlais. Il me demanda si je voulais bien parler d’Assassin’s Creed, puis ajouta que je devais le trouver stupide parce qu’ils sont plutôt en blanc. Sur le coup, c’est moi qui me sentit stupide, parce que, ils sont en blancs, et que j’étais en rouge. Mais j’étais également surprise et intéressée par le fait que mon cavalier connaisse le jeu, et ait en plus compris que je faisais référence à ça. Il devait connaître assez bien le jeu pour cela.
Je répondis donc tout simplement, avec un sourire malicieux :
« Tu m’as démasquée… »
Je laissais une petite pause, avant de reprendre :
« Je parlais bel et bien de ce jeu… Et… »
Allais-je dire qu’en début de soirée je l’avais pris pour un Templier ? Mon dieu, ce serait une insulte pour un joueur. Si jamais on me disait un jour que je ressemblais à un Templier, sans aucun doute je tuerais la personne. Sauf si on me comparait à Elise, ou à Haytham, qui sont bien les deux seuls Templiers que j’aime bien.
Je poursuivis donc :
« Et… Je trouvais que le blanc aurait fait trop… voyant, dans le bal. Puis… il me semble que certaines tenues ne… ne sont pas blanches. Et puis… de toute façon, ce n’est qu’une cape… Juste la capuche me faisait sentir comme eux… »
Je restais donc silencieuse sur cette phrase là. Autant ne pas en dévoiler trop pour l’instant. Même s’il semblait confiant, la guilde est secrète pour tous, sauf pour ceux qui y sont bien sûr.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Ven 26 Déc - 23:19

Le bal lui faisait un sortir un peu? L'ukrainien la comprenait en quelque sorte : rester des jours sous une couverture devait être fort ennuyeux. Il n'avait pas spécialement connu ce problème, ayant été soigné maintes fois par ses petits soins ou par ceux de son père lorsqu'il pouvait retourner chez lui, mais il se rappelait de la dernière fois qu'il avait eu un certain soucis avec sa jambe : une grosse fracture qui lui avait valu trois semaines d'immobilisation, le temps que son père ne rentre de voyage. Chose terrible pour un danseur étoile comme Wolodymyr qui avait pour habitude de s'entraîner quotidiennement et qui, du jour au lendemain, s'était retrouvé à ne plus pouvoir rien faire, si ce n'était que de passer son temps à jouer aux jeux vidéos de sa fratrie. C'était en soi grâce à ce petit accident qu'il avait connu et prit goût à Assassin's Creed ou alors à Darksiders, etc... Et quand il ne pouvait plus jouer à cause de son pouce endolori, c'était généralement Lubia qui prenait la relève, trop pressée de connaître la suite et lui jouait le rôle du spectateur. Autant dire qu'ils jouaient à deux. Mais revenons à nos moutons, comprenant finalement qu'il valait mieux pour la jeune Hanabi de sortir un peu.

"Il est vrai que ce n'est pas bon pour la santé de rester enfermée chez soi... aussi bien pour le physique que pour le moral..."

Et elle se mit aussitôt à dire qu'il avait vu juste, que le jeu vidéo à lequel elle faisait référence était bel et bien Assassin's Creed. Le jeune homme sourit aussitôt se disant que pour une fois il n'avait pas dit une mauvaise réponse. Souriant légèrement, il continua à danser lentement en écoutant attentivement Hanabi. Elle n'avait pas tort en soit puisque certains Assassins étaient habillés autrement qu'en blanc, tels qu'Arno ou Ezio dans Révélations.

"Tu aimes bien aussi porter des capuches et te prendre pour un assassin? C'est vrai que c'est drôle... Tu te prends pour un des personnages, mais bon... Jamais je ne penserai que je serais comme eux... Je ne serais jamais capable de tuer quelqu'un..."

Déjà qu'il avait du mal lorsqu'il frappait tout ceux qui venaient lui chercher la bagarre -grâce à Lubia qui volait et provoquait tout le monde malgré lui- et que c'était à peine s'il chialait à chaque fois qu'il donnait un coup -enfin... même une crevette faisait plus mal- alors tuer un homme relevait de l'impossible. Sa conscience lui ferait faire des tonnes de cauchemars et il se rongerait les ongles pleins de remords. Il aimait la justice, d'ailleurs le Lamachondinde lui reprochait de se s'énerver uniquement quand quelque chose d'injuste arrivait sur sa petite personne ou sur celle des autres, qu'on ne respectait pas les règles, etc... Bon, peut-être devrait-il songer à devenir avocat, et pourquoi pas justicier? Non, fallait pas rigoler non plus.

"Puis tu sais... Le blanc est très voyant, tu n'as pas tort. Puis, je pense que même si je ne connais pas ton visage, le rouge te sied à merveilles."

Oui, il remarquait qu'elle avait une peau aussi blanche que la neige et les cheveux que le coton grâce à cette mèche qui sortait de dessous sa capuche. Et naturellement sans s'en rendre compte, il lâcha le dos de la jeune demoiselle pour tenir cette bande de cheveux avant de dire :

"Puis trop de neige gâche le beau paysage."

Lubia qui squattait le buffet et qui entendait tout grâce à ses capacités animales à entendre bien loin se mit aussitôt à cracher sa boisson sur un mage qui passait malheureusement devant elle avant de regarder son invocateur. Faisant de gros yeux, elle hésitait entre lui hurler dessus et l'encourager. Elle savait qu'il ne faisait pas exprès le pauvre bougre, mais quand même ; il devait quand même réfléchir avant de parler! En tout cas, ne la voyant pas faire de grands gestes, Wolodymyr reposa sa main sur le dos de la demoiselle et continuer à danser.

"Et puis... Diffi...."
BAM!
-OH QUAND JE TE FAIS DE GRANDS GESTES TU ME REGARDES, D'ACCORD?!

Wolodymyr venait de se prendre une chaussure à la tronche. Une bottine pour être exact. S'arrêtant soudainement de danser, le jeune homme se frotta le visage avant de regarder le projectile : c'était une des bottines de sa cavalière. Regardant soudainement là où avaient été posées les affaires de la demoiselle, il su immédiatement que son familier allait encore jouer son enquiquineur.

"Je suis désolé, Hanabi.... dit-il doucement en se sentant gêné mais également déçu que cette soirée magique allait être pourrie par un Lamachondinde en manque d'affection. Désolée que Lubia te vole... PAM! Aieuh..."

Il se mit aussitôt à se retourner. Bon sang, mais cette peste lui jetait les bottines de la petite fraise! Voyant qu'elle jetait au pif d'autres chaussures abandonnés par d'autres cavalières qui avaient eu elles aussi les pieds en feu, il serra dans ses bras Hanabi pour se servir de bouclier. En effet, il la protégeait de cette furie de mascotte à poils.

"Je suis désolé Hanabi.... Vraiment désolé...."
-Mwahahaha! Tu me remercieras plus tard entre la lettre et ça!
-Mais arrête... tu es ravagée ! Aieuh!
-Mais non, mais non !


Qu'est-ce qu'elle avait encore en tête? Surtout qu'il risquait d'avoir toutes les cavalières contre lui vu qu'il était le responsable de Lubia et il craignait qu'Hanabi ne soit elle aussi impliquée dans l'affaire.

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Sam 27 Déc - 0:57

La danse continuait, tout doucement, et mon cavalier guidait mes pas comme s’il me berçait. Il avoua ensuite qu’effectivement, ce n’était pas bon de rester enfermée chez soi. Enfin quelqu’un qui me comprenait ! Enfin, peut-être disait-il cela comme ça. Je ne savais pas si ça lui était déjà arrivé, de devoir rester chez soi sans bouger, cloîtré sous des couvertures. Peut-être était-il déjà resté enfermé chez lui, mais pas au même niveau que moi. Penser à ça me rappelait que je retrouverais ces couvertures à la fin du bal… Et cette idée me fit frissonner.

Il déclara ensuite qu’effectivement ça pouvait être drôle, de porter des capes ou capuches et de se prendre pour un Assassin. Je souris. Evidemment que c’était drôle. On se prenait pour quelqu’un d’autre, on se sentait plus fort, plus courageux. C’était une sensation que j’adorais.
Wolodymyr ajouta cependant qu’il ne pensait pas qu’il pourrait être comme eux. Qu’il ne serait jamais capable de tuer quelqu’un. A bien y réfléchir, je pense que moi non plus, je ne pourrais pas tuer quelqu’un. Je ne pense pas que je pourrais prendre la vie de quelqu’un. D’ailleurs, ça me rappelait une énigme, qu’on appelait énigme du train : Cinq personnes sont coincée sur une voie ferrée. Un train arrive. Nous, nous avons la possibilité de changer la direction du train, pour qu’il aille sur l’autre voie ferrée, où il n’y a qu’une personne.
Le feriez-vous ? Avez-vous cependant le droit de décider de la vie d’une personne ? Qui vous dit que cette personne que vous tuerez n’est pas celle qui sauvera le monde dans plusieurs années ? Qui vous dit que les cinq que vous sauverez ne détruirons pas le monde, et vice-versa ? Vous ne pouvez tout simplement pas décider de la vie ou de la mort d’une personne. Ce n’est pas votre droit, ce n’est pas votre devoir.
Je pensais à tout cela. Mais si c’est une mauvaise personne, a-t-on le droit de lui ôter la vie ? Si c’est pour rendre justice ? Si c’est pour sauver l’humanité ?
Si vous avez le choix entre tuer une personne qui vous est chère, et sauver l’humanité par ce cas là, ou sauver cette personne et mettre en péril l’humanité, que feriez-vous ?
Tout ceci me trottait dans la tête, et commençait à m’envahir l’esprit. Mais mon cavalier, comme un prince, reprit la parole, pour dire qu’effectivement le blanc était très voyant. Puis il m’avoua que même s’il ne connaissait pas mon visage, le rouge m’allait à merveilles. Cette phrase me fit rougir, et ce n’est pas parce qu’il avait dit que je portais très bien cette couleur, mais parce que je fus extrêmement gênée et embarrassée. Et avant que je n’aie le temps de réagir, il me lâcha le dos pour attraper une mèche de mes cheveux, ajoutant que trop de neige gâche le gros paysage.
Là, ce fut trop. Mon cerveau déconnecta. Littéralement. Un grand vide se fit dans mon esprit, et lorsque mon cerveau se ralluma quelques secondes plus tard, je n’avais jamais été aussi rouge de toute ma vie. Je crus que mes jambes allaient céder, se briser en milles morceaux, et que cette foutue cheville (qui allait très bien, je vous rassure) allait enfin vivre sa vie de cheville libre (parce qu’apparemment je lui ai offert un collant propre…).

Mon cavalier lâcha ma mèche de cheveux, ce qui me détendit, je n’avais pas remarqué à quel point je m’étais tendue, et à quel point le rythme de mon cœur s’était accéléré.
Il allait ajouter quelque chose, mais une bottine se colla à son visage, et c’est avec gêne que je reconnus la mienne. Je me retournais, et apercevais ce qui semblais être le familier de mon cavalier nous attaquer avec des… des chaussures. Comme ça, ça ne paraît pas terrifiant, mais en soi, c’est… Plutôt effrayant.

Mon cavalier s’excusa, mais eu du mal à finir sa phrase car il se prit une nouvelle chaussure dans la face. Alors que d’autres chaussures volaient, mon cavalier me serra soudainement dans ses bras, comme un bouclier. Il continuait à s’excuser, mais je n’entendais plus rien, encore plus rouge que ce qu’avais pu être avant, le seul son me parvenant étant mon cœur qui tambourinait contre ma poitrine, comme pour en sortir et se barrer dans un autre pays. Mon souffle se coupa également, trop pressée, trop tendue, trop… Trop embrouillée par tout ce qui me passait dans la tête.
Une nouvelle chaussure heurta les environs. Trop, c’était trop. Cette soirée était à nous, oui ou non ? Elle était magique, oui ou non ? Je n'en pouvais plus de ne rien faire. J'avais l'impression de me retrouver enfant, face à cet incendie et à ma famille que je ne pouvais sauver. Je n'allais pas laisser ce familier gâcher la soirée. Je n'allais pas laisser mon cavalier se prendre toute les chaussures à ma place, et se faire mal.
Instinctivement, je glissais des bras de mon cavalier, attrapais une chaussure, et la balançais en direction de l’étrange familier tout en hurlant :
« MAIS C’EST PAS BIENTÔT FINI OUI ? »
Je ne sus pas si l’objet atteint sa cible, car me rendant compte de ce que je venais de faire, et du ridicule qui avait dû s’emparer de moi, je m’étais retournée vers mon cavalier, horrifiée, tentant de prononcer quelque chose, mais n’arrivant qu’à bafouiller que quelques piètres mots.
« Je….euh… je…. Désolée… »
J’avais dû lui faire peur. Il devait me prendre pour une folle. Je regardais tout autour de moi, terrifiée, avec pour seule envie de fuir, mais mes jambes ne m’obéirent pas. Elles cédèrent, tout simplement, sous mon poids, et je m’écroulais sur le sol froid de la salle, toujours horrifiée. Qu’avais-je fait ? J’étais tellement décontenancée, horrifiée, tout. Des larmes perlèrent au bout de mes yeux. Affolée, je me recroquevillais dans ma cape, ne laissant qu’une boule rouge au milieu de la salle. Mon souffle était coupé. J’avais honte. J’étais ridicule.
Peut-être que je pouvais encore me lever et m’enfuir ? Je tentais, mais mes jambes ne m’obéirent pas.
Je restais donc cette petite boule rouge au centre de la salle, honteuse.
« Je…Je ne voulais pas… » réussis-je seulement à prononcer, étouffé derrière la cape.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Sam 27 Déc - 23:41

Que s'était-il passé? Tout c'était passé si rapidement que Wolodymyr n'avait même pas eu le temps de réagir : Hanabi s'était échappée à son emprise pour récupérer une chaussure et la jeter sur le familier qui ne l'avait pas vu venir et qui se l'était donc prise en pleine truffe. Ce geste fut-il utile puisque Lubia recula en tenant de sa patte de cobaye son museau de lama, tout en jurant dans la langue maternelle de son invocateur, soit en ukrainien. Wolodymyr la regarda avant d'entendre les excuses de sa cavalière. Mais pourquoi demandait-elle pardon alors qu'elle n'avait juste fait que crier et rendre la pareille à cette insupportable chimère? Avait-elle honte de ce qu'elle avait fait ou bien avait-elle tout simplement se sentait-elle mal d'avoir frapper la créature qui lui jetait à présent un regard noir? La voyant s'effondrer devant lui, le danseur se sentit quelque peu mal. Il avait vu énormément de gens pleurer, que ce soit dans le cabinet médical de son père ou alors quelque part dans la rue à cause d'une rupture qui s'est très mal passée ou quelque chose dans ce genre. Il avait toujours eu mal pour ceux qui étaient tristes et qui laissaient couler des perles étant très empathique, mais là... Là ça lui pinçait encore plus le cœur de voir une jeune fille dans un si mauvais état. Ceci dit, il ne savait pas vraiment comment réconforter les gens, n'ayant surtout pu approcher que ses frères et soeurs lorsqu'ils avaient des soucis... Puis, zut... Il ne voulait pas laisser Hanabi triste et surtout par la faute d'une invocation de mauvaise humeur.

"Tu n'as pas à t'excuser voyons."

L'ukrainien s'agenouilla pour être à coté de la jeune fille. Puis, il passa son bras derrière ses épaules pour la coller à lui.

"Tu sais, ce n'est pas grave.... Puis... Si tu ne frappais pas Lubia... Elle aurait continuer et on aurait eu encore plus de problèmes..."
-MAIS LA C'EST TOI QUI VA PRENDRE CHER POUR ELLE!
-... Puis regarde, elle s'en tire pas mal...
-MAIS ELLE, ELLE NE RISQUE PAS DE S'EN TIRER UN JOUR!
-...Alors souris. Puis en plus c'est de ma faute, je n'aurai pas du laisser Lubia venir... J'aurais du deviner qu'elle allait nous faire un mauvais coup....
-HE! TU ME DIS SI JE TE DERANGE!
-Du coup, c'est moi qui présente mes excuses... Pardon.


Il jeta un regard à son familier qui était partie bouder dans un coin, avant de se rendre compte qu'inconsciemment, il caressait l'épaule de la jeune fille. Euh... N'était-ce pas trop là? Certes c'était un geste affectueux, mais quand même. Affichant un petit sourire et à l'aide de sa main libre, il prit le menton de sa cavalière pour qu'elle le regarde droit dans les yeux.

"Alors ne pleure plus, montre-moi de nouveau ton joli sourire et profitons encore un peu de cette soirée.... D'accord? "

Et comme il l'aurait fait à n'importe qui pour le réconforter, il posa ses lèvres sur le front d'Hanabi. Se rendant compte de son geste, Wolodymyr ne pu s'empêcher de rougir comme une cerise. Bizarrement, il ne regrettait pas son geste. Peut-être était-ce parce qu'il appréciait ce petit Chaperon Rouge? Sans doute. Se relevant, il se pencha (et pas qu'un peu) pour tendre sa main vers sa cavalière.

"Si tu veux te poser, nous pouvons nous asseoir sur le côté.... Je peux t'apporter quelque chose à boire aussi si tu as soif."

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 28 Déc - 0:49

En boule, recroquevillée sur moi-même, renfermée dans mon esprit. J’avais l’impression d’avoir tout gâché. J’avais l’impression que tout le monde me regardait, avec cet air dédaigneux et hautain, comme s’ils valaient mieux que moi avec leur pot de peinture sur le visage, et leurs masques parfaits.
Puis mon cavalier s’agenouilla à mes côtés, en me murmurant que je n’avais pas à m’excuser. Pourquoi donc ? J’avais quand même balancé une chaussure sur son familier. Bien visé ou pas, c’était tout de même quelque chose. Si quelqu’un faisait du mal à Kitsu, je pense que je lui aurais arraché la tête… Mais après, chaque familier est différent. Ça doit donc dépendre de ça…

Mon cavalier passa son bras derrière mes épaules pour me coller à lui, geste qui fit battre mon cœur à un rythme saccadé, et qui empourpra mes joues de la même couleur qu’un litchi. Il ajouta que ce n’était pas grave, « Lubia » (qui devait être son familier) aurait continué et aurait posé des problèmes si je ne lui avais pas envoyé ma chaussure à la figure. Il ajouta qu’elle ne s’en tirait pas mal, puis il continua en me disant de sourire, et que c’était de sa faute, car c’est lui qui avait laisser venir son familier, alors qu’il aurait dû penser qu’elle jouerait de mauvais tours. Mais, je ne pensais pas que c’était de sa faute non plus. Ce n’est pas lui qui a balancé les chaussures ? D’accord, c’est son familier, mais ce n’est pas lui pour autant. Il a une certaine responsabilité envers son familier, mais ce n’est pas pour autant que c’est lui qui doit en subir les frais.  Si son familier tue quelqu’un, est-ce lui qu’on va porter coupable ? Même si on pourrait croire qu’il s’agit d’un ordre donné par le maître, ce n’est pas lui qui à fait couler le sang. Et puis si le familier à fait ça de son plein gré, il n’y a aucune raison pour punir le maître.

Wolodymyr reprit la parole en s’excusant. Mais comme dit plus haut, il n’avait pas à s’excuser.

Puis petit à petit, je sentis quelque chose me caresser l’épaule. Je me rendis compte après un certain temps que c’était mon cavalier. Aussi rouge que la cerise, la tomate, la fraise, le litchi et le coquelicot réunis, je déglutissais et me recroquevillais de plus belle… Mais à y réfléchir c’était… agréable. Ça me désangoissait.  Ça me calmait. C’était tout simplement… agréable, réconfortant. Je sentais mes muscles se détendre, petit à petit.

Puis soudain, mon cavalier me prit le menton et me releva la tête pour planter ses yeux dans les miens, tout en me demandant de ne plus pleurer, et de montrer de nouveau mon sourire, en continuant cette belle soirée. Un sourire timide se dessina sur mon visage, suivi de joues quelques peu rougies. C’était gentil. C’était sympa. C’était… réconfortant.

Puis soudain, je sentis quelque chose se déposer sur mon front. C’était les lèvres de mon cavalier.
Alors là, mon cerveau hurla « Hasta la vista ! » et s’en alla, mon cœur cria « Sayonara ! » et s’en alla aussi, et mes poumons arrêtèrent leur boulot également, ayant subitement décidé qu’ils avaient besoin d’un séjour à la plage.
En fait, la plupart de mes muscles suivirent le même exemple, si bien que j’eus peur pendant un instant de ressembler à une méduse flasque et sans vie au milieu du bal.

Puis, toutes les parties de mon corps revinrent petit à petit. Lorsque le cœur reprit sa place, il battait plus fort que jamais. Lorsque mes poumons reprirent le boulot, j’inspirais un grand bol d’air comme s’il m’avait quitté pendant des années. Lorsque le sang et mes muscles revinrent à nouveau, j’étais aussi rouge qu’un jus qui mixait tomate, canneberges, fraises, cerises, framboises, grenade, pastèque, coquelicot et raisins rouges. Et lorsque mon cerveau se ralluma enfin, mon cavalier était debout, penché en me tendant la main, et m’avait demandé si je voulais m’asseoir sur le côté. Déboussolée, n’ayant pas encore compris ce qui s’était passé, je prenais sa main pour me relever maladroitement, titubante, le regard fixant un point flottant dans le vide. Je stabilisais mon équilibre, puis répondit :
« Je… Je pense que je vais effectivement faire… une pause et prendre un … rafraîchissement. »
Je n’avais pas encore assimilé tout ce qui venait de se passer, mais mon esprit si, c’est pourquoi il me faisait ressembler à cette mixture de rouge qui éclatait tellement qu’on ne distinguait plus ni ma robe, ni mon masque de ma peau.

Je continuais à fixer un point au hasard, voulant ajouter ce que je voulais dire plus tôt, mais mon esprit s’embrouilla de plus belle et ferma l’accès à ma bouche.
Je restais donc là, immobile, ne sachant que faire, et ne comprenant toujours pas ce qui s’était passé.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Wolodymyr Chevchenko
Messages : 102
Kamas : 3864
Date d'inscription : 18/07/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 28 Déc - 15:31

Elle n'allait pas bien, et ça se voyait. Si jamais il en aurait eu le pouvoir, Wolodymyr l'aurait aidé. L'aidant à se relever, il se promit qu'il allait s'améliorer pour pouvoir être utile à l'avenir. Si Hanabi avait une santé faible et qu'elle était constamment en danger à cause de la pluie ou du froid, il se devait d'être là pour la protéger et pour la soigner. D'ailleurs, pourquoi avait-il envie de jouer le chevalier servant? Etait-ce son costume qui déteignait sur lui? Non, il était vrai qu'il avait toujours été comme ça à vouloir donner son aide à quiconque en avait besoin. Mais là... Bizarrement... C'était plus que de la serviabilité qu'il ressentait. En effet, naissait en lui un petit sentiment comme... comme il n'en connaissait pas en effet. De l'amitié ! Voilà ! Ça devait être ça, puisque après tout, il commençait à s'attacher à elle. Voilà ! C'était ça ! Problème résolu ! Affichant un léger sourire qui se voulait réconfortant, l'ukrainien garda la main de la mademoiselle avant de la fixer ; à voir son état, elle ne devait pas pouvoir marcher correctement.

"Attends, tu n'es pas état de marcher."

Et sans réfléchir, il se mit à porter Hanabi dans ses bras pour l'emmener jusqu'aux sièges. Il ne voyait rien de mal en ce geste, mais Lubia qui était toujours à sa place habituelle haussait un sourcil en se demandant ce qu'il foutait encore. Sans doute jouait-il encore une fois le guérisseur qui prenait bien soin de ses patients, voire même un peu trop. Arrivé à destination, l'ukrainien posa sur un des sièges sa cavalière avant de la regarder de nouveau.

"Reste ici... lui dit-il doucement. Je vais aller te chercher à boire..."

La regardant une dernière fois pour s'assurer qu'elle allait bien, le jeune homme partit ensuite en direction du buffet vers lequel traînait son familier. A côté d'elle, il lui demanda :

"Tu pourrais arrêter de nous embêter s'il-te-plait?"
-Oh mais je rigolais.
-Et aller récupérer les chaussures, s'il-te-plait?
-Les gens ne peuvent pas le chercher eux-m...?
-Et tu iras t'excuser après auprès d'Hanabi s'il-te-plait?
-..... On verra...
-Non, tu iras.

-Mais... Vas-y là!

L'ignorant de nouveau, Wolodymyr chercha du regard quelque boisson qui pourrait convenir à Hanabi. Que devait-il lui donner? Du jus d'orange? Simplement de l'eau? Du soda? Il n'en savait rien, surtout qu'il ne lui avait pas demandé ce qu'elle souhaitait. Quel dindon... Il aurait du lui poser la question. Il jeta un coup d’œil sur les sièges pour voir si sa cavalière allait bien avant de se décider à remplir deux verres de jus de banane. C'était pleins de vitamines et comme c'était sucré, ça allait forcément requinquer la jeune fille à la chevelure de neige. Puis comme le diraient son père ou le fameux Docteur Who : c'est bon pour la santé ! Regardant un peu mieux le récipient, il remarqua qu'à cause de la fraîcheur du nectar le verre commençait à faire une buée. Zut, ça c'était risqué pour la petite fraise masquée ! Alors il prit des serviettes qu'il mit autour des verres. Il s'apprêtait à revenir vers Hanabi lorsqu'il remarqua des brownies. Bon... Autant en prendre au passage. Hop, les bras et mains chargés, il revint vers elle avant de tout poser sur le siège d'à côté. Il prit ensuite le verre avec une serviette et le gâteau pour y tendre à la jeune fille.

"Tiens, dit-il avec un petit sourire. Ça te fera du bien."

Bon, il espérait tout de même qu'elle aimait le chocolat mais également la banane, au pire il ferait un autre voyage.

"Par contre... Fais bien attention avec le verre... Prends le bien par la serviette... Je n'ai pas envie que tu te fasses mal..."

════════════════════

♥️♥️♥️Fait par ma petite Fraise Masquée ♥️♥️♥️ 
Ecrit par la Sardine Wolodymyr Chevchenko
Sardine-man, le plus grand de tout les zéros ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hanabi Kitsuo
Féminin
Messages : 208
Kamas : 4430
Date d'inscription : 07/04/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Miaous & compagnie !
Miaous & compagnie !

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Dim 28 Déc - 19:32

Réinitialisation en cours. Initialisation. Chargement des données. Archivage des souvenirs. Vérification…
C’était actuellement ce qui se tramait dans mon cerveau. Le choc avait été trop grand pour moi, j’avais encore du mal à tout remettre en ordre. J’étais un peu perdue, ne sachant pas placer un nom sur un objet, mais petit à petit tout redevenait normal. Et puis mon cavalier murmura quelque chose, et commença à me porter.
Erreur, erreur. Biip-biip. Surchauffe du cerveau. Mise en veille de l’appareil. Mise en veille des supports. Biiiip.
Mon cerveau ayant décidé de faire la sieste, je dû deviner toute seule que j’avais viré au rouge de cette mixture de fruit.

Décontenancée, j’arrivais quand même à réaliser que mon cavalier m’avait posée sur un fauteuil en me demandant de ne pas bouger, et en ajoutant qu’il allait chercher à boire. Je profitais de ce moment seule pour rallumer mon cerveau.
Initialisation. Archivage. Vérification. Bip-bip ! Démarrage terminé !
Et c’est à ce moment que je me rendis compte de tout ce qui venait de se passer.
Ma première réaction aurait été de hurler au milieu de la salle. Mais ma deuxième réaction fut de retenir la première. Je restais assise sur le siège, immobile, encore plus rouge que la mixture inventée plus tôt. Que s’était-il vraiment passé, au juste ? Même si mon cerveau avait maintenant tout enregistré, j’avais l’impression qu’il y avait un grand trou noir entre deux séquences, qu’il manquait une partie. Toujours aussi rouge, je posais ma main sur mon front, et rougis de plus belle (c’était possible encore plus rouge ?). Puis, gênée, je secouais la tête, et expirais un bon coup (semblerait que j’ai retenu mon souffle tout ce temps…), pour enfin me sentir mieux. Bon, j’avoue que si mes jambes avaient fonctionné, j’aurais fui loin. Je testais, et elles semblaient pourtant fonctionner parfaitement. Ah bah ce n’était pas ça finalement… Peut-être que j’appréciais la présence de Wolodymyr et que je ne voulais pas lui faire faux bond. Que je ne voulais pas le laisser seul. Je déglutis, devînt rouge à nouveau, et pensa pendant quelque seconde me balancer sur le visage un peu d’eau gelée, même si cela aurait été dangereux pour moi. Mais à la place j’inspirais, expirais, et repris une teinte normale. J’abaissais ma capuche en arrière pour sentir un peu plus la fraîcheur sur mon visage et respirer un peu. Peut-être que j’aurais dû amener Kitsu finalement… Elle aurait su me calmer rapidement, avec sa fourrure douce et apaisante…

Voilà que mon cavalier revenait les bras chargés. Il déposa son chargement sur un siège à côté, et me tendit un verre entouré d’une serviette et un gâteau au chocolat en disant que ça me ferait du bien, ajoutant de faire attention au verre et de prendre par la serviette car il ne voulait pas que je me fasses mal. Je rougis de nouveau, puis m’exécuta, prenant la part de gâteau et le verre par la serviette. Je sentais la fraîcheur à travers le morceau de papier, mais souris et murmurais :
« Merci… »
J’approchais le verre de mon visage, et humais la mixture qui s’y trouvait, et qui semblait fruitée. J’y goûtais, laissant la douceur de la banane s’emparer de mon corps et faire frissonner mes muscles. Tiens d’ailleurs c’était bizarre ça, quand j’y repensais. J’étais sensible à l’eau et le froid, mais mon corps était pourtant essentiellement composé d’eau sans que ça me détruise, et je pouvais boire de l’eau sans que ça me fasse mal. Je ne savais pas si je pouvais déguster des glaces, mais pour le reste c’était tout de même étrange…

Je mettais ces pensées dans un coin de ma tête, reposant le verre sur mes genoux et goûtant au gâteau, qui de sa nature sucrée et douce m’embrasa de bonheur (non non, je ne fais pas de jeux de mots…)
Je restais assise, mangeant timidement ma part de gâteau (timidement parce que si j’avais été seule, la part aurait déjà disparue), tout en restant silencieuse.

Après un silence, je pris la parole :
« Donc… Tu aimes bien Assassin’s Creed ? Demandais-je. Lequel est ton préféré ? »
Banal comme discussion, mais il fallait bien un sujet pour commencer. Peut-être était-il un futur Assassin dans la guilde, qui sait ?
« Et… Que penses-tu des Templiers ? » ajoutais-je avec un sourire.

════════════════════



Spoiler:
 
Je suis une fraise masquée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hisae Himeka
Messages : 194
Kamas : 5583
Date d'inscription : 20/09/2013
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 5ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1 Lun 29 Déc - 14:11

La journée venait enfin de démarrer pour la jeune et belle Hisae. Se levant alors en sentant les rayons du soleil se poser délicatement sur son visage encore endormi, la jeune femme se frottait les yeux d’une manière douce et délicate à la fois, comme si ces yeux étaient un trésor à préserver. Ouvrant ses yeux avec lenteur, la jeune femme fut tout d’abords aveugler par le surplus de lumière, mais finit par vite s’y habituer et dans un petit grognement, se redressait de son lit. S’étirant de tout son long, la jeune femme baillait avec élégance avant de voir son familier se lever aussi et voleter vers elle. Rigolant un peu, Hisae ébouriffait son poil noir/gris et sourit en l’entendant ronronner. Enlevant alors ses pieds de sous la couette pour les poser délicatement sur le sol, la belle rebelle les remit aussitôt sous le drap en grognant légérement du au froid de ce sol en carrelage. Laissant son Nyacha revenir lui donner les chaussons tête de lapinou tout doux, la belle flamboyante mit ses petits peuton en rigolant un peu et se lever finalement. Baillant en marchant tel un zombi, la belle rouge se stoppait devant la photo de sa mère, seul souvenir de ce passé. Posant ses doigts pour toucher la photo, une petite larme s’échapper de ses yeux, comme si les souvenirs revenaient en surface. Tant de souffrance que la belle aurait voulu oublier pour toujours…Mais quand on essaye de fuit, tout revient à la surface comme un poing sur le visage. Serrant le poing de libre, la belle donnait un coup contre le mur en posant son front contre celui-ci, se maudissant d’être aussi faible. Dans son cœur, la jeune femme savait que la justice allait lui retomber dessus, elle le savait pertinemment, mais qui pourrait lui en vouloir de cette peur ? Elle avait arraché la vie à un être qui aurait pu les tuer, il n’y avait aucun regret, mais la justice elle ne pouvait comprendre, personne ne la crirait de toute façon…Elle était devenue son propre fardeau. Serrant les dents, la belle laissait les larmes perlaient tout en les laissant réconforter par l’un de ses plus fidèles amis, son nyampire. Après quelques minutes de reprise, la jeune Hisae avait retrouvé un petit sourire car aujourd’hui était un jour particulier pour elle, pour la première fois de sa vie, la jeune femme allait danser dans un bal, chose qu’elle n’avait jamais faite auparavant. Le traque venant prendre le dessus, la jeune héritière essayait de se calmer, ne sachant pourquoi son cœur battait aussi rapidement. Penchant la tête en se regardant dans le miroir, la belle s’imaginait dans sa belle tenue de bal, les gens ne la reconnaissant pas et la méchante Hisae enfouie profondément dans son cœur. Se levant alors de son petit fauteuil, elle devait maintenant allait se préparer pour aller chercher ce qui lui manquait, car elle voulait absolument être parfaite, changer l’image que les gens avait d’elle.

Profitant de ce petit bain qu’elle avait réussi à garder après que l’autre était parti, Hisae était bien contente d’être de nouveau seule dans cette chambre qu’elle avait longtemps utilisée seule. Regardant le plafond en perdant son regard dans le plafond aussi blanc que son innocence, ma jeune femme se laissait absorber par la détente et la relaxation. Ressassant continuellement ce qu’elle voulait oublier, Hisae finissait par devenir comme son père biologique, assai violente et méchante qu’il ne l’était. Secouant la tête vivement pour se ressaisir, la jeune rouge ne voulait plus vivre cette vie de souffrance perpétuel, mais au fond d’elle, la jeune femme savait que plein de gens décédés aimerait avoir sa place sur cette Terre. Soupirant, la demoiselle finit par sortir du bain après quelques bonnes minutes dedans et, serviette autour de son corps, elle sortit de sa salle de bain pour aller s’habiller. En enlevant la serviette, la jeune rebelle vit dans le reflet du miroir des cicatrices, de petites comme de grandes, souvenir douloureux. Secouant de nouveau sa tête, la jeune femme allait maintenant devoir sortir dehors, par ce froid un peu repoussant. S’habillant chaudement, la jeune femme se mit a marchait tranquillement vers la ville, son objectif, trouver un masque qui aille avec sa tenue. Rentrant dans divers magasins, elle finit par trouver son bonheur dans une petite boutique qui offrait de superbe masque à petit prix. Prenant le plus simple mais élégant qui aille avec son costume, la belle mage se remit alors en route vers le pensionnat, toute une matinée venait de passer. Mangeant alors à la cafétéria, la belle rouge devait maintenant allait se préparer à aller au bal. Mettant sa sublime robe rouge foncé, il y avait dessus quelques broderies et fleurs décoratifs qui allaient bien avec le reste de la tenue. Prenant alors ses gants, Hisae les mit lentement avant de se regarder dans la glace, elle était splendide. Souriante, la jeune femme se tournait vers son familier qui venait de s’empourprer et rigolant, vint s’assoir sur une chaise pour laisser le soin à son ami de la coiffer pour cet événement tant attendu. Fermant les yeux un instant, la jeune femme se rappelait le jeune homme qui l’avait découverte dans le jardin entre les arbres, près du lac. Hisae s’en rappelait comme si c’était hier et au souvenir de cette image et du jeune homme, son cœur se mit à battre à vive allure…Comme autrefois. Sourire légérement dessiné, la belle magicienne était maintenant impatiente de le revoir…Mais si il disparaissait comme les autres, en valait-il réellement la peine…Haussant les épaules, son familier lui dit d’ouvrir les yeux et en se voyant dans le petit miroir, elle en eut le souffle coupée, elle était très jolie. Toute contente, la belle rouge serrait alors son chat dans ses bras et se levant, allait directement mettre les derniers détails de sa tenue. Admirant son reflet, la jeune femme mit enfin son masque et fut enfin prête à affronter le regard des autres. La nuit venait de tomber et la demoiselle se mit en route vers le gymnase, l’endroit où l’attend le fameux garçon. Plus celle-ci se rapprochait, plus la nervosité l’envahissait, encore et encore, ses pas devenait lourd et elle crut faire un malaise avant d’attendre le bâtiment. Heureusement pour elle, son ami ailé était là et la aidée à tenir jusqu’à son destin. Rentrant dans la demeure, elle regardait les décorations de l’intérieur et tournant sn regard, vit au loin celui pour lequel son cœur battait. S’avançant, Hisae se retrouvait maintenant derrière lui et posant sa main sur son épaule, elle le laissait se tourner et rougissante lui dit.

-Bon…soir Logan…..Désolé du retard..Tu es joli dans cette tenue.

Et voila, le retour de la timide, cela faisait bien longtemps qu’un garçon avait réussi à traverser son cœur de glace, mais pour quel conséquence ?

════════════════════
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: • Piste de danse N°1

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

• Piste de danse N°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Évènement] Bal de Noël ~ [PISTE DE DANSE]
» Piste de danse
» Festivités étudiantes (prio Lav', libre sinon) [T]
» 02.03/13.L.Crémaillère - Piste de danse
» Une soirée entière pour se faire plaisir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP terminés-