Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Ven 25 Avr - 17:26


Et merde, je suis en avance...




_Pssst hé toi ! Oui toi, approche mon enfant... J'ai un cadeau pour toi ! tu veux ma sucette ? On échange ?

Je repartais avec la sucette à la pomme dans la bouche. Le pauvre gosse, lui, avait ma cigarette dans la bouche. appelez ça comme vous voulez, une sucette, même goût cancer, c'est une sucette.

L'attente était longue. Les deux gosses avec qui je devait passer la journée se faisaient attendre, alors pour passer le temps, et comme j'avais envie de sucré, j'ai racketter un garçonnet haut comme trois pommes. Ouais, je pique des sucettes aux bébés, aucun scrupule. J'aurais aimé voir la tête de la mère quand elle verra son marmot la cigarette à la bouche.

J'attendais Mashiro, la catastrophe ambulante, et Tsukihime, l'hybride. Sérieux, me coller un sac de poils et la huitième plaie d'égypte... Personne ne devait vouloir d'eux, alors entre parias...en y réfléchissant, ça semblait logique. Mais pas de prise de tête, aujourd'hui on est cools. On est là pour passer un bon moment, alors autant profiter. Le soleil était haut, on devait être à midi et demi, à vue de nez. J'étais posé, drâpé dans ma cape violette, assis en tailleur sur la nappe du pique-nique. Car oui, c'est bien d'un pique-nique qu'il d'agit. Et j'avais faim. Mais genre très faim.
Et je viens de finir la sucette.

Je jette le bâtonnet qui vient se perdre parmi la quinzaine de mégots de cigarettes que j'avais éparpillés au sol. Ils en mettent du temps... Et qu'est ce qu'on pourrait faire après, sous les cerisiers en fleurs ?Il y a quelques stands où l'on pourra passer le temps, mais bon... Ca manquait quand même de fiesta tout ça. Le petit grain de folie qui me fait dire "quelle magnifique journée."

Les gens me dévisagent. Un grand européen affublé d'une cape, ça ne passe pas inaperçu. Et de mon côté, je reste immobile, assis, sentinelle du panier de pique-nique. Ils ont intérêt à arriver vite, sinon le panier risque de se faire piller par un prof affamé. Et j'ai vraiment la dalle. Je pense à d'autre choses, je suis en train de lire un vieux parchemin du culte des goules sur la nécromancie. Sans complexes, comme ça, en plein milieu.

"Excusez moi ? Je peux prendre une photo avec vous ?
_...."


Allez, photo pour te faire plaisir, sale touriste. Et t'as intérêt à te tirer après.

"Merci, beaucoup, bonne journée !"

J'ai même pas répondu. J'en ai tellement rien à faire de leurs histoires... Et puis, on va dire que c'est flatteur sur le principe.
Ah ! Je crois que c'est eux qui s'avancent là bas dans la foule. J'espère juste qu'on aura pas de soucis avec Tsukihime, si quelqu'un remarque son hybridité, la journée va prendre une tournure inattendue...
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Ven 25 Avr - 18:29



Des cerisiers en flamme !


"Feat. deux gugusses"






Toutes les villes ont leur dangereux individu, malheureusement, Nara en plusieurs. Et dire que je n'étais même pas classé dans cette liste noire. Mais aujourd'hui tout va changer, ce Hanami était l'occasion parfaite de me rattraper. Cela faisait des semaines que j'avais prévu mon coup. Je me jette donc hors de mon lit et me lance dans une course effrénée vers la salle de bain. Juste le temps de me jeter dans la douche, me balancer un peu de savon sous les aisselles et de me vider le pot de teinture rose sur ma tignasse... Attends, je viens de dire quoi là ?

Je sors de "l'enclos douchoire" et me rue vers le miroir. Je me vis dans le miroir portant un amas de pâte rose sur les cheveux, ayant déjà dégouliné sur mes cheveux. Ma seule réaction fut de détruire le miroir au mur puis après un de mes rares moments de réflexion, je me dis que les cheveux roses irait finalement bien avec ma " Tenue " destinée à cette journée.

Affublé de mes cheveux roses, je me dirigeas vers mon placard pour y prendre mon chez d'oeuvre. J'ouvris la porte et là était déposé un caleçon entièrement composé de fleurs de cerisier, que je porterais comme seul vêtement lors de cette glorifique journée que je passerais en compagnie de Batman et du Joker, euh pardon, de Tsukihime et du Prof Finnegan.

Bon, je dois maintenant passer à la phase deux, la sortie. Si un membre du comité me choppe, je suis sûr de trépasser, donc on y va pas par quatre chemins, je transforme mes bras en ailes et descend dans un arbre du lac. Je passe ensuite discrètement l'entrée du pensionnat pour me retrouver en pleine rue, me dirigeant vers le parc, sous le regard ébahis et horrifiés des passants.

Arrivé au point de rendez-vous, je vois ce cher prof se faire prendre en photo par un touriste . Sa photo finie, il reparti plus loin, je parti à sa rencontre, un Mashiro vaut toujours mieux qu'un Aazzlaroth.

- Mister, vous êtes sûr de vouloir partir sans un souvenir pour votre cher télévision  ?

Le gars, le sourire aux lèvres, prit la photo puis reparti en riant avec le groupe qui l’accompagnait. Penser à regarder la télé ce soir... Ceci fait, je parti rejoindre le prof ayant déballer la nappe, prêt à pique-niquer.







Codée par Pomette





Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Dim 27 Avr - 0:52

Ouverture des paupières. Lumière qui rentre brutalement dans les yeux, mais je ne cligne pas. Le monde se dessine peu à peu devant moi, traits flous, traits vifs, les un après les autres, peinture de l'instant. Dans la clarté de la matinée, je découvre ma chambre, inchangée. Vision, check.
Chant continu, mélodies aiguës d'une réalité qui s'imprime dans mon esprit. Précisions, distinctions entre les sons. Cris, paroles, chansons. Les oiseaux louent leurs propres existences, au-dehors. Bruits plus sourds, plus mêlés, profonds et d'une présence immédiatement remarquables. Voitures. Plus légers, tambourinements incessants, chocs répétés. Elèves, courses, pas pressés. Oreilles, check.
Bras hors du lit, jambes, torse qui se redresse, repousse la couverture. Veines parcourues de sang, poitrine qui subit le rythme de mon souffle, forcée par ma gorge avide d'air, multiples déplacements intérieurs. Muscles qui s'actionnent, nerfs qui travaillent sans que je m'en aperçoive, mon corps se lève. J'agite un bras, un autre, admire la peau pâle, sa complexité. Je bouge, découvre le mouvement. Sensations, check.
Lever. Douche. Habillage. Se déplacer, encore, encore, continuer. Avaler, pour se nourrir. Vérifier si on est belle, si on semble jolie. Sourire au miroir comme s'il était vivant, comme s'il t'aimait. Et aller au pique-nique. Ne pas oublier le pique-nique. Mes pensées sont en ordre, bien rangées, tout fraîches, tout juste cueillies du sommeil. Esprit, check.

Tout marche, rien ne dérape. Je suis parfaite... Jusqu'à quand ?



Je suis en uniforme, à quelques pas de l'entrée de Tadakai, mais déjà au-dehors, un sac en cuir dans la main. Une capuche-écharpe dissimule ma corne aux yeux des humains, en échange d'une présence oppressante sur moi, où que j'aille, puisque je ne peux l'enlever. Prévue pour être ma défense, elle est aussi une prison, une contrainte, et non pas une barrière idéale je que me plais à porter.
Réflexe, instinct, je ne suis plus dans l'enceinte du pensionnat, ma main se glisse dans une poche, sort un briquet, l'autre attrape une clope, et me voilà fumée à la bouche.
Mes jambes se dirigent seules, toute mon attention concentrée sur la tueuse que je tiens près de mes lèvres. Pam pam, cognement des chaussures sur le béton, propulsion des cuisses qui rebondissent quand mes pieds heurtent le sol, j'avance en pilote automatique. La ville défile devant moi à mesure que la cigarette rétrécit. Arrivée au rendez-vous, elle a disparue, finie, écrasée, laissée crever quelque part sur le bitume.

Je repère et dévisage mes compagnons d'un jour. Un européen avec une cape violette de très mauvais goût, et un ahuri en caleçon. Mon choix, simple et sobre, de l'uniforme m'apparaît soudainement d'une pertinence extrême face à l'extravagance des deux autres.

- Tsukihime Averrunus, enchantée de vous rencontrer.

Je décroche un sourire, sans doute crispé, sans doute un peu forcé, sans doute un peu poli.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Dim 27 Avr - 16:32


Il suffit d'une danse pour enflammer un coeur.


Il y a des signes qui ne trompent pas. Mon instinct de professeur de sciences occultes me disait que j'allais avoir des problèmes aujourd'hui. Je ne sais pas si c'est le fait de voir Mashiro en calebard dans la rue, au milieu des gosses, ou Tsukihime et sa désinvolture qui me donnait envie de faire de la soupe avec ses dents. Hybride-dragon hein ? Tu tiens plus du lézard, et ça tombe bien, j'avais besoin d'un nouveau costume croco. Mais bon, et si on mangeait ? PARCE QUE J'AI LA DALLE, MERDE !

"Salut vous deux ! Aazzlaaroth Finnegan pour ceux qui ne me connaissent pas. Professeur de sciences occultes au pensionnat !"

Le temps de répondre aux deux garnements, de filer un bout de cape à Mashi pour qu'il arrête de se balader à poil, au moins le temps du repas quoi.... Du coup on fait connaissance avec la nouvelle. Qui tu es, comment ça se passe au pensionnat, tu es plutôt croquettes pour chat ou souris blanches... Les questions qu'ont pose à un demi-humain.

"Alors voilà, on va quand même aller voir du côté des stands là bas, ensuite on se laisse quartier libre jusqu'à 16h, et on se rejoint ici. ensuite on finit par le temple, et on se fait un resto avant de rentrer si vous voulez. C'est le pensionnat qui paye, pas d’inquiétudes."

Du coup on mange notre petit pique-nique tranquillement, et ensuite, c'est l'heure de la balade. On navigue dans les stands, j'ai ma cigarette à la bouche, on se balade, on furète, on regarde, on achète une bricole ou deux. Et là, on m'alpague, le passant, forcément.

"Excusez moi monsieur...
_Oui ?
_Vous avez de très beaux enfants.
_Vous plaisantez ? Ce ne sont pas les miens, je les garde pour la journée.
_Ah... Mes excuses, mais il y en a un qui est en sous-vêtements non ?"


Mashiro... ton accoutrement complètement halluciné sert au moins de diversion, personne ne pose de question sur Tsukihime ou sur moi. C'est bien, Bon Mashiro,t'auras un su-sucre quand on sera rentrés. Je te ferais peut être dormir sur le tapis en récompense aussi.

"Ah... Oui, se ne sont pas des sous-vêtements, c'est une couche pour adultes. Le pauvre a un retard mental, c'est très dur pour lui vous savez. Mais j'essaie de le faire sortir un peu. Et la demoiselle c'est une élève aussi.
_Oh le pauvre, vous avez bien du courage. Tenez, voici un peu de monnaie pour lui acheter des friandises."


Est-ce que j'ai l'air d'un clochard ou d'un bon samaritain ? en tout cas Mashi t'as le look et la tête de l'emploi, tout le monde te prend pour un débile. T'as gagné un bonbon en plus. On continue de se balader un peu, tout en discutant un peu.

"Et donc, qu'est ce que vous aimez faire ? Ca va les cours ? Et dans votre vie tout va bien ? Vous rentrez pour les vacances ou vous restez au pensionnat ?"

Je reste prof et ce sont mes  élèves, je m'y intéresse quand même.Je jette mon mégot vers un stand de bouffe tandis que nous continuons à marcher et à flâner. Je dois avouer que je ne passe pas forcément un mauvais moment. On continue notre petite vadrouille. Et comme je suis un super prof, je leurs donne la main comme à la maternelle, pour ne pas les perdre. Sauf que là... L'explosion.

Un vacarme assourdissant, un souffle chaud, puissant, l'odeur du carbone, de la cendre. Souvenirs souvenirs... J'adore ça. Projeté au sol par le souffle de l'explosion, je me retourne, affalé sur le sol, mes coudes comme appui. Et là je vois le stand où j'avais jeté mon mégot encore incandescent. J'ai fait péter une bouteille de gaz avec cette putain de clope, et il y avait le feu. Les deux gosses vont bien, pas de blessés. Mes cheveux violets décoiffés par le souffle de l'explosion, les yeux écarquillés, je regarde les flammes. Et mon instinct me poussa à le faire. Je savais que je devais. C'était le moment. N'écoutant que cette pulsion, celle qui pousse à aller au coeur du brasier, je me levais et j'avançais à contre-courant de la foule paniquée.

Main devant, fais le balancier. Main sur le côté, mouline ton corps comme une girouette abattue par une tempête. Plie ton corps au rythme endiablé du crépitement et des cris de panique. Fais des pas de danse improvisés, car c'est le torse qui est mit à l'épreuve. Cours, empare toi d'un objet, danse avec, vrille l'air chaud, tel un geyser de folie dans ce monde en flammes. J'espère que vous avez éloignés les gens de la place, parce que ça va valser sévère.

Je dansais, chorégraphiant des mouvements surréalistes et écoeurants, en chantant des mots qui n'existaient pas, d'une voix désincarnée, une vois folle, une voix qui ne devrait pas être entendue par des gens sains d'esprits. Et je jetais ce que je tenais dans la main plus tôt; un jerrycan d'essence; dans le brasier, histoire de faire parler le Shéol. Une litanie aux milieux des flammes, dans le chaos de la panique, mêlée aux sirènes des pompiers et policiers qui se rapprochaient. Je continuais, en transe, inexorable. La danse du feu me possédait, et je dansais pour elle. Une magnifique et chaude journée...
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Mar 29 Avr - 17:52



Un beau bordel !


"Feat. deux gugusses"






Bon bon, analyse de l'instant, installé au milieu du parc sur une nappe, n'attendant plus que notre arrivée pous se jeter sur la pique-nique, à en voir son air impatient et ses yeux envieux en regardant le panier. De l'autre côté, une hybride-dragon au sourire peu enthousiaste et à la tenue la plus normale qui soit. Je me mis à courir en direction de cet objet miraculeux au milieu de tout ça, le panier, qui attirait déjà les convoitises d'un professeur qui donnait autant envie de venir qu'un garde de prison énervé portant trois flingues sur lui. J'me demande d'ailleurs si ils n'en avaient pas sous sa cape... Ouais non, j'veux même pas y penser, ce mec est déjà suffisamment dangereux comme ça, suffit de le voir pendant ses cours, à  menacer de tuer les personnes qui voulaient l'empêcher de faire ce qu'il veut pour la sauvegarde des libertés humaine ou à s'amuser à effrayer les élèves avec leurs propres ombres.

Quand moi et Tsukihime arrivâmes devant le professeur, il se présenta à nous, pas vraiement utile, tout le monde le connaissait dans le pensionnat. Mais de toute façon, lui aussi me connaissait déjà, vu que j'avais tracé des cercles d'invocations dans sa salle et qu'il avait dû m'empêcher de les activer... Je me présenta par contre à Tsukihime, que je ne connaissait que très peu, elle était passé une ou deux fois au comité pour ses excès de nicotine.

Ensuite vint le moment du repas, où le prof s'amusa à poser des questions bien à lui, du genre ses croquettes préférées ou sa marque de litière en plus des questions du type comment se passe ta vie au pensionnat, quel enfoiré n'empêche. Pendant ce temps, je m'enfila mes sandwichs, j'avais tellement la dalle que j'aurais été près à manger n'importe quoi, même ma voisine de table, le voisin par contre, pas vraiment, j'aurais plus eu peur qu'il me bouffe moi si nous n'avions pas eu de nourriture.

Il nous expliqua ensuit rapidement l'emploi du temps, puis nous partîmes faire un tour des stands, où pendant ce temps, cet enfoiré de prof en profita pour se foutre de ma tronche et me faire passer pour un cas psychologique auprès des passants. Mais le pire, c'est qu'on lui filait des pièces pour ça. 'Fin son look de clochard y était sûrement pour beaucoup en fait...

Nous continuâmes ensuite à marcher pendant qu'il nous posaient diverses questions au sujet de notre vie quotidienne, comme tout bon professeur, je pensais pas qu'il en était sérieusement capable. Puis il nous choppa la main à travers la foule, comme si ils nous prenaient pour des gamins. Une main moite, pleine de sueur me touchait le bras, mais c'est... c'est dégueulasse !

J'étais prêt à gueuler en pleine rue au moment où j'entendis le boom, la grande explosion, le truc qui te donne ce qui manquait à ta journée. Derrière moi, un stand en flamme dans un décor apocalyptique. Tsukihime, de son côté avait l'air d'aller bien, tant mieux. Mais il manquait un truc là, l'alcoolo de service n'était plus à nos côtés, mais il ne fallut qu'un mouvement de tête pour le retrouver, occupé a danser devant le feu.

Dans la foule fuyant les flammes, je repéra ce qu'il manquai à ma journée, un énorme paquet de Marshmallows, dans un stand vidé de ses occupants. Je récupéra l'objet en question et une grand pique. Je profita donc du feu pour, à la manière d'un scout, les déguster. Et je vous assurent que le résultat est génial, il était parfaitement fondu, et laissais un goût plus présent qu'à son habituel. Pour une fois, vous servez à quelque chose professeur.

Bon, il me restait une dernière chose à faire avant que les cops se ramènent, empirer les choses. Et je savais parfaitement comment m'y prendre. Je repéra Tsukihime au milieu de la foule et me jeta dans ses bras.

- Tsukihime, nous avons besoin de votre aide ! Ce super vilain est en train de mettre en danger la vie de nombreux citoyens honnêtes !

Je savais de sources sûres qu'elle avait tendance à se prendre pour une justicière parfois, j'allais donc en profiter pour avoir un beau spectacle...








Codée par Pomette





Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Dim 4 Mai - 23:33

Les flammes montent. Courageusement, lentement, elles se répandent dans le parc en un cercle divin. Monstres avides de nourriture, elles dévorent le sol, fées destructrices, dansent devant mes yeux. En moi s'élèvent un chant silencieux, qui recouvre tout, jusqu'à la moindre pensée solitaire.
Le feu éclaire, chauffe, protège. Il est lumière, il est force.
Admiration. Battements de coeur. Cris étouffés des humains fuyant le danger. Véritables chant et danse de la part de cape-man. Il tente d'incarner le feu, mais il n'est qu'une pâle imitation. Battements de coeur. Frisson. Mes lèvres se déforment, mais ce n'est qu'un sourire, un ricanement qui n'est jamais né.
Peut-être n'est-ce que mon instinct de dragon qui me pousse à vénérer à ce point les flammes. Mais je m'en fous. En ce moment, la seule chose qui m'importe, c'est de rester à les fixer, immobile.

Enfin, jusqu'à ce que tête-d'ahuri décide d'implorer mon aide.
Avec lenteur, je m'accroupis. Mes yeux ne lâchent pas la douce lumière qui consume son propre monde. Réfléchir...
Homme dansant. Flammes. Danger. Sirènes. Aide. Justice.
Tout aboutit à...

- Sa faute.

Je reste un instant muette, l'esprit vide. Concentration. Répondre, expliquer. Tout le monde ne pense pas comme moi. Faire suivre mes pensées est tellement... complexe.

- Il a foutu le feu. Sa faute. Maintenant des gens vont arriver, arranger les choses. L'emmener, le juger.

Enfin, le juger. Ce ne sera qu'une justice erronée, reconstituée. La justice pourrie et puante des hommes. Continuer à expliquer pourquoi je n'agis pas me demande trop d'effort. Je me tais, admire les flammes. Ce truc me calme tellement plus que la clope...
Je ferme les yeux et...

- Et puis merde. Let's dance !

Je me relève, balance mon sac au sol, saisit la main de cheveux-roses.

- Viens !

Je l'entraîne au milieu des flammes, tourbillonnante. Puis je le lâche, et tout mon corps s'active. Non pas que je sache danser. Le résultat final devait être un mélange de danse tribale et de mouvements ridicules qui me revenaient en mémoire.
Le sourire s'étend, le ricanement éclate. C'est un rire horrible, grave ou suraiguë, déchaîné. Que j'aie une telle part de folie en moi m'effraye... un peu. A vrai dire, je suis trop occupée à éviter les flammes tout en faisant l'idiote pour y penser.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Mar 6 Mai - 11:31


tokyo guerilla


Ce que j'aime avec les flammes c'est que ça réchauffe l'iceberg que j'ai dans la poitrine. C'est un des rares trucs qui fait que je me sens bien. En réalité, la vie elle m'aime n'est qu'une forme de lutte permanente contre nous-même. Si on suit bien le schéma, tout le reste n'est qu'une forme bête et méchante de routine. Se lever, faire mon boulot, rentrer, dormir, penser à demain qui sera comme aujourd'hui. C'est pour ça qu'il faut toujours créer quelque chose d'unique, pouvoir dire "cette journée est unique".

En tout cas ici ça devenait la fête. C'était un peu bordélique sur le principe mais c'était chantant, c'était dansant, et j'avais même mes deux compères qui venaient de s'agiter eux aussi. Et nous dansions follement au son des crépitements du brasier, sans s'inquièter du décalage, du chaos ambiant. Pour un noctékinésiste, aimer la lumière des flammes à ce point pouvait sembler tellement étrange. Mais ça me suffit. Sans considérer les sirènes qui s'approchaient, je m'allumais une cigarette et constatais les dégâts ahurissants qu'un seul homme pouvait causer.

Bon, je l'admets, je ne suis pas un tendre sur ce plan, et je dois concèder également une tendance à aimer casser des trucs de façon spectaculaire. Mais que mes deux élèves me suivent dans mon délire, c'était une consécration : bienvenue dans mon monde !

C'est une réalité bien triste que celle que je modelais. Et avant de se faire embarquer par nos chers copains les flics, il allait falloir déguerpir. Je m'arrêtais de danser et je commençais à marcher tranquillement. Tsukihime dansait elle aussi, comme une hystèrique. Pendant un instant l'idée m'a traversé de la laisser à la merci de la police. Sauf que c'est pas un humain ce truc. Alors si elle se faisait chopper, elle finirait disséquée dans un labo secret, c'est sûr. Enfin dans mon esprit c'était sûr. Et c'était hors de question. Je suis le seul habilité à charcuter mes étudiants !

_Eh ! Vous là ! C'est vous le responsable ? A genoux, mains sur la tête !

Je me retourne, un condé, juste derrière moi. Il est marrant à me donner des ordres. Je fais deux têtes de plus au minimum.

_C'est pas moi c'est le feu. Moi je ne suis qu'un touriste.
_vous allez venir avec moi je vous prie, sans faire d'histoire.

Je le vois, pas convaincu, m'inviter à le suivre sans faire d'histoires. Ok mon gars. Je vais te suivre. Sauf que j'ai aucune raison de me laisser tenir en respect par un nain. alors naturellement, je ne peux résister à l'envie de montrer le kata secret que mon prof de sport m'a appris au collège.

Le flic est par terre, le nez en sang. J'en ai plein sur la main. Pas sympa, c'est sûr. Mais j'aime pas trop les flics, une sombre histoire avec eux. De toutes façons là on va devoir courir alors autant avoir une raison de le faire.

_Tsuki ? Mashi ? On dégage. On va être en retard sur le planning.

Et c'est le moment de la course folle dans les rues. Poursuivis par on ne sait quoi portant un uniforme. Mais cette course en valait la peine j'en suis sûr. En tout cas dans ma tête ça en valait le coup.

Ah, attendez là !! Y'a une promo sur les croissants à la boulangerie, le temps d'aller en acheter et on se remet à courir.

Donc on court. Encore et encore. Et pour l'occasion, je fais preuve de talents. J'ai le croissant dans une main, la clope dans l'autre, la bave aux lèvres et le vent dans les chaussures. On speed bien n'empêche. Et à un moment donné, je ne vois plus les gosses derrière moi.

Et merde, une impasse... Et ce sont quelques flics, quatre ou cinq qui m'empêchent de faire marche arrière. Là je suis mal. Sois on m'aide. Soit je finis en taule. Mais hors de question de faire démonstration de magie ici. Incendie volontaire, trouble à l'ordre public, délit de fuite, coups et blessures. C'est pas mal, ça fera classe sur le CV plus tard.

_C'est bon les gars, tout va bien je ne suis pas blessé. C'est moi le super héros, regardez, j'ai même une cape de super héros !

Fais leur ton plus beau sourire, avec ce que tu viens de dire, tu esquiveras la taule et tu finiras avec un suivi psychiatrique au minimum. Le but c'est de dire la vérité sans la dire: je suis un grand malade.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Dim 11 Mai - 18:21



Objection votre honneur !


"Feat. deux drôles d'oiseaux"





J'me fais tirer la main vers les flammes par la justicière, c'est le monde à l'envers, les super-héros te balancent les habitants dans les flammes maintenant, va falloir prévenir Spiderman qu'il est démodé. En tout cas, plutôt finir chez les flics que les imiter, j'ai jamais vu quelque chose d'aussi ridicule, et je pense être bien placé pour en parler. Péter des trucs, me balader à poil dans tout Nara, mettre le feu aux archives du comité ou n'importe qu'elle chose insensée, je le fait sans problèmes, mais danser ainsi, jamais !

Bon par contre quand je disais que je préférais encore finir chez les flics que danser avec eux, ben la prochaine fois, je choisirais une autre expression, vu que là, ils nous avaient déjà encerclés. Tenterais bien de sauver ma peau en accusant les deux dangereux personnages qui m'accompagnait de me retenir contre ma volonté, mais j'ai le sentiment qu'en calecif, ça va pas le faire. Les flics était tous autour de notre cher prof, qui en défonça un tout simplement, pas vraiment étonnant.

Et bien sûr, il avait un plan parfait pour nous sortir de là, courir pour notre peau. En rentrant à Tadakai, penser à envoyer une lettre à la directrice pour rendre au prof ses outils pendant les sorties scolaires, il sera plus dissuasif en cas de problème avec. On prend donc nos jambes à notre coup et on se tire à vitesse grand V. Les gens doivent penser qu'on est une bande de terroristes, 'fin c'est ce que je penserais personnellement en voyant la scène.

On avait tout une bande de mecs en tenue bleue qui nous courrait après, mais vu qu'ils étaient nombreux, ils se battaient tous pour essayer de nous chopper et essayer d'avoir une augmentation. En même temps, ils avaient pas l'air d'être très entraînés à ce genre de situation. On prenait tranquillement de l'avance sur eux, et le prof décida d'aller s'acheter des croissants sur le chemin. J'en profite donc rapidos pour aller aux WC, mais au moment de sortir, la porte était complètement coincée, je dû donc la défoncer en boostant un peu ma force avec la magie après avoir passé plusieurs minutes à tenter de l'ouvrir. Mais à peine, eu-je passé les débris de porte qu'une bande de lutins bleus se rameuta dans les chiottes. Je voulais tenter de fuir par la fenêtre restée ouverte mais un mec baraqué ma choppa le bras.

- Donc, on va te faire un récapitulatif des problèmes que t'a causé aujourd'hui. Atteinte à la pudeur, complicité à la mise en place d'un incendie sur un lieu public, délit de fuite et pour finir, dégradation de locaux publics.

- Objection !

Mes heures passées dans la peau de Phoenix Wright me reviennent et ce mot sortit directement de ma bouche.

- Il y a une accusation que je voudrais réfuter, celle de l'incendie, je n'ai rien à voir avec cela, on m'a juste emmené à l'intérieur indépendamment de ma volonté !

- Z'avez une preuve de tout ça ?

- Euh...

Ouais ben visiblement, j'y ai pas assez joué en fait, mais bon, il me reste une autre phrase de ce jeu en réserve.

- Prends ça !

Mon pied vint directement se heurter au bijoux de famille de mon assaillant, il me lâcha et poussa un cri de douleur, je pu donc m'enfuir comme prévu. En courant un peu, je voyais le Finnegan coincé au bout d'une impasse avec les flics, valait mieux se faire discret.








Codée par Pomette





Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Ven 23 Mai - 22:50

Le coup part. Boum, direct. J'ai rien vu venir. Immédiatement, une douleur me tord les entrailles. Il a vraiment frappé. D'un coin de mes yeux confus, j'aperçois le sang qui pisse de son nez, le flic qui gît à terre...
La colère pointe dans mon esprit, mais une douche froide vient éteindre les flammes métaphoriques avant même qu'elles ne s'allument. J'ai remarqué ma position. Et mon ventre se remet à me torturer, typique en réaction à un fort stress. Je dansais. En blessant l'officier de police, mon professeur ne s'est pas seulement défendu lui. Il a fait ça pour nous protéger tous les trois... Enfin je l'espère. En tout cas, c'est en partie ma faute si c'est arrivé, j'aurais du l'arrêter, pas danser comme une folle, je ne peux le blâmer pour son geste. Avoir causé ça me blesse plus que ça ne le devrait, et j'hésite à lâcher prise sur mon esprit qui part en hystérie.
Mais non, non, NON ! Il faut courir, échapper au feu, aux cris, à la folie qui nous talonne. Pour être honnête, c'est plutôt nous qui sommes la folie ici, mais j'ai l'impression que le monde explose. C'est étrange, amusant et effrayant à la fois. Découverte... Bruit, peur, colère, fuite... Et la folie, toujours la folie.
La folie de se moquer de nous-même, de ceux qui nous suivent, du danger, de ce monde trop sérieux pour une bande de tarés.

On finit par être séparés, je ne sais pas comment, pas pourquoi. Caleçon semble avoir de courts ennuis, mais bon, il s'en sort, pas besoin de s'en soucier. Par contre il essaye de se tirer sans fouteur-de-merde-en-cape. Tss tss.
Je le retiens par la manche.

- Reste là, cheveux-roses. On se barre, ok, mais tous ensemble.

Pourtant cape à l'air irrécupérable. Encerclé, bloqué, toujours en train de faire le con. De plus, il n'a pas l'air de vouloir user de sa magie pour s'en sortir.
Et j'ai une sorte de dette envers lui.

Je le sens, multiples, recouvrir peu à peu mon visage, mes bras, commençant à abimer mon uniforme. Mes écailles apparaissent peu à peu, me rendant prêter à aller me battre, sauver ce qui restait de la merde que devait être sa vie.
Soudain elle arrive devant moi, l'air contente de l'idée qu'elle doit avoir trouver. Echo, mon familier.

- Tu veux aller le sauver ? Tu t'en penses capable ?

L'esprit hoche la tête affirmativement, fière d'elle. Je lui fais confiance, sans hésiter. Si elle pense pouvoir se matérialiser, pourquoi pas.
En un éclair, elle fonce vers l'acculé, se plaçant sous lui, et grandit, grandit, toujours invisible pour les simples humains. J'ignore si mes deux compagnons peuvent la voir. J'espère que non, ça lui fera un bon coup de panique.
Et puis elle se matérialise physiquement, toujours invisible. Cela projette brutalement Monsieur-cape dans les airs, suivit par Echo qui le réceptionne et le porte sur sa tête. Me passe enfin par la tête l'idée que pour les policiers, il a l'air de voler, ou plutôt flotter, et que sauter en forme de dragon dans le tas pour le sauver ne les aurait pas choqués moins. Echo fait quelque pas, géante, nous rejoins, et dégonfle soudainement, ce qui a pour effet de le faire retomber sur le sol.

Je souris, cette fois réellement, une véritable joie amusée dans la poitrine.

- On se remet à courir ? Ou je te frappe pour avoir commencé ce bordel et agressé un policier ? Et...

Je jette un regard aux agents de la loi, qui nous regarde avec un air choqué sur leurs visages, immobiles, comme n'importe qui qui viendrait de voir un mec s'envoler. Je cherche mes mots, rassemblant difficilement les idées qui flottent dans ma tête.

- Enfin, on peut toujours voir ça ailleurs. Ces supras-ahuris vont pas tarder à nous courses de nouveau.

Je me tourne vers les policiers, à quelques mètres de nous, toujours souriante, et leur adresse un grand geste de la main pour leur dire au revoir.

- Bye bye ! See you later !
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Dim 25 Mai - 18:07


Mon grand final


J'étais mal. Très mal. Coincé contre le mur, 3 flics en face, j'allais prendre le passage à tabac de ma vie avant de finir embarqué. Qui plus est, je venais de sécher un de leur collègue, cette fois mon vieux Aazz ton compte est bon, tu vas prendre la sauce de ta vie. Sur ce point tu as raison, ils vont te la mettre profond, j'espère que vous êtes doués en touchers rectaux les gars, et que vous avez de bonnes grosses alliances histoire que je garde le goût un moment, parce que si tout ce bordel n'en vaut pas la peine, j'aurais perdu ma journée. Et Yume m'en voudrait que je finisse au poste pour de mauvaises raisons. Et là ce sera le pompon. Je peux affronter une horde de flics teigneux, des templiers des zombies des aliens des élèves de première année, mais une Yume en colère, c'est le niveau au dessus. en attendant, mon problème c'est que les petits uniformes voulaient en découdre. J'en vis un éternuer.

_Vous êtes malade monsieur l'agent ? Vous êtes un agent pathogène  ?
_Mains contre le mur et pas de gestes brusques !!

Pas de sens de l'humour, je note. Mais poiurquoi me pointer un flingue comme ça ? J'allais ressembler à une passoire si je décidais de me battre. Je commençais à lever mes bras quand je ne sentis soudainement plus le sol sous mes pieds. Un peu surpris au début, je vis Tsukihime au bout de la rue, et son familier était donc l'artifice de ma lévitation. Bien entendu, les trois cops étaient effarés et avaient peur visiblement. C'était le moment de faire preuve de théâtre.

_Mais que ??? Comment fait-il ?
_Mais c'est QUOI ce mec ??
_Putain de...

_PROSTERNEZ VOUS, HUMAINS !!! DEVANT VOTRE MAÎTRE ABSOLU !!!

Ils avaient vu la magie, ils ne devaient pas parler. J'allais donc m'occuper de leur cas. Les ombres formèrent un mur opaque condamnant cette ruelle, personne ne nous verrait ici, et maintenant les gars, vous avez pas de chance, vous êtes tombés sur moi. Les ombres en attrapent deux et les jettent hors de l'arène, advienne ce qu'il pourra d'eux, je me fiche de tout ça. Par contre toi... Tu as osé me donner un ordre, tu m'a menacé d'un flingue. Je vais te faire goûter à l'effroi, le vrai. Celui qui te laisse transi de sueurs froides.Les ombres se jettèrent sur lui, pauvre créature innocentes, et il fut emporté dans les ténèbres. Toi, je te garde au chaud dans les ombres, tu vas mijoter un peu et je repasserais te voir.

Je dissipe la magie, brisant le mur opaque, et je retrouve Tsukihime.

_Bien joué Tsuki, je t'en dois une pour le coup. Passe me voir quand on sera rentrés, je te met un 20/20 dans ma matière. Va vite retrouver Mashiro et tirez vous d'ici, pour l'instant c'est moi qu'il cherche, je vais les faire courir un peu pour vous dégager la voie. et évite de te changer en dragon devant les humains, ça ferait désordre.

Les dernières instructions sont données, maintenant, on va règler tout ce cirque. Je sortis de la rue et me retrouvais face à une bande de condés. Ok marche arrière rapide et en courant comme un dératé, passant dans les ombres pour gagner du temps, j'arrivais à les semer.

C'était sportif, intense mais tellement marrant. courir comme un fou en passant dans les ombres comme un fantôme, faisant tomber les objets, traversant la foule comme un spectre encapé alors qu'ils avaient du mal à me suivre. Mais il allait venir le temps où je devrais arrêter ce petit jeu. alors d'un coup d'un seul je m'arrêtais et tourna dans une ruelle sombre, et disparut dans l'ombre d'un immeuble. Personne ne me retrouva. J'étais dans les ombres, dans mon monde, ma dimension. Et j'avais un dernier truc à faire.



_Coucou toi... Tu as peur dans le noir n'est-ce pas ? Tu sais... tu n'aurais jamais dû pointer une arme sur moi. Et tu as vu ce que tu ne devais jamais voir. C'est de ma faute, il faut donc que je répare mon erreur. Je vais te donner un amnésique. Avec ce cachet, tu oublieras tout se qui a pû se passer aujourd'hui. et avant même que tu ne me poses la question, je te conseille d'oublier que tu as eu un jour deux collègues qui m'ont poursuivi, vu ce que les ombres leur ont fait, je doute que tu les revois un jour. estime-toi heureux, tu restes en vie aujourd'hui. Avale maintenant, et adieu...

Le temps de se débarrasser du flic après lui avoir fait avaler sa pilule à coup de poings dans la mâchoire et je pris la direction du pensionnat, toujours dans les ombres. C'était maintenant aux autres de se débrouiller. J'avais fait mon boulot.


Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn ! Dim 15 Juin - 21:58

Je classe, car le rp n'a plus de réponse et l'event est passé depuis un moment!♥
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn !

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

[Event Hanami : Tsukihime et Mashiro] Burn baby burn !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Burn Baby Burn! | Cheyenne T. Dawson [Terminé]
» [M] ▲ ASH STYMEST – burn, baby burn.
» Burn baby Burn (Pv: Damaz Elandez)
» (adriano) + burn hollywood, burn.
» Fire is catching and of we burn, you burn With us...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-