Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato] Lun 5 Aoû - 4:20


Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo]
Thème


Un beau mardi s'annonce à moi ! Le soleil est charmant aujourd'hui, il fait toujours aussi chaud mais un petit tour à la plage et tout ira bien ! Ah mais non, je peux pas ! J'ai cours aujourd'hui, et j'ai promis à Elly que j'irais faire un tour au toit. Alors je dois tenir ma promesse. J'en profiterais pour jouer un petit morceau pour voir si je m'améliore. Le violon est l'une de mes plus grandes passions avec le dessin, je fais très attention à être parfaite -je n'y arrive pas, mais ça ne coûte rien d'essayer- dans ces domaines. Quitte à ce que mes cours en prennent un coup. Je ne sais pas vraiment donner des priorités, ou si un jour j'ai su, ce n'était pas aux bonnes choses. On m'a souvent reprocher de faire ce dont je souhaite et négliger le reste un peu trop. Je n'y peux rien, c'est comme ça que je suis. Depuis que je suis muette, je vie pour profiter de celle-ci.
Mais dans tout les cas je dois faire attention à mes notes. Et à ne pas oublier mes affaires surtout. Tac, je vérifie si tout est bien dans mon sac. J'ai bien tout prit. Alors je vais me changer. Pour ça, rien de mieux qu'une douche rapide. Puis après je sors presque en fracas. Elly s'est facilement trouvé un passage le long de mes jambes et de mon dos pour aller se cacher de sa forêt bleue préférée. Tant qu'elle n'y sort pas pendant que je suis avec les autres, je ne voudrais pas qu'on l'écrase ! Elle est à moi ! Si quelqu'un la touche, je fais écrouler le toit sur sa tête par pur colère -Je ne sais même pas si je l'aurais fait consciemment ou non.-.

Les cours sont enfin terminé. J'ai une pause assez longue. J'ai pris de quoi manger à la cafétéria, à emporter bien sûr. J'ai déposé mes affaires -sauf ce qui me sert presque tout le temps- dans ma chambre et j'ai pris mon étui à violon pour aller manger sur le toit. Un drôle d'idée hein ? Je l'ai promis à Elly, et la pause entre midi et deux est assez longue pour passer un bon moment, même si quelqu'un veut se joindre à nous. Bref, j'ai aussi choisi cet endroit car je n'ai pas encore mangé là-haut. La vu doit être magnifique, alors avec un petit repas, ce serait magique !
Mais quand j'arrive vers la porte donnant sur le toit, j'ai un bonne surprise. La porte est déjà ouverte. M'aurait-on devancé ? J'ai du mal à y croire. Ça voudrait dire que quelqu'un à décidé de manger -ou au moins de passer sa pause du midi- sur le toit ? Mais pourquoi faire ? Je courbe les sourcils tandis que je pousse la porte. Enfin, pousser est un bien grand mot : Je ne me rends pas compte que je ne la touche pas tandis qu'elle s'ouvre grandement pour me laisser voir le toit. Pourtant, il n'y a personne. Je regarde l'endroit, haussant un sourcil. C'est quoi ce bazar encore ? Je n'ai rien fais, je n'ai pas envie d'être collé ! Pourquoi je pense ça moi ?
J'avance d'un pas, un peu hésitante avant de finalement fermer la porte derrière moi. Ah bah finalement il n'y avait pas de quoi s’inquiéter. Bon, c'est pas tout mais je devrais peut-être commencer à profiter de ma pause ! Je dépose mon repas et mon violon dans un coin. Je préfère mon diriger vers le rebord. Je me penche légèrement, regardant le monde qui avait en bas en sentant la légère brise d'été courir sur ma peau. J'ai bien choisis mon endroit en tout cas. Parce qu'après avoir regardé le monde qu'il y a en bas, je remonte le visage devant moi : la vue est magnifique !

Je sens que ça va m'inspirer ! Alors ni une ni deux, je retire avec délicatesse mon instrument de son étui, passant mes doigts attentionnés sur sa couche de bois lustré. Tout le long, jusqu'aux cordes. Je prends avec lui l'archet. Je pourrais jouer en pinçant les cordes, mais je trouve que ça fait moche. Je pose le violon sur mon épaule, tirant les cordes avec mon archet pour l'accorder. Une fois bien préparé, je ferme les yeux. Je ne connais pas beaucoup de morceaux par cœur, et je n'ai pas pris mes partition, donc je n'ai pas le choix.
Mon archet glisse sur les cordes de mon violon comme les goûtes de rosée glisse sur une feuille verte. Le son sort tout seul. Je me sens bien, et même si la musique n'est pas vraiment heureuse, moi je le suis. Contente d'arriver à faire un si beau son. Ma tête, que dis-je, mon corps réagit à la musique. Accélération, repos, je tire, je reviens. Mon archer devient ma main. Je ne suis pas seul, toutes mes notes me tiennent compagnie. Elles sont là, et sortent si bien que j'ai l'espoir de terminer cette tirade. Mais...Griick !
Fausse note de mer...Credi ! Je tape du pied, mécontente. Faut que je trouve quelque chose à balancer au loin pour passer mes nerfs ! Non, je vais plutôt aller manger mon assiette pour ça. Je range mon attirail dans l'étui et le ferme avec délicatesse....Avant de me jeter goulûment sur mon rit. Je mange le plus rapidement possible, parce que je suis frustrée. J'ai raté un si jolie morceau ! Je dois manger ! Et je me rends même pas compte que je m'en met un peu partout sur les joues. T'façon je suis toute seule...Enfin c'est ce que je crois.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato] Lun 5 Aoû - 11:20

Where am I ?
" Douce surprise."




Spoiler:
 


J’étais parti de ma chambre précipitamment ce jour-là, allez avoir pourquoi. Je m’étais dirigé au même endroit que tous les jours. Sans réfléchir, j’avais l’impression de me jeter dans la gueule du loup. La même salle en cours de route, le même scénario à l’exception près que le grand père qui m’avait accueillit auparavant était décédé l'an passé. C’est amusant n’est-ce-pas ? Savoir que l’on risque soit de tout perdre, soit de tout gagner par le biais d’une simple rencontre. Passer la frontière de l'école, je levais alors les yeux au ciel, le soleil commençait à m'innonder. Que voila un bien étrange sentiment. Comme une impression de déjà vue. Un son cristalin semblait percer le silence de l'académie, venant de la salle de musique ? Non, cela semblait venir du toit. Saisissant mon instrument, je montais les marches, rapidement mais en silence pour ne pas déranger la belle. J'étais arrivé au milieu du morceau, j'étais juste au coin de la porte, elle ne semblait pas m'avoir vue ni prêter une quelconque importance à ma personne. Mais qui était-elle ? Je ne m'étais jamais rendu compte de sa présence en ces lieux. Elle jouait bien, admirablement dirais-je, mais où avait-elle apprit ces techniques ? Je me laissais peu à peu envahir.

Toi, tu dois les aimer, les grands ciels de septembre, profonds, brûlants d'or vierge et trempés d'outremer. Où dans leurs cheveux roux les naïades d'Henner tendent éperdument leur buste qui se cambre. La saveur d'un fruit mûr et la chaleur de l'ambre vivent dans la souplesse et l'éclat de leur chair, et le désir de mordre est dans leur regard clair, ans l'étirement âpre et lassé de leur membre. Je me plaisais à la regarder, simplement, comme l’on admirerait une divinité venue nous transmettre un message, ou tout simplement nous faire part d’un réconfort quand aux songes qui nous ronges. Je commençais à me diriger vers elle en posant mon instrument au sol. Les yeux toujours rivés sur elle, je n'arrivais pas à me décider à rompre cet interlude musicale, mais avant même que le morceau n'arrive à terme, une fausse note stoppa la demoiselle, qui, vexée surement, se vengea sur la nourriture, m'arrachant un léger rire. Elle ne s'attendait surement pas à ce que quelqu'un l'entende ou l'interrompe, trop tard. Je m'approchais d'elle en saisissant un mouchoir, retirant le riz sur ses joues.

« N'abandonne jamais au premier échec, prends ton instrument. Même morceau, je te laisse la partie soliste. Et ne fais pas de fixette sur cette note désastreuse... Huhu... »



Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato] Lun 5 Aoû - 13:06

Je ne suis pas contente ! Ce n'est pas juste, j'étais tellement bien partit pour terminer le beau morceau que je connais par cœur en plus ! Je me rends compte que j'ai beaucoup à apprendre, et ça ne fait que me donner encore plus envie de jouer ! Quand j'aurais fini de manger, j'essayerais de le finir. Et si cette fois j'y arrive pas, je balance la porte et les barrières du toit comme ça tout le mon saura que je suis très très peu fréquentable quand je rate un morceau de violon.
Mais très de pensée hasardeuse. Je dois avouer que le riz et très bon, même si j'en ai plus sur le visage que dans la bouche. Mais cela ne m'empêche pas vraiment de déguster le délicieux plat que j'ai pris à la cantine. C'est en mangeant que je réfléchis. A ce que je pourrais faire, a ce que je compte faire à la fin des cours, quand j'aurais terminer ma journée chargée. Irais-je à nouveau m'entraîner au violon ? Ou préférerais-je me mettre à dessiner quelques petites histoires m'inspirant de ma journée ? Tout cela dépendra de ce qui se passera aujourd'hui. Mais ce qui est sûr pour moi, c'est que si je dois prendre une pause, je reviendrais ici. Parce que la vue est belle, et sûrement bien plus vers la fin de journée. Une très bonne ambiance pour avoir de l'inspiration, que ce soit pour dessiner ou jouer.

Je suis tellement plongée dans mes pensées que je ne me rends même pas compte que quelqu'un s'approche. C'est seulement lorsque je sens le mouchoir glisser sur ma joue que je me rends compte que je ne suis pas seule. Mon visage passe très vite au rouge. Et tandis que l'homme qui me nettoie le visage parle, je détourne le regard, gênée. Je n'aurais jamais penser que quelqu'un m’aborderait de cette manière. Je pensais plus à un "Bon, je m'appelle machin. Tu ne devrais pas t'énerver pour si peu, je sais ce que je dis !" mais...Je ne pouvais pas imaginer voir quelqu'un débarquer et venir passe un coup de mouchoir sur les conséquence de ma réaction.
Il m'a prit de court aussi ! J'aurais pu faire quoi ? Me lever et décamper aussi vite que possible jusqu'à aller m'enfermer dans ma chambre ? Mhm...J'aurais pu le faire ouais, ça aurait bien été moi. Mais pas ici. J'étais monté là-haut avec mon assiette, je ne peux pas redescendre si vite -sans ma nourriture en plus-. Et puis il a l'air gentil. Bien sûr qu'il est gentil, sinon il serait pas venu me débarbouiller. Il m'aurait plutôt mis une baffe sur le coin de la tête. Et je suis bien contente qu'il ne l'ai pas fait.
Ne pas faire de fixette sur cette note désastreuse me dit-il ? Alors déjà, il affirme que cette horrible note était vraiment un désastre. Mais comment pourrais-je ne pas faire de fixation sur une note aussi moche ?! Qui revient à chaque fois en plus ! Elle m'énerve tellement que je manque de balancer mon instrument au loin. Mais il est trop important et coûte bien trop cher pour moi. Et puis lui faire du mal, ce serait un peu comme me faire du mal. Héhé, ça à l'air tellement stupide quand je le dis.

Jouer encore ? Il n'y a pas de problème mais...Et lui ? Est-il vraiment sûr de vouloir me laisser faire ? je veux dire, une fois que je suis lancée, si je ne fais pas de fausse note, je ne m'arrête pas. Et j'ai peur de monopoliser tout le moment. Et dieu sait comme le temps passe vite. J'aimerais pas lui faire perdre son temps mais...Dans un sens je ne peux pas refuser. Parce que c'est la premier fois que quelqu'un va entendre ma musique et me dire ce qu'il en pense. Je ne peux pas passer cette occasion. Et puis mon coup d’œil aviser me dis qu'il a aussi un instrument. Il va jouer avec moi ! Mais c'est génial !
Toute sourire, je me dépêche de finir mon assiette avant de m'équiper de mon violon. L'ouverture de son étui est toujours un rituel, comme s'il y avait un trésor dedans. Et c'est ce qu'l y a. Je sors mon joyau, son archet aussi. Je le pose sur mon épaule et regarde le jeune homme, attendant qu'il soit prêt avant de commencer le morceau. le même, sans aucune différence. Je ne change rien à mes mouvements, rien aux glissades de mon arme sur les cordes. Le son sort comme une nuée de guêpe sur du jus d'orange. L'inspiration vient toute seule, je n'ai pas besoin d'en rajouter. Je souris, continuant. L'accompagnement est bien plus beau et bien joué que moi, mais je suppose que son compositeur à plus d'expérience. Qu'il rajoute des notes à mon morceau ne me dérange pas. J'apprécie même, qu'il mette un peu de touche masculine dans cette musique.

Et c'est avec autant de surprise et de joie que je termine la musique. Et cette fois, rien n'est pas passé. J'ai été parfaite ! Enfin...J’exagère un peu c'est tout. Je suis heureuse ! Je sautille de partout, le sourire aux lèvres avant de courir là où j'ai laissé mes affaires. Je range mon instrument, fermant l'étui, je prends mon carnet et mon stylo avant de retourner vers le jeune homme. Je souris, heureuse et sincère en plus, tout en écrivant :

Merci ! Merci beaucoup ! Je n'arrivais pas à terminer ce morceau depuis pas mal de temps déjà ! Je vous remercie...Heu...C'est quoi votre nom déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato] Mar 6 Aoû - 11:57

Where am I ?
" Douce surprise."




Spoiler:
 


Fin du morceau. La demoiselle l’avait joué à la quasi perfection, il manquait deux trois précisions sur le placement exact des doigts, mais rien de méchant ou dérangeant. Je réfléchissais, dans la même journée je n’avais jamais fait autant de rencontres musicales. Pourrais-je seulement espérer un jour caresser l’espoir de créer un orchestre avec des élèves ? Pourquoi pas ? Reposant mon attention sur la demoiselle, je la voyait sautiller partout. What the… ? Elle était si heureuse de jouer ? Si joyeuse de finir ce petit morceau arrivé à son terme ? Je lui adressais un léger sourire quand elle se retourna après avoir écrit sur un bout de papier, me remerciant et me demandant mon nom. Hm, elle n’avait donc pas le don de parole ? Il était peut-être la le secret de son violon, celui de sa musique, son seul moyen d’expression, le seul moyen sonore pour elle de faire passer des émotions. Subjugué par cette personne, je laissais mon regard se perdre dans le sien, lèvres légèrement entrouvertes, comme tentant de capter l’air pour pouvoir prendre une grande inspiration avant de parler, mais rien ne semblait y faire. Finalement, détournant légèrement le regard sur ma droite, je pris la parole.

« Tsukiyo no Hato… Prof de musique… Et tu es ? »

Je pouvais voir le reflet de mes yeux dans les siens. Elle avait l’air simplement trop innocente, si fragile que la moindre secousse l’aurait perturbé, lui aurait fait perdre pied. Pourtant, elle était restée pour jouer avec moi, elle aurait pu partir, alors pourquoi ? Son regard avait fait montre d’hésitation avant de briller d’un feu que je ne connaissais que trop bien, celui de la passion. C’est une passionnée, au même titre que je puis l’être. Je lui adressais de par ce regard toute la familiarité du monde. J’avais l’impression de la connaitre depuis toujours, même si cette rencontre était à bien y penser une des premières, si ce n’est la seule. Ma main vint se poser délicatement sur son épaule avant de lui adresser de nouveau u sourire. Je saisis mon violon de nouveau pour le poser sur mon épaule en soufflant légèrement « Parle moi comme nous savons le faire… » avant de commencer à jouer, attendant qu’elle me suive. J’étais emporté par un sentiment d’unité totale, comme si une main divine au dessus de moi me guidait la marche à suivre dans la conquête de cette sérénité parfaite. L’unicité totale, l’union parfaite entre deux être et leurs instruments, la fusion totale. Bien plus passionnée et puissante que cette union charnelle qui unit normalement homme et femme. L’ambiance est totalement différente, les sentiments eux bien plus forts, les ressentis bien plus violents. Cette passion qui peut déchirer une personne comme la transcender. Je ne voulais en aucun cas rompre cet instant.




Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato] Mar 6 Aoû - 19:26

Il joue bien. Incroyablement bien. Mais je crois l'avoir déjà dis.
La musique c'est arrêté, nos violons se sont tuent. Le silence est une autre musique, plus douce et plus calme. Je suis contente, et je ne me fais pas prier pour le montrer. Je sais que c'est une réaction exagéré, mais je suis comme ça. Et puis c'est la première fois que je fais un duo, je suis heureuse ! En plus de cela, j'apprends que Tsukiyo est le professeur de musique ! Mes yeux deviennent deux grandes étoiles pleine de rêve. Un professeur de musique ? Ça veut dire que je l'aurais pendant mes cours ? Mais c'est génial ! Quelqu'un qui joue avec un instrument aussi magnifique que le violon, qui le manie magnifiquement bien et qui, en plus, est sympatoche, je crois que je vais faire des heures supplémentaires dans sa classe. J'avoue que ça peut prêter à confusion...
Au départ, j'ai cru qu'il voulait vérifier si j'étais vraiment muette en me disant cela. J'ai pensé qu'il me demandait de parler, pour vérifier si je pouvais parler. Et donc moi, comme une rêveuse, je tente de dire un mot. Evidemment, rien ne sort. J'avais un petit espoir. C'est définitif on m'a dit, mais peut-être que ça se soignera avec le temps et qu'un jour je pourrais faire écouter ma magnifique voix à tout le monde ! Mais pour le moment, mon seul moyen de communication c'est le morceau de papier et...La musique. Et c'est de cela que Tsukiyo me parlait. Il veut qu'on continue de jouer. Il commence tandis que je me prépare à le suivre.

Je répète exactement les même notes, décalés d'une poignée de son. J'essaye de ne pas me tromper, mais c'est assez difficile. C'est un morceau que je ne connais pas. Je ne suis pas très expérimentée. Enfin...Si je le suis, mais pas au point de suivre un morceau que je ne connais pas avec la perfection qu'on attend d'un bon violoniste. J'arrive à peine à finir un morceau de tête. Mais je ne veux pas faire honte au morceau du professeur. Mais rapidement, j'abandonne. C'est trop difficile. je n'y arrive pas...
Je soupire, venant me poser sur le coin de la barrière, posant délicatement mon instrument contre. Je n'y arrive pas ! J'étais toute heureuse, mais maintenant que je n'arrive pas à faire honneur à ce morceau, ça me gonfle. Je soupire à nouveau, regardant le sol. Comment je peux faire ? Je sais que c'est un nouvel obstacle que je dois franchir pour m'améliorer, mais comment ? Je n'y arriverais pas si je trouve pas une solution pour comprendre un morceau que je ne sais pas. Je ferme les yeux. Je lève la tête en direction du professeur. Il doit me trouver pathétique. De ne pas arriver à le suivre. Un élève aussi faible serait sûrement le dernier de la classe. Pas question de le laisser penser ça ! Je me suis entraîner dur, tellement dur pour atteindre ce niveau ! Personne n'a le droit de penser ça de ma prestation et de mon instrument !
Voilà ! J'ai trouvé...J'ai trouvé comment le suivre. Mais il faut que je le teste ! Je me précipite sur mon étui, sort mon carnet de chant et retourne à ma place. Je m'assoit sur la rambarde, en équilibre, posant ce cahier sur mes genoux. Je l'ouvre jusqu'à une certaine page. On The Nature Of The Daylight . C'est exactement ce qu'il me faut. Je regarde vite fait les notes, les recopiant sur mon violon, muet. Je laisse mes notes retomber tandis que je me met à jouer. Mon archet reprend sa danse sur les cordes. Je joue de la musique comme si elle est un sentiment. La joie, la haine, la tristesse, et la musique. Une mélodie qui me parle. Je sais ce qu'elle me dis, et je lui réponds en faisant coulisser mon crains sur les cordes. Elle parle. Je l'entends et je lui réponds. "Pourquoi es-tu déçue ?" "Parce que je n'arrive à rien !" "N'abandonne pas et recommence !" "Mais comment ?!" "Comme cet homme te l'a dis."

Je m'arrête lentement, le morceau n'étant toujours pas fini. Entre deux note. Je relève lentement la tête vers Tsukiyo, laissant finalement un grand sourire heureux venir sur mon visage. J'ai compris ! Je reste sur la barre en métal, reprenant lentement de jouer. Mais pas la même musique. Les même morceaux que ceux que je comprenais pas tout à l'heure. Juste le début, pour montrer à mon professeur que je suis prête à reprendre et, à cette fois, le suivre ! Mais quelque chose m'en empêcha.
Je glisse ! Mon corps n'étant pas très équilibré, je passe en arrière. Une fois que mon corps ne touche plus la rambarde, j'ai l'impression que le temps passe au ralentis. Je lâche mon violon et mon archet au loin, par pur réflexe. Non non non ! Si je tombe d'ici, je risque de me faire horriblement mal ! Voir même de mourir ! Ou pire ! Je ne veux pas être cloué au lit le restant de ma vie en plus de ne pas pouvoir parler ! Je tends mes bras devant moi, essayant tant bien que mal de me rattraper. Je veux pas tomber !
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Noriiko Shimazu

Féminin
Messages : 3616
Kamas : 10596
Date d'inscription : 14/05/2013
Humeur : RAS
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d'or
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪

MessageSujet: Re: Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato] Jeu 19 Sep - 18:14

Tsukiyo, es-tu absent ?

Si ce n'est pas le cas, merci de répondre rapidement à ce RP.

Merci ~

PS : je supprimerai mon message une fois que le RP aura repris

---------------------------------------------------------

RP archivé le 12 Octobre. Cause : Rp qui semble laissé à l'abandon

════════════════════
Mes cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Quand les violons sonnent [PV : Tsukiyo no Hato]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sashiburi dana, Hato... [PV Tsukiyo no Hato]
» Un nouveau départ (PV Tsukiyo no Hato) [clos]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-