Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Dim 4 Aoû - 14:13


   
Une âme Solitaire


« La solitude est la seule amie fidèle que j’ai... »

feat Tsukiyo no Hato

Une journée bien maussade avait l’air de pointer le bout de son nez aujourd’hui. Ce n’était pas plus mal de toute manière, car Mio n’aimait pas le soleil et toute la chaleur que ce dernier dégageait.
La pluie...voilà quelque chose de bien. Des petites gouttes fraîches, tombants du ciel et venant s’écraser sur notre corps pour laver tout ce mal qui réside en nous et qui nous fait si souvent perdre la raison...

*J’aimerais bien qu’il se mette à pleuvoir..*

Sa basse fièrement posée sur son dos, une tenue noire en dentelles, un haut-de-forme sur la tête et un parapluie dans la main droite qu’elle s’amusait à tourner autour de son poignet, la petite brune marchait nonchalamment en s’amusant avec un de ses nombreux bracelets.
Il n’y avait pas beaucoup de monde aujourd’hui dans le parc et c’était tant mieux de toute façon, car cela ne changeait pas grand chose du fait qu’elle ne connaissait presque personne et aussi parce qu’ainsi, elle pourrait jouer de la musique sans être dérangée.
Flare, quant à elle, marchait tranquillement aux côtés de Mio, sans se soucier du temps ou des gens. A vrai dire, elle s’en fichait un peu, car tout ce qui l’importait était de savoir que sa maîtresse se portait bien, ce qui, en réalité, n’était jamais vraiment le cas, mais la petite brune préférait lui mentir, plutôt que de lui dire la vérité. Elle ne voulait surtout pas l'inquiéter.
Déjà, qu’en règle générale, Flare s’inquiétait pour un rien la concernant, alors si elle se mettait à lui dire tout le temps la vérité sur son moral. Il est vrai que Flare avait tendance à penser de façon un peu égoïste. Étant donné qu’elle ne se sentait bien que lorsqu’elle était avec Mio, elle considérait que l’inverse était réciproque, ce qui, même si la petite brune était bien avec son familier, n’était pas entièrement vrai, vu qu’elle se sentait souvent très seule.

Après quelques minutes de marche dans le parc du pensionnat, elle trouva un endroit tranquille, situé plutôt sur le côté droit du bâtiment, là où peu d’élèves venaient généralement se poser.
Déposant sa basse contre l’arbre et se laissant glisser de tout son long contre le tronc, afin de se retrouver les fesses sur l’herbe, elle poussa un soupir de soulagement.

«Enfin fini...»

Elle aimait bien les cours, mais la jeune fille n’arrivait pas à se concentrer bien longtemps. La musique et l’air extérieur étaient deux atouts majeurs pour une pleine vitalité de ses sens.
Faisant un dernier petit effort, elle sortit de sa poche son téléphone portable qu’elle ne voulait surtout pas abîmer en restant assise dessus. Elle l’avait acheté il y a de ça à peine une semaine et en était très fière. C’était un des modèles dernière génération avec toutes les fonctionnalités imaginables...que demander de plus ?
Mais bon, le tripotant entre ses doigts et en allumant et en éteignant l’écran; elle se mit à penser qu’en fin de compte, où était l’utilité d’en avoir pris un pour n’avoir aucun contact dedans...?
Soupirant encore une fois, elle déposa le téléphone dans l’herbe...

Flare prit la peine de venir se poser sur les jambes de la petite brune.
Tricotant à plusieurs reprises sur sa tenue, tournant une dizaine de fois sur elle-même, elle finit par se poser délicatement sur les jambes de sa maîtresse en ronronnant tel un moteur de voiture...
Peut-être valait-il mieux se reposer un peu avant de mettre à jouer de la musique ? Quelques minutes de repos ne seraient pas de refus après une matinée aussi charger en cours que celle qu’elle avait eu.
Posant sa main sur Flare et la caressant machinalement, Mio commença à sentir ses paupières devenir lourdes...



© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Dim 4 Aoû - 20:07

Feel like if i'm dead.
"Mozart ? Symphonie de la mort."




Spoiler:
 


Qui suis-je ? Esseulé dans cette immensité noire qu’est celle de mon appartement en ce moment précis. Douce amertume d’un rêve n’ayant jamais abouti pour ne m’en laisser qu’un vague souvenir dérangeant. Soupirant longuement, je pris simplement la direction de la salle de bain pour m’y laver avant de gagner les couloirs abandonnés de l’académie. Où étaient-ils, les élèves, à ce moment précis ? L’air nonchalant, j’avançais sans regarder ce qui se passait, n’ayant qu’une seule idée en tête, gagner un piano, rapidement, pour jouer lacrimosa du requiem de Mozart, requiem écrit par lui-même pour sa propre mort. Je me sentais dans cet état la plupart du temps, une entité morte errante dans les couloirs, veillant à sa manière à ce que tout se passe bien. Enfin la salle, ma salle, celle du cours de musique. Fermant les yeux, je vins m’assoir face à l’instrument, laissant glisser mes doigts sur ses touches d’ivoire. Balançant légèrement la tête d’avant en arrière, je me laissais emporter par la musique. J’étais subjugué, possédé par cette immensité sonore qui semblait avoir envahit la totalité de l’espace vide de cette salle, me laissant penser librement, laissant un léger sourire s’accrocher sur mon visage. J’aurais pu me laisser aller toute une journée sur ces instruments.

Les larmes coulaient seules le long de mes joues tandis que je ne pouvais m’empêcher de jouer des accords dissonants de manière totalement aléatoire, toujours de plus en plus brutal, m’en heurtant sensiblement les oreilles alors que mes doigts au contact des touches chaudes semblaient vouloir se briser les uns après les autres. Hérésie qu’est celle de violenter à ce point un instrument de musique, de frapper les ivoires et les noires sans garder le contrôle de son propre corps alors prit de spasmes dont l’ont ignore la source. La mort n’était pas si douloureuse, alors pourquoi pleurais-je ? Où avais-je mal ? Au cœur. Je souffrais de m’imaginer rester ici pour l’éternité, dans cette pièce qui s’apparentait à l’antichambre de l’enfer même. Je sentais toujours ces yeux pesant au dessus de moi, comme si un Dieu veillait sur mes faits et gestes, un Toth Trismégiste surveillant le feu, faisant attention à ce que l’alchimie reste toujours la plus parfaite possible lors de la création de cette pierre philosophale que semblait devenir le réceptacle de mon âme. Peu à peu, c’était un sentiment de bien être qui m’envahissait. Toujours de plus en plus violente, de plus en plus insistante sur l’instrument à queue, songeant au trublion qui venait de semer le doute dans mon esprit. Comment aurais-je pu penser une seule seconde qu’un tel état d’unité puisse un jour m’envahir ? Un sentiment de complaisance totale, je souriais. Fin brutal, en me relevant tout aussi brutalement pour gagner la sortie, en sueur. C’était un sentiment des plus dérangeants que celui de subir la folie de sa propre musique, mais quel autre moyen pour en faire passer toutes les émotions ? La mort ne m’avait jamais faites aussi peur qu’en ce jour. De l’air, j’en avais besoin. Je me dirigeai vers le parc, violon en main pour me changer les idées.

Malgré ma volonté précédente d’en arrêter avec le son du requiem de Mozart, je ne pouvais m’en empêcher, j’avais besoin d’aller au fond du problème pour l’identifier. Je callais alors l’instrument entre mon épaule et le dessous de ma joue gauche avant de commencer à en faire vibrer les cordes, me laissant aller peu à peu, un peu plus chaque minute passante, à la frénésie de la chose, comme un homme à l’agonie prêt à mourir, souffrant de sa pauvre condition humaine, ne pouvant approcher les dieux. Je le sentais, je ne marchais pas droit, mon visage semblait se crisper sous l’effet d’une douleur sonore. Haletant, soupirant, balançant le visage sur le côté, accompagnant le violon aux sons fortissimo, allegro, tremolo, je m’étais perdu, ma surprise n’en fut que plus grande lorsque finissant le morceau, j’ouvris les yeux devant cette fille, à moitié endormie dans l’herbe, j’étais déjà dans le parc … ? La respiration toujours saccadée, je m’abaissais à son niveau pour la regarder. Je la connaissais seulement de vue, une redoublante. Ce n’était pas ma première année ici.

« Qu’est-ce-que tu fous ici ? » Lançais-je d’un ton informel, gêné d’avoir pu être observé en train de jouer des sons si peu conventionnels.




Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Lun 5 Aoû - 1:02


   
Une âme Solitaire


« La solitude est la seule amie fidèle que j’ai... »

feat Tsukiyo no Hato

Allongée dans l’herbe, à l’abris du moindre regard aussi pervers fusse-t-il, la jeune Mio était assoupis, les cheveux voguant au grès du vent.
Son esprit, perdu au milieu d’une prose sans fin de cauchemars, était tourmenté par tout ce que Morphée était en train de lui offrir. Autant de violences et de souffrances ne pouvaient exister au sein d’une seule et même personne, surtout aussi jeune que le fût cette dernière. Certes, celle-ci avait vécue des choses dont elle ne préférait même pas se souvenir, mais bien entendu, il fallait que les rêves soient là pour le lui rappeler. Pourquoi les rêves existaient-ils?  Seuls souvenirs échoués de l’inconscient perdu dans l’astre de l’imaginaire de l’homme.

Cela faisait maintenant depuis qu’elle avait quitté le domicile familial qu’elle faisait des cauchemars chaque nuits. Malgré le fait d’une grande amitié entre elle et Flare, elle n’avait jamais osé se confier à cette dernière. Il est vrai qu’il était inhabituel de voir communiquer un élève avec son familier, bien que beaucoup le faisait à sens unique ; mais dans son cas à elle, Flare l’a comprenait parfaitement et pouvait même lui répondre. Non pas par la parole bien entendu, cela est utopique d’imaginer un animal parler, bien que la magie existe pour de rares personnes choisies comme si ils étaient les élus d’une destiné encore inconnue. Donc non, Flare en parlait pas, en revanche la petite brune avait la capacité de pouvoir entendre et interpréter les sons que cette dernière faisait lorsqu’elle s’adressait à elle par le langage animal.
Effectivement, Mio avait la capacité de pouvoir comprendre les sons et de les retranscrire dans un langage propre à elle-même... C’était souvent ce don qui lui avait permis de déceler le mensonge dans le coeur des gens...

Enfin bref, là n’était pas le réel problème. Le rêve qu’était en train d’avoir notre chère amie était vraiment traumatisant... La plupart des détails qui pourraient être narrés ne seraient que violences et destructions alors il n’en vaut pas la peine que de raconter la triste turpitude que recèle le coeur de la jeune fille.

Mais quelques bruits étranges vinrent réveiller le petite brune adossée à l’arbre. De petits bruits faibles au début, assez lointain et inaudible à la distance à laquelle elle se trouvait.
Ouvrant petit à petit ses yeux, elle aperçu Flare qui était aux aguets devant elle, à bouger dans tous les sens à la recherche, sans doute, de la provenance de ce son.
Néanmoins, à force d’écoute et surtout parce que Mio commençait enfin à reprendre ses esprits après les terribles rêves qu’elle avait fait, elle commençait à constater ce qu’était ce son en réalité. Ce n’était pas n’importe quel son qu’elles entendaient : cela provenait d’un instrument - un violon - sans aucun doute.

Se relevant tant bien que mal d’une position qui lui avait provoqué un torticolis, la jeune fille chercha le bruit du regard et vit un homme de stature assez grande, mais toutefois fin, s’approcher d’elle et de Flare, les yeux fermé, violon à la main.

*Bien entendu...*

Mio savait très bien qui il était et ne savait même pas pourquoi elle avait réussi à être étonnée d’entendre pareil tintamarre en pleine après-midi.
C’était le prof de musique du pensionnat - Tsukiyo no Hato - un homme plutôt étrange qu’elle n’avait jamais vraiment chercher à connaître, bien qu’il enseigne la matière de prédilection pour la jeune fille.
A peine perturbée par l’arrivé de ce dernier elle choisit de se repositionner contre l’arbre et de prendre son instrument pour s’entraîner un peu.

Lorsque tout à coup, quelque chose d’inattendue se produisit. Le professeur de musique s’arrêta net devant elle, comme si le destin avait jeter les dés de l’improbabilité. Ce dernier, avec qui elle n’avait pas parlé une seule fois en trois années, et qui savait, sans aucun doute, jouer de beaucoup d’instruments à la perfection venait de finir sa route devant elle.
Plus étrange encore, fût la phrase qu’il choisit de dire :

« Qu’est-ce-que tu fous ici ? »

D’où se permettait-il de s’adresser à une élève sur ce ton. Pire encore, à une demoiselle ! Son rang de professeur ne lui donnait aucun droit de lui parler ainsi et cela ne fit qu’accroître un peu plus l’indifférence que portait Mio à l’égard de ce cher professeur de musique.

«Ce que je fais durant mes heures extérieures aux heures de cours ne vous regardes point. Je profite de mon temps libre pour me reposer. Y voyez-vous un quelconque soucis professeur ?», dit la petite brune en restant tout aussi respectueuse qu’elle se devait de l’être envers un professeur de l’école.


Elle n’avait beau ne pas avoir été à l’école durant toute son enfance, elle connaissait malgré tout, les boniments de l’éducation et elle s’en allait les respecter sur le bout des doigts.

Ignorant ce dernier elle se mit à jouer de son instrument comme si, à présent, elle était seule avec la musique...




© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Lun 5 Aoû - 10:43

Feel like if i'm dead.
"Mozart ? Symphonie de la mort."




Spoiler:
 


Un léger regard indifférent, puis un sourire apparut sur mon visage lorsqu’elle déclara simplement qu’elle ne souhaitait pas me répondre, mais le fit quand même. C’était là tout l’esprit de contradiction contenu dans le frêle corps des élèves. « Je vois. » Lâchais-je simplement en soupirant. Elle venait de prendre sa basse et commençait à jouer, unplugged, le son qui sortait était métallique, certes, mais agréable. Le rythme était maîtrisé, les variations aussi. Je pris le temps de l’écouter, elle semblait, après avoir commencé à jouer, avoir totalement oublié mon existence, bien que quelque peu insultant, s’en était juste fascinant. Je me laissais doucement aller au gré de la mélodie qu’elle était en train de poser, un son fin, lourd, de basse, je semblais ailleurs à ce moment précis, laissant le vent faire danser mes cheveux.  Souriant de nouveau, je m’installais face à elle, ne souhaitant pas l’interrompre. Je me demandais ce qui pouvait faire que, dans une vie, l’on puisse s’intéresser à la musique plutôt qu’au sport, qu’à la danse, ou d’autres choses. La musique a toujours été source d’émotion, elle existe depuis la nuit des temps et nul ne saurait jamais faire couler plus d’émotions que par des sonorités, des notes pointées, noires ou blanches, croche, double croches, tremolo, fortissimo, allegro.

« Dis-moi Mio Chan, me penses-tu si vieux que tu doives m’en snober ? » Lâchais-je avec un sourire.

Tout instrument avait sa place, faisant chacun montre d’émotions différentes. C’est en cela que j’aime les orchestres et les groupes. Même si j’ai parfois du mal à jouer avec les autres –ou plutôt ils ont du mal à me suivre…-  l’orchestre reste le meilleur moyen de s’épanouir musicalement. Enfin, dans le cas des cordes comme cette demoiselle, il s’agirait plutôt d’un groupe.

« Je suis à peine plus âgé que toi, et je parle comme je parlerai à n’importe qui. Élève, prof, directrice, pourquoi voyez-vous une différence entre chaque individu de part son rang ? »

Finalement, je me redressais lentement, faisant glisser mes doigts le long de mon instrument avant de le reporter sur mon épaule pour finalement me laisser tomber doucement en arrière, m'allongeant doucement dans l'herbe en jouant le thème d'une série télévisé faisant fureur en ce moment et que je trouvais simplement mélodiquement potable. Game of Thrones, une guerre sans fin pour la quête du pouvoir, une histoire de succession, d'héritage, de guerres familiales au combien stupide, mais s'en était prenant, hypnotisant... La stupidité n'avait donc aucune limite ? L'on nous jetait de l'amertume, et nous la mangions, comme de pauvres moutons esseulés. Continuant de jouer, j'attendais simplement une réponse de Mio, même si celle-ci semblait tarder à venir. Il n'était pas exclu qu'elle se lève et parte, comme la plupart des élèves le font. Mais quel intérêt à rendre une conversation aussi stérile ?



Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Lun 5 Aoû - 14:08


   
Une âme Solitaire


« La solitude est la seule amie fidèle que j’ai... »

feat Tsukiyo no Hato

Mio aurait très bien pu jouer sa musique avec du son, mais elle n’avait vraiment pas envie de montrer ses pouvoirs devant le professeur. Généralement c’est ce qu’elle faisait. Elle avait la capacité de jouer de son instrument et d’en faire sortir du son même si celui-ci, qui nécessitait généralement du courant pour en faire, n’était pas branché. C’était là la force de son pouvoir, comprendre le son - mais aussi l'extérioriser.
Dans sa tête, chaque notes, chaque riffs, chaque sons se bousculaient, au grès où son interprétation avançait.

La jeune fille ne savait pas si ce dernier avait reconnu ce qu’elle était en train de jouer - un morceau de son idole ‘‘Marcus Miller’’.
Le professeur était posé en face d’elle et semblait apprécier la musique et ce qu’elle était en train de faire. Cela devait bien être la première fois que quelqu’un lui portait un peu d’attention lorsqu’elle jouait dans le parc. Voilà maintenant trois ans qu’elle faisait ça et c’était la première fois qu’il s’intéressait à elle, où tout du moins, venait l’écouter.
Mio se sentait fière et gênée à la fois. Sachant pertinemment le niveau de ce dernier, cela lui faisait un petit pincement au coeur de le voir sourire alors qu’elle jouait de son instrument...
Toutefois, en plein milieu de son morceau, Tsukiyo no Hato vint l’interrompre d’une question qui, pour elle, n’avait strictement aucun rapport avec l’indifférence qu’elle lui avait donné :

« Dis-moi Mio Chan, me penses-tu si vieux que tu doives m’en snober ? »

La question paraissait tellement stupide dans l’esprit de la petite brune que d’y répondre aurait été encore plus bête et sûrement déplacé.
Elle préféra donc rester silencieuse et continua à jouer sur son instrument.
En plus...Comment pouvait-il amener la condition de l’âge à la conversation ? Quel était le rapport entre ce qu’elle avait dit et l’âge qu’il pouvait bien avoir ?
Le jeune fille s’en fichait bien de l’âge qu’il avait, car elle savait bien dans le fond que l’âge ne faisait pas du tout le caractère d’une personne, bien au contraire. Il y a beaucoup plus de vieux cons que l’on ne peut le penser.

Il ne tarda toutefois pas à reprendre son monologue au milieu de l’interprétation que donnait Mio. C’est à se demander si il aurait apprécier que l’on fasse de même pendant qu’il jouait...

« Je suis à peine plus âgé que toi, et je parle comme je parlerai à n’importe qui. Élève, prof, directrice, pourquoi voyez-vous une différence entre chaque individu de part son rang ? »

*Il n’avait effectivement rien compris. Pourquoi pensait-il que je puisse avoir un quelconque soucis avec sa condition de professeur ou même son âge ... ?*

Mio s’arrêta alors de jouer, alors que Tsukiyo no Hato venait de se relever et de prendre son violon entre ses mains. La petite fille releva la tête et le regarda droit dans les yeux, mais son esprit avait déjà l’air d’être ailleurs. Il se laissa alors tomber en arrière et vint buter dans l’herbe où il commença alors à entamer une musique que je ne connaissais pas. Cela avait l’air d’être une musique assez fantastique aux vus de l'intonation qu’il donnait aux montées de notes ; pour être exact, ce n’était pas du tout le registre musicale de la petite brune, mais après tout il en fallait pour tous les goûts et elle n’avait rien à dire sur sa manière de jouer, car chaque notes étaient parfaites de toute façon.

Choisissant alors de jouer à son propre jeu, elle se permit, même si elle trouvait cela bien impoli, de lui répondre pendant sa représentation :

«Excusez-moi de vous interrompre pendant votre morceau, mais sachez que cela n’a strictement rien à voir avec votre âge ou votre rang», commença-t-elle à lancer tout en jouant avec une de ses mèches de cheveux.

Elle reprit aussitôt :

«Voyez-vous, je pense juste qu’un homme, quel qu’il soit, a des façons bien plus élégantes et appropriées de s’adresser à une fille, peu importe son âge.... Enfin..cela n’a pas vraiment d’importance de toute manière», soupira-t-elle longuement... «Je tenais aussi à vous dire que vous jouez merveilleusement du violon».

La jeune fille ne pensait pas qu’elle parlerait autant pour dire si peu dans le fond. Certes, l’admiration qu’elle portait au professeur de musique pendant ses cours n’avait d’égal que l’indifférence qu’elle lui portait en dehors. Et pourtant, il avait l’air mystérieux et intéressant comme personne. Il faudrait sûrement entamer une conversation dans un endroit plus sympathique pour apprendre à se connaître, mais ce n’était pas vraiment le genre de Mio que d’aller à des rendez-vous et encore moins avec un homme...

Flare, sur le pied de guerre, crachait en direction du professeur. Elle n’aimait pas les gens qui s’approchaient un peu trop prêt de Mio. Défensive envers sa maîtresse, il fallait qu’elle connaisse l’individu en personne afin de donner son approbation.
Tentant de la tenir entre ses mains, Mio n’eut d’autres choix que d’élever la voix :

«Flare, tu vas te calmer maintenant ou bien ? Ca suffit hein...»

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Mar 6 Aoû - 11:29

Feel like if i'm dead.
"Mozart ? Symphonie de la mort."




Spoiler:
 



«Excusez-moi de vous interrompre pendant votre morceau, mais sachez que cela n’a strictement rien à voir avec votre âge ou votre rang»

Elle pensait me déranger surement. J’avais été fort impoli en lui adressant la parole pendant qu’elle jouait. Mais savait-elle seulement que cela ne pouvait déranger quelqu’un qui connait son instrument et ses morceaux ? Mimant l’indifférence, je continuais de jouer, tournant à peine les yeux vers elle. C’était rare d’entendre sa voix. Elle était claire, douce, apaisante presque, mais au combien emplit de non assurance et de doutes. Même dans sa musique ça pouvait se sentir, elle n’a pas assez confiance en elle pour avancer correctement, que ce soit socialement, musicalement, ou scolairement. Je décidais cependant de lui accorder un peu d’attention, et désirant lui répondre, j’entrouvris les lèvres pour inspirer longuement, mais je fus coupé par la phrases suivante, elle est impulsive même dans ce genre de situation ?

«Voyez-vous, je pense juste qu’un homme, quel qu’il soit, a des façons bien plus élégantes et appropriées de s’adresser à une fille, peu importe son âge.... Enfin.cela n’a pas vraiment d’importance de toute manière»

Amusant, elle était donc de ce genre de personnage, à attendre de l’attention digne d’une duchesse alors qu’elle se trouvait elle-même dans la même situation que tous les autres ? Jamais je n’eus à faire des courbettes, à personne, même pas à la principale. De l’attention, ok, c’est une chose, mais qu’entendait-elle par ‘Façon élégantes’ ? Il n’y a rien ni personne envers qui je me dois d’être élégant, si ce n’est la musique, mais soucieux de l’appréciation des autres, ne me dois-je pas de faire attention ? … Même pas en rêve !

«Je tenais aussi à vous dire que vous jouez merveilleusement du violon».

Blocage. Je m’arrêtais directement de jouer en écarquillant les yeux… C’était surement les mots les plus perturbant qui m’avaient été donné d’entendre de toute la journée. Personne, jamais personne ne se risquait à dire ça. Alors c’est vrai, elle ne me connaissait pas du tout. Mais pourquoi ça m’énervait à ce point ? Etais-je simplement insatisfait de ma propre personne ? Mais c’était un compliment, alors pourquoi avais-je tant de mal à sourire ? Je me redressais lentement pour la regarder dans les yeux. Là aussi, j’aurai aimé prendre la parole, mais tel un moulin, elle enchaîna de nouveau, pestant sur son familier. Ma main se porta à mon visage, glissant mes doigts dans mes cheveux pour revenir pleinement à moi-même.

« Merci Mio… Tu as un talent certain pour la musique aussi. Mais dis-moi plutôt, comment t’es-tu retrouvé dans cette académie ? Enfin… Si tu veux en parler, je ne veux pas t’indisposer… Princesse… Huhu »

Le dernier mot avait été dit sur un ton légèrement ironique, moqueur, mais ce n’était absolument pas méchant, et cela s’entendait dans le timbre de voix. Elle ne pouvait pas prendre la mouche pour si peu, simple taquinerie d’un prof envers son élève. Mais cette demoiselle était au final assez intrigante. En cours, elle n’ouvrait jamais la bouche, semblait ne porter aucune attention à mes mots ou même à mes gestes, et là dans ce parc, j’avais l’impression de faire face à une personne totalement différente. Qui était-elle réellement ? La personne dans le parc, ou celle en cours, froide, distante et rêveuse ?




Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Mar 6 Aoû - 16:04


   
Une âme Solitaire


« La solitude est la seule amie fidèle que j’ai... »

feat Tsukiyo no Hato

« Merci Mio… Tu as un talent certain pour la musique aussi. Mais dis-moi plutôt, comment t’es-tu retrouvé dans cette académie ? Enfin… Si tu veux en parler, je ne veux pas t’indisposer… Princesse… Huhu »

*Prin...cesse ?*

Mio venait de changer son faciès... S’exténuant à calmer Flare de son agitation envers le professeur de musique, elle fût gênée par ce que venait de dire ce dernier...
Princesse n’était pas un mot qu’elle pensait réentendre un jour... Surtout de la bouche d’un homme, enfin...d’un autre homme !
La petite fille était choquée de ce mot... Elle savait bien qu’il l’avait dit en plaisantant et elle ne le prenait pas mal, loin de là. C’est surtout que c’est le mot qu’elle ne voulait pas entendre... Cela devenait de plus en plus dur de se contenir, d’éviter de pleurer. Néanmoins, ce mot l’avait heurté en plein coeur...
C’était...c’était son père qui l’appelait ainsi quand elle était petite ; avant qu’il ne lui adresse plus la parole et qu’il la laisse grandir seule, préférant l’oublier et la laisser dans les problèmes, plutôt que de l’aider et de la soutenir.
Alors, il est vrai que, d’entendre cet homme l’appeler ainsi l’a dérangeait un peu...
Quelques larmes se mirent à couler le long de ses joues.
D’un revers de sa mitaine, elle essaya de les essuyer, mais ses pleurs commençaient à être de plus en plus abondants...

Evidemment, Tsukiyo avait bel et bien remarqué que la jeune fille pleurait et elle ne savait comment régir face à ses regards déconcertants... Il pensait sûrement qu’elle avait mal prit son ironie alors que ce n’était pas ça. Et puis, elle n’avait pas envie de s’expliquer à ce propos...mais il fallait trouver un mensonge et vite pour qu’il pense que cela n’a rien à voir avec ce qu’il a dit...mais...comment faire ?

«Je...je suis désolée professeur. Je ne me sens pas très bien ces temps-ci, cela n’a rien à voir avec vous...Pardonnez-moi !»

Ne voulant pas causer de problème ou se sentir mal à l’aise de ses pleurs, elle se sentit obliger de se lever et de se retourner, dos au professeur, afin d’éviter de se montrer un peu plus son mal-être.
Mio ‘n’avait pas l’habitude de se montrer ainsi devant les gens. En règle général, elle pleurait seule dans sa chambre, à l’abris des regards et des moqueries. A son arrivée au pensionnat, elle pleurait toutes les nuits et ses petites camarades de l’époque la traitait sans arrêt de pleurnicheuse, alors la petite brune avait dû apprendre à être forte et à surpasser ses propres sentiments afin de créer une coquille vide et froide.

Il fallait passer à autre chose, Mio était plus forte que ça au fond d’elle. Pourquoi se laisser abattre aussi facilement...?
D’un geste brusque elle se crispa sur elle-même, arrêta net de pleurer et se retourna à nouveau avant de prendre la parole, dans un grand sourire que tout le monde aurait vu de faux :

«Désolée de ce moment un peu gênant professeur. Donc pour répondre à votre question, je n’ai aucun problème à vous la raconter, mais je meurs de soif avant...»

Certes, elle allait lui parler de son arrivée au pensionnat, mais il lui fallait réfléchir à quelques détails inventés avant, car elle ne pouvait se permettre de dire toute la vérité sur son passé.

«Je vous offre quelque chose à boire ?»


© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Noriiko Shimazu

Féminin
Messages : 3616
Kamas : 10404
Date d'inscription : 14/05/2013
Humeur : RAS
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d'or
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪

MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato) Lun 9 Sep - 13:30

Tsukiyo, es-tu absent ?

Si tel n'est pas le cas, merci de répondre rapidement, sinon le RP sera considéré comme abandonné.

[Comme d'hab, je supprimerai mon message dès que le RP aura repris]


EDIT du 19/09 : RP considéré comme abandonné, placé dans les archives

════════════════════
Mes cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato)

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Une Âme Solitaire (PV : Tsukiyo no Hato)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sashiburi dana, Hato... [PV Tsukiyo no Hato]
» Un nouveau départ (PV Tsukiyo no Hato) [clos]
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Rêverie solitaire
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-