Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Dim 24 Nov - 19:19
















 ❝ Quand le démon tend ses ailes ❞
~ Minaku tashiti & Kyoya Hibari ~




Sifflotant, je marchais dans la ville sans but, sans obstacle, restant sereine à la vu de tant de gens qui un jour, allait certainement mourir. Je m'amusais à définir la mort de chacun... Jeu idiot? Serte mais, je n'avais franchement rien d'autre à faire... Il y avait un peu de vent mais, rien de bien fort, la journée était ensoleillée et la chaleur attirée les enfants aux marchands de glaces ce trouvant un peu partout dans les environs. Ce fût assez étonnant de voir un jour aussi chaut en plein autonome.

Je frottai mon front qui était en sueur, j'avais du courir pour échapper à une bande de gamin. Épuisé, je m'écrasai sûr un banc.

Pfouiii, j'en peux plus!

Depuis quelque temps, j'ai du mal à dormir et je m'épuise facilement. Les enfants couraient, jouaient, tant de bruit me donnai un mal de tête des plus ignobles. Un ballon arriva à mes pieds et j'entendis:

Et madame, pouvez-vous nous le lancer s'il vous plaie!


Je relevai la tête, les regardant, les observant. Eux, furent effraye un voyant mon regard démoniaque. Quand je regardais de nouvelles personne, j'avais pris un "tic" de faire un regard terrifiant et le faite d'avoir les yeux rouges n'arrangeait pas les choses. Certaine personne avait lancé une rumeur comme quoi que qui compte croiserais mon regard se transformerait en pierre. Cela me rappelai la phrase que ma mère me disait: "Ne regarde personne...non...sinon son coeur deviendra pierre" dans un sens, c'est vraie, je m'en rends compte maintenant. Je n'avais même plus la force de pleurer, j'avais versé toutes mes larmes dans mon enfance.
Grâce à mon nouveau pouvoir, j'avais obtenu la flexibilité d'un chat et je montai sans problème à un arbre. Une grosse branche si trouvais et j'en profitai pour m'allonger délicatement dessus. Mes yeux devinrent lourd et je ne pus m'empêcher de les fermer et de m'endormir tout en restant sereine et confiante.

Dans mon rêve, se trouvait des ombres , des ombres souillé par les ténèbres et réclamant vengeance. Puis, au loin, j'apercevais une silhouette familière si proche et...si loin à la fois. Je tendis la main pour la toucher mais, je n'y arrivais pas et ma main tomba et moi avec. Une chute qui ne cessait pas, une chute dans les ténèbres. Je criais de toutes mes forces, mais aucun son ne sorti, je ne pouvais plus parler, autour de moi, défilant à toutes à lure, des yeux et des bouches tordantes effrayantes. Une chute éternelle, telle était mon destin. Petit à petit, elle semblait réelle. Mes yeux s'ouvrir en panique, j'étais vraiment en train de tomber mais, il fut trop tard pour que me tomber normalement. De plus, l'arbre choisi devait être le plus grand du parc, et il y a des chances en tombant sur le dos de me paralyser à vie ou pire.... Je fermai les yeux, ayant peur, je me rattraperais à n'importe quoi. Je me mis presque en position futal. Quelque larmes coulèrent de mes yeux fermé. La vitesse était impressionnante. Il était presque sûr que je mourais.  Ce n'était pas si grave, Je manquerais peut être à quelque personne mais, ils s'en remettront et ma famille de m'aimait pas. Était-ce la fin?J'étais prête.

Je savais que ça n'allait pas tarder. Mais, je sol n'étais pas aussi dur que je l'avais imaginé. Je sentais autres chose, mais j'attendis un peu avant d'ouvrir les yeux de peur de me voir dans l’au-delà. Quelque chose se trouvait en dessous de mes genoux et ma tête était posé que une plaque confortable. J’ouvris les yeux tous en tremblant. Je ne vis au dépars que du flou puis, mes genoux. Un bras s'y trouvait et je j'entendais maintenant un bruit rythmique, un bruit de tambour, comme...Un cœur. Je sentais un souffle, un souffle chaud. Je compris que quelqu'un m'avait sauvé. Ma tête se trouvait sur un torse. Je ne savais que dire et j'avais peur de parler. Ma main, s'en le vouloir, accrocha le tee-shirt de l'inconnue et le serra fort, si fort que j'en avait mal . Je ne dis plus rien, je n'osais pas bouger la tête, bizarrement, je voulais rester là pour me répéter que j’existai encore.

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Ven 29 Nov - 4:00

Il ne savait pas que c’était possible, ne pas avoir cours de l’après midi semblait faire comme un vide en lui. Ce n’est pas qu’il appréciait particulièrement les cours, juste qu’il avait prit l’habitude maintenant depuis presque deux moi de suivre des cours la journée et il ne savait pas vraiment quoi faire de cette après midi de libre. Kyoya réfléchit à la meilleure manière d’occuper ce temps qu’on lui laissait, pour une fois il avait réussi à faire tous ses devoirs en avance et les cours de demain n’étaient pas des  matières qui le mettaient dans le rouge. La bibliothèque serait certainement un endroit parfait pour lui, calme et surtout rempli d’informations. Son but étant tout de même de trouver n’importe quels indices concernant son ennemi juré, la grande bibliothèque de Tadakai semblait toute indiquée pour l’aider dans cette tâche. Il était assis au réfectoire, mangeant seul et isolé de tous comme à son habitude. Le petit hérisson mangeait dans une petite assiette à part, Kyoya lui donnait un peu de son plat et cela parfois attirait l’attention de certains élèves trouvant certainement cette scène parfaitement irréaliste. L’élève froid et solitaire qui faisait preuve d’attention envers son petit familier était sans doute un spectacle inédit et cela en étonnait plus d’un. Pour le jeune homme tout cela lui passait au dessus, ce que les autres pensaient de lui n’était pas une source de discussion. Tant que personne ne venait le déranger il ne dirait rien ou ne ferait rien, on lui avait appris à rester maitre de lui et de faire fi de ce qui se passait aux alentours. Il avait déjà assez de problème pour ne pas s’en rajouter d’avantage, de toute façon pour le faire sortir de ses gonds il faudrait une bonne dose de courage ! Des nerfs d’acier et un esprit rudement entrainé renforçait encore plus son côté froid et rendait presque impossible de transpercer les murs qu’il dressait entre lui et le monde. Ne pas laisser place aux sentiments, ne pas éprouver une trop grande compassion qui pourrait mener à une quelconque forme d’amitié. C’était triste, il en convenait et lui même s’en sentait affecté mais il ne pouvait faire autrement ! Depuis le traumatisme qu’il avait vécu, il ne voulait plus éprouver le moindre sentiment d’affection et encore moins d’amour envers qui que ce soit. Si jamais il s’écartait de cette voie l’homme en noir pourrait viser ces personnes innocentes pour utiliser ses sentiments et le faire souffrir encore plus car tel était son but, faire souffrir le jeune homme. Kyoya Hibari chassa cette image de son  esprit, Roll le regardait de ses petits yeux emplit de compassion, lui au moins était honnête envers son entourage. Le petit familier adorait son maitre et il le lui montrait tous les jours, à tous les instants, une petite créature au cœur immense, comme s’il essayait de compenser la nature froide et triste que renvoyait son maitre. Toujours gentil, toujours à l’écoute des autres, se montrant doux et aimant le petit hérisson faisait tout pour que son maitre rencontre des personnes aptes à le changer un peu, à lui apprendre qu’il pouvait trouver le bonheur et s’accorder d’avoir des amis. Kyoya savait bien cela, et il le laissait faire, ce qui était assez étrange mais il ne pouvait pas empêcher son familier de faire ce qu’il voulait…c’était comme s’il avait l’impression que s’il bridait son familier il risquait de perdre une partie de lui même…une partie importante.

Le repas fini, le jeune homme se leva et prit son hérisson dans ses mains pour le disposer sur son épaule, sa place désormais incontestable. Débarrassant son plateau, Kyoya observa quelques regards d’élèves qui se tournèrent immédiatement dès qu’il croisait les yeux, mélange de gris et de bleu, de l’Hibari. Il sortit de la grande salle pour se diriger d’un pas calme vers son but : la bibliothèque. Enfin il allait pouvoir continuer ses recherches dans cet endroit regorgeant de savoir et de connaissance, il pressa un peu le pas. Sillonnant à travers la masse d’élève tel un chat, agile et silencieux il put traverser sans encombre cet obstacle, la plupart des élèves n’allaient pas aller à al bibliothèque à cette heure-ci ce qui lui permettrait d’être tranquille un moment. Il essayait de se remémorer ses dernières recherches : il avait été jusqu’à fouiller certain ouvrage relatant de l’origine de la magie en Ireland, il avait également consulté la divination d’Europe centrale et était même passé faire un tour par le folklore et les croyance de Norvège. Aujourd’hui il comptait se concentrer sur l’Amérique car il avait lut que certaines créatures magiques d’Europe avaient migrés durant une période pouvant correspondre aux origines de l’homme en noir, car il n’avait aucun doute là dessus il n’était pas un homme…ou alors il ne l’était plus. La seule image qu’il gardait de lui est un long manteau à capuche entièrement noir qui cachait les trois quarts de son visage. Il fallait qu’il trouve ses origines, qu’il découvre son identité et ensuite il pourrait trouver des failles et des points faibles pour lancer sa contre attaque. Tout en pensant à tout cela il arriva devant la grande porte en bois massif et magnifiquement sculpter de la bibliothèque. Elle était fermée ce qui était assez étrange mais un mot en caractère magique apparu devant lui, au fur et à mesure qu’il le lut il vit s’envoler ses espoirs mais rien ne se passa sur son visage, seulement en intérieur. Il ne comprenait pas bien le but d’un « inventaire » mais il se dit que ce devait être important pour fermer un lieu aussi utile que celui-ci pendant 2 jours. Il resta quelques secondes à admirer la majesté de la porte fermée puis il tourna les talons et partis dans une direction quelconque, sans but pour cette après midi il se demandait bien comment allait-il s’occuper…un groupe d’ami passa à côté de lui et mentionnèrent d’aller s’amuser en ville. L’amusement, encore un mot avec lequel il avait du mal et surtout qu’il ne comprenait pas…ou plutôt qu’il ne voulait pas comprendre. En réalité il savait ce que c’était et il aurait bien aimé pouvoir faire partie de ce monde de jeu et de détente, mais ce n’est pas comme ça que le mage noir serait arrêté, ce n’est pas comme ça qu’il allait pouvoir devenir plus fort. Et rien qu’en pensant cela il se fit mal, un être luttant contre ses propres désirs, s’interdisant la moindres distraction, le moindre sentiment, la moindre chose que son esprit considérait comme inutile et/ou source de malheur. Mais c’est ainsi qu’il devait vivre, c’était sa voie et il ne pourrait changer aussi facilement, c’était triste voir pathétique mais comment raisonner une personne comme lui ? Comment lui faire comprendre ce qu’est le véritable sens de la vie ? Seul face à cette demi journée de libre il se rendit compte à quel point il était seul, comme d’habitude son visage resta impassible mais à l’intérieur de lui son cœur pleura de solitude…Roll comprit immédiatement et il sauta de son épaule pour gambader et courir vers se groupe qui semblait se diriger vers un arrêt de bus. Kyoya du le suivre, le petit hérisson n’y paraissait pas mais il était plutôt rapide et il sauta dans le même transport que les élèves Tadakien qui comprirent que Kyoya c’était fait avoir par son familier et certains lui adressèrent un sourire, il se contenta de leur rendre une expression parfaitement neutre et froide. Fort heureusement pour lui, il avait prit un peu d’argent sur lui, il put donc payer le bus. Son familier sur l’épaule Kyoya Hibari partit pour le centre ville malgré lui.

Le voyage se passa tranquillement, le jeune homme resta debout tout le long, préférant laisser sa place, de toute façon celles-ci furent vite remplies. Il ne savait pas ce que comptait faire son familier, avait-il un but pour le conduire en ville ou voulait-il simplement découvrir ce qui se tramait à l’extérieur de l’enceinte de l’académie ? Il est vrai que Kyoya n’était pas trop au fait de ce qu’il se passait aux alentours de l’académie, préférant de loin rester dans l’enceinte de l’immense école. A quoi cela servait d’aller en ville tout ce dont il avait besoin se trouvait à l’académie : un lit, la bibliothèque et des lieux où il pouvait s’entrainer tranquillement sans être dérangé par des regards indiscrets. Il n’y avait rien d’autre que le jeune homme désirait, il vivait simplement dans le but de renforcer ses capacités et devenir un mage assez fort pour vaincre l’homme en noir, ce qu’il ferait de sa vie s’il atteignait se but n’était pas dans son esprit, au lieu de s’occuper d’un future peut-être révolu ou de rêver inutilement il préférait se concentrer sur son objectif. Perdu dans sa réflexion et ses plans Kyoya ne put empêcher Roll de sauter en dehors du bus à un arrêt, le jeune homme eut juste le temps de sauter hors du moyen de transport avant que les portes ne se ferment. D’une roulade il se réceptionna et ainsi se redressa sans aucune blessure juste un peu de poussière sur ses vêtements qu’il enleva en époussetant rapidement de ses mains son costume noir. Son familier le regarda, un air désolé sur sa petite frimousse et le jeune homme soupira en secouant sa tête et il fit un mouvement de tête à son hérisson lui signifiant qu’il pouvait aller gambader dans le parc qui s’offrait à lui. Il l’avait bien comprit maintenant qu’il cherchait à changer d’air et de paysage et bien que cela soit un peu déroutant pour l’Hibari, celui-ci laissa son compagnon faire. Il éprouvait un sentiment fort envers lui car c’était une partie de son âme, la seul « personne » à qui il montrait tant de gentillesse et de tolérance. Le familier fut sauta sur l’épaule de son maitre et enfoui sa truffe humide dans son oreille pour le remercier de sa gentillesse et il descendit de l’épaule d’un bond et rejoignit l’herbe verte qui ravit ses pattes et son corps de leurs caresses chatouilleuse et douce. Il gambada, explorateur et joueur, comme un enfant qui arrive dans un parc d’attraction pour la première fois. Kyoya le suivait en marchant doucement et conservant son expression impassible. Il observait la diversité de la population de ce parc, beaucoup de jeune personne, certains courraient pour maintenir leur forme, d’autres se prélassaient sur les bancs ou dans l’herbe profitant des rayons flatteurs du soleil. Roll s’arrêta prêt d’un arbre, il aperçu une jeune femme dormant sur une branche vraiment éloignée du sol et il sourit en voyant cette scène touchante et innocente. Kyoya, lui, y vit plutôt un réel danger et si elle tombait comment ferait-elle pour se rattraper. Une réflexion lui apparu : si elle était montait la haut c’est qu’elle était sûre de son coup donc il n’y avait pas à s’inquiéter. Il tourna les talons et admira le paysage mais surtout l’harmonie semblant régner sur ce parc, on aurait dit que rien ne pourrait troubler la quiétude qu’inspirait l’ensemble de ce lieu. Roll couina, ce n’était pas de joie comme à son habitude mais bien de panique. Le jeune homme fit volte face vivement, sur ses gardes et les yeux analysant la situation. Le hérisson sautait sur place en regardant vers la cime de l’arbre ce qui indiquait que la situation qui l’alarmait ce passait en haut et en effet ce n’était pas très réjouissant. Kyoya observa la scène, la jeune fille tombait mais ne semblait pas prête pour se sortir de là, elle semblait presque se résoudre à son sort et presque à sa mort, expirant entre ses dents serrées le jeune Hibari se concentrait pour calculer le bon moment pour la réceptionner. Les muscles tendus et le buste penché vers l’avant il était prêt à bondir lorsque le moment serait le plus opportun. Le corps frêle tombait et gagnait en vitesse elle était maintenant à 3 m du sol ce fut à ce moment que le mage prit appui sur le sol pour se propulser en l’air afin d’intercepter la chute de la demoiselle et ainsi lui éviter une bien triste fin. Passant son bras droit sous ses genoux et l’autre agrippant son épaule, il fit en sorte d’accompagner le mouvement de la jeune femme afin de lui faire subir un choc le moins important possible. Elle fermait les yeux mais sembla surprise par son atterrissage, elle ne devait pas s’attendre à ce qu’il soit doux et plutôt …vivant ! Se réceptionnant en plissant les genoux afin de répartir le mieux possible les efforts, Kyoya avait atterri avec le plus de douceur possible. La jeune femme s’agrippait à lui, devait-elle se rassurer ou alors était-ce de peur qu’elle se tenait à lui…peur de la mort ou de la vie ?

Quoi qu’il en soit, le jeune homme ne la lâcha pas, elle devait-être en état de choc et tant qu’elle ne lâcherait pas prise et qu’il ne soit pas sûr qu’elle avait retrouvé ses esprits, il ne la laisserais pas. On lui avait enseigné chez lui, lorsqu’il officiait ne tant que gardien de la ville, à ne jamais laisser une personne en état de choc, toujours s’assurer qu’elle a retrouvé ses capacités cognitives et motrices avant de la laisser, c’était la base. Il laissa un petit silence s’installer, Roll les rejoints vite et sauta sur l’épaule droite de Kyoya, observant avec une mine inquiète le visage crispé de peur de la jeune femme.

« Tout va bien, as tu mal quelque part ? Te sens tu capable de marcher ou tu as besoin d’un peu plus de temps ? »

Kyoya rejoignit un banc libre, un des rares en cette période de l’après midi, et l’a fit s’asseoir à côté de lui avec le plus de délicatesse possible, faisant bien attention de ne pas la brusquer, c’était primordial pour lui et pour elle. Roll vint se poser sur les cuisses de la jeune femme, essayant de la réconforter de sa chaleur et de sa douceur, c’était son rôle d’être le coéquipier de Kyoya, de l’aider dans toutes situations. Comme à son habitude, le familier avait rentré ses piques rendant son dos doux et soyeux.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Sam 30 Nov - 10:38
















 ❝ Quand le démon tend ses ailes ❞
~ Minaku tashiti & Kyoya Hibari ~




Mon corps entier tremblait, mais...de quoi avait-je si peur ? J'étais vivante, vivante et encore... Peut-être était ce rêve ou tout simplement ma chute? Ces questions restaient sans réponse. Curieusement, des larmes coulaient de mes yeux. Je ne le lâchai pas et étrangement, lui non plus, il semblait attendre, je devais être un poids. Je ne le regardais pas, je pensais que si je le faisais, il prendrait peur et je n'avais pas besoin de ça a pour l'instant. Ses douces paroles me ramenèrent à l'instant et j'entendis une voix rassurante m'interpeller :



Tout va bien, as tu mal quelque part ? Te sens tu capable de marcher ou tu as besoin d'un peu plus de temps ?


En réalité, j'avais une douleur horrible à la jambe droite mais, je ne dis rien, je n'en avais pas la force. Le jeune homme se mit à bouger, je le sentis, je restai cependant muet, muet de peur. On me posa délicatement sur un banc. Un frisson me parcouru au contacte de la matière. Je suis désolé, apparemment, mon heure n'était toujours pas venu et je devrai attendre. Je sais très bien que c'est tous qu'attend ma famille, que leur déshonneur descende bruler en enfer...Désolé père, mère, désolé de vous avoirs encore humilié. Assise, mon regard toujours fermé, était intérieurement vide, je ne voulais pas qu'il me vois, pas maintenant. À ce moment-là, je regrette d'avoir coupé ma mèche qui cachait mes yeux sanglants. Quelque chose monta sur mes genoux tremblant. Ne cherchant pas à savoir ce que cela pouvait être, je posai ma main dessus. Pas une caresse, juste un touché. Toutes ces phrases me revenaient en tête: "Tu ne sers décisivement à rien" "Tu nous déshonore!" "Ne va jamais à l'extérieure sans mettre ta mèche devant tes yeux sales!". Je me croyais plus forte que cela, mais, je me rends compte qu'en fait, je ne suis qu'une idiote qui n'arrive même pas à articuler un mot. Je tournai la tête à l'opposé du jeune homme et ouvrit mes yeux sans qu'il puisse les voir.

Je...Nan...C'est bon tout va bien...


Mauvaise menteuse ? Sûrement in-crédible ! J'avais toujours une douleur à la jambe et j'eu crus que son familier l'avait deviné. Je me l'avais peut-être fracturé dans ma chute. Je regardai son familier, la tête basse, le regard vide. Je ne comprenais plus rien, pourquoi étais-je si troublé ? Mon cauchemars ? D'avoir frôlé ou raté ma mort ? Pourquoi est-ce que les larmes me montent-elles au yeux? Sans m'en rendre compte, une larme s'écrasa sur le familier de l'inconnue qui me surpris moi-même. Sans perdre mon temps, j'allai les essuyer et ayant peur qu'il fasse un commentaire là-dessus, je dis aussi rapidement, n'arrivant pas à exprimer ma gratitude:



Tu n'aurais pas dû me sauver...


Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Mer 11 Déc - 9:53


Dans un regard observateur, Kyoya analysa le comportement de la jeune femme assise et semblant beaucoup plus affecté qu’il ne l’aurait pensé au premier abord, mais il n’arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui la faisait trembler ainsi. N’y croyait-elle pas ? Pensait-elle que ce n’était qu’un rêve et qu’elle allait mourir ? Le choc avait donc été si rude pour ses nerfs ? Roll en bougeant sur ses jambes remarqua une tension et des pulsions dans sa jambe, il s’assura tout de même qu’il ne se trompait pas sur son premier diagnostic. Le magicien se contentait d’observer la chevelure que lui présentait l’inconnue, longeant telle une cascade de lumière son visage fin et très blanc que quelques larmes venait caresser. Les yeux gris-bleu vinrent à la rencontre de ce cuir si impérieux, remarquant la magnificence de cette couleur blanc-argent qui ne cessait de briller sous les rayons chauds et taquins du soleil. Il le voyait bien, enfin il le sentait, elle pleurait et cela ne le gêna pas plus que cela, bien qu’il est vrai qu’il n’aimait pas trop se genre de situation il devait faire avec. En même temps il n’avait pas le choix, ce n’était pas le moment de se sentir troublé ou de reculer, il l’avait sauvé et maintenant c’était son devoir d’assumer cet acte. D’autant plus que face à cette détresse il ne pouvait pas se résoudre à la laisser, tant qu’elle n’irait pas mieux il ne la laisserait pas seule. Il n’aimait pas juger les gens sans trop les connaitre mais il présumait que la jeune femme n’avait pas eu une vie simple et normale ou alors elle était trop émotive…mais comme lui, elle semblait porter un fardeau en elle. En tout cas c’est ce que pensait Kyoya et il essayait de ne pas trop conserver cette impression pour qu’elle prédomine en lui, mais il la garda en tête. Une question resta tout de même bien présente, pourquoi se retournait-elle. Avait-elle honte de ses larmes à se point, il est vrai que pour quelqu’un d’impassible et de froid comme Kyoya cela semblait un peu irréaliste mais il savait aussi se regarder avec un certain recul. Il n’avait pas non plus eut une enfance et une éducation normale, donc la plupart des valeurs communes inculquées aux personnes lambda ne s’appliquent pas forcément au magicien, donc il pouvait tout de même comprendre qu’il y est une certaine gêne à pleurer bien qu’il ne comprenait pas pourquoi. On lui avait appris à ne pas être brusque ou trop direct face à une personne en proie aux larmes et à la peur, être compréhensif et surtout parler calmement voir tendrement. Cette dernière partie lui était bien entendu impossible mais il essayerait de faire son possible pour ne pas trop rendre la situation pire qu’elle ne l’était pour la jeune femme. Roll se vit recouvrir de la main douce et blanche de l’inconnue qui ne pouvait toujours pas se décider à regarder son sauveur. Elle trouva assez de courage pour lui répondre sur son état mais pas assez pour pouvoir le dire en face, au contraire elle se tourna afin de cacher complétement son visage triste de la vue du jeune homme. Sa voie tremblante et hésitante interpella Kyoya qui fronça légèrement les sourcils, c’était trop peu crédible à ses yeux et il jeta un coup d’œil à Roll qui lui fit comprendre d’un hochement de tête puis d’un petit appui de sa patte sur la cuisse de la jeune femme pour lui faire comprendre qu’elle ne semblait pas aller aussi bien. Soupirant doucement il passa sa main dans sa chevelure, réfléchissant à ce que pouvait bien être cette douleur. Il hésita à l’examiner puisqu’apparemment elle était toujours en état de choc et une examination serait forcément accompagnée d’une douleur. Pour le moment il se contenterait de l’observer et d’essayer du mieux possible de la rassurer.

Le petit familier renifla la peau de la jeune fille, il aimait bien sentir les différentes personnes que son maitre croisait, c’était devenue une habitude maintenant pour lui. Cependant il remarqua que quelque chose n’allait pas, il leva sa petite tête et planta ses yeux pleins de compassion dans ceux brumeux de la jeune femme. Tant de larme pour une si jeune femme, cela ne plaisait pas trop au petit hérisson qui était attristé de la voir ainsi. Il avait le cœur sur la main et était aussi très émotif, il se déplaça donc doucement le long de la cuisse de la jeune femme jusqu’à arriver à son ventre et monta sur celui-ci se tenant debout sur ses pattes arrières. Il ne pourrait monter plus haut mais il voulait qu’elle la câline pour apaiser sa peine. Une larme salée et douloureuse vint frapper de plein fouet la truffe de l’animal qui la fit frétiller en couinant de surprise. Les paroles de la jeune femme lui firent afficher une mine des plus attristé et les larmes aussi se mirent à envahir les petits yeux du familier, très affecté par l’état mental et physique de cette inconnue en proie à un désespoir assez choquant. Kyoya, lui, soupira de plus belle et sans le cacher. Il se revit pendant quelques instants enfant lorsqu’il avait eu la même réflexion au moment où Hisoka l’avait sauvé : ses parents morts il n’avait trouvé aucune raison de vivre et avait souhaité mettre fin à ses jours…mais cette idée était très vite partie grâce à certains Hibari qui lui avaient montré et fait comprendre à quel point il était important qu’il vive. Il saisit un mouchoir en soie de sa poche et essuya les joues de la jeune femme puis déposa ce mouchoir dans sa main. Il se leva et s’accroupit en face de l’inconnue toujours triste et déboussolée et il essaya de parler doucement de sa voie neutre, plantant son regard froid mais légèrement compatissant dans les yeux rouges qu’elle ne cachait plus :


« La vie est cruelle, froide et certainement une des épreuves les plus difficile de notre existence. J’ai moi aussi pu goûter à l’amertume qu’elle sert sans pitié, et j’ai moi aussi un jour prononcé et pensé ce genre de chose. Je ne prétend pas comprendre exactement ce que tu ressens, ni n’essaye de te faire changer d’avis. Cependant je peux te dire une chose…la manière dont tu t’es accrochée à moi n’était pas un signe d’une personne qui ne voulait pas être sauvée. Maintenant, si tu décides que ta vie n’en vaut pas la peine je ne pourrais rien dire puisque je ne te connaît pas assez pour cela…mais sincèrement…je pense que se serait une chose que tu risque de regretter…Bon, j’ai bien compris que tu avais une douleur à la jambe, j’ai un peu d’expérience dans le domaine des blessures mineurs, je vais essayer de voir ce que tu as…m’autorises tu à examiner ta jambe ? »

Il ne quitta pas son visage de marbre, restant fixé, accroché à ses yeux rouges comme hypnotisés par leur magnificence et le mystère qui semblait les entourer. Le petit hérisson se posa de toute sa hauteur contre la jeune femme afin de lui donner une chaleur se voulant rassurante. Le jeune homme n’était sans doute pas très doué pour réconforter les âmes en détresses mais il avait vraiment fait de son mieux pour l’aider à se sentir mieux. Bien que ses dires pouvaient sembler assez détachés et neutres, ses yeux essayaient d’envoyer un message visant à rassurer la jeune femme. Il n’était pas là pour juger, pour condamner ou pour sermonner. Il l’avait sauvé et maintenant il devait s’occuper d’elle jusqu’au bout, si elle ne le souhaitait pas il la laisserait tranquille. Ainsi raisonnait Kyoya Hibari, respectant les volontés de chacun le mieux possible, ne prenant jamais ou presque parti, ne faisant jamais ou presque intervenir ses sentiments personnels. Il avait appris combien il était difficile de comprendre ce que pouvait ressentir des personnes désespérées, tristes ou accablées mais il c’était toujours efforcer à ne jamais les prendre en pitié ou à les plaindre ! Lui aussi avait vécu des choses difficiles et il s’en était relevé, bien entendu il ne voulait pas que tous soient comme lui, il souhaitait juste que ses personnes suivent le chemin qu’elles avaient choisit et que c’était consciemment qu’elles les empruntaient ! Il inspira discrètement et coupa le silence une nouvelle fois de sa voie neutre :

« Je ne me suis pas présenté, pardonnes moi de cette impolitesse. Je suis Kyoya Hibari, enchanté de te connaître et lui c’est Roll mon animal de compagnie… »

Ne sachant pas si la jeune fille était une mage ou non, en tout cas il n’avait pas réussi à le déterminer pour le moment, il préféra essayer de rester le plus discret concernant Tadakai en extérieur c’était une des règles de l’école et même du monde magique que ne de ne pas révéler son existence aux humains sans pouvoir !

[HRP : pardon pour le retard ><]
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Jeu 12 Déc - 19:34
















 ❝ Quand le démon tend ses ailes ❞
~ Minaku tashiti & Kyoya Hibari ~



J'avais beau le vouloir mais, mes larmes ne cessèrent de couler. La faiblesse est quelque chose dont je déteste et c'est ce que je suis. Je suis née dans le dégout, quand ma famille de regardait, j'avais l’impression d'avoir la peste et pour me punir du monde, ils n'ont trouvé de mieux que de m'enfermer pour me couper du monde. Ils me répétaient tout les jour l'ordure que je suis et que s'il s’occupaient de moi, se n'était seulement par devoir. Ils aimeraient tout de même que je me filliancie avec le fils d'autre famille noble. Le mariage arrangé? Laissé moi rire, qui acepteré? Moi, je refuserez. Ils ont voulu se débarrasser de moi, qu'il assume. Un mouchoir se passa sur ma joue puis, entre mes mains. Je releva la tête, nos yeux se croisèrent, comme un éclair. Je ne pus me décoller de son regard d'une certaine manière froide.

« La vie est cruelle, froide et certainement une des épreuves les plus difficile de notre existence. J’ai moi aussi pu goûter à l’amertume qu’elle sert sans pitié, et j’ai moi aussi un jour prononcé et pensé ce genre de chose. Je ne prétend pas comprendre exactement ce que tu ressens, ni n’essaye de te faire changer d’avis. Cependant je peux te dire une chose…la manière dont tu t’es accrochée à moi n’était pas un signe d’une personne qui ne voulait pas être sauvée. Maintenant, si tu décides que ta vie n’en vaut pas la peine je ne pourrais rien dire puisque je ne te connaît pas assez pour cela…mais sincèrement…je pense que se serait une chose que tu risque de regretter…Bon, j’ai bien compris que tu avais une douleur à la jambe, j’ai un peu d’expérience dans le domaine des blessures mineurs, je vais essayer de voir ce que tu as…m’autorises tu à examiner ta jambe ? »


Ma jambe? Comment savait-il? Je sais que je ne suis pas une bonne menteuse mais à se point! J'étais crispé et ne sachant pas comment l'évacuer, je me pinçai le doigt tellement fort que je le fis saigner. Il avait raison. Que voulais-je? Que répondre à une vérité si franchement parlé.

Je ne me suis pas présenté, pardonnes moi de cette impolitesse. Je suis Kyoya Hibari, enchanté de te connaître et lui c’est Roll mon animal de compagnie…    


Après mure réflexion, je regardai son "animal de compagnie" qui ne semblait pas être ce qui devait être. Pour moi, il avait une conscience trop développé des choses. Je lui lançai un regard étrange, l’examinant. Je dis d'une voie basse et faible qui n'exprimait pas vraiment de sentiment:  

Vraiment? J'aurais pourtant crue que c'était un.....

Et m****! J'avais trop parlé, il fallait que je corrige ma phrase sans tardé, je lachai un petit "Nan rien, oublie ce que j'ai dit" pour me rattraper, je ne voulais pas avoir d'ennui avec Tadakai. Que dire de plus? Ma jambe... ou bien alors me contenter de sourire et de lui dire "dégage"? Pourtant, je ne peux pas me mentir à moi même et je sais bien que j'aimerais avoir de l'aide, de l'aide. Je crie à l'aide tout les jours. Je me noie dans se monde qui m'étouffe.

Je m'appelle Minaku, Minaku tashiti...


Je fis un signe de tête voulant dire "oui". Il s’agissait d'une autorisation pour que ce jeune homme examine ma jambe... Je regardai la bête qui, étant sur ses deux pattes arrière, cherchait réconfort.

Vous avez certainement raison et je pense que vous savez ce que vous dîtes mais en quelque seconde, je fus entre la vie et la mort. En quelque seconde, tout à refais surface et m'a engloutie, en quelque seconde, j'ai vu mon destin, en quelque seconde, j'ai vu ma mort.

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Mer 5 Fév - 21:36

Sans lâcher la jeune femme de son regard neutre, Kyoya observa ses réactions avec attention et calme, il était persuadé qu’elle cachait en elle une lourde peine et il essayait de déchiffrer quel était le poids de celle-ci. En effet, vouloir mourir ou en tout cas ne pas vouloir se faire sauver impliquait forcément une volonté de fuir la vie dure et cruelle. Mais que fuyait-elle ? Les cours ? Le travail ? La famille ? Un secret trop difficile à conserver et qui la rongeait ? Malheureusement avec si peu d’éléments sur elle il ne pouvait rien en déduire de plus, et il savait qu’il serait très déplacé et surtout inconvenu de lui poser des questions sur ce sujet. Elle venait de frôler la mort et était, apparemment, en proie à un conflit interne ; si l’on rajoutait à cela sa douleur à la jambe on ne pouvait lui en vouloir de craquer et de ne pouvoir arrêter de pleurer. Le jeune mage n’était pas vraiment touché par cette scène, en vérité même si voir une personne pleurer avec cette intensité le gênait un peu, il n’en était pas moins attendris, c’est juste que le fait est que lorsqu’il avait rattrapé la jeune femme dans sa chute, inconsciemment c’était accrochée à lui avec une telle volonté qu’il savait qu’elle avait besoin d’aide. Alors il allait essayer de faire son possible pour l’aider au moins à remarcher et il la laisserait partir que lorsqu’il serait sûr et certain qu’elle n ‘était pas remise de ses émotions. Un défis de taille pour l’Hibari qui n’était, en générale, pas doué voir maladroit pour ce genre de chose. Mais il l’avait sauvé, c’était donc de ça responsabilité à présent et il allait faire tout ce qui était en son pouvoir afin d’aider cette jeune femme à affronter cette épreuve. Ses larmes se calmèrent légèrement, il ne savait pas si son discours avait eut un réel impact sur sa réflexion mais ce qui était certain c’est que le jeune homme avait enfin réussi à capter l’entière attention de la demoiselle avec ses paroles. Jusqu’alors elle c’était contentée d’éviter son regard, cachant au mieux des larmes qu’elle devait considérer comme honteuse, et de ne répondre que par des phrases brèves et entrecoupées. Il revoyait à l’intérieur de ses pupilles écarlates d’une beauté presque effrayante, le même regard désemparé et affreusement triste qu’il avait eut autrefois. Et c’est peut-être également pour cette raison qu’il souhaitait l’aider au mieux.

La voyant se crisper lors de sa remarque concernant sa jambe, Kyoya compris vite qu’elle se sentait certainement percée à jour et que cela ne l’enchantait pas forcément. Elle aurait peut-être voulu qu’il ne le découvre pas, qu’il ne l’ai pas remarqué, ou alors c’était parce qu’elle éprouvait une certaine amertume à se faire analyser si facilement ? Là encore il ne pouvait pas vraiment répondre à cette question qu’il laissa donc en suspens, pour le moment il avait des choses plus importante en tête. Il semblait que la frustration de la belle aux yeux de feu allait crescendo puisqu’elle se pinça la chaire avec une insistance féroce jusqu’à aller entailler sa magnifique peau blanche qui se souilla rapidement d’un filet rouge rappelant ses pupilles toujours embrumée de larme. L’avait-il vexé ou était-elle en colère contre elle même, c’était tout aussi frustrant pour lui de ne pas savoir ce qu’elle avait en tête, surtout qu’en générale les personnes dans son cas, après un traumatisme comme celui-ci, réagissait par pulsion et c’était assez souvent extrême. Malheureusement il se devait de ne pas intervenir pour le moment, il attendait qu’elle lui réponde, qu’elle lui donne ou lui refuse l’accès à sa jambe, ce qui d’ailleurs le préoccupait plus que tout le reste pour le moment. En effet, lorsqu’il l’avait réceptionné il c’était assuré de le faire avec le plus de délicatesse possible et si cette blessure était due à son manque de précision et de vivacité il s’en voudrait beaucoup, de toute façon tant que la jeune femme ne lui donnait pas la couleur du feu, vert ou rouge, il était bloqué sur ce banc, non pas par obligation mais bien par devoir envers elle. Mais la réponse ne vint malheureusement pas de suite, le regard rouge se posa dans les petits yeux noirs de Roll qui continuait de sourire gentiment, renvoyant un regard serein et empli de bonté. On ne pouvait s’y méprendre le petit animal n’éprouvait ni pitié ni compassion envers cette humaine perdue, il renvoyait tout simplement une chaleur rassurante, une gentillesse naïve et attendrissante qui ne pouvait laisser indifférent même le plus insensible des cœurs. Le petit hérisson faisait vraiment tout son possible pour réconforter les personnes qui en avaient le plus besoin et il sentait que la belle aux yeux de démon en avait réellement besoin en ce moment et un peu de gentillesse ne pouvait que lui faire du bien, en tout cas c’était ça manière de penser. Pour Kyoya c’était un peu trop extrême comme situation, Roll montrait un peu trop son côté non animalier, il démontrait qu’il avait une conscience et qu’il pouvait transmettre des émotions et cela était dangereux. En effet, ils ne savaient pas si elle était une mage ou une simple humaine dénuée de magie, et si jamais l’existence de leur monde se retrouvait dévoilé par cette minuscule erreur cela pourrait faire basculer le monde dans un chaos certain. Kyoya voulu reprendre son familier mais avant qu’il n’ait plus esquisser un geste, celle qui plantait son regard interrogatif sur l’animal laissa échapper quelque chose qui troubla l’Hibari : elle avait faillit dire quelque chose mais c’était rattrapée assez vite pour ne pas terminer cette phrase qui installa le doute dans l’esprit du jeune homme. Il lui avait présenté Roll comme un animal de compagnie, cependant elle avait réagit assez bizarrement envers cette révélation. L’étonnement et le repli immédiat qui suivirent fait naitre en Kyoya l’hypothèse suivante : cette jeune femme pouvait-être un mage. Bien entendu ce n’était qu’une réflexion, mais il la garda en tête et il essayerait de répondre à cette question.

Se présentant brièvement comme étant Minaku Tashiti, la jeune femme indiqua d’un regard bref et d’un mouvement de tête qu’il pouvait examiner sa jambe blessée. Écoutant avec attention ses paroles, le jeune homme se leva et s’accroupit devant elle et planta son regard sur la peau blanche et douce de la jeune femme. Il était très concentré sur ce qu’il faisait, prenant vraiment cette situation au sérieux. Il passa sa main sous la jambe, entrant en contact avec le plus de délicatesse possible. Il la souleva d’abord avec lenteur, analysant la moindre pulsion, la moindre contraction. Il détecta une tension assez faible qui se manifesta par un léger tremblement qui secoua brièvement la cuisse pendant une seconde. Il stoppa la montée de la jambe et entama de palper de ses mains expertes le mollet de la jeune femme. Pendant tout ce temps il ne faisait que fixer avec une forte insistance la jambe de la jeune femme, essayant de détecter le moindre signe qui l’aiderait à déterminer la nature et la gravité de la blessure. Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’il sentit une boule dans la partie supérieure du muscle de Minaku, il l’avait trouvé. Ce n’était pas aussi grave qu’il ne le pensait, mais il ne s’arrêta pas là, il examina la partie supérieure de la jambe pour être certain qu’il n’y avait rien de plus. Lorsqu’il fut sûr et certain qu’aucune autre source de douleur ne se trouvait dans la jambe, il se mit à masser délicatement le muscle légèrement tendu de la jeune femme. Ce n’était pas grand chose et cela n’allait certainement faire disparaître la douleur, mais au moins cela la calmerais et soulagerais un peu la belle aux yeux de sang. Il reposa délicatement le pied sur le sol et il revint s’asseoir sur le banc. Il laissa quelque seconde de blanc avant de s’exprimer de son habituel ton neutre :

« C’est une tension musculaire, je pense que tu as due te crisper lors de ta chute ce qui a provoqué une mauvaise réaction de ton muscle lorsque je t’ai rattrapé, c’est en partie de ma faute donc je te prie de m’excuser pour cette blessure. Mais je n’en suis pas désolé puisque si je ne t’avais pas sauvé tu aurais peut-être eut pire qu’une crampe. Il faut que tu boives et surtout que tu reposes ton mollet au moins une demi-heure pour être sur.


Il laissa encore un temps afin d’être certain que son interlocutrice ai bien assimilé toute l’information, puis il repris la parole :


-Et je ne juge pas ta réaction, pardonnes moi si je t’ai offensé. Je sais parfaitement ce que tu ressens, malheureusement moi aussi je suis passé par là. Tu as besoin de reprendre tes esprits…je vais te laisser seule quelques minutes le temps d’aller cherché de quoi boire, allonges ta jambe sur le banc, même si cela va certainement te tirer un peu, au moins sa aidera ton muscle à se détendre et à sortir de son état de tension. Peux-tu surveiller Roll durant ce temps, ne t’en fait pas il n’est pas turbulent…


Il regarda son familier avec un air de mise en garde, il fallait qu’il soit gentil et qu’il n’importune pas la jeune femme. Bien sûr le petit hérisson allait lui obéir puisque c’était déjà son intention il répondit d’un hochement de tête. Kyoya se leva donc et parti chercher, à un stand qu’il avait repéré en arrivant dans le parc, quelque chose à boire. Il ne sait pourquoi mais une idée germa dans sa tête et il se dit qu’après tout cela ne serait pas plus mal que de la mener à bien. S’absentant durant une bonne dizaine de minute il laissa la jeune femme reprendre son calme et digérer les paroles qu’ils avaient échangé. Il n’était pas sûr que cela allé marcher dans le sens qu’il voulait mais il fallait bien tenter quelque chose. Il espérait qu’elle arrive à reprendre ses esprits et que ses larmes s’arrête de couler, qu’elle oublie un peu ce qui avait faillit lui arriver. Le jeune homme savait que ce n’était pas évident pour elle, mais malheureusement il ne pouvait qu’essayer de la guider au mieux, c’était à elle de faire face et de relever la tête. Roll essaya de se montrer le plus affectueux possible, servant son expression la plus souriante et sereine. Il voulait vraiment que la jeune femme se sente mieux car il n’aimait pas voir des gens meurtrie et torturé par des pensées triste ou trop sombre. Il faisait vraiment son possible pour que Minaku se sente mieux, mais il ne savait pas si cela avait l’effet escompté... Fort heureusement son maitre arriva en « renfort », apportant ce que l’on pouvait considérer comme une vrai surprise : il avait acheté une crêpe au chocolat pour la jeune femme, accompagnée d’une bouteille d’eau. Ce n’était ni un geste qu’il considérait comme affectueux ou même amical, ces choses là n’étaient âs très communes pour Kyoya Hibari. Il voyait plutôt ça comme un coup de pouce, ça logique était simple : en ce moment Minaku ressentait de l’amertume en elle, alors peut-être que de dégusté du sucré l’aiderait à adoucir ses pensées ne serait-ce qu’un petit peu. Comme il n’avait pas trop faim il ne c’était rien pris mais, bien entendu, il avait acheté un cookie pour Roll dont les yeux pétillaient d’une infinité d’étoiles.


« Je me suis dit que manger chaud pourrais te faire du bien…par contre il est vivement conseillé de boire de l’eau pour que tes muscles soient bien hydraté et donc que ta guérison se passe mieux… »


Kyoya donna la crêpe encore bien chaude à la belle aux yeux de sang et il donna la friandise au petit animal qui s’impatientait en vibrant sur ses pattes. Roll couina de joie en se jetant comme un goinfre sur le cookie et il le dévora en quelques secondes ce qui valut un soupir de son maitre, légèrement exaspéré de voir un tel spectacle bien qu’il ne lui en voulait pas le moins du monde.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Dim 9 Fév - 12:22





______...RYU..._______



Tout cela semblait compliqué à comprendre pour notre demoiselle au yeux rouge qui était encore abasourdit par la situation. En effet, elle avait encore du mal à accepter le fait qu'elle se laissait faire par un parfait inconnu. Bon, il était évidement vrai qu'il l'avait sauvé et qu'il n'y avait rien à n'a craindre (?). Minaku avait toujours eu ce problème...La méfiance. Même pour le plus gentil des agneaux, elle gardera toujours un couteaux à la main. La "blanche" se laissa examiner par l'inconnu, espérant de ne pas s'être casser sa jambe. Elle sursauta au premier contact entre la main froide du jeune homme. À la vu de sa concentration, elle n'osa point se défendre et adopta pour la solution de non-agression. Ce n'était que rarement le cas qu'elle se laissait  faire sans raller ou tuer de ses propres mains son adversaire. Bien qu'il ne s'agissait pas d'un ennemi, elle n'avait pas l'habitude d'être examiné. Elle continua de l'observer d'un œil même si le mot surveiller est sûrement plus approprié! La douleur augmenta légèrement d'un cran quand il toucha sa blessure mais le légers massage qui suivi la soulagea . La démone au yeux rouge fut rassurer lorsque qu'elle appris que sa blessure n'était pas d'une très grande importance.  Si jamais elle se l'a serait cassé, elle aurait été obligé de rester au lit avec un plâtre sans bouger! Il n'en n'était pas question. Quand il lui tint ses propos, ne réagissa pas... Il n'y avait rien à redire. Elle était légèrement embêté qu'elle ne pouvait, pour l'instant, marcher. Minaku ne pouvait que rester sur se banc. Comme demandé, elle posa sa jambe dessus. Lorsque l'inconnu s'absenta, elle regarda un peu mieux le familier. La "blanche" était pourtant certaine qu'il ne s'agissait pas d'un simple animal de compagnie, il exprimait des expressions qui ne pouvait venir d'une âme primitive. Trop de question se posait dans sa tête et elle n'arrivai qu'en réponde par des hypothèses incertaines. La jeune femme aurait bien voulu mieux examiner la créature se trouvant sur elle, mais son maître revint en renfort avec une véritable surprise: Une crêpe. Elle regarda se délicieux bout de pâte au chocolat pendant un moment. Comme ci elle voulait la manger mais quelque chose la retenait...
Au final, elle dévora la crêpe de la même intensité que son fami...animal de compagnie dévorait son biscuit. Minaku n'avait pas mangé depuis hier midi et était affamé. Manger régulièrement n'était pas son "truc" et se retrouvait rapidement faible à cause ça... Il était d'ailleurs pour cela que notre blessée était très mince. Peu à peu, elle commençait à se calmer malgré qu'elle était encore faible. Le jeune homme avait l'air de s'y connaitre dans la médecine, elle aurait était sûrement incapable de faire la même chose! Il était si neutre, il avait une expression dénué de sentiment avec une politesse sans pareille. Avec ce genre de personne, la jeune femme ne savait jamais trop comment réagir. Elle eu assez rapidement finit sa crêpe mais n'eut pas très envie de réhydrater. Minaku regarda quelque seconde la bouteille d'eau, déglutie un moment pour, au final, prendre la bouteille essayant de l'ouvrir. Elle n'y arriva pas de suite, la "blanche" avait prit le cylindre au milieu et la force qu'elle mettait pour l'ouvrir compressait la bouteille. Vous vous doutez bien de la suite nan? La démone arriva finalement à dé-bouchonner la bouteille et un peu d'eau atrérit sur son visage. Elle se l’essuya avant de boire. Quand elle eu finit, elle respira un bon coup, d'un regard neutre, toujours à regarder le petit hérisson.
Le soleil continuait de taper et la chaleur se faisait ressentir. L'albinos ne dit mot, elle ne s'était donné l'habitude de ne pas remercier, elle approuva simplement d'un signe de tête.
Minaku avait eu beaucoup de problème en une simple journée et il fallait bien sûr que son familier face n'importe quoi: Elle regardait un  peu autour, les mots lui manquaient et ne savait plus quoi dire. Mais cet alors qu'elle aperçu, sortir au bout de la rue, un loup! Un loup noir au patte enchainé. Les yeux de la jeune femme s'écarquillèrent. Ryu, son familier, se baladait tranquillement au milieu des passants... Que croyait-il? Que le monde avait l'habitude de voir une bête de cet taille se balader comme ça! Elle lui avait pourtant répété mince fois de ne pas faire ce genre de chose. Elle ne pouvait plus le lâcher des yeux, le plus embêtant était qu'elle ne pouvait pas bouger pour aller lui tirer les oreilles...Elle imaginé déjà la cauhu: Le monde courant dans tous les sens, la fourrière essayant de l'attraper ect... Rien que cela lui en donnait des frissons.

Comme si je n'avait pas  assez de problème.... Ryu...dégage...


Elle savait bien qu'il ne l'entendrait pas d'ici mais elle ne pouvait pas le crier sur tout les toits. Son regard s'inquiéta, elle n'en pouvait plus...c'était trop pour elle. La "blanche s'étira pour mieux le voir, il fallait qu'elle trouve un moyen pour lui attirer l'attention.Mais oui! Elle venait de se souvenir qu'elle avait un sifflet pour chien dans sa poche. Elle se souleva un peu pour l'attraper alors que la douleur était présente et siffla. Il tourna la tête vers elle et s'y dirigea en grognant. Elle n'avait pas oublié le jeune homme et elle devait trouver une solution pour lui faire croire que c'était un chien ordinaire et non un loup en rage.

Heu...Je t'ai déjà dit de ne pas trainer dehors sans permission à l’extérieur, rentre! On....on pourrait te prendre pour un loup!

Sur les ordres de sa maitresses, il sauta dans un arbre puis, sur les toits des maisons qui environnaient le paysage. Voulait-il jouer le Ninja et montrer qu'il n'était pas banal? En tout qu'à, Minaku devait trouver une nouvelle esxuse. Exaspéré elle posa sa main sur sa tête, que pouvait-elle dire maintenant? Que son chien regardait tout les matins un manga de ninja et qu'il s'amusait à faire pareille? Ridicule... Au final, elle ne dit rien, il n'y avait aucune raison.  

J'ai...Un chien...spécial.

Une petite douleur se relança dans sa jambe et s'en mordit légèrement la lèvre. Pourquoi devait-il lui crée ainsi des problèmes? Elle ne lui avait rien fait! La jeune femme ne savait plus quoi faire de lui, il lui avait déjà causé assez de problème comme cela. Apparemment, personne na l'avait vu dans les alentours a part celui qui ce trouvait en face d'elle. La "blanche" ne pouvait plus rien dire, elle espérait simplement qu'il n'y aurait pas d'interrogatoire. Elle se toucha un peu la jambe pour voir l'état de celle-ci. Son cauchemars avait était terrible et elle en était encore légèrement abasourdi!
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Noriiko Shimazu

Féminin
Messages : 3616
Kamas : 10419
Date d'inscription : 14/05/2013
Humeur : RAS
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d'or
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Ven 25 Avr - 22:50

[HS : Où en est ce RP ? Cela fait un moment qu'il est resté sans réponse.

Si vous souhaitez le continuer, merci de le reprendre dans la semaine, sans quoi il sera considéré comme abandonné et placé aux archives. L'un de vous deux est-il absent ?

Je supprimerai ce message si le RP reprend Wink]

════════════════════
Mes cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari] Mer 7 Mai - 18:49

Sans réponse, j'archive ce RP!
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Quand un démon tombe du ciel [Pv: Kyoya Hibari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ϟ Thaïs ● Quand une étoile tombe du ciel et finit dans l'oubli... ;
» « Quand une étoile tombe... »
» une plume qui tombe du ciel
» une plume tombe du ciel....
» Quand la légende tombe enfin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-