Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Sam 12 Oct - 17:12

La nuit était tombée depuis fort longtemps, tandis que dans la chambre 10 du couloir 4, tous dormaient. Le couvre-feu était de rigueur en cette belle soirée, malheureusement certains cauchemars torturaient un élève, des réminiscences d'anciens souvenirs hantèrent les rêves de Yoshino. Sous son drap il était habillé d'un pyjama marron, et tout à coup, il se réveilla en sursaut !

Ses bras tremblaient, son buste tremblait, sa lèvre inférieure tremblait plus encore et ses yeux faillirent éclater en sanglot. Une grimace de peine déforma le visage d'Asano. Il plaqua ses mains terrifiées contre son visage, il murmura doucement, je ne dois pas pleurer, je dois pas pleurer, non. Ce n'était qu'un cauchemar.

Au mot ''cauchemar'' un frisson de terreur couru le long de sa colonne vertébrale. Le cri des mourants, la vue du sang des blessures mortels, en instant il revit et entendit tout ceci comme s'il y était, encore une fois. Argh ! Lâcha-t-il comme mutilé par une dague invisible, il trembla de plus belle et se roula en boule sous son drap bleu en sentant une triste humidité s'infiltrer entre ses joues et les paumes de ses mains.

Il devait tout oublier, il devait  délaisser les morts, cette atrocité devait s'éloigner de son âme. Cruel que celui qui tente d'oublier ses défunts camarades, mais Yoshino avait cette faiblesse en son cœur, son esprit ne pouvait supporter tant de peine sans défaillir. Il prit de grandes respirations, son torse était comprimé, torturé, sous le joug de ses sentiments. Il devait se détendre et n'y arriva qu'au bout de quelques dizaines de minutes. Ses bras revinrent le long de son corps, dévoilant ainsi un visage défait et humectés de larmes, il avait lutté de toutes ses forces contre le désespoir.

Il ne pouvait pas rester là, couché dans ce lit, à attendre que Morphée viennes cueillir son esprit, en sachant qu'il était trop ''agité'' pour s'endormir. Il avait envie de sentir quelque chose de doux, il avait envie de voir quelque chose de beau, et d'entendre le son calme d'un cours d'eau. Son pouvoir ne lui suffirait pas, il devait bouger de lui-même, les jardins, oui c'était un bon endroit pour se détendre. Il ignora le couvre-feu et le danger qu'il en résultait.

Sans bruit, il s'habilla avec l'uniforme de Tadakai après avoir enlevé son pyjama, il sortit de sa chambre, descendit les étages, quitta le bâtiment annexe, se balada discrètement, en essayant de ne pas se faire voir, jusqu'à enfin tomber sur les jardins. Toutes les saisons cohabitent ici, qu'elle extraordinaire lieu, quel merveilleux endroit ! Il trembla face au froid de l'hiver, transpira en été, écrasa les feuilles mortes de l'automne et s'arrêta au printemps. Il était debout face aux séduisants clapotis de la rivière. Derrière lui, se trouvait de magnifiques cerisiers aux émouvantes fleurs immaculées. Yoshino lui jeta son regard émeraude dans le ciel ténébreux et perdit son regard dans cette espace infinie où des millions d'étoiles brillaient, belle et lointaine. Quelle beauté est plus séduisante qu'un ardent astre inaccessible ?

Aucun vent ne venait interrompre le bruit du cours d'eau. Sur le visage de Yoshino on pouvait voir une intense tragédie, il ne pouvait pas se mentir sur cette tristesse, et il en était terrifié. Son destin, sa volonté allaient le pousser dans un combat qu'il ne pouvait pas gagner. Il devait se préparer, il devait profiter de la vie car, il le savait, Yoshino allait mourir jeune. Qui a voulu sa mort ? Qui a tué les siens ? De si jeunes enfants ! L'élève de Tadakai savait qu'il ne pouvait les ressusciter, mais au moins pouvait-il arrêter les criminels. Les réponses à ses questions allaient le condamner, cependant, il était incapable de ne pas tenter de trouver l'abrupte verdict à cette énigme et donc, à son existence.

Avec son charme naturel et avec une fermeté surnaturelle,  il cria alors au ciel !



    Ô nuit ! Ô temps ! Ô terrifiant destin ! Que le coup qui tranchera ma vie soit unique, prompt et sans douleur car, j'avancerais peu importe ma fin !  Ô invincible nuit, si je n'ai qu'une demande à te faire, c 'est de me promettre que je  trouverais la solution à mes déterminations ! Ô infâme temps ! J'ai  l'espoir  que  ma  mémoire  n'oublie  pas  la  passion  de  mes  résolutions !  Maudite fatalité, que je sois jamais né pour la remettre en ordre.


Il émit un petit rire, il se trouva ridicule et sa dernière phrase, n'était-elle pas un extrait d'une pièce de théâtre ? Se croyait-il le héros d'une tragédie ? Quel orgueil !
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Sam 12 Oct - 18:07


~Le début d'une magnifique nuit~
[Yoshino Asano]

Comme tus les après midi, alors que je n’avais rien à faire Crapy et moi, nous allons toujours vers le parc d’attraction pour faire quelques tours de manèges, oubliant ainsi les cours, et les devoirs. Je n’aimais pas spécialement l’école et surtout j’aimais m’amuser. Le parc d’attraction était l’un des endroits que j’aimais de tout mon cœur, dans la ville. Là-bas, au moins, il y avait des barbes à papa, des bonbons, des jeux, la montagne russe… Je m’amusais le plus là-bas. Je prenais du temps pour m’amuser, ne voyant pas l’heure tourner. Passer du temps avec Crapy était là, le meilleur moyen de passer ma journée, et surtout, le commencement du week-end. Et oui ! C’était enfin le vendredi !  Si vous saviez comment j’attends ce jour avec impatience. J’adore le week-end.

Le soleil c’était enfin couché et j’avais donc pris le chemin vers l’école, avant le couvre feu. Ce n’est pas que ça m’importais tant que ça, mais je n’aimais pas sortir la nuit… C’est comme si il y avait un monstre qui m’attendait dans une ruelle sombres, ou un coin sombre, pour venir me manger toute crue, moi la petite femme que je suis. Je me précipite vers mon dortoir. Mes colocataires étaient déjà endormis, et je me suis donc précipité pour mettre mon pyjama tout mignon puis je me faufila dans mon lit, sous ma couverture, dans les bras de mon grand nounours. Crapy lui dormais sous mes pieds, sur le lit. Je ferme enfin les yeux, attendant que Morphée vienne. Mais, on ne peut pas dire que cette nuit était rempli de bisounours. Et non, des fois, mes nuits sont remplis de cauchemars. On ne peut pas les qualifier comme des cauchemars, non, mais pour moi ce le sont. Ce n’était pas la première fois que je rêvais de la même femme. Une femme vêtue dans sa robe blanche. La même personne qui chantait avec les doux sons des oiseaux. Une jolie jeune femme, qui a toujours un sourire sur le visage, mais que la mort m’avait coupé de sa douceur. Je ne voyais plus cette jeune femme… Notre lieu de rencontre était mes rêves… Nos rêves. Cette jeune femme, c’était ma mère. Ma défunte mère que j’aime tant. Des fois, mes souvenirs se réveillent en plein milieux de mes rêves. Mes rêves étaient la plupart du temps doux… Mais l’autre partie du temps… C’était des cauchemars. Je me retrouve seule dans un espace tout noir, puis je vis une lumière blanche, enfermant une femme. Je compris que c’était ma mère. Je voulais la voir de plus près, la serrer dans mes bras… Je voulais sentir son doux corps contre le miens, mais à chaque que je fais un pas, elle s’éloigne d’un pas. Je cours pour la serrer contre moi, mais plus je cours, plus je vois qu’elle recule… Je cris son prénom, mais elle ne réagis pas.

Je me réveille à cet instant, le visage en sueur, le cœur qui bat à cent à l’heure, prononçant le prénom de ma mère. Je tenais mon ours en peluche contre moi, mais… Je ne vis pas Crapy. Je haletais, tant je détestais ce genre de rêve. Je regarde un peu autour de moi, mais je ne vois pas mon familier. La porte était ouverte. Je me suis dit donc qu’il a dû surement sortir pour faire un tour… Mais c’était la nuit… Sauf que s’il lui arrivait quelque chose, je ne me le pardonnerais jamais… J’enfile donc mon uniforme de la classe 4 puis ferma la porte doucement derrière moi. Je m’étais un peu calmer, après avoir pris une petite douche en repensant un peu à se qui s’est passé. Je cours dans les couloirs, ayant peur de la nuit, mais heureusement, il y avait la lumière de la lune qui éclairait mes pas. J’essayais d’être un peu discrète, pour que personne du personnel ne me repère. Je ne veux pas avoir d’ennuis. Je parcours le pensionnat, mais Crapy n’y était pas, c’est alors que je sortis voir si il était dehors. Ne savant pas où aller, je sortis faire un tour dans le jardin du pensionnat. Là-bas, les 4 saisons se mêlaient, chacun dans un coin. J’aimais bien aussi cet endroit qui m’apaisait.

J’entre dans ce merveilleux jardin, puis commence à sentir les flocons de neiges sur mes cheveux. Mon petit coquin de familier avait voulu jouer avec la neige. Comment je lais su ? C’est simple, je l’ai vu entrain de faire un ange de neige. Je souris soulagé de le voir saint et sauf, puis commence à jouer avec lui dans al neige froide. C’est alors que j’entendis une voix. C’était une voix masculine. On dirait bien que je n’étais pas seule. Mais ce n’étais pas une voix assez vieille..Enfin assez âgée, alors je me suis dit que c’était surement un élève. Je me suis dirigée vers le son de la voix. C’est alors que, dans la saison du printemps et près de la rivière, un garçon avait pointé son visage vers les cieux en parlant. Je grimpe sur un cerisier, en l’entendant attentivement. C’est comme si il jouait un rôle dans une pièce de théâtre. A la fin de sa phrase, j’applaudis ayant mon petit sourire sur le visage, en restant sur la branche du cerisier. Je l’avais déjà vu en classe, et en plus, lui aussi portait l’uniforme de la classe 4. Je continue de sourire, puis je descendis de mon arbre, et m’adosse à son tronc.

-Ravis de te voir ici

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Sam 12 Oct - 23:13

En un instant Yoshino fit volte face. Une jeune fille applaudissait ! Elle applaudissait ?! Yoshino fut littéralement choqué. Pendant quelques secondes il resta bouche-bée, les yeux écarquillés et pendant ce temps, la jeune fille descendait de l'arbre. Qui était-elle ? De surprise il ne l'a pas reconnu tout de suite, d'un simple coup d’œil, il la détailla. Elle avait les mêmes yeux que lui, ainsi qu'une merveilleuse chevelure qui encadrait son mignon visage. Sa peau était blanche et d'une pureté éblouissante. Elle était de sa classe. Oui une petite puce à l'humeur séduisante. Elle se nommait ... Ah oui ! Mikie. C'est vrai.

    Ravi de te voir ici.


Yoshino se mit à rire comme si elle venait de sortir la blague la plus drôle du monde. Il était plié en deux, c'était un rire cristallin et d'une extrême franchise. Il ria un petit moment en se tenant les côtes. Il se sentait déchu, esclave d'une naissance, d'une vie et elle, elle pensait qu'il jouait la comédie ! Voilà qui était amusant. Il est vrai que « Maudite fatalité, que je sois jamais né pour la remettre en ordre. » était tiré de la pièce Hamlet, du reste tout était de lui. Il pensait juste que cette phrase irait bien avec la situation. Cette méprise était inespérée ! Il devait jouer de mensonge pour ne rien lui révéler. Il se gratta la joue avant de dire.

    De même, de même ! Voilà une présence fortuite, oui, c'est exactement ce qu'il me fallait ! Une spectatrice à mon monologue ! Une invitée surprise. Alors .... Mikie, rafraîchissante demoiselle, tu défis l'autorité à ton habitude ? Il est tard et les jeunes filles, de ton âge, doivent dormir. Je me demande ce qui m'empêche de te dénoncer ... Ah oui ! Je me souviens, je crois que je suis dans le même cas. Ça serait me dénoncer que de te dénoncer, chose dont je n'ai pas besoin et surtout je ne souhaite pas passer pour un idiot.. Bon ... bon ... bien ! Que fais-tu ici ? Cette charmante fille vient contempler mes talents de comédien? Ou viens-t-elle avec autre chose en tête ?


Comme à son habitude il était bavard, et un menteur tel que lui, pouvait sourire en faisant fit de ses véritables sentiments. Il avait parlé avec un ton joyeux, mais une note de tristesse subsisté, une fausse note dans sa musique qu'il lui jouait, cela aurait pus trahir ses mensonges. Il le savait et espérait qu'elle ne le découvre pas. Mikie était une jeune fille innocente et de tout ce qu'elle méritait, ce n'était assurément pas d'être mêlé à sa vie. Elle ne méritait pas non plus d'être découverte en pleine nuit avec lui, en plus d'être punie les rumeurs iraient bon train.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Dim 13 Oct - 18:21


~Le début d'une magnifique nuit~
[Yoshino Asano]

Je pensais être seule en cette nuit de pleine lune, pourchassé par mes peurs et mes cauchemars. Je pensais que lorsque j’aurais retrouvé Crapy, je retournais dormir dans ma chambre, dans mon lit, de part et d’autre mes colocataires, mais on dirait bien que l’hasard fait bien les choses. Moi qui ne voulais pas retourné dans ce monde cauchemardesque, voir Yoshino Asano ici était comme une délivrance. Mais je savais bien qu’à un moment ou à un autre, je devais y retourner. Mais si cette rencontre, face à face, allait ralentir le moment où je devais aller à cette chambre, alors je suis tranquille pour un moment. Pour mieux lui parler, je suis descendue de l’arbre en fleur, puis m’adosse sur le tronc de l’arbre, restant un peu loin de lui. Crapy lui volait un peu partout dans le ciel nocturne. Des pétales de fleurs de cerisiers étaient tombés sur ma longue chevelure. Je souriais comme à mon habitude. Même si je n’étais pas de très bonne humeur à cause de ce cauchemar je préférais bien plus, sourire à cette rencontre.

C’est alors que Yoshino avait commencé à rire. Il riait de bon cœur, je ne savais vraiment pas pourquoi. Je lui avais applaudis, à ces paroles, que je trouvais triste… Mais je pensais qu’il était entrain de travailler sur un rôle pour le club de théâtre… Je ne savais pas si ma théorie était vrai ou non, mais c’est ce qui semblait vraiment être… Après si c’est autre chose, alors j’ai bien fait une gaffe, mais en tout cas, s’il rit comme ça, je me disais que ça ne pourrais pas être si important que ça. Il continuait de rire, et moi je le regardais, mettant ma main dans ma chevelure, comme si je réfléchissais. Enfaite, en moi-même je me disais «  Il a quelque chose… ? J’ai un bouton sur le visage ou quoi ? >3< Nom d’un poulpe, il a perdu la raison » Je me secoue un peu la tête pour enlever ces idées, en le regardant toujours, voir si il allait s’apaiser, et ne plus rire comme un petit fou. A la fin, il décida enfin d’arrêter, puis il se gratta la joue. Moi je clignais les yeux, comme si au fond de moi je disais « Ah enfin ! Il prend son sérieux ». C’est alors qu’il me dit :

-De même, de même ! Voilà une présence fortuite, oui, c'est exactement ce qu'il me fallait ! Une spectatrice à mon monologue ! Une invitée surprise. Alors .... Mikie, rafraîchissante demoiselle, tu défis l'autorité à ton habitude ? Il est tard et les jeunes filles, de ton âge, doivent dormir. Je me demande ce qui m'empêche de te dénoncer ... Ah oui ! Je me souviens, je crois que je suis dans le même cas. Ça serait me dénoncer que de te dénoncer, chose dont je n'ai pas besoin et surtout je ne souhaite pas passer pour un idiot.. Bon ... bon ... bien ! Que fais-tu ici ? Cette charmante fille vient contempler mes talents de comédien? Ou viens-t-elle avec autre chose en tête ?


Je l’entends bien minutieusement, tout en affichant mon doux sourire sur mes lèvres. Il voulait savoir ce que je faisais là… Je me demandais si je vais lui dire la vérité ou bien lui mentir… Mais vu que même si je suis une petite gamine je n’allais pas lui mentir… Il voulait savoir alors très bien, qu’il le sache… En tout cas, moi aussi je voulais savoir ce qu’il faisait là en pleine nuit. C’était assez bizarre de rencontrer un élève de la même classe, en pleine nuit, dans ce jardin. Etais-ce juste le destin ? J’étais restée adosser au tronc du cerisier en fleurs.

-De toute façon, moi aussi je ne veux pas d’ennuis… En plus, il y a le second de la directrice qui me colle sur le derrière pour me tirer les oreilles.. Et puis, moi non plus, je ne veux pas t’apporter des ennuis… Je ne dirais rien.


Pour répondre à sa dernière question, je me suis avancé vers lui. Mes yeux, à un moment, étaient cachés par ma frange. Je m’arrête en face de lui, mais laissant un espace entre nous.

-Pour tout dire… Je ne trouvais pas le sommeil, à cause d’un cauchemar, et vu que Crapy avait ouvert la porte de la chambre pour aller se promener, je suis sortie moi aussi pour voir où il est allé.. Et c’est comme ça que je suis tombée sur toi.

Je souris puis posa à mon tour la question

-Et toi ? Que fais-tu ici ?

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Dim 13 Oct - 23:00


    Je ne sais pas ... Je ne sais pas.


Dit-il en secouant négativement la tête. Il affichait un sourire amer, malgré lui, et intérieurement il essaya de retrouvait sa joie naturelle. S'il devait mentir, il devra s'en faire pardonner. Elle avait choisi d'être honnête, tandis que lui, à son habitude, usait de mensonge. Le destin est triste pour les menteurs, et la solitude attend ceux qui refusent d'ouvrir leurs cœurs. Cette terrible prison dont peu d'humains savent sortir.

Un nouvel air avait envahi le visage de Yoshino, un air malicieux, un regard qui voulait cacher sa profonde tristesse. Il resta silencieux, il la jugeait du regard et une idée lui vint alors. Son sourire disparu, ses yeux se plissèrent de compassion et ses joues prirent une mystérieuse teinte écarlate. Alors, au bout d'un moment il s'approcha d'elle, lentement, il glissa ses mains dans les poches. Détendu, ses pas étaient lourds et son corps se balançait légèrement de droite à gauche tandis que son regard vert était plongé dans des prunelles.

Il s'arrêta juste devant elle, son corps était près du sien puis il pencha sa tête vers Mikie jusqu'à que ses lèvres soient à quelques centimètres de son oreille gauche. Elle pouvait sentir le parfum fleurit du jeune homme, elle pouvait entendre son souffle langoureux, et presque, pouvait-elle entendre les battements de son cœur, et presque de sa joue, pouvait-elle éprouver la douceur de la peau du jeune homme. Il prit une longue inspiration et parla d'un ton grave, il prit la voix du rêveur :

    Je suis venue profiter du clair de lune, je crois ... Non, j'en suis sûr. On dit que les cauchemars sont des créations de notre subconscient pour nous pousser à agir ... Je ne sais quel cauchemar a conquis tes rêves, mais parfois il est bon de simplement oublier. Perdre de vue ce qui nous attriste le plus, juste une seconde, refuser de pleurer face à la misère et je crois que j'ai ce pouvoir là, charmante petite fille. Celui de libérer ce délicat visage. Il suffit juste que tu me fasses confiance, pendant cet instant seulement.

Il attendit un peu, pour être certain que Mikie est appréhendée chacun de ses mots, puis, il reprit alors la parole :

    Alors jolie jeune fille, as-tu déjà rêvé de voir le monde telle une déesse ?
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Lun 14 Oct - 10:00


~Le début d'une magnifique nuit~
[Yoshino Asano]

Je lui avais dévoilé pourquoi j’étais là, sans lui mentir. Lorsque je lui ai posé la question, il m’a dit qu’il ne savait pas. C’est bien bizarre… Il ne savait pas pourquoi il était là ? C’est vrai que ça parait bien louche. Ou bien, il ne voulait pas me dévoiler la vraie raison. Peut être qu’il ne me faisait pas assez confiance, ou bien c’était autre chose. Enfin, il voulait mentir, c’est comme il voulait… Il ne voulait peut être pas me dévoiler la vraie raison, à cause d’une situation personnelle. Moi par exemple, je ne lui ai pas fait tous les détails…. Je gardais le teste pour moi mais pour combien de temps.. ? Je me le demande bien.

Je continuais de regarder Yoshino qui avait fait apparaitre un sourire sur son visage, mais à un moment, j’avais sentis que son humeur avait changé. Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais pour l’instant un mauvais pressentiment. Enfin, je pense que c’est à cause de ce cauchemar. Il m’a vraiment perturbé… C’est alors que je le vis se diriger vers moi. Quant à moi, je restais à ma place. Je ne disais rien, je le laissais s’approcher de moi. Je ne savais pas vraiment ce qu’il voulait faire. Il se trouvait face à moi. Je le regardais dans la prunelle des yeux. Il avait vraiment de magnifiques yeux, ils étaient presque de la même couleur que les miens. C’est alors que je constate qu’il se penche vers moi. Il avait approché ses lèvres de mon oreille gauche. J’avais les joues qui viraient aux rosées. Je restais là, sans dire un mot. J’avais pu sentir son délicieux parfum. Mon cœur battait à la chamade. Je ne savais pas ce qui se passait. Je sentais sa respiration. La mienne s’était presque arrêtée à un instant.

-Je suis venue profiter du clair de lune, je crois ... Non, j'en suis sûr. On dit que les cauchemars sont des créations de notre subconscient pour nous pousser à agir ... Je ne sais quel cauchemar a conquis tes rêves, mais parfois il est bon de simplement oublier. Perdre de vue ce qui nous attriste le plus, juste une seconde, refuser de pleurer face à la misère et je crois que j'ai ce pouvoir là, charmante petite fille. Celui de libérer ce délicat visage. Il suffit juste que tu me fasses confiance, pendant cet instant seulement.

Il m’avait conseillé d’oublier, pour ne plus repenser à ce cauchemar et à ce qui me fait peur… Il voulait que je lui fasse confiance ? Je le connaissais à peine et en plus… C’est la seule chose que je ne pouvais pas faire. C’était lié à moi… A ma famille… A la tendresse d’une personne qui m’est chère… Je ne pourrais jamais oublier. J’essayais de réfléchir à sa proposition… Il pouvait me faire oublier se soucis, mais..Je savais bien que je ne pourrais pas l’oublier… Je ne le pourrais jamais… Ma lèvre inférieure commença à trembler. Mon cœur continuait de battre à cent à l’heure.

-Alors jolie jeune fille, as-tu déjà rêvé de voir le monde telle une déesse ?

Je ne pouvais pas oublier. Même la plus puissante des magies ne pouvait me faire oublier la mort de ma très chère mère. Mes joues continuèrent à virer aux rosées. Mes yeux étaient aux bords des larmes. Je ne pouvais plus les contenir. Je commençais à verser des larmes. Puis, d’une voix assez triste, et ayant le cœur serré je dis

-Je…Je ne peux pas…Je ne peux pas oublier….

Je continue de verser mes larmes fluides. Elles coulaient comme une rivière sur mes joues rosées, qui devenaient de plus en plus rouge.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Mar 15 Oct - 23:12



    -Je…Je ne peux pas…Je ne peux pas oublier


les yeux écarquillés et les lèvres horrifiées, Yoshino avait alors compris. Elle ne parlait pas d'un cauchemar, mais d'un souvenir, évidement qu'elle ne pouvait pas oublier ! Un passé qui hantait son âme, et maintenant lui ! Démon des démons, qui parle avec une ignorance immonde ! L'ignorance pétrit de son infâme orgueil. Il se croyait capable de deviner toutes les pensées, toute l'histoire d'une jeune fille. Il se redressa et recula de quelques pas. Il voulait se montrer affable, il voulait être aimable et lui être agréable. L'enfer est pavé de bonne intention. Dans son désir incommensurable, à se montrer sociable, il venait de blesser quelqu'un.

Il vit ses larmes, des gouttes d'aciers qui tombaient et lacéraient son esprit. Il n'était pas là, pour ça, il ne voulait offenser personne, ne désirant aucune animosité, préférant aider tout le monde dans la mesure du possible. Il s'en voulut, il s'en voulait ! Il ouvrit la bouche pour quelques mots, quelques ''pardons'', mais rien ne sortit. Il tendit sa main vers elle, mais elle chuta, impuissante. Il aurait aimé reculer, fuir, se vautrer dans l'herbe et s'endormir. Il n'était pas ce genre d'homme, l'abandon n'était pas envisageable, ne s'avouant jamais vaincu il ne fuyait pas,jamais ! L'ennemie pouvait être un monstre ou simplement la tristesse d'une jeune fille.

Il avait les yeux clos de peine, il n'arrivait pas avoir cette bonté rêver dans les romans. Le chevalier aurait usé de ses bras pour l'enlacer, sauf, qu'ici nous étions dans la réalité. Quel pervers aurait osé la toucher en ce moment de fragilité ? Tous auraient dis qu'il tentait de profiter de ses émotions ! Et quelque part ne serait-ce pas injuste qu'elle se rapproche de lui ? Alors qu'il était le fautif. Pourtant, c'était en tout bien, tout honneur qu'il voulait lui venir en aide. Alors, pourquoi hésitait-il ainsi ? Est-ce la timidité ou la bienséance qui s'agitait en lui ? Un moment délicat, un moment extrêmement délicat. Il s'en voulait de l'avoir peiné, mais il lui en voulait de l'avoir mis dans un tel embarras, dans une problématique apparemment insoluble pour son intelligence. Il se dégoûta de ce sentiment et fit comme à son habitude, il parla et parla avec compassion, une voix chaleureuse où résonnait l'amertume.

    Je comptais t'offrir un cadeau, un souvenir pour te faire .... Mais il n'est plus question de cela ! Tes larmes sont les miennes et crois ma tristesse. Je voulais cueillir un sourire et non tarauder une mélancolie ... je m'en veux tant. Je me serai mis à genoux si je croyais au pardon et à ceux qui le donnent. Qu'est-ce que je dis encore ... Je vomis des insanités ... Mon égoïsme prend le dessus, je ne parle que de moi. Peu importe, croyance, pardon et regret ! Comme je l'ai déjà prononcé, il n'est pas question de cela. Je te demanderai une occasion, une occasion pour réparer cette erreur. Traître de moi de dément car, je te froisse et je requiers de toi.


À vrai dire, il ne savait pas quoi dire pour la réconforter. Lorsque Yoshino se retrouve muet d'idée, il ne cesse de discuter. Il ouvrit de nouveau les yeux et joua la colère comme le fais si bien un escroc de son genre, mais dans le monologue on pouvait trouver un fond de vérités. On pouvait trouver un terrible grincement de dent et sa main droite qui se sera d'énervement, elle, n'avait rien de factice. Il s'était rendis compte de sa faiblesse, de son impuissance. Sa tête s'agita de ses humeurs, sa chevelure brune dansèrent un instant dans les air, dessinant quelque arabesques. Il s'approcha de nouveau d'elle, ses mains enserrèrent timidement ses épaules.

Ses sourcilles se froncèrent et ses yeux émus cherchaient les siens tandis que ses lèvres se plissèrent. Il pouvait la confondre avec lui, ses horreurs résonnaient dans les siens et sa faiblesse lui renvoyait la sienne. Sauf que lui, ne pleurait devant personne, était-ce une faute de montrer sa peine ? Où était-ce lui qui prenait le mauvais chemin. ? Il se mit alors à douter. Puis sa bouche reprit la parole, comme animé par la volonté de sa langue, sans son consentement elle se mit à discourir. Mais comme je vous l'ai dit, l'escroc mima la colère et sa voix, était donc forte ! Son torse vibra de cette force.



    Insulte moi par devoir, bannit moi pour ce visage humide de mes fautes ! Mais jamais, jamais ! Je ne veux me montrer insensible. Doit-moi l'occasion de me racheter et je te devrais le monde si mon âme était capable de le prendre. Pour l'instant, je n'ai rien pour faire cesser tes pleurs, hormis une main chaude et d'ardent désir. Tu serais folle de me faire confiance une vie, mais douce serait cette folie si tu m'accordais cette confiance pendant l'instant demandé. Que dis-je ? Qu'est-ce que je crie ! Je suis un monstre, juste un cinglé ! Je te demande encore et encore et je te supplie encore et encore !!! Mon cadeau se mut pour toi en poison et mon esprit pervertit mon offrande. Rage ! J'ai beau parler mes mots sont creux ! Colère ! J'ai beau m'exprimer je ne fais que m'enfoncer !


Ses mots coururent dans le jardin et réveilla ce qui ne devait pas être réveillé car, après tout, ils étaient toujours des étudiants. Des étudiants toujours dans leurs non droits. Un surveillant, pion du lycée, réveilla ses camarades en leur disant que du monde se trouvait dans les jardins. Les rationnels disaient que des élèves s'y trouvaient et qu'il fallait les réveiller à l'ordre. Les paranoïaques eux, s'armèrent de courage pour les suivre. Ils n'étaient pas nombreux, juste cinq. Cependant, cela était assez pour coincer deux jeunes étudiants tels d'innocentes proies. Deux d'entre-eux prirent chacune une lampe et d'aussi loin qu'étaient Mikie et Yoshino, il pouvait voir apparaître ces lumières.

Yoshino avait l’œil vif et remarqua ces lumières. Ses clameurs se firent alors murmures.


    Des lumières menaçantes viennent nous interrompre. Viens, cours, suit moi. Horreur, je me damne en ne consacrant pas tous mon temps au tiens. Allons, allons je me fais silence, mime moi et j'étoufferai tes sanglots de mes bras s'il le faut ... Que Satan me retrouve et maudisse mon esprit pernicieux et qu'il me meurtrit pour avoir briser cette bienséance.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Ven 18 Oct - 22:26


~Le début d'une magnifique nuit~
[Yoshino Asano]

Il voulait me faire un cadeau. Un présent qui me fera réussir à oublier mon passé, même si ce n’est que pour une seconde. Malheureusement, ce qu’il avait calculé venait de tomber à l’eau car, je ne pouvais jamais oublier mes souvenirs. Il pensait surement que ce n’était qu’un simple cauchemar, comme les autres personnes en font des fois, mais moi, ce n’était pas pareil. Des fois, mon passé me hante. Ce n’est peut être pas grand-chose si je racontais tout cela aux autres, mais pour moi ça l’est. Je ne pouvais oublier la mort de ma mère. Je voulais la serrer au moins une fois, dans ce monde réel. Je voulais la revoir, en réalité et non dans mes rêves, qui la plupart du temps se transforme en cauchemar.

Des torrents de larmes, tombèrent sur mes joues rosées. Ces larmes fluides, bercé par le seul plaisir de revoir la personne qui me tenait à cœur. Pourtant, je savais bien que ce rêve n’était qu’illusion. Je ne pouvais communiquer avec elle, que peut être par mes rêve, mais est ce qu’elle sait elle, combien elle me manque ? Toutes ses questions sans réponses me perturbaient sans cesse. Je ne savais pas comment faire sortir tout ça de ma tête. C’était bien difficile pour moi. Ne pourrais-je jamais affronter la réalité des choses ? Je n’en savais rien… La vie est ainsi, et je ne pourrais rien y change malheureusement…

Je ne pouvais voir trop les mouvements de Yoshino. Ma frange, qui était déjà assez longue, avait caché mes yeux. Peut être parce que j’avais un peu la tête abaissée. On ne voyait que mes larmes couler. Je ne pouvais m’empêcher de verser des larmes. Je ne voulais pas culpabiliser Yoshino, surtout pas ça… Mais je ne pouvais me retenir. Je ne pouvais que verser ces larmes fluides, qui bien à des intervalles de temps, j’avais essayé de les sécher, mais en vains. D’autres retombèrent encore et encore. Je ne voulais pas que tout cela se passe, pourquoi étais-je si sensible à ce point… Pourquoi est ce qu’il fallait que je pleure à chaque fois… Je dois cesser. Je ne devais plus pleurer. Plus verser ces larmes de petite filles, et pourtant, c’était dur. Je continuais d’essuyer mes larmes, mais en vain. Je ne savais pas ce que Yoshino faisait. Je ne savais s’il était déjà parti, ou bien il était resté là à e voir pleurer. Mes larmes m’avaient empêché de voir ce qu’il faisait, surtout que ma tête ne s’est même pas relevée. Le silence de la nuit s’était soudainement installé. Le bruit des grillons se fit entendre. Le bruit du vent qui murmure entre les feuilles des arbres, venait rompre un instant ce silence, le rendant de plus en plus stressant. Je voulais voir ce qu’il faisait, je voulais savoir s’il était encore là… Ou bien, avait-il simplement voulu partir, en voyant mes larmes. Je relevée la tête, voyant voir la situation. J’essuyais une troisième fois mes yeux, qui commençaient déjà un peu à se sécher.

-Je comptais t'offrir un cadeau, un souvenir pour te faire .... Mais il n'est plus question de cela ! Tes larmes sont les miennes et crois ma tristesse. Je voulais cueillir un sourire et non tarauder une mélancolie ... je m'en veux tant. Je me serai mis à genoux si je croyais au pardon et à ceux qui le donnent. Qu'est-ce que je dis encore ... Je vomis des insanités ... Mon égoïsme prend le dessus, je ne parle que de moi. Peu importe, croyance, pardon et regret ! Comme je l'ai déjà prononcé, il n'est pas question de cela. Je te demanderai une occasion, une occasion pour réparer cette erreur. Traître de moi de dément car, je te froisse et je requiers de toi.


La plupart de mes larmes étaient descendu le long de ma joue, vers mon menton, pour finir vers le sol. Je relevai enfin la tête, à ses mots. Il était triste de me voir pleurer ? Peut être que ça l’affectais lui aussi, et peut être bien qu’il avait une situation similaire. Enfin, je ne savais pas vraiment son passé ni ce qu’il pouvait vraiment sentir dans cette situation, mais ses mots trottèrent dans mon esprit. Ce qui fit arrêter mes pleures. Je sentis que mes larmes avaient cessé de couler. Je sentais d’après sa voix, une douce chaleur, qui apaiser mes pleure. Le ton de sa voix avait cessé mes pleure. Je ne savais pas quoi lui dire. Je voulais parler, mais ma bouche ne sortis aucun son. Peut être que j’étais émue par ses paroles. Je n’en savais rien. Je continuais de sécher mes larmes, c’est alors que je sentis ses mains serrer timidement mes épaules. Cherchait-il à me consoler par ce geste ?... C’était surement ça, vu que ces paroles était visée pour se faire pardonner. Je ne pouvais toujours pas parler, en tout cas, dans une situation pareil, je ne savais pas trop quoi parler, surtout que si je faisais un gaffe, ça me coutera une amitié de perdue. Même si pour l’instant, ça ne se passe pas très bien comme je le souhaitais, en tout cas, j’espère que tout s’arrangera.

Les sourcils de Yoshino se froncèrent, comme si il était en colère… Surement en colère contre lui-même. Moi j’arrivais à voir un peu plus net. Mes joues étaient encore rouge de mes pleure. Il cherchait à faire persister son regard dans le miens. Même si c’était un peu difficile, j’avais réussis à fixer ses prunelles vertes.

-Insulte moi par devoir, bannit moi pour ce visage humide de mes fautes ! Mais jamais, jamais ! Je ne veux me montrer insensible. Doit-moi l'occasion de me racheter et je te devrais le monde si mon âme était capable de le prendre. Pour l'instant, je n'ai rien pour faire cesser tes pleurs, hormis une main chaude et d'ardent désir. Tu serais folle de me faire confiance une vie, mais douce serait cette folie si tu m'accordais cette confiance pendant l'instant demandé. Que dis-je ? Qu'est-ce que je crie ! Je suis un monstre, juste un cinglé ! Je te demande encore et encore et je te supplie encore et encore !!! Mon cadeau se mut pour toi en poison et mon esprit pervertit mon offrande. Rage ! J'ai beau parler mes mots sont creux ! Colère ! J'ai beau m'exprimer je ne fais que m'enfoncer !


Ses paroles étaient sorties de sa bouche bien trop forte. Elles étaient assez forte pour faire réveiller le personnel ainsi que quelques étudiants qui dormir. Je continuais de le regarder, voyant qu’il voulait faire tout pour se faire pardonner. Il n’avait surement pas dû supporter me voir pleurer. Peut être que c’était ma plus grosse erreur… Pleurer devant les autres… Je les rendais tout de suite coupable par ma faute, par la faute de mes larmes. Je ne savais vraiment pas quoi lui dire. J’étais bien émue, et en même temps, je devais au moins prononcer quelques mots, pour le rassurer..Pour qu’il arrête d’être aussi en colère contre lui-même. Alors que j’avais décidé d’ouvrir enfin la bouche, pour commencer à parler, Yoshino m’interrompu avant quelconque mot pour me signaler un danger. On dirait bien que comme je l’avais dit, ses paroles étaient bien élevées, et avait alerté bien du monde.

-Des lumières menaçantes viennent nous interrompre. Viens, cours, suit moi. Horreur, je me damne en ne consacrant pas tous mon temps au tiens. Allons, allons je me fais silence, mime moi et j'étoufferai tes sanglots de mes bras s'il le faut ... Que Satan me retrouve et maudisse mon esprit pernicieux et qu'il me meurtrit pour avoir briser cette bienséance.


Je regarde un peu vers le coté. J’essuyai mes dernières larmes. Je ne voulais pas nous apporter des ennuis, en plus, on n’avait pas que cela à faire. Je devais lui faire confiance cette fois ci. S’il avait une bonne cachette alors je lui en serais reconnaissante. C’est une manière pour le pardonner d’un autre coté, même si de toute façon ce n’était pas de sa faute si j’étais assez sensible.

-Je..Je te suivrais Yoshino, je te fais confiance.

C’est alors qu’on avait commencé à courir. Le jardin était assez long et large, et la balade prenait du temps. On était encore dans la saison du printemps. Je courais derrière lui, Crapy avait pris la peine de chercher avec nous un endroit où on pouvait se cacher. Un endroit assez grand, et où l’on passerait comme pour inaperçu. Je regardais autour de moi, puis tira un peu la chemise de Yoshino, lui montrant un buisson assez grand. Là, nous aurons surement de la chance pour se cacher du personnel et des profs, un peu trop fouilleur à mon goût. Crapy se dépêcha d’inspecter les lieux, puis me fit un signal de la tête, qui me fit comprendre que le buisson était bien grand pour trois personnes même, et pouvait nous cacher de la vue des fouilleurs. C’est alors qu’à voix basse je dis :

-Aller vient…

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Noriiko Shimazu

Féminin
Messages : 3616
Kamas : 10257
Date d'inscription : 14/05/2013
Humeur : RAS
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d'or
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Dim 17 Nov - 17:36

UP !

Où en est-ce RP ? Yoshino est-il absent ? Si ce n'est pas le cas, merci de répondre, sinon ce RP sera considéré comme abandonné ~

PS : je supprimerai mon message une fois que le RP aura repris

════════════════════
Mes cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie] Mar 17 Déc - 21:24

Sans réponse de votre part, donc je déplace. Vous pouvez le récupérer a tout moment!
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Le début d'une magnifique nuit ! [PV Mikie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Mariage de Myckilem et Naurestel
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» Les grandes villes du monde ..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-