Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Sam 21 Sep - 19:07

C'était un après midi tranquille de printemps. J'étais arrivé au pensionnat depuis environ deux semaines, un peu moins. Et surtout les cours me laissait un après midi de libre que j'avais entrepris d'utiliser pour exploser Nara. C'est ainsi que j'avais emprunté un vélo à l'académie. Et après quelques dizaines de minutes dans la ville, je me retrouva donc avec mon vélo dans le parc de la ville au milieu des arbres. Complètement par hasard, sans forcément avoir chercher à m'y retrouver, j'atteignais donc l'endroit qui devait être le plus calme de la ville. Je ne risquais que de l'apprécier, moi qui ne pouvait pas supporter le bruit ambiant plus d'une dizaine de minutes.

Enfin, en voyant que le nuages commençaient doucement à laisser le soleil percé, je décida qu'il était temps pour moi de faire une petite pause et entreprit donc de trouver un banc pour me reposer. Banc que je trouva assez facilement, j'avais pu constater qu'ils apparaissaient à intervalle régulier d'une cinquantaines de mètres. Aussi, je n'eus que à parcourir une dizaine de mètres avant de pouvoir poser mon vélo sur sa béquille et m'asseoir sur le banc, les jambes commençant un peu à souffrir de l'effort.

Heureusement pour moi, j'avais eu la bonne idée d'emporter des trucs à manger, en plus des habituelles gourdes qui me servaient à activer mon pouvoir d'aquakinésie dans les zones sans grande quantité de liquide. Gourde qui n'était pas nécessaire au pensionnat en général, grâce à la relative proximité du lac. Quoique, dans certaines zones il m'était difficile de capter l'eau du lac en quantité suffisante pour que je puisse en faire un usage correct.
Enfin, toujours est-il que j'avais décider de faire une pause et que j'était donc assis sur ce banc à regarder ce qu'il se passait dans le parc. D'un côté, je pouvais voir les enfants joués au square, me demandant alors si j'avais bien parlé de calme. On pouvait également apercevoir divers promeneurs, tous japonais bien sur, les seuls étrangers étant élève du pensionnat. Un peu plus loin, une sorte de boutique semblant présente, mais j'arrivais pas à voir ce que c'était.

Je saisis une barre chocolatée dans mon sac et commença à la déguster, en essayant d'en mettre le moins possible sur mon jogging ou mon T-shirt, ce genre de barre au caramel étant en général pas mal salissante. Puis en regardant dans la direction du pensionnat, je vis une ombre approchée, sans pouvoir l'identifier.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Dim 22 Sep - 11:24

Pfffia ! Enfin, j'ai fini les cours. Je suis épuisée. La journée semble rude -elle semble vouloir le rester surtout!- et ça m'agace un peu. J'ai l'impression d'être au ralentit. Le soleil commence à pointer le bout de son nez. C'est rare en cette saison, donc normalement je serais contente. Mais là, je suis complètement à plat. Je n'ai pas dormis de la soirée. Je ne sais même pas pourquoi, c'est ça le pire. J'ai essayé plusieurs fois -je n'arrive pas à les compter tellement- de fermer les yeux et de dormir, en vain ! De toute façon, je suis sûre que Morphée est raciste. Il n'aime pas les petites muettes aux cheveux bleues toutes mignonnes. Non, ce n'est pas de moi que je parle. Ou alors il préfère peut-être les garçons...Je sais pas, je ne peux pas lui demander.
Ah, je sors du bahut. J'ai laissé mon sac de cours et mon violon dans ma chambre. Je vais en ville. Je n'aime pas rester cloîtrer dans ma chambre ou au CDI par exemple. Autant que je n'aime pas emporter mon instrument avec moi quand je sors. La dernière fois, j'ai fais une grosse boulette -j'ai toujours pas retenu la leçon en plus- donc si j'avais eu mon violon, je l'aurais explosé. Alors non, je ne suis pas trop pour. Même si Tsukiyo m'a dit que c'était ma façon la plus efficace de communiquer.
Je tape sur mes vêtements. Je ne cherche pas mon carnet ni mon stylo, ils sont dans la poche de ma jupette bleue que j'ai sortit du placard (elle en avait bien besoin). Mon médicament alors ? Non plus, il est dans la doublure de mon corset. Alors qu'est-ce que je cherche ? La boule de poile à huit pattes qui me sers de meilleure amie voyons ! Elle n'est pas là, je ne la trouve pas et je ne l'ai pas laissé dans ma chambre. Et qui sait ce qui peu lui arriver avec tous ces débiles qui se croient supérieurs juste parce qu'ils ont des jambes et des bras et qu'ils font un mètre quatre-vingt. Je la découvre comme à son habitude, planqué dans ma chevelure. Je soupire. C'est bon, je peux partir.

Je sors juste pour me dégourdir les jambes. Je n'ai plus de cours, je peux être tranquille. Donc j'en profite pour me balader en dehors de bahut, dans la ville. Je ne sais pas ce qui me passe par la tête. Je n'ai pas de courses à faire, je n'ai pas d'amis qui m'attendent, mais je sors quand même. C'est ce genre d'envies qui vous prennent en traître et dont vous ne pouvez pas répondre non sans faire une tête d'enterrement. Et dieu sait que je ne suis pas assez forte pour refuser ce genre de bon émotionnel. C'est donc d'une marche amusée, presque en train de sautiller, que je me dirige vers le parc.
Pourquoi cet endroit ? Je ne sais pas. Il paraît que c'est beau là-bas. Et puis c'est l'endroit le plus propice pour rencontrer des gens. Et d...Ah non, j'ai déjà pensé ça. Et Adam sait que j'adore faire des rencontres. (Adam étant le chanteur de mon groupe préféré!) De toutes sortes ! Que ce soit une gentille fille de mon âge qui me paye à boire ou bien un délicieux moment à table avec des gens que je ne connais pas. J'espère tout de même avoir un peu de calme. La seule exception serait qu'il y ait une fête annuelle au parc. Ca ça serait tellement bien ! Avec de la musique et des feux d'artifices ! Oooh, je me vois déjà en train de démontrer mes talents de danses médiocres devant une foule sans m'en rendre compte. Faudrait que j'arrête de me faire des idées moi !
Bref, voilà les pensées qui me traverse l'esprit alors que je me dirige vers le parc. C'est un bon moment de marche, mais je ne vois pas le temps passer. Pas de problème alors ! Après avoir marché une petite montée, j'aperçois enfin ma destination. Un petit chemin en gravier sépare deux terrains d'herbe. Il y a la square au fond. J'entends quelques enfants y jouer. Sur le côté, il y a un banc. Il y en avait aussi tout le long. Mais sur celui-là, il y a un garçon dessus. Il doit faire partit du pensionnat. Sa couleur de cheveux et ses lunettes me font pensé qu'il est l'élève studieux de sa classe. Voir le meilleur. Je ne le vois pas trop bien car devant moi se dresse un autre homme. Plus âgé. Il est tellement grand qu'il me cache. Personne ne peut me voir si je reste derrière. Ce n'est pas une raison pour que je me mette sur le côté.

L'envie me prend de sortir mon carnet et mon stylo. Une envie d'écrire et de dessiner ? Je n'en sais rien. Mais en tout cas, je fais la plus grosse erreur de ma vie. Je me connais par cœur, je sais que je ne suis pas très maline et que je fais souvent des bêtises sans le vouloir. Mais je ne peux m'empêcher de sortir mon stylo en le faisant rouler autour de mes doigts. Pour me donner un genre. Mais ma malchance populaire s'abat encore une fois. L'objet m'échappe des mains et vient rouler sur le sol. J'aurais bien utilisé mon pouvoir pour le rattraper, mais la dernière fois que j'ai voulu attraper quelque chose avec, ça c'est mal fini encore une fois. Donc je me met à courir après. Mais de façon...Ridicule.
Penché en avant, les deux bras tendus vers lui, je le suis, incapable de l'attraper. Allez, viens ici mon petit ! Dans ce genre de moment, je ne fais pas vraiment attention à se qui m'entoure. Je vois mon stylo fétiche ricocher sur un gravier et partir sur ma gauche. Comme une ahurie, je le suis. Et quand je me rends compte qu'il passe sous un banc, entre deux pieds qui me sont inconnus, il ne faut pas se demander ce qui me passe par la tête !
Je monte sur le banc. Mon pied gauche viens ensuite se poser sur le dossier du banc, juste à côté de la tête du gentilhomme à lunettes. L'autre marque l'autre côté de sa tête pour me permettre de bondir sur mon stylo. Ai-je fini ? Non, parce que lors de mon saut, je me rends compte de ce que je viens de faire. Et mes joues prennent rapidement la couleur d'une tomate bien mûre. Aaaah ! Quelle stupide gamine j'ai été ! Pourquoi je n'ai pas réfléchis avant de faire ça ?! Et ce n'est pas fini ! Parce que ce sentiment active mon pouvoir, sans me demander la permission (pour changer), et attire mon stylo en plein sur le nez.
Quand mes deux pieds habillé de ballerines retrouvent le sol, j'ai tellement honte. Je me frotte les épaules. Ce qui m'empêche de me retourner ? Le fait que j'ai une grosse trace de stylo sur le nez et surtout que le dis objet est en équilibre sur mon nez. Qu'est-ce que je fais ? Qu'est-ce que je faaaaaais ?!
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Dim 22 Sep - 17:09

Pfiou, malgré le fait qu'on soit au début du printemps, il commençait à faire sacrément chaud, ou alors c'était l'effort qui faisait que j'avais chaud. Ou alors c'était les rayons du soleil, parce que mon T-shirt était rouge vachement foncé, et comme le foncé absorbe pas mal la lumière, ben, même quand t'a un T-shirt, s'il est trop foncé et que tu est en plein soleil, ben tu souffres. Heureusement y'avait un arbre ou deux le long du chemin, ce qui permettait de pas être totalement au soleil. Bref, revenons à l'ombre que j'avais vu approcher, il c'est avéré qu'il s'agissait d'une jeune fille, dans le genre petite, elle devait avoir 14 ans et elle avait les cheveux bleus, on peut pas dire que c'était courant les cheveux bleus, donc si c'était une de mes camarades, je risquais pas de la louper, j'avais une assez bonne mémoire des personnes.

Enfin bref, donc elle était d'arriver, en sautillant et visiblement, elle jouait avec quelque chose, je savais juste pas quoi, parce que j'avais tout simplement une vision de merde. Une myopie diagnostiqué à 10 ans, et bonjour la tête d'intello. Heureusement, j'avais les notes qui suivait ma tête, étant en classe 2 au pensionnat de Tadakai. Et voilà que l'autre arrivait sur moi en courant, essayant visiblement d'attraper son jouet qui lui avait échappé. Et ouais, manque de bol, le terrain était en très légère pente, elle n'arrivait donc pas à le rattraper. Et par je ne sais quelle opération du Saint Esprit, qui devait visiblement avoir envie de se foutre de ma gueule, voilà que son truc, qui était apparemment un stylo passait entre mes deux pieds. Et l'autre me fonçait encore dessus, par réflexe, je mis mes deux mains devant mon visage pour protéger mes deux hublots. Mais on peut dire que je la senti passer juste au dessus de moi. Quand je me retourna pour voir ce qui se passait, elle était par terre, avec son stylo en équilibre sur le nez, par je ne sais quelle intervention du Saint Esprit (je vous l'avais dit qu'il avait envie de se foutre de ma gueule) et visiblement en pleine imitation d'une tomate bien mûre vu la coloration de son visage. Elle devait à peine avoir compris ce qui c'était passer.

Je la dévisageais, essayant de déterminer si je l'avais déjà vu au pensionnat pourtant je n'avais pas souvenir d'une jeune fille au cheveux bleus. Mais il était fort possible qu'elle soit une élève de ce dernier, après tout, je ne voyait pas d'autre explication au fait que son stylo tenait dans une sorte d'équilibre surnaturel sur la pointe de son nez.


Pfiou, j'ai bien cru que t'allais me rentrer dedans, ça va ?


Ouais j'essayais de désamorcer la situation, après tout, j'avais eu la malchance d'être au mauvais endroit au mauvais moment, et puis, pour une fois que j'avais une chance de pas me faire dégommer par les gens que je rencontrais, fallais bien que j'en profite, j'avais pas encore tellement d'ami au pensionnat, en fait y'avait Kodo et Phelan, même si on pouvais pas encore appelé ça un ami. J'espérais juste pas m'en prendre une dans l'immédiat, parce que je dois avouer que la situation était pas mal gênante.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Dim 22 Sep - 18:07

Et il vient même pas m'aider à me sortir d'une situation comme celle-là ?! Quelle manque de politesse ! Ah les jeunes je vous jure, la galanterie ils connaissent plus ! Non je rigole. Je suppose qu'il se dit qu'un stylo ce n'est pas trop grave. Le truc c'est que je ne sais pas comment faire pour l'enlever. Le prendre dans mes mains je suppose que c'est la meilleure idée qui n'a jamais été créée. Le truc c'est que j'ai peur que mon pouvoir soit encore actif. Et que par un malheureux hasard, je fais encore une connerie et que j'enlève l'utilité des lunettes de ce pauvre garçon. Qui sait, peut-être qu'en approchant ma main, mon outil va devenir fou et va aller se planter dans l'oeil de l'étudiant ! Là, il n'aura plus besoin de ses carreaux !
Alors je prends la position des gens aux cirques qui sont en équilibre sur une corde. Je sais plus comment ça s'appelle ! Mais en tout cas, j'ai les deux bras tendus à l'horizon. Je ne sais pas pourquoi en plus...Je suppose que ça me rassure. Ou juste pour me la péter un peu devant le jeune homme puisque le stylo n'est pas décidé à descendre. Bah ouais, peut-être que j'arrive à lui faire croire que ce n'est pas un pouvoir, mais juste de la technique à l'état pur ! Mia Kagachi bosse à mi-temps dans le cirque ! Venez la voir à l’œuvre le samedi de dix-neuf heure à vingt-et-une heure ! Le pire c'est que ça pourrait être vrai...Et m'ouvrir des portes !
Je devrais aller chercher mon stylo maintenant que mon sentiment de pure honte est passé. Bah oui, tout bien réfléchis, en regardant le jeune homme un peu mieux, il n'a pas les même rougeur que moi sur les joues. Et je pense que s'il avait vu quelque chose d'interdit, il serait un peu plus choqué que ça. Donc ça va, je n'ai pas à stressé. Il m'a vu dans ma magnifique scénette de casse-cou, mais ça tout le monde pourrait le voir. Je suis si maladroite.

Faut que je me libère de cette situation plutôt gênante. Parce que ce n'est pas comme ça que je vais réussir à «discuter» avec ce garçon. Je ne peux pas écrire avec ce crétin de stylo sur le nez ! J'ai beaucoup, mais alors énormément d'espoir. Ce serait magnifique de pouvoir attraper mon objet entre mes petits doigts de fille de seize ans qu'à la taille d'une collégienne de quatorze et de ne pas le voir s'envoler vers d'autres cieux comme Buzz. Mais bon, on a pas ce qu'on veut dans la vie et comme je dirais toujours : La vie n'est pas toujours aussi rose que le dessin d'une maternelle !
C'est donc avec délicatesse que j'approche ma main de mon stylo. Et là, qu'est-ce qui se passe ? Heureusement, il ne part pas se loger dans ce que je veux transformer en ami. Mais il penche lentement sur le côté, la pointe toujours sur le bout de mon nez. Quand je retire ma main, il revient tout aussi lentement à sa place. Je cligne des yeux, surprise. What da...Attends, j'ai une idée ! J'approche l'autre main, et il fait la même chose dans l'autre sens. Mais qu'est-ce que c'est que ce pouvoir de fou furieux ?! Il ne m'écoute jamais en plus. Je sais que je devrais apprendre à le manier, mais je ne veux pas user du temps pour ça. Surtout que je ne peux pas rattraper le temps perdu. Alors j'aimerais éviter d'utiliser un an de ma vie à bosser pour rien. C'est sûr que dans cette occasion, ça m'aiderait beaucoup !!
Il ne me reste qu'une solution, demander de l'aide. Mais comment ?! Je ne peux pas communiquer ! Même au jeune homme juste devant moi, caché derrière ses lunettes ma foie pas trop repoussante. Je me demande bien comment il est sans. Bah, je me détourne de mon objectif premier : m'enlever ce stylo de mon nez ! Puis après, ce sera effacer la trace que je me suis faite. Puis peut-être qu'après je pourrais discuter. Mais seulement si j'ai récupérer mon objet. Parce que oui, je ne peux ni appeler à l'aide quelqu'un, ni demander à mon camarade de pensionnat. Parce que je suis dans l'incapacité de parler et que je n'ai pris qu'un seul stylo !
Je courbe mes sourcils. Ce signe de visage devrait me permettre de lui faire comprendre que j'ai besoin d'aide. J'espère qu'il va comprendre. Et qu'il va venir m'aider. Et qu'il ne va pas me faire une farce. Ou me faire languir ! Bref, comme je suis pas sûre que ce soit suffisant...Je me met à, dans ma grande finesse bien caractéristique, agite les bras dans tous les sens !
Et totalement sans m'en rendre compte, contre mon gré, sans faire expret, je lui décoche une magnifiquement horrible baffe en plein sur la joue. Le choc d'avoir frappé quelqu'un qui en plus est plutôt mignon qui EN PLUS porte des lunettes, me fait sursauter. Comme animé d'un bon sens à toute épreuve, mon stylo s'enclenche et saute. Il tombe comme par hasard sur mon carnet. Je me dépêche, complètement affolé, de voir si je lui ai fais trop mal.

Oh ! Je suis désolé ! Excusez-moi, je ne voulais pas vous faire mal !! Veuillez accepter mes excuses, je suis vraiment désolé !

Sans m'en rendre compte, un vol humide vient se créer autour de mes yeux. Je suis trop émotive, j'ai vraiment peur de lui avoir fait mal.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Dim 22 Sep - 21:20

Alors, actuellement pour résumer la situation, j'avais pour une fois quitter le pensionnat et je suis aller me balader au parc, sur un vélo, ce que je fais assez rarement, mais pour une fois, j'ai été pris d'une envie à aller faire du sport. Pour un intello de la classe 2 c'était assez bizarre. Ensuite bon, une fois au parc, c'est là que c'est devenu franchement bizarre .

Primo je me suis assis sur ce banc, deuxio y'a cette fille qui est arrivé en coursant son stylo et qu'à sauter juste au dessus de moi en s'appuyant sur le banc, surtout que d'après ce que j'ai pu constater, elle était en jupe, donc the situation WTF.
Et là, ça devient encore pire, son stylo qui semblait tenir en équilibre commence à bouger tout seul, surtout que avant, elle à fait genre qu'elle était au cirque, ce qui m'a juste fait pouffer de rire, pas que le cirque c'est pas bien ou que je méprise les artistes de cirque. Mais bon, quand on est étudiant à Tadakai, on apprends vite que chaque situation étrange est du à un pouvoir magique autant aussi étrange. Donc, vu que le stylo semblait léviter sur son nez, je parie donc sur la télékinésie. Et puis après c'est devenu encore plus WTF, parce que son stylo a commencé à se foutre royalement de sa gueule et là, j'ai pas pu me retenir de rire, même si ma main c'est porté vers mes gourdes, qui m'aurait permis de l'aider.

Sauf que au moment même ou j'allais déployé mon aquakinésie, ben, je m'en suis pris une. Heureusement pas une méchante, après tout une fille toute menue toute mignonne, elle pouvait pas taper fort. Il n'empêche que j'ai couvert ma joue un peu rose du choc avec ma main et que le regarder avec un air l'air de dire " je t'ai fait quelque chose dit le, après tout c'est toi qu'à failli me rentrer dedans".  Et puis là je la vois prendre son stylo, qu'elle avait finalement réussi à retirer de son nez. J'ai remarqué qu'elle l'avait approché d'une sorte de cahier, sauf que je voyais rien, parce que mes lunettes avait quand même volé sous l'impact. Sauf que j'arrivais pas à les attraper, en réalité je les voyais même plus, foutu Myopie. J'osa quand même ouvrir ma bouche, lâchant un juron au passage.


Merde mes lunettes.


Je descendit donc forcé du banc et commença à tatonner en cherchant ma paire d'yeux supplémentaire, n'arrivant pas à mettre la main dessus. En jetant un oeil à ma camarade, j'étais presque certain qu'elle était une élève du pensionnat, je ne compris pas ce qu'elle était entrain de faire. Flûte, n'empêche, même en flou, elle était plutôt joli et puis la couleur de ses cheveux lui donnait une sorte de beauté surnaturelle, en même temps, cette couleur était surnaturelle. Bref, si on enlevait le fait qu'elle devait dépasser difficilement les 14 ans, elle était pas mal. Mais je savais pas trop ce que je lui avais fait.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Dim 22 Sep - 21:54

Alalala ! Qu'est-ce que je suis stupide ! Je crois que je viens de lui envoyer ma main dans la figure alors que je ne lui ai même pas parlé une seule fois. Surtout qu'en plus, c'est moi qui lui ai littéralement sauté dessus. Je ne sais pas où me mettre. Mes joues commencent à prendre de la couleur, mes sourcils se courbent et mes doigts tremblent en tenant mon carnet. J...Je viens de lui en mettre une quand même. Ce n'est pas rien. Je ne sais pas comment réagir. Il ne dit rien en plus. Je me suis excusé pourtant. Je ne sais pas ce qu'il a...Mais j'espère qu'il ne m'en veut pas. Je ne veux pas qu'il me déteste !
Je me mords tellement fort la lèvre que je commence à sentir le désagréable goût de sang contre ma langue. Mais je ne peux pas m'en empêcher, je me sens tellement coupable. Et à juste titre. En regardant de plus prêt, je lui ai quand même imprimé un feuille A4 sur la joue. Je suis tellement maladroite aussi, ce n'est pas de ma faute ! Enfin si...Justement, c'est pour cela que je me mords d'ailleurs. Je ne sais plus quoi faire. J'ose même poser mon doigt sur sa joue, juste quelques secondes, pour lui rappeler que je lui ai écrit quelque chose. Mais rien. Pas de réaction. Qu'est-ce que je vais faire ? Pitié, j'espère que je ne l'ai pas vexé ! Je sais bien que les garçons ont leur honneur et tout ça. Se prendre une baffe par une fille, surtout de ma taille, ça dois faire mal psychologiquement. Donc j'espère ne pas lui avoir fait trop mal dans ce sens là...

Puis il fini par jurer, et je comprends pourquoi il n'a aucune réaction. C'est parce qu'il ne voit rien. Bien évidemment ! Je dois l'aider à retrouver ses lunettes ! Parce que déjà c'est de ma faute s'il les à perdu. Donc partir comme ça, en douce sans rien lui dire, ce serait vraiment dégoûtant. Et puis comme ça je pourrais me faire pardonner, enfin j'espère. Mais maintenant que j'y pense, il à plus ses lunettes, ça veut dire que je peux le regarder sans ! Je fini par m'approcher lentement, essayant d'être la plus discrète possible. Ca ne sert pas vraiment à grand chose puisque de toute façon je pose ma main sur son menton, lui faisant relever le visage vers moi. J'ai quelques rougeurs sur les joues quand je le regarde dans les yeux, mais je peux pas m'en empêcher.
Avec ou sans ses lunettes, il a l'air gentil et mignon comme garçon. Je ne peux vraiment pas le laisser dans la pagaille. Surtout si c'est de ma faute. Un garçon avec un visage comme celui-là peut pas rester à se ridiculiser en cherchant ses lunettes ! Je le dépose alors sur le banc d'où il s'est relevé. Pour lui faire signe de ne pas bouger, j'insiste sur ses épaules. Je lui laisse mon carnet sur les genoux (Avec ce traître de stylo !) et je me met à chercher ses lunettes. Heureusement que j'ai fais attention à la couleur de celles-ci quand je l'ad...je le regardais. Elles sont rouges. Je dois faire attention, si quelqu'un marche dessus, ce serait pas vraiment le meilleur moyen de nous sortir d'affaire. Lui parce qu'il ne pourrait plus voir, moi parce que je ne pourrais plus lui écrire.

Donc je fouille un moment dans l'herbe sans rien trouver. C'est difficile de trouver quelque chose comme une paire de lunettes. Même si la couleur n'est pas la même que là où je marche. Où elles peuvent être passés ? Raaa ! Pourquoi je lui ai mis une baffe aussi ? Je suis stupide ! Je me tape légèrement la tête, fouillant à présent sous le banc. Je fais attention à ne pas tâcher mes affaires. Mais quand je me relève, j'ai quelques feuilles vertes dans les cheveux. J'aurais bien voulu les enlever, mais mon regard croise celui sans vie d'un objet que je cherche depuis longtemps. Les lunettes ! J'étire un sourire heureux. Je le suis, parce que j'ai retrouvé les lunettes de ce garçon myope. Mais ce sourire disparaît quand le reflet des jantes d'un vélo éblouis mon regard bleu. Il ne voit pas qu'il va écraser les lunettes ?! Qu'est-ce que je dois faire ? Je n'ai pas le choix...
Je tends mon bras vers les carreaux. J'espère que ça va marcher. Je me concentre. Je ferme les yeux. J'imagine les lunettes. Leurs formes carrés, les deux tiges qu'on pose sur les oreilles. Les verres. Et tout ça...Au creux de ma main. Je sens le bout de mes doigts s'engourdir comme à son habitude. Quand je rouvre les yeux, j'ai les lunettes entre mes doigts. Je me mets a sautillé sur place, le sourire aux lèvres, morte d'un rire silencieux. Ouais !! J'ai réussi !
Doucement, je m'approche. J'ouvre les lunettes du jeune homme. Je met un genou sur le sol. Je fais attention, comme si c'est un moment important. Je prends une inspiration avant d'approcher lentement mes mains. Je finis par faire glisser les tiges sur ses oreilles. Le creux se dépose lentement sur son nez. Je lâche ensuite ses lunettes. Je les lui ai rendu. Légèrement souriante, je lui tends à nouveau mon carnet, déposant le bout de mon stylo sur la phrase que je lui ai écrit précédemment.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Lun 23 Sep - 18:31

Euh... whait, il se passe quoi là, d'un coup, je me retrouve avec cette fille qui me saisit le menton pour me forcer à lever la tête. Faut avouer de prêt, elle est vraiment joli, elle a comme une sorte de grâce enfantine, en fait, elle me fait penser aux mélodies des chansons pour enfant, une sorte de truc qui te donne obligatoirement envie de sourire, sans penser à autre chose, exactement le genre d'air qui te trotterais après pendant toute la journée dans la tête, sans que tu puisse l'effacer. Et puis d'un coup, sans que je sache pourquoi, elle me redéposait sur le banc alors que je voulais chercher mes lunettes. Après tout, myope comme je suis, j'avais rien à envié au taupe, il me les fallait absolument. Et puis y'avait la pression de ses mains sur mes épaules, comme si elle voulait me fixer sur ce banc et puis son carnet sur mes genoux, elle c'était précipité dessus après m'avoir frappé, j'avais pas compris pourquoi.

Je ne put pas m'empêcher d'en tourner quelques pages, et c'est là que je compris en fait qu'elle était le problème, en me souvenant de sa tête étrange lorsqu'elle était entrain de jouer avec le stylo, ou plutôt quand son stylo jouait avec elle, elle n'avait rien dit, alors qu'il aurait été simple de me demander de l'aider. Si elle l'avait pas fait, c'est parce qu'elle ne pouvait pas parler, donc forcément, elle devait être muette, ou un truc du genre.

Je me remis alors compte qu'elle était entrain de s'agiter partout pour essayer de retrouver mes lunettes, je me pencha plusieurs fois pour essayer de l'aider, mais après je me souvins de cette pression sur mes épaules. Comme si au lieu de vouloir en rajouter, elle avait plutôt servi à enlever une partie du stress qui m'avait habité le temps que je cherchais mes lunettes, après tout, c'était un peu de sa faute si je les avais égaré, elle devait forcément vouloir se faire pardonner. Je me dis que c'était peut-être le sens de sa phrase et c'est là que le carnet, toujours encore sur mes genoux se rappela à mon bon souvenir. J'essayais tant bien que mal de déchiffrer son écriture en fronçant les sourcils, mais forcément, c'était du japonais et même en essayant de me concentrer je n'arrivais pas à des résultats cohérents. Le pire étant de constater que je voyais presque rien de ce qui se passait autour de moi, à peine j'arrivais à distinguer sa silhouette entrain de fouiller un peu partout. Et puis voilà que sa silhouette se déploit devant moi, doucement, elle a l'air d'avoir un truc en main. Sur le coup, je me dis que ça devait être mes lunettes, pourtant, en la voyant approcher, je ne pus pas m'empêcher de fermer les yeux et puis je sentis le contact familier du plastique sur mon visage, si léger qu'on ne le sentait pas, comme une douce mélodie qui ferait à peine frémir les oreilles.


Et d'un coup, en ouvrant les yeux, comme la lumière. Fallais dire que ça faisait du bien de revoir clair, et de pouvoir contempler réellement son visage pour une fois. Avant qu'elle ne me fiche son carnet devant le nez avec cette unique phrase, qui sonne comme une évidence, l'explosion après un long suspense qui faisait monter la tension et la réjouissance de voir qu'on ne c'était pas trompé. Ouf, j'avais donc pas fait de connerie, tant mieux, pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher de repousser ce carnet devant moi de la main, pour pouvoir la regarder dans les yeux. Et je lui souris.


T'inquiètes pas, y'a pas de mal, tu l'as sans doute pas fais exprès. Je sais ce que c'est une magie qu'on contrôle mal. Tu es de Tadakai n'est ce pas ?


Ouais, j'étais passer au tutoiement direct et après, je me suis mordu la lèvre, Kodo m'avais dit une centaine de fois que ça se faisait pas au Japon, mais aux Etats-Unis, c'était normal, j'avais jamais vu un jeune en vouvoyer un autre. Donc, bon, pour moi c'était presque naturel. Bref, on pouvais dire que j'enchaînais les gaffes.

Au fait, merci pour les lunettes, c'est une vrai plaie de toujours devoir faire attention.

Re grand sourire, j'espérais marqué quelques point, après tout, j'était bien obligé de me faire des amis.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Lun 23 Sep - 19:05

J'avais eu tellement peur ! J'avais vraiment cru que j'avais fait une énorme gaffe et que, lorsqu'il retrouverait la vu, il se lèverait, me mettrait une baffe à son tour et partirait sans se retourner. J'avais le coeur qui battait tellement vite que je l'entendais même taper dans ma tête. Et un truc comme ça dans le cerveau, ça existe pas ! Voyons ! Je sais que je ne suis pas encore retourné au pensionnat, mais ce n'est pas une raison pour dire des bêtises aussi grosse que...Bah aussi grosse que ma chambre ! Et je me fiche de savoir si ça à un quelconque rapport avec la discussion. Je suis stressée là !
Je soupire de soulagement quand je le vois sourire. Je suppose que ça veut dire qu'il ne m'en veut pas. Ou alors il me fait une mauvaise blague et va commencer à m'engueuler parce que je ne fais pas assez attention. Et je passerais alors le reste de ma journée assise quelque part, la tête basse en regrettant le moment ou ma main est venu lui imprimer cette page rouge sur le visage. Parce que c'est vraiment de ma faute et je suis vraiment vraiment désolé ! Mais comment lui faire comprendre ?! Je veux dire, quand on le dit avec un certain ton, ça semble sincère et pensé. Mais par écrit, ce ne sont que des mots et de l'encre qu'on voit sur du papier. Je ne sais pas comment lui montrer que je pense vraiment ce que je lui ai écris et que je ne sais pas comment faire pour me faire pardonner.

Il finit par me dire que ce n'est pas trop grave. Bof, je ne pense pas. Je lui ai mis une claque quand même. Et en plus il a perdu ses lunettes. Et pour moi c'est grave. Je ne sais pas comment je réagirais si quelqu'un me fait perdre mon carnet, mais sûrement pas aussi bien que ce jeune homme. J'ai intentionnellement pas dis "quatre yeux" parce que je trouve ça pas gentil ! Je ne sais pas comment il fait pour être aussi calme après ce que je viens de lui faire. J'ai l'impression de parler à un bouddhiste maintenant. Je me demande d'ailleurs s'il fait pas de la méditation ? Entre les cours. Une position du lotus et on est partit pour la zen attitude !
Quelque chose qui ne m'a pas vraiment choqué, qui me revient juste un peu après. Il m'a tutoyé. Je n'importe pas beaucoup d'importance à cela, surtout qu'il doit pas être loin d'avoir mon âge, donc ce n'est pas trop grave. Mais s'il était tombé sur quelqu'un d'autre que moi, il se serait sûrement fait taper sur les doigts. Peu de gens sont souples avec la tradition. Si je me rappelle bien (Et je me mordille le bout du doigt pour bien montrer que je réfléchis), c'est que quand on est vraiment proche qu'on dit ça. Je ne suis pas sûre, ça fait longtemps que je n'ai pas vérifié. Pour moi, vouvoyer quelqu'un c'est d'un naturel. Mais je crois que c'est ça. Cool ! Ca veut dire qu'il veut qu'on soit ami ! A moins qu'il comprend juste rien...A prouver.

Je reste debout, devant lui. Je ne sais pas vraiment pourquoi. Enfin si, je m'en doute bien. Je n'ose pas m'approcher, m'asseoir sur son banc. Après ce que je viens de lui faire, je trouve que ça fait un peu hypocrite. De lui prendre sa place alors que je lui est littéralement étalé ma paume sur la figure. Tiens, ça soulève une autre théorie Miathique ! Il est peut-être fragile comme garçon. Un homme est censé être fort et protéger les gens qu'il aime. Peut-être qu'il ne l'est pas assez. Enfin, j'ai rien prouvé hein ! Je met juste des hypothèse ! Ça se trouve, en une droite il m'étale sur le sol. Enfin, c'est pas bien difficile.
Je suis toujours debout devant lui. Je dois à peine être plus grande que lui assis. Mes deux bras se rejoignent au niveau de ma jupe. Je suis légèrement penchée en avant, l'écoutant parlé. Faire attention ? Mais pourquoi fait-il attention à ses lunettes ? Je veux dire, il existe des lentilles pour ça. Ça permet de voir sans avoir à se coltiner des carreaux. Peut-être qu'il préfère en lunettes ! Je ne discrimine pas. Mais ce n'est pas un manque d'attention qui lui à fait perdre ses yeux de secours, c'es juste la grosse gourde que je suis. Je regarde le reste de la page, encore blanc. Juste en dessous de ma première phrase. J'écris ? Je n'écris pas ? Qu'est-ce que je fais ?! Allez, je vais jouer la carte de celle qui s'en veut.
Je me courbe devant lui, la tête baissée, lui tendant mon carnet afin qu'il puisse lire ce que je viens d'écrire.

Ce n'est pas de votre faute ! Je ne fais pas assez attention à ce que je fais !
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Lun 23 Sep - 21:55

Bon, et maintenant, j'avais récupéré mes hublots, OK. Cette fille était vachement mignonne OK, même si elle devait avoir l'âge de ma peste de cousine, soit pas plus de 13-14 ans, donc bon, niveau fille, y'a largement mieux. Parce que pas qu'elle a l'air d'être une gamine, mais presque. Je pouvais pas m'empêcher de la dévisager, niveau politesse y'avait mieux, mais j'essayais de comprendre ce qu'il se passait et de remettre mes idées en place.

Raah et bordel, c'est quoi ça, y'a de nouveau plein de tâche en plein milieu de ma vision, j'attrape un mouchoir, je sort une goutte d'eau de la gourde avec mon pouvoir, parce que faut avouer que c'est plus marrant et opération nettoyage, ça fait du bien de voir clair et puis en passant, j'en profites pour faire un peu le clown. Parce que j'adores faire le clown, et puis aussi parce que j'aimerais bien voir sa tête, savoir si elle va faire la tête de jeune fille émerveillé auquel je m'attends.

Et voilà qu'elle reprends son stylo et elle écrit encore le vouvoiement, sauf que d'un côté ça m'énerve, réaction typique d'Américain oblige, et de l'autre, j'ai pas vraiment le choix parce qu'on est au Japon et au Japon ça marche comme ça, c'est comme les musiques un peu pourri que à un moment de la journée t'es obligé de te coltiner, parce que juste après y'a Nirvana, ou Chuck Berry, ou n'importe quel bon musicien qui tue. Donc bon, soupir de résignation, ou presque, j'arriverais peut-être à lui faire écrire tu avant la fin de la conversation, ou peut-être pas, parce que je vais être obligé de passer au vouvoiement aussi, fuck the logic.


Nan mais, elles tiennent plus vraiment en place non plus, c'est pas totalement de votre faute.


Ca c'était à moitié vrai, parce que à force de prendre des coups, le moindre choc les faisait partir, mais voilà, pas assez de thunes pour acheter d'autres lunettes et puis, ma myopie s’aggravait plus vraiment, elle arrivait pas à faire pire. Et puis, ça se fait pas de charger une fille comme ça. Et puis y'avait cette curiosité dévorante qui faisait que je voulais savoir d'où son stylo flottait presque sur son nez, même si j'étais sur qu'elle était du pensionnat.

Vous avez pas répondu à ma question, vous êtes de Tadakai ?

Re Gros sourire, et tentative de couper court au sujet précédent, marre de causer de carreaux, je suis pas vitrier.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Mer 25 Sep - 17:40

Je n'arrive plus à le suivre. Il me souriait il y a pas si longtemps, et maintenant j'ai l'impression d'être un spécimen rare d'insecte ou d'oiseau à ses yeux. Je n'arrive pas non plus à comprendre pourquoi il change aussi brusquement de façon de pensée. La dernière fois qu'il m'a parlé, il avait utilisé le tutoiement. Mais plus là ! Et c'est que ça occupe plus de place dans mon esprit que le prochain test de mathématique. Je n'arrive pas à la comprendre. C'est peut-être à cause de cela que je n'arrive pas à ne pas penser à lui.
Je n'ai pas vraiment l'habitude de m'attacher si vite. Enfin, j'évite de me faire des ennemis, mais les personnes qui me sont cher se compte sur les doigts de la mains. Je ne connais qu'une seule personne dans les détails les plus...Profonds allons-nous dire. Et je m'explique ça pour me rassurer. Parce que ça commence à me faire peur toutes ces questions que je me pose à moi-même sur ce garçon. Je ne connais ni son nom, ni son âge, ni autre chose sur lui. Mais étrangement, ce n'est pas cela qui m'intrigue. Et je m'inquiète parce que d'habitude ce sont les principaux points d'une rencontre ! Qu'elle soit intérieur à la classe ou non ! La première chose qu'on dit à quelqu'un qu'on trouve sympathique c'est "Bonjour, tu t'appelles comment ?". Et sauté les formalités ça...Ça me stresse !

Q...Qu'est-ce qui s'est passé ? Je le regarde un moment, clignant des yeux comme surprise. J...Je sais pas vraiment vu, ça s'est passé rapidement. Mais je l'ai bien vu utilisé de l'eau pour nettoyer ses lunettes. Jusque là rien d'anormal. Juste que l'eau est sortie toute seule de sa gourde ! Presque immédiatement, oubliant toutes les formalités et la politesse qui me caractérise (Non ce n'est pas une blague !), j'attrape son eau. Je reste prêt de lui, je ne veux pas qu'il se fasse des idées. Je ne vais pas fuir avec sa bouteille dans les mains. J'ouvre le bouchon, le déposant sans regarder sur sa tête. Je jette ensuite un oeil dans la gourde. Je tape même dessus pour voir s'il n'y a personne dedans. Qu'est-ce que j'ai vu alors ?
Ooooh ! J'ai compris ! C'est lui qui à fait ça ! Mais bien sûr ! J'aurais du y penser plus tôt. Je le regarde d'un oeil intéressée, comme si des centaines d'étoiles eurent l'envie de se jeter dans mes iris. Je m'approche même de son visage, souriante.

C'est vous qui avez fait ce tour de magie hein ?

Je viens de comprendre pourquoi il me tutoie plus ! C'est parce que moi je le vouvoie ! Alalala ! Mais quelle gourde je suis ! J'ai dû le mettre mal-à-l'aise ! Et voilà encore que je m'inquiète. Je courbe légèrement les sourcils à ces pensées, essayant d'être le plus discrète. Je me recule à nouveau, restant debout devant lui. Je lui souris légèrement, tapotant sur le dos de mon carnet avec mon crayon. Quelle situation gênante. J'ai peur d'avoir fait quelque chose de mal. Je n'ose même plus bouger, même plus le regarder, préférant regarder mes pieds. Mes ballerines dont les parois en tissus ont attiré les yeux des poussières marrons.
Je sursaute dès qu'il me demande de répondre à sa question. Oups ! Je lui ai mis un vent sans même m'en rendre compte. Je stresse maintenant ! Je ne sais plus comment réagir. J'ai le coeur qui me fait mal tellement j'ai peur de sa réaction. Je ravale tout de même cette peur, et ma salive en même temps. Faut pas que je le fasse attendre ! Stupide Mia !

Oh désolé ! Oui je suis de Tadakai. C'est mon petit numéro qui vous à mis sur la piste ? écris-je avant de lui tendre mon carnet.

Je reste statique, le regardant. Les passants qui passent derrière moi doivent me regarder bizarrement. Faut dire, je ne pense pas que ce soit bien vu de communiquer comme ça en pleine ville. J'ai l'air plutôt ridicule en plus. Mais je ne peux pas parler autrement. Je n'ai pas appris la langue des signes, c'est trop compliqué. J'enchaîne gourde sur gourde...Il doit pas me trouver très intéressante dis donc. Voir même...Chiante ?
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Lun 7 Oct - 15:04

Bon là, on avance doucement, elle c'était étonné de mon tour de magie et pourtant, elle était bien de Tadakai, comme elle l'annonça après. Sa réaction était d'ailleurs très marrante, j'ai pas pus m'empêcher d'éclater de rire, même pour une magicienne, elle aurait du se douter que ça venait de moi. Sérieusement, comment une élève de Tadakai pouvait louper un tour de magie aussi grossier.

Ouais, ça viens de moi, je suis aquakinésiste.


En tout cas, elle est plutôt marrante, j'ai du mal à la comprendre, après tout, comment on pouvait louper un truc aussi bête, même un membre de la classe cinq pouvait pas louper ce genre de tour, c'était plus simple  que de balader plein de truc, la magie pouvait bien simplement facilité la tâche des hommes, enfin, certain type de magie, d'autre son dangereuse. Un peu comme cette fille, elle en avait pas l'air mais, elle pouvait être dangereuse, après tout, elle était magicienne, elle semblait pas trop contrôlé son pouvoir et puis elle avait failli me rentrer dedans. Ca m'empêchait pas de sourire, j'arrivais de nouveau contrôler la situation, enfin jusqu'à la prochaine bourde inhabituelle et inattendue.

Pourtant, je ne pus pas m'empêcher de faire ressortir l'eau de la gourde d'un claquement de doit, faisant flotter une petite sphère à quelques centimètres de son nez.


Les mages de Tadakai, ça fait pas longtemps que je suis au pensionnat, mais j'ai pu constater que certains était très bon, en fait, si je suis ici, c'est pour pouvoir faire toujours mieux.

Un autre claquement de doigt, sous l'impulsion de liquide supplémentaire, la sphère d'eau grossit simplement, atteignant quelques centimètres maintenant, je commençais à la former différemment, l'emblème de Tadakai commençait doucement à se former devant son visage, au milieu des mouvements élégant de l'eau.


HJ : Désolé pour le délai de réponse, mais j'ai eu pas mal de boulot et un manque d'inspiration.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Dim 13 Oct - 13:41

Je cligne des yeux. C...C'est juste devant mes yeux ! Qu'est-ce que je dois faire ?! Qu'est-ce que je dois faaaaire ? Je suis en train de loucher sur une bulle d'eau qui ne fait que grossir encore un peu. J'écoute à moitié le jeune homme qui me parle. Je suis trop intrigué par ce qu'il est en train de faire. Et je suis en train de réfléchir à comment faire pour ne pas finir toute mouillée. J'ai pas envie de bousiller mes vêtements ! Après je vais devoir encore faire le lave-linge. Donc je reste statique, comme si quelqu'un venait de poser un pistolet dans mon dos et me disait de ne pas faire un pas sinon il me transformerait en un gruyère un peu trop bleu. Je sais, je suis la reine du jeu de mot naze !
Du bout de mon doigt, je touche la petite bulle d'eau. Mon carnet dans la main, mon index vient se heurter avec délicatesse plusieurs fois de suite dessus. Mais étrangement, elle m'explose pas sur le visage. Je me mets alors à rire. Sans bruit, comme la muette que je suis, mais je continu de rire quand même. Ce genre de petits détails me font bien rire et m'aide à me sentir plus à l'aise. Et avec ce que je viens de faire, plusieurs bourdes à la suite, j'étais vraiment pas bien. Ce n'est pas le fait que je n'aime pas ce magicien hors paire ! C'est juste que je lui ai bondis dessus, je lui ai mis une baffe et je lui ai fait perdre ses lunettes. Et ça me gêne un peu qu'il ne m'ai pas disputer ou qu'il continu à me parler.
Ça se trouve, il est super gentil ! Genre tu lui donne un coup sur la joue droite il tend la gauche ! Ou peut-être qu'il est...Non non ! Il doit être super gentil !

Donc me voilà complètement absorbé par cette bulle. Je la regarde comme si c'était un truc totalement incroyable ! Parce que ça l'est ! Je fais le tour, la pointe de mon stylo sur les lèvres, comme si j'étais en train de me questionner. Mais pas du tout ! Parce que je sais que ça n'a pas vraiment de logique. C'est juste lui qui arrive à faire ce qu'il veut avec de l'eau. Et je trouve ça extraordinaire ! Je ne sais pas pourquoi. Peut-être les quelques restes de ma vie "normale" qui remonte comme ça. Ou juste une habitude. J'aime la surprise !
Je souris. Et si moi aussi je faisais quelque chose d'incroyable ? Heu...Finalement non ! J'ai pas envie de lui rayer ses lunettes ou lui mettre mon stylo dans les oreilles. Mais moi aussi j'ai envie de lui montrer ce que je sais faire ! Mais je vais me retenir. J'ai vraiment envie de l'impression, de lui en mettre plein la vue pour qu'il me regarde avec cette petite lueur que j'ai quand je le vois faire ça. Sauf que je ne sais rien faire de mon pouvoir. Et quand j'y arrive, il fait n'importe quoi de son propre chef. Faut vraiment que je lui en touche deux mots. Ça risque d'être difficile...
Donc du coup je ne fais rien. Je me décidé juste de lui répondre, parce que je viens de lui mettre un grand vent. J'étais trop intrigué par son maniement de l'eau. Donc maintenant je me met à écrire. Quand j'ai fini, je relève ma tête pour lui tendre mon carnet, souriante.

Faire toujours mieux ? Pourquoi faire ? Tu as un but à atteindre ?

Je regarde ce que je viens d'écrire. Je hoche la tête. Oui, je ne vois pas comment je peux être plus précise. Je penche ensuite la tête sur le côté. Et je n'aurais jamais dû faire ça. Parce que du coup, je me cogne contre la bulle d'eau qui venait de faire. Vouiii ! Lavage gratos !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Noriiko Shimazu

Féminin
Messages : 3616
Kamas : 10758
Date d'inscription : 14/05/2013
Humeur : RAS
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d'or
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Dim 17 Nov - 17:43

UP !

Où en est-ce RP ? Nathaniel est-il absent ? Si ce n'est pas le cas, merci de répondre, sinon ce RP sera considéré comme abandonné ~

PS : je supprimerai mon message une fois que le RP aura repris

════════════════════
Mes cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi] Mar 17 Déc - 21:51

Nath ne vient plus sur le forum donc je déplace.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Un après midi dans le parc de Nara [Mia Kagachi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Promenons-nous dans le parc pendant que le lapin n'y ais pas... Oh wait...
» Dans un parc
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-