Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Toute bonne chose a une faim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Neiko Seiteki

Masculin
Messages : 386
Kamas : 7019
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : Dithyrambique
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 1 ère année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Average Wizard
Modo RPs / The Teddy's Prince ~
Modo RPs / The Teddy's Prince ~

MessageSujet: Toute bonne chose a une faim Lun 3 Aoû - 22:35

Neiko Seiteki
ft. Ryusaki Kokori
Toute bonne chose a une faim.

   

J'ai découvert récemment que mon état de santé pouvait affecter celui de mon familier. Rien de bien impressionnant, lorsque l'on sait que son familier sert aussi de catalyseur magique. Une intime connexion me lie donc à cet ignoble familier fait de coton. Soit, j'avais donc décidé, dans un but purement formateur et avec le consentement de Plum, de m'affamer.

« NOURRIS-MOI OU JE TE FAIS AVALER TON BRAS ENFANT DE SATAN ! »

Rmh. Avec un demi-consentement. Et un demi-but éducatif, cette chose avait volé mon quatre-heures. Mais reprenons. J'ai noyé mon familier à de multiples reprises; ce qui ne m'a pas tué, ni privé de mes fonctions respiratoires. J'en conclus donc que c'est une passerelle à sens unique. Les seuls retours possibles sont une perte de mes capacités magiques s'il s'éloigne trop. En fait, un familier n'est pas bien différent d'un bâton magique. Il suffit que l'on soit perturbé par nos sentiments ou par un déséquilibre bioénergétique pour qu'il réagisse mal. À l'inverse, étant donné que le bâton n'a pas accès aux sentiments et aux besoins primaires, il ne peut pas nous renvoyer l'ascenseur. Le seul handicap notable est une privation des capacités magiques si on le jette, par exemple.

imitant les plus grandes scènes de mort imminente « Au nom de tout ce qui est bon, nourris-moi je t'en conjure... »

Toutefois. Différence mineure mais pas des moindres, c'est que les familiers ont accès aux sentiments, ressentent la faim, la soif, et même le sommeil. Ce qui pourrait contredire du tout au tout ma théorie. Mais il n'en est rien. Ses sentiments et besoins ne m'affectent pas, et en l'affaiblissement, c'est seulement ma puissance magique qui en prend un coup. Pour reprendre l'exemple du bâton, s'il n'est pas un minimum entretenu, ou s'il a été sujet à des ébréchures, et autres cassures ayant perturbé son fonctionnement, sa puissance magique sera diminuée. Indépendamment de mes besoins ou sentiments. Je peux donc affirmer que le bâton qui m'a coûté un bras, os inclus, ne me sera d'aucune utilité magique. Je peux donc m'en servir comme cuillère à bois pour tourner mes pâtes. Fin.

« - Tu sais où sont les cuisines ?
- Elles ont hantées mes nuits chaque soir depuis que monsieur a décidé de ne plus manger.
- À la bonne heure, plus vite on y sera, plus tôt je te ferai goûter à des pâtes dignes de ce nom !
- Tu sais, j'en suis arrivé à un point où même les pâtes crues me paraissent la plus douce des sucreries.
- Si tu as encore assez d'énergie pour parler, c'est que j'aurai pu te faire tenir quelques jours de plus. »

Nous aurions pu tout simplement aller à la cafétéria. Le seul bémol est que plus personne ne sert de quoi se remplir à la panse à 3 heure du matin. Et qu'accessoirement, les pâtes des dames de cantine n'égaleront jamais celles que je prépare avec amour. Je suivais donc Plum, qui elle suivait son estomac. Nous suivions donc tout deux un estomac, avec la profonde conviction qu'il allait bel et bien nous mener aux cuisines, l'estomac de Plum ne se trompe jamais.

« Ici. »

Effectivement, la pancarte indiquait clairement qu'il s'agissait de la cuisine. Même si les bruits qui émanaient d'elle semblaient provenir davantage à une démolition d'immeuble. Quelqu'un d'autre aurait eu la même idée que moi à une heure aussi reculée ?

« Neiko, même si on fait une rencontre du troisième type, j'ai faim, ALORS ON OUVRE CETTE PORTE. »

Oui, et puis j'ai toujours eu un goût prononcé pour les rencontres surnaturelles. Ou alors c'est le fait de n'avoir rien ingurgité depuis plusieurs jours qui me donnait goût à tout.


BRUIT D'OUVERTURE DE PORTE DE FILM D'HORREUR




════════════════════
RelationsGaleriePrésentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neiko.skyrock.com/
----✄---------------------------------

Ryusaki Kokori

Masculin
Messages : 525
Kamas : 6293
Date d'inscription : 14/06/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 1 ère année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Genius Wizard
Modo fiches / Peluche de Tadakai
Modo fiches / Peluche de Tadakai

MessageSujet: Re: Toute bonne chose a une faim Lun 3 Aoû - 23:25

Ryusaki n'avait pas faim.

... Bon, comme personne n'a l'air de le croire, ceci était en effet un mensonge. Cependant, il n'avait pas le même appétit que d'habitude, seulement quatre fois supérieur à celui d'une personne normale. Oui, le jeune garçon avait faim. Mais la faim n'était pas ce qui occupait principalement ses pensées. Le petit blondinet n'avait toujours pas fait le deuil de sa bien-aimée, ayant rejoint les cieux il y a quelques semaines. Quelques mois. Ryusaki ne le savait pas. Il ne voulait pas le savoir. Enfin, si, à un moment, il ira sur la tombe vérifier la date avant de prendre un calendrier. Mais pour l'instant, tout ce qui comptait, tout ce qu'il voulait, c'était être avec elle. Ne serait-ce que quelques minutes, afin qu'ils puissent échanger pour la toute dernière fois quelques paroles. Ils étaient dans un pensionnat magique, que diable... Les miracles, ça arrivait tous les jours.

Un corps. En chocolat. Perché sur le toit de Tadakai, Ryusaki sculptait. Dans le chocolat blanc. Une réplique grandeur nature d'Anko. Lui qui avait passé tant de temps avec elle, la connaissait par coeur sur le bout des doigts, au millimètre près. Qui sait combien de dizaines de bouteilles d'huile, de bouteilles de lait et de sachets de sucre y sont passés. Mais chaque jour, Ryusaki s'entrainait, à faire une nouvelle réplique de sa dulcinée, en espérant qu'un jour, l'une de ces statues, si elle est taillée de manière suffisamment précise et ressemblante, prenne vie ne serait-ce que quelques instants. Quatre, cinq statues avaient vu le jour à cet endroit. Chaque statue n'existait plus désormais, détruites au fur et à mesure lorsque Ryusaki n'était pas satisfait de son résultat. Chacune présentant une expression différente. La première avait une expression neutre. La seconde était heureuse et irradiait de joie de vivre. La troisième était triste, avec un lourd secret qu'elle ne pouvait avouer. La quatrième souffrait, une expression de douleur sur le visage, en se crispant le coeur. Et là, Ryusaki travaillait sur la cinquième.

La cinquième statue. Pour cette statue en chocolat blanc, Ryusaki mit tout son coeur. Enfin, autant que les autres, mais avec l'expérience, le jeune garçon y arrivait de mieux en mieux et le résultat était visible. Pour cette cinquième statue, le jeune mage avait choisi comme pose une légère timidité. Une petite gène lisible sur son visage, avec une position de repli, mais l'on pouvait sentir qu'elle était heureuse d'avoir été choisie, même si elle ne savait pas vraiment quoi faire. L'Anko qu'il connaissait au début de leurs amours. L'image qui l'avait fait tomber amoureux. Un chocolat aussi dur que possible, afin que la statue dure le plus longtemps possible. Peut-être qu'un jour...

Deux heures du matin. Peut-être deux heures et demie. Il pleuvait. Ryusaki dormait. Mais un lapin en peluche se réveilla, au bruit de la foudre qui frappa. Voyant qu'il pleuvait, le familier monta sur le lit du jeune garçon et le secoua légèrement, jusqu'à ce qu'il se réveille. Hmmm? Ryusaki avait les idées floues, encore à demi-plongé dans un sommeil sans rêves. Sans un mot, Usa-chan montra de son oreille la fenêtre. Ryusaki la regarda. Oui, il pleuvait. Mais ce n'était pas une raison pour le réveiller. De nouveau, Usa-chan secoua Ryusaki. Et lui montra la fenêtre. Il pleuvait toujours. Ce n'était pas comme si... Ah si. Anko !

S'habillant à toute vitesse et prenant un parapluie, Ryusaki dévala quatre à quatre les étages du bâtiment. Montant sur le toit, le jeune garçon prit la statue en chocolat blanc et la ramena à l'intérieur. Mais... La pluie avait déjà commencé à faire quelques dégâts sur cette statue. Tant pis. Il faudra donc la détruire. Direction la cuisine donc, pour pouvoir mettre tout ce chocolat au réfrigérateur. Et prendre un petit casse-croûte au passage, mais ce genre d'actions n'était même pas mentionné tant il s'agissait d'une habitude.

Trois heures du matin. En cuisine. Ryusaki était là, couteau de vingt centimètres à la main, devant une statue d'Anko, légèrement abimée par la pluie. Il fallait la détruire. Mais Ryusaki ne pouvait s'y résoudre. L'idée même de la manger ne lui était pas venue à l'esprit. Détruire la statue. Ce n'était qu'une statue, après tout. Mais il y avait mis tant d'effort, tant de coeur, pour qu'une pluie vienne tout gâcher. Le jeune garçon n'y arrivait pas. Il n'y arrivera pas. Il ne pouvait se résoudre à la blesser, à la mordre, même si ce n'était qu'une statue. Un regard suppliant, et Usa-chan soupira. C'était donc au familier que revenait cette tâche... Et il avait une bonne idée pour le faire.

Un bruit de moteur se fit entendre. Cependant, deux autres bruits imprévus se firent aussi entendre. D'abord le grincement de la porte. Qui d'autre que lui pouvait bien venir à trois heures du matin? Et quasiment en même temps, toutes les lumières s'éteignirent avec un flash à l'extérieur. Et le grondement du tonnerre se fit entendre. Surpris, Ryusaki se retourna et donna un coup de pied dans le four à côté. Pendant que la foudre révélait juste une ombre. Celle d'un lapin en peluche tenant une tronçonneuse, décapitant un élève qui semblait en position défensive, comme apeuré. Une tête qui ainsi vola, avec un cri de douleur résonnant dans la cuisine.

"AAAAAAAAARGH!"

Mais cet acte de barbarie ne s'achevait pas là. Le lapin en peluche découpait méthodiquement de sa tronçonneuse la silhouette de l'élève, en de multiples morceaux, afin que le plus grand des morceaux ne dépasse pas la taille d'une balle de base-ball. Et à côté de cela, un autre garçon était à terre, ramassant les restes de ce qui avait été découpé. Garçon qui remarqua que la porte était ouverte et qu'il y avait quelqu'un. Trop petit pour être Alexisse. Un élève, venu chercher un casse-croûte aussi? Bon, les lumières ayant sauté, tâtonner pour chercher à manger était une mauvaise idée, autant donc lui apporter le bout de chocolat qui avait la forme d'une main qu'il avait dans la main.

C'est ainsi que Ryusaki, plongé dans la pénombre, une main découpée à la main gauche et un couteau d'une vingtaine de centimètres à la main droite, s'approcha de la porte de la cuisine avec un grand sourire, pendant que son lapin en peluche s'amusait avec sa tronçonneuse.

"Bonsoir... Tu sais que tu ne devrais pas être là, n'est-ce pas? N'aie pas peur..."

════════════════════

Mes RP - Ma fiche - Mon inventaire - Mes relations
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Neiko Seiteki

Masculin
Messages : 386
Kamas : 7019
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : Dithyrambique
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 1 ère année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Average Wizard
Modo RPs / The Teddy's Prince ~
Modo RPs / The Teddy's Prince ~

MessageSujet: Re: Toute bonne chose a une faim Mar 4 Aoû - 6:15

Neiko Seiteki
ft. Ryusaki Kokori
Toute bonne chose a une faim.

   

Bon, relativisons. Au moins, je n'aurai plus à retirer la croûte autour du pain de mie, puisque je vais mourir. Que je déteste cette croûte... Encore plus que me prendre un doigt de pied sur un coin de meuble. M'enfin, ça aussi je n'aurai plus à m'en préoccuper ! Puisque je vais mourir.

« AAAAAAA,aaAAAAAH -kofkof- AAAAH »

Dans mes derniers retranchements, je me servais de mon familier comme défense, en le tenant droit devant mon oppresseur. Mon petit oppresseur maintenant que j'y pense. Qui a vu d'œil fait à peu près... Trois Plum et demie en taille. Merci pour ta dernière participation en temps que règle Plum, tu peux maintenant donner ta vie pour moi.

« - Ce n'est pas parce que tu fermes les yeux et tire une mine acquiesçante que je vais donner ma vie pour toi tu sais.
- Tu peux voir dans le noir ?
- Ah non ! Autant pour moi ! »

C'est qu'il en prenait du temps, pour nous tuer. Moi qui pensait que ça n'arrivait qu'aux autres, c'est bien ma vaine. De plus, il me semble avoir aperçu trois mains. À partir de là, deux possibilités sont à envisager. SOIT, c'est un très gentil nain qui possède juste une malformation supplémentaire; OU, c'est un nain tueur fétichiste des mains. Mes douces mains... Si j'avais su je me serai limé les ongles. Mais il y a un moment pour tout ! Et il était maintenant l'heure pour moi de délivrer mes dernières prières. Mes vœux, mes souhaits, mes regrets...

« J'ai de l'argent, beaucoup d'argent. Je suis sûr que j'ai un goût horrible en plus, vous savez, la dernière fois que je me suis léchouillé le bras, il m'est resté ce goût âcre en bouche... Comme si j'avais mâché un chewing-gum retrouvé dans les tréfonds d'un barbecue ayant servi pour les traditionnelles sardines du samedi. Enfin, quelque chose dans le genre. Les diététiciens seront de mon avis, je suis un très mauvais apport nutritionnel, jugez en par vous-même. »

J'avais tendu mon bras, pour accentuer la véracité de mes propos, avant de me souvenir que j'avais déposé une heure avant cette crème pour le corps aux senteurs d'amande douce et de beurre de karité. Apparats féminins, vous aurez causé ma perte. Il ne me restait plus qu'une unique alternative. Marchander. Et c'est là que ça devient intéressant, car j'ai toujours été très fort pour troquer à mon avantage. Tout petit déjà je réussissais à échanger mes cartes à collectionner contre des bonbons de l'épicerie du coin, ah... Qu'ils étaient bons, ces bonbons. Mais l'heure n'est pas aux regrets. Je pourrai lui proposer de dévorer Plum en lui promettant de garder le silence jusqu'aux restants de mes jours. C'est plutôt avantageux pour lui, car sinon, qu'est c'qu'il lui reste ? Me manger moi, Plum, le corps gisant là-bas en s'assurant que personne ne pourra répéter ce qu'il a fait et en plus de ça manger jusqu'à plus faim ? ... Je suis cuit.

« - Adieu rab de cantine, délicieuses et voluptueuses crèmes fouettées...
- C'est la faim qui transforme tes regrets les plus profonds en aliments ? »

Et ce Deus-Ex-Machina qui n'arrive pas.
Je vais mourir sans avoir dit oui à la fille qui me draguera dans le futur. Sans même avoir touché cette promotion qui me rendra riche et irrésistible. Amputé dans cette cuisine où la senteur du chocolat l'emportera sur l'odeur dégagée par la putréfaction cadavérique.


════════════════════
RelationsGaleriePrésentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neiko.skyrock.com/
----✄---------------------------------

Ryusaki Kokori

Masculin
Messages : 525
Kamas : 6293
Date d'inscription : 14/06/2014
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 1 ère année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Genius Wizard
Modo fiches / Peluche de Tadakai
Modo fiches / Peluche de Tadakai

MessageSujet: Re: Toute bonne chose a une faim Mer 5 Aoû - 21:14

Un cri. Un autre. un cri qui cette fois ne venait pas de Ryusaki mais de l'autre personne à l'extérieur de la cuisine. Un cri qui surprit le petit blondinet. Ca va pas de crier comme ça à trois heures du matin sans raison? Cela va à tous les coups attirer le comité de discipline... Oh wait. C'était déjà le cas. Oui, enfin, Ryu' n'avait pas mis son brassard là tout de suite, mais ce n'était pas un petit bout de tissu qui changeait grand chose. Mais le cri surprit tout de même le jeune garçon, qui d'un geste réflexe, leva les mains d'un coup, faisant tomber sur lui une casserole. Buh? Bon, au moins, c'était froid. Mais c'était le reste de la sauce bolognaise de ce soir. Une marmite pleine de sauce. Zuuuuut ! C'était pas voulu! Ryusaki en avait mis partout, que ce soit par terre ou sur lui. Au moins la moitié de son visage en était recouvert...

"Aaaah! Pas bien, pas bien, il faut que je fasse disparaître les traces, sinon... Doit pas y avoir de témoins..."

La sauce rouge vif coulait un peu partout près de l'entrée de la cuisine, une petite flaque commençant à se former près de l'encadrement de la porte. Le système de réparation électrique magique se mit alors en marche. Le couloir retrouva la lumière, mais pas encore la cuisine. Ca prendra encore quelques minutes avant que l'électricité ne revienne dans la cuisine, mais au moins, il y avait de la lumière à l'extérieur. Inutile donc de chercher à nettoyer tout de suite, il valait mieux attendre d'avoir de la lumière à l'intérieur avant. Autant donc sortir pour voir qui était cette personne qui semblait monologuer sur son manque de propriété nutritionnelles. Avec un peu de chance, il était venu piquer quelque chose à manger, donc, cela ne le dérangera pas en échange de l'aider à nettoyer tout cela...

Oh? Il y avait un peu de sauce bolognaise au niveau du "poignet" tranché de la main en chocolat blanc que le jeune garçon avait dans sa main gauche. Du chocolat à la bolognaise. Et si on testait? Ryusaki croqua donc directement dans le poignet, laissant tomber au sol quelques gouttes de sauce. Mouais. C'était assez spécial, pas désagréable pour lui mais le commun des gens ne trouverait probablement pas cela bon. Et la sauce manquait légèrement de parfum. La moitié de ses pensées étaient focalisées sur rassurer l'élève qui était là, et l'autre moitié sur comment améliorer cette sauce.

"N'aie pas peur... Ce n'est pas comme si j'allais te manger... Faudrait du persil et un peu de romarin... Même si comme ça, ce n'est pas mal non plus..."

Déclara-t-il tout en continuant de manger cette main. Après tout, il était déjà en train de manger, il n'allait pas manger un autre élève. Parce que Ryusaki avait quand même des principes. Il était certes curieux du goût que les personnes ont, mais il ne croque jamais sans avoir leur permission d'abord. Enfin, leur permission ou si la situation l'y autorise, comme en combat à l'arène. Une minute. Ne venait-il pas de lui donner justement l'autorisation de goûter son bras? Bah. Qu'importe, on verra plus tard. Pour l'instant, il y avait un problème de bolognaise qui manquait de persil au sol, et son aide serait la bienvenue. Mais il n'y avait pas besoin d'autre témoins. Après tout, il n'était pas de garde cette nuit, donc il devrait y avoir d'autres membres du comité qui pourraient passer... Quoique avec le temps qu'il fait et la coupure en cours, l'élève du comité et les surveillants de garde devraient plutôt être au tableau électrique, ils devraient en avoir encore pour un moment. Mais mieux valait ne pas attirer leur attention.

"Tu sais ce qui va se passer en revanche si tu fais trop de bruit, hein?"

Voilà donc un Ryusaki, recouvert de sauce rouge de la tête au pied, avec un sourire malicieux, qui arriva à l'encadrement de la porte. Les quelques gouttes de sauce bolognaise bien rouge au coin de ses lèvres brillaient à la lumière du couloir, tandis qu'il avait encore couteau aussi parsemé de gouttes de sauce dans la main droite.

Le seul bruit ambiant qu'on entendait en plus de la pluie s'arrêta alors. Usa-chan avait fini de découper ce qui restait de chocolat et avait coupé le moteur de sa tronçonneuse, qui faisait certes deux fois sa taille. Curieux de savoir ce qui se passait, et puisqu'il fallait qu'il range son jouet favori, lui aussi s'approcha lentement de la porte. On pouvait voir sa silhouette derrière Ryusaki, avancer avec l'arme à la main. Il fallait ranger cette tronçonneuse à côté de la porte d'entrée, pour être sur de ne pas accidentellement se blesser en marchant dessus ou en attrapant la lame. Mais Usa marchait lentement pour être sur de ne rien faire tomber d'autre et pour éviter la flaque de bolognaise. Mais à cette vitesse, et avec le poids de la tronçonneuse, il lui faudrait encore au moins une bonne trentaine de secondes avant d'atteindre l'armoire à côté de l'entrée de la cuisine.

"On va jouer à un jeu... Je suis sur qu'il va te plaire."


════════════════════

Mes RP - Ma fiche - Mon inventaire - Mes relations
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Toute bonne chose a une faim

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Toute bonne chose a une faim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toute bonne chose a une fin!
» La délation peut elle être une bonne chose...
» Une nouvelle année et plein de nouvelle chose !
» Un ticket démocrate Obama / Hillary , est-ce une bonne chose ?
» Tout aurait pu être, toute autre chose et aurait eu tout autant de sens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • Les cuisines-