Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Lun 11 Mai - 18:50




Boring. Ennuyant. Ce cours d'anglais était assez embêtant pour le garçon, il faisait étrangement chaud aujourd'hui et, chaleur ainsi qu'ennui ne faisaient pas bon ménage chez le garçon. L'avantage, c'était que c'était la dernière heure de cours. Le garçon regardait fixement l'horloge, montrant très clairement ce qu'il pensait de ce cours au professeur qui ne put retenir un soupire. Le garçon sourit étrangement quelques secondes avant la sonnerie marquant la fin de ce cours des plus ennuyants.

Le garçon était sorti de la salle quand il aperçut une femme, il avait porté un regard plutôt insistant sur elle, peut-être qu'elle aurait pu le remarquer ? Elle était nouvelle, il le savait, il pense qu'elle s'appellait Yume.. Sans nul doute elle a dut sentir sa présence, il s'en était rendu compte quand il reprit ses esprits et ferma sa bouche qui était restée ouverte à observer la fille. Pourquoi cette réaction ? Il en avait vu des files, et des plus belles, plus sexy, et plus .. ouvertement, non pas en coup d'oeil indiscret.. Cette demoiselle lui faisait un effet comme aucune autre lui avait fait.. Qu'était-ce ? Secouant la tête, il décida de retourner à sa chambre.

A peine le garçon avait-il ouvert sa porte qu'il se jetait déjà sur son lit en soupirant. "Pas bouger" pensait-il, il n'avait pas une grande intention de sortir ce soir, en fait, il fermait les yeux déjà qu'il s'endormit. son réveil sonna. Enfin, lécha. C'était son chat, allongé sur son ventre qui lui léchait le nez, le garçon jeta un œil à son horloge pour remarquer qu'il était environ vingt-trois heures, pile l'heure du clair de lune.. Enfin, de leurs clair de lune. Ils avaient développés une habitude d'aller se balader au clair de lune, ce qui arrivait de plus en plus. Donc c'est alors que le garçon, souriant regardait son chat "Tu peux pas me laisser dormir toi ? Rooh.. Allez viens "

Se levant rapidement, le garçon attrapa son chat au vol et le posa délicatement au sol tandis qu'il ouvrit la porte pour s'engouffrer dans le couloir sombre. Il restait silencieux tout le long de la marche et arrivait à la porte principale qu'il poussa doucement. Soupirant et respirant cet air des plus purs, le garçon se dirigea vers les bruits de la nuit, si inspirant, si attirants.. Le garçon sourit une fois arrivé devant ce qui était le fameux lac de Tadakai. Le garçon se posait à côté du lac et commençait à relever son pantalon pour laisser le bas de ses jambes à l'air, tel un short. Il s'assit avec douceur au bord puis commença à rentrer ses jambes à l'air dans l'eau en soupirant de plaisir, son chat venait s'allonger sur lui et se roulait en boule : C'était comme ça qu'ils passaient leurs soirée, ensemble. Comme en amoureux.

Mais comme une soirée n'est ni calme ni normale chez Tadakai, le garçon put déceler dans le calme bruit végétal un craquement de brindilles, ouais, le trucs qui crament les gens dans les films d'horreur, bah un boulet avait fait l'erreur de la reproduire ici. Le garçon se retournait et prit un visage qui se balançait entre le sadisme et la plus profonde gentillesse. Question de points de vue, en fait ? Il se décida finalement à ouvrir la bouche à la vue de la silhouette.

- Tu es.. la nouvelle ?

════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Lun 11 Mai - 21:30



“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”

Les murs. Le sol. Les tables, les chaises. Les cours. Tout était étonnamment nouveau, ici. Tout semblait... étranger, comme si ça venait d'un autre monde. Même le ciel, l'air, le soleil semblaient différents... Après tout, après avoir vécu dix ans dans la rue, passant parfois la journée dans les égouts pour se cacher ou se protéger, le ciel ressemble plutôt à quelque chose de gris et sale, de noir et pollué, l'air semble poussiéreux et irrespirable, le monde semble cruel et odieux, on n'en oublie presque à quoi ressemble le monde extérieur. Et ici, on apprenait, il faisait chaud, bon, le ciel était bleu, l'air était pur, les façades étaient polies... C'était complètement différent de ce que j'avais pu vivre jusqu'à maintenant. Complètement à l'opposé. Mais ce n'était pas forcément dérangeant. C'était une nouvelle vie. Un nouveau départ. Une nouvelle page.

Il faisait chaud, c'était une chaleur différente de ce que j'avais pu rencontrer dans les bas-fonds de la ville. Mais c'était tout aussi agréable. J'étais encore en cours, l'une de mes dernières heures. Mon uniforme était customisé – parce que j'ai toujours détesté ces jupes trop courtes – et surtout parce que j'aimais bien avoir mon style à moi qui me démarquait des autres. Mes cheveux étaient attachées en deux couettes, comme j'avais l'habitude de le faire, et cela dégageait un peu ma nuque, ce qui laissait la légère brise qui entrait par la fenêtre me chatouiller le cou, provoquant une fraîcheur agréable dans cette salle trop étouffante de chaleur. Je regardais d'ailleurs par ladite fenêtre, totalement détachée du cours. Il faisait trop chaud pour apprendre, de toutes manières, et j'avais du mal à rester concentrée. Il n'y avait que l'extérieur, qui m'intéressait. Dans cette salle, je me sentais étouffer, et j'avais peur que mon pouvoir se déclenche à un moment où à un autre, blessant une personne au hasard dans la salle....
Dieu que je haïssais ce pouvoir. Pour m'avoir enlevée aux personnes que j'aimais, pour m'avoir fait les blesser. Je soupirais, au milieu de la salle, repensant à tout. Avais-je vraiment un démon en moi ? Seuls les personnes de ce pensionnat me le dirons, j'imagine...
Bien que je sois plutôt sociale, je ne m'étais pas encore décidée à aller vers les gens. Ils étaient bien trop nombreux, et trop groupés. Je ne voulais pas les déranger, paraître pour un boulet. Je laisserais le temps m'amener aux bonnes personnes, et on verra plus tard.

Enfin, la sonnerie de fin de cours retentit. Je rangeais mes affaires et sortit  de classe, m'étirant. Une nouvelle journée qui se terminait. Je sortais dans les couloirs, marchant lentement et tranquillement. Puis, je sentis un regard se poser sur moi. Je tournais la tête, apercevant un garçon qui me fixait la bouche ouverte. Enfin, peut-être regardait-il quelqu'un d'autre dans ma direction. En tout cas, il semblait véritablement perdu dans ses pensées. Et qu'est-ce qu'il faisait la bouche ouverte ? Il gobait les mouches ? Néanmoins, ce garçon était plutôt... étrange, si je puis dire. Il y avait quelque chose d’intrigant en lui. Peut-être était-ce parce que je n'avais pas rencontré énormément de personnes dans ma vie. Ou peut-être était-ce autre chose. Je ne savais pas. Mais le garçon sembla reprendre ses esprits, fermant la bouche, et je détacha mon regard de lui, marchant jusqu'à ma chambre. A peine fus-je arrivée que je me débarassais de cet accoutrement trop court, trop serré, trop... Trop différent de moi. Non mais vous avez vu ces jupes toute petites ? On dirait qu'elles ont étés prévues pour des poupées ! Je troque donc mon uniforme pour un pantacourt aux extrémités déchirés et un tee-shirt un peu trop grand qui tombe de mon épaule sur un côté. Tout de suite plus agréable. J'enfile mes tongs, et passe le reste de la journée à me prélasser dehors, avant de retourner dans ma chambre au soir.
Mais impossible de dormir. Je tourne, encore et encore, mais le sommeil ne vient pas. Le ciel à déjà revêtu son manteau noir lorsque je décide de me lever pour sortir prendre l'air. Ces derniers jours, tout s'est passé beaucoup trop vite, et j'ai encore du mal à réaliser à quel point ma vie à changé.
Je sors donc, accompagnée de Kurona qui se pose sur mon épaule. Je fais attention à ne pas me faire repérer – le couvre feu doit être passé depuis longtemps.
Je déambule ensuite au hasard, regardant le ciel. Inconsciemment, je me retrouve non loin du lac. C'est vrai que je voulais m'y rendre, mais je ne pensais pas que je m'y rendrais ce soir. En tout cas, c'est l'occasion pour observer la surface lisse reflétant le ciel étoilé, et pour se vider l'esprit. M'approchant du lac, je remarque que quelqu'un y est déjà, à se relaxer j'imagine. Bon, je ne veux déranger personne, alors je vais être la plus silencieuse possible, me poser plus loin et...
*crack*
Stupide brindille. Il fallait toujours qu'elles se placent où il ne fallait pas. Je soupire légèrement, alors que la personne au visage familier se retourne vers moi, un sourire aux lèvres.
« Tu es... la nouvelle ? » me demande-t-il. Alors comme ça, je suis déjà connue ? Wow, je penserais que les gens ne remarqueraient même pas ma présence. Enfin, peut-être que s'il voyait déjà qui j'étais, c'était parce qu'on avait déjà lancé de rumeurs débiles sur moi ? Je ne sais pas. Je lui rend son sourire, un sourire comme j'en ai l'habitude de faire, et lui répond.
« Apparemment, c'est bien moi. »
Je vais m'asseoir à ses côtés, sans gênes, et surtout parce que baisser la tête pour lui parler ne serait pas agréable, tout comme pour lui en montant la tête. Je le regarde, et lui demande :
« Comment sais-tu que je suis ''la'' nouvelle ? »
Je laisse un blanc, avant d'enchaîner :
«Et toi ? Qui es-tu ? »

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Lun 11 Mai - 21:58










Cette soirée commençait tout juste de commencer qu'elle devenait ennuyante, dans le sens où c'était parti pour rester bloquer au moins une bonne heure comme ça, familier sur Oliver, il risquait d'être bloqué, avec une marmotte pareille. Heureusement que la nouvelle était apparue, marchant sur une brindille, telle la personne la plus indiscrète du monde, elle était venue s'asseoir à côté de lui. Cette prestation surpris légèrement le garçon qui ne s'attendait pas à la voir aussi.. Sociale ? Vu le look qu'elle avait adoptée depuis sa dernière vue de la demoiselle qui n'était autre que dans les couloirs. Il la dévisagea de haut en bas une fois qu'elle était assise. C'était surprenant car, elle avait ce look de garçon mais en même temps efféminé, ce contraste entre sa beauté naturelle et son aspect de garçon manqué était très amusant. Un léger sourire put se faire remarquer sur les lèvres du garçon, tandis que celui-ci se redressa pour s'asseoir en face de la demoiselle, du moins tourné vers elle.

« Apparemment, c'est bien moi.
- Comment sais-tu que je suis ''la'' nouvelle ? »

Le garçon adopta comme.. un air supérieur ? Non plus un air fier, un air.. l'air du détective qui as rempli sa mission. Il était assez content d'avoir raison sur ce point car en effet, il n'en était pas moins sûr. Des gens qu'il n'avait jamais vu, c'était bondé dans le pensionnat. Mais des gens qui marchent furtivement dans le pensionnat au couvre-feu, qui viennent parler directement sans embrouilles et surtout des gens qui faisaient effet à Oliver du premier regard eh bien.. ça ne courrait pas les rues. Il sourit doucement et allongea ses bras derrière lui pour se tenir au sol et lever la tête en l'air en souriant.

- Disons que des gens comme toi ne courent pas.. Le couvre-feu la plupart ne le respectent pas et les profs ne nous prennent quasiment jamais sur le fait, pour cause : Ils ne sont jamais là.

Le garçon posait ses yeux doux sur elle pour lui sourire doucement avant de soupirer au nouvel assaut de question.

«Et toi ? Qui es-tu ? »

- Qui je suis ? Je suis un peux tout le monde. Je suis le mec qui as une coloc ultra lourde, celui qui n'as pas de copine car il est trop gentil.. Celui qui traîne partout où son chat l'emmène, celui qui aime aimer les gens.. C'est moi, Oliver Yorick !

Le garçon sourit et prit son chat pour le poser à côté de lui et pouvoir se reculer pour attraper une serviette qu'il avait posé, non loin de la brindille, pour s'essuyer les jambes en souriant. Le garçon souriait beaucoup oui, mais c'était surtout pour cacher sa timidité envers la femme qui, il en était sûr, ne passait pas si inaperçu que ça. Elle lui faisait de l'effet, était-ce positif, ou négatif ? Il n'en savait rien pour le moment, et ça l'intriguait fortement. Il chopa le packet de Pocky's à la fraise qui était caché non loin d'ici, car, en ce moment son dortoir était fouillé, du coup il lâchait ses packets de Pocky's un peux partout. Il ouvrit le packet tandis qu'un doux fumet de fraise en sortit.

- Alors toi, c'est quoi ton pouvoir ? Dit-moi tout, je te rejetterai pas tu sais..

Non, il ne la rejetterai. Car lui même était rejeté par sa colocataire, il savait ce que ça faisait. Ce sentiment ignoble que c'était. Il lui sourit de nouveau, sincèrement, tel que pouvait le aire un enfant à sa mère. Il le sourit, une façon de l'accueillir.






════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Mar 12 Mai - 18:33



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



Le garçon s'était tourné vers moi, souriant doucement alors qu'il allongeait ses bras derrière lui pour le retenir, puis s'était mis à regarder le ciel, me donnant la réponse à ma première question, comme quoi les gens comme moi ne courraient pas les rues et comme quoi personne ne respectait jamais le couvre feu, et que personne ne faisait prendre. Je n'avais donc pas à m'inquiéter de ce côté là.
Le garçon me regarde, souriant légèrement. Je lui rends un sourire brillant, alors qu'il soupire légèrement pour répondre à ma seconde question.
-Qui je suis ? Je suis un peux tout le monde. Je suis le mec qui as une coloc ultra lourde, celui qui n'as pas de copine car il est trop gentil.. Celui qui traîne partout où son chat l'emmène, celui qui aime aimer les gens.. C'est moi, Oliver Yorick !
Il sourit de nouveau, prenant un chat – que j'imagine, devait-être son familier – dans ses bras pour e poser près de lui. Je l'observe avec un sourire amusé, alors qu'il prend une serviette pour s'essuyer, suivi d'un paquet de pocky qu'il ouvre, laissant ainsi flotter une délicieuse odeur fraisée dans l'air. Je ferme les yeux, humant la délicate odeur fruitée, gardant un sourire apaisé sur mon visage.
-Alors toi, c'est quoi ton pouvoir ? Dit-moi tout, je te rejetterai pas tu sais.. 
Mon cœur rattes un battement. Mon visage se crispe pour un quart de mini secondes. Mon souffle se bloque. Un trou se creuse dans mon estomac. Des images défilent dans mon esprit. Des cris, des corps, des coups, du sang. Pendant un instant, la peur et la surprise se font tellement ressentir dans mon estomac que j'ai peur que ce foutu pouvoir ce soit déclenché tout seul. J'attends donc. Une seconde. Deux secondes. Trois secondes...
Pas de cris. Pas de surprise. Pas de bruit suspects, et je suis toujours en vie et en pleine forme. Je laisse échapper donc un léger soupir de soulagement, alors que je rouvre les yeux, tout de même prudente. Oliver est toujours face à moi, et semble indemne. Je souris. C'est vrai qu'ici, je risque de blesser quelqu'un à tout moment. Et même si c'est pour apprendre à contrôler mon pouvoir que je suis venue ici, n'était-ce pas une erreur ? Ou du moins, ne devrais-je pas en rester à traîner seule et loin des gens ? Je ne sais pas.
Je restais silencieuse un moment, m'allongeant au sol  en croisant mes bras derrière ma tête, regardant  le ciel. Je me souviens des rares fois où j'avais pu voir autant d'étoiles, alors que je vivais dans la rue. Parfois, nous allions sur les toits, et de là, tout était visible... Et tout était si magnifique...
Ils me manquaient... Et je m'en voulais terriblement...
Mais ce n'était pas le moment de penser à ça. J'esquissais un léger sourire, tentant de dissiper ce malaise que j'avais pu instaurer avec ma tête quelques instants plus tôt. Tout en fixant les étoiles, je réponds enfin :
« Mon pouvoir n'est pas très intéressant, et ce n'est pas forcément que tu me rejetterais, mais que tu me fuirais... »
Je laissais une pause, prenant le temps de choisir mes mots, puis tournais la tête en direction du garçon, alors que Kurona sautillait pour aller se déposer sur mes jambes.
« En gros, je blesse des gens sans vraiment faire attention. »
Je lui souris, un sourire qui était à la fois forcé et moqueur, moqueur de moi-même, moqueur de toutes les personnes qui m'avaient traités comme un être sans cœur et sans pitié, comme la pire des créatures qui puisses exister.
« Si tu veux, en quelques sortes, je suis un monstre. »
Mon sourire moqueur c'était transformé en grand sourire aux nuances sadiques, alors que mes pupilles s'étaient agrandies. Peut-être faisais-je peur. Peut-être étais-je vraiment démoniaque. Peut-être habitais-je en moi la pie des créatures pouvant exister. Mais c'est tout ce qu'il avait à savoir sur moi. Après tout, c'était vrai. J'étais un monstre. J'avais tué ma mère, blessé mon père, tué des dizaines de personne dans les bas-fonds, et blessé les deux personnes qui m'étaient le plus cher. Peut-être même que l'une d'elles était déjà morte, en ce moment. J'avais vu le sang plus d'une fois, et plus d'une fois il avait coulé par ma main. J'avais déjà fait face à la mort, plusieurs fois même. Je n'était qu'un être sale, qui avait tué pour sa survie et pour celle de ses proches, et tué sans même pouvoir s'en empêcher. Peut-être abritais-je un monstre assoiffé de sang sans que je puisse y faire grand chose. Mais bon, c'était moi. Et c'était mon passé. Peut-être qu'un jour, quelqu'un l'accepterait ?
« Et toi, ton pouvoir ? »

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Ven 15 Mai - 18:23









Cette question la gênait. De toute évidence elle n'aimait pas son pouvoir, ça devait être un pouvoir comme la plupart des gens de cette école, un pouvoir démoniaque, quelque chose qu'elle ne contrôlait pas, dont elle était .. victime ? Victime c'était le mot mais le mot trop.. Commun ? Tout le monde était une victime de son pouvoir, personne ne le voulait.. Le garçon soupirait toujours en attendant la réponse de la demoiselle, elle avait l'air très passive.. il prit un instant pour la regarder donc..

Garçon ? Fille ? Si on ne voyait pas la tête, on aurait pu très vite s'y perdre. Elle portait des habits du style de la rue, on y voyait une partie d'elle, une personnalité, celle qui l'a traînée dans la rue. Qu'avait-elle vécu pour en arriver là au final ? Il se devait de lui en parler, mine de rien..

« Mon pouvoir n'est pas très intéressant, et ce n'est pas forcément que tu me rejetterais, mais que tu me fuirais... »

Le garçon pouffa doucement de rire. Lui ? Fuir quelqu'un ? De peur ? Il sourit chaleureusement à la demoiselle, attendant une autre réponse, sachant pertinemment qu'elle avait pas finit. Il allait presque lui dire de cracher le morceau avant qu'elle ne continue.

« En gros, je blesse des gens sans vraiment faire attention. »

Elle sourit. Mais c'était pas vraiment un sourire sincère, plus un sourire forcé, un sourire que l'ont connait tous, ce sourire où tu te moque de toi même, où tu te rends compte à quel point tu as l'air con.. à quel point tu penses que tu es détestable, moche, ignoble, un démon.. Le sourire du désespoir de l'être que l'on est.. ?

« Si tu veux, en quelques sortes, je suis un monstre. »

Le garçon soupirait, ce qu'il se disait depuis quelques temps, quelqu'un le pensait aussi.. mais sur lui. Il comprenait maintenant l'effet que ça fait, il regardait intensément la femme, un regard chaleureux, un regard plein.. d'amour.. de compassion.. le regard d'un enfant innocent. Il cligna des yeux pour prendre un air amusé ensuite, croquant dans son Pocky.

- Tu sais.. tout pouvoir est intéressant, et maîtrisable. Je ne te fuirais pas, car justement, je suis fuis. Je suis quelqu'un de méprisable aux yeux de la plupart, des idiots qui ne prennent pas le temps de connaître.. Et dit moi.. tu sais ce qu'est un monstre par définition ? C'est quelqu'un qui adore manipuler, faire du mal, corrompre, détruire, tuer, tout ça.. Et qui le fait consciemment.. Ou une personne changée par quelque chose, par la société.. où par la peur de l'homme finalement.. tu n'est pas un monstre, tu est comme nous tous. Une victime de ton pouvoir, une personne changée pour toujours par quelque chose d'injuste, au final une injustice qui devient un don quand on la connaît..


Le garçon souriait et reprit son souffle pour la regarder avant de répondre à sa nouvelle " Offensive. "

« Et toi, ton pouvoir ? »

Le garçon soupirait et se tournait les pouces, lui n'aimait pas non plus parler de son pouvoir, il n'avait tué à proprement parler personne, mais il en avait fait souffrir, des gens. Il avait détruit mentalement des gens à cause de ça, manipuler des gens pour faire du mal à d'autres, mais lui c'était consciemment, lui était un monstre.

- Moi je suis l'exemple parfait du monstre. Un monstre est quelque chose d'ignoble et qui prends plaisir à faire ce qu'il fait. Toi tu n'en prends rien, j'ai raison ? Tu déteste ça ? Moi mon pouvoir est la corruption. Je prends plaisir à manipuler, à détruire mentalement des gens, je rallie même des gens à moi pour en faire souffrir d'autres. Te rends-tu seulement compte ? Je suis un vrai monstre..

Le garçon soupirait à nouveau, il dévisagea de nouveau la pauvre femme. Il trempait sa main dans l'eau en soupirant doucement.

- Pourquoi tu t'habilles comme ça ? Tu serais tellement plus belle si tu t'habillais de façon plus féminine, tu sais, même si tu est déjà rayonnante !

Il sourit, il aimait être gentil. C'était quelque chose qu'il ne comprenait pas, quoiqu'il faisait, il adorait ça. Faire souffrir, être gentil, tout. Oliver porta à sa bouche un nouveau Pocky qu'il dégusta en l'observant pour lui tendre la boite et lui en proposer. Il posa ensuite le packet à côté d'elle pour rapprocher ses jambes contre lui et poser sa tête sur ses genoux pour l'écouter.






════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Lun 18 Mai - 15:27



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



J'écoutais avec attention la réponse du garçon, en me retenant de rire à certains passages. Tout pouvoir est intéressant et maîtrisable ? Je pense que le jour où mon pouvoir le sera, les cocherons volerons, les poules auront des tentacules, les kraken seront multicolores avec des cornes, et feront de magnifiques cacas papillons, et les alpagas seront roses et bleus et parlerait le langage humain tout en dansant la macarena dans des petits tutus adorables. Non, sérieux, mon pouvoir était tout, sauf intéressant et maîtrisable. Il était destructeur, horrible, sanguinaire, voleur de vie, tout ce qui pouvait être négatif en gros.

Le garçon me dit ensuite qu'il ne me fuirait pas, car lui-même était fui et méprisable aux yeux de ceux qui ne prenaient pas le temps de le connaître. Ah bon ? Voilà qui devenait intéressant. Il ne semblait pas du tout être quelqu'un de méprisable ou de fui.

Il continua sa lancée en me demandait si je savais ce qu'étais la définition d'un monstre. J'aurais pu tout simplement lui répondre « moi », mais il ne m'en donna pas l'occasion, il disait que c'était quelqu'un qui adorait manipuler et faire du mal, corrompre et détruire, tout le tralala, et qui le faisait consciemment. Ou que ça pouvait être une personne changée par la société, ou par la peur. Il me dit que je n'étais pas un monstre, mais une victime de mon pouvoir, comme toute personne ici. Je faillis rire, ici aussi. Peut-être étais-je bien une victime de mon pouvoir, mais comment pouvait-il savoir que je n'étais pas un monstre ? Sa définition collait à ce que j'avais pu vivre. Il ne connaissait rien de mon passé, c'était certain, et ça se voyait. N'importe qui pourrait me traiter de monstre cruel si je lui racontait tout mon passé et tout ce que j'avais vécu.
Néanmoins, je restais silencieuse à écouter le garçon, et à ce qu'il avait à me dire. Ce dernier me sourit, avant de répondre à ma précédente question, déclarant qu'il était l'exemple parfait du monstre, que ces derniers prenaient plaisir à ce qu'ils faisaient, en déclarant que moi, je n'en prenais sûrement pas. Qu'est-ce qu'il pouvait en savoir ? J'en avais blessé, des gens. J'en avais tué. Que ça soit avec mon pouvoir, ou non. Il fallait bien faire la loi, dans les rues. Et il y avait eu ce fameux jour, ce fameux jour ou ma nouvelle famille m'avait rejetée...

Je secouais légèrement la tête pour oublier ça, continuant à écouter le garçon tout en regardant le ciel. Il disait que son pouvoir était la corruption, qu'il prenait plaisir à  manipuler et détruire les gens, qu'il en ralliait à sa cause pour en faire d'autres. Il se traitait de monstre...
Je le regardais avec de grands yeux ronds. Lui, un monstre ? Là où j'ai vécu, il aurait été un héro. Capable de manipuler habilement les gens, de négocier comme il le faut, de détruire mentalement les gens... C'est peut-être horrible à dire, mais c'est ce dont on aurait eu besoin dans la rue. De quoi négocier pour avoir un peu plus de nourriture, un bon toit, et de quoi survivre. Ça, ça aurait été un pouvoir utile. Alors que le mien, même si je ne l'avais jamais beaucoup utilisé dans la rue, servait plus à détruire...
C'est vrai que je ne l'avais que peu utilisé. La présence chaleureuse de mes sauveurs m'avait empli d'un sentiment de sécurité, d'un sentiment... Spécial, qui me bloquais de l'utilisation de mon pouvoir. J'avais toujours utilisé mes compétences au combat, plutôt qu'autre chose. Et puis, il y avait ce jour où le sentiment de les protéger c'était fait trop fort, et où j'avais laissé éclater le monstre vivant en moi... Je revois encore l'expression horrifiée qu'ils avaient eu sur leur visage à ce moment-là. Cette expression de haine, de dégoût, mélangée à de la terreur.

Je frissonnais légèrement en repensant à tout ça, et ferma les yeux pour me vider l'esprit, alors que j'entendais un soupir. Je rouvris les yeux un peu plus tard, alors que le garçon me demandait pourquoi je portais ce genre d'habits. Il disait que je serais plus belle si je m'habillais plus féminine, même si j'étais déjà « rayonnante ». Un sourire se dessina sur mon visage pour cacher le rose qui y était apparu. Jamais, je crois bien que jamais, on ne m'avais fais un compliment de la sorte.
Je me redressais alors face au garçon, ramenant mes jambes à moi, alors qu'il dégustait un pocky tout en m'en proposant un. Je souris, en prit un, et le regarda reposer la boîte avant de répondre.
« Ma façon de m'habiller t’intrigue, hein ? Disons que, là où j'ai vécu, il n'y avait pas trop de places pour les vêtements féminin. On prenait ce qu'il y avait, et j'ai toujours été habituée à porter ce genre d'habits. Donc aujourd'hui, ça me donne un certain confort, une certaine sécurité, et... peut-être un peu de nostalgie. Disons aussi que je n'ai jamais porté de vêtements féminins... Même avant, je portais ce qu'on me donnais. C'est tout... Et merci pour le compliment... »
Je croquais dans mon pocky, restant silencieuse un petit moment, regardant le garçon tout en réfléchissant. Après avoir mâchouillé mon met, je l'avalais pour reprendre la parole.
« … Dis, tu dis que tu es un monstre, tout ça. Mais tu sais, ton pouvoir est vraiment classe... Il aurait été vachement utile là où j'ai vécu. Vraiment, ça aurait évité des tonnes de complications et de problèmes... »
Je croquais une nouvelle fois dans mon morceau de pocky, l'avalant.
« Aussi, tu dis que je ne suis pas un monstre. Mais que peux-tu en savoir ? Qui te dis que je n'ai pas tué, manipulé, piégé des gens en y prenant du plaisir ? Qui te dit que je n'ai pas fait de mal à de nombreuses personnes ? Personne... Et plus je pense à ta définition du mot monstre, plus j'ai l'impression de m'en approcher.»
Je souris, croquant dans le reste de mon pocky. C'était vrai. J'avais tué, tué,volé, commis divers crimes, et maintes fois j'avais dû mentir ou manipuler pour ne pas me faire attraper. Les personnes comme moi ont toujours été mal vues, on devait bien se défendre d'une manière ou d'une autre.
Sourire aux lèvres, j'attendais donc la réaction du garçon.  

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Jeu 9 Juil - 23:24




La jeune fille me regardait avec attention, elle était plutôt polie, pour quelqu'un qui vient des rues, il avait entendu tellement de clichés et tellement d'histoires sur ce genre de personnes qu'il en était réduit à faire une catégories, ces gens-là était des gens sans-coeur, sans cervelle, qui ne faisait que voler, des gens impolis et ingrats.. Et cet imbécile qui avait fait un cliché avait la preuve en face de lui que c'était tout le contraire, il avait la preuve parfaite de la solidarité et du coeur de cette personne, bien que pollué par un pouvoir que trop démoniaque pour elle.

« Ma façon de m'habiller t’intrigue, hein ? Disons que, là où j'ai vécu, il n'y avait pas trop de places pour les vêtements féminin. On prenait ce qu'il y avait, et j'ai toujours été habituée à porter ce genre d'habits. Donc aujourd'hui, ça me donne un certain confort, une certaine sécurité, et... peut-être un peu de nostalgie. Disons aussi que je n'ai jamais porté de vêtements féminins... Même avant, je portais ce qu'on me donnais. C'est tout... Et merci pour le compliment... »

L'intriguait ? Il ne le formulerait pas comme ça, il trouvait plus ça dommage de la part d'une fille si belle de porter ce genre de vêtement, peut-être un jour lui offrira t-il une robe ? Elle n'aurait jamais porté de vêtement féminin alors ? C'est assez marrant, imaginez si c'était un garçon à sa place, qu'il n'aurait jamais porté de vêtement masculin.. eeh. Il se secoua la tête pour éjecter cette idée et souris quand elle le remercia pour son compliment.

- De rien pour le compliment, je ne disais que ce qui me passait par la tête..

Ce qui lui passait par la tête ? Pleins de choses en fait, il se demandait quel genre de lien il pourrait tisser avec elle, quel genre d'affection ils pourraient partager, quel genre de soirée il passeront, quel genre de beauté elle portait, et il pensais aussi à ce fcking moustique qui lui tournait autour et qui s'amusait à se poser sur son nez, il attendait quoi ce moustique c'est vrai ? Il croyait qu'il allait se frapper le nez comme un imbécile ?

« … Dis, tu dis que tu es un monstre, tout ça. Mais tu sais, ton pouvoir est vraiment classe... Il aurait été vachement utile là où j'ai vécu. Vraiment, ça aurait évité des tonnes de complications et de problèmes... »

Son pouvoir est classe ? Dans le monde où il vivait, c'était quelque chose de banal, personne ne le savait, dans le monde de la richesse, tout le monde corromps tout le monde mais quand les gens sont au courant, tout le monde blâme le fautif alors que le fautif attrapé n'est seulement qu'un mouton. Alors classe, il ne le dirait pas, pratique oui, mais c'est quelque chose qui t'attaque, qui souille ton esprit, quelque chose qui t'empêche de vivre normalement, si jamais il voulait une copine.. il la paierait ? que ferait-il ? C'est la question qu'il se posait..

- Mon pouvoir est classe ? Ce n'est qu'une question de point de vue. Je trouve que ça me souille de plus en plus, et je ne sais plus vivre à cause de ça, j'ai toujours eu des filles grâce à l'argent, mais maintenant, comment faire ? Après ça évite des problèmes, certes, mais tu auras toujours des répercutions..

« Aussi, tu dis que je ne suis pas un monstre. Mais que peux-tu en savoir ? Qui te dis que je n'ai pas tué, manipulé, piégé des gens en y prenant du plaisir ? Qui te dit que je n'ai pas fait de mal à de nombreuses personnes ? Personne... Et plus je pense à ta définition du mot monstre, plus j'ai l'impression de m'en approcher.»

C'est à croire si la demoiselle ne faisait pas exprès, exprès de tenter de le piéger, on dirait qu'ils jouaient aux échecs, elle tentait l'échec, et lui il était le pion qui venait se sacrifier un par un devant le roi, pendant que la tour et le fou était prêt à tendre un guet-happent, sauf que le garçon en avait vu des monstres, il les a vu évoluer, et raisonner, il sait comment ça marche..

- Pleins de personnes se considèrent comme tel ou se sentent comme tel, car au final, peut-être qu'ils se persuadent de l'être ? Ne vois-tu pas les enfants qui crient qu'ils sont des chats, tous ces personnes qui pensent être quelque chose, où qui s'encourage à l'être.. Mais moi j'ai vu des monstres, je l'es ai vu évolué, raisonner, un vrai monstre se cacherait de tous, il est solitaire et insensible à perdre des amis où non, si on lui demande qui il est il ne dirait que qu'il serait une personne normale, banale, qui aime les gens, vivre, qui trouve que les criminels c'est mal, tout ça quoi..

Le garçon reprit un Pocky en souriant, il le porta à sa bouche tout en étant dans ses pensées, il se demandait si elle avait un copain, dans quelle chambre elle était,quel orientation elle avait, tout ça, il ne savait pas par où commencer, par où continuer, il décida alors d'aller dans la simplicité. Les alpagas noirs, c'est beau, pensait-il, à part.

- Tu est dans quel chambre ? Tu aimes les Alpagas ?


════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Ven 10 Juil - 17:18



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



Le jeune garçon m'avait attentivement écouté. Quand je l'avais remercié pour le compliment, il m'avait répondu qu'il disait juste ce qui lui passait par la tête. Je souris, cachant le léger rose qui aurait pu se voir sur mes joues si l'obscurité n'était pas au rendez-vous. On ne me disait pas vraiment souvent ce genre de choses. Ce qu'on avait l'habitude de me dire était beaucoup plus... Violent.
Après que je lui ai dit que son pouvoir était classe, il me reprit. Selon lui, c'était une question de point de vue. Il disait que ça le souillait plus qu'autre chose, qu'il n'avait eu des filles seulement grâce à l'argent, et qu'il ne savait plus comment faire maintenant. Que ça pouvait toujours aider, mais que ça tournerais mal à un moment où à un autre. Peut-être, mais c'était le prix à payer. Dans la rue, on risquait sa vie à chaque instant, on s'en foutait un peu des répercussions que cela pouvait avoir. Puisque dans tous les cas, notre vie était menacée. On vivait au jour le jour, on se battait, on se défendait, et on continuait.

Quand ensuite je lui dis que sa description du monstre se rapprochait de moi, il me reprit. Il m'expliqua qu'un monstre serait insensible, qu'il se cacherait des autres, en solitaire, et feignerait d'être une personne normale. Sur ce coup-là, c'était plutôt quelque chose d'opposé à moi, sachant que je suis plutôt sensible, même si je parais forte. Perdre quelque chose ou quelqu'un de précieux, c'est toujours douloureux. Je ne me cache pas vraiment des autres non plus, je préfère les laisser entre eux, ne pas les déranger, ou ne pas être le centre de l'attention. Solitaire, ce n'est pas moi non plus. J'aime bien avoir des gens autour de moi, même si mon pouvoir me pousse plutôt à rester à l'écart.  Et je ne feins pas d'être une personne normale, je sais ce que je suis, je sais ce que j'ai fais. Je sais ce que je renferme en moi. C'est simple.

Il reprit un pocky, semblant pensif. Je le regardais,  penchant légèrement la tête sur le côté, me demandant se qui pouvait bien occuper son esprit, alors qu'un moustique lui tournait autour depuis un bon bout de temps. Il l'avait vu ? Je ne sais pas, il ne semblait pas réagir. Moi, je pense que j'aurais pris un rondin de bois que j'aurais agité jusqu'à ce que ce foutu moustique me foute la paix. C’est peut-être violent, mais moi je me fais respecter, même par les bêbêtes assez chiantes.
Il finit par me regarder, puis par me demander dans quelle chambre. J'allais répondre, mais il ajouta quelque chose qui me cloua sur place.
« Tu aimes les alpagas ? »
Euh... C'était quoi cette question ? Si j'aimais les alpagas ? C'était une question pièges où... Autre ? Je ne sais pas, ça m'avais prise au dépourvue. Je le regardais, les yeux ronds, tentant de reprendre mes esprits. Il avait bel et bien dit alpaga, au moins ? Enfin, qu'est-ce qu'il aurait pu dire d'autre qui ressembla à alpaga... Ali baba ? Al... non, je ne voyais pas grand chose d'autres. ;. Donc c'était soit alpaga, soit Ali baba. Dans les deux cas, c'était très bizarre. Mais partons pour alpagas. C'est mignon les alpagas.
« Je suis chambre n°23, couloir 4, dans le dortoirs des 3, 4 et 5e années. Et toi ? »
Je lui souris, puis décida de répondre à sa deuxième questions.
« Les alpagas sont mignons. Je les aime bien. Ils sont doux et frivoles... Ah, j'aimerais avoir une peluche alpaga à serrer tous les soirs. C'est tellement mignons ces choses ! »
Je lui souris grandement, puis m'allongea de nouveau sur le sol, regardant le ciel, pensive. Tout ça me rappelait énormément de souvenirs. Ça me rappelait quand j'étais avec eux, à observer les étoiles, lorsqu'on parlait de tout et de rien. C'étaient les seuls à ne pas me traiter de monstre. Pour eux, j'étais.... Normale. J'étais juste une jeune fille aussi normale que les autres. Alors que toutes les personnes que j'avais rencontrées jusque là m'avaient considérée comme un monstre. Mon père, ma famille, les gens que je rencontraient.... Tout le monde. Enfin, au final, quand on y pensait, eux aussi avaient finis par me considérer comme tel. Je mordis mes lèvres. Ça faisait mal, de savoir que des personnes à qui vous tenez vous rejettent après tant d'années passées ensembles. Il fallait que je passe à autre chose, mais je ne pouvais tout simplement pas. J'avais constamment peur que ça se reproduise, constamment peur qu'ils me haïssent – ce qui était sûrement déjà le cas. Puis, je ne pouvais pas arrêter d'y penser, ça me hantait, ça me...
*fissh*
C... C'était quoi se bruit ? Non ne me dites pas que...
J'ouvre les yeux, regardant Oliver qui était toujours pensif. Je vois sur son bras le mince filet de sang qui coule le long de sa peau. Mes yeux s'écarquillent, alors que la peur se lit sur mon visage. Non. Non pas maintenant. Ce n'est qu'une mince coupure mais... Mais si jamais ça empire ? Pourquoi ce genre de choses doit toujours arriver comme ça à ce genre de moment ?
Je me relève soudainement, faisant grogner mon familier qui s'était installé sur moi, regardant le jeune garçon. Je fais d'abord un mouvement vers lui, puis, de peur de le blesser à nouveau, fais un mouvement de recul, m'éloignant même de quelques pas.
« Je... Je suis désolée... Je... je ne voulais pas... »
Je fis quelques pas en arrière de nouveau.
« Tu... Tu devrais aller à l'infirmerie... Tu vois, je te l'avais dit, un vrai monstre... » Un sourire ironique se dessine sur mon visage, alors que je continue de reculer.
« Je suis désolée. Je devrais rester dans une grotte. Je vais m'en aller... »
Je me retournais, honteuse. Les gens normaux, lorsqu'ils se rencontrent, essaye de se connaître. Moi, je les blesse...

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Sam 11 Juil - 15:55









Le garçon venait de lui poser la question qui lui passait par la tête, aimait-elle les alpagas ? En vérité c'était plus une question piège, pour mettre à l'aise la personne avec laquelle il parlait, et pour analyser sa façon de penser, bref, tout ça tout, ça, et la réaction fût quasiment immédiate, elle était comme étourdie, elle ne savait pas quoi penser visiblement, elle devait croire qu'elle avait mal entendu, une connerie du genre, en tout cas, le garçon trouvait ça plutôt risible.

« Je suis chambre n°23, couloir 4, dans le dortoirs des 3, 4 et 5e années. Et toi ? »

Ouch. Il n'avait pas pensé à ça, elle venait de lui dire sa chambre et lui ne connaissait plus la sienne, la plupart du temps c'était son chat qui le guidait, en fait, il reposait beaucoup de choses sur cette boule de poils ambulante. Il sourit en pensant à son idiotie et décida de changer de sujet. Le garçon pu observer un  sourire sur cette demoiselle, il ne put cacher la pensée que son sourire était joli.

« Les alpagas sont mignons. Je les aime bien. Ils sont doux et frivoles... Ah, j'aimerais avoir une peluche alpaga à serrer tous les soirs. C'est tellement mignons ces choses ! »

Le garçon sourit grandement alors, il pencha la tête sur le côté d'un air innocent.

- Moi.. Je connais pas ma chambre, en fait.. Enfin pas exactement, c'est cette boule de poil qui me guide.. dit-il en montrant son chat Hum.. tu penses vraiment qu'un monstre parlerait d'Alpaga comme ça ? Tu est tout sauf un monstre !

La jeune femme s'allongea, elle respirait le bien être et elle avait tellement l'air décontracté ! Dommage qu'elle soit autant prit de cette bête noire qu'est son pouvoir. Ce bruit hors du commun retentit. Ce bruit qui résonne quand on ouvre du Soda, ce bruit qui te dis "Tu vas pouvoir boire un truc bon et frais" eh ben là, c'était pas du tout ça, le garçon se crispa quand il sentit une ouverture se former à partir de rien, une simple coupure qui apparait sur son bras, tout ce qu'il y a de plus anormal.. Il faut dire que ici, la normalité n'existe pas.. C'était ça alors, son fameux pouvoir ?

La demoiselle recula de quelques pas, elle était apeurée, horrifiée, le garçon était désorienté, il n'entendait que rapidement ce que la demoiselle lui disait, elle s'excusait et parlait de grotte, pour finalement se retourner, le garçon se secoua la tête, ce n'était qu'une fille, normale, qui est emprisonnée de son pouvoir.. Il fallait quelqu'un pour la sortir de là, alors, tandis que le chat courrait vers elle pour le frapper, le garçon se leva et tituba jusqu'à elle pour lui faire un câlin de dos, sans réfléchir, il fit lui même les gros yeux, choqué de son action, il regarda avec un oeil inquiet autour de lui, voir si il ne se ferait pas trucider par l'air, puis il reprit :

- Tu m'as toujours pas dit comment tu t'appelais..






════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Dim 12 Juil - 18:36



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



J'étais paniquée, horrifiée, dégoûtée de moi-même. Je voulais juste me tailler les veines en ce moment même, disparaître de la surface de la planète pour toujours, utiliser mon pouvoir pour me couper les bras, les jambes, et me taillader chaque organe jusqu'à ce que même la mort ne veuille plus de moi et que je n'ai qu'à errer dans un monde parallèle où chaque démon, chaque monstre, chaque personne horrible comme moi s'y retrouvait. Une fois là-bas, je me laisserais être dévorée par ces   êtres déchus sans conscience et sans sentiments, à jamais pour qu'il puisse me punir de chacun de mes pêchés et pour qu'ils puissent m'inspirer une souffrance éternelle pour me repentir de tout le mal que j'avais fais jusque là. Je me laisserais être torturée par les personnes qui le voudront ainsi – mon père, ma famille, mes sauveurs, les gens que j'ai combattus dans la rue – je me laisserais être un cobaye sans but et sans existence pour les scientifiques désireux de faire de nouvelles expériences ou de chercher à trouver quelle genre de bête me dévorait de l'intérieur.

Je me mordais les lèvres. Je sentais des larmes chaudes couler le long de mes joues. Je ne méritais pas de vivre, je ne sais même pas pourquoi j'étais venue au monde si ce n'était pour inspirer la destruction de celui-ci. J'en avais marre, de devoir blesser chaque personne que je rencontrais ou à qui je tenais. Bien que je n'avais jamais eu le temps de connaître ma mère, et que mon père n'avait jamais été une personne pour qui j'aurais pu ressentir de la compassion ou de l'amour. Mais tout de même, j'en avais assez d'agir comme un monstre sans cœur, sans sentiments, sans compassion. Juste un monstre capable de destruction.

Soudain, je sentis des bras m'entourer. Je sentis une chaleur se répandre autour de moi, une chaleur me serrer contre elle, me réconforter. Mes yeux s'écarquillèrent. Rien ne se passait, c'était comme si le temps ne s'écoulait plus, comme s'il s'était figé. Comme si même ma respiration s'était arrêtée. J'avais été tellement surprise, sur le coup, par ces bras qui m'avaient enlacée par derrière, que j'avais presque cru que mon pouvoir s'était déclenché à nouveau et avait tout fait foirer. Mais non. Aucun bruit. Aucun son. Aucun cri. Aucune tâche de sang volant dans l'air. Juste sa respiration contre ma nuque, ses bras me ramenant fort vers lui dans une réconfortante étreinte. Juste ce simple geste ce simple et unique geste, et qui pourtant changeait tout. Qui me faisait sentir plus humaine, qui me donnait de ne pas être un monstre que tout le monde fuyait. Pourquoi faisait-il ça, d'ailleurs ? Je l'avais attaqué. Inconsciemment, mais je l'avais blessé quand même. Ce n'était qu'au bras, pas grand chose, mais il faut toujours se dire que mon pouvoir aurait pu choisir de le blesser autre part, et que ça aurait pu être plus grave.
Mais sa réaction me surprenait toujours. Je ne bougeais plus, immobile, continuant de sentir son souffle sur ma nuque, alors qu'il avait doucement parlé pour me demander quel était mon nom, puisque je ne lui avais toujours pas dit. Je souris légèrement, puis leva ma main à ma tête pour essuyer mes joues trempées par mes larmes de rages, de chagrin, de dégoût pour moi-même. Mais lui, il avait comme effacé ce dégoût. Il avait comme exterminé ce monstre. Il m'avait rendu humaine.

Je me tournais vers lui, les yeux toujours un peu humide, alors que Kurona se posait délicatement sur ma tête. Je le regardais, puis renifla légèrement avant de déposer ma tête contre lui, fatiguée de mentir, fatiguée de me fuir, fatiguée de moi-même, fatiguée de tout. J'en avais juste marre de mon pouvoir, marre de ma vie, marre des personnes qui me fuyaient...
Mais lui, il ne me fuyait pas. Lui, il revenait vers moi, même après que je l'ai blessé. Lui, il me réconfortait. Il murmurait à l'oreille des monstres, c'était celui qui transformait la bête en un simple humain. Lui, il ne me considérait même pas comme un monstre, il l'avait dit. Mais je ne savais plus.  Je ne savais plus qui j'étais. Quelle était ma véritable identité. Etais-je le monstre, Akuma Reiss, ou étais-je la jeune fille libre de son passé, Yume Magnolia ?
« Je ne sais même plus si j'ai vraiment un nom », finis-je par murmurer, ne sachant même pas si je l'avais dit assez fort pour que Oliver l'entende.

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Dim 12 Juil - 21:37





Le garçon venait à l'instant d'avoir reçu une preuve, une démonstration, plus précisément, du pouvoir de la jeune femme, elle venait de lui taillader le bras, et pourtant, le garçon ne pouvait s'énerver, il ne savait que trop ce que c'était de ne pas s'aimer, ne pas s'apprécier, ne pas aimer ce que l'on était, où ce que l'on était forcé à être. C'était dans les bras de la demoiselle qu'Oliver logeait, ou plutôt dans son dos, il avait comme but premier de la réconforter, elle, qui avait l'air si perdue. Elle devait en avoir, des pensées, cette fille, toutes sortes de choses immondes qu'elle pourrait se faire, c'est horrible.. il ne pouvait pas la laisser, seule, il ne devait, pas, il allait s'accrocher.. Il le fallait pour elle, le garçon remarqua sur sa tête, en train de monter doucement, son familier, tout s'éclaircit alors, il se rappela de son nom, Akuma Reiss ! On lui avait parlé d'elle, comme " la nouvelle bizarre " mais il n'en trouvait rien de cela.

C'est alors que pendant ce moment rapproché, il sentait pleins de choses en Akuma, il sentait sa propre chaleur se déverser en elle, il sentait le cœur de la demoiselle se calmer, emballé quelques minutes, secondes, avant. Il sentait la demoiselle figée, comme surprise, quand alors la demoiselle se retournait, le garçon restait sur ces gardes, sans montrer aucun signe de peur, il observait la femme tout en desserrant ses bras pour lui laisser de plus grands mouvements, quand, contre toute attente, elle déposa simplement sa tête contre lui. Les yeux écarquillés, il était étonné que la demoiselle se montre aussi gentille, aussi tendre.. elle qui s'insultait de montre il n'y que quelques minutes, il déposa sa main sur sa tête pour lui caresser les cheveux là où son familier n'était pas.

Son familier, oui, parlons en. Le garçon était obligé de bouger constamment la tête pour la bonne raison que ce truc était perché sur sa tête, d'ailleurs, comment elle faisait pour porter ça ? Sachant que ce truc lui défonçait le visage, car ouais, c'était grand comme machin, du coup, elle elle était gentille à poser sa tête contre lui, mais son familier lui éclatait la tronche.. Il pencha sa tête sur le côté pour esquiver ce dernier et lui caressa les cheveux tout en renforçant son entreinte.

« Je ne sais même plus si j'ai vraiment un nom »

Ces paroles atroces raisonnèrent dans sa tête.. Comment une personne pourrait dire ça ? Le garçon baissa les yeux, il ne pouvait rien faire.. cette personne était là, faible, détruite, et il ne pouvait faire que la consoler.. il se devait d'essayer quelque chose, il se devait de faire ça, pour elle..

- Je trouve que Akuma Reiss te va très bien.. C'est ça non ? C'est un nom magnifique tu sais..

Le garçon la regardait intensément, il voulait observer sa réaction, analyser cette personne pour mieux l'aider, il ne savait que faire, et, ne lui laissant pas le temps de répondre, il lui fit un câlin, avec une entreinte plus forte et plus... Sentimentale ? Il fit un sourire plutôt humoristique en soufflant

- Bon, je suis pas encore un bifteck, c'est un bon point non ?

════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Dim 12 Juil - 22:46



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



Oliver resta là. Il ne s'en alla pas. Il ne dit rien, il ne m'insulta pas. Il resta simplement là, à me caresser les cheveux doucement. C'était agréable. Je crois que jamais personne ne m'avais passé sa main dans les cheveux. On m'avait rassuré, une fois. On m'avait réconforté, quand j'avais 6 ans et que je venais de me faire jeter à la rue par mon père, ce dernier espérant que je mourrais rapidement, tuée par les voyous ou dévorée par la faim.  Mais ce n'était pas au même niveau. Enfin, d'un côté, c'était un peu pareil. Je m'étais fait abandonnée il y a peu, et on venait me réconforter. Mais c'était différent. Là, l'étreinte était plus chaleureuse. Je m'y sentais mieux. Peut-être que ça voulait dire que cette fois-ci, ça ne changerais pas ? Peut-être que ça voulait dire que cette fois-ci, je ne me ferais pas abandonner, je ne me ferais pas jeter ? Je n'en sais rien. Sur le moment, j'avais juste envie de me blottir contre lui encore plus, de me recroqueviller et de rester dans ses bras chaleureux  et réconfortant. Mais peut-être qu'il me prendrait pour une folle. Je ne savais pas.

Il continua cette douce caresse sur mes cheveux. Ça m'apaisait. Je soupirais légèrement, comme calmée, relaxée. Je commençais à me sentir mieux, même si j'avais l'impression que mes yeux continuaient à produire des larmes dont je n'avais plus envie. J'essayais de me retenir, mais elles semblaient couler d'elles-même. Je me sentais faible, pitoyable. J'avais envie de me cacher dans un trou. Mais l'étreinte d'Oliver était si apaisante que je n'osais plus bouger. Et puis, il parla.
Akuma Reiss, il me sortit. D'où il connaissait mon vrai nom ? Il avait dû l'entendre quelque part. Peu importe, lorsqu'il énonça ce nom, je me figeais. Je me crispais même légèrement dans le t-shirt de Oliver. Akuma Reiss. Depuis le temps qu'on ne m'avait pas appelé comme ça. Depuis le temps que je ne l'avais pas entendu. J'en avais des frissons. Des nausées. Le simple souvenir de mon père réussit à m'immobiliser. Des flash me revinrent en mémoire. J'avais envie de crier. Mais je pense que l'expression sur mon visage suffisait à traduire mon choc. Je m'en voulais d'être aussi faible. Il fallait que je me reprennes en main. Ce nom m'allait bien, selon lui ? Connaissait-il seulement la raison pour laquelle on m'avait appelé comme ça ? Connaissait-il la signification de ce prénom maudit qui m'avait détruit ma vie ? Je fermais mes yeux. Calme toi, A... Yume. Calme-toi. Respire un bon coup. Inspire, expire. C'est mieux, maintenant. Même si l'air paraissait trancher mes poumons à chaque respiration.
Je relevais la tête, laissant mon familier glisser sur mon dos et s'accrocher à mon t-shirt, pour regarder Oliver, essayant de rendre mon expression plus neutre. Je plongeais mon regard dans le sien, soupira légèrement pour essayer de chasser cette soudaine nausée qui s'était installée à l'instant où il m'avait appelé par mon vrai nom. Je voulais effacer cette partie de moi, cette partie de mon passé.
« Ce... n'est plus mon nom depuis longtemps. »
C'était vrai. Mon père m'avait déshérité, je n'étais plus sa fille. Donc je n'étais plus une Reiss. Et je ne voulais plus m'appeler Akuma.
« Et... tu dis que ce nom me va bien. Sais-tu seulement la véritable signification ? »
Je laissais une pose, penchant légèrement ma tête sur le côté.
« Ici, Akuma signifie démon. Mon père me l'a donné à ma naissance, car ma mère est morte à l'accouchement et il a toujours pensé que c'était ma faute. Il n'avait peut-être pas tort. »
Je souris légèrement. Un sourire plutôt ironique, qui n'exprimait pas vraiment quelque chose. Plutôt un sourire moqueur de moi-même. J'étais cause de tous malheurs en ce monde. Mais peut-être que ça allait changer. J'espérais, du moins. Peut-être avais-je un avenir dans ce monde cruel...

Je continuais à le regarder, puis regarda le sol pour finalement déclarer :
« Tu peux m'appeler Yume, si tu veux. Yume Magnolia. C'est le nom que j'ai utilisé ces dix dernières années. Mais je ne sais plus si même celui-là je peux encore l'utiliser... »
Je soupirais. Je devais vraiment détruire tout ce que je trouvais dans ce monde. Détruire toutes les personnes, détruire toutes les personnalités, tous les liens que je créais. J'imagine que c'était mon don spécial, détruire.

Le garçon resserra un peu son étreinte. Je le laissais faire, reposant ma tête contre lui, le regard n'ayant plus vraiment d'expressions. Je ne savais plus quoi penser de tout, de moi, de la vie. J'en avais marre, tout simplement. Et puis, j'appréciais qu'il resserre son étreinte. Elle était d'autant plus chaleureuse. Il y avait quelque chose en plus, qui faisait que je me sentais bien. Je ne savais pas ce que c'était.
Oliver, pour détendre l’atmosphère sûrement, ajouta qu'il n'était pas encore un bifteck, alors ça devrait aller. Je souris, riant doucement. Il avait raison. Mais je m'en voulais toujours pour ce que je lui avais fait. Je restais cependant contre lui, ne bougeant plus, respirant doucement avec un sourire apaisé sur le visage.
« Tu as peut-être raison.... »
Je ne savais plus quoi penser. J'en avais juste marre de moi-même. Je me trouvais horrible. Mais j'imagine que tout le monde avec un pouvoir comme le mien se sent un peu comme ça.
« Je suis encore désolée. Je suis toujours obligée de blesser tout le monde... »
Je soupirais encore une fois, puis ouvrit les yeux. Quelle vie de merde, ce pouvoir.

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Lun 13 Juil - 14:17





Mon nom est Oliver Yorick. Je suis, du moins je crois, un pensionnaire comme les autres, c'est à dire quelqu'un avec des pouvoirs et qui est ici dût à une mauvaise expérience où juste pour les contrôler. Aujourd'hui, je fais quelque chose que certains pourrait qualifier de suicidaire, je suis devant un lac, à faire un câlin à une personne que tout le monde qualifie de monstre. Pourquoi ? Car moi aussi on me fuis. Et je suis assez intelligent pour avoir compris que dans ce monde, tout le monde fuis l'inconnu et personne n'essaie de comprendre. Mais moi je ne suis pas comme ça.

Alors j'étais là, dans ces bras, tranquillement, doucement. Ce moment privilégié entre une fille meurtrie et un garçon rejeté. Mes mains caressaient ces cheveux doucement, son familier me dérangeait légèrement mais sans extrême gravité, d'ailleurs il ne tarda pas à sortir de son perchoir, pour finir accroché au cou de la demoiselle. Je passais alors mes doigts sur ces joues, pour y enlever les larmes avec un sourire apaisant, puis j'avais essayé de lui parler. Akuma Reiss, c'était une chose que je savais sur elle. C'était son prénom, même si certaines rumeurs disaient qu'elle avait changé, même si c'était le cas, je voulais qu'ELLE m'e le dise.
Visiblement, ce n'était pas la meilleur des choses à faire, elle se figea dans mes bras, puis se crispa finalement.

Je venais peut-être de tout merder, comme d'habitude. Elle venait de choper la nausée, comment je peux le savoir ? Quand on a la nausée, en général, on a cette veine, sur le front, qui devient plus visible, enfin, en général. Elle l'avait, presque frénétiquement, il lui embrassa le front en étouffant une excuse, qu'elle put à peine entendre. Elle plongea son regard dans le mien. Je restais impressionné. Son regard était de marbre, mais pourtant ces yeux étaient magnifiques. Comment peut-elle se qualifier de monstre avec un physique pareil ? Je ne comprends pas. Tandis que moi, mes yeux, mes cheveux.. Je commençais à penser que j'en étais véritablement un. Mais un monstre avec autant de sentiment envers un inconnu, qu'ils soient positif ou négatif.. ça fait quand même de lui un monstre ? J'arrêtais de réfléchir, cassé par la réponse de la demoiselle, et concentrais mon attention sur elle.

« Ce... n'est plus mon nom depuis longtemps. »

Ah, ça en expliquait des choses. Pourquoi elle s'était crispé sur mon tee-shirt, pourquoi elle c'était figé, pourquoi elle était... choqué ? Ce nom expliquait aussi d’innombrables choses, comme pourquoi elle ce traitait de monstre. Ce prénom voulait tout simplement dire monstre, ou démon, je sais plus trop. Je soupire, je venais sûrement de la blesser ou de lui rappeler de mauvais souvenirs, des parents aimant n'appellent pas leurs petits comme ça.. Aimants.. c'est peut-être ça qu'il lui manquait ? Je soupirais, écoutant la suite avec un pincement au coeur.

« Et... tu dis que ce nom me va bien. Sais-tu seulement la véritable signification ? »

Oui, je sais ce que ça signifie. Mais je n'aimes pas l'évoquer, en plus, l'évoquer devant elle serait idiot. Tout comme le fait de lui avoir dit que ça allait bien. En fait, je crois que je suis un imbécile, elle se prétends démon et je lui dit que ça lui va bien.. mieux vaut feindre le fait que je ne sais pas, je ne suis pas quelqu'un comme ça normalement.. menteur.. mais je tiens à la préserver. Je fais alors un non timide de la tête en soupirant.  

« Ici, Akuma signifie démon. Mon père me l'a donné à ma naissance, car ma mère est morte à l'accouchement et il a toujours pensé que c'était ma faute. Il n'avait peut-être pas tort. »

Démon. Akuma. Je le sais, bien entendu. Je vis ici autant que toi.. Son père ? SA FAUTE ? Il l'aurait fait purger sa peine ? Mes mains ne purent s'empêcher de se fermer en un poing, crispé, je le  dégageais doucement du dos de la demoiselle pour éviter qu'elle le remarque, mais en vérité, j'avais des envies de meurtres, actuellement. Des envies de choper son père, et de lui faire bouffer le sol. Je pris une profonde inspiration et expira pour me calmer de la façon la plus discrète possible. Son père n'avais pas intérêt à montrer sa sale gueule ici, sinon le châtiment serait plus terrible que le pire de celui des rues. J'avais trouvé quelqu'un à haïr, et pourtant, je ne la connaissait que depuis quelques minutes. Il faut dire que je me suis apparemment attaché. Elle aussi ? Je ne sais pas.

« Tu peux m'appeler Yume, si tu veux. Yume Magnolia. C'est le nom que j'ai utilisé ces dix dernières années. Mais je ne sais plus si même celui-là je peux encore l'utiliser... »

Yume.. Magnolia.. C'est vrai que ça lui va plutôt bien. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment, mais ce nom apaisa mon visage, mon expression d'abord énervé s'apaisa pour redevenir comme avant, plein de compassion et d'autres sentiments plus bienfaiteurs que les autres, envers cette fille. Elle était géniale, on ne devait pas la gâcher.. Je serais toujours là pour la préserver, j'en faisais le serment.

Après avoir essayé de détendre l'atmosphère, ce qui réussit peut-être ? Elle rit, en tout cas. Un rire méchant envers elle ou un rire franc, je ne sais pas. Je ne sais plus trop quoi penser de son rire, mieux vaut partir du fait qu'il était sincère. Je souris quand elle me dit que j'avais raison, j'avais été idiot de penser qu'il était sincère, bien sûr que non... j'avais envie de me frapper, mais on va éviter hein, j'me suis déjà fait ouvrir le bras, on va éviter d'ouvrir le crane, j'tiens à garder le peux de cerveau qu'il me reste.

« Je suis encore désolée. Je suis toujours obligée de blesser tout le monde... »

Elle s'excuse. Elle doit vraiment se sentir mal, je ne sais plus quoi penser d'elle, quoi penser de tout ça, elle ne doit pas être plus avancée que ça.. Je fais un signe à mon chat, quand il me donne ma petite boite de Pocky's, et en glisse un dans la bouche à Yume en souriant, puis en place un dans ma bouche en souriant

- Arrête de t'excuser.. Tu sais c'est pas vraiment de ta faute, quiconque est intelligent peut savoir ça, tu sais, après tout, on s'en fou de ce que pense les autres.. Après tu te qualifie de monstre mais regarde toi, tu est toute mignonne, tu accepte les câlins.. Si tu étais un vrai monstre je ne serais plus en vie.. Yume, ne pense plus.. Simplement... Viens !

Je lui pris la main pour l'emmener devant le lac, lui montrer cette vue magnifique. Le soleil se levait, visiblement, on était pas là que depuis quelques minutes. C'était fascinant comment le temps passait vite lorsqu'on s'attache.. C'est en soupirant que je m'abaisse et plonge mes jambes dans l'eau, puis, parlant doucement, tout en souriant :

- Alors, tu viens.. On doit avoir plus qu'une heure.. autant profiter calmement non ?

Je tapote à côté de moi comme signe de s'asseoir, j'espérais vraiment qu'elle irait mieux, pour elle, pour moi, pour tout le monde. Je serais là pour la protéger, peux à peux, elle devenait ma Yume ?

HRP : Désolé si il est plus nul, en JE je galère :/

════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Lun 13 Juil - 17:04



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



J'avais parlé. Peut-être trop, peut-être pas assez. Mais j'avais parlé. De mon identité, de mes facettes, de mon passé, de mes souffrances. Et il était resté là, à m'écouter, à me réconforter, à caresser mes cheveux dans un geste doux et chaleureux. Même s'il semblait s'être tendu à un instant, il s'était maintenant apaisé, et continuait d'essayer de me calmer. Je me sentais bien, dans ses bras. Je me sentais à l’abri. Je me sentais protégée, enlacée par les bras d'Oliver, comme écartée de tous danger possible. Je souris légèrement, imperceptiblement. Je ne savais pas vraiment pourquoi, je me sentais juste bien. Je me sentais.... Vivante. Normale. Acceptée. Humaine.

Je sentis soudainement quelque chose de fruité se glisser entre mes lèvres. Je regardais le garçon avec des yeux légèrement surpris, alors qu'il finissait de glisser un pocky dans ma bouche, souriant. Je souris légèrement également, alors qu'il prenait également un pocky. Il me dit d'arrêter de m'excuser. Que tout cela n'était pas ma faute, et que n'importe qui pourrait le comprendre, et qu'on s'en foutait un peu de ce que disait les autres. Je souris, il avait raison. La vie, c'était ne pas se soucier du regard des autres, et vivre pleinement comme on le sent. Vivre sans limites, sans problèmes, libre comme l'air, sans se soucier de ce que les autres pensent.

Il continua à parler en disant que je n'étais pas un monstre, car j'étais toute mignonne et acceptait les câlins. Je souris alors que mes joues rosirent légèrement, tandis qu'il ajoutait que si j'étais un monstre il ne serait déjà plus en vie. Il avait sûrement raison. Si j'étais un monstre, peut-être que je l'aurais déjà vidé de ses entrailles tant que je l'aurais pu. Ou peut-être que je l'aurais fait fuir. Je ne sais pas, mais il ne serait plus là. Sauf s'il était le genre de personnes qui acceptaient les monstres comme je suis. Non, il fallait que j'arrête de penser à ça. Mais tout au long de ma vie, on m'avait tellement souvent désignée comme un monstre, que j'avais fini par m'y habituer.

Il finit par m'inviter à le suivre, en me tirant vers le devant du lac. L'aube se reflétait sur la surface lisse et brillante de l'eau, les couleurs se mélangeaient. Le noir, le bleu foncé, le bleu clair, le violet, le turquoise, le rose, l'orange, le rouge, le blanc, le jaune. C'était un véritable tableau de couleurs, c'était magnifique. Je n'avais pas remarqué à quel point nous étions là depuis longtemps. Je ne ressentais même pas une once de fatigue. Bon, demain – enfin plutôt tout à l'heure – ça sera une toute autre histoire. Mais pour l'instant, je préférais profiter de l'instant présent – comme le faisait remarquer Oliver lorsqu'il plongea ses jambes dans l'eau. Il tapota la place à côté de lui, et je m'y installa, plongeant également mes jambes dans le lac, reposant ma tête contre son épaule alors que Kurona venait s'installer sur mes genoux. Elle n'avait jamais un coin tranquille elle...
Je grignotais le pocky toujours dans ma bouche, tout en regardant la surface du lac. Oliver avait raison, il devait nous rester une bonne heure tout au plus. Mais ça irait largement.

Après avoir finit de grignoter mon pocky – ou plutôt après l'avoir gobé – je regardais le garçon de nouveau, souriante. Il m'avait écouté, il m'avait accepté, et il n'avait pas pensé une seconde que j'étais un monstre. Il m'avait même réconforté. Je lui devais une fière chandelle.
« Merci », lui dis-je sincèrement, tout en continuant de sourire. « Merci de ne pas me considérer comme un monstre. »
Je reposais ma tête contre son épaule confortable, tout en continuant de sourire. Je me sentais mieux. Je ne savais pas vraiment pourquoi, je me sentais juste mieux. Savoir qu'au moins une personne dans ce monde me considérait comme une humaine, ça me rassurait, et ça me rendait tout simplement heureuse.

Je soupirai légèrement. Je jetai un coup d’œil au garçon. Lui aussi avait eu des problèmes ? Je ne sais pas, mais il avait l'air persuadé d'être un monstre, un peu plus tôt. Pourtant, il semblait sympathique, attentionné, attentif, dévoué, aimable... Bref, je ne ferais pas tous les antonymes de monstre. Je me demandais ce qu'il avait pu vivre, lui aussi. Ce que son pouvoir avait pu lui apporter, de bon ou mauvais. Comment son pouvoir avait pu lui rendre la vie difficile. La corruption, il avait dit. Pourtant, je ne voyais pas vraiment pourquoi il pourrait se prendre pour un monstre. Il n'en avait aucune propriété, c'était même carrément le contraire.
«Dit, tu semblais plus tôt te prétendre un monstre aussi. Mais pourquoi ? Je veux dire, tu semble être le contraire parfait du monstre. Regarde, tu m'as écouté attentivement, tu es resté à mes côtés, tu m'as réconforté, et tu n'as pas arrêté de dire que je n'étais pas démoniaque. Un monstre ferait-il ça ? Je comprends que tu ai eu des problèmes dans le passé, on en a tous eu. Mais si je ne suis pas un monstre, alors tu n'en es pas un non plus. »
Je lui souris, un sourire à la fois sincère et réconfortant. Pourquoi réconfortant ? Je ne savais pas. Je voulais juste essayer d'accompagner mes paroles pour le mettre en confiance et pour qu'il me croie.
« Si jamais tu veux en parler, je veux bien t'écouter, tu sais. »
Je lui souris encore une fois. Je lui avais bien dévoilé ma vie, il fallait bien que j'en sache un peu plus sur ses malheurs à lui aussi.

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Lun 13 Juil - 21:37





On avais parlé, on s'était câliné, toutes sortes de choses qui nous avait sûrement beaucoup rapproché. Je croyais que ça durait quelques minutes, mais visiblement ça avait duré plusieurs heures, à en croire par le soleil levant. Le pocky que je lui avais donné avait réussit son effet de surprise, elle semblait légèrement étonné, légèrement est un bien .. petit mot, pour le coup. Je l'avais invité à me suivre pour aller au bord du lac, pourquoi ? Tout simplement car je viens là tous les soirs pour me détendre, que c'est le seul endroit calme et beau à voir à cette heure. Dès lors qu'on se couchait, un rêve nous montrait toutes sortes de choses que l'ont avais faite, bonnes ou mal, elles pouvaient nous réconforter comme nous détruire plus que l'on était déjà.

Ma main jointe à la sienne, on avait rejoins le bord du lac, elle s'était assise à côté de moi, et s'était appuyée la tête contre moi. Je ressentais un étrange bien être, à côté de cette personne inconnue, et pourtant, vue de loin, on devait avoir l'air de personnes qui se connaissent depuis longtemps, voire même un couple, qui sais ce que les gens peuvent penser ? Son familier vint s'allonger sur ses jambes, je roulais des yeux, c'est pas possible comment il pouvait être collant ce truc, comment elle pouvait le supporter ? Enfin, c'est super envahissant, j'aimerai pas voir le résultat si jamais elle passe une nuit privilégiée avec son copain et que ce truc se ramène.. le pauvre !

Après avoir regardé ce truc envahissant, je reportais mon attention sur le paysage.. ça m'en rappelais des choses, notamment une peinture, de je ne sais qui, de je ne sais quoi. Une peinture. Toutes ces couleurs mélangées et séparée, flamboyantes mais pourtant assombries, c'était la puissance des couchers de soleil. La puissance de la nature, de t'émerveiller même si tu l'as déjà vu. C'est la puissance de certaines personnes, aussi, de t'émerveiller même si leur réputation les détruit. C'était ce que savait faire Yume.

C'était une personne surprenante, Yume. J'avais toujours entendu des rumeurs comme quoi c'était un démon, elle, cette jeune femme si amicale et mignonne, il suffisait de se risquer un peux, et on pouvais voir que c'était une personne des plus gentille, certainement plus gentille que toutes ces démones qui sont appelés des anges uniquement car leur physique le veut, et qu'elles étaient populaires. Yume était comme ce lever du soleil. Éblouissante. Je l'adorais. L'ange parmi les démons. Je fus tiré de mes pensées des plus tendre avec quelque chose dont je ne m'attendais pas.

« Merci »

Merci.. je ne m'y attendais pas. Je me retournais vers elle, pour observer un sourire, un sourire sincère, accompagné de ce merci. Il était sincère aussi, je le sentais. Elle était si gentille, et elle se disait démon. Je me sentais bien, je l'avais aidé visiblement. J'avais réussit sur quelqu'un ce que j'avais échoué sur moi même. Je souris sincèrement. J'étais heureux.

« Merci de ne pas me considérer comme un monstre. »

Je me tais. Je ne rajouterais rien, c'est dans ces moments là que j'ai peur de tout foirer, j'apprécie juste ce moment privilégié, ou elle pose sa tête contre mon épaule. Je penche ma tête sur le côté de façon à toucher sa tête avec la mienne en souriant toujours, j'étais heureux.

La demoiselle me jetais un coup d'oeil, je la regardais avec curiosité. Que pouvais-elle penser ? Essayais t-elle de déchiffrer quelque chose sur mon expression ? Se posait-elle des questions sur mon passé ? Sur ce que j'étais ? Sur ce que je ressentais ? Je ne savais pas, quelque chose me disait que je le saurais bientôt.

«Dit, tu semblais plus tôt te prétendre un monstre aussi. Mais pourquoi ? Je veux dire, tu semble être le contraire parfait du monstre. Regarde, tu m'as écouté attentivement, tu es resté à mes côtés, tu m'as réconforté, et tu n'as pas arrêté de dire que je n'étais pas démoniaque. Un monstre ferait-il ça ? Je comprends que tu ai eu des problèmes dans le passé, on en a tous eu. Mais si je ne suis pas un monstre, alors tu n'en es pas un non plus. »

Elle n'avait pas tord. Je me prétendais un monstre, mais j'avais mes raisons, je sais parfaitement que avec des inconnus ou des amis je n'en suis pas un, mais je suis un monstre car je suis quelqu'un qui, peut-importe ce qu'il fait, ce qu'il veut faire, l'obtient avec de la corruption, des femmes font l'amour pour de l'argent, des hommes payent pour ça. Moi je paye pour acheter le silence, je paye pour n'importe quoi. Ce que je veux. Il m'est arrivé de payé pour des choses absolument infectes, indirectement par mes parents. Je me doute que mes parents ont du faire tuer des gens. Ce monsieur gênants qui disparaît.. Je secouais la tête pour poser mon regard apaisé sur elle.

« Si jamais tu veux en parler, je veux bien t'écouter, tu sais. »

Elle me sourit. Si jamais je voulais en parler ? En vérité je ne sais pas si c'était une bonne idée, mais je ne pense pas que c'en soit une mauvaise non plus, elle qui se sentait tant empestée et que j'ai "délivré" je pourrais lui parler aussi.. Je pris alors une profonde inspiration.

- Eh bien tu n'as pas tord, un monstre ne ferait pas ça, mais je me qualifie monstre plus car peut-importe ce que je fais, je peux l'effacer avec de l'argent.. Et j'ai utilisé ce pouvoir pour des choses pas si catholiques que ça.. DE MON PLEINS GRÈS. Je mis l’accent sur cette fin de phrase

Je passais mon bras derrière elle pour la rapprocher de moi, lui faire un câlin de nouveau. J'en avais besoin, je détestais parler de moi, de mes problèmes, j'étais plus dans l'écoute des autres. Et je ne disais jamais tout. La vraie raison pour laquelle je me considérais de monstre, était aussi car j'étais un grand manipulateur. Je manipulais les gens pour qu'ils soient amis, ou pour n'importe quoi, même au quotidien. Je me retournais vers elle avec un large sourire.

- Je t'aime bien tu sais..

Je me levais et ramena son pied rapidement vers lui pour tremper la demoiselle en riant je continuais de la mouiller encore une fois puis bondit en arrière, c'est partit pour une bataille d'eau, il fallait bien mettre un peux de gaieté.

════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Mar 14 Juil - 14:47



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



Il avait posé sa tête sur la mienne délicatement, me donnant un confort que je ne pourrais décrire, c'était quelque chose qui me rassurait, tout simplement. Qui me rendait heureuse. Je me sentais plus proche de lui, je me sentais protégée, acceptée. C'était un sentiment que je ne pouvais expliquer, c'était nouveau, c'était étrange... Mais c'était agréable. Bien sûr, j'avais su ce que c'était de ne pas être rejeté lorsque l'on m'avait recueillie. Mais c'était différent. Je ne savais pas comment décrire, mais c'était différent. Lorsque l'on m'avait recueillie, j'étais jeune et perdue, je ne savais plus ce qu'étais la vie, je ne l'avais même jamais vraiment su. Je ne savais plus vers où aller, j'étais tout simplement... livrée à moi-même. Et une lumière était apparue, sans vraiment se soucier de pourquoi j'avais été abandonnée ni de quel monstre vivait en moi. Mais lorsque ça avait été le cas, lorsqu'ils avaient découverts ma sombre facette, ils m'avaient abandonnée à leur tour. Ou guidée, je ne sais pas, mais j'avais dû les quitter alors que leur regard envers moi était plein de dégoût et de haine.
Là, c'était différent. Oliver m'avait vue, il avait écouté quel genre de personne j'étais. Il m'avait regarder agir, il avait même été victime de mon pouvoir. Et même après ça, il s'obstinait à dire que je n'étais pas un monstre, et il s'obstinait à me réconforter. Il m'acceptait même après avoir vu qui j'étais. Peut-être parce qu'il n'y voyait rien de mal ? Peut-être, comme il le disait, n'y voyait-il pas de monstre ?

Après que je lui ai posé une question, il sembla se perdre dans ses pensées un instant, puis secoua la tête pour reposer son regard sur moi. Il me répondit que je n'avais pas tort, qu'un monstre ne ferait pas ce qu'il faisait. Mais il disait qu'il se qualifiait de monstre car il pouvait effacer la moindre erreur avec de l'argent. Il disait qu'il avait utilisé son pouvoir pour des choses pas vraiment « catholiques ». Je le regardais. Je ne savais pas vraiment ce qu'il avait pu faire dans le passé, mais il avait l'air de regretter, et d'en subir les conséquences. Je me mordis légèrement les lèvres, alors qu'il passait son bras autour de moi pour nous rapprocher. Peut-être qu'il n'avait pas fait des choses sympathiques ou légales, comme il l'avait dit, mais c'était également mon cas. Après, je n'avais sûrement pas fais les même choses que lui. Peut-être avait-il fait des choses plus graves. Je ne savais pas.
« Je ne connais pas vraiment ton passé, donc je ne peux pas vraiment donner mon avis, mais je peux dire que tu as l'air de regretter aujourd'hui ce que tu as fais dans le passé. Or, si tu culpabilises, ne serait-ce pas là la preuve que tu n'es justement pas un monstre ? Si tu sais que ce que tu as fais est mal, n'est-ce pas là la preuve que tu n'es justement pas le monstre que tu prétends être ? »
Je continuai de le regarder, puis reposa ma tête contre lui, réfléchissant. Je voulais vraiment qu'il se sente bien, lui aussi. J'aimerais qu'il ne pense plus qu'il soit un monstre. J'aimerais qu'il se sente également humain, comme il a réussi à me le faire sentir.

Il se tourna vers moi, puis déclara qu'il m'aimait bien. Je le regardais, les yeux écarquillés, souriant légèrement, ne sachant pas trop quoi répondre. Après quelques minutes à sourire avec des yeux brillants, je finis par lui répondre.
« Je t'aime bien aussi, tu sais. »
Je le regardais se lever. Il ramena son pied vers lui d'un coup sec et commença à me tremper. J'écarquillais mes yeux, le fixant. Il me jeta de l'eau encore une fois, puis bondit en arrière. Je compris, et souris malicieusement. S'il pensait s'en sortir comme ça, il avait tout faux !

Je me relevais, le défiant du regard, la malice emplissant mon regard et mon sourire. Kurona, qui en avait marre d'être dérangée à chaque fois, finit par aller s'installer sur un arbre. Moi, je regardais Oliver, puis pris de l'eau avec ma main pour lui en jeter dessus, riant légèrement. J'aurais aimé avoir le contrôle de l'eau. Ça aurait été plus marrant pour une bataille d'eau. Mais autant faire avec ce qu'on avait.
Je pris de l'eau avec ma main une nouvelle fois, et lui en envoya en pleine figure. Puis je ris doucement ensuite. Ça devait réveiller. Après tout, on n'avait pas dormi de la nuit. Je le regardais, la malice toujours dans mon regard. Il ne fallait pas me défier.

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Grim Ghaldabrand
Masculin
Messages : 70
Kamas : 4752
Date d'inscription : 23/11/2014
Humeur : Joviale ! =D
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître de bronze
THE superiors, the power !
THE superiors, the power !

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Mar 14 Juil - 15:48

" Allô ? Grim ? Tu pourrais venir ? On a un problème d'électricité, ici...
- M'ouais... J'arrive..."

Bon sang... Se faire tirer du lit en pleine nuit, ça n'était jamais très agréable... L'homme à tout faire de Tadakai se disait presque qu'il aurait dû garder son ancien job de gardien de nuit. Là, il passait la nuit debout, mais il pouvait dormir le jour ! Enfin... S'habillant rapidement, il prit sa trousse à outil pour rejoindre le dortoir qui avait des problèmes électriques. Il se rendit directement dans le local électrique et vit que plusieurs circuits avaient cramés. La barbe... Le pire, dans tout ça... C'était qu'on ne lui demandait même plus si on le dérangeait ! On l'appelait à toute heure du jour ou de la nuit pour les moindres réparations. Et s'il avait été avec une fille, hein ? Merde quoi, ça pouvait arriver ! Enfin, cette fois, il dormait seul. Si on pouvait dire seul le fait d'avoir à partager la pièce du studio avec quelqu'un d'autres. Ca lui rappelait la coloc' quand il était un jeune homme fraîchement diplômé. C'était presque drôle même, de revenir dans ce genre d'environnement. Comme s'il était redevenu un étudiant. Toujours est-il que son coloc' doit avoir un sommeil de plomb, pour ne pas entendre les appels du gardien !

Au bout d'un moment à changer les câbles et fusibles dans l'armoire électrique, Grim appuya sur l'interrupteur... et la lumière fût ! Avec un soupir de satisfaction venant du travail bien fait, il rangea ses affaires et consulta sa montre à gousset. Il allait pouvoir profiter de quelques heures de repos avant de commencer sa journée. C'était mieux que rien...


" Euh... Grim ? Je sais que tu vas pas aimer ça, mais viens voir... "

Avec un profond soupir d'ennui, le jeune homme s'approcha des traces trouvées par son familier. Alnar, le chien-lion, semblait flairer une piste. Apparemment, on avait fait le mur... Y avait-il un lien entre la panne et cette fugue ? Peu probable... Toujours était-il que des étudiants se trouvaient dehors à une heure avancée de la nuit. A son âge, il l'avait fait. Il était le moins bien placé pour les sermonner. Mais il allait avoir des ennuis si on apprenait qu'il avait laissé passer ça. En grommelant, il cadenassa ses affaires dans l'armoire électrique et se mit à suivre son familier, traquant les jeunes fugueurs. Bon sang de bois, il allait leur passer un de ces savons quand il les retrouverait !

La piste tiède finit par guider l'homme à tout faire jusqu'au lac Tadakai. Bizarre. C'était pas le lieu qu'il fréquentait le plus quand il faisait le mur, lui... Il n'eut pas de grosses difficultés à retrouver les étudiants, en suivant leurs cris. Ils semblaient en train de se battre ! Nom de Chronos !


" Alnar, magne toi ! On va pas les laisser s'étriper !
- Euh, Grim, attend ! "

Mais c'était trop tard, maintenant. Le 'chevalier' des temps modernes s'était emballé, devenant une implacable machine à éviter les conflits. La fatigue semblait avoir embrumé son cerveau qui, selon Alnar, ne fonctionnait déjà pas très bien en temps normal. Fondant au sein d'une de ses Chrono-phases, Grim figea le temps juste assez longtemps pour bondir entre les deux étudiants :

" Hé, vous deux ! Vous êtes pas censés être dans votre lit ?! Et... QUOI ?! "

Le gardien venait de se faire éclabousser ; en bondissant ainsi, il s'était retrouvé pris entre deux feux... ou plutôt entre deux eaux. Il secoua ses cheveux sombres en regardant les deux étudiants, prêt à utiliser sa magie au besoin :

" Vous allez tout de suite me donner une bonne raison d'être ici, c'est clair ?! "

════════════════════
Jukebox ♫:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Mer 15 Juil - 0:17





Je sais pas pourquoi j'ai lancé ça, ça me faisais toujours rire quand je faisais ça avec des amis, des batailles d'eau. Après c'était peut-être pas le meilleur truc pour discuter, mais au moins j'avais réussit à tirer quelque chose, un simple  "je t'aime aussi, tu sais" qui me fit sourire. Je sais pas, un simple moi aussi faisais tellement plaisir, dans certaines situations, c'était ouf. On partageais ce genre de moments spéciaux, ces genres de coups de foudres amicaux, où on sait que, à partir de ce moment là, on pourra plus se détacher, on ne pourra plus se lâcher, se décrocher, on sait qu'on est lié.

Argh.. putain ! Elle venait de me balancer une poignée d'eau dans la figure, de l'eau fraîche qui, combinée à cette nuit froide, était comme un coup de poing qui t'agressais, enfin, c'était dur à décrire. Elle m'en lançais une deuxième, cette fois, j'allais pas me laisser faire. Je lui lançais une rafale à mon tour, fermant les yeux pour me préparer à recevoir la sienne.... Deux secondes déjà et rien ? Je sursaute, une voix forte me gueulait dessus, qui se permet de nous interrompre ? Je ré ouvre les yeux et découvre un adulte. Grim. J'avais vaguement entendu parler de lui mais sans plus, je l'avais jamais rencontré...

" Hé, vous deux ! Vous êtes pas censés être dans votre lit ?! Et... QUOI ?! "

Très belle première rencontre.. elle commence très bien.. Il faut dire que, il est là, il surgit de nulle part, au beau milieu de notre bataille d'eau. Il s’attendait à quoi ? Non mais faut arrêter à un moment, j'sais pas arrêter l'eau moi ! On est pas censés être dans notre lit.. Pas faux ? Mais que dire, on est des lève tôt ? Comment Yume réagirait à ça ? J'espère que son pouvoir se manifestera pas .. le désastre que ça serait, et les problèmes qu'elle aurait ! Je soupire et laisse l'adulte continuer, parce que oui un adulte n'y vas jamais par quatre chemin, surtout quand il s'agit de nous les briser, m'enfin bon, j'écoute avec un air hautain ce qu'il nous dit.

" Vous allez tout de suite me donner une bonne raison d'être ici, c'est clair ?! "

Une bonne raison ? Je pourrais te dire quoi à part.. Fais pas genre que tu sais pas ? C'est chiant de dormir, et puis la nuit porte conseil, c'est ce qui est arrivé à Yume, j'ai pu la soutenir. Mais bon, t'es un vieux inutile non ? A quoi tu peux servir ? Alors oui, j'ai des pensées méchantes. Mais que veux-tu ? Il me reste une heure et j'avais envie de l'embêter un peux.

- Techniquement, celons les personnes et comment ils ont pu vivre, le ciel est notre lit, alors soit plus précis quand tu parles non ? Après je dis pas ça méchamment..

Pas ça méchamment ? Si, en fait. C'était juste pour la forme. Je  voulais l'énerver un peux, le provoquer, mais sans pour autant risquer une punition, ce serait dommage après tout ? Alors j'étais bien parti visiblement, il fallait que je soigne mes mots pour la suite.

- Une bonne raison d'être ici ? Baah, toi, tu fais quoi là ? On t'a appelé pour un problème ? Moi j'ai eu un problème aussi, le vieux pieu qu'on a m'empêche de dormir, et comme tu vois le ciel, il est clair, donc je crois qu'on peux dire que c'est clair, non ? On a pas le droit de s'amuser ? Tu vas faire quoi ? Nous crier dessus ?

Je souris, amusé. Je voulais vraiment savoir si le monsieur s'énerverai beaucoup ou pas. Je regardais du coin de l'oeil mon acolyte, Yume, en souriant, on allait jouer à mon jeu préféré, l'énerve-mouton, c'est comme le saute mouton, en moins physique. Je passais alors mes bras derrière mon dos, en rapprochant ma tête de celle de Grim, un sourire toujours amusé et provocateur, et fis un signe de main à Yume, caché de Grim, pour lui dire que c'était à son tour de le provoquer un petit peu, où peut-être qu'elle ne serait pas à la hauteur ? Où qu'elle n'accepterai pas ? Je ne sais pas, on verra bien, je penchais alors ma tête sur le côté devant le pion en gardant mon sourire.


════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Mer 15 Juil - 16:20



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



S'amuser, rire. Je ne savais même plus depuis combien de temps ça ne m'étais pas arrivé. Mais c'était tellement agréable, de rire. Savoir que son propre organisme n'avait pas oublié ce qu'était de rire, de passer du bon temps à s'amuser, c'était quand même quelque chose. Mais je ne dis pas que j'avais oublié. La rue ne m'avait pas rendue triste et solitaire, au contraire. Elle ne m'avait rendue que plus sociale et décontractée. J'avais ris et passé du bon temps au cours de ces dix années. Je m'étais amusée, j'avais été heureuse. Là n'étais pas le problème, car la rue avait été l'une de mes meilleures expériences.
Non, je pensais avoir perdu la connaissance d'un vrai rire lorsque l'on m'avait abandonné une deuxième fois. A ce moment, ma vie s'était écroulée. Les seules personnes que j'avais aimées jusque là m'avait regardé avec dégoût et peur, et m'avait rejetée. Je pense que tout le monde peut comprendre cette douleur.

Mais là, je n'y pensais plus. Je riais, tout simplement, je m'amusais. C'était étrange, de rire avec d'autre personnes qu'avec celles qui m'avaient accompagnées pendant si longtemps. Mais ça changeait, et c'était tellement agréable d'être avec quelqu'un qui ne vous regarde pas méchamment, et qui vous accepte peu importe ce que vous avez pu faire dans le passé. C'était agréable de pouvoir se sentir vivante après ces jours à se laisser mourir en pensant que sa propre existence devrait être bannie. C'était agréable, ça faisait tellement du bien, de rire, de rire à ne plus en avoir de souffle. De rire jusqu'à en avoir mal aux côtes. C'était tellement rare, aujourd'hui.

Soudain, quelqu'un nous interromps. Un adulte. Il s'interpose entre nous et se reçoit un de nos jets d'eau. Il ne semblait pas être extrêmement content sur le moment même. Que faisions-nous en-dehors de notre lit, demanda-t-il. Il en a de bonnes, lui. Comment dormir avec un passé pareil, plutôt. C'est vrai que j'ai toujours du mal à m'endormir, maintenant. J'ai peur de blesser quelqu'un durant mon sommeil, ou alors ce sont les fantômes de mon passé qui viennent hanter mes songes pour m'empêcher de fermer l’œil.
L'adulte nous demanda de lui donner une explication pour notre présence ici. Je me mordis les lèvres. Y en avait-il vraiment une ? Je m'étais simplement levée, et j'étais sortie de mon dortoir pour la simple et bonne raison qu'il m'était impossible de dormir. Expliquez-lui ce que c'est, d'avoir des morts sur la conscience et de se sentir constamment comme un monstre.

Oliver répondit à l'adulte au quart de tour, le défiant un peu. Enfin, un peu est vraiment un petit mot. Il était carrément en train de le provoquer. Je le regardais, haussant un sourcil. Mais très vite, je souris. Cela semblait amusant. Oliver me fit même un signe discret de la main, peut-être pour m'inviter à le rejoindre. Il ne me connaît pas parfaitement encore, mais il va savoir que je ne refuse jamais une partie d'aventure ! Par contre, j'espère que mon éducation ne le répugnerait pas. Moi, j'arrange ça comme on me l'a appris !
« J'avoue, le vieux, tu vas faire quoi ? Nous coller ? Je m'en fous. Ma vie est une bien plus grosse punition que n'importe quelle colle. Et tu veux quoi ? Qu'on reste dans nos chambre tranquillement à attendre que notre passé nous bouffe ? Et qu'est-ce que t'aurais fais si par malheur j'avais tué mes camarades de dortoir ? C'est mieux que je sois ici, finalement, hein ? Donc voilà. »
Je souris, mon sourire malicieux des rues qui promettait que je ne me laisserais pas faire si facilement, et qui assurais que j'étais prête pour une bonne petite partie de rigolade.
« Et puis, on a rien fait de méchant. On a juste parlé, parlé, et on s'est amusé. Je vois pas où c'est marqué dans le règlement qu'on a pas le droit de s'amuser. D'accord, on est en dehors du pensionnat, mais le problème est où, que je sache ? Et puis, le couvre feu, il est la nuit. Là, il fait jour, ou presque. Je vois pas où est le problème d'être matinal. Parce que qui te dis qu'on est ici depuis toute la nuit et qu'on ne s'est tout simplement pas réveillé un peu en avance ? »
Je le défiai du regard. Ça faisais longtemps que je n'avais pas eu à provoquer, vu que je m'étais dais ma réputation dans la rue et que je n'avais plus eu à avoir recours à ce genre de choses. Mais ça m'amusait. Je gardais mon sourire malicieux et défiant, tout en regardant l'adulte avec des yeux pétillants de malice. L'enfant des rues était de retour en moi.  
HRP: J'ai fais de mon mieux mais c'est pas génial. Désolée ;w;

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Grim Ghaldabrand
Masculin
Messages : 70
Kamas : 4752
Date d'inscription : 23/11/2014
Humeur : Joviale ! =D
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître de bronze
THE superiors, the power !
THE superiors, the power !

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Jeu 16 Juil - 13:44

Ghost commençait à voir jour dans le petit jeu des deux étudiants. Il du retenir un sourire quand ils se lancèrent dans un concours de provocation. Ah, touchante génération ! A leur age, il n'était pas vraiment mieux. Enfin, jusqu'à ce qu'une lettre arrive à la maison, et que son grand-père lui fasse de sévère remontrance. Pas commode, question respect, le vieux. Mais en même temps, quand on était une ancienne famille de chevalier royaux, il y avait des valeurs que l'on ne pouvait pas se permettre de perdre. C'était quelque chose que le mage avait fini par apprendre, en grandissant. En gagnant en maturité. Alors il les écoutait lui répondre, le prendre de haut.

D'un point de vue purement philosophique, leurs arguments se valaient. L'ennui, c'était que là, ils n'étaient PAS dans un cours de philo... Grim se tourna vers Oliver qui s'était approché, pour le toiser. Du haut de sa haute taille, le gardien ne se laissait pas du tout impressionner.


" Je ne suis pas du tout d'accord avec toi. A moins que tu ne sois capable de voler, il t'est impossible de considérer le ciel comme ton lit. Comme ton plafond, éventuellement. Mais pas ton lit. "

Et toc, premier argument détruit. Le mage se permit même un petit sourire narquois en imaginant la mine déconfite du gamin. Car oui, pour lui, ils n'étaient encore que des gamins au nez morveux. Ce n'était pas une question d'âge, mais plutôt de mentalité...

" En effet, on m'a appelé pour un problème. Et le problème c'est que deux étudiants de l'académie se promènent tranquillement dehors alors qu'ils ne devraient pas. Je pense que tu commences à voir où est mon problème, pas vrai, gamin ? "

A son tour, Grim allait essayer de les provoquer. Après tout, lui aussi avait bien le droit de s'amuser, pas vrai ? Il était curieux de voir qui craquerait le premier, entre eux et lui...

" Pour ce qui est de ton lit, tu adresseras une requête à l'intendance. S'il s'avère que ton lit a véritablement un problème, on viendra te le changer. Mais d'un autre côté, si tu te contentes de partir te promener, on ne risque pas de le savoir, hein ? Ça t'as pas traversé l'esprit, p'tit génie ? "

Une chose était sûre : c'était que Grim n'était pas encore disposé à se laisser marcher sur les pieds. Sinon, il ne serait pas venu bosser dans une école après avoir été agent de sécurité !

" Quand à ce que je vais faire... " Il haussa les épaules. " J'imagine que vous avez passé l'âge de vous entendre dire 'c'est pas bien, la prochaine fois, tu auras une fessée'... Quoi que, c'est pas encore sûr, ça... "

Lorsque l'autre étudiante, une mignonne jeune fille décida de se lancer dans la bataille, Grim comprit que ce serait du 2v1. Cool ! A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Déjà, qu'on l'appelle 'le vieux' commençait à entamer son humeur joviale déjà bien rognée par le manque de sommeil...

" Oh, ta vie est une bien plus grosse punition qu'une colle ?... Comme c'est triste. Désolé de te décevoir, miss. Mais ça n'excuse rien. On a tous nos problèmes, qui sont différents les uns des autres, mais pas forcément moins graves. Quand à ce que je veux, ça n'a strictement rien à voir. Il y a un règlement, règlement qui interdit aux élèves de faire le mur. Et ce pour une bonne raison. Pour répondre à ta question : qu'est ce que TU aurais fait si tu avais tué ton camarade au bord du lac ? " Il pointe Oliver du doigt. " A Tadakai, on peut toujours essayer d'arranger les choses. Ici, sans que personne ne soit au courant, c'est bien plus compliqué, tu crois pas ? Et si tu avais blessé des gens -sans parler de les tuer- , tu aurais fait quoi ? Tu te serais laissée arrêter par les flics, en plus d'attirer tout un tas d'histoire à l'école ? Bravo, belle preuve de maturité. Si ta vie est aussi difficile que tu veux me le faire croire, elle ne l'est visiblement pas assez pour te mettre du plomb dans la cervelle... "

Grim se tut quelques secondes, le temps de reprendre son calme. Un peu trop passionné, il se laissait mener par ses sentiments. Il devait faire attention à se maîtriser, d'autant plus qu'il y allait sans doute un peu fort avec elle... Tant pis, ils n'avaient qu'à pas le chercher.

" Pour parler, vous pouviez le faire à l'école. Si vous étiez resté dans l'enceinte de l'établissement, je n'aurai rien dit. Bon dieu, cet endroit est censé être là pour vous protéger ! Vous voulez savoir ce que je devrais faire ? Rapporter à la direction que vous avez fait le mur. Ce que vous risquez ? De vous faire renvoyer. Et vous allez faire comment pour apprendre à utiliser vos pouvoirs, sans formation ? Oh mais après tout, continuez d'agir en gamins irresponsables ! Si vous venez à vous tuer, ou pire, à blesser des gens innocents, c'est votre conscience, pas la mienne ! Moi je sais me servir de mon don. "

Assistant à la confrontation, Alna le chien-lion se tenait à quelques pas d'eux. Risquer de se faire mouiller ? Sûrement pas ! Par contre, il ne se tenait jamais bien loin de son maître. On n'était jamais sûr de rien, avec les ado...

════════════════════
Jukebox ♫:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Jeu 16 Juil - 16:15



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



L'adulte, après nous avoir écouté, commença par répondre à Oliver. Il faut dire qu'il le clashait bien quand même. Le coup du ciel est peut-être ton plafond mais pas ton lit m'avait bien fait rire, enfin intérieurement. Il fallait bien garder un peu de sérieux dans un moment pareil.
Il continua sur sa lancée en disant à Oliver qu'il avait effectivement appelé pour un problème, soit-disant deux étudiants qui se promenaient hors du pensionnat durant le couvre-feu. Pfft, il s'était juste levé du pied gauche et voulait nous rejeter la faute dessus. Ahhh, le vieux n'avait sûrement pas eu ses neuves heures de sommeil, le pauvre...  Il essayait de nous provoquer, c'était mignon. Mais il en fallait plus. Non parce que le coup du « c'est toi mon problème », c'était vieux et plus marrant depuis longtemps. Il fallait innover un peu !  
Il parla ensuite du lit d'Oliver – des histoires d'intendance, je n'avais pas vraiment écouté. Mais j'avais cru comprendre que si son lit avait vraiment un problème, il serait changé. Je ne sais pas pourquoi mais lorsqu'il avait dit ça, j'avais cru qu'il se foutait un peu de notre gueule. On avait limite l'impression qu'il parlait à des petits toutous débiles, du genre « Oh, ton panier il est pas bien ? Il a un problème ? Mais on va te le changer t'en fais pas ! ». Pour le coup, c'était offensant. Je n'aime pas vraiment être traitée de caniche...  
Il accentua ce côté bambin caniche en nous disant ce qu'il allait faire. Il ne savait pas vraiment, disait-il, car on avait selon lui passé l'âge des « Oh c'est pas bien ! » qu'on dit aux bambins. Il ajouta cependant que ce n'était pas encore sûr. Non mais oh, il voulait que je lui fasse bouffer des couches ? De la fourrure de caniche rose ? Que je prenne un biberon et que je lui enfonce dans le clapet pour qu'il la ferme ? Non parce que selon MONSIEUR nous sommes des petits mômes à l'intelligence de caniche incapable de faire quoi que ce soit à part apporter des problèmes. Un conseil, le vieux, va vivre dans la rue pendant dix ans sans aucune éducation au préalable et tu verras que tes petits caniches ils tiendraient pas le coup.

Il en finit avec Oliver, pour se retourner vers moi. Il feignit d'être désolé pour mon passé qu'il ne connaissait même pas. Je fronçais les sourcils. Il ferait mieux de ne pas blaguer sur ça, il s'aventurait sur un terrain dangereux, voir miné. Il disait que ça n'excusait rien. Bah oui, bien sûr, tu vas me dire que les enfants qui se suicident c'était leur faute si leurs parents les battaient et que ça n'excuse pas leur acte ? Tu vas me dire que les psychopathes c'est leur faute s'ils ont eu des problèmes dans leur vie qui les ont poussés à devenir comme ça ? Bon, d'accord, ils tuent des gens et c'est mal et c'est en partie leur faute. Mais il faut prendre le problème à la racine. On ne crée pas un monstre comme ça du jour au lendemain. On l'élève.
Il ajouta que l'on avait tous nos problèmes, et qu'ils étaient tous différents. Ah, pour ça papy, je suis d'accord avec toi. Les problèmes, ça court les rues de nos jours. On arrive jamais à s'en débarrasser.
Mais il ajouta ensuite qu'un règlement était un règlement.  Je soupirais. Allons allons, les règles n’étaient-elles pas faites pour être brisées ? Non ? Bon d'accord. Mais il faut comprendre que parfois on a besoin de déployer ses ailes, de sauter dans le vide et de voler vers la liberté, ne serait-ce quelques instants. Se sentir flotter dans cet air respirable, sans aucunes limites, ne serait-ce que pour quelques secondes, avant que l'air renfermé nous enflamme à nouveau les poumons. Ne pouvait-il pas comprendre ? N'avait-il pas été jeune, lui aussi, à vouloir défier les règles et sans cesse s'enfuir des murs qui l'entouraient ?

L'adulte – sans vraiment le savoir – s'engagea sur un terrain dangereux, lorsqu'il énonça la mort possible d'Oliver. C'est vrai ça, qu'est-ce que j'aurais fais ? Qu'est-ce que j'aurais fais si je m'étais laissée emportée et que mon pouvoir l'avait tué ? Je ne sais pas. Mais la scène se joue dans mon esprit maintenant. Elle n'est pas vraiment différente de ce que j'ai pu vivre jusqu'ici. Je l'imaginais, plié de douleur, alors que des plaies venant de n'importe où s'ouvraient. Je le voyais, transpercé par mes invisibles griffes, alors que le sang se déversait sur le sol. Je voyais ses dents serrés, ses yeux plissés sous la douleur. Je le voyais – même si ça me paraissait impossible – m'accuser de monstre, de monstre inhumain... Qu'aurais-je fais ? Ne l'aurais-je pas achevé de choc, de tristesse ? Ne l'aurais-je pas ensuite regretté au point de m'en tailler les veines par moi-même ? Ma respiration s'accélérait, mais j'avais déjà l'impression de ne plus respirer, l'air semblait trop lourd à apporter jusqu'à mes poumons. Je sentais mes muscles se tendre au fur et à mesure des paroles de l'adulte. Mes doigts se crispèrent, pour finir en poings serrés alors que j'enfonçais mes ongles dans ma peau, les yeux écarquillés, le visage horrifié et dégoûté de ce que j'aurais pu faire. J'étais choquée, choquée de moi-même. Je sentais mes jambes trembler doucement sous l'horreur des images qui défilaient sous mes yeux. Tuer Oliver... ? En aurais-je été vraiment capable ? Je regarde le sol, honteuse. Bien sûr que oui, je suis un monstre. Je tue sans même me rendre compte de ce que je fais. Blesser fait partie de mon quotidien. Je sens mon corps trembler de plus en plus, alors que l'air me manque, j'ai l'impression d'étouffer. J'ai l'impression que mon torse, ma poitrine, est sèche, sans air, j'ai l'impression que mes organes sont brûlant. L'air me manque tellement que j'ai l'impression de me noyer, comme lorsque l'on prend une douche et que l'on laisse son visage trop longtemps sous la pluie d'eau chaude, mais j'ai aussi l'impression d'avoir été abandonnée dans les profondeurs de l'océan. Chaque respiration à  l'air de bloquer, comme si une pierre s'était coincé dans mes poumons, pour m'empêcher de respirer.

Cela ne fait qu'empirer lorsqu'il énonça la possibilité que je puisse blesser des gens, sans vraiment les tuer. Un faible sourire ironique se dessina sur mon visage, alors que mon état tremblant et sans air s'aggravait. Savait-il seulement combien de personnes j'avais déjà blessées ? Déjà tuées ? Bien sûr que non, il n'en avait aucune idée. C'est pour ça qu'il en parlait avec autant de calme. Plus j'y pensais, plus je me disais que j'étais vraiment un monstre. Aurais-je dû me laisser arrêter par la police, comme il l'avait dit ? Mais ça aurait été se dénoncer aux humains. A la police magique, donc ? Mais ça aurait attiré des problèmes, à moins que je le fasse vraiment tôt.  Aurais-je dû m'enfermer dans une salle sans porte ni fenêtre, ni même échappatoire pour éviter des désastres ? Je ne savais plus quoi penser. Il ne savait rien, évidemment. Mais il se permettait de me traiter de sans cervelle, sans même savoir ce que j'avais vécu.
A ce moment-là, je me suis dit : Aurais-je vraiment dû naître ? N'aurait-on pas dû me tuer à la naissance ? N'aurait-on pas dû me laisser pourrir misérablement dans une ruelle ?

Mon état empirait. Ma vue était embuée par des larmes, alors que je  regardais toujours le sol. Mes tremblements ne s'étaient pas arrêtées, ils ne faisaient que s'aggraver. Mes sentiments s'entremêlaient – rage, peur, dégoût – et d'autres encore. L'air ne voulait plus passer à travers mes poumons.
L'adulte nous dit qu'il devrait rapporter à la direction que nous avions fait le mûr, déclarant au passage qu'on aurait pu rester dans l'enceinte du pensionnat. Mais ce n'était pas pareil.
Il nous dit que le risque était l'exclusion. A ce mot, mes yeux s'écarquillèrent. Non. Pas l'exclusion. C'était pour me guider vers le pensionnat que ma dernière « famille » m'avait abandonnée. C'était pour que je ne puisse plus jamais blesser personne... Mais après tout, le mal était déjà fait, non ? J'avais déjà blessé et tué ces personnes...  Pouvais-je seulement me rattraper ? Mais non, je ne pouvais pas risquer l'exclusion. J'aurais tellement honte, et je serais définitivement inutile. Je n'aurais plus qu'à me laisser crever au fond d'un caniveau... Mais ça ne serait pas si mal, après tout.
Mais eux, ils seraient tellement... honteux de moi. Je n'aurais pas pu les rendre fiers à contrôler mon pouvoir. Je ne pourrais pas les revoir, toute souriante, en leur disant que je contrôle enfin mon pouvoir. Je ne pourrais que les blesser à nouveau, blesser et tuer toutes les personnes que j'aimais.
Après tout, j'avais déjà tué ma mère. J'avais presque tué ma nouvelle famille. Et j'aurais pu le tuer, lui...

« STOP ! »
J'avais hurlé, me recroquevillant sur moi-même, haletante, les mains agrippant mes cheveux, alors que l'air tranchait ma gorge, alors que toutes ces pensées sur moi-même, sur mon passé, sur ma vie, sur mes sentiments s'entremêlaient. Je ne savais plus ce que je ressentais, je brûlais de l'intérieur, j'avais envie de hurler, mais l'air me manquait. Des images défilaient dans ma tête.
*fisssh fwish fissh sfissh*
Mes yeux s'écarquillèrent. Je connaissais ce bruit, ce bruit qui tranche l'air, ce bruit qui annonce que mon pouvoir s'est réveillé.Je ferme les yeux, alors que le bruit continue, signe que quelqu'un se fait taillader. Je ne sais pas qui, je n'ose pas regarder, mais le bruit semble provenir de là où l'adulte était. Je suis désolée monsieur, je ne voulais pas, vraiment. Je suis désolée, je...
Je ressens quelque chose. Une chaleur âcre dans mon torse, ma poitrine, ma gorge. Ce n'est pas une chaleur agréable, elle est acide, étouffante, elle m'empêche de respirer. C'est comme un qui se déplace, et....
« Keuf keuf... » Je tousse. Je tousse, mais c'est douloureux. Je sens quelque chose dans ma toux, quelque chose de pas normal, un goût âcre, un liquide coagulant...
J'ouvre les yeux, alors que je continue de tousser dans ma main maintenant rougie par le sang, tandis que l'air me manque toujours. Ma vision se trouble. Qu'est-ce qui m'arrive ? A-t-on finalement décidé de neutraliser le démon en moi ?  

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Jeu 16 Juil - 17:16





Il me fait chier. Voilà ce que je pensais. Non pas qu'il réussissait ce qu'il voulait, c'était plus par son air niais, et car je pouvais pas le frapper, ouais, ce bonheur d'être adulte.. Une raclée ça lui ferait du bien à cet animal ! Le vieux répondait à mes affirmations sans difficultés, comme si c'était évident pour lui, ah ouais, c'était plutôt chiant, je dois l'avouer. Que voulez-vous, il doit y être habitué, entre ça et son ancien job de .. enfin bref.. Il me répondait avec une certaine sérénité. Il t'es incapable de voler, donc le ciel n'est pas ton lit ? Tout est relatif, et puis j'avais apprit à Tadakai que tout était possible, donc bon, à force..

Quand il évoqua qu'on l'avait appelé pour un problème, je ne pu me retenir de lâcher un rire moqueur, il se serait réveillé pour nous ? J'y crois pas vraiment, devait plus y avoir un problème d'électricité ou autre chose dans ce pensionnat, toute façon, y'en avais toujours.. Il me sortait que si mon lit avait un problème, on pourrait le changer.. à quoi ça sert, sachant que j'y vais 1fois sur 2 ? Eh ouais, je pars me promener, et alors ? Je préfère aller voir un beau lac qu'une sale gueule de pion, surtout qu'il feront tout pour me dire que leur vieux lit en bois c'est un lit cinq étoiles en fait mais qu'il est dissimulé par une organisation top secrète chinoise de fabrication d'Iphone et de Mobilier..

Il osait sous entendre que nous avions l'âge de prendre la fessée, donc si on suivait sa logique et qu'on parlait du comportement, qui était le plus idiot, nous qui jouions un peu, ce qui est normal à notre âge, ou un vieux qui est censé montrer l'exemple et qui se rabaisse à notre jeu ? Ça me fit doucement rire, et je comptait pas me priver de lui faire remarquer.

- Entre nous, on compare nous qui parlons ensemble, ou qui sortons, j'sais pas pourquoi tu dis ça.. Car on te provoque peut-être ? Tu dis qu'on est des enfants pas de problème, si tu veux, toi t'a une barbe et des ch'veux blancs et tu t'y crois, mais entre nous, tu rentre dans notre jeu.. C'est une preuve de maturité ?

Le pion se retourna vers Yume. Merde. Con comme il était, j'étais quasiment sûr qu'il allait faire une connerie, je le sens mal. J'inspire un grand coup et je fixe Yume. Je m'inquiètes pour elle, je pensais pas qu'un adulte serait si imbécile.. Je passe alors à côté d'elle, pour la soutenir au cas où, un sourire malicieux en direction du pion. Il se moquait de son passé, clairement. Il rejetait tout en bloc. En gros ce qu'il disait c'était " J'men fou de ton passé, j'y connais rien, mais je parle quand même, car je suis qu'un imbécile " et en effet, il évoqua des morts, des blessés.. Le truc pour l'affecter quoi.. Et il savait rien cet idiot... Je devais tout faire ici ? Je me mordais la lèvre inférieure en priant pour qu'elle ne parte pas en furie..

" Qu'avais tu fais si tu aurais tué ton camarade " en me pointant du doigt. C'était la plus GRANDE erreur de sa vie. Je me frappais le visage, un des plus beau facepalm, qu'il était imbécile.. j'observais Yume. Elle perdait le contrôle.. Où elle luttait.. je sais pas.. Ces poings étaient serrés.. elle fixait le sol, elle tremblait comme on en avait jamais vu. C'est à ce moment là que le pion devait commencer à comprendre son erreur, dire de la merde encore et encore, voilà ce que ça donne. Après c'est nous les gamins immature ? Irrespectueux ? Qui ne connaissons rien à la vie ? Une chose est sûre, c'est que pour l'instant, j'en avais absolument rien à foutre de ce pion. Mon amie était là, et souffrais par sa faute.

Son pouvoir allait s'activer d'une minute à l'autre, mes poings se crispèrent, je fixais Grim, ça allait être lui la victime.. Je regarde les deux rapidement, je panique. Que faire ? Mon coeur me disait d'aller défoncer ce Pion mais si je le faisais, Yume ne se calmerait pas et je me ferais virer..
*fisssh fwish fissh sfissh*
Too late. Trop tard. C'était parti. Le pion se faisait déjà couper à de nombreuses parties du corps, et ça ne s'arrêtait pas. Je devais prendre les devants. Yume toussait. Elle toussait du sang. Son pouvoir ne s'arrêtait pas, et les effets secondaires se faisaient sentir .. Je m'approchais d'elle, comment faire.. Comme au bon vieux temps peut-être ?

Je me plaçais alors derrière elle, devant serait peut-être trop risqué, si jamais le pouvoir me prenait comme cible ou de toute façon ça la dérangerait, et je tiens pas à être la cible de ses toussotement de sang. Je plaçais mon bras droit autour de sa taille et, avec mon bras gauche, ramenais son bras libre le long de son corps, j'avais lu que c'était une mesure de sécurité, je ne sais où dans un livre du pensionnat, je lui chuchotais alors à l'oreille..

- Yume.. je suis là.. calme toi.. Respire doucement.. Contiens ton pouvoir.. Tu es plus forte que lui. C'est lui qui est en toi, pas toi qui est en lui..

En ce moment, j'avais oublié que Grim était là, et de toute façon, j'étais obligé de faire ça, même si il ne voudrait pas, le stress m'emparait, je ne savais pas si ça allait marcher, je ne savais pas si j'avais l'influence nécessaire pour la faire se calmer..

- Reste avec moi Yume..

Je venais de la faire se sentir bien, je ne voulais pas qu'elle redevienne la partie d'elle qu'elle trouvait si démoniaque que ça, je voulais qu'elle reste avec moi, qu'elle reste la Yume que j'ai sauvé.. Que j'ai réconforté.. S'il le fallait, j'aurais été prêt à me souiller.. Encore plus que je ne l'étais déjà.


════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Grim Ghaldabrand
Masculin
Messages : 70
Kamas : 4752
Date d'inscription : 23/11/2014
Humeur : Joviale ! =D
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître de bronze
THE superiors, the power !
THE superiors, the power !

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Ven 17 Juil - 14:58

Ah là là... Les ados, de nos jours. En les voyant, en les attendant, Grim se disait qu'il avait dû etre un beau salopard à leur age. Fêtes improvisées dans un coin de Tadakai, faire le mur en groupe pour aller au bowling ou dans la forêt... Ce n'étaient que des exemples de ce qu'ils avaient pu faire... Comme moi, son pouvoir ne l'empêchait pas de vieillir, puisque maintenant, c'était lui l'adulte qui râlait contre les gosses. Cette pensée lui aurait fait un petit pincement au coeur, s'il n'avait pas été en pleine confrontation. Ce qui désolaient Grim, c'était qu'il voyait parfaitement dans leurs yeux l'ennui et tout les autres sentiments négatif qu'il leur inspirait. Était-ce si difficile de comprendre que les règles étaient là pour les encadrer, les protéger ? Le français était quelqu'un de cool et permissif. Il avait réagit un peu au quart de tour en croyant qu'ils se battaient, mais ce n'était qu'une stupide bataille d'eau. Il se rendait compte de son erreur. S'ils ne s'étaient pas entêté sur la voie de l'irrespect, il se serait sans doute contenter de rire et de les raccompagner au dortoir. Fin de l'histoire. Mais il avait fallu qu'ils jouent au plus fin, et c'était quelque chose que Grim n'appréciaient guère. Se faire mettre sur le dos les erreurs des autres. Naturellement, il protégeait ses amis et encaissait leurs problèmes. Mais se faire charger comme une mule, alors là non !...

Il voyait bien que ses remontrances ennuyaient profondément l'étudiant. Il serrait les poings. Il voulait se battre ?... Avec un sourire amusé et provocant, Grim lui lança sur un ton de défi :


"- Tu sais, je suis ni prof, ni surveillant. En plus, on est hors de l'école. Si tu veux te battre, c'est quand tu veux ! Ça ne me dérange absolument pas de botter le cul à un gamin arrogant ! "

Ce qui était absolument faux. Grim n'aimait pas se battre. Il fanfaronnait, jouait les fiers, mais il ne se battait qu'en dernier recours. Trop fatiguant. Visiblement, ses critiques faisaient mouches, mais pas forcément pour la bonne raison. Ils étaient en train de croire que Grim se moquait d'eux. Bien au contraire. Il essayait de leur faire comprendre que leur attitude était néfaste, en leur renvoyant leur propre reflet. Bien sûr que ce n'était pas agréable, mais c'était selon lui le meilleur moyen de les faire grandir un peu. Aux dernières paroles du jeune, le gardien éclata purement et simplement de rire :

" - Pardon... Je me moque pas de toi. C'est juste que si tu va demander à mes amis pour savoir si je suis le plus mature, ils vont bien se marrer... J'ai peut être de la barbe et des cheveux blancs -quoi que j'en doute, puisque je me rase- mais la vieillesse, c'est dans la tête ! Alors certes, j'ai plus quinze ans... Mais non, je pense pas être le plus mature. Ce n'était pas mon objectif, et... "

Il fut interrompu par le 'STOP' de Yume. Ah, on faisait moins la maligne. Quand on commence à vous tenir et qu'on vous renvoie au visage ce que vous ne voulez pas voir, ce n'est pas agréable. Le français ignorait tout de l'histoire de la jeune fille. Comment aurait-il pu le savoir ? Elle ne lui avait donné que de vagues indices. Impossible pour lui de savoir ce qui lui était arrivé. Il était facile de croire qu'il se moquait d'elle et de son passé. Rien n'était plus faux. Grim éprouvait toujours un profond respect envers ceux qui avaient souffert, et ne se moquait jamais du passé des gens. Alors, il avait sans doute manqué de tact à cause de l'agacement et de la fatigue, mais il ne l'avait pas rabaissée. Comme dirait Werber, "entre ce que je dis, ce que je crois dire, ce que je veux dire, ce que vous entendez, ce que vous croyez entendre, ce que vous voulez entendre"... Pas mal de raisons de se planter, hein ?... C'était pas facile, de communiquer.

"- Je crois que ton amie se sent mal... "

Grim fronçait les sourcils. Oui, on pouvait s'en vouloir. Mais là, ce n'était pas une crise de culpabilité, ou elle était la plus mauvaise actrice de l'histoire. Non, on aurait dit que quelque chose n'allait vraiment pas. Oliver s'était déplacé pour venir près d'elle. Alnar s'était redressé et les regardait, avec un regard soucieux. Quelque chose n'allait pas. Le gardien fouilla dans la poche de son treillis pour en tirer son téléphone. Il voulait appeler de l'aide, même s'il ne savait pas encore qui contacter. Mais brusquement, il entendit un sifflement. Ce bruit lui évoquait celui d'une lame qui tranchait l'air. Pour quelqu'un comme lui, qui avait fait du kendo et s'était entraîné à l'épée, c'était un bruit reconnaissable. La seconde suivante, il sentit une douleur cuisante à la joue droite. Il porta les doigts à sa pommette. Ils étaient couverts de sang. On venait de le trancher. D'autres bruits de lames se firent entendre, d'autres douleurs se firent sentir avant que Grim n'ait le temps de réagir...

" GRIM ! "

La voix d'Alnar fut comme un déclencheur. Le gardien disparut subitement. Du moins, c'est ce qu'aurait pu dire quelqu'un d'extérieur, alors qu'il rentrait dans une de ses failles dimensionnelle. Là, à l'abri de sa Chrono-Phase pour quelques secondes, le français fit le compte de ses blessures. Pommette droite, tempe gauche, cuisse gauche, une belle taillade en croix sur le torse, une autre coupure sur le dos. Ses mains aussi semblaient avoir été touchées. Que se passait-il ? Depuis son monde, il 'captait' la présence des deux étudiants, et celle d'Alnar. Rien de plus. Était-ce un de leur pouvoir qui s'était réveillé ? A un contre mille, celui de la fille. Alors Grim devait y retourner, pour les protéger tout les deux. Même s'il devait subir d'autres coupures pour cela, il était revenu à Tadakai. Sortant de sa Chrono-Phase, il vit que le garçon avait déjà en parti pris les choses en mains. Que pouvait-il faire de plus ? Il s'approcha doucement de la fille :

"- Calme toi. Je sais que ce que j'ai dis n'était pas agréable à entendre. Mais c'est EXACTEMENT la raison pour laquelle l'école à un règlement... " Bon sang, et son pouvoir qui n'était toujours pas assez fort ! Il allait devoir sérieusement travailler là dessus ! " Il faut que tu écoutes ton ami. C'est toi qui contrôle ton pouvoir, pas le contraire. J'ignore ce que tu as traversé, je ne sais rien de ta vie. Mais si tu es toujours là, c'est que tu as été assez forte pour le traverser. Alors montre-toi forte, une fois de plus. "

════════════════════
Jukebox ♫:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Yume A. Magnolia

Féminin
Messages : 27
Kamas : 3942
Date d'inscription : 04/05/2015
Humeur : Sanglante ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 3ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Sam 18 Juil - 0:42



«The demon under the moon»

“Everyone is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody.”



Tousser. Tousser à s'en étouffer, avoir l'horrible impression de ne plus pouvoir respirer à moins de s'arracher la gorge, alors que je sentais toujours ce liquide chaud et coagulant me coller aux parois de la gorge, bloquant l'air. Je sentais ce liquide couler le long de ma gorge, puis faire une remontée acide dans ma bouche avant de s'en échapper en une toux douloureuse qui me donnait l'impression d'arracher la peau de ma gorge et de la recracher. Je suffoquais, ma vue commençait à sérieusement se brouiller, j'avais du mal à retenir mes toussotements à cause de mes tremblements, et ma main était déjà couverte de sang de toute façon. Cette substance me collait à la peau, c'était désagréable, mais je pensais plutôt à la douleur qui prenait ma gorge et emplissait ma tête, alors que j’essayais tant bien que mal de stopper mon pouvoir, en vain. J'entendais toujours l'air trancher, ça me rendait malade, j'avais envie de vomir tellement j'étais dégoûtée de moi-même. Dégoûtée de blesser et tuer tous ces gens. Dégoûtée du monstre que j'étais, à me cacher de mes crimes, alors que je pourrais pourrir dans une ruelle ou dans une cellule, là où je ne ferais plus mal à personne. C'est ce qu'on devrait faire, m'enfermer, m'enterrer, me détruire pour ce que j'avais fais. Je ne méritais pas de vivre. Je ne méritais pas ma place dans ce monde, je ne faisais que détruire. Je méritais juste de me retrouver en enfer et de souffrir pour toujours, d'avoir un éternel supplice comme Prométhée ou Tantale, ou autre encore.

Je sentis soudainement une présence réconfortante près de moi. Une présence agréable, familière, qui m'enlaçait et ramenait mon bras libre et non couvert de sang le long de mon corps. Je sentais la présence se rapprocher de moi, je sentais son souffle près de mon oreille, mais je n'entendais pas ce qu'elle me disait – ou vaguement, du moins. J'entendais la personne me dire qu'elle était là, et qu'il fallait que je me calme. Sa voix était lointaine, comme si elle se trouvait à plus d'une dizaine de mètres de moi, et résonnait comme si la personne se trouvait sur une montagne. Pourtant, je sentais son souffle contre mon oreille – son souffle chaud et délicat. J'entendis « contiens ». J'entendis « forte ». Mais le reste de sa phrase me parut trop incompréhensible et trop lointain, je ne reconnaissait pas les mots, j'avais l'impression d'écouter une autre langue, ou une radio qui recevait mal. Ma gorge brûlait toujours autant, et mes toussotements comme mes crachats ne se ternissaient pas.
L'info mit quelques minutes à me parvenir, mais mon cerveau, après un certain temps, assimila à qui était cette voix qui m'était familière, cette présence rassurante que je connaissais. C'était Oliver. Qu'est-ce qu'il foutait ? Mais il était.... stupide ! Il était en train de risquer sa vie ! Je pourrais le tuer comme ça, d'une pensée, d'un souffle, sans même m'en rendre compte ! Il voulait vraiment mourir ? Il était suicidaire à ce point ?
Mais... Après tout, il avait confiance en moi. Il ne me considérait pas comme un monstre, il l'avait dit. Mais ne changerait-il pas d'avis en voyant ce que je peux vraiment faire ? Pourquoi n'était-il pas dégoûté ? Pourquoi n'avait-il pas déjà rejeté, abandonné le monstre que j'étais ? Je ne savais pas, mais j'essayais de me défaire de son emprise. Je ne voulais pas qu'il risque sa vie. Mais la toux se fit plus forte, et j'étais impossible de bouger. Les larmes commencèrent à brouiller ma vue. Non, je ne voulais pas.... Je ne voulais pas le tuer.... Je ne voulais plus blesser personne, surtout pas les personne auxquelles je tenais. Je voulais juste.... Mourir. L'air était bien trop difficile à respirer de toute manière, bien trop lourd, trop tranchant lorsqu'il entrait dans mes poumons – si jamais il l'atteignait, car j'étais tellement hors de mon souffle que j'avais l'impression qu'il n'entrait même plus dans mes poumons. Après tout, ma gorge était comme fermée avec tout le sang qui s'y agglutinait, l'air ne pouvait plus passer. J'essayais encore une fois de me défaire de l'emprise de Oliver, puis abandonna. Je n'avais plus de force, de toutes manières. Autant me laisser mourir.

« Reste avec moi, Yume. ». Cette phrase résonna dans mon esprit, elle était parfaitement claire, je l'avais complètement entendue. Mes yeux s'étaient écarquillés. C'était la première fois qu'on me demandais de ne pas quitter ce monde, la première fois qu'on me demandait de rester, et de ne pas crever au fond d'un trou. C'était la première fois que quelqu'un faisais... Attention à mon existence. La première fois que quelqu'un soit touché par ça. Cela me troublait. Mais il m'avait réconfortée. Il s'était obstiné à me dire que je n'étais pas un monstre... Peut-être avait-il raison ? Je ne savais pas. Mais doucement, j'entendis l'air qui auparavant tranchait, s'arrêter, et le silence s'installa – à mes oreilles du moins. Enfin, même carrément. Mes oreilles bourdonnaient, je n'entendais plus aucun son. Peut-être que finalement, l'air continuait de trancher. Mais j'étais sûre qu'il s'était arrêté, je le sentais quelque part au fond de moi. Mais les crachats de sang ne s'arrêtaient pas. Je haletais, il m'était toujours impossible de respirer.

Puis, alors que je continuais de cracher du sang, mais que mon souffle se stabilisait, mes oreilles se débouchèrent, et l'adulte prit la parole. Il revînt à la charge avec son putain de règlement. Non mais sans ce règlement il serait pas venu nous faire chier et jamais tout ça aurait débuté !... Non.... Il ne fallait pas que je rejette la faute sur les autres. C'était moi, la fautive. C'était moi qui avait tout fait foirer, je...
Non, stop, il fallait que j'arrête de penser à ça. Mon cœur, mon esprit s'emballaient encore. Il fallait que j'arrête. Oliver m'étreignait toujours. Je fermais les yeux, essayant de me calmer, alors que l'adulte m'encourageait également. Il me disait que j'étais forte, que je pouvais contrôler mon pouvoir. J'en avais ma claque, je voulais juste que tout s'arrête, j'avais l'impression que ma tête allait exploser, tellement elle me faisait mal. Mes paupières, mes muscles étaient lourds, je ne sentais plus rien à part ma gorge douloureuse.
Au final, mon souffle se stabilisa, même si je haletais toujours. J'avais du sang au coin de la bouche, et ma main était toujours couverte de la même substance, de même que ma gorge en était remplie. De ma main libre, j'essuyais le sang au coin de ma bouche, bien qu'inutile. Je levais les yeux un instant, bien que je ne voyais pas grand chose.
« Vous pouvez pas juste la fermez.... »
Ma phrase, elle ne s'adressait pas vraiment à quelqu'un. Je voulais juste du silence, du calme. Je crachai du sang une dernière fois, avant de m 'effondrer dans les bras d'Oliver, sombrant dans un sommeil noir.  

════════════════════


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Oliver A. Yorick
C'est un invocateur.
Invocation : http://s1.zerochan.net/Tnecul.600.1034681.jpg de son nom Tnecul, il peux cracher de la glace.
http://s1.zerochan.net/Hachiyuki.600.995280.jpg Doll, elle peut élargir son corps comme un élastique, en gros. Elle possède un cheval qu'on peut invoquer séparement pour se déplacer.
Possède une Dague au Curare, qui paralyse le membre d'un opposent.
Masculin
Messages : 70
Kamas : 5117
Date d'inscription : 25/04/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.] Sam 18 Juil - 18:02





Bloqué dans ma tête.. bloqué, arraché, arraché à son monde idéal où il sauvait tout le monde. Bloqué dans ce monde où souvent, aider était utile, jusqu'au moment où nous même on se sent inutile. C'est ce que je ressentais. J'étais inutile, j'essayais de la calmer et au lieu de ça, sa respiration semblait bloquée, seulement du sang sortait de ses lèvres, je me sentais inutile, tandis que Grim se faisais trancher. Bon j'avoue, je souriais intérieurement pour ça. Ce vieux chien le méritais bien, à faire chier, aussi. Je soupirais, que faire ? Je l'observais, lui chuchotais sans cesse de ne pas me lâcher. Je resserrais la pression de mes bras pour la garder près de moi.

J'étais si inutile. Je ne pouvais la sauver, moi qui pensais pouvoir la sauver de ces préjugés de démon, peut-être bien qu'elle n'était juste pas assez forte physiquement pour battre son pouvoir ? Toujours est-il que je n'étais pas assez fort pour combattre le sien. Et voilà Grim qui revenait à l'assaut avec son putain de règlement à la noix. Il m'énerve. Si jamais il était pas venu, tout simplement, rien ne ce serait passé ? De plus il voulait quoi, il voulait se battre ? Visiblement ça ne le dérangerait pas. Mais pas maintenant, j'ai mieux à faire, j'ai une amie qui est en train de souffrir, et je me devais d'être là pour elle. Grim qui essayait de faire quelque chose, lui disant qu'elle était forte, de se relever une fois de plus. Il en savait quoi lui, de ce qu'elle avait enduré ? Rien, comme il dit. Et il ose parler. Si jamais Yume n'étais pas là, je lui aurais mis une de ces droites... Visiblement il pouvait disparaître, alors bon, le frapper ne servirai certainement à rien.

« Vous pouvez pas juste la fermez.... »

Je souris. Je ne sais pas pourquoi je souriais. En fait, j'étais content. Content qu'elle s'en soit sortie. J'étais occupé à penser à tout ça et je ne voyais pas que sa respiration c'était améliorée, que les coupures aussi - bon limite ça c'était bien - elle s'essuyait le peu de sang qu'elle avait, pour s'évanouir en quelques sortes dans mes bras. Tout c'était bien passé au final. C'était grâce à moi ? J'en savais rien. Elle s'était écroulé dans mes bras. A moi. Avais-je gagné sa confiance ? Avais-je gagné la confiance de quelqu'un ? Je souriais. J'étais euphorique. Il manquait quelque chose à faire.

- Tu dis vouloir te battre, Grim. Je te promets que un jour ce sera le cas. Là je dois simplement l'emmener à l'infirmerie. Sache juste te renseigner avant d'ouvrir ta gueule. Dis-je en lui levant mon majeur.

J'avais juste ce sentiment envers Grim. Ce sentiment haineux, je le détestais. Il avait causé du mal à Yume. A ma Yume. Il m'avait provoqué. Il m'avait menacé. J'avais juste de la haine envers lui, juste cette envie de lui fourrer mon poing dans la gueule. Cette envie que je ne pourrais pas exaucer pour l'instant. Je me retenais même de lui cracher à la figure. Je jure de lui faire mordre la poussière.

Je passais alors mon bras gauche sous les jambes de Yume pour la porter, mon bras droit sous son dos, je la soulevais et me dirigeais vers l'infirmerie, juste au cas où. Je m'inquiète pour elle. Je la déposais à l'infirmerie et rentrais dans ma chambre. Je trouvais une lettre et la lut. Elle disait que je changerais de chambre bientôt ? Hum. Tant mieux, j'ai envie de dire. Ma coloc était plutôt lourde..

════════════════════



La musique de Oliver *w*:
 



Vava cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Rencontre au clair de lune ? [PV Yume.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Edition Clair de Lune
» Un rendez-vous au clair de Lune [PV Melody]
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» [UploadHero] La Septième compagnie au clair de lune [DVDRiP]
» Un pique-nique au clair de lune [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • Le lac Tadakai-