Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Tu as un problème ? [PV Hayao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Hisae Himeka
Messages : 194
Kamas : 6681
Date d'inscription : 20/09/2013
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 5ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Tu as un problème ? [PV Hayao] Jeu 26 Fév - 13:26



Despérée, marchant seul dans un désert de solitude et d'amertume, la vie chercher elle même à s'enfuir loin d'ici, loin d'elle même, elle qui n'avait jamais rien
demandée à personne. Le soleil laissait place à la lune, les nuages aux étoiles et ce ciel si joyeux et bleu à un ciel ténébreux et obscure. La lumière n'avait
presque plus sa place sur cette Terre, les ténèbres quant à elle adorait ça. Souvent on nous répète que rien n'arrive par hasard et que le destin fait soit disant
tout le travaille...Mais est ce vraiment la vérité ? Mais ce jour-là, Hisae fit la connaissance d'un jeune homme assez perséverant, un jeune homme qui
chagerait surement sa vie à tout jamais...

Le vent souffle, la pluie tombe et les larmes coulent. Pourquoi la nature humaine était-elle destinée à être si cruelle et sadique envers les gens ? Entre la tristesse et la haine, il n'y avait pas beaucoup d'espace ni même de différence, car la haine entraîne la tristesse ainsi que le vice-versa. Les arbres suivaient la conjecture continuelle du vent venant du nord, se frolant aux fenêtre de la classe. Le vent s'amuser à faire voleter les chevelures des jeunes étudiants se trouvant dehors, emmelant certainement leurs sublime cheveux qui auront prit une heure à coiffer. Plus la jeune femme regardait par cette fenêtre, plus un sourire sadique naissait sur ses lèvres. Hisae adorait regarder la peur et le désarroie sur les visages des gens, c'était si...Jouissif en quelques sortes. Souriant
doucement, la belle n'entendait plus les paroles du professeurs qui lui passait au dessus de la tête. Pendant que cette incapable parlait, la jeune bleutée ce
demandée tellement de questions...Mais qu'est ce que le bonheur réellement ? Est une sorte de bienfait ou alors une chose qui nous envoie dans une profonde tristesse ? Le bonheur fait souvent face à la solitude, le ternissement du coeur. Petit à petit, la notion de ce temps qui nous ai si précieux ne devient que lamentation, les sourires disparaissent, la joie de vivre se faufile hors de nous, comme si nous n'étions que des chiffon. Malgré la douleur des pleure émis tout les soirs, il arrive quelques fois que ce malheur laisse place à un petit peu de bonheur, même si celui-ci n'est que de courte durée. La jeune femme saphir ne le savait que trop bien, la haine était sa plus grande alliée, ainsi que la solitude et la noirceur de son coeur qui était si pur à l'époque. Les souvenirs du passé la hantait toute les nuit, ainsi que le visage de plusieurs personnes qu'elle ne connaissait guère. La professeur crier, mais qu'est ce qu'elle en avait à
faire sérieusement ? Qui pourrait changer sa façon de penser et de réagir ? Personne, à part peut-être son sempai ou sa soeur. Dans ce pensionnat il y avait
deux genres de personnes, les méprisables, ceux que Hisae envoyée bien chiée et les méprisants, ceux qui s'amuser à la rabaisser, sans succès. Avant, la jeune femme aurait sans doute rien dit et se serait laisser écrasée, mais maintenant tout était différent, maintenant elle allait se venger de tout ces gens qui se sont foutus de sa gueule, qui l'ont rabaisser et traiter de sous merde.

Dans la classe, il y avait toujours se même baratin, ces mêmes bruits qui sifflent et vous énerve sérieusement. Son regard continuellement posé par la fenêtre, la jeune mage adorait voir ce vent rendre la chevelure de certaine en vrai gachi. Souriante, elle ne fit nullement attention au fait que la professeur lui mit un binôme à coté d'elle. C'est en entendant sa voix que la bleutée se tournait enfin et plongé son regard bleu/vert dans le sien et le regarder un long moment. Il avait les yeux assez intriguant, une chevelure d'un blanc immaculé et la peau d'une couleur particulière. Soupirant un peu devant son sourire, la jeune femme tournait aussitôt la tête et regardait ailleurs, ne supportant pas la présence de l'individu.

- Je te prévient, aucun bruit, ni même un son, je ne veux pas entendre un minable me parler c'est compris ?

Dit la belle saphir sans regarder le jeune homme. Tout ceci ne lui rappelait guère de bon souvenir et qui dit mauvais souvenir dit aussitôt mauvaise humeur. Commençant à écrire sur son cahier, la jeune dame faisait apparaître de petit lapin qui sautillèrent sur sa feuille, lui décrochant un rare sourire. Pourquoi chercher à se sentir heureux, alors que le malheur lui vient aussitôt vous gacher la vie ? Personne ne mérite de vivre dans l'oubli et la solitude, mais certaine personne n'en ont pas le choix et parfois, certains être vivants y restent pour leurs propres survit, pour ne plus souffrir comme il l'ont été auparavant. Touchant du bout du crayon le petit lapin, Hisae le vit sautiller un peu plus haut et jouer avec le bout du stylo, la faisant presque redevenir fragile. Se rendant soudainement compte que le jeune homme la regardait, elle effaçait aussitôt ce qu'elle avait écrit et les lapins disparurent. Regardant alors le jeune binome, elle dit d'une voix froide.

- Quoi tu as un problème le blanc ?


════════════════════
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hayao Tsunakami
Messages : 13
Kamas : 4281
Date d'inscription : 20/02/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Tu as un problème ? [PV Hayao] Ven 27 Fév - 15:46

Aujourd'hui, cours de français avec un blondinet en guise de prof. Il faut dire qu'il est pas très charismatique, mais il sait de quoi il parle, même si son cours est ... *baille* ennuyeux à souhait. En tout cas, je ne me souvenais pas que les cours étaient aussi ennuyeux, je regardais vers le mur, comme s'il pouvait me procurer un certain amusement. J'appuyais ma main contre mon poing droit depuis le presque vingt minutes désormais, mon esprit vagabondait, en tout cas, il était tout sauf en train d'écouter le cours. Encore du blabla, il n'y a pas quelqu'un qui pourrait me tenir compagnie, juste pour délirer un peu? C'est si monotone la vie en tant que lycéen, aucune rencontre intéressante, personne qui n'ose venir me parler, parce que j'ai une teinte de couleur différente des autres et qu'au Japon, ça n'aime pas trop ça, enfin, heureusement qu'ils ne sont pas tous comme ça et que certaines personnes osent m'approcher, même s'ils ne restent pas très longtemps. Quoiqu'il en soit, le professeur continuait son cours, jusqu'à ce qu'il fit signe aux élèves afin de faire un binôme. Levant les yeux, il me fit un geste pour désigner ma partenaire pour ce travail en groupe :Une jeune femme aux cheveux bleus qui semblait en avoir rien à faire des cours, elle aussi. M'approchant alors d'elle, je la trouvais plutôt jolie, mais surtout mystérieuse, elle ne disait rien et ne faisait pas attention à ce qu'il l'entourait, comme si elle était dans son propre monde.

-Hum, salut, apparemment, on doit bosser ensemble pour ... enfin, je sais pas trop, j'ai pas suivi...

Je la regardais dans les yeux, souriant un peu afin de faire bonne impression et d'espérer faire connaissance avec elle. Il faut dire que ses cheveux bleus d'un éclat saphir me laissèrent perplexe, même si cette couleur lui allait à la perfection. Ses yeux bleus pouvaient presque regarder mon âme, tellement ils étaient profonds. Elle soupira alors avant de tourner la tête, ne voulant visiblement pas trop de ma présence.

-Je te préviens, aucun bruit, ni même un son, je ne veux pas entendre un minable me parler c'est compris ?

Pardon? J'ai rêvé ou elle vient de me traiter de minable? J'essaye d'être sympa et voilà qu'elle m'envoie paître sans que j'ai eu le temps de dire quoi que ce soit de plus? Sur le coup, j'avais bien envie de lui exprimer mes quatre vérités sur sa façon de parler, mais je vais me contenir pour le moment, lui répondant alors d'un ton plus amical.

-Euh, je ne suis pas ton chien, je veux juste te causer un peu, même si on bosse pas.

Ignorant totalement ce que je venais de dire, elle était en train de flâner, regardant son cahier étrangement animé. En effet, de petits lapins sautaient sur son support, la faisant légèrement sourire, je l'observais et je commençais à sourire à mon tour, il faut dire que c'était plutôt amusant comme pouvoir, pas comme le mien. Pour certaines personnes, avoir un pouvoir les aidaient dans la vie et à la surmonter, parce qu'ils n'avaient pas le choix. Moi, c'est l'inverse, mon pouvoir est un fardeau que je dois contrôler, sous peine de mettre en danger toutes les personnes qui me sont chères. Si je pleure trop, les gens se noient dans ma tristesse, au sens propre du terme. Je ne veux pas que cela se produise, et Akira est là pour me contenir en cas de besoin. Sentant qu'on la regardait, la jeune femme aux cheveux bleus arrêta ses activités et effaça ses écrits avant de m'adresser la parole froidement.

-Quoi tu as un problème le blanc ?

-Ouais! Pourquoi tu m'ignores, tu fais genre d'être trop bien pour m'adresser la parole? J'essaye juste de te parler à propos d'un travail potentiel à deux et tu ne trouves rien de mieux que de me rabaisser. Alors pourquoi? Je t'ai fais quelque chose de mal pour en arriver là?

Soupirant légèrement, je repris mes esprit avant de me calmer. On peut dire que ça avait mal commencé entre nous deux, et bien que je ne voulais pas en arriver là, je l'ai quand même un peu grondée, alors qu'on se connait à peine. Prenant un ton plus sincère, je vins lui parler à nouveau.

-Désolé, je me suis laissé un peu emporté ... Je m'appelle Hayao, si tu veux savoir comment je m'appelle, même si tu t'en fiches, je le sens. Je suis à l'autre bout de la classe, tu sais, le coin avec la personne seule au fond, c'est moi.

La regardant alors, je sais bien qu'il est un peu tard pour réparer le mal, mais je voulais quand même me rattraper, et il faut dire qu'elle m'intriguait. Pourquoi elle était comme ça ? Si elle est seule dans son coin, je ne pense pas que ça doit être à cause de son caractère. Vu sa beauté, je suis sûr qu'il y a plus d'une personne qui a voulu lui adresser la parole, elle aurait bien trouvé quelqu'un a qui parler... Je vais devoir me montrer persévérant, quitte à en prendre plein la figure, mais tant pis. Ce cours de français va être plus intéressant que prévu au final.

-Et toi? Est ce que j'aurais le droit de connaître ton prénom? T'es pas obligée de me le dire, mais bon. T'es peut être comme toutes les autres filles que j'ai connu, le genre de personne qui se fout de ma gueule quand j'ai le dos tourné et qui n'hésites pas à m'humilier devant tout le monde... enfin, j'espère pas que tu es comme ça, j'en ai marre de ce genre de personnes.

Pourquoi je lui ai dit ça aussi vite, c'est ma vie privée quoi! J'étais donc si déterminé que ça à lui parler? N'empêche, si ça marche, j'en serais plutôt satisfait, même si je risque de devoir lui en dire plus par la suite, j'espère que le jeu en vaut la chandelle et que je vais pouvoir en apprendre plus sur elle, et qui sait, même à la côtoyer plus souvent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hisae Himeka
Messages : 194
Kamas : 6681
Date d'inscription : 20/09/2013
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 5ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Tu as un problème ? [PV Hayao] Lun 2 Mar - 13:21




Douce destruction !

Oh douce souffrance qui berce les destins des jeunes personnes tristes et seules. Oh douce colère qui envahi le coeurs pures et les âmes tourmentées. Oh douce hypocrisie qui rend les gens faibles et sans valeur. Oh douce folie qui traverse chaque âme en peine pour la rendre plus belle. La nature humaine et faite de plein de choix qui pousse les individu à se monter les  uns contres les autres. Souffrance envahissant ce qu'il nous reste de pureté et d'innocence, on devient les personnes hypocrites et sans coeur de nos jours. Méprisant et méprisable, la haine ne reste plus que leurs seules refuge pour se sortir de toute cette tristesse qui les souillent de l'intérieur et les rends détestables? La peine des gens et leurs haines finit par nous ranger de l'intérieur, rongeant chaque parcelle de ce qu'ils appellent l'amour. Ce sentiment qui rend soit disant plus fort, finit toujours par nous rendre comme de simples créatures sans coeurs, sans vie. Un coeur brisé ne se répare que très difficilement ainsi que les émotions qui nous rendaient plus fort. Peine qui envahit l'esprit de multiples tortures, l’échappatoire vers le bonheur était impossible et il ne restait plus qu'à vivre comme des sans émotions et sans sentiments.

Assise sur sa chaise devant la vitre, la belle admirait la colère des jeunes étudiants qui marchaient sous la pluie, cela était tellement drôle de voir autant de jeunes filles crier à cause de leurs sublimes brushing qu'elles avaient mis tellement de temps à faire. Toute la tristesse et la haine des gens la faisait rire, même les gens amoureux d'ailleurs, car l'amour ne reste qu'un mirage où les gens se retrouve dans un merveilleux monde et lorsque ce monde se craquelé, on finit par tomber dans la triste réalité. Comment pouvait-elle savoir que ce sentiment n'apportait que peine ? Tout simplement pour l'avoir vécue elle aussi et plus d'une fois. C'est vrai que l'on se sent bien pendant un moment, mais après, cela devient de plus en plus destructeurs. Tandis que l'on se persuade que l'on vit une sublime vie de bonheur, on finit par ce rendre compte que nous ne sommes que les coupables de ce qu'ils arrivent et que nous ne sommes que des monstres. Pourquoi personne ne pouvait comprendre ce que ressentent les personnes, pourquoi cherche t-il toujours à manipuler et détruire. Soupirant légèrement, la jeune bleu ne fit pas tout de suite attention au jeune homme qui venait de s’asseoir à côtés d'elle et qui comme u gentil élève lui dit sa vie...Comme d'habitude. Les gens parfois sont entêtés, on ne veut rien savoir de leurs vies et eux nous la déballe comme si cela pouvait nous intéresser, comme si ils voulaient que l'on ne ressentent que de la pitiés pour eux. Ne tournant même pas le regard, la jeune femme faisait comme si il n'existait pas, car après tout, cela était vrai, elle ne l'avait jamais entendu ni même vue dans la classe. Son regard se plongeant dans le sien, la belle fut comme transporter dans un endroit qu'elle ne connaissait guère et u voir dans ces yeux une certaine souffrance..Comme celle qu'elle ressentait elle aussi. Chevelure aussi bleue que le saphir et aussi fluide que les flux marins, son caractère ressemblait à un volcan qui, n'étant pas stable, pouvait exploser à n’importe quel moment. Tournant la tête immédiatement, la belle pestait légérement avant de le prévenir de fermer son clapet, ne voulant entendre aucun bruit. Imaginez vous êtes assis là sur votre chaise, ne demandant rien à personne et d'un coup, une personne débarque et balance sa vie comme si de rien n'était, sans même vous connaître. Cependant, l'âme du jeune homme la rendait perplexe, elle ne savait pourquoi, mais la jeune mage avait l'impression que son coeur était souillée par un sentiment qu'elle connaissait aussi.

Froide, distante et sèche, la jeune femme ne voulait parler à personne, connaître personne et encore moins être déranger par un morveux qui voulait faire amis-amis avec elle, elle en avait tellement rien à faire de lui. Soupirant en l'entendant de nouveau parler, la belle eut comme un petit déclic. Haussant un sourcil en se tournant, elle le fixait dans les yeux et dit d'un ton froid et sas émotion positive.

- D'où un petit morveux me parle ainsi "j'suis pas ton chien" c'est bien, mais tu es pas non plus mon amis alors fou moi la paix bordel de merde !

Les gens de nos jours voulaient absolument se faire des "amis" pour pouvoir vivre, mais les amis c'est comme l'amour, sa finit par disparaître comme de la poussière. Les vrais amis, cela n'existe pas, un vrai amour non plus, la nature est faite en sorte pour que les gens finissent par regretter leurs choix et les conduire à une solitude certaine. La dernière personne qui c'était un peu trop approché d'elle à finit dans un état psychologique assez important, il était devenu comme elle en faite, aussi froid et renfermé. La vie ne lui avait pas faite de cadeau et cette dure réalité lui avait aussi fait réalisé que l'amour n'était bien éphémère et mirage, ce sentiment de faiblesse finissait par nus détruire nous même...Comme la mère de la jeune Hisae. Elle se rappelle encore chaque soir où ses larmes coulaient, où la tristesse se lisait dans son regard qui n'était que pure souffrance maintenant. A cause de cet amour, la mère de la bleue avait perdue tout sens de la vie et avait failli la perdre aussi, cette fameuse vie. Cependant, la jeune femme se souvenait des soirs de lune où, sous le grand cerisier du jardin, la jeune mère prenait ses deux enfants dans  ses bras et, sous la brise crépusculaire, faisait voleter les pétales de fleurs qui suivait maintenant leurs chemins. Secouant alors sa longue tignasse bleutée, la belle entendit encore la voix de ce jeune homme qui allait encore déblatérer sa vie de pauvre victime ou je ne sais quoi encore. Cependant, ce que dit cet abruti la fit arquait un sourcil. Mordillant son haut de crayon, la jeune bleue gardait son regard dans celui du jeune homme et grognant lui dit froidement.

- Oula, moi trop bien pour un minable comme toi ? C'est a meilleure de la journée ahaha. Mais qu'est ce que j'en m'en fou du travail, franchement...Et ne me joue pas le "je suis martyrisé ouin ouin, je t'ai rien fait", car je m'en fou comme ma première chaussette.

Soupirant après avoir un peu rigoler, la belle tournait alors son regard vers la fenêtre pour regarder dehors. Son regard se plongeant dans l'environnement qui l'entourait, tout était si triste, si sombre et pourtant, les gens continuaient de sortir comme si de rien n'était, comme si la vie allait être meilleure. Pourquoi continuait-il d'être ainsi ? Pourquoi cherchait-il toujours à chercher le bonheur alors qu'il n'existe ? La nature humaine étaient tellement ridicule, cherchait un idéale qui ne les feraient que souffrir, étaient-ils maso ? Hisae e le savait pas, mais ce qu'elle savait, c'était que plus jamais elle ne ferait confiance à ce qui s'appelle l'amour ou l’amitié. La belle était dans ses pensées, comme si elle essayait de se rappeler la souffrance qui la poursuit depuis son enfance. Trahit, rabaissait, anéanti, la belle océane avait perdue foie en tout ce qui vivait sur ce monde, sur les sentiments, les émotions et les doux sacrifices de la folie. Redressant la tête en entendant le jeune homme parlait, Hisae soupirait doucement avant de casser son crayon en deux sous la colère qui l'envahissait progressivement.

- Je m'en tamponne la courgette de ta vie de merde, je m'en fiche des autres qui te font du mal, chacun ses emmerdes. Si tu te laisse marcher dessus c'est ton problème, moi je m'en fiche personnellement. Si tu veux jouer le soumis persévérant c'est ton problème Hayao. Maintenant si tu pouvait aller gentillement te faire voir, CE SERAIT GENTIL !
- Hisae, encre une chose de ce genre et tu sera collée

Lançant un tss qui voulait tout dire, la belle se rassit aussitôt en reprenant sa fixation sur la nature qui avait l'air de se venger de ses êtres humais qui ne faisaient que de faire souffrir l'environnement. Les feuillages continuaient de taper contre la vitre et la pluie se fit plus violente que jamais, faisant enfin rentrer les pétasses qui étaient en train de se parler dans la cour. Grognant légèrement, elle ne comprenait comment l'on pouvait être aussi inutile et aussi attaché à ce qui nous entourait..


════════════════════
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hayao Tsunakami
Messages : 13
Kamas : 4281
Date d'inscription : 20/02/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Tu as un problème ? [PV Hayao] Mar 3 Mar - 21:14

Je regardais la jeune demoiselle qui semblait en avoir rien à faire de moi, peu importe ce que je faisais, ma bonté ou ma bonne humeur, rien y faisait, elle se comportait comme l'autre fille quand j'étais en première année, ou enfin presque, elle n'était pas hypocrite, en tout cas, je n'avais pas perdu espoir en la vie elle-même pour autant, surtout que mes parents sont là pour me soutenir, peu importe les aléas de la vie. En tout cas, que dire de plus, si ce n'est que ses cheveux bleus sont tout simplement magnifiques, mais n'allaient pas du tout avec ton tempérament de feu. Peut être qu'elle cachait une autre facette d'elle, plus agréable, ou alors c'est actuellement sa facette la plus agréable. Que pourrais en penser? En tout cas, toutes ces questions me motivent, et me donnent envie d'en savoir plus sur elle, car il faut bien l'avouer, elle ressemblait en rien aux filles ordinaires de cette classe.

Froide et sèche comme la glace, elle faisait tout pour ne pas aborder la discussion avec moi, je ne me laissais pas abattre pour autant, et aussi pour faire genre de bosser, même si au fond, le cours, j'en avais strictement rien à faire. Elle haussa les sourcils, me regardant alors, elle me parla froidement, et sans aucune émotion, comme si c'était un robot.

-D'où un petit morveux me parle ainsi "j'suis pas ton chien" c'est bien, mais tu es pas non plus mon ami alors fout moi la paix bordel de merde !

Je restais immobile suite à ce qu'elle venait de me dire. Je sais bien que je suis curieux, mais quand même, me parler de la sorte, c'est très osé, pour qui elle se prenait, nom d'un chien... En tout cas, son regard est assez intriguant, ses yeux ... on en deviendrait presque accro tellement cet échange était unique... enfin, juste le regard, pas les paroles... Lui répondant alors, avec un peu plus d'insistance, je lui montrais que je n'allais pas me laisser faire.

-Soit, mais on est coincé l'un à côté de l'autre jusqu'à la fin du cours, donc tu devras t'y faire!

Je n'osais pas tourner la tête, comme si elle était paralysée. Cette jeune femme m'intriguait donc tant que ça ? Pourquoi? Malgré qu'elle m'envoyait chier, j'en redemandais toujours, comme si elle m'enlevait toute concentration, comme si elle prenait toute la place disponible dans ma tête. En tout cas, c'est une sensation étrange, intrigante et dérangeante, elle se fichait de moi, et je continuais à lui parler, et elle ne manquait pas de me le faire remarquer, qu'elle ne se préoccupait pas du tout de moi...

-Oula, moi trop bien pour un minable comme toi ? C'est la meilleure de la journée ahaha. Mais qu'est ce que j'en m'en fout du travail, franchement...Et ne me joue pas le "je suis martyrisé ouin ouin, je t'ai rien fait", car je m'en fou comme ma première chaussette.

Je ne pus m'empêcher de rire silencieusement à ses paroles. Moi? Martyrisé par une personne? Si elle savait... c'est pas une personne qui me martyrise, c'est mon existence même, mon pouvoir. Il me rend plus fort, devant être indifférent devant les sentiments, l'amour, la haine, les pleurs, je dois éviter tout ce qui peut me faire pleurer, sinon, l'inondation peut vite intervenir. Je dois me contrôler sans cesses, et même avec l'aide de mon familier, c'est dur de temps à autres, alors oui, sa réflexion me fait rire. La regardant avec un léger sourire sarcastique, je lâchais quelques paroles.

-Tss, si tu savais... c'est pas une fille comme toi qui va me martyriser, j'ai bien plus de contraintes que tu peux le penser.

Comme on pouvait le prévoir, elle commençait à s'énerver, à ce que je vois, mes paroles ne lui ont pas fait plaisir, bien au contraire. Tant mieux, ça lui apprendra que je ne suis pas un gars qui se laisse marcher dessus sous sa piètre misère, et en plus, ça la force à me parler un peu plus, et j'aimais ça! Je regardais autour de moi, tout le monde semblait bosser, mais certains rigolaient entre eux, et puis il y a nous deux, en pleine engueulade. Elle venait de casser son crayon, ça annonçait rien de bon, mais quelque part, j'étais curieux de voir ce qu'elle allait répondre suite à mon commentaire.

-Je m'en tamponne la courgette de ta vie de merde, je m'en fiche des autres qui te font du mal, chacun ses emmerdes. Si tu te laisse marcher dessus c'est ton problème, moi je m'en fiche personnellement. Si tu veux jouer le soumis persévérant c'est ton problème Hayao. Maintenant si tu pouvait aller gentillement te faire voir, CE SERAIT GENTIL !

Suite à ça, le prof la rappela à l'ordre, lui donnant alors un dernier avertissement avant l'heure de colle. Un simple "tsss" se fit entendre avant qu'elle retourne devant la fenêtre, en train de la fixer, comme si elle en avait rien à faire, en tout cas, le prof ne m'avait pas encore fait de remarques. En tout cas, hors de question de la laisser tranquille, trop facile pour moi ça... il fallait que je trouve d'autres sujets de conversations qui la ferait réagir. Déjà, si je commençais par lui répondre, ça serait bien. Me rapprochant alors un peu d'elle, je lui murmurait doucement, d'un air taquin.

-En attendant, c'est toi qui vient d'être soumise ...  En tout cas, ta proposition, je pense que je vais la refuser hein ... tu es plutôt intéressante comme femme, tu n'es pas comme les autres hypocrites qu'on peut croiser partout ailleurs... Mais je ne suis pas le genre de gars à me faire soumettre pour si peu, pas de chance.

Je lui fit un petit sourire avant de faire semblant de bosser, remettant un peu ma tignasse blanche en ordre, avec toute cette agitation. Le prof surveillait globalement la classe, même si on foutait rien. Je la voyais toujours en train de regarder dehors, et je fis alors de même, observant les feuilles taper contre la fenêtre. Temps assez pluvieux et venteux aujourd'hui, dire que mon coeur fut souvent dans ce même genre de climat. Aujourd'hui certaines plaies ont cicatrisé, mon pouvoir me rendant maintenant plus fort, et insensible, non par choix, mais par obligation. En tout cas, à quoi pouvait-elle penser, et est-ce que j'arriverais à la pousser dans ses retranchements, quitte à se faire coller avec elle pour être en tête à tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hisae Himeka
Messages : 194
Kamas : 6681
Date d'inscription : 20/09/2013
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves): • 5ème année
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Tu as un problème ? [PV Hayao] Jeu 2 Juil - 12:33



Douce souffrance !

La nature est si belle, entre ses fleurs, ses feuillages et tout c’est végétaux aussi sublime qu’agréable à sentir. Hisae se rappelait de ses bons vieux moments dans la demeure familiale, lorsque, la nuit, ils allèrent sous le grands cerisiers pour profiter du temps ensemble..Cela remonter à tellement longtemps maintenant que parfois, les souvenirs de son passé disparaissait d’un rien. Et quelques fois, le passé resurgit quant on en a pas besoin et cela donne un moment de faiblesse. La jeune bleue avait décidée de changer pour ne plus retomber dans le néant et la douleur, elle était devenue ainsi pour sa propre survie. Ayant vécue des douleurs sentimentales et même personnelles, la jeune femme ne voulait plus revivre tant de douleur. Perdue entre la haine ou le sourire, elle avait finit par sombrer dans le mauvais cotés comme le disait si bien Dark Vador ! A travers la fenêtre de la classe, l’on pouvait voir cette même nature qui, malgré le temps et la nature humaine, continuait de fournir à leurs yeux, un spectacle magnifique, comme si ils n’en avaient rien à faire qu’on les détruise ou autres. C’est dans ses moments là que sa mère lui manque, ce besoin qu’elle ne pourrait plus jamais avoir avec quelqu’un. Sa mère était tellement belle et gentille, cependant, plus jamais elle ne pourrait lui parler ou autre, la raison ? Sa disparition. Depuis le massacre de son père pour sauver la vie des siens, Hisae avait du fuir pour ne pas se faire rattraper par ses erreurs. La jeune femme savait pertinemment qu’un jour ou l’autre on viendrait l’arrêter pour de bon, mais pour le moment, la belle se devait d’être discrète et surtout, ne faire amie-amie avec personne...PERSONNE Stylos cassait en deux à cause de son énervement, pourquoi maintenant quelqu’un s'intéressait à elle ? Pourquoi fallait-il que cela soit maintenant ? La jeune femme était tellement habituée à être seule et à se faire ignorer de tous à cause de son mauvais caractère, pourquoi ce jeune homme venait lui parler ? Hisae soupirait alors et eut un petit sourire qu’elle cachait avec sa sublime chevelure, on aurait dit une petite fleur de cerisier qui même anéanti ou rabaisser par le vent, continue son chemin vers de nouveau horizon. Plus elle y pensait, plus la jeune élève se demandait qu’elle était ses derniers amis avant de changer ? En fin de compte, Hisae avait toujours été seule, jamais de véritable amis, ni même de véritable amourette, peut être était-ce pour cela qu’elle se refusait à tout...Soupirant un peu, il fallait qu’elle revienne parmi les autres avant de sombrer de nouveau dans la mélancolie qui la rongeait depuis son enfance.

-Soit, mais on est coincé l'un à côté de l'autre jusqu'à la fin du cours, donc tu devras t'y faire!

La jeune mage eut un moment de stopitude comme ont peut dire, il était rare qu’on lui tienne tête aussi obstinément et encore moins en classe, alors pourquoi celui-ci s’amusait il à jouer avec les nerfs de la jeune demoiselle qui ne demandait que de la solitude ? Ce qui l’intriguait énormément était sa façon de la regardait, elle, une simple paria de la société. Elle eut le malheur de plonger ses yeux dans les siens et se surpris à les trouvaient attirants, comme si ils étaient aimantés ! Heureusement, par un grand effort, elle réussit à s’en détacher et réussit à l’envoyait boulet de nouveau, comme si cela était normal espérant qu’il n’ai pas remarqué ce moment de faiblesse assez importante et unique en son genre. Reprenant alors une grande respiration, la belle mage réussit à se concentrer sur son cotée sadique, heureusement pour elle ! Entendant alors quelques petites paroles venant du jeune homme assis à cotés ‘elle, la belle demoiselle eu un rire mauvais et essayait de ne pas parler trop fort car sinon elle devrait encore sécher la colle, comme d’habitude. Qu’est ce qu’il pouvait y connaître de la maltraitance d’abord ? Personne ne pouvait imaginer la douleur et les pleures qui ont été la douleurs de son adolescence. Elle aussi à eut de dure contraintes, plus que la plupart des gens présent dans cette pièce. La malchance n’en avait pas fini avec elle, au contraire, il avait encore tellement de chose à lui aire subir que la jeune femme en avait presque l’habitude maintenant. Serrant le poing, elle prit une grande respiration puis au moment ou elle voulut répliquer, la jeune femme secouait la tête et décidait plus facilement de l’ignorer, cela serait bien plus simple. Son regard toujours diriger vers la nature, la belle mage n’arrivait pas à penser à autres choses qu’à son passé, on lui a déjà dit d’avancer et e pu regarder en arrière, mais c’était de le faire qui la rendait plus forte et presque insensible. Restant alors dans son petit monde, elle admirant les fleurs remuer avec le vent, les feuilles voleter ainsi que les branches frotter contre les carreaux de la vitre. Cela lui rappelait pas mal de vieux souvenir avec sa famille, lorsqu’il y avait des tempêtes et que la jeune bleue allait dans la chambre de sa mère pour se cacher de tout ses bruits qui l’effrayait à l’époque. Pourquoi fallait-il que Hisae repense toujours à son passé ? C’était devenue une obsession, elle en rêvait, pensait, pleurait tout le temps. Soupirant, elle ne devait y pensait sinon sa vie aller tournée à l’enfer. Tournant alors la tête entendant son voisin, la jeune femme haussait les épaules et ne pu s'empêcher de lui enfoncer la mine de son crayon dans la main, sans un mot, avec un simple sourire aux lèvres. Elle avait enfin trouver le moyen de lui répondre sans se faire engueuler par la prof qui surveillait maintenant chaque fait et geste de chacun. Rigolant un peu, elle s’installait alors correctement sur sa chaise et lorsque que la prof se tournait, elle se penchait doucement vers l’oreille du jeune homme et lui dit dune voix suave et presque tentatrice de la douleur.

• Tu peux avoir souffert, été maltraité par des files, j’en ai rien à faire, mas sache que dans cette classe,je suis la diablesse. Personne ne vent me parler, tout le monde m’évite et je le vie bien. La prochaine fis, sache que ce ne sera pas ta main qui subira ma colère. Je ne sus pas comme les autres, je m’en fou de tout, de tes soit disant souffrance, je n’ai pas de coeur. Maintenant si tu veux bien m’excuser, j’ai un cours à prendre.

Eh bien, c’est ce qu’on pouvait dire du direct, cela ne serait à rien de prendre de pincettes avec ce genre de personnes, il se disent insoumis, mais au fond, il ne demande que cela. Récupérant alors le crayon enfoncer dans la main du jeune homme à coté, elle léchait rapidement le sang qu’il y avait dessus et le remis ans sa trousse tranquillement. A la suite de cela, elle prit une feuille et se mit à dessiner un grand cerisier avec sa famille en dessous, ‘ambiance était chaleureuse et des sourires sur tout les visages, même ma petite Hisae dessinait sur les jambes de sa mère. La belle mage avait hâte de voir le visage de son voisin, si il faisait une de es tête de douleur comme elle les aimaient, ou s il allait encore plus l’ignorer ou même l’insulter. Dans tout les cas, cela lui fera du bien ou au contraire, le lui donnerait encore plus l’envie de lui faire du mal !

════════════════════
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Hayao Tsunakami
Messages : 13
Kamas : 4281
Date d'inscription : 20/02/2015
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Little Wizard
Abracadabra! BOUUUM ~
Abracadabra! BOUUUM ~

MessageSujet: Re: Tu as un problème ? [PV Hayao] Jeu 2 Juil - 15:47

Je regardais la belle demoiselle à la chevelure bleue, celle-ci se fichait ouvertement de savoir si j'existais ou non. Son regard vers l'extérieur la laissait pensive, avec cette nature aussi belle qu'indomptable. En soit, elle lui ressemblait un peu. Hisae ne semblait pas être une fille facile à supporter et semble être très renfermée sur elle même. Mon côté persévérant me poussait donc à briser la glace entre nous, quitte à forcer la conversation entre nous. Elle avait cassé son stylo suite à mes précédentes paroles, montrant que je l'agaçait, mais ça n'allait pas m'arrêter pour autant, loin de là. Pourquoi je redonnais une chance à la gente féminine, pourquoi je me cassais la tête à discuter avec elle alors qu'elle se fichait de moi et surtout, pourquoi j'aimais cette sensation de persévérance au risque de me prendre une énième douleur sentimentale, risquant de me faire utiliser mon pouvoir de manière incontrôlable. Tout petit déjà, ce pouvoir a failli me tuer par la noyade, à force de pleurer. Je n'ai plus le droit d'éprouver quoique ce soit à cause de ces maudites larmes. A cause de ça, j'ai dû apprendre à vivre seul, en autarcie avec le monde qui m'entoure, sans vraiment pouvoir discuter avec les autres. Étais-ce parce qu'elle semblait être comme moi que j'avais envie de discuter avec Hisae? Je ne sais pas.

Je lui tenais tête, avec un regard plutôt intrigué, pas passionné pour autant, mais j'étais curieux de la connaître, je voudrais en savoir plus sur elle, et pas que la face "je m'en fiche de tout le monde et je déteste les gens". Elle doit bien avoir une face cachée et je veux la découvrir. Une chose inattendu se produit alors, m'arrêtant de penser sur le coup de la surprise. Un échange de regard unique se fit entre nous. J'en eu le souffle coupé durant quelques instants, tant ses yeux étaient magnifiques, ça en était presque troublant. Je ne pouvais plus décrocher de ce regard, comme si j'étais emprisonné dans ses yeux, une douce prison d'un bleu magnifique. L'échange s'estompa rapidement, la belle demoiselle tournant la tête afin de rompre ce contact. Suite à cet échange merveilleux, une toute autre façade de la demoiselle fit son apparition. Ayant un rire à la limite du sadisme, elle serra le point avant de simplement tourner la tête. Quelque chose devait se passer à ce moment là, mais elle tourna simplement la tête. Je n'avais pas compris pourquoi, mais je ne fis qu'observer la situation, sans rien dire. Revenant ensuite vers moi, je la vis hausser les épaules avant se ressentir quelque chose de pointu s'enfoncer dans ma chair. Me retenant de crier, je me contentais simplement de grimacer face à cette douleur imprévue. Néanmoins, aucune larme ne coula de mon visage, il en fallait tout de même bien plus pour me faire lâcher ne serait-ce qu'une larme. Elle souriait suite à cet acte de pure méchanceté et de brutalité, montrant ainsi qu'elle était sadique. Malgré tout, sa tentative pour me faire partir ne sera pas aussi efficace qu'elle ne le pense. Attendant que le prof se retourne afin de continuer son cours, Hisae s'approcha de mon oreille et parla d'une voix suave, comme si la douleur que j'éprouvais lui faisait plaisir et l'attirait.

-Tu peux avoir souffert, été maltraité par des files, j’en ai rien à faire, mas sache que dans cette classe,je suis la diablesse. Personne ne vent me parler, tout le monde m’évite et je le vie bien. La prochaine fois, sache que ce ne sera pas ta main qui subira ma colère. Je ne sus pas comme les autres, je m’en fou de tout, de tes soit disant souffrance, je n’ai pas de cœur. Maintenant si tu veux bien m’excuser, j’ai un cours à prendre.

Le crayon toujours planté dans ma main, je ne pus m'empêcher de rire bêtement mais discrètement. La diablesse, je ne l'ai pas vu lors de son regard, bien au contraire, j'ai vu une lueur agréable dans ses yeux, presque apaisante. Léchant le sang sur son crayon, elle se remit à dessiner, au lieu de prendre son cours comme elle l'avait dit. Ma main saignait mais très peu, juste quelques gouttelettes, pas de quoi en faire un drame. M'approchant alors d'elle, je lui fis comprendre que son coup de crayon n'était pas grand chose.

-Tu voulais que je lâche l'affaire aussi facilement? Ton crayon n'est rien par rapport à ce que j'ai enduré, j'ai du apprendre à cacher la douleur, à ne plus en souffrir par les larmes ou quoique ce soit. Tu n'es pas une diablesse, je l'ai vu lors de ce regard. Tu veux simplement m'éloigner de toi sans raisons apparentes.

-Vous deux, ça suffit, vous resterez à la fin des cours pendant une heure, c'est votre punition.

-Merde...

Un petit murmure pour montrer ma déception. D'un côté, le fait de rester dans la salle m'ennuie au plus haut point, mais d'un autre côté, cela me permet de côtoyer Hisae un peu plus longtemps, un mal pour un bien dira-t-on. Je murmurais alors une dernière fois à Hisae, légèrement taquin et voulant encore la provoquer davantage dans son sadisme.

-Sadique... tu n'es qu'une sadique. Essaye donc de faire mieux que ta misérable mine de crayon, Hisae.

Un léger rire s'échappa de ma bouche, maintenant que j'étais sûr et certain d'être collé, je n'avais plus rien à craindre. Cependant, je prenais petit à petit conscience que je jouais à un jeu dangereux. Était-elle vraiment capable de tout, d'après ce qu'elle a dit. Je le découvrirais en temps voulu, lors de l'heure de colle. En tout cas, j'adore les défis et elle semble être le plus grand défi relevé jusqu'à présent. Une sensation étrange m'envahissait, un mélange d'attirance, de masochisme et de taquinerie. J'avais hâte qu'elle tente de me faire du mal, juste pour mieux comprendre sa personnalité.

════════════════════
Peu importe la façon dont tu me traites ...


Mon amour restera toujours sincère, ma chère Hisae <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tu as un problème ? [PV Hayao]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Tu as un problème ? [PV Hayao]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les mailles brunies du Rohan - problème de traduction
» [problème] fraps et adobe ne marche pas ensemble, normal ?
» Problème forumactif
» Vérifier un problème dans une startlist
» Problème avec mon avatar sur steam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • Salle de cours des 5ème années-