Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 We're nothing without our past [Anko Iwanishi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: We're nothing without our past [Anko Iwanishi] Lun 29 Sep - 21:45

We're nothing without our past



Anko Iwanishi

Nostalgie.
C’était le premier mot qui me venait à l’esprit lorsque j’étais au lac. Lorsque je regardais à travers la surface lisse et brillante de l’eau, je n’y voyais pas le reflet d’un adolescent aux longs cheveux et aux mèches tressées, parsemées de perles et de plumes, portant un haut en daim ou en cuir, parsemé de coutures et de franges, ainsi qu’un pantalon de même matière et de même style, assurément exotique. Je n’y voyais pas cette personne pieds nues se rattachant continuellement à son passé, ne voulant se résoudre à oublier ce qu’il avait vécu dans la nature.
Non, quand je regardais ce reflet dans le lac, j’y voyais un indien pur. J’y voyais un enfant destiné à vivre dans la nature. J’y voyais ma tribu. J’y voyais mes terres, j’y voyais mon éducation.
Et j’y voyais ma mère.
Je voyais la même flamme qui brulait dans mes yeux. En repensant à elle, une larme coula le long de ma joue, pour enfin finir en un « ploc » inaudible sur la surface du lac. Je soupirais, alors que le soleil brillait à son plus haut point dans le ciel, puis m’allongeais sur la berge, les pieds nus trempant dans l’eau, regardant le ciel. Cela était si apaisant. Ça me rappelait mon ancienne vie, mon passé, lorsque je me prélassais entre les branches ou entre les feuilles. Je me souvenais de chaque instant passé avec ma tribu.
Elle me manquait. Tout le monde me manquait. La vie dans la nature, loin de tout, loin de la civilisation, loin des hommes, loin des ennuis. Tout ça me manquait. Pourquoi ne m’avait-on pas laissé vivre ma vie tranquillement ? Pourquoi n’avait-on pas laissé ma mère et mon père vivre leur parfait amour ensembles ? Pourquoi avait-il fallu que ces hommes veulent mes terres, au point d’en séparer ma famille ? N’avait-on pas pu me laisser vivre une vie agréable en compagnie de mes parents, dans un coin isolé du reste du monde ? Non, la vie ne l’avait pas décidé ainsi.

Je soupirais, repensant à toute ma vie, et fermait les yeux face au soleil chaud. Je m’imaginais alors plus jeune, dans la forêt faisant partie de notre vallée, à me cacher dans les buissons, dans les arbres, ou à jouer avec les enfants de la tribu. Je me remémorais chaque souvenir précieux de cette ancienne vie, et je m’y efforçais tant qu’un sourire s’esquissa sur mes lèvres.
Ce fut avant de ressentir une chatouille sur le bras gauche qui me fit tellement sursauter que j’eus peur de m’être transformé sur le coup. Effrayé, je me jetais sur la surface du lac, tellement fort que je dû attendre un peu avant que les vibrations ne cessent pour que je puisse y voir mon reflet. Je soupirais de soulagement lorsque je vis que j’étais toujours un adolescent indigène à la tête effrayée. Je me recouchais donc en arrière, tournant la tête pour voir la chose qui avait osé me sortir de mes pensées, et comme je le pensais, c’était Shana, mon familier Raton-laveur. Enfin, Shanatoratì :io était son nom réel, mais c’est plutôt long pour ceux qui ne parlent pas ma langue, alors je la surnomme Shana, ou Ratonton selon mes humeurs.
Et j’aurais juré voir un sourire sadique et amusé en coin sur la figure du Raton-laveur.
Je me rallongeais donc, fronçant les sourcils pour montrer mon mécontentement à mon familier, avant de me refermer les yeux pour repartir dans mes souvenirs, tandis que Shana s’installait tranquillement sur mon torse pour s’endormir elle aussi…

Soudain, un bruit. Un craquement, une brise, un souffle. Une présence, quelque chose. Un piaillement se fit entendre.
Shana.
Sans ouvrir les yeux, je sus ce qu’il s’était passé. Ce bruit, ce souffle, cette présence, cette chose, quelle qu’elle soit, elle avait déclenché mon pouvoir, ce qui avait réveillé mon petit animal de compagnie. Avec peur, j’ouvris un œil, puis l’autre, et n’eus pas besoin de me regarder dans le lac pour savoir que j’avais doublé de volume, vu que mes habits étaient en lambeaux.
Je soupirais, et avançais jusqu’au lac pour m’y asseoir jusqu’à la taille (ce qui amenait à aller plutôt loin vu que j’avais grandi et faisait près de deux mètres et plus), pour ensuite refermer mes habits restants sur mon torse, comme pour me cacher.
Je repensais à tout le mal qu’avait fait ce pouvoir. A tout ce qu’il s’était passé à cause de lui. Et de larmes remplies de honte et de tristesse se mirent à couler sur mes joues, alors que je me refermais sur moi-même.
Je ressemblais à un piètre adulte à moitié nu qui pleurait au milieu du lac, littéralement.

Fiche de liens (c) Miss Yellow


Dernière édition par Connor R. Kenway le Jeu 2 Oct - 22:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: We're nothing without our past [Anko Iwanishi] Mer 1 Oct - 23:23


WE'RE NOTHING WITHOUT OUR PAST




Comme d'habitude, alors que j'aurais du bien sagement dans ma chambre en train de travailler, faire mes devoirs et apprendre mes leçons, j'étais sortie me promener dans le grand, l'immense jardin de Tadakai.
J'allais là où me guidaient mes pas, ce qui provoquait parfois un égarement mais aussi la découverte de nouveaux coins sympathiques et agréables.

Aujourd'hui, toutefois, j'avais un but. Quel était-il? C'était le lac. Oui, le grand lac qui se tenait plus ou moins au milieu de l'immense domaine du pensionnat. Je n'y était jamais vraiment allée. Or, aujourd'hui, quelque chose me disait qu'il me fallait absolument me rendre à cet endroit dont j'avais si souvent entendu parlé et que j'avais si souvent aperçut sans jamais m'y être rendue.

J'avais suivi un petit sentier détourné qui serpentait tout d'abord au milieu des grands jardins à la française dont s'occupaient quotidiennement les jardiniers et le club de botanique, puis qui traversait un petit bosquet d'arbre avant d'aboutir sur la berge de cette grande étendue d'eau tranquille qu'était le lac.

Je me trouvais donc assise sur la berge. Je regardais, loin devant moi, des hérons qui pataugeaient dans l'eau peu profonde du bord et tout un groupe de canards mandarins prendre leur envol. Jamais je n'aurais crû trouver ce lieu si paisible. Dans la représentation que je m'en faisait, il était toujours bondé de monde.
Enfin, quoiqu'il en soit, tel n'était pas le cas.

Un bruit dans les arbres proches, suivi d'une douleur télépathique. Shanku avait dégringolé de l'arbre dans lequel elle se tenait.
Comme je m'approchais et allais la récupérer pour la câliner et la réconforter, j'entendis des sanglots.
Suivie de ma dragonne, je m'approchais à pas de loup et vis un jeune homme athlétique assis dans l'eau et pleurant à chaudes larmes.

J'étais honteuse de me trouver là à l'observer tandis qu'il pleurait mais, malgré ma timidité, je sentis qu'il fallait, que je me devais d'aller le consoler.
M'approchant doucement du bord du lac et m'accroupissant, je dis doucement dans sa direction:

-Hey, ça va? puis, j'ajoutais, rougissante: Je passais par là et je vous ai vu pleurer. Je ne veux pas vous déranger, si vous le préférez, je peux m'en aller. Cependant, je me suis sentie triste pour vous, alors j'ai eu envie de venir essayer de vous consoler...

Mais qu'est-ce qui se passait? Jamais je n'aurais été capable de parler de la sorte, normalement... a moins que je sente que lui et moi avions quelque chose en commun...


Dernière édition par Anko Iwanishi le Jeu 2 Oct - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: We're nothing without our past [Anko Iwanishi] Jeu 2 Oct - 23:49

We're nothing without our past



Anko Iwanishi

Une douce voix s’éleva dans l’air, s’appropriant chaque particule de l’oxygène rencontrant la vibration de la voix, et l’enivrant d’une douceur les plus extrêmes, d’une bonté sans limite, laissant sur la pointe, une once de tristesse. Telle une mélodie, elle vibra dans l’air pour atteindre mon oreille comme le chant d’un geai moqueur, et l’envelopper dans un ensemble de sons à la fois mélodieux, doux et réconfortants.
La voix féminine et harmonieuse me demanda si j’allais bien. Elle expliqua qu’en passant par-là, elle m’avait vu verser des larmes, et qu’elle avait sentie de la tristesse pour moi. Elle avait donc envie de me réconforter, mais pouvait partir si je le désirais.
Je relevais la tête pour observer mon interlocutrice : Elle semblait petite, et jeune (De toute manière, à cause du pouvoir qui avait pris possession de mon corps en me faisant doublé de volume, tout pouvait me paraître petit…), et avait de longs cheveux lisses et soyeux, dont la couleur était la même que celle de la lune lorsque celle-ci brille de sa lumière miroitante argentée, reflétant les étoiles du ciel.
Je plantais mes yeux reflétant tout ce que j’avais vécu dans les siens, mes yeux reflétant mon désir de vengeance accru par la transformation, mes yeux recélant une pointe d’envie sanglante, apparue par la transformation. Mes yeux révélant la souffrance que j’avais endurée durant toutes ces années. Et par-dessus tout, mes yeux recélaient la sauvagerie de mon peuple, et ils représentaient l’esprit de ma mère, ancré à toujours dans mon cœur, alors que je la revoyais encore et encore m’ordonner de la laisser mourir.
Je plantais donc mes yeux, recélant cette flamme qui regroupait tout ce que j’étais, bien qu’une certaine partie appartienne à la transformation. Je plantais donc ces yeux-là, désespérés et brillants par les larmes, dans ceux de la jeune fille pour réfléchir à sa question.
Voulais-je qu’elle s’en aille ? D’un côté, non. Bien que renfermé sur moi-même, un peu de compagnie et de personnes avec qui parler ne me feraient pas de mal. Même si j’ai « peur » d’une nouvelle compagnie, même si j’ai peur d’une nouvelle rencontre, ou que je ne me sens pas à l’aise en présence d’étranger. Une compagnie, dans un moment comme celui-là, me ferait le plus grand bien.
Mais d’un autre côté, je ne sais pas. Je ne connais pas totalement mon pouvoir, et je sais que parfois, je ne contrôle plus mes faits et gestes, et j’ai peur de devenir violent… Même si mon ancêtre ne l’est pas forcément, il est parfois dans des actes de colère terrible, et qui sait ce qui peut arriver ? Je ne voudrais pas lui faire de mal. Même si rien ne dit que mon ancêtre va prendre le contrôle. Je ne veux pas risquer de blesser cette plume fragile, ou de la casser en deux. J’aimerais la laisser voleter sur l’air qu’est la vie.

« Tu… Tu peux rester si tu veux » déclarais-je timidement dans un japonais maladroit, avec mon accent d’amérindien, avec des pauses le temps de trouver  mes mots. Je baissais le regard, tentant de contrôler et de bloquer tout ce qui pouvait venir de mon ancêtre. Néanmoins, il ne fallait pas que je puise dans toutes mes forces, sinon mon pouvoir puiserait dans mon énergie vitale et lorsque je redeviendrais normal, je risquerais d’avoir quelques problèmes. Je relevais donc la tête, évitant le regard de la jeune fille que je ne connaissais pas, et dont la culture et les croyances étaient totalement différentes des miennes, pour ajouter, gêné et toujours dans un japonais maladroit :
« Mais… Je ne veux pas risquer de… de te blesser à cause de mon pouvoir….
C’est… C’est lui qui me cause malheur… »

J’avais peur. J’étais terrifié. Cette personne étrangère m’intriguait, et d’un côté je voulais rester loin d’elle pour diverses raisons, alors que quelque chose d’autre me poussait à lui parler. Mais j’avais peur, tout simplement peur de la briser au moindre effleurement.
Après tout, j’étais un monstre sanguinaire avec un énorme désir de vengeance. N’est-ce pas terrifiant ?


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: We're nothing without our past [Anko Iwanishi] Ven 3 Oct - 23:20


WE'RE NOTHING WITHOUT OUR PAST




Je pouvais rester. Cela me fit sourire mais me mit également mal à l’aise. Qu’est-ce que j’allais bien pouvoir lui raconter ? Comment est-ce que je pourrais le consoler ?
Je m’assis donc sur la berge. J’étais un peu en décalé par rapport au jeune homme afin qu’il puisse me voir en tournant la tête. Il était trop loin du bord pour que j’envisage de le rejoindre, d’autant que je n’avais pas trop envie de me mouiller.


-Mais… Je ne veux pas risquer de… de te blesser à cause de mon pouvoir….
C’est… C’est lui qui me cause malheur…


Je fermai les yeux. Un court moment. Ça ne me faisait pas trop peur. J’avais assez confiance dans mon pouvoir personnel et dans ma discrétion.
Toutefois, il ne semblait pas être d’origine japonaise. Un américain ? Un amérindien, plutôt ? Il en avait le type, la peau bronzée et les traits légèrement émaciés.

-Votre pouvoir vous cause des soucis ?

Ce ne devait vraiment pas être bien de « subir » son pouvoir. J’avais de la chance que le mien ne fut pas si incontrôlable et surtout pas dangereux.

-Au fait, mon nom est Anko Iwanishi. Je suis en première année. Je ne vous avais jamais vu. Vous êtes nouveau ?

Banalités. Oui mais ça permettait d’alimenter la conversation, surtout quand on n’avait pas grand-chose à dire pour consoler quelqu’un. D’autant qu’il s’agissait d’un adulte et qu’il avait bien six ans de plus que moi…

Un poisson sauta hors de l’eau pour avaler une libellule puis replongea avec un gros bruit d’éclaboussures. Le Soleil du milieu d’après-midi illuminait étrangement la scène d’une couleur d’or pâle. Quelques nuages défilaient lentement dans le ciel, cachant parfois l’astre de feu.
Le lac semblait scintiller comme si sa surface était recouverte de diamants. Le bruit de l’eau et des petites vaguelettes se fracassant doucement contre la berge était si reposant…

Je m’allongeais sur le dos, la tête sur mes bras croisés et j’observai le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: We're nothing without our past [Anko Iwanishi] Lun 8 Déc - 20:24

We're nothing without our past



Anko Iwanishi

Le soleil faisait revêtir au ciel son plus beau manteau avant la nuit, celui aux couleurs flamboyantes et vermeil, qui fait flamber les cieux de ses couleurs chaleureuses et éclatantes, incrustées de minuscules joyaux que sont les premières étoiles, astres faisant savourer leur avance en brillant de milles feux pour narguer les autres qui tardaient.
Le silence était roi, pesant sur chaque muscles, étant brisé par le bruit de fond qu’était les piaillements joyeux des oiseaux, les croassement des corbeaux qui passaient, les coassement des grenouilles ainsi que les chants des criquets et cigales. Le clapotis des poissons sautant hors de l’eau s’ajoutait au concert, sans oublier les bruissements d’ailes des insectes et volatiles.
Puis, la voix mélodieuse de la jeune fille restée sur la berge s’éleva de nouveau, s’ajoutant à l’harmonie déjà présente du concert présent.
« Votre pouvoir vous cause des soucis ? »
Cela semblait être presque surprenant pour elle, son pouvoir devait être moins dérangeant que le mien. Difficile de l’admettre, mais je l’enviais. Un pouvoir simple, plaisant, sans danger potentiel, ç’aurait pu être tellement plus simple… Mais la nature l’avait décidé ainsi, elle avait décidé que je me retrouverais avec ce pouvoir, que ça me plaise ou non. Elle avait programmé mes souffrances, mes absences de contrôles, mes pertes de connaissances, et mes pas vers l’élégante mort dans son capuchon noir, qui parfois, je le sentais, me caressais la joue de sa main osseuse, me susurrant presque qu’elle m’aurait bientôt.
La jeune fille se présenta, mélodie dans le début du crépuscule, illuminant celui-ci en se reflétant dans les étoiles :
« Au fait, mon nom est Anko Iwanishi. Je suis en première année. Je ne vous avais jamais vu. Vous êtes nouveau ? »
Anko. Cela résonnait comme l’eau divine et somptueuse qui descend en cascade cristalline dans l’éden. Et cela semblait être un nom du pays. Mais que pouvais-je en savoir, je n’étais pas né ici, je ne connaissais pas grand-chose à la culture du coin. Je savais à peine parler japonais correctement. Je ne pouvais donc pas porter une quelconque idée là-dessus.
J’observais la dénommée Anko, alors qu’elle s’allongeait sur la berge, frontière entre eau et terre, regardant les diamants dans le ciel, qui se reflétaient dans ses yeux d’émeraude. Je me resserrais un peu contre moi-même, serrant les morceaux de tisses restés accrochés à moi comme s’ils allaient se détacher de mon corps pour nager librement sur la surface de saphir du lac, et partir vers de nouveaux horizons avant de disparaître, dévorés par le temps.
Je relevais la tête vers la demoiselle, puis laissa ma propre voix s’élever parmi le concert de la nature, tentant de ne pas me tromper dans mon japonais :
« Enchanté, Ank… Ankk… En… Ank-ko. Je me nomme Ratonh... Pardon, Connor Kenway. Je suis en quatrième année. Et effectivement, il me semble que mon arrivée est récente… »
Je me souvenais encore de mon arrivée à Tadakai, accompagné de mon père, chose que j’aurais cru impossible quelques années auparavant. Je levais les yeux vers les diamants blancs illuminant le ciel qui commençait à sombrer dans le néant du crépuscule, me laissant porter par les songes de l’espace quelques instants, avant de reporter mon attention vers la demoiselle aux cheveux d’argent.
« Mon pouvoir est dérangeant, en effet. Si tu me vois sous cette forme actuellement, c’est faute à lui. Parfois, je perds le contrôle de moi-même. Je peux devenir violent, ou dangereux. Et chaque… transformation peut avoir des effets sur mon corps et mon système. Il y a toujours une chance pour que je… meure en agonisant en redevenant normal. »
C’était une description plutôt effrayante de ce que j’étais. Mais c’était la personne que j’étais. Habituellement, j’étais plutôt gêné à l’idée de décrire le danger que je représentais. Je n’aimais pas spécialement le dévoiler, le crier sur les toits. Je préférais le passer sous silence, pour éviter des possibles gênes de la part des personnes.
Mais cette demoiselle m’avait demandé si mon pouvoir me causait soucis. Il fallait bien que je développe un peu, pour qu’elle se fasse une idée.
J’observais la berge, apercevant Shana, mon familier raton laveur, qui m’observait de ses yeux perçants, assise à côté de la fille allongée, remuant la queue comme un chat.
Je me laissais ensuite bercer par les vaguelettes du lac et par l’orchestre apaisant de la nature…



Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Jayden Moria
Féminin
Messages : 287
Kamas : 6770
Date d'inscription : 22/08/2014
Humeur : Aventureux ~
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d\'argent
Roi Zombie ~
Roi Zombie ~

MessageSujet: Re: We're nothing without our past [Anko Iwanishi] Sam 10 Jan - 10:06

Bonjour.

Où en est ce RP ? Anko est-elle absente ? Merci de prévenir par MP de son avancement.
Si le RP reprend je supprimerai mon message.
Sinon il sera archivé.

Merci de votre compréhension.

EDIT DU 08/02/2015 : N'ayant eu aucune nouvelle d'Anko, je me permets d'archiver ce RP. Si vous souhaitez le reprendre, envoyez-moi un MP, je me chargerai de déplacer le sujet.

════════════════════



Plop :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We're nothing without our past [Anko Iwanishi]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

We're nothing without our past [Anko Iwanishi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Anko [Serpy]
» Anko Mitarashi
» ♥ - Forget Your Past

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-