Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke] Ven 11 Juil - 0:04





















❝ Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles ❞

Bakura & Daisuke ~

Il faisait plutôt sombre dans cet entrepôt désaffecté, seul quelques ampoules tenues par les fils dénudés éclairaient l’immense pièce remplie de vieille caisse de bois vides. Au centre de la pièce se trouvait une table nappée d’un grand drap noir, sur lequel étaient posés plusieurs colliers et bracelets. Au vu de leur éclat doré, on pouvait tout de suite voir que ces bijoux étaient loin d’être de la camelote chinoise. Autour de la table, il y avait trois hybrides qui visiblement tentaient de se partager le butin. L’un avait la peau verte et écailleuse comme un crocodile, près de lui se trouver un garçon  un peu maigrichon possédant des oreilles et des crocs de loup. Le dernier hybride était bien plus impressionnant que les deux autres, il était aussi plus vieux, une quarantaine d’année au bas mot et entre ses cheveux grisonnant dépassaient deux grosses cornes de taureau. A ses manières et à sa façon de parler, on pouvait comprendre que c’était lui et seulement lui le chef de cette petite bande.

Seule les voix des trois hybrides raisonnaient dans le hangar, situé dans les quartiers sombres de Leaf City. Oui, la ville d’Hybriland. Ceux qui pensaient que Leaf City n’était qu’une ville belle et magique, se trompaient lourdement. Car toute cité possédait ses coins d’ombres, ses bas-fonds. Leaf City n’échappait pas à la règle. Daisuke Yamazaki le savait mais cela ne l’avait pas empêchée de s’y aventurer, seule.

Contrairement à ce que les trois hybrides pouvaient penser, ils n’étaient pas dans le secret le plus total, car un peu plus loin, une jeune fille à la longue chevelure rose écoutait et observait la scène avec attention. Cachée derrière les caisses de bois, Daisuke ruminait l’affront qu’ils avaient osé lui faire en oubliant de la convoquer pour le partage du butin.

- Espèces de sales bestioles puantes, vous allez regretter d’avoir essayé de me rouler, marmonna-t-elle avec fureur.

Près d’elle se trouvait Fox, son familier. Toujours aussi instable, il se tortillait dans tous les sens, ne supportant pas de rester là à ne rien faire. L’élève lui jeta un bref regard et se demanda pour la cinquième fois si elle avait bien fait de l’emmener avec elle. Elle reporta ensuite son attention sur la table et sur ses ex-compères. Elle devait à tout prix trouver un moyen de récupérer une partie des bijoux et pourquoi pas la totalité si elle le pouvait.

- Fox j’ai trouvé ! s’exclama-t-elle dans un souffle. Fox ? …

Elle appela encore une fois son petit renard en regardant tout autour d’elle. Pas un signe de lui. Il avait disparut ce con ! La jeune fille releva ses yeux bleus lorsqu’elle entendit les voix des trois bandits s’élever. Puis elle le vit, son renard, les yeux remplis d’étoiles, grimpant sur la table nappée. Il regardait avec envie les bijoux dorées qui y étaient posés.

- Que fout cet animal ici ? s’écria le reptile.
- On dirait le familier de Yamazaki, remarqua le jeune loup.

En entendant la remarque de son sous-fifre, le taureau afficha un sourire en coin autant mauvais que vicieux.

- Les amis, je crois que nous avons une invitée, fit-il. Et si tu sortais de ta cachette Yamazaki ?

Derrière sa caisse, Daisuke serra ses dents et maudit une fois de plus son familier. Elle respira longuement avant de se montrer, elle ne devait montrer aucun signe de peur ou d’inquiétude. Aucune faiblesse. Sinon c’en serrait finit d’elle. Au bout d’une minute, la jeune fille sortit de sa cachette, le visage impassible. Elle s’avança vers les trois hybrides d’un pas assuré mais il fut tout de suite coupé par le loup qui lui empoigna le bras avec force lorsqu’elle fut en face d’eux. La pensionnaire grimaça brièvement, puis planta son regard dans celui de l’homme mi-taureau.

- Quel accueil pour votre coéquipière, dit-elle en insistant bien sur les deux derniers mots.
- Tu m’étonneras toujours Yamazaki. Comment as-tu su qu’on était ici ? demanda le chef en souriant.
- Je ne dévoile pas aussi facilement mes secrets, répondit-elle simplement. Et si tu me lâchais maintenant Tommy ?

Elle adressa un regard exaspéré au garçon qui la tenait. Elle avait toujours considéré cet hybride, à peine plus âgé qu’elle, comme un triple idiot. Celui-ci lui répondit en un grognement et ne la lâcha pas.

- J’ai participé à la récupération de ces bijoux, Valko ! Sans moi vous n’auriez jamais réussi ! Alors je veux ma part !
- C’est vrai. Tu nous as bien aidés et nous t’en sommes assez reconnaissants pour te laisser partir indemne. Maintenant barres-toi gamine.

Valko, tourna les talons et préféra reporter son attention sur les bijoux. Daisuke resserra sa mâchoire, l’envie de meurtre se rajouta à sa colère. Les paroles de Valko ainsi que son désintéressement total à sa  personne la rendit folle de rage. Mais elle ne bougea pas pour autant car il valait mieux jouer sur la subtilité avec se genre d’individu.

- Je me demande bien ce que la police de Leaf City pensera de tout ça lorsque j’irai les voir.
- Je te rappel que tu étais dans le coup ma belle, répondit Valko sans détourner son regard de la table.
- A ton avis, ils préféreront croire les paroles d’un pauvre raté comme toi, déjà connu pour des petits casses, ou plutôt celles d’une jeune fille de 17 ans, élève au célèbre pensionnat Tadakai ? Je pense que leur choix sera vite fait, argumenta Daisuke en affichant un sourire en coin.

Valko se retourna aussitôt lançant à la jeune fille un regard noir. Elle avait visiblement réussi à toucher une corde sensible.

- T’es trop maline pour ton propre bien gamine. Je pensais que j’allais pouvoir te laisser partir sans problème, mais tu m’en vois obligé d’en faire autrement.

Le taureau fit un signe de main à Tommy. Daisuke ne comprit pas tout de suite et lorsque qu’elle posa ses yeux remplis d’inquiétude sur  le loup, elle n’eut plus aucun doute. Le loup, la gueule grande ouverte, dévoilant ses crocs acérés se rapprochait dangereusement de la jugulaire de la pensionnaire. En le voyant, elle poussa un cri horrifié et sans réfléchir, elle s’empressant, de sa main libre, d’envoyer un de ses doigts dans un œil de l’hybride.

- Prend ça, sale clébard ! Tu m’en diras des nouvelles ! cria-t-elle.

Tommy couina sous la douleur comme un pauvre chiot et la lâcha. Daisuke n’attendit pas une seconde de plus et prit ses jambes à son cou en direction de la sortie.

- Fox on se casse ! hurla-t-elle.
- Rattrapez-là ! ordonna aussitôt Valko.

L’élève quitta le hangar, suivit de son familier, le cœur battant la chamade et déambula aussi vite qu’elle le put dans les bas-fonds de Leaf City. Au bout de quelques minutes, sa respiration commença à devenir lourde et difficile, son allure diminua peu à peu tandis que son cœur menaçait d’exploser sous la peur qui l’envahissait. Elle jeta un regard derrière elle. Ils étaient toujours là et se rapprochaient de plus en plus, criant et l’insultant à tout va.

- Mon Dieu, s’il y a bien un moment où il faut être cool avec moi… C’est maintenant ! Hurla-t-elle.

Puis il y eut un choc. Sans comprendre elle se retrouva les fesses par terre. Elle leva ses yeux azur et découvrit un jeune homme juste devant elle. Daisuke n’eut pas le temps de l’observer plus en détail, trop préoccupé par ses poursuivants.

- Si t’es envoyé par le bon Dieu c’est le moment de faire quelque chose, sinon ne restes pas sur mon chemin, dit-elle complètement paniquée.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: "Yojimbo de fortune" Ven 11 Juil - 9:40


"Yojimbo de fortune"




Cela faisait deux mois maintenant que Bakura était à L’académie, ses cours n’étaient pas très fréquentés, seul Alysse venait régulièrement, ce n’était pas forcément pour le déranger cela dit, il eut le temps de s’occuper en créant de nouvelles estampes, tableaux et diverses autres choses. La grande différence est qu’il était dans le monde la magie et que maintenant il avait un panel de créations possibles bien plus grandes ! Matériaux qui pensaient imaginaires, nouvelles techniques, nouvelles teintes, décidément le monde magique était fascinant, il commença donc à poser des questions et à fréquenter la bibliothèque pour trouver du nouveau matériel à expérimenter, il avait aussi depuis une semaine repris l’entrainement au Dojo ou il s’entrainait diligemment tous les soirs, il n’était pas « si » rouillé que ça, et les nouveaux coups qu’il avait appris pendant ses deux ans à Tokyo n’avait pas l’air mauvais.

Bakura avait fini par trouver une boutique vendant des objets d’art rare, il se trouvait à Hybriland au cœur de Leaf City, il était particulièrement intéressé par un pinceau que l’on disait magique, ça serait une bonne occasion de trouver si son pouvoir pouvait mener à des interférences avec du matériel magique, il avait besoin de ces informations pour pouvoir progresser efficacement après tout, l’artiste cherche à se parfaire en toutes choses, l’âme en premier lieu, puis l’esprit et enfin le corps.

Il c’était donc apprêté à partir, un Kimono simple et léger noir avec des Hakoris blancs seulement, caché derrière un grand manteau d’un seul tenant, il avait son Daisho à la ceinture, ainsi qu’un nécessaire de calligraphie de voyage et son kit de dessin sur le pouce au cas où.


- Bon Seiko, c’est la première fois que je t’emmène aussi loin, alors fait attention, pas de bêtises, je ne voudrais pas qu’il t’arrive quelque chose !

Il lui caressa la tête et les bois,

- Hai, Wakarimashita Shishou ! (Oui, compris maitre !)

- Si il se passe quelque chose, je veux que tu t’envoles le plus haut possible sans me perdre de vue et que tu me rejoignes une fois que ça soit terminé, si je suis pris dans un combat tu pourras me communiquer leur position par les airs, mais ne prends pas de risque, si tu es repéré fuit.

Il se rendit compte que les années à mendier et à survivre dans les rues de tokyo l’avait profondément changé à Jamais, les marques étaient inscrites dans ses réflexes, sa chair et sa façon de penser.
Il passa le portail et se retrouva à Leaf City, là-bas c’était déjà le soir, Bakura ne connaissait pas la ville et se retrouva vite dans des quartiers un peu sombres et des ruelles pas forcément bien famés, beaucoup lui jetait des regardes suspicieux, il enleva ses lunettes par réflexes, il ne pouvait pas se permettre d’être diminué dans cette situation, il portait toujours le petite feuille qu’on lui avait dessiné.


- Non mais, ils sont sérieux ceux-là quand même ?  Leur plan on dirait un labyrinthe dans un magazine pour enfant …

Seiko regarda le plan,

- Actuellement je ne me demande pas si …
- Non tu ne diras pas cette phrase Seiko !
- Mais je …


il lui mit la main sur la bouche.

- Chut j’entends quelque chose …

Spoiler:
 



Le soleil c’était couché depuis longtemps, il était dans les ruelles sombres des bas quartiers, le genre de quartiers qu’il connait comme sa poche à Tokyo, il sait ce qui y vit, ce qu’on y fait, il connait cette odeur comme si c’était la sienne, il avait cru entendre un bruit, le silence se fit autour de lui. Puis de nouveau le bruit, il se rapprochait, des bruits de pas, il ferma les yeux. 130 mètres, personne légère, 2 poursuivants plus lourds et plus musculeux, la personne devant fatigue, elle se dirige par ici.

- Mon Dieu, s’il y a bien un moment où il faut être cool avec moi… C’est maintenant !

Une fille, jeune vu son timbre de voix, elle avait besoin d’aide on dirait.

Les informations coulaient dans sa tête, comme la pluie pendant la mousson. 3,2,1,0 la personne pris à droite à l’intersection et se pris la tête dans le torse de Bakura, elle tomba à la renverse.

C’était une jeune fille effectivement, les cheveux roses lisses, lâchés, plutôt jolie, mais il n’avait pas le temps de s’arrêter à ses détails. Elle reprit ses pensées pendant ce laps de temps et lui lacha assise dans une flaque
« - Si t’es envoyé par le bon Dieu c’est le moment de faire quelque chose, sinon ne restes pas sur mon chemin, »
Il sourit, il pensa surement que a l’heure actuelle il était sans ses lunettes et dans une tenue plutôt louche, c’est assez étrange qu’elle ne l’a pas pris pour un démon au premier abord, m’enfin ça l’arrangeait.

Il lui prit la main, elle était très légère, il prit une impulsion avec son genou arrière et la fit voler tête en bas derrière lui, mais pris garde qu’elle se réceptionna sur ses pieds, la ruelle était étroite et c’était le moyen le plus commode pour le faire, bien qu’acrobatique.

"Reste derrière moi" il dit ça d’un ton ferme qui n’impliquait aucune négociation possible.

Il commença à analyser la rue en vue d’un combat, Cartons, caisses, distance entre les murs, place pour combien de personnes de front, attaque par les toits possible … la position n’était pas très bonne mais il n’avait pas le choix.

- Seiko, tu sais ce qu’il te reste à faire

Le Péryton s’envola, et les deux hommes déboulèrent dans la ruelle. Ils s’arrêtèrent, voyant Daisuke derrière Bakura, le loup renifla bruyamment tout en reprenant son souffle.

- La renarde c’est arrêtée de courir alors ?

Le crocodile regarda dans la direction de Bakura et le dévisagea, puis écarquilla doucement les yeux

- T’es qui toi ?!

Bakura enleva son capuchon, et regarda droit dans les yeux les deux Hybrides qui se tenaient là.

- Moi ? Je suis son prince charmant !

Il repensait à tous les mangas qu’il avait lu quand il était chez les Otaku’s et bien cette situation était un classique du manga, le beau prince qui arrive pour sauver la princesse au bon moment, c’était toujours super cool ! Pas qu’il ait envie d’être cool, non, mais il trouvait ça marrant.

Les deux hybrides semblaient de plus en plus décontenancés,

- Son … quoi ??? » répondit l’hybride loup dubitatif

- Laisse tomber Tommy, ce mec est un malade, on va lui régler son compte aussi

- Ça me parait un bon plan

Bakura se gratta la joue et prit un air innocent,

- Je pensais que nous pourrions régler ça pacifiquement vous savez, je m’occupe de la fille, et vous vous rentrez chez vous ? Ça me parait un bon plan !

La suite se passa en un instant, pour le confort de nos chers lecteurs cette scène sera donc repassée au ralenti.

- Bon plan mon cul !

le loup bondit sur Bakura crocs et griffes en avant se ruant dans la ruelle à une vitesse phénoménale, il donna une grosse impulsion avec ses jambes pour se lancer.
Un geste écarta le côté gauche du manteau, laissant apparaître le katana et le Wakizashi de bakura, l’étoffe ondula légèrement sous le geste précis il saisit la poignée, il était rapide, très rapide, bien plus que les Yakuzas et les Voyous qu’il combattait habituellement, attendant que le l’hybride loup rentre dans son périmètre, il utilisa une technique de iaijutsu, quand le loup arriva à portée il mit sa seconde main sur le fourreau et l’utilisa comme lanceur pour augmenter la vitesse avec laquelle la lame serait dégainée on entendit que le bruit de la lame qui parcours le fourreau et un « cling » distinctif quand la lame la regagna, le loup fut stoppé net dans son élan pendant le temps d’un battement de cil il y eu un bruit d’impact puis il vola en arrière atterrissant dans les bras de son compagnon crocodile, il toussa et ses mains se dirigèrent naturellement vers son abdomen, il avait l’air abasourdi et ne comprenait pas ce qu’il se passait, le crocodile l’avait bien réceptionné il avait un bon appuis.


- Putain ! Mais c’est qui ce mec ! » cria t’il « Il m’a cassé une côte !

- J’ai frappé avec le plat de la lame « inu », je ne serais peut-être pas aussi indulgent la prochaine fois, je vous conseille humblement de reconsidérer mon offre.

Bakura parla calmement, comme si il parlait a des enfants, son regard était déterminé et dur, pour que les deux hybrides comprenne qu’il ne leur ferait pas de cadeau cette fois-là.

Cette fois le reptile passa devant son compagnon, la ruelle n’était pas un si mauvais plan au final, comme il l’avait prévu ils ne pouvaient se battre qu’a un seul de front ce qui lui facilitait la tâche, il fit craquer ses doigts dans ses mains et s’avança.

- Tu parles beaucoup, humain, mais voyons voir ce que tu as dans le ventre

Cette fois-ci Bakura sorti le katana de son fourreau complètement et se mit en position de combat, il était plus fort que le loup et n’avait aucune idée de quels était ses pouvoirs, et surtout il ne pouvait pas bouger d’un seul pouce car la fille était derrière lui et qu’il devait la protéger.

- Nous verrons bien, mais vous pourriez être amené à le regretter

Au vu de la posture qui se dirigeait vers lui, le crocodile devait être pratiquant d’un art martial, surement la boxe ou un de ses dérivés, il avança rapidement mais pas précipitamment, Bakura se tint prêt, il avait une grande allonge il devait prendre garde. Le reptile lui lança des coups de poings qu’il dévia avec la lame de son katana, il ne semblait pas en souffrir ce qui prouvait que sa peau était particulièrement dure, même si il bloquait avec le côté de la lame. Les coups s’enchainaient et Bakura eu bientôt besoin d’augmenter sa vitesse de parade, pour l’instant il n’avait pas d’ouverture pour attaquer car il ne pouvait pas se déplacer, les coups étaient puissants, le reptile tenta un coup de pied pour le faucher mais il l’avait vu venir, il profita de cette occasion pour sauter sur son genou avec un pied et lui plaçant un coup au menton pendant un salto arrière. Le reptile accusa le coup et ses yeux virèrent au rouge

- ENFOIRE !

La situation était vraiment délicate et il n’était pas en avantage ici a cause de la configuration, ils étaient un de front mais il ne pouvait pas bouger ni esquiver de manière plus évoluée il était obligé de se battre comme un débutant en sorte, ses pensées furent interrompues par Seiko.

- Maitre ! Une troisième personne se dirige vers votre position, elle a l’air beaucoup plus massive que les deux autres !

Merde, il manquait plus que ça pensa-t-il, il esquiva un des coups de poings puis envoya son Katana trancher son abdomen, le reptile fut obligé d’esquiver en sautant en arrière, il profita de de moment pour sortir une petite feuille de papier de sa manche, il n’avait pas le temps de sortir un crayon alors il s’entailla le bras pour mettre du sang sur sa lame et écrit le kanji 煙 (fumée) avec du sang et lâcha le papier devant eux et une explosion de fumée retentit.

Il rangea son katana, pris la fille sous le bras, elle était très légère ce qui lui rendait la tâche facile, il sauta en hauteur, et se réceptionna sur les toits du quartier et commença à courir aussi rapidement qui lui était possible de bâtiments en bâtiments en direction du centre ...


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke] Ven 11 Juil - 21:16





















❝ Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles ❞

Bakura & Daisuke ~

Daisuke resta sans bouger, assise dans sa flaque d’eau croupi, qui lui avait mouillé son pantalon tout entier ainsi que le bas de son t-shirt aux motifs de pandas. Elle était encore un peu sonnée à cause de sa petite collision avec le jeune homme. Sa respiration était rapide et avait du mal à retrouver un rythme normal. Quelques secondes après qu’elle soit tombée dans l’eau, Fox, son familier arriva à sa hauteur, essoufflé mais toujours amusé par la situation. Décidemment ce renard ne comprenait rien à rien, il prenait même les situations les plus critiques pour des jeux. L’animal sauta dans la flaque et commença à éclabousser sa maîtresse pensant qu’elle jouerait volontiers avec lui. La jeune fille protégea son visage des éclaboussures avec ses  bras et émit un grognement agacé. Cependant, elle n’oubliait pas le pourquoi de sa fuite. Elle se retourna.

- Toujours là… lâcha-t-elle dans un souffle.

Mais elle n’eut même pas le temps de rajouter quoi que ce soit d’autre que le jeune inconnu l’attrapa par la main et la tira avec force pour la faire voler au-dessus de lui, comme une acrobate de cirque. Daisuke poussa un cri de surprise. Le souffle coupé, elle se retrouva dans son dos. Elle perdit un peu l’équilibre, secouée par se revirement de situation, mais se rattrapa au mur de la ruelle.

- Non mais t’es dingue ! s’exclama-t-elle. J’aurais pu m’éclater par terre !

Pour simple réponse, l’inconnu lui envoya un « Reste derrière moi ! ». Daisuke voulut rétorquer mais se tut. Ecouter cet étrange jeune homme avait plus l’air d’être dans son intérêt que de continuer à courir avec les deux bêtes de foire aux fesses. Elle resta alors plantée dans son dos. Puis arrivèrent Tommy et l’hybride crocodile, qu’elle surnommait Killer Croc, en référence à Batman, car elle n’avait jamais su se rappeler de son véritable nom. La pensionnaire recula d’un pas peu rassuré en voyant les mines peu sympathique des hybrides qui se rapprochaient.

- On ne devrait peut-être pas rester là, conseilla-t-elle d’une petite voix, qui visiblement ne fut pas entendu.

L’inconnu releva son capuchon et Daisuke prit enfin le temps de l’observer un peu. Il n’était pas très grand et possédait des cheveux noirs corbeau. De plus il portait des vêtements traditionnels. Le portrait typique du japonais, même de dos. A moins que ce ne soit un illuminé faisant du cosplay dans les rues de Leaf City… Aussi, il avait l’air très jeune. Bien sûr il était plus âgé que Daisuke mais l’écart ne semblait pas bien grand. Une phrase sortit de la bouche la du brun la fit sortir de ses pensées. « Moi ? Je suis son prince charmant ! »

-  Attendez, mon… Quoi ? demanda-t-elle en même temps que le loup.

Daisuke se demanda un instant si le jeune homme avait dit ça pour rigoler ou si elle était encore tombée sur un taré. Puis tout se passa très vite. Tommy puis Killer Croc s’élancèrent sur lui pour pouvoir atteindre la pensionnaire. Mais l’inconnu les repoussa tous les deux avec une agilité incroyable. Daisuke regarda la scène abasourdit, les yeux écarquillés. D’un côté ça lui faisait bizarre que quelqu’un la protège de cette manière. Mais elle fut encore plus surprise lorsqu’il s’entailla volontairement le bras. Oui, c’était sûr maintenant… C’était un fou !

- Hé ! C’est pas le moment d’être suicidaire ! s’écria Daisuke. Tu viens à peine de leur mettre la misère !

Le détraqué mental utilisa ensuite son sang pour écrire quelque chose sur un morceau de papier. Soudain, un épais nuage de fumée apparut dans la ruelle, séparant Daisuke et l’inconnu des deux hybrides. Maintenant il était temps pour elle de partir à toute jambe. Qui sait ce que pouvait lui faire ce malade au katana. Alors qu’elle commençait à s’en aller discrètement, elle sentit des bras puissants lui entourer la taille et elle se retrouva en un instant sous le bras du japonais, tel un vulgaire sac à patate.

- Au secours on m’enlève ! hurla-t-elle alors qu’elle se faisait emporter de toit en toit.
- On te retrouvera Yamazaki ! cria à son tour Killer Croc derrière le nuage de fumée.

Pendant plusieurs minutes, la pensionnaire fut secouée dans tout les sens. Comment faisait-il pour la porter comme ça ? Ils s’approchaient toujours un peu plus du centre et Daisuke ne pouvait laisser passer ça. Le hangar était vide en se moment ! Valko et ses larbins c’en étaient assez éloigné et en ce moment ils devaient être en train de la chercher. Ce qui laissait le hangar une proie particulièrement facile. La jeune fille n’avait pas l’intention de partir sans ses bijoux.

- Stop ! Stop ! s’exclama-t-elle. Relâches-moi !

Ils s’arrêtèrent sur un le toit d’une petite maison. Elle se tînt les côtes un instant –se faire porter comme un baluchon n’était pas des plus agréable.-  Elle prit le temps aussi de frotter son vieux jean trempé et plein de terre. Puis elle dévisagea le jeune homme en prenant un peu de distance. Il fallait toujours se méfiait des fous, ils étaient imprévisibles. Elle le regarda dans les yeux –Et quels yeux !- pour essayé de déceler ses intentions. Mais elle détourna après quelques secondes son regard du siens. Ses yeux avaient beau être magnifiques, ils créaient une sensation de gêne chez la pensionnaire.

Daisuke eut soudainement comme une illumination. Pourquoi n’utiliserait-elle pas ce pauvre malade pour arriver à ses fins. Il pouvait lui être d’une grande aide. Il suffirait qu’elle ne l’énerve pas trop de façon à ce qu’il ne lui fasse pas de crise.

- Ecoutes mon gars, commença-t-elle. Si tu veux bien m’aider à récupérer ce que je veux, je veux bien être gentille et te ramener dans ton hôpital psychiatrique. Tu es d’accord ?

oOo


Un peu plus loin, dans la ruelle enfumée, Valko avait enfin rejoint ses deux coéquipiers.

- Alors où est-elle ? demanda le taureau.
- Elle nous a échappé, avoua Killer Croc.
- Non, elle a été enlevée, corrigea le loup.
- Enlevée ?!
- Ouais, j’ai rien comprit à ce qui c’est passé.
- De toute façon tu ne comprends jamais rien, cracha le reptile. Elle s’est fait aidé par quelqu’un, sûrement son complice, expliqua-t-il.
- Il m’a cassé une côté cet enfoiré !

Valko réfléchit un instant à ces dernières révélations.

- Connaissant la gamine, elle ne renoncera pas aux bijoux. Un moment ou un autre elle retournera les chercher au hangar. Mais j’ai déjà pris mes précautions. Retournons là-bas et si jamais son ami se pointe avec elle, je m’en occuperai.

Le taureau fit volte face et retourna sur ses pas en direction de l’entrepôt, accompagné du crocodile et du loup qui titubait en se tenant les côtes.


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Dernière édition par Daisuke Yamazaki le Sam 12 Juil - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: La voleuse et le psychopathe Ven 11 Juil - 22:01


La voleuse et le Psychopathe




La jeune lui ordonna de s'arrêter, après un rapide coup d’œil en arrière Bakura estima qu'il était assez loin maintenant, c'est vrai qu'il avait foncé tête baissée, il l'a relâcha, elle s'éloigna un peu de lui. Il se demanda si il ne lui avait pas fait un peu peur après tout c'était de sacrées émotions ! Elle le regarda dans les yeux puis les détourna au bout d'un moment, il n'en fut pas étonné, tout le monde n'était pas capable de supporter ça après tout ... elle semblait pensive par dessus tout il pu déceler un mélange de curiosité et de crainte dans ses yeux, ses pupilles était légèrement dilatés et elle avait les yeux bleus.


- Ecoutes mon gars, commença-t-elle. Si tu veux bien m’aider à récupérer ce que je veux, je veux bien être gentille et te ramener dans ton hôpital psychiatrique. Tu es d’accord ?

Elle lui fit une proposition pour aller récupérer ce qu'elle voulait, pour le ramener ... dans son hôpital psychiatrique ?! Alors il était passé pour un fou, il la regarda un peu et passa sa main derrière sa tête pour se gratter un peu l'arrière du crane.

"Un hôpital psychiatrique, carrément ? C'est vrai que j'y suis aller un peu fort, mais je pense que vous abusez un peu mademoiselle !"

Il marqua une pause,

"Seiko ! Ramène toi !"

Le Peryton descendit du ciel et fit un atterrissage de toute beauté puis alla faire une révérence devant Bakura

- Vous êtes blessé, Shishou ...

Bakura eu l'air surpris, puis regarda sa main c'est vrai qu'il l'avait entaillé pour pouvoir fuir ...

- Ah ça ? Ce n'est rien ne t'inquiètes pas !

Seiko avait l'air attérré et empli de remords.
Il arracha un bout de la manche de son Kimono pour en faire un bandage qu'il plaça au bout de sa main et fit un nœud.


- Ou es ce que j'en étais ? Ah oui ! Je me suis pas présenté, je m'appelle Bakura Meiyo et voici Seiko mon familier, cela dit, ce n'est pas la reconnaissance qui vous étouffe mademoiselle, il me semble pourtant que je vous ai sorti d'un beau bourbier, à en juger par votre état physique quand je vous ai trouvé il vous aurait rattrapé dans la ruelle d'après, c'est pour ça que je vous ai protégé.

il continua de regarder la jeune fille devant lui, et commença a marcher un peu autour d'elle en ne réduisant pas la distance, il ne voulait pas l'effrayer d'avantage ... Bakura était calme, serein même, le combat n'avait pas été trop dur en lui même c'était la configuration plutôt qui avait été problématique, heureusement la famille Meiyo était a la base les Yojimbos de l'empereur, et les techniques qu'il avait appris lui permettait de protéger quelqu'un efficacement, il régla son souffle pour récupérer et son cœur s’apaisa, il était maintenant détendu et pu prendre la parole de manière plus légère.

- J'ai certes été un peu brusque, mais de la à me traiter de psychopathe il y a un gouffre, vous êtes du genre à faire des conclusions de peu de choses non ?

Bakura se mis à rire, après tout la situation n'était pas si mauvaise cependant ce qui l'inquiétait plus c'est que bien qu'elle le considérait comme un malade mental, donc quelqu'un de dangereux, elle sollicitait quand même son aide, et il était curieux de savoir quelle était la raison qui la poussait a prendre un risque comme celui-ci ...

- Récupérer ce que vous "Voulez" ? (Il insista sur ce mot) donc ces brutes sans cervelles ont quelque chose que vous "Voulez" ?


Il haussa un sourcil, et lui lança un regard interrogatif, il voulait en savoir plus, après tout il venait de lui sauver la vie et la première chose qu'elle faisait c'était l'insulter, mais surtout il voulait savoir ce qui l'avait mis dans cette panade.

Bakura Inside = Me prends pas pour un con, gamine


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke] Sam 12 Juil - 15:55




















 
❝ Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles ❞

Bakura & Daisuke ~

Daisuke regarda le brun comme s’il était une sorte d’idiot du village. Elle le dévisagea en attendant d’avoir une réponse de sa part. Mais elle fut prise de doutes. Peut-être qu’il s’était carrément enfuit de l’hôpital en zigouillant les infirmières avec son katana et qu’il n’avait pas l’intention d’y retourner…

- Un hôpital psychiatrique, carrément ? C'est vrai que j'y suis allée un peu fort, mais je pense que vous abusez un peu mademoiselle !

La pensionnaire eu un bref moment de recule avec sa tête, surprise. A vrai dire elle ne s’attendait pas à se genre de réponse. Peu après, un beau cerf bleu muni d’ailes atterrit près du jeune homme, sûrement un familier. Daisuke regarda l’animal, qui semblait s’inquiéter pour son maître, sans rien dire. Puis l’inconnu reprit la parole. Il se présenta puis en fit de même pour son familier. Il se nommait Bakura Meiyo. Avec un prénom et un nom comme ceux-là, il ne pouvait être qu’un japonais, un vrai.

- Cela dit, ce n'est pas la reconnaissance qui vous étouffe mademoiselle, il me semble pourtant que je vous ai sorti d'un beau bourbier, à en juger par votre état physique quand je vous ai trouvé il vous aurait rattrapé dans la ruelle d'après, c'est pour ça que je vous ai protégé.

Daisuke afficha un petit sourire en coin. Le fou dangereux ne semblait pas si fou que ça. Mais dangereux… Peut-être.

- Je dois avouer que tu es arrivé à point nommé, dit-elle sans pour autant le remercier. Un peu plus et j’étais cuite.

La jeune fille se sentit obligée de se présenter à son tour.

- Je m’appelle Daisuke Yamazaki et mon familier se nomme Fox, expliqua-t-elle, avant de regarder tout autour d’elle. C’est bête, on a oublié de l’emmener avec nous. Avec un peu de chance je ne le reverrai plus jamais… dit-elle, encore en colère contre le petit renard.

Bakura commença alors tourner autour de la pensionnaire, d’un pas calme, tout en gardant ses distances. Cependant, Daisuke ne le quitta pas des yeux et tournait sur elle-même pour le suivre.

- J'ai certes été un peu brusque, mais de la à me traiter de psychopathe il y a un gouffre, vous êtes du genre à faire des conclusions de peu de choses non ?
- Je préfère faire des conclusions hâtives plutôt que de me retrouver dans la panade. Et j’en sais quelque chose…

Elle marqua une courte pause avant de reprendre, les sourcils froncés.

- Non mais tu es un hybride vautour ou quoi ? Arrêtes un peu de me tourner autour comme ça. J’vais finir par avoir le tournis !

Malgré les présentations, elle continuait à le tutoyer. La politesse et le respect envers ses aînés n’avait jamais était son fort. Puis Bakura en vînt à un tout autre sujet, celui qui intéressait réellement la jeune fille. Mais puisque son sauveur s’était avéré être quelqu’un de normal, elle commençait à se poser des questions. Arrivera-t-elle à le manipuler comme elle le voudrait pour arriver à ses fins ?

- Récupérer ce que vous "Voulez" ? Donc ces brutes sans cervelles ont quelque chose que vous "Voulez" ?
- Oui, ils ont quelque chose qui m'appartiens. Et je veux le récupérer ! s'exclama-t-elle. J'ai bossé, je me suis investie comme une folle pour acquérir quelque chose et ces trous du cul c'en sont proclamés propriétaires. Est-ce que tu sais ce que ça fait de se faire voler son travail et d'être ensuite jeter comme une malpropre ?!

Une lueur de fureur brilla dans les yeux azur de la jeune fille. Elle avait bien l'intention de leur faire payer. Oh oui !

Finalement elle se dit que Bakura ne l'aiderai probablement pas si elle ne faisait pas un effort pour se faire apprécier. Elle soupira puis adressa un sourire au jeune homme.

- Bon allez, je ne suis pas non plus une sauvage. Je peux soigner ta blessure pour m'avoir sauvée. En plus avec ton bandage de fortune la plaie finira par s'infecter.

Elle s'approcha de Bakura et lui attrapa son bras blessé sans attendre
sa permission. Elle retira le bout de tissus et regarda la plaie d'un air perplexe. Puis elle appuya fermement avec son doigt sur la blessure.

- Ça fait mal si j'appuie là ? demanda-t-elle avec un petit sourire sadique.

Faire ça était l'un de ses petits plaisir qu'elle se permettait de temps en temps. Il n'y avait rien de plus drôle...

- Bon, soyons sérieux...

Daisuke ferma ses yeux et inspira longuement. Au bout de quelques secondes, un halo de lumière verte entoura sa main posée sur la plaie. Puis la lumière disparut en même temps qu'elle rouvrit ses yeux. Elle retira sa main. La blessure avait disparut, il n'y avait ni marque, ni cicatrice, juste une peau blanche et lisse.

- Voilà, dit-elle en souriant. J'ai vu que toi aussi tu étais capable de faire des trucs hors-normes avec une feuille et du sang. Tu es un mage ?


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Une alliance ... originale ? Sam 12 Juil - 18:49


Une alliance ... originale ?




- Je dois avouer que tu es arrivé à point nommé, dit-elle sans pour autant le remercier. Un peu plus et j’étais cuite.

Il sourit enfin car elle montrait un peu de reconnaissance, ce n’était pas grand-chose mais c’était un début, pas qu’il voulait être remercié ça il s’en fichait il avait fait ce qu’il avait fait parce que ça lui semblait le bon choix tout simplement, c’était juste l’usage et Bakura était très traditionaliste.

- Je m’appelle Daisuke Yamazaki et mon familier se nomme Fox, expliqua-t-elle, avant de regarder tout autour d’elle. C’est bête, on a oublié de l’emmener avec nous. Avec un peu de chance je ne le reverrai plus jamais… dit-elle, encore en colère contre le petit renard.

Bakura se demanda comment une fille comme elle pouvait se nommer "la très aimée" mais ce n'était pas très important ... elle avait perdu son familier, c'est vrai que dans la précipitation il n'avait pas remarqué son familier, il devait être petit il réfléchit un instant ...

"Yamasaki-san alors ..."

il s'interrompit, il pensa à ce qu’il ferait si Seiko était porté disparu, même si il avait fait une bêtise, il voudrait quand même le retrouver, il n’avait pas besoin de Seiko dans l’immédiat alors il pouvait très bien lui donner une mission.

"Si il se nomme Fox et qu'il est petit je suppose que c'est un renard ?"

C'était une question rhétorique, Bakura avait confiance en sa logique et son analyse

"Seiko, envole toi vers la zone où nous étions et cherche un petit renard, si tu le vois, préviens moi"

"Oui, maitre"

Yamasaki continua à parler, elle fit un trait d'humour sur sa situation, elle arrivait à garder la tête froide, c'était une bonne chose ! Dans ce genre de situation souvent les gens s’effondre et panique, sa montrait qu’elle avait aussi l’habitude de ce genre de situations … ce qui était un nouveau point intéressant pour comprendre la personne qu’il avait en face de lui, il ne pouvait s’empêcher d’analyser les choses sous toutes ses coutures dés qu’il était dans le feu de l’action il devenait un stratège et un guerrier, le gentil Bakura professeur d’art plastique s’effaçait et revenait à grand pas le guerrier qu’il était fut un temps, celui qui survécu malgré tout.

- Non mais tu es un hybride vautour ou quoi ? Arrêtes un peu de me tourner autour comme ça. J’vais finir par avoir le tournis !

Bakura s'arrêta a ses mots, il avait continué car il était en train de réfléchir il voulut prendre la parole mais elle la repris avant elle.

- Oui, ils ont quelque chose qui m'appartiens. Et je veux le récupérer ! S’exclama-t-elle. J'ai bossé, je me suis investie comme une folle pour acquérir quelque chose et ces trous du cul c'en sont proclamés propriétaires. Est-ce que tu sais ce que ça fait de se faire voler son travail et d'être ensuite jeter comme une malpropre ?!

Il la sonda, elle semblait dire la vérité sur ce point, elle était en tous cas vraiment en colère, les yeux ne mentent jamais après tout. Cette fille était étrange, il y avait quelque chose qui ne collait pas, il lui manquait un élément pour la cerner complètement et cela le mettait mal à l’aise.
Elle s'approcha de lui et défit son bandage, elle voulait apparemment le soigner, puis d'un seul coup elle appuya sur la blessure, Bakura se cripsa mais endura la douleur, il avait vécu bien pire que ça ce n’était pas une personne douillette, il ne put s’empêcher par contre de réagir.


"Kono..."

A peine avait-il entamé sa phrase qu'une lueur verte et chaude entoura sa main, elle avait fermé les yeux et était calme, elle prit une grande respiration et sa blessure se ferma quasiment instantanément

Bakura bougea sa main après cela, c'est comme si rien ne s'était passé ...


"Impressionnant ..."

- Voilà, dit-elle en souriant. J'ai vu que toi aussi tu étais capable de faire des trucs hors-normes avec une feuille et du sang. Tu es un mage ?

Il décida de lui répondre,

- Oui je suis un mage, la feuille et le sang c’était sous le coup de l’urgence car je n’ai pas eu le choix, je devais absolument garder mon arme en main si ils tentaient quelque chose d’autre pour pouvoir te protéger efficacement, je ne pouvais donc pas écrire avec autre chose …

- Pour l’instant, je ne sais pas si je veux t’aider ou non, par contre je veux bien t’accompagner jusqu’à que tu sois en sécurité … même si cela te conduit dans des endroits dangereux, considère ça comme un contrat de Yojimbo temporaire, par contre, si à un moment ou un autre les choses ne me plaisent pas, je n’aurais aucun remords à te laisser en plan.

Il laissa planer quelques instants pendant qu’il fixait son regard dans le sien, il était déterminé, et voulait montrer qu’il ne rigolait pas.

-Et juste un conseil, joue la franc jeu avec moi.

Bakura Inside : De toute façon je le découvrirais si ce n’est pas le cas gamine, et je te promet que ça va chauffer pour tes fesses si fort que tu ne pourras pas t’asseoir pendant 3 semaines.

Quelques temps plus tard
Spoiler:
 

- Bon c'est quoi le plan ?




© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke] Mar 15 Juil - 0:41




















 
❝ Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles ❞

Bakura & Daisuke ~

A la grande surprise de Daisuke, Bakura envoya son familier à la recherche de Fox. Tout ce qu'elle pensait de son renard, c'était qu'il était pénible et qu'il ne valait pas la peine de se casser le derrière pour lui. Le jour où elle réussirait à blairer son familier n'était pas près d'arriver.

- Oui c'est un renard. Le prénom n'est pas très original, c'est vrai. Mais j'avais la flemme de lui trouver un nom le jour où je l'ai eu... dit-elle en levant ses épaules.

Après avoir été soigné, le jeune homme affirma qu'il était bien un mage et que son pouvoir ne se limitait pas à du sang et une feuille de papier, mais il ne lui donna pas plus de précision.

- Pour l’instant, je ne sais pas si je veux t’aider ou non, par contre je veux bien t’accompagner jusqu’à ce que tu sois en sécurité … même si cela te conduit dans des endroits dangereux, considère ça comme un contrat de Yojimbo temporaire, par contre, si à un moment ou un autre les choses ne me plaisent pas, je n’aurais aucun remords à te laisser en plan.

Daisuke considéra chacune de ses paroles. Bien sûr, il était méfiant, mais beaucoup de monde l'était vis-à-vis d’elle. Elle avait l’habitude. En tout cas, il avait l’intention de la suivre même jusque dans des endroits dangereux. Cela incluait aussi l’entrepôt où se trouvaient les bijoux. Elle esquissa un sourire.

- Et juste un conseil, joue la franc jeu avec moi.
- Très bien, comme tu voudras. Tu n’as pas à t’en faire, dit-elle en croisant ses doigts derrière son dos, hors de vu du jeune homme.

Du haut du toit, la pensionnaire se tourna en direction du hangar et scruta l’horizon.

- Ce n’est pas vers le centre que je souhaite aller. Mais plus au Sud, vers les quartiers désertés, où il ne reste que des bâtiments désaffectés.

Elle se tourna ensuite vers Bakura. Elle commença à plonger son regard dans le siens, comme elle l’aurait fait pour n’importe qui d’autre. Mais s’en détourna au bout d’une dizaine de seconde. Elle avait oublié que ses yeux, bien que très beau, était plus que gênant à contempler.

- Si tu tiens à me mettre en sécurité il faudra d’abord partir vers ces quartiers inhabités. Je veux récupérer ce que ces trois voleurs du dimanche m’ont dérobé, expliqua-t-elle en le regardant dans les yeux à intervalle régulier, ça avait l'air de mieux passer à petite dose.
- Quel est ton plan ? lui demanda-t-il ensuite.
- Valko et ses deux crétins doivent encore me chercher dans les ruelles. Pendant ce temps, le hangar où ils cachent mes affaires est sans surveillance. Dépêchons-nous d’y aller et de récupérer ce qui m’appartient, comme ça emballé c’est pesé, tu me ramènes en lieu sûr et on ne se revoit plus jamais ! Ca te va ? questionna-t-elle enfin.

Cependant, elle n’attendit pas plus longtemps pour s’attaquer à un problème disons… D’ordre tactique. Comment descendre du toit maintenant ? La jeune fille, s’avança sur les tuiles et jeta un coup d’œil en direction du sol.

- Ça fait haut tout de même… murmura-t-elle.

Elle se frotta le menton, commençant à réfléchir. Elle se pencha un peu plus et sans avoir le temps de dire « oseille » elle glissa sur les tuiles et se précipita vers le vide.

- Nom d’un… cria Daisuke.

Elle tomba aussitôt du toit, rebondit sur le store d’un magasin et atterrit par terre, à plat ventre telle une crêpe de kermesse. Un gémissement de douleur, puis un deuxième agacé retentirent, suivit d’une quinte de toux.

- Par la barbe de Raspoutine ! jura-t-elle en se relevant difficilement. Ça démarre bien !


© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Let's Rock&Roll Sam 19 Juil - 15:53


Let's Rock&Roll !






Bakura écouta Daisuke silencieusement et pesa chacun de ses mots, elle voulait apparemment vraiment récupérer ce qui lui appartenait. Et là dessus elle était déterminée, il fronça un peu les sourcils, mais Daisuke avait déjà commencé a amorcer la descente du toit.

Bakura entendu un gros "boom" Suivi d'un "Par la barbe de Raspoutine ! ça commence bien !" Il s'approcha du rebord, et regarda daisuke aplatie contre l'asphalte ... Il soupira et parla a lui même à voix haute "Mais dans quoi es ce que je me suis encore fourré ..." Bakura sauta élégamment de l'immeuble, puis aida Daisuke à se relever.


- Te force pas trop non plus, on va pas aller là bas a pied de toutes façons, j'ai pas envie qu'ils retourne à l'endroit prévu avant nous ...

Bakura sorti son carnet et son crayon et commença tout en se dirigeant vers une artère plus large que la ruelle ou ils étaient, et à marcher.

- Donne moi 5 minutes au moins le temps que je prépare ça !

Bakura dessinait une moto sportive, une qu'il avait vu à la télévision il y a environ une semaine lors d'un grand prix de moto GP.




Au bout de 5 minutes la moto avait pris forme sur la feuille, il mis son bras devant Daisuke pour qu'elle s'arrête de marcher, il retourna le carnet, et matérialisa la moto blanche et noire, ainsi que deux casques, la moto était exactement la même que sur le dessin, elle "flottait" dans la réalité en quelque sorte, c'est comme si on avait découpé la moto et qu'on l'avait inséré en mode "dessin" dans la réalité, la seule différence c'est qu'elle était en 3 dimensions, Bakura sauta dessus mis le casque et démarra la moto qui fit un ronflement grave et sourd.
Bakura lança le casque à Daisuke tout en faisant de nouveau ronfler la moto.


- Bah alors, tu montes ou tu poireautes ? J'ai un temps limité moi !


© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke] Ven 15 Aoû - 13:24

Bonjour!! Où en est ce RP svp? Merci de répondre par MP où il sera archivé !
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Kamas, Katanas et beaucoup d'embrouilles [Bakura & Daisuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Calypso || Aime la vie, même si elle te réclame beaucoup d'effort ♥
» Ylo: grain de folie, un peu , beaucoup... passionément...bien casse cou
» "Je t'apprécie beaucoup tu sais...."(with EMY!)
» "J'ai beaucoup entendu parler de vous." [Seth]
» "J'aime beaucoup ce que vous faites"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-