Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Ven 5 Juil - 14:53


Cela faisait déjà plusieurs heures que la jeune femme était arrivée, comme habituellement, dans la majestueuse académie et déambulait dans les couloirs sans but précis. Le bruit que ses talons procuraient lorsqu’ils claquaient contre le sol lui attirait, également, beaucoup d’attention et de murmure malheureusement bien trop bas pour qu’elle puisse les comprendre. De toute façon, elle ne cherchait pas à être au courant des nouvelles rumeurs sur elle, bien trop concentrée sur sa lecture ; sa tête était plongée dans un livre à la couverture impressionnable, tel les livres uniques et extrêmement rares que nous pouvions trouvez à la bibliothèque de l’internat. Mais cela est inintéressant pour le reste de l’histoire, car à ce que je sache elle ne se base pas sur ce livre magique qu’elle tient entre ses doigts fins, et dont le sujet est la médecine.

 Ses pas s’arrêtèrent dans le couloir, principalement utilisé pour se rendre à l’infirmerie. Effectivement la jeune femme était devant la porte de celle-ci, une main tenant son énorme bouquin et l’autre fourrée dans son sac à main noir recherchant désespérément ses clés. Il faut dire que celui-ci était plein à rebord, les femmes ayant toujours une tonne d’affaire utile, ou non. Concernant celui de Kagura, ses affaires étaient accessoirement inutile… Sauf ses livres, qu’elle avait empruntés plus tôt à la bibliothèque.

 Ce ne fût qu’une fois qu’elle eut en main ses clés, tant recherchés, qu’elle ouvrit la porte, pénétrant dans la salle illuminée par les rayons du soleil. La première chose qui dérangea notre infirmière fût l’odeur du renfermé et de la chaleur qui était suffocante pour celle-ci. Alors qu’il n’y avait à peine que quelques minutes sa tête était fourrée dans les pages de son livre, qui semblait énormément l’intéresser. Celle-ci le délaissa en le refermant brutalement, sans aucune délicatesse et en n’ayant à peine eu le temps d’y glisser un marque page, qu’elle le posait d’un geste brusque sur son bureau d’infirmière. Elle s’empressait d’aller ouvrir la fenêtre pour y laisser entrer de l’air fraîche et pour y laisser sortir cette odeur désagréable.

- « Bien… » Murmura-t-elle dans un soupire, alors qu’elle reprenait sa trajectoire vers son livre, qui l’attendait patiemment. Seulement elle n’avait pas l’intention de retourner dans sa lecture mais de prendre les dossiers médicaux des élèves et de les feuilletés pour en prendre connaissance, commençant par Chiba Atsuo. Quel fût son étonnement lorsqu’elle vit la porte de l’infirmerie s’ouvrir et le laisser apparaître dans l’entrebâillement de celle-ci. « Good timing ! J’avais justement ton dossier entre mes mains, Chiba-san. »
 
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Ven 5 Juil - 17:57


Déclara-t-il avec énergie, un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Le jeune étudiant portait l'uniforme du pensionnat cependant, la chaleur estival l'avait poussé à se déposséder de sa veste noire et de remonter les manches de sa chemise blanche au-dessus des coudes. A sa chemise, au niveau de son cœur, on pouvait voir une petite pièce métallique accrochée, c'était une médaille finement gravée qui représentait un elfe. Le symbole de sa classe. Ses mains malaxaient nerveusement son chapeau orange. Ce geste étaient bien la seule chose qui trahissait les véritables sentiments d'Atsuo. Il était en ce moment naturellement inquiet, pas seulement parce qu'il n'avait aucune idée de ce que cette infirmière allait lui faire, mais plutôt de tous ces changements dans sa vie.

Il avait quitté Tokyo, ses amis, sa famille, sa rassurante monotonie et il était poursuivit par un fantôme dont lui seul était capable de voir. Ce chevalier immatériel était d'ailleurs absent. Il était plongé dans un monde surnaturelle dont il ignorait tout et c'est sûrement l'ignorance qui l'inquiétait le plus. Quoi qu'il en soit, actuellement il essayait comme à son habitude de cacher ses soucis aux autres, mais se rendez-vous avec l'infirmière était sûrement la goutte d'eau qui faisait déborder le vase. Depuis qu'un professeur lui avait annoncé que tous les élèves passaient tôt ou tard devant l'infirmière lors de leurs arrivées, il ne cessa pas de martyriser son chapeau.

Pour se rassurer il se disait qu'il n'y aurait ni vaccin, ni prise de sang. Après-tout, elle pouvait sûrement analyser magiquement son sang, comme dans les Mangas ! Non ? Ça devait être le cas. Dans la salle, Atsuo perçu une odeur désagréable, mais ces émanations s'atténuèrent rapidement grâce aux charitables courants d'airs qui la chassaient. Un vent qui avait la bonté de le rafraîchir, il adorait cette saison, car il aimait sentir sa peau chauffer au soleil, mais pas l'air étouffante qui accompagnait souvent l'été. C'est souvent à cette période de l'année que rester à l'école est le plus difficile, il aurait apprécié dormir aux abords d'un quelconque lac ou sous un arbre, dans les sous-bois bien à l'abri de la chaleur.

Il devait mettre ses futurs projets à plus tard. Actuellement, il s'évertuait à se faire passer pour quelqu'un d'enjoué. Ses yeux bruns brillaient de mille feux et ils se plissaient de joie. Il avait le teint frais et son sourire délicat était toujours présent. Ses joues étaient rosies à cause de la présence de sa Sensei. Il était victime des fantasmes dus à sa profession. Les charmes et les avantages naturels de cette jeune femme n'arrangeaient en rien le rouge de ses joues. Sa chevelure brune, quant-à-elle, présentait une coiffure tout à fait bordélique, c'était la preuve indiscutable de son réveille trop tardive qui ne permettait pas de ce coiffer et d'arriver à l'heure en cours. Par politesse et surtout par timidité il resta planté quelque instant devant la porte sans agir d'aucune façon, avant de demander « Puis-je m'asseoir ? ». Sans même attendre la réponse il rajouta d'un ton guilleret « Combien de temps cela va durer ? ».
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Ven 5 Juil - 19:45


L’enthousiasme de cet élève fit sourire notre rouquine, rare était les moments ou des élèves étaient content de se rendre à l’infirmerie car ils étaient censés savoir que s’ils ne venaient pas de leurs plein gré ce serait pour une analyse sanguine ou des auscultations obligatoires. Il n’était pas question que certains élèves y échappent, même la classe 5 sera surveillée de très près par notre infirmière. Ce n’est pas qu’elle prenait son travail très à cœur mais qu’elle prenait soin de la santé des élèves avant tout. D’ailleurs, en parlant de santé, le dossier d’Atsuo ne l’informait pas d’une quelconque maladie, c’était bon signe. Ce garçon était en bonne santé mais ça ne le sauvera pas de sa piqûre.  

D’ailleurs en parlant de ce jeune homme de 14 ans, c’était facile de deviner ses pensées en voyant ses joues virés au rouge. Il était encore jeune, sauf que ce qu’il vivait maintenant n’était pas dans un manga et donc, qu’il avait beau imaginer des trucs ça ne se produirait pas. Elle savait qu’il ne serait malheureusement pas le seul et il fallait qu’elle s’y habitue rapidement avant qu’elle ne perde son sang-froid. Ce qui signifiait, pour un élève un peu trop pervers, un bon coup de livre sur sa tête, sachant que les livres ne sont pas petits. Je pense qu’il était inutile de dire que notre infirmière était devenue très mal à l’aise suite à l’imagination de ce jeune homme, mais qu’elle faisait son possible pour ne pas qu’il s’en rende compte. L’infirmière mis sa main devant sa bouche pour venir toussoter avant de prendre la parole :

- « Je t’en prie, installe-toi. Ne t’inquiète pas, je ne vais pas te manger. Ca ne prendra pas longtemps, juste une petite prise de sang. »

  Elle préférait annoncer la couleur tout de suite, qu’il enlève toutes ses idées de son petit cerveau. Néanmoins elle avait remarquée qu’il ne se sentait pas à l’aise, lui non plus. Il avait certainement peur et son devoir d’infirmière consistait aussi à le calmer et le résonner. Elle se tourna vers lui pour pouvoir le regarder dans les yeux, un doux sourire sur son visage fin pour qu’il ait confiance en elle. Il était temps de lui expliquer calmement comment ça allait se dérouler :

- « N’ai pas peur, avec mon pouvoir je ferais en sorte que tu ne sentes rien. Tout d’abord je me présente : Je suis Kagura Tetsuyahi, l’infirmière comme tu as pu le constater. Nice to meet you. J’ai le pouvoir de soigner toute les blessures et également de réparé les fractures ou autres, donc si tu as mal quelque part je suis là. Si tu es ici aujourd’hui, c’est pour une petite prise de sang. Je pense que tu sais déjà comment ça se déroule : J’attache un garrot, tu sers fort le poing et je te prélève un peu de sang. Rapide et efficace. »

Elle termina par son rire cristallin, agréable à entendre. Son charme était utile dans ce genre de situation, pour les aidés à être plus à l’aise avec elle. Seulement il ne marchait que sur eux et pas sur elle-même… Kagura détourna son regard en même temps qu’elle se dirigeait vers l’armoire à pharmacie pour y prendre les accessoires dont elle avait besoin : Garrot, seringue, coton et désinfectant. Puis, déplaça la chaise devant toi pour venir s’y asseoir.

- « Well, ready ? » Elle tendit sa main vers toi, attendant que tu lui donne ton bras.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Sam 6 Juil - 17:49

Une prise de sang ? Les paroles de l'infirmière eurent l'effet d'une douche froide. Son sourire disparu après ces paroles peu rassurantes. « Elle a fait mouche ! » c'était son chevalier qui venait de parler. Il était malheureusement revenu auprès de lui. Un fantôme visible qu'à ceux qui ont le pouvoir de voir les morts et d'Atsuo. « Il est 'difficile de se monter couard face à une femme n'est-ce pas ? » William avait raison, il ne pouvait pas se permettre de fuir ou même de se débattre. Pourtant, son désir de s'en aller lui taraudait l'âme. Elle lui parla de diverses choses, de la classes 5 et de son pouvoir, mais il l'écouta à peine car, une question l'assourdissait « que dois-je faire ? ». Il retint néanmoins le mot douleur, mais ce n'était pas de ça dont il avait peur.

Il revit, dans sa tête, toutes les fois où on a dû le piquer, il revoyait chaque seringue, chaque pansement. Les piqûres n'étaient pas douloureuses, aucunes d'entre-elles et d'aucune façon elles ne le faisaient souffrir. Ce qui le terrifiait c'était cette aiguille qui s'insinuait sous la peau, c'était cette aiguille qui lui injectait un insidieux corps étranger en lui ou parfois qui lui volait sans vergogne son propre sang. Le pire dans cette histoire c'est qu'on lui demandait de subir cela avec son autorisation. N'a-t-on jamais vue plus grande injustice ? C'est comme demander à un arachnophobe d'avaler une araignée encore frétillante. Son imagination débordante le transforma en hypocondriaque.

« Ce n'est pas la douleur que tu craint, n'est-ce pas ? » demanda le fantôme.

Le chevalier lui avait tout raconté, son arrivée dans son corps, les pensées qu'il pouvait scruter à l'envie. Même après son apparition lors du rituel, le chevalier devinait toutes ses pensées, pourtant il lui avait dit qu'il ne pouvait plus lire son âme. Malheureusement, le chevalier semblait le connaître par cœur. Il le connaissait mieux que lui-même. Atsuo savait que ce chevalier avait un plan, mais il ne pouvait le deviner. Wiliam le poussait à agir d'une certaine manière, une manière qui ne lui était pas habituelle. Pourtant, Atsuo ne luttait pas contre lui. Il ne désirait pas se battre moralement contre William et ne voulait pas subir son harcèlement moral. Il se disait que cela allait passer.

Lorsque tout à coup, il aperçut la seringue et les autres instruments de tortures. Ses yeux s'écarquillèrent, traduisant la terreur qui s'était emparé de lui. Il sentit alors l'adrénaline monter, le temps semblait ralentir autour de lui et si tout d'abords il avait cru que les battements de son cœur accéléraient, maintenant ils ralentissaient et se faisaient de plus en plus bruyants. Le visage du jeune homme était pâle. Il ne bougeait pas, immobile, il réfléchissait à toute allure. Que pouvait-il faire ? Là, deux pensées s'entrechoquèrent dans son esprit « elle veut me faire mal ! » « non c'est pour ton bien! ». C'était comme deux esprits vicieux qui martelaient son crâne. Cette sensation  imaginaire se fit plus fort, celle d'une chose minuscule, mais dure qui pénètre en lui. Il ne pouvait pas fuir, il ne pouvait pas crier, la seule chose à faire c'était d'utiliser son pouvoir. Qu'elle est le secret des magiciens ? Ah oui ! Attirer l'attention.

« Je dois vous avouer que j'ai peur des vaccin. »

Il avait beau dire cela calmement, il était clair que le mot ''peu'' était un euphémisme. S'il lui donna son bras gauche lorsqu'elle lui demanda, de son âme il imagina un bras invisible qui faisait s'élever sa seringue. Chacun de ses mots avaient pour but de pousser l'infirmière à faire attention à lui et non à sa seringue volante. Idiot qu'il était, il s'était dit que sans aiguille pas de prise de sang. Il comptait plaquer l'aiguille au plafond et il avait l'intention de faire de même avec toutes les autres qu'elle sortirait. Atsuo plongea son regard dans ces prunelles rouges qui lui faisaient face, si sa terreur était apparente, en bon menteur qu'il était, ce qu'il faisait ne transparaissait pas dans ses yeux .

« Voilà donc ! Tu ne veux pas te laisser faire ? Bon dieu Atsuo Affronte ta peur ! » gueula le chevalier.

Atsuo était certain d'une chose, si William était capable de prévenir Testsuyarhi-sensei, Il l'aurait certainement fait. Agissait-il réellement pour son bien ? Ou prenait-il un malin plaisir à le juger et à l'empêcher de faire comme bon lui semble. ça ne pouvait pas être ça car, le fantôme ne souriait jamais. Mais en ce moment l'affaire de son familier ne l'intéressait guère, là, toute suite, il était concentré. Elle ne devait rien voir. Alors, il continua à faire la conversation.

« Sensei, depuis quand travaillez-vous ici ? » Demanda Atsuo qui semblait à première vue curieux.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Dim 7 Juil - 12:13


« Je dois vous avouer que j'ai peur des vaccins. »



A l’entente de ta phrase, un véritable sourire apparut sur le visage de notre infirmière. Un sourire sincère, différent de tout ce qu’elle avait pu montrer depuis que tu étais rentré dans la salle. Ces yeux flamboyant baignaient d’une légère tristesse en se souvenant de son enfance, aux côtés de son père. Mais elle ne regrettait rien, ni la décision qu’elle avait prise, ni la douleur qu’elle lui avait causée. Elle était comme toi, autrefois elle aussi avait peur des vaccins, mais au fur et à mesure d’en faire… Ca peur s’était transformé : elle les détestait. Elle leurs vouait une grande haine, mais les obligations de la vie ne peuvent pas être discutables. Il faut simplement les acceptés :

- « Avoir peur des vaccins n’est pas une raison suffisante pour ne pas en faire. Moi aussi, enfant, je détestais ça. Mais j’ai toujours été obligée d’en faire, c’était une obligation de mon père, après tout il devait s’informer de la santé de... sa fille. »

Elle détourna son regard de son interlocuteur, le plongeant sur le carrelage immaculé. Son sourire s’effaça progressivement de son visage pendant qu’elle succombait à ses souvenirs. Souvenirs qu’elle tentait de supprimer définitivement de sa mémoire. Ça lui fit rappeler qu’elle ignorait ce qu’il pensait d’elle, elle ne savait même pas s’il la voyait comme sa fille et si l’intérêt qu’il avait éprouvé pour elle était réellement par amour, ou étais-ce juste pour le futur de son hôpital ? Elle ne pourra jamais le savoir, n’ayant pas l’intention de lui reparler un jour.

 Elle cligna plusieurs fois des yeux pour revenir à elle et effacer cette erreur de sa pensée. Il ne fallait pas qu’elle oublie qu’elle se trouve devant un élève et qu’elle avait un devoir à accomplir. Seulement elle fût de nouveau capturé par son regard angoisser et laissa un second soupire s’échapper de ses lèvres. Elle était une fois de plus mal à l’aise et aurait préférée en terminer rapidement avec tout ça, de sorte qu’elle puisse récupérée son livre ou ses dossiers d’élèves et reprendre son travail. Après tout, elle avait fait un effort et il n’avait pas marché alors elle devait passer à l’étape supérieur, sans faire copain-copain avec celui-ci.




« Sensei, depuis quand travaillez-vous ici ? »




Ca s’avérait plus difficile qu’elle le pensait vu que ce jeune homme ne semblait pas vouloir l’aider, préférant satisfaire sa curiosité et devenir copain-copain avec notre infirmière plutôt que de passer sa prise de sang et être tranquille après.  Elle était à la fois désespérée et agacée par son comportement qui ne concordait pas avec la décision finale qu’avais prise notre jeune femme. Néanmoins elle répondit en fronçant légèrement les sourcils pour lui montrer qu’elle n’était pas patiente.

- « Pourquoi ? Tu n’as pas confiance en mes capacités ? »

  Elle avait délicatement pausé ses mains sur ton bras gauche pour pouvoir y attacher le garrot. Mais avant ça, une dernière vérification du regard : tous les instruments étaient devant elle, sur un plateau d’argent. Enfin, tous sauf la seringue qui volait dans les airs. Perturbée de ne plus voir la seringue sur son plateau, elle crut d’abord à une mauvaise blague de la part de son familier, Artemisia, qui l’aurait prise pour la contrariée. Seulement elle ne se souvenait pas de l’avoir invoquée récemment, n’ayant eu besoin d’aucun service nécessitant son aide. Elle la fit apparaître pour lui faire passer l’interrogatoire.  Voyons le bon côté des choses : son énervement avait laissé place à de l’interrogation dans son esprit.

- « Artemisia ? C’est toi qui as pris la seringue ? »
- « Non, je n’ai touché à rien. Tu devrais faire plus attention à tes affaires car elles ne peuvent pas disparaître toute seule. »

Ca réponse fit sourire l’infirmière qui répondit joyeusement : « J’y ai prêté attention ! Du moins quand je ne rêvassais pas. ». Elle se disait que si ça mère aurait été à ses côtés, elle aurait dit la même chose et s’est agréable de savoir que quelqu’un est là pour nous faire des petites réflexions futiles, voir même nous remettre dans le droit chemin. Artemisia avait cette capacité : apaiser Kagura, malgré les crises de disputes fréquentes entre ces deux femmes.  

- « Kagura, à quoi pensais-tu lorsque tu avais peur de la seringue ? » Questionna Artemisia.
- « Je me disais que ce n’était pas en fuyant que j’obtiendrais quelque chose, mais j’étais une enfant courageuse à l’époque... » Répondit Kagura en réfléchissant de nouveau à l’emplacement de la seringue. Reprenant toute la scène dans sa tête.



Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Lun 8 Juil - 21:43

Une enfant courageuse ? Atsuo se dit qu'il ne l'était pas, lui. Il avait une bien basse opinion de lui-même. Il n'affrontait pas ses peurs, il les fuyait. Il a toujours fait ainsi. Il ne luttait pas contre elle, il se laissait doucement portait comme tout bon pessimiste qui se respect. Il était le misérable perdant des batailles aisé qui n'avait pas encore lieu.

Ce qui lui manquait, c'était assurément de confiance en sois. C'est aussi une des raisons pour lequel il cache son visage derrière le sombre masque du mensonge de la bien séance, plutôt que d'affronter vaillamment les autres. Un masque tantôt heureux, tantôt inquiet pour les autres. « Si les gens découvrent les faiblesses de mon cœur, ils en profiteront pour me faire du mal » Son attitude négative provenait de cette phrase empreinte de paranoïa. Enfin, il quitta ses idées mélancoliques d'adolescent mal dans sa peau.

Il n'avait pas à faire preuve d'un quelconque courage, c'était déjà terminé. Il avait essayé de gagner du temps par de futiles mots et elle avait mis un terme à sa tentative d'une revers de la main. Il voulut lui arracher la source de sa frayeur, mais elle le découvrit aussitôt. Honnêtement, il pouvait se réjouir de la tendre naïveté de cette belle infirmière car, sinon elle aurait aussitôt fait passer un sale quart d'heure. Il le savait grâce à la vive réaction de cette demoiselle lorsqu'il lui demanda son ancienneté dans cette école. Elle paraissait avoir deux visages, l'un d'une rare douceur et l'autre d'un implacable rigueur. Quoi qu'il en soit, à présent il était démuni, il ne lui restait que ses mensonges et son imagination, l'un pour se sauver d'elle, l'autre pour se sauver de la piqûre. Il était pitoyable, non, il se trouvait lamentable. Son visage semblait affligé. Les yeux mis clos, rêveurs, la bouche plissé et les sourcilles froncés.

''Courage, fuyons.'' Murmura-t-il doucement.

'' Atsuo ?" Appela le chevalier, le garçon tourna sa tête vers le fantôme avant que celui-ci ne lui dit calmement ''Ne crois-tu pas qu'elle a vécus pire que tout ce que tu as connu au cours de ta vie ?''. Sur le visage du fantôme il pouvait voir de la compassion, envers qui ? Le garçon ou la jeune femme. Il n'aurait pas pu le dire, mais il avait terriblement raison, elle avait sûrement traversé plus mauvaise situation. Une hésitation révélait bien plus que de longue phrase et ce mystérieux flottement lors de sa phrase avait le don de développer ses divagations.

Cette fois-ci, c'est vers elle qu'il posa son regard châtain, ses grands yeux étaient emplis d'une pointe de tristesse, pas cette tristesse égoïste. Non, c'était de l'empathie imaginaire, Chiba ne savez pas si elle avait souffert, il ressentait la souffrance d'une jeune Kagura illusoire dans une sombre histoire sortie de sa tête féconde. Il ne pouvait pas lui poser de question, cela aurait été impolie et il ne pouvait pas lui en parler car, cela aurait été insultant. Alors, il se tut simplement.

Défait, il n'avait plus qu'une seule chose à faire : se laisser porter par la vague et la laisser agir. Un léger sourire apparu, c'était la grimace que faisait ceux qui avaient accepté leur sort. '' les tourments des adolescents sont vraiment doux'' Il ignora les propos du chevalier. ''Excusez-moi de vous avoir fait perdre du temps Sensei, vraiment ... pardon'' annonça le jeune garçon en affichant ce même sourire désespéré. C'était faux il n'était pas désolé, s'affairer a de plate excuse était chose commune pour les Japonais.

'' Tu fais trop d'esclandre pour si peu'' rajouta son familier. Peut-être était-ce exacte, il avait probablement fait trop d'histoire et qu'il avait pris pour excuse sa terreur des piqûre pour se distinguer. Ou était-il sans doute simplement fleur bleue. Un chevalier ayant expérimenté une vie d'horreur et de combat pouvait-il comprendre ?

Ça serait ça la source de sa paranoïa et de ses peurs ? Une trop forte sensibilité ? N'était-il pas comme tous ces jeunes Tokioïtes ? Un peu perdu. Il avait envie de parler, mais il se retint, il lui sembla qu'elle ne voulait pas perdre son temps et elle en avait déjà trop semé à perte pour lui. À la fenêtre, il perçut le rire goguenard de jeunes garçons et les voix claires de certaines fillettes. Leurs jeux étaient ponctués par le chant haut-perché et mélodieux d'un oiseau inconnu à Chiba. La vie s'était animée à l'extérieur et cela lui réchauffa le cœur. Un doux parfum sucré se répandait dans la pièce. C'était des pâtisseries qui cuisaient ? Le fameux club de cuisine était sûrement en train de travailler des kilos de chocolats pour rendre ce mets encore plus exquis qu'il n'est déjà. C'est un don des esprits de pouvoir ravir les sens de son labeur.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Mar 9 Juil - 13:43

''Excusez-moi de vous avoir fait perdre du temps Sensei, vraiment ... pardon''

Ce fût, tout d’abord, de l’étonnement qui apparut sur son visage. Elle ne s’attendait pas à recevoir une quelconque excuse de la part de quelqu’un, pour être franche elle s’attendait à une nouvelle question sur son emploi ou sa vie privée. Ca la rassurait qu’il ne posait aucunes questions impersonnelles, car elle n’aurait pas su quoi y répondre. Elle lui souriait rapidement en venant délicatement ébouriffer ses cheveux couleur ébène, apercevant sa mèche d’une différente couleur. Plusieurs questions lui vint à l’esprit, sa curiosité s’étant réveillée lorsqu’elle la découvrit : Pourquoi était-elle plus clair que les autres ? Etais-ce naturel ? En attendant elle n’avait toujours pas de seringue et Artemisia était toujours à ses côtés.  

Puis elle entendit, elle aussi, le magnifique chant de l’oiseau accompagnée par ses adolescents qui riait joyeusement. C’était un des merveilleux côtés qu’avait l’internat, la joie de vivre qui régnait ici savait rendre les personnes heureuses, même ceux aux passés douloureux pouvait s’y sentir à l’aise et s’amuser gaiement avec les autres. Elle ferma ses yeux en dessinant un tendre sourire sur son visage, respirant la délicieuse odeur qui entrait dans la salle. Cette douce odeur de chocolat qui permettait de pouvoir rêvée librement.

- « N’est-ce pas magnifique de pouvoir vivre dans ce lieu radieux ? Maintenant ferme les yeux et abandonne toi à des illusions. Laisse-toi emportée par cette douce odeur de chocolat et ces rires comblés. »

     Elle se leva silencieusement pour aller chercher une nouvelle seringue, la précédente étant toujours portée disparut. Puis revint s’asseoir dans sa chaise qui paraissait confortable aux yeux des autres mais qui, en réalité, était loin de l’être. Elle attacha le garrot autour de ton bras en te demandant de serrer le poing.

- « Je me posais une question tout à l’heure, pourquoi une de tes mèches est-elle plus clair que d’autres ? Désolée, c’est peut être indiscret. »

Doucement, elle inséra l’aiguille dans ton bras pour venir y prendre un peu de sang, la quantité nécessaire pour un test, avant de l’enlever. Elle avait essayée de faire le plus vite possible pour que tu ne perdes pas ton sang-froid et te mettes à gigoté. Elle enleva le garrot en te demandant de desserrer ton poing et vint poser sa main, accompagné d’un coton imbibé de désinfectant, pour refermer ta plaie sans avoir une chance de l’infecter. Son pouvoir était très serviable pour ce genre de chose et s’est ainsi qu’elle la referma, enlevant le coton pour le jeter à la poubelle.

- « Est-ce toujours aussi effrayant ? » Elle fit de nouveau place à son rire en se levant, prenant la chaise pour la déplacer vers le bureau. Son regard se posa sur l’horloge. « Tu peux rester un peu plus longtemps, si tu le souhaites. Tu ne me déranges pas. »

C’est lorsqu’elle déposa ses mains sur son livre qu’elle se sentit plus à l’aise. Elle avait enfin un livre entre les mains, même si celui-ci était fermé. Si elle le pouvait, elle pleurerait de joie de pouvoir sentir la douceur de la couverture. Elle le prit dans ses bras, en dirigeant son regard vers la fenêtre. Pourquoi n’irait-elle pas voir ce qui se passe dehors ? Car ça avait aussi réveillée sa curiosité, et ses papilles avaient également envie de manger un peu de chocolat. Mais il fallait qu’elle fasse attention à ne pas prendre de poids. Elle finit par soupirer.

- « C’est dure d’être une femme… »
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Noriiko Shimazu

Féminin
Messages : 3616
Kamas : 10257
Date d'inscription : 14/05/2013
Humeur : RAS
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d'or
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪

MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba] Mer 7 Aoû - 21:45

UP !

Atsuo, normalement, ta période d'absence est terminée. Il serait temps de répondre à ce RP s'il-te-plait !

Si d'ici une semaine, ce RP est toujours en attente de réponse, je le placerai dans les RPs abandonnés.

----------------------------------------------------------

EDIT du 14/08 :
RP considéré comme abandonné et placé dans les archives

════════════════════
Mes cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Phobie des aiguilles ? [PV Atsuo Chiba]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.
» [Sondage] Quelle est votre plus grosse phobie ?
» La Compagnie Panda
» Emma Pillsbury ✿ Wanna go halfsies on a pb&j ?
» 06. My life would suck without you (part II)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-