Beau temps au RDV. Sors ton maillot o/ Il va faire très chaud ~ 35 ° à prévoir en après-midi.

stardustkinshigoldenBlindfolded
AlcyoneSweetTadakaiTadakai
{Clique pour déposer ta rumeur}

☼ Sayuri Hesediel & Izaya Kanzoku → "Miss Hesediel traine avec d'autres garçons dans le dos de son mari... Elle a été surprise dans les bras d'un homme blond, elle pleurait et semblait bien le connaitre. Serait-ce son amant ?"
Pure Evil ~

☼ Izaya Kanzoku → On raconte que le bureau du professeur d'anglais a été saccagé par une explosion et un effondrement de toutes les surfaces métalliques. Mauvais coup ou vengeance personnelle?
Magneto
rps
Pour référencer ton rp libre clique ici
WWW



 

Partagez | .
 

 Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Mer 9 Avr - 20:16



La forêt enchantée...

Avec Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki



Le chant des oiseaux éveilla ma curiosité, j'entendais le doux son des feuilles des arbres qui dansaient sur les branches de ces derniers. Où étais-je? Mes paupières étaient lourdes et à mon réveil, me frottant doucement les yeux je regardais les alentours me rendant compte que je n'étais pas dans ma chambre au pensionnat. J'étais couchée sur un parterre de petites fleurs entre de grands arbres qui semblaient majoritaire dans ce lieu. Je compris rapidement que je me trouvais dans une forêt mais cette forêt ne m'était pas familière... En fait je ne m'étais jamais rendue ici, la forêt de Nara et du pensionnat étaient bien différentes, Ici l'atmosphère semblait lourde et pesante, peut-être à cause du soleil régnant haut dans le ciel, heureusement je me trouvais dans une zone ombragée et donc je n'avais pas pu être victime d'une insolation. Mais le climat ne faisait pas tout! Cette forêt semblait animée et pleine de vie! Je me sentais observée et ce constat fut vite vérifié lorsque je vis des petites bêtes courir de buissons en buissons.

Je n'étais pas rassurée mais je décidai de ne pas trop y porter attention pour ne pas les effrayer et peut-être les mettre en colère! Je ne voulais pas d'ennuis, pas dans un endroit aussi lointain. Je marchais lentement admirant la beauté des lieux, effectivement cette forêt était tout de même plus belle que celle de Nara! Les sentiers de Nara étaient moins fleuris probablement à cause de l'activité humaine environnante. Malgré la beauté des lieux je me sentais un peu en danger et surtout seule...

Je continuais ma petite visite essayant de chercher la sortie de cette vaste forêt. Je ne voyais aucunes issues derrières ces grands arbres et il n'y avait pas non plus de traces de pas humains au sol. Il fallait absolument que je sache où étais-je arriver! Qui aurait pu me transporter durant mon sommeil? Et pourquoi? A moins que j'aurais été victime d'une mauvaise blague ou d'une crise de somnambulisme... Subitement je vis sortir des buissons des petites bêtes assez ressemblantes à des familiers qu'on pouvait trouver à Tadakai! Ces dernières me fixaient, elles semblaient intriguées de ma présence ce qui était compréhensible. Je m'agenouillai doucement tendant ma main pour les rassurer.

Ne vous en faîtes pas, je ne suis pas méchante...

J'essayai aussi de me rassurer moi mais hélas une conclusion moins rassurante me vint à l'esprit. Je me trouvais peut-être à Hybriland! J'avais vaguement entendue parler de cet autre-monde au pensionnat. On peut y accéder par un portail magique ouvert suite à un contrat fait par Tadakai avec ce monde. C'était pour cela qu'il y avait à Tadakai des élèves Hybrides. Seulement je ne connaissais pas ce monde, habituellement l'aventure me plaisait bien mais toute seule ce n'était pas super dans un endroit inconnu...

Et pour empirer la situation un familier à l'allure imposante n'apprécia pas ma visite et préféra me courir après au lieu de sympathiser. Sans réfléchir je me mis à courir tentant de fuir la bête. J'aurais pu utiliser ma magie mais c'était beaucoup trop dangereux et tous les familiers s'en prendraient à moi. Je courus criant à l'aide.

Au secours!



Dernière édition par Aya Kitsuna le Jeu 10 Avr - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Jeu 10 Avr - 19:27



No fear


feat. Aya Kitsuna & Mishiu Murasaki


Je marche sans savoir où je vais. C’est courant chez  moi. Je me mets en tête de suivre tel ou tel fantôme. Je suis une aura au hasard, un chemin sans être sûre de l’endroit où je me rends, sans même trouver des repères pour me retrouver plus tard. Je marche, tout simplement, et tant pis si je me perds. Soit un fantôme m’aidera, soit je pourrais mourir en paix et ne plus vivre l’enfer que je vis chaque jour.
Puis, j’ai une absence totale. Il me semble que j’ai juste cligné des yeux. Mais c’est impossible, car quand je les ai rouverts une demi-mini seconde après (pour moi en tout cas), j’étais dans un endroit totalement différent. Il s’agissait d’une forêt. Une grande forêt, à l’atmosphère lourde, pesante. Les rayons de soleil passaient à travers  quelques feuilles, ce qui donnait une certaine lumière. La forêt était emplie de végétation et de fleurs, ce qui était magnifique. Mais j’ai dû mal à ressentir des sentiments depuis que j’ai été enfermée. Je n’arrive plus à rire, je n’arrive plus à sourire, je n’arrive plus à voir la beauté des choses…
Snow, mon petit familier louveteau, tourne autour de mes jambes. Il a l’air excité, mais en même temps inquiet. On dirait que quelque chose dans cette forêt le met mal à l’aise… Je me baisse pour le rassurer en le caressant. Snow arrive à me faire ressentir des sentiments, parfois. Mais sinon, le reste du temps, j’ai l’impression d’être une poupée sans vie. A quoi bon vivre si je n’en ai plus la force ? A quoi bon vivre si je ne peux plus vivre normalement, être heureuse ou tout simplement voir la beauté du monde ? Pour se battre, je pense. Si je suis toujours vivante, ça doit être parce que je veux prouver à tous ceux qui m’ont rejetée que je vaux le coup de vivre, que je suis forte. Mais… C’est tellement dur. Ma vie est tellement infernale, et à chaque minute, le passé vient me hanter…

Je m’avance dans la forêt, sentant les fleurs, passant ma main sur les plantes. J’aime être dehors. J’aime la nature. J’arrive mieux à penser. Je me sens comme un poisson dans l’eau quand je suis à l’extérieur… De toute façon, depuis que j’ai été enfermée pendant plusieurs années dans l’hôpital psychiatrique, je suis devenue totalement claustrophobe. Toute cette histoire m’a traumatisée. J’aimerais tellement tout oublier… Mais d’un certain côté, ça m’a endurcit.
Je respire l’air lentement, puis l’expire. J’aime l’odeur des fleurs, des plantes, de la nature. Cette odeur que je n’ai pas pu sentir pendant des années. Je m’allonge sur le dos, paisible,  tandis que Snow  se pose sur mon ventre pour s’enrouler et dormir. Je ne sais toujours pas où je suis, mais tout ce que je sais c’est que cet endroit est paisible, calme. J’aimerais tellement  rester ici pour toujours, sans soucis. Mes paupières sont lourdes, mes yeux se ferment…
Sans soucis….
-Au secours!
Je me relève d’un coup, à l’affut. J’ai entendu quelque chose. Snow descend de mon ventre pour que je puisse me relever complètement. D’où ça venait ? Cela semblait être un appel au secours, un cri de détresse. Quelqu’un était-il en danger ? Ça m’étonnerait beaucoup que les fantômes aient besoin d’aide… Quelqu’un de vivant alors ? De « réel » ? Je me concentre, et essaye de suivre au son l’appel, avec l’aide de snow quii écoute et sent la piste.
Je retrouve plus loin une jeune fille, probablement plus âgée que moi, se faire courir après par des petites  bêtes…. On dirait des familiers.
Avec Snow, je m’élance entre la fille et les petits animaux. Je n’ai pas peur d’être blessée, ou de mourir. Cela serait plus une délivrance qu’autre chose. Je ferme mes poings, les doigts sont fragiles, je ne dois pas laisser les petites bêtes les mordre. Je crie alors à la fille, sans vraiment d’émotions, à part peut-être la peur qu’elle se blesse :
« Cours, et grimpe sur la pierre un peu plus loin. Ils sont trop petits pour grimper. Je te rejoins après. »

Tout en parlant, j’enfonçais mes ongles dans mes poignets sous la douleur des morsures et des griffures des petits animaux. Je n’ai pas peur d’eux. Il faut que je leur montre. Les animaux ont peur de l’odeur de la peur.  Je regarde autour de moi.
« Snow ! Va chercher les fruits dans le buisson là-bas ! »
Le petit louveteau s’exécute, et me ramène tout fraichement cueilli des petites baies, des brindilles, et autres petits fruits. Calmement, je dépose la nourriture à mes pieds, comme une offrande. Cela intéresse les familiers. Je ne bouge pas pendant qu’ils dégustent l’offrande, pour les mettre en confiance. Dès qu’ils eurent finis, je leur montre une petite branche que Snow a ramassé, puis je l’agite. L’effet est immédiat, les petits s’excitent. J’attends qu’ils soient assez intéressés par le bâton pour le jeter loin dans la forêt et voir les petites bêtes partir à sa recherche. C’est instinctif, le jeu, chez les animaux.
Je me retourne, et rejoins donc la fille, sans donner la moindre attention à mes jambes pleines de griffures et de morsure, accompagné d’un tout petit peu de sang. Au moins, je n’aurais pas à me scarifier. Ça me fait un peu de bien, d’avoir mal.


PS: J'espère que je n'ai pas été trop longue et que ça ira comme post ^^
Merci à Ami pour cette belle présentation de RP :3


Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Lun 14 Avr - 22:23

Réveillée par un mauvais rêve, Mishiu se leva tôt ce matin-là. Sa robe de nuit était humide de sueur et sur son front, quelques gouttes perlaient encore, témoins d'une nuit mouvementée. Contrôlant sa respiration légèrement haletante, la demoiselle se leva doucement et entreprit de prendre une douche pour se laver des émotions de cette nuit. Malgré que son élément favori ruisselle sur son corps chaud, Mishiu prit du temps avant de se détendre sous l'eau. Des flashs de son sommeil apparurent encore dans sa tête, ne faisant que la hanter de ces jours joyeux qu'elle ne vivait plus aujourd'hui : son père et sa mère marchant de chaque côté, prenant chacun une main qu'ils soulevaient de temps à autre pour lui faire faire la balançoire. Ce rêve récurrent faisait partie du quotidien de la jeune fille, et celle-ci ne tarderait pas à masquer ses larmes de son plus innocent sourire. Pour le moment, la demoiselle se laissa aller à un des rares moments intimes qu'elle pouvait obtenir seule : des sanglots, couverts par le bruit de l'eau se mêlant à ses larmes qui constituaient les seules preuves de sa fragilité. Soudain dans son esprit, elle entendit un doux appel provenant de son familier. Nyan, la petite chatte aux pupilles roses, hésitait à la rejoindre. Mishiu la rassura d'une étreinte mentale en lui faisant comprendre que les larmes lui faisaient du bien. Et Nyan de répliquer qu'elle avait vraiment du mal à comprendre les humains. La souffrance était-elle véritablement le seul accès au bonheur ? Pourquoi l'humanité était-elle aussi égoïste ? Ces questions, début d'une longue liste d'une méditation sur la société humaine, traversaient depuis des millénaires les esprits les plus reculées. Mais le temps n'offre pas tout le temps des réponses.
Vagabondant dans le pensionnat après le petit-déjeuner, le hasard fit que la promenade de la joueuse d'eau se terminait par un cul-de-sac. En s'approchant, elle découvrit un portail. Un écriteau avertissait de sa destination : « HYBRILAND ». Bien entendu, tout le pensionnat était au courant pour ce monde, mais fraîchement débarquée, la nouvelle recrue n'avait encore pas eu le temps de s'intéresser à cet autre monde. La société serait-elle différente ? Après un long regard échangé avec Nyan, Mishiu décida de franchir le pas.
Rouvrant les yeux, Mishiu prit quelques secondes à s'accoutumer aux rayons du soleil éblouissant le paysage. Puis, naturellement, la bouche de la demoiselle s'ouvrit, formant un grand « O ». Béate d'admiration, elle tourna autour d'elle et prit le temps d'observer la beauté de la nature qui s'offrit à elle. Cependant, elle n'eut pas le temps de traîner, car elle se rendit compte qu'elle n'était pas seule. Deux voix s'élevèrent, rompant le doux silence de l'endroit charmant.

« Au secours !
Cours, et grimpe sur la pierre un peu plus loin. Ils sont trop petits pour grimper. Je te rejoins après. Snow ! Va chercher les fruits dans le buisson là-bas ! »

Avançant prudemment, Nyan partant devant, Mishiu découvrit deux autres filles. L'une fuyait des sortes d'animaux assez sauvages, l'autre, moins expressive, rusait pour détourner pacifiquement l'attention de ces petits-êtres. C'est alors que Nyan s'alarma et lui parla mentalement :

« Mishiu, sois prudente. Ces animaux ont l'air mignon au premier abord, mais leur odeur sentent l'hostilité. Je vais essayer de m'intégrer à eux, mais si ça dégénère trop, on part sur-le-champ, compris ?
Oui, je te fais confiance. Heureusement, j'ai pensé à prendre ma grande gourde d'eau, j'ai de quoi me défendre.
Bien. »
Mishiu s'agenouilla et fournit à son familier une caresse remplie d'amour et de complicité puis se releva et la regarda partir. Elle réajusta alors la bretelle de sa grande gourde et déboucha à moitié celle-ci pour pouvoir intervenir rapidement en cas de danger. Alors, et seulement à ce moment-là, elle s'avança vers la jolie demoiselle à longues tresses, encore paniquée par la poursuite. Pour la rassurer, elle lui offrit un sourire qui se voulait chaleureux et bienfaisant afin de lui montrer qu'elle était de son côté.

« Tu n'es plus seule maintenant. Cela ne vous dérange pas si je vous accompagne ? Je pense que l'on ne sera pas de trop !»

Le temps de la réponse, Mishiu en profita pour faire un petit signe amical à l'autre demoiselle en guise de salutation. La timidité prit soudain le dessus, et la demoiselle commençait à regretter cette approche aussi directe. Mais il était trop tard et elle devait se fier à son intuition pour ne pas déranger son familier. Nyan s'approchait déjà des autres animaux, désireuse de jouer avec eux et d'adoucir un peu plus leur comportement, pour leur faire accepter la venue des êtres humains.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Mer 16 Avr - 20:24



La forêt enchantée...

Avec Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki



La panique avait prit le dessus sur tout autre sentiments et étant paniquée mes sorts liés aux émotions n'auraient pas un grand effet... Je ne pouvais gérer des attaques en étant moi-même effrayée, je risquerais sans doute d'être blessée et finirait pas servir de repas à ces familiers enragés. Si encore mon familier était venu j'aurais pu compter sur lui, il savait si bien me rassurer et aurait peut-être pu communiquer avec ces bêtes qui ne voulaient rien savoir de moi. J'avais pourtant essayé de communiquer avec eux mais ils avaient sans doute senti la peur en moi et penseraient donc que je voudrais leur faire du mal. Je courrais donc dans les bois criant au secours, l'atmosphère étant d'autant plus oppressante dans ce lieu étrange et inconnu. Je courrais tellement vite que j'avais l'impression de m'envoler, ni même les moustiques ou les branches tentant de m'arrêter n'auraient pu ralentir ma course.

Hélas je n'arrivais pas à les semer. Ces créatures connaissaient la forêt et moi je n'avais aucune idée de cachette. Alors que tout semblait perdu et que le combat semblait inévitable je m'arrêtais me préparant à attaquer avec ma magie du bois dont les incantations sont assez longues mais cette magie ne relie pas mes sentiments à mes sorts. Surgit du sentier une jeune fille visiblement un peu plus jeune que moi qui bondit devant moi m'ordonnant.

Cours, et grimpe sur la pierre un peu plus loin. Ils sont trop petits pour grimper. Je te rejoins après. Snow ! Va chercher les fruits dans le buisson là-bas !

Le jeune fille n'en dit pas plus, elle semblait avoir un plan mais je ne pouvais pas la laisser toute seule face à ses créatures! Qui sait ce qu'ils pourraient lui faire et je me sentirais responsable de ce qui pourrait se passer. D'un autre côté elle avait l'air si sur d'elle que ma présence pourrait la gêner ou même agacer les créatures.

Fais attention à toi! Je me prépare tout de même à te défendre.

Sans plus attendre je me dirigeais vers le grand rocher qui me permettrait d'être en sécurité. Je pris assez de temps à grimper, je n 'étais pas habitué à faire cela, le sport n'était pas vraiment mon domaine. Je portais de plus une jupe ce qui rendait la monter encore plus difficile. Je surveillais l'approche de la jeune fille chez les bêtes. Elle prit les coups à ma place et le sang dégoulinait doucement au sol. Je rapprochais rapidement mes mains prête à lancer un sort mais le petit familier de ma sauveuse lui apporta des baies que les créatures dévorèrent la laissant enfin tranquille.

Alors que le calme était à peu près revenu je vis une autre jeune fille qui engagea tout de suite la conversation. Je fis étonnée de voir la présence de ces deux filles mais j'étais tout de même rassurée.

Tu n'es plus seule maintenant. Cela ne vous dérange pas si je vous accompagne ? Je pense que l'on ne sera pas de trop !

Elle sourit essayant de me rassurer. Elle semblait douce et pleine de bonnes intentions. Elle se dirigea ensuite vers ma sauveuse pour la saluer et se précipita vers les créatures pour communiquer avec ces dernières. Je posai mes mains sur mon coeur qui battait très vite puis soufflai un bon coup essayant de retrouver mon calme. Je descendis du rocher rejoignant les deux filles.

Tout va bien? Je suis vraiment désolée... Je n'ai pas pu contre-attaquer et prise de panique j'ai fuis... A cause de moi vous êtes blessée!Je vais arranger ça. En tout cas merci beaucoup.  

Je fis apparaître une petite fleur que je déposai sur les blessures de ma sauveuse. Ainsi ces plaies commencèrent à cicatriser. C'était bien le moins que je puisse faire. Je fis un sourire enfin rassurée

Je m'appelle Aya Kitsuna, enchantée de vous rencontrer. Jugeant pas vos familiers je vois que vous venez aussi de Tadakai. En tout cas je suis vraiment contente de voir que je ne suis pas seule ici car je ressens quelque chose de bizarre dans cette forêt...

A trois il serait sans doute plus simple de trouver la sortie de cette forêt qui semblait bien mystérieuse. Qui sait ce que nous allions découvrir ici? En tout cas je voyais bien que cet endroit n'était pas commun à ceux que nous pouvons trouver à Nara. Chez nous les forêts étaient pleines de vie alors qu'ici il n'y avait que des familiers sauvages très certainement abandonnés...

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Ven 18 Avr - 20:58



No suffering


feat. Aya Kitsuna & Mishiu Murasaki


Une  autre fille était arrivée, mais j’étais bien trop concentrée sur mes blessures pour m’occuper d’elle. Les plaies tranchaient ma chair et la souffrance était grande. Néanmoins, aucune sensation, aucun sentiment ne s’affichait sur mon visage neutre. La nouvelle fille était partie vers celle que je venais de sauver. Puis elle me salua, de loin, avant de me rejoindre.
La fille que j’ai sauvée descendit du rocher et fit de même, avant de déclarer :
« Tout va bien? Je suis vraiment désolée... Je n'ai pas pu contre-attaquer et prise de panique j'ai fuis... A cause de moi vous êtes blessée!Je vais arranger ça. En tout cas merci beaucoup.»
Elle était tellement gentille…  Et se sentait tellement coupable… Alors qu’elle n’avait rien fait de mal. Ce n’était pas sa faute si elle avait été attaquée. Et puis, avoir mal ne m’embête pas tant que ça. Ça me permet de penser à autre chose.
La fille fit apparaître une fleur qu’elle déposa sur mes blessures. La réaction fut immédiate, et les plaies commencèrent à cicatriser. La douleur s’atténua avec, et la lueur de vie dans mes yeux se perdit. J’étais maintenant revenue à mon état habituel, dans un état constant de tristesse et de désolation.
La fille que j’avais sauvée reprit la parole.
« Je m'appelle Aya Kitsuna, enchantée de vous rencontrer. Jugeant pas vos familiers je vois que vous venez aussi de Tadakai. En tout cas je suis vraiment contente de voir que je ne suis pas seule ici car je ressens quelque chose de bizarre dans cette forêt... »
Je regardais la dénommée Aya, ainsi que l’autre fille. Elles avaient l’air sympathique. Peut-être me redonneraient-elles un peu goût à la vie. Après tout, ce n’est pas parce que j’ai vécu un enfer pendant des années que je dois mourir maintenant. Au contraire, je devrais profiter du temps qui me reste à vive jusqu’à ma vieillesse pour remplacer cet enfer par de nombreux moments de joie, de gaieté, de bonheur. Mais ces moments-là sont difficiles à trouver, il faut chercher, chercher sans relâche et en vain. Puis, de toute façon, tout espoir de retrouver le bonheur un jour m’a quitté depuis longtemps. Depuis presque toujours. Alors pourquoi je continue de m’accrocher ? Pourquoi je ne me jette pas simplement du haut d’un étage, pour en finir une bonne fois pour toutes ? Je crois que je n’en ai tout simplement pas le courage. Et peut-être que j’ai l’impression de servir à quelque chose, en pouvant voir les fantômes.

Après mon long silence, je décidais de répondre à Aya.
«Moi, c’est Kiyo Yume Miuru, mais vous pouvez m’appeler Kiyo. Et, ne t’en fais pas, les blessures me font plus de bien que de mal. Puis, de rien pour t’avoir aidée, c’est normal. » J’esquisse un petit sourire, puis reprend : « Merci quand même pour la guérison, ça me fait réfléchir aussi. Je viens effectivement de Tadakai. » Je me baisse pour caresser Snow à mes pieds, puis me relève et continue : « C’est vrai que cette forêt est plutôt terrifiante… J’ai l’impression de pouvoir sentir des aura d’âmes perdues qui errent depuis toujours ici… »
Je me rendis compte trop tard de ma dernière phrase, qui allait sûrement les faire fuir. Pourquoi je me suis laissée emportée ? Raah, satané pouvoir, si je ne l’avais pas eu, ma vie aurait été un petit bonheur… Mais je n’aurais jamais rencontré Snow, qui m’aide un peu à rester en vie. Sans lui, je me serais probablement déjà tranché les veines… Mais ce n’est pas arrivé, alors n’y pensons pas.
Gênée, je regarde donc les deux filles tout en rougissant de honte. J’espère qu’elles ne vont pas faire comme les autres et me traiter de monstre, puis de folle, avant de fuir…



PS: J'espère que je n'ai pas été trop longue et que ça ira comme post ^^
Merci à Ami pour cette belle présentation de RP :3

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Dim 20 Avr - 22:18

- Je m'appelle Aya Kitsuna, enchantée de vous rencontrer. Jugeant par vos familiers je vois que vous venez aussi de Tadakai. En tout cas je suis vraiment contente de voir que je ne suis pas seule ici car je ressens quelque chose de bizarre dans cette forêt...

Aya avait raison. Mishiu le sentait : l'ambiance de cette forêt et l'animosité qu'il s'en dégageait... Quelque chose lui disait qu'elles n'étaient pas la bienvenue. La timide demoiselle jeta un rapide coup d'œil derrière la demoiselle blessée. Les familiers avaient disparu. Elle n'eut pas le temps d'adresser pour le moment un appel mental à Nyan car l'autre, plus réservée, se présenta enfin à Aya et Mishiu:

- Moi, c'est Kiyo Yume Miuru, mais vous pouvez m'appeler Kiyo. Et, ne t'en fais pas, les blessures me font plus de bien que de mal. Puis, de rien pour t'avoir aidée, c'est normal. Merci quand même pour la guérison, ça me fait réfléchir aussi. Je viens effectivement de Tadakai. C'est vrai que cette forêt est plutôt terrifiante... J'ai l'impression de pouvoir sentir des auras d'âmes perdues qui errent depuis toujours ici...

Les doutes de Mishiu étaient donc bien fondés au sujet de cette forêt car elle n'tait pas la seule à le penser. Aussi, maintenant qu'elle n'était plus seule, Mishiu se sentait rassurée et pouvait oublier un moment l'inquiétude qu'émettait cet étrange environnement. Ayant observé les faits et gestes d'Aya et Kiyo, elle commençait à deviner les pouvoirs de chacune. Savoir que ces deux demoiselles partageaient le même établissement qu'elle acheva de la convaincre de se calmer. Mishiu prit le temps de se ressaisir et récapitula mentalement les pouvoirs dont étaient dotées les deux filles. En effet, elle fut impressionnée par la découverte des pouvoirs que les deux autres demoiselles possédaient. Ainsi donc, Aya contrôlait la végétation à sa guise et Kiyo avait un don spécial que Mishiu avait encore du mal à cerner. Cette Kiyo... Mishiu commençait déjà à s'inquiéter de près à cette fille qui aimait la douleur... Comment pouvait-on donc aimer la douleur ?? La veille encore, Mishiu avait eu une longue discussion avec son familier. Elles ne se connaissaient que depuis très peu de temps, elles avaient donc le besoin de se connaître au moyen de la parole. Et Mishiu se souvint encore nettement de cette discussion qu'elle revoyait mentalement :

- Nyan, j'aimerais oublier la douleur. Je souhaiterai plus que tout ne vivre que dans le bonheur et la douceur.
- Mais on se sert de la douleur pour avancer pourtant.
- Je ne comprends pas. Au contraire, je me butte quand je souffre... J'ai... J'ai tellement souffert et j'en ai tellement bavé pour pouvoir faire obstruction de cette douleur pour avancer sans tomber...
- Mais grâce à cette douleur, Mishiu, ne t'es-tu pas surpassée ? Je suis certaine que si tu n'avais pas eu cette souffrance, tu n'aurais pas eu cette ouverture d'esprit et cette grande capacité d'analyse que tu as acquit aujourd'hui. Souffrir pour mieux se surpasser.
- Mais à cause de cela, je ne parle presque plus de moi...

Repoussant des larmes naissantes, Mishiu ouvrit sa gourde d'eau et en fit sortir un mince filet d'un geste de la main pour venir nettoyer le sang séché restant sur le bras de Kiyo. Sans le savoir, elle parla à voix haute, marmonnant tristement :

- La souffrance n'apporte que de la souffrance, comme le bonheur apporte plus le bonheur...

Se rendant compte du son de sa propre voix, Mishiu sursauta et s'inclina face aux deux filles :

- Ah ! Pardon ! Excusez-moi, je parlais toute seule... Je suis Mishiu. Mishiu Murasaki !

En regardant Aya, Mishiu trouvait en cette fille quelque chose d'agréable à être en sa compagnie. Aya dégageait une aura timide mais ô combien bienfaisante qui apaisait progressivement les soucis de Mishiu quand elle se rappela soudainement l'absence de son familier. Appelant Nyan mentalement sans recevoir de réponse, Mishiu s'inquiéta. Deux possibilités s'offraient à elle : soit Nyan était trop occupée à sa tâche et ne pouvait pas répondre pour le moment, soit son familier était en mauvaise posture... Avant que l'inquiétude ne se lise dans son regard, Mishiu afficha un sourire timide et s'adressa de nouveau à ses nouvelles camarades tout en faisant regagner son jouet d'eau à sa place :

- Allons-y ! Il faut que je retrouve Nyan, mon familier.

Elle fit donc le premier pas pour inciter les demoiselles à la suivre afin de dissiper le malaise qui aurait pu se créer autour de son comportement idiot. Mishiu détestait vraiment montrer ce qu'elle était et encore plus quand elle ne contrôle pas ses pensées. Pourtant, aucun signe dans le son de sa voix ne trahissait ses émotions intérieures. Car Mishiu se forçait à faire confiance à Nyan bien que son instinct la mît en alerte rouge. Pour briser cette inquiétude, Mishiu devait se concentrer sur quelque chose. Quelque chose qu'elle avait l'habitude de faire depuis toujours et qui lui faisait oublier la notion du temps : écouter les gens autour d'elle.

- Alors, dites-moi, depuis combien de temps vous êtes à Tadakai ? Je suis fraîchement nouvelle et j'aimerais bien savoir comment vous avez atterri ici.
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Mar 22 Avr - 20:30



La forêt enchantée...

Avec Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki



Nous étions maintenant trois et savant que nous étions plusieurs nos esprits semblaient plus clairs mais aussi plus calmes qu'avant. Heureusement que nous avions pu adoucir les pensées de ces cruelles bestioles qui auraient eu la force de nous tuer. Je n'avais rien fait durant ce combat, rien qui aurait pu aider les deux jeunes filles. Tentant de faire connaissance avec ces dernières je m'étais présentée, qui sait combien de temps nous serions ensemble dans cette étrange forêt. Et ce fut ma sauveuse, la jeune fille aux longs cheveux violet qui prit ensuite la parole, souriant finement.

Moi, c’est Kiyo Yume Miuru, mais vous pouvez m’appeler Kiyo. Et, ne t’en fais pas, les blessures me font plus de bien que de mal. Puis, de rien pour t’avoir aidée, c’est normal.  Merci quand même pour la guérison, ça me fait réfléchir aussi. Je viens effectivement de Tadakai.  C’est vrai que cette forêt est plutôt terrifiante… J’ai l’impression de pouvoir sentir des aura d’âmes perdues qui errent depuis toujours ici…  

Kiyo, en voici un jolie nom, un nom aussi beau qu'elle. Sa façon de pensée était tout de même étrange, comment pouvait-elle supporter la douleur? La pauvre Kiyo devait être plutôt perturbée et elle avait certainement vécue des choses atroces par le passé. Je pouvais m'estimer heureuse de n'avoir que très peu connue la douleur, malgré la mort de ma mère qui fut une terrible épreuve j'avais toujours vécu correctement et put profiter pleinement de mon enfance. Aujourd'hui je vivais entourée de mes amis et de mon petit ami Hayato qui me rendait tous les jours plus heureuse.

Après sa courte présentation, je répondis à son sourire voulant en savoir plus sur elle. Curieuse comme j'étais je ne pourrais pas faire autrement qu'essayer de connaître les raisons de cette tristesse. Je remarquai tout de même suite aux paroles de Kiyo sur le doux visage de ma deuxième interlocutrice un regard crispé comme si elle s'apprêtait à pleurer. Elle finit par sortir une gourde d'eau afin d'essuyer le sang persistant sur les bras de Kiyo.


La souffrance n'apporte que de la souffrance, comme le bonheur apporte plus le bonheur...

Je la fixais comprenant qu'elle s'était égaré dans ses pensées et que sans doute elle s'était mise à parler sans porter attention à nos présences.  Elle comprit néanmoins rapidement sa bêtise qui n'en était pas une puis sursauta.

- Ah ! Pardon ! Excusez-moi, je parlais toute seule... Je suis Mishiu. Mishiu Murasaki !


Je souris pour lui faire comprendre que ce n'était pas grave, comment ne pas parler seul dans un endroit pareil?  Je n'étais sans doute pas la seule effrayée mais aussi intriguée par cette forêt.

Ce n'est pas grave ne t'en fais pas, ça m'arrive aussi de parler seule des fois... Je regardais tout autour de moi reprenant en haussant les sourcils. Surtout d'en un endroit pareil...

Mishiu sembla inquiète pour son familier qui n'était pas revenu depuis un bon bout de temps, c'est vrai que les deux jeunes filles étaient accompagnées alors que moi Arlequin n'était pas là...

- Allons-y ! Il faut que je retrouve Nyan, mon familier.

Je posai ma main sur l'épaule de Mishiu, la tapotant légèrement.

Oui allons-y, à trois nous le trouverons sans doute plus rapidement! Ne t'inquiète pas, je suis sure qu'il va bien.

Je marchais doucement sur les tas de feuilles aux sols regardant où je mettais les pieds. Je ne voulais pas tomber sur des branches. J'essayai d'alléger mes pas afin de ne pas émettre de son qui pourrait éventuellement attirer d'autres bêtes.

- Alors, dites-moi, depuis combien de temps vous êtes à Tadakai ? Je suis fraîchement nouvelle et j'aimerais bien savoir comment vous avez atterri ici.

Cela doit bien faire plusieurs mois, c'est ma Grand-mère qui m'a suggérée d'aller à Tadakai afin de développer mon pouvoir. Je maîtrise une magie appelée "Flowers emotions", une magie qui s'apprend de génération en génération. Cela me permet de manipuler les plantes via mes sentiments. J'ai aussi appris à maîtriser le bois et les boucliers de protection.  Pour ce qui en est de cette forêt, je n'ai aucune idée de comment je suis atterrie ici... Tout est vague, je me suis endormie et je me suis réveillée ici.

Nous continuions de marcher prudemment surveillant nos arrières, nous allions sans doute devoir dormir ici et cela n'était pas génial pour trois jeunes filles...

A tout les coups on va devoir dormir ici...

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Sam 26 Avr - 17:04



Finally, you're suffering


feat. Aya Kitsuna & Mishiu Murasaki


Après ma présentation, un court silence se fit.  L’une des deux filles ayant l’air d’être perdue dans ses pensées et l’autre, Aya, répondit à mon sourire. Je regardais celle qui avait l’air perdue dans ses pensées. J’avais l’impression que quelque chose la tourmentait. Je cru même voir quelques larmes naissantes dans ses yeux. Elle était peut-être comme moi, ayant un lourd passé qui la rendait triste ? Je ne sais pas. Mais la tristesse, la souffrance, je connais et je sais reconnaître.
La jeune fille, après avoir repoussé ses larmes, ouvrit une gourde d’eau et en fit sortir un filet du même liquide d’un geste de main pour appliquer l’eau sur  le sang séché de mes plaies. Le liquide froid coula le long de mes membres, les engourdissant pour faire disparaître la douleur. Le sang séché, après quelques secondes, disparu avec l’eau et le sang fut remplacé par quelques cicatrices futiles.
- La souffrance n'apporte que de la souffrance, comme le bonheur apporte plus le bonheur... marmonna la fille à la gourde. Etait-elle enfouie dans ses pensées ? Ou cette phrase m’était-elle destinée, après avoir dévoilé que la souffrance ne me dérangeait pas ? Aucune idée. C’est vrai que, à force de souffrance, je souffre encore plus. Mais comme elle dit, le bonheur apporte le bonheur, et donc pour avoir du bonheur, il faut déjà en trouver avant. Ce que je ne trouve pas. J’ai beau chercher, encore et encore, le bonheur ne vient pas, seule la souffrance est au rendez-vous. Alors je l’accepte, sans broncher, comme un homme âgé accepterait la mort après avoir eu une longue vie et après avoir échappé à la grande faucheuse plusieurs fois. La souffrance fait partie de ma vie maintenant. Bien évidemment, il faudrait équilibrer la balance, mais la souffrance l’équilibre toute seule.
La fille sursauta soudainement, puis s’inclina, avant de déclarer :
- Ah ! Pardon ! Excusez-moi, je parlais toute seule... Je suis Mishiu. Mishiu Murasaki !
Elle était donc bien perdue dans ses pensées. Mais elle a bien dû se remémorer quelque souvenir douloureux pour penser ça. A moins que ce ne soit en rapport avec ce que j’avais dit plus tôt.
Aya lui sourit d’un sourire rassurant, serein. Le genre de sourire auquel on peut se fier, auquel on peut faire confiance.  Mais elle-même n’avait pas l’air rassurée, ici.
-Ce n'est pas grave ne t'en fais pas, ça m'arrive aussi de parler seule des fois... dit-elle avant de regarder aux alentours. Surtout d'en un endroit pareil...
Mishiu n’affichait pas une bonne mine. Je remarquais que son familier n’était pas là, et d’après mes souvenirs, c’est lui qui avait éloigné les bêtes enragées. Mon regard s’abaissa soudainement, prise de peur. Snow était à mes pieds, me regardant d’un regard interrogateur. Je soupirais et me redressais, tandis que Mishiu déclarais comme je le pensais :
[color:de25=##33cc00]- Allons-y ! Il faut que je retrouve Nyan, mon familier.
Après avoir posé sa main sur l’épaule de Mishiu, Aya lui répondit d’un air qui paraissait rassurant et agréable :
-Oui allons-y, à trois nous le trouverons sans doute plus rapidement! Ne t'inquiète pas, je suis sure qu'il va bien.
Elle s’avança un peu dans le lieu, on avait l’impression qu’elle marchait sur des nuages, tellement son pas paraissait léger. Je regardais Mishiu, et comme je ne savais pas comment réagir, vu que je n’avais vécu ce genre de chose, je lui souris timidement, comme pour acquiescer  et donner raison à Aya.
Mishiu déclama ensuite :
- Alors, dites-moi, depuis combien de temps vous êtes à Tadakai ? Je suis fraîchement nouvelle et j'aimerais bien savoir comment vous avez atterri ici.
Ce à quoi Aya répondit presque immédiatement en expliquant :
-Cela doit bien faire plusieurs mois, c'est ma Grand-mère qui m'a suggérée d'aller à Tadakai afin de développer mon pouvoir. Je maîtrise une magie appelée "Flowers emotions", une magie qui s'apprend de génération en génération. Cela me permet de manipuler les plantes via mes sentiments. J'ai aussi appris à maîtriser le bois et les boucliers de protection.  Pour ce qui en est de cette forêt, je n'ai aucune idée de comment je suis atterrie ici... Tout est vague, je me suis endormie et je me suis réveillée ici.
Je suivais les deux filles qui avançaient doucement, mais sûrement. Puis Aya ajouta :
-A tout les coups on va devoir dormir ici...
Elle avait peut-être raison. Si on ne trouvait pas la sortie avant le soir, un camp allait être le bienvenu.
Soudain, la question de Mishiu me revînt, et je le senti peser sur mes épaules. Le silence en disait long sur leur curiosité, et étant polie, je devais répondre à cette question qui m’étais posée. Je devais répondre à ces doutes. Mais après, m’accepteront-elles toujours comme elles le font maintenant ? Ne me rejetteront-elles pas ? Ne m’insulteront-elles pas de monstre ? Je ne sais pas. Sous l’angoisse de ma réponse, et de la leur, je commençais à transpirer. Je voulais me cacher, fuir. Mes yeux cherchaient dans tous les sens une issue. Comment et pourquoi m’étais-je impliquée dans cette histoire ? Je ne sais pas. Snow me regarda avec insistance, et je repris mon calme, puis prononça :
-Je suis là depuis quelques mois aussi. Je ne sais pas combien exactement, le temps file comme un cours d’eau. Je me suis retrouvée ici avec l’aide de mon grand-père. Il m’y a préparé pendant des années ! J’avais tellement hâte ! Mes yeux commencèrent à briller sous l’excitation de mon récit et de la description de mes sentiments, puis je repris : J’ai tellement attendu, dans ma cellule blanche où je ne pouvais rien faire. Et le jour où mon âge fut assez grand pour Tadakai, mon grand-père élabora un plan et je me suis enfuie. J’ai couru longtemps, très longtemps. J’ai dû me cacher, mais mon grand-père m’a montré le chemin et m’a aidé. Je jetais un coup d’œil aux alentours, et continua : Il est toujours avec moi, d’ailleurs. Mais je souffre encore de ces années où on m’a pris pour un jouet ou pour une folle… Quand je suis arrivée à Tadakai, ça a été une délivrance pour moi, et j’ai sus que j’étais enfin saine et sauve…
Je me tus. Tout ce récit m’avait ravivé ces souvenirs douloureux de ma cellule fermée à double-tour, sans air frais, sans jardin. Je suffoquais de l’intérieur de mon corps, et la lueur de vie qui était apparue dans mes yeux disparu pour laisser place à se regard vitreux et sans autre sentiment que la douleur que j’ai toujours eu. Des nœuds se formèrent dans ma gorge, des larmes perlèrent au bord de mes yeux, et la vie me parut encore plus insupportable que d’habitude. J’avais besoin de souffrir, là, maintenant. Pour effacer les souvenirs douloureux qui étaient revenus à la surface. J’avais besoin de quelque chose pour ne plus voir ce que mon esprit ne cessait de me montrer.  Mais en présence des deux filles, je ne pouvais rien faire. J’enfonçais alors mes ongles dans ma peau, tellement fort qu’un mince filet de sang coula le long de mes mains. J’avalais les cordes qui bloquaient tout passage dans ma gorge et refoulaient mes larmes, puis essaya de sourire, ce qui donna un sourire crispé. Je murmurais ensuite, d’une voix crispée sous les cordes qui revenaient bloquer ma trachée :
-Pour ce qui est de mon arrivée ici, je n’ai pas regardé où je mettais les pieds. Et j’espère qu’on n’aura pas à dormir ici, mais ça pourra faire office de pyjama party, non ?
J’essayais de détendre l’atmosphère, mais c’était  plus pour moi qu’autre chose. Je suffoquais toujours de l’intérieur, j’avais énormément besoin de me rafraîchir les idées. Mais je restais là, à ne rien faire, pour ne pas paraître étrange à ce qui pourrait bien être des…amies ?


PS: J'espère que je n'ai pas été trop longue et que ça ira comme post ^^
Merci à Ami pour cette belle présentation de RP :3

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Mer 30 Avr - 12:23

Sursautant légèrement lorsqu'elle sentit le contact de la main d'Aya sur son épaule, Mishiu la dévisagea discrètement. Ses beaux yeux éclairèrent ses sentiments et tout de suite, Mishiu se sentait plus en paix comme si, à l'évidence, il n'arriverait rien à son familier.
Choisissant de mettre son inquiétude de coté, persuadée que Nyan s'en sortirai sans difficulté, Mishiu se concentra plutôt sur les scénarios que racontaient les deux jeunes filles. Personnellement, pour notre joueuse d'eau, entrer à Tadakai avait été une libération. Bien entendu, cela faisait peu de temps, très peu de temps qu'elle avait atterri dans le pensionnat, mais déjà elle s'y sentait plus libre. Cela n'empêchait pas pour autant ses cauchemars de venir la hanter presque chaque nuits, après des journées riches en découvertes. Après tout, Mishiu avait abandonné son ancienne vie, favorisant un avenir meilleur et prometteur du bonheur. Car c'était ce que la demoiselle recherchait maintenant : pourvoir assumer ses pouvoirs, profiter de la vie et découvrir tout ce qu'elle avait manqué durant son enfance. Combien de fois avait-elle envié tous ces enfants chahutant dans le parc près de chez elle ? Combien de larmes avait-elle versé en observant ses anciens camarades rires et rentrer ensemble de l'école ? La souffrance, à long terme, était néfaste et son anti-socialisme développant en était la preuve. Elle se trouvait trop bavarde, se détestait de parler, pensant chaque seconde gêner. Qui a dit que les mères étaient la meilleure influence pour leur enfant ? Mishiu vivrait et de développerait, sans l'aide de sa mère. La dénigrant, l'oubliant et en se focalisant sur toutes les autres personnes. Surtout celles qui souffraient. Car Mishiu vivait grâce au cœur des gens : quand ils pleuraient, quand ils souffraient, Mishiu le ressentait, bien qu'elle ne sût point comment expliquer ce phénomène. Mais souvent, il lui était arrivé de pleurer pour une fille en plein chagrin d'amour. Ou pour un gamin étant tombé dans la rue, s'effleurant méchamment le genou.
Secouant sa tête, Mishiu se concentra sur les paroles de la première acceptant de s'ouvrir à elle, Aya :

- Cela doit bien faire plusieurs mois, c'est ma Grand-mère qui m'a suggéré d'aller à Tadakai afin de développer mon pouvoir. Je maîtrise une magie appelée "Flowers emotions", une magie qui s'apprend de génération en génération. Cela me permet de manipuler les plantes via mes sentiments. J'ai aussi appris à maîtriser le bois et les boucliers de protection. Pour ce qui en est de cette forêt, je n'ai aucune idée de comment je suis atterrie ici... Tout est vague, je me suis endormie et je me suis réveillée ici.

Mishiu n'en avait pas demandé autant, mais déjà, elle avait énormément analysé la personne qu'était Aya. Déjà au premier coup d'œil, elle avait sentit que le contact passerait bien. Cette première impression ne l'avait pas trompé. Bien entendu, jamais au grand jamais on ne se base sur la première impression pour cerner des gens et c'était bien entendu la règle d'or de Mishiu. Cependant, quand la première impression se base sur un fait positif, on fuit rarement. Ce fut le cas de Mishiu et le cœur de la demoiselle se réchauffa d'un coup. Elle venait de se faire ses premières copines. Non, on ne pouvait pas parler d'amie, un lien plus fort devait se créer pour aller au-delà d'une simple fréquentation, mais ce voyage promettait déjà de belles révélations. Aya en était sa première. Un grand cœur tendre matérialisé en une belle jeune fille, très émotive et capable d'utiliser ses émotions comme arme et comme bouclier. Mishiu l'admirait déjà. Un grand sourire illumina d'ailleurs son visage, preuve qu'elle se sentait parfaitement à l'aise en sa présence.
La joie descendit d'un cran quand le trio se rendit compte que la première nuit dehors se passerait en camping sauvage pourtant, Mishiu fût surprise lorsque Kiyo pris la parole à son tour, pour s'ouvrir elle aussi au trio :

-Je suis là depuis quelques mois aussi. Je ne sais pas combien exactement, le temps file comme un cours d'eau. Je me suis retrouvée ici avec l'aide de mon grand-père. Il m'y a préparé pendant des années ! J'avais tellement hâte !

Il y eut un léger blanc où Mishiu ressentait l'excitation émanant des yeux de Kiyo. Celle-ci revivait le scénario, parlant avec ses mots et faisant découvrir petit à petit la signification de ses paroles. Elle effet, elle avait bien cru au départ que le grand-père de Kiyo était bien vivant, mais...

- J'ai tellement attendu, dans ma cellule blanche où je ne pouvais rien faire. Et le jour où mon âge fut assez grand pour Tadakai, mon grand-père élabora un plan et je me suis enfuie. J'ai couru longtemps, très longtemps. J'ai dû me cacher, mais mon grand-père m'a montré le chemin et m'a aidé.

Une autre pause de courte durée s'instaura avant la fin de son récit. Un flux de compassion envahit la gorge de Mishiu et une boule commença à se serrer à cet endroit. La vie de Kiyo, bien que différente, présentait des points communs : la douleur et surtout une vie de séquestrations...

- Il est toujours avec moi, d'ailleurs. Mais je souffre encore de ces années où on m'a pris pour un jouet ou pour une folle... Quand je suis arrivée à Tadakai, ça a été une délivrance pour moi, et j'ai sus que j'étais enfin saine et sauve... Pour ce qui est de mon arrivée ici, je n'ai pas regardé où je mettais les pieds. Et j'espère qu'on n'aura pas à dormir ici, mais ça pourra faire office de pyjama party, non ?

Mishiu étouffa avec sa main un cri de surprise. Kiyo lui ressemblait plus que ce qu'elle ne l'avait imaginé ! Peut-être qu'elle s'était malgré elle trop reposée sur des illusions de première impression, car la surprise de Mishiu fut visible. Des souvenirs pénibles lui remontèrent soudains, faisant exploser dans ses yeux les douleurs qu'elle avait jusque-là accumulées. Elle revit le visage de sa mère, son vrai visage avant que ses traits ne soient définitivement déformés par le chagrin. Des flashs de souvenirs s'imposèrent à sa tête, faisant pleurer Mishiu discrètement. Elle revivait brutalement la violence condensée que lui avait faite subir sa mère autrefois. Autant verbalement que physiquement. Pour cacher ses larmes, elle avança légèrement plus vite pour rester devant les filles. Elle ne voulait pas que les autres la voient dans cet état. Pourquoi passerait-elle ? Elle avait déjà peur de casser cette belle ambiance qui pointait à peine le jour. Et si les demoiselles la fuyaient en la voyant pleurer ??? Cette ultime pensée fit couleur plus violemment de nouvelles larmes sur les joues de Mishiu.
C'est alors qu'elle sentit la voix de Nyan s'installer doucement dans son esprit. Nyan la berça avec un amour tendre et l'enveloppa dans un voile de calme et de chaleur. Les larmes de Mishiu cessèrent à nouveau de couler. En même temps que Nyan, Mishiu s'imposa un rythme de respiration. Inspire... Expire... De nouveau, Mishiu retrouva rapidement un visage calme. Elle se retourna avec vers ses camarades avec un sourire calme et s'adressa à elles :

- J'ai ressentit Nyan ! Elle n'est plus très loin. Avec un peu de chance, nous pourrons rentrer avant que la nuit tombe.

Mishiu appela mentalement Nyan à la rejoindre et immédiatement après, elle ressentit plusieurs présences autour d'elle, autour de ses camarades. Les familiers sauvages commençaient à les encercler. Était-ce pour les jauger ou pour préméditer leur prochaine attaque ? Par précaution, Mishiu déboucha sa gourde d'eau. Une silhouette ne tarda pas à se détacher de ces hautes herbes. Nyan avançait, d'une démarche moins assurée que d'habitude. Le danger les guettait. Nyan avait réussi à calmer les familiers, mais pour combien de temps ? Mishiu cessa de marcher, attendant que Nyan arrive jusqu'à elle. Elle intima les deux autres de faire de même. Il fallait se montrer prudent si elles voulaient rejoindre le portail de retour...
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Jeu 1 Mai - 14:08



La forêt enchantée...

Avec Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki



Tant de mystères irrésolus dans cette forêt... Entre nos apparitions mystérieuses dans cette forêt mais l'aussi l'ambiance angoissante ici, j'espérais encore en savoir un peu plus afin de trouver la sortie rapidement. Nous avancions prudemment dans le silence afin d'entendre les moindres bruits. Nous étions toujours à la recherche de Nyan le familier de Mishiu et afin de mieux se connaître cette dernière nous demanda quelques renseignements auxquels je répondis rapidement afin de passer l'angoisse et la peur. Il était vrai qu'avec la présence des deux autres jeunes filles je me sentais déjà plus en sécurité. Sans l'intervention de Kiyo je ne serais d'ailleurs sans doute plus là en ce moment, je ne me serais pas laisser mourir non plus mais je serais très probablement mortellement blessée.

Je m'étais donc exprimée, calme et bienveillante mais lorsque ce fut à Kiyo de répondre, je sentit rapidement de la souffrance en elle. Elle aurait probablement voulu éviter cette question et pouvoir s'enfuir, fuir de nos regards jetés sur elle, comme pressé de connaître un peu de son histoire.

-Je suis là depuis quelques mois aussi. Je ne sais pas combien exactement, le temps file comme un cours d'eau. Je me suis retrouvée ici avec l'aide de mon grand-père. Il m'y a préparé pendant des années ! J'avais tellement hâte !

Je souris légèrement ravie d'entendre de l'exclamation dans sa voix,  cela contredisait mes avis sur elle, elle n'était peut-être pas si triste au fond. Mais alors comment expliquer son comportement face aux familiers? Les images de sa venue restaient gravées dans mon esprit comme si je devais déchiffrer un message important sur elle. Son apparition dans la forêt fut plus qu'étrange, elle vola à mon secours sans réfléchir, je l'aurais évidemment aussi fait mais en restant en arrière, mon premier réflexe aurait été de jeter un sort sur ces familiers,  bénéfique et sans dangers pour moi... Alors que Kiyo s'était jeté devant les familiers acceptant la douleur de leurs morsures. Après un léger blanc elle reprit son discours, Mishiu et moi attendions la suite comme des petits enfants qui attendent le dénouement d'un conte de fée.

-J'ai tellement attendu, dans ma cellule blanche où je ne pouvais rien faire. Et le jour où mon âge fut assez grand pour Tadakai, mon grand-père élabora un plan et je me suis enfuie. J'ai couru longtemps, très longtemps. J'ai dû me cacher, mais mon grand-père m'a montré le chemin et m'a aidé.

Je suffoquais lentement comme manquant d'air. Mon cœur battait rapidement sans que je comprenne vraiment ce qui se passait. Son histoire me perturba, comment pouvait elle être émerveillé à l'idée de raconter son récit. Bien que ces paroles n'étaient pas si violentes j'en déduis tout de suite la suite de son histoire... J'attendais néanmoins la suite du récit.

- Il est toujours avec moi, d'ailleurs. Mais je souffre encore de ces années où on m'a pris pour un jouet ou pour une folle... Quand je suis arrivée à Tadakai, ça a été une délivrance pour moi, et j'ai sus que j'étais enfin saine et sauve... Pour ce qui est de mon arrivée ici, je n'ai pas regardé où je mettais les pieds. Et j'espère qu'on n'aura pas à dormir ici, mais ça pourra faire office de pyjama party, non ?

Son discours s'arrêta net et elle préféra changer de sujet, c'était sans doute préférable pour ne pas remuer ses souvenirs apportant que de la tristesse. Mais pourquoi s'en était-on prit à elle comme ça? De quels droits se permettaient-ils de la considérer comme un objet? Certes j'aurais voulu en savoir plus mais je préférais arrêter la conversation comme ça. Ses paroles avaient créer un gouffre entre nous trois, nous étions chacune dans nos pensées, sans doute à réfléchir de ce que nous allions faire. Je cherchais que répondre sans enfoncer le couteau dans la plaie.

- J'ai ressentit Nyan ! Elle n'est plus très loin. Avec un peu de chance, nous pourrons rentrer avant que la nuit tombe.

Quel soulagement, le familier n'était plus très loin... Il n'y avait donc probablement pas d'ennemis redoutables dans les environs. Je m'étais rendu compte que Mishiu n'avait pas répondu aux questions.

Mais dis-moi Mishiu... Tu ne nous as pas raconter comment tu es arrivée à Tadakai?


Je la regardais, curieuse de connaître son histoire, avant qu'elle ne puisse répondre je m'arrêtais net touchant le sol.

Nous ne sommes pas seules ici... Il y a des traces de pas. A moins que ces familiers ont la capacité de se métamorphoser en humain ce que je doute... Continuons d'avancer!  

Nous avançâmes plus prudemment sous les conseils de Mishiu. Notre priorité était de retrouver Nyan son familier, ensuite nous pourrions nous reposer pour prendre de bonnes décisions.

Et bien...Et bien

Une voix masculine se fit entendre. Je regardais un petit peu partout autour de moi mais je ne vis pas d'homme. Il fallait dire que ces arbres nous cachaient toute possibilité de voir au loin. Soudainement d'autres familiers de corpulences différentes surgirent des buissons et d'un petit chemin afin de nous attaquer.

Oh non c'est pas vrai... Ca suffit maintenant! "Flowers emotion": Serre enragée!

De grandes vignes firent éruption, les grandes plantes s'enflammèrent afin de repousser certains familiers, je devais tout de même faire attention à ne pas brûler la forêt...

Il y en a encore beaucoup trop...



Dernière édition par Aya Kitsuna le Jeu 29 Mai - 10:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Jeu 15 Mai - 22:31

Coucou! Ou en est votre RP SVP?
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Ven 16 Mai - 23:29

Je réponds!


Lost in my soul


feat. Aya Kitsuna & Mishiu Murasaki


Les deux filles avaient continué la discussion. Ou peut-être que non, en fait. J’entendais des voix mais il m’était impossible d’en définir la provenance et de les comprendre. Mon esprit était tellement tourmenté par la douleur des souvenirs qu’il lui était impossible d’identifier les mots et les sons. Les voix résonnaient juste comme des mélodies, mais je n’entendais ni les syllabes, ni les consonnes, ni les voyelles. C’était juste une mélodie aux accords grave ou aigu. Rien n’était compréhensible. C’était comme si une symphonie se jouait à mon oreille. Tout me semblait oppressant, je sentais mon cœur se presser comme une orange. Mes poumons s’alourdissaient comme une pierre, et rien que le fait de respirer devenait un supplice. Mes jambes étaient de pierres, et j’avais la sensation de me transformer en statue de roche. Chaque membre me paraissait de plus en plus lourd à chaque seconde. Peu à peu, je ralentissais, et à chaque pas j’avais l’impression que j’allais m’écrouler. Le passé douloureux hantait chaque cellule de mon corps, et je devais y faire face. En temps normal, j’aurais sauté dans de l’eau gelée, je me serais recroquevillée sur moi-même jusqu’à que tout passe, ou j’aurais fait une autre chose pour passer le temps et oublier la souffrance. Mais là, j’avais la possibilité de paraître normale auprès de personnes qui pourraient être des amies ! Vous n’imaginez pas à quel point j’ai tant attendu ça. Et ma condition me dit d’attendre encore, de faire peur à ces filles, d’hurler et de fuir. Mais je veux devenir normale aux yeux des gens, je veux qu’ils me voient comme une fille ordinaire, pas comme un monstre qui parle aux revenants. Je veux juste être appréciée et partager du bonheur avec quelqu’un au moins une fois dans ma vie…

Le rythme de la balade change soudainement. Malgré la roche qui bloque chacun de me membres et organes,  mon esprit redeviens clair et comprend à nouveau les phrases. Je mets moi-même un peu de temps pour réaliser ce qu’il se passe. Les familiers agressifs étaient de retour. Aya construisit une défense de vignes enflammées, tandis que de mon côté je voyais des silhouettes difformes et certaines transparentes, invisibles aux yeux des autres. Je fis face à moi-même, trouva une petite faille dans le bouclier d’Aya, et me posa là, debout, devant tous les familiers.
« -Faites ce qu’il faut » dis-je. « Je vous couvre. »
Et là, je tendis les bras en croix, acceptant chaque sort qui pourrait m’être destiné. Ce serait toujours mieux que la statue de pierre et, les silhouettes que seuls mes yeux et oreilles pouvaient comprendre m’aideraient et me conseilleraient à la moindre attaque. Car rien ne vaut un mort pour vous nommer les points faibles de l’ennemi.



PS: VRAIMENT désolée pour le retard, j'ai eu trop de choses à préparer ces derniers temps, et vraiment désolée pour la nullité du post ^^
Merci à Ami pour cette belle présentation de RP :3

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Mer 28 Mai - 19:20

Autour de Mishiu, les événements s'enchaînèrent très rapidement. D'abord Aya qui avait agi incroyablement rapidement. Des plantes s'embrasèrent et la jeune fille, complètement figée, observa sa camarade construire les premières défenses. C'est fou ce que l'on pouvait créer par colère. Pourtant, Mishiu ne bougea point. Elle était figée, les pieds au sol, son mental complètement dévasté. Sa tête étant vide, elle n'arrivait plus à organiser ses idées, à réfléchir correctement. Elle entendait au loin la voix de Kiyo et l'observa à son tour d'un regard vide, sans trop penser à ce qui se passait. Le cœur de la joueuse d'eau battait de plus en plus fort, de plus en plus vite. Elle ne bougeait pas, pourtant, elle haletait comme une folle, ruisselante de sueur. Puis ses jambes la lâchèrent. Elle tomba à genoux au sol et trembla malgré la chaleur qui se dégageait autour d'elle.
Elle commença à faire de l'hyperventilation.
Les mains sur le sol, ses tremblements faisaient vibrer ses bras. Elle appela alors Nyan, mais l'appel mental n'aboutissait pas. La silhouette mentale se détacha petit à petit de l'obscurité, prenant une forme de plus en plus familière. Une hallucination ?

- Les f...

Elle était à deux doigts d'appeler ses camarades à la rescousse, mais elle se retint. Parce que ses larmes jaillissaient déjà, rappel de ses règles qu'elle devait respecter, de ses souffrances endurées pour modifier, tout faire pour plaire à une mère aveuglée par le chagrin. Et surtout, sa respiration se bloqua progressivement. Pourtant, elle devait avertir les filles, elle devait trouver un moyen de les sauver. Elles allaient bientôt respirer le gaz projeté par cet homme...

- Mishiu ! Je suis là !

Nyan se jeta dans les bras de sa maîtresse. Le fait qu'elle n'ait pas réussi à obtenir de communication avec Mishiu avait énormément inquiété la chatte qui avait dû se séparer de ses compagnons pour la rejoindre. Heureusement qu'ils étaient compatissants, mais cela n'était plus qu'une question de temps. Frottant son museau contre le nez chaud de la jeune fille, Nyan força Mishiu à la regarder.

- Mishiu, allez, ressaisis-toi ! Tu as une mission, une grande mission, et tu ne dois pas te laisser déstabiliser !
- Ah.... Ah... Nyan... J'é...touffe...
- Calmes-toi !

D'un léger coup de griffe sur son bras, Nyan parvint à surprendre Mishiu. Sa respiration cessa net sur le coup de la surprise et recommença quelques secondes après à se réguler. Nyan s'excusa ensuite d'un coup de langue, que Mishiu répondit d'un sourire. Elle ne pourrait pas lui en vouloir de lui sauver la vie. Alors elle inhala un bon coup d'air et se força à se lever. Elle regarda autour d'elle et vit les deux filles se démener sang et eau pour se protéger. Maintenant, il fallait passer à l'offensive.
D'abord, elle créa des bulles d'eau qui encerclait le visage des demoiselles, leur permettant de respirer de l'air, mais seulement l'air que dégageaient les bulles d'eau de Mishiu, provenant tout droit de sa jarre.

- Ce monsieur largue des gaz toxiques, ne soyez pas surprises par mes bulles.

Ensuite, avec un ou deux pas de danse, elle fit tournoyer l'eau pour encercler le feu et limiter son périmètre. La forêt n'était plus en danger. Enfin, elle créa un grand filet d'eau et le dirigea contre l'homme. Pourtant, elle sentit de la résistance. Le feu affaiblissait son filet et les familiers sauvages protégeaient l'homme.

- Mishiu, ces quelques familiers qui ont bien voulu de ma présence sont de mon côté. Ils peuvent nous aider !
- Compris. Aya, peux-tu ouvrir une mini-porte pour les familiers qui sont à côté de nous ? Ils ne nous feront aucun mal. Il faut attaquer cet homme, ou c'est lui qui nous portera le coup fatal !

Grimaçant sur le coup de l'effort, Mishiu se concentra sur le filet qu'elle créer, extrayant l'eau de sa jarre, de sa transpiration et de ses propres larmes.



[HRP : vraiment vraiment désolée pour le retard --""]
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Jeu 29 Mai - 10:27




La forêt enchantée!

♫ Kiyo Y. Miuru, Mishiu Murasak Aya Kitsuna ♫



Nous étions face à un grand nombre d'adversaires, c'était des familiers certainement domptés par la voix masculine que nous avions entendus. Mais l'ennemi attaquait en traître, il s'était caché se contenant de nous envoyer des pauvres familiers. Comment osait-il se servir de pauvres bêtes comme ça? C'était honteux! Hélas je ne pus faire autre chose que de riposter, malgré ma grande tristesse qu'était d'attaquer les bestioles je n'avais pas choix... C'était elles ou nous.

Avec colère je pus créer une serre de plantes différentes qui prirent feu. C'était un spectacle hallucinant et dangereux. Heureusement je pus contrôler mes émotions pour ne pas brûler la forêt ou blesser mes deux amies à côté de moi. Je regardais bouche-bée les flammes emportés les familiers, une larme se mit à ruisselait le long de ma joue, quelle tragédie.

Je séchai mes joues reprenant confiance en moi, le mage caché allait passer un sale quart d'heure! Je ne pouvais supporter cette lâcheté. Je me retournais cherchant Mishiu et Kiyo, elles semblaient toutes les deux pétrifiés. Mais que se passait-il? J'étais seule au combat jusqu'à que Kiyo sembla vaincre son subconscient afin de venir m'aider. Elle prit position entre les plantes qui brûlaient ne craignant sous aucun cas les éventuels blessures qu'elle pourrait avoir! Cette fille était vraiment une battante.

« -Faites ce qu’il faut. Je vous couvre. »

Je souris ravie de la voir debout. Je ne voulais pas qu'elle soit blesser, cette fois-ci je devais vraiment faire en sorte qu'il ne lui arrive rien!

Très bien Kiyo!
Ca ne sert à rien de te cacher et d'envoyer des familiers nous attaquer! Montre toi et prouve que tu n'es pas un lâche!


J'étais très en colère et pourtant si contente de voir que je n'étais pas seule dans cette forêt. Je ne pouvais m'empêcher d'imaginer le scénario si je m'étais retrouvée seule ici.

Invocation, poupées végétales!

J'invoquai mes fameuses petites poupées afin qu'elles puissent démasquer le fauteur de troubles. Je souris et je fis surprise par une bulle d'eau qui se déposa sur mon visage, était-ce une attaque ennemie? Je me retournai pour voir si Mishiu était toujours là  et à ma plus grande surprise je la vis plus déterminée que jamais en compagnie de son familier!

C'était elle l'auteur des bulles, je compris qu'elle préparait une attaque pour riposter!

- Ce monsieur largue des gaz toxiques, ne soyez pas surprises par mes bulles.

Super, mes poupées avaient démasqués l'homme, elles purent le ligoter et le ramener, avec beauté et grâce elle attaqua l'homme qui se fit néanmoins libérer et protéger par les familiers.

- Compris. Aya, peux-tu ouvrir une mini-porte pour les familiers qui sont à côté de nous ? Ils ne nous feront aucun mal. Il faut attaquer cet homme, ou c'est lui qui nous portera le coup fatal !

Elle communiquait avec son familier qui lui disait quoi faire.

Très bien, je vais d'ores et déjà ôter mon attaque, cela réduit ta ta puissance!

Les flammes se stoppèrent net laissant les vignes reprendre la terre. Il ne restait plus que cet homme qui n'était plus défendu de familiers! C'était le moment d'allier nos forces pour battre cet énergumène!

Flowers Power: Plantes boxeuses!

Je jetais sur le sol des graines et quelques secondes plus tard de larges plantes formées en poing vinrent frapper le mage noir. C'était à Mishiu et Kiyo de porter le dernier coup!





Aya Kitsuna





Pretty and Nice♥




©Codage sur Natu~ sur Libre Graph'
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Noriiko Shimazu

Féminin
Messages : 3616
Kamas : 10257
Date d'inscription : 14/05/2013
Humeur : RAS
avatar



Feuille de personnage
Année (pour les élèves):
Autres infos ?:
Niveau (maîtrise de la magie) : Maître d'or
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪
ExAdministratrice / Lovely Swan ♫♪

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Dim 6 Juil - 12:06

[UP !
Où en est ce RP ? Kiyo et Mishiu sont-elles absentes ? Si ce n'est pas le cas, merci de le reprendre, sinon ce RP sera considérée comme abandonné !]

════════════════════
Mes cadeaux:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Dim 6 Juil - 21:54

Je suis là et normalement c'est au tour de Kiyo !
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Ven 11 Juil - 21:29



Thanks to the Death


feat. Aya Kitsuna & Mishiu Murasaki


Le combat continuait. Les familiers étaient de plus en plus nombreux, et ils arrivaient de tous les côtés. Aya continuait ses attaques avec ses plantes, et moi je restais toujours là, en bouclier humain face aux ennemis. Je ne voulais pas attaquer, je ne pouvais tout simplement pas. Mon pouvoir ne me le permettait pas. Je pouvais juste voir les fantômes et leur parler, mais rien de plus. Rien qui me permettait de me défendre, si ce n’est la sagesse des défunts. Aya ordonna à l’attaquant de se montrer, au lieu d’envoyer des familiers nous attaquer, mais ce dernier, évidemment, n’obéit pas.
Aya envoya ensuite des sortes de poupées végétales qui partirent à la recherche de celui qui nous attaquait, d’après mes déductions.
Une bulle d’eau se déposant sur mon visage me sortit de ma concentration. Je cru d’abord que j’étais attaquée, mais il s’avéra que c’était Mishiu qui nous en avait déposé une pour nous protéger des gaz toxiques que balançaient l’homme. En jetant un coup d’œil vers elle, je vis qu’elle était déterminée à en finir avec l’ennemi, elle et son familier.
C’est à ce moment que je me rendis compte que Snow avait disparu. La panique s’empara de tout mon être, je tournais dans tous les sens pour le retrouver. Je vis sa fourrure blanche briller au loin, et la colère s’empara de moi. J’étais plus déterminée que jamais à en découdre, j’allais me jeter entre les deux camps pour faire le parfait bouclier lorsque je me rendis compte de la douleur dans mes jambes, et que lorsque j’ai baissé les yeux pour découvrir ce qui me faisait mal, je découvris mes jambes ensanglantées.
Je jetais un coup d’œil à ce qui se passait. L’homme se fit capturer, blesser et s’échappa en se protégeant avec ses familiers.
Mishiu demanda quelque chose à Aya, tout en la prévenant  que les familiers étaient maintenant de notre côté. Aya réduit son attaque pour permettre à Mishiu d’attaquer, et elle invoqua d’autres plantes.
Je vis de nouveau la fourrure blanche de Snow briller. Et je vis une silhouette noire passer à côté, avec une grande rapidité.
Les plantes  d’Aya  allèrent frapper le mage noire, mais pas suffisamment. Il allait beaucoup trop vite, il fallait trouver sa tactique…
Soudain, une silhouette difforme vînt à mes côtés me murmurer quelque chose. Les fantômes à qui j’avais discrètement demandé de l’aide plus tôt avaient réussi à découvrir les déplacements de l’homme, et le fantôme se fit une joie à me guider.
Je partis alors dans un côté de la forêt, devenant invisible, devenant discrète. Les filles avaient peut-être cru que j’avais fui, le mage aussi, et c’est ce qui allait faire fonctionner mon plan. Je courais, sautait, et enfin grimpais à un arbre, avec difficulté bien entendu, mais le fantôme me montra les prises à prendre.
J’attendis, et lorsque je vis la silhouette rapide passer tout proche de l’arbre, je sautais en hurlant :
« -Tu vas payer pour avoir emmené Snow ! »
J’atterris sur lui, le rendant hébété et surpris pendant un court instant qui suffit pour qu’il relâche son emprise sur Snow. J’en profitais pour l’immobiliser comme je le pouvais. Je n’étais pas très lourde, mais je savais bien m’accrocher, et ça suffirait pour le déranger.
« Snow, à toi ! » Criais-je.
Snow, libéré, m’obéis et m’aida en allant mordre la jambe du sorcier.
« Les filles, à vous ! Dépêchez, on ne tiendra pas si longtemps avec Snow ! » Hurlais-je à mes camarades avec de l’espoir dans la voix. J’espérais que j’allais tenir, j’espérais qu’on allait y arriver, j’espérais tout ce que je pouvais en croisant les doigts pour que ça marche…


PS: VRAIMENT vraiment vraiment désolée pour le retard :S Et pour le post pas trop bien!
Merci à Ami pour cette belle présentation de RP :3

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Dim 20 Juil - 22:56

Tandis que Mishiu se concentrait pour maintenir ses bulles d'eau tout en manipulant un autre filet, un vertige montait à crescendo. Elle n'allait pas tarder à atteindre l'apogée de ses limites et su que c'était le moment de les surpasser. L'effort considérable pour lutter contre la fatigue rendait sa vision légèrement flou, mais elle devait s'accrocher. Elle eut à peine le temps de distinguer la silhouette d'Aya s'échappant avant de fermer les yeux pour maintenir sa concentration.

- Nyan... J'en peux plus.. J'y arrive pas ! Se lamenta mentalement la jeune fille.
- Les efforts les plus douloureux sont les plus récompensés. Allez, garde foi en toi, je sais que tu en es capable Mishiu !


Le museau humide du chaton se posa contre le bras de la fillette en larmes. Ce simple contact, aussi futile qu'il puisse paraître, était suffisant. A quand remonte la dernière fois que Mishiu était encouragée ? A quand remonte la dernière réjouissance de sa mère pour la fille qu'elle élevait ? Même pour ses notes les plus hautes, la gamine n'avais plus reçu aucun amour. Et pourtant, un familier compensait après tant d'année un manque évident d'affection. Ce simple geste combla la motivation de la jeune fille qui, toujours en larme, s'efforça de remuer gracieusement un bras tandis que l'autre restait figé en l'air pour contrôler les bulles d'eau.

- Les bulles s'affaiblissent malgré moi...

Mais ce fut à ce moment là que de l'autre côté de la barrière d'épine, une voix surgit de ce capharnaüm :

« -Tu vas payer pour avoir emmené Snow ! »

Quelques secondes plus tard, l'atmosphère s'allégea. Mishiu se permit d'ôter sa propre protection aqueuse pour constater que le poison toxique s'était tout bonnement évaporé d'un seule coup. D'un claquement de doigt plus que soulageant, Mishiu pût ôter les bulles d'eau de ses camarades.

« Les filles, à vous ! Dépêchez, on ne tiendra pas si longtemps avec Snow ! »

Nyan à son tour encouragea mentalement Mishiu. Son nœud pris une couleur fluorescente et le familier indiqua que la communication allait coupé, faute de pouvoir. Mishiu devait se concentrer uniquement sur son pouvoir si elle devait avancer les choses. Et le dernier coup se devait d'être décisif. Mishiu n'avais pas peur de se retrouver sans communication. D'abord parce qu'elle savait qu'elle retrouverai bientôt la voix de ce familier qui fut son premier soutient et surtout parce qu'à présent elle avait confiance en elle.
La jarre de Mishiu contenait un quart d'eau restant, ce qui fut suffisant. Elle avait appris à tailler des roches assez épaisse avec le même débit d'eau, elle pouvait très bien faire du mal à cet homme. À son tour, elle se releva et se jeta de l'autre côté de la barrière d'épine. Nyan retint le peu de familier osant s'en prendre à sa maîtresse chérie tandis que cette-ci accouru devant l'homme au moment où il balança le corps d'Aya de l'autre côté, contre un arbre. Criant comme pour donner plus de force à son pouvoir, elle dessina de ses mains et de ses jambes une chorégraphie en cinq pas fatal.

- La danse... Aqueuse !

Et l'eau fouetta violemment l'homme qui n'avais point eu le temps d'anticiper une telle attaque faute d'avoir estimé les pouvoirs de trois filles qui n'avaient rien demandé au départ. On entendit claquer l'eau quatre fois, des cris surgissaient on ne duquel des deux personnes : Mishiu ou l'homme ? Il se pouvait que ce soit des deux. Espérant avoir atteint avec son cinquième et ultime coup de fouet le derrière de la nuque de l'homme – ce qui avait pour objectif bien entendu de lui faire seulement perdre connaissance – la demoiselle perdit à son gré conscience dans ce monde physique. Elle entendit un miaulement douloureux s'échapper non loin d'elle mais Mishiu était déjà partie dans l'obscurité d'un monde silencieux.  Elle ne put savoir si les graines boxeuse avaient botter cet homme mais bizarrement elle ne doutait pas de son efficacité. Nyan, contrairement à d'habitude, n'avais jamais demandé à Mishiu de se tenir en retrait. C'était la première fois qu'elle avait laissé Mishiu faire confiance au pouvoir de ces filles. Bien que sa maîtresse l'eut interprété légèrement autrement !
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Invité
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ] Mar 22 Juil - 14:06




La forêt enchantée!

♫ Kiyo Y. Miuru, Mishiu Murasak Aya Kitsuna ♫



Quel acharnement, je n'avais jamais étant au centre d'un combat aussi dangereux! La forêt enchanté portait bien son nom, sortir de cette forêt était presque impossible et je compris maintenant pourquoi on disait une telle chose. Mais nous n'avions pas le droit à l'erreur, je ne voulais pas passer ma vie coincée dans cette forêt, j'aurais mauvaise conscience de savoir que Kiyo et Mishiu étaient dans ce pétrin un peu à cause de moi. Alors pour vaincre je donnais tout ce que je pouvais, laissant s'échapper de nombreux sorts avec une seule recommandation; toucher le magicien noir! Néanmoins il était très fort et il parvint à éviter plusieurs sorts que je lançais avec colère. Peut-être étais-je un peu affaiblie à cause des moments passés à marcher dans cette forêt mais aussi j'essayais de ne pas blesser Kiyo au front et Mishiu un petit peu à l'écart.

Heureusement je pus piéger le mage qui fut percuter par mes plantes boxeuses. Un léger sourire me vint au lèvres, j'étais rassurée et contente de voir le bougre déstabilisé. Les filles ne devaient sans doute pas avoir de mal à porter le coup final. Kiyo rentra dans une colère noire après avoir compris que le magicien avait prit possession de son familier. Avec rage elle se projeta contre l'ennemi qui ne put esquiver le coup qu'elle porta. Le petit Snow, enfin libre mordit l'ennemi ouvrant toute possibilité pour que Mishiu achève le magicien.

Nous avions repris l'avantage. Je regardais un petit peu la forêt, dévastée par les sorts que nous avions lancés. Dans une position délicate Kiyo appela à l'aide, elle ne tiendrait pas longtemps! C'était le moment de porter le coup final mais je n'avais plus assez de magie pour lancer un sort qui lui serait fatal. Soudainement le silence s'installa dans la forêt. Il n'y avait plus aucun bruit, chacun était concentré sur la cible à réfléchir du prochain mouvement qui serait décisif. Je ne lâchai pas un instant le regard glacial du mage qui fixai Mishiu d'un regard de douleur. Qu'essayai t-il de faire? Voulait-il la faire plier pour qu'elle n'attaque pas? Il était malin mais je compris qu'il était en fait horrifié par la jeune fille qui se préparait à lancer un sort. Elle prononça quelques mots portant à la nuque du magicien un coup magique constitué d'eau. La cible et l'auteur du sort perdirent connaissance, rapidement je courus vers Mishiu pour la rattraper avant qu'elle ne tombe à terre.

On a réussi!

Je souris félicitant mes deux amies qui sans elle je ne serais plus de ce monde actuellement. Je déposai délicatement la nuque de Mishiu sur un parterre de fleurs afin qu'elle retrouve connaissance. Puis je courus vers l'ennemi avec une idée en tête.

Bien je vais le sceller maintenant!
Jardin de l'innocence!


De jolis halos de lumières explosèrent dans la forêt reconstituant la végétation et soignant mes deux amies blessées au combat. Le sorcier lui se transforma peu à peu en arbre. Ses pieds prirent racines dans la terre en sueur. La transformation était épatante, il ne faisait plus qu'un avec la nature!

Le portail ne devrait pas être très loin!

Il fallait fournir un dernier petit effort, nous étions bientôt de retour au pensionnat!




Aya Kitsuna





Pretty and Nice♥




©Codage sur Natu~ sur Libre Graph'
Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ]

Revenir en haut Aller en bas
----✄---------------------------------
 

Des familiers dangereux? [ Aya Kitsuna, Kiyo Y. Miuru et Mishiu Murasaki ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» potion de boost des familiers
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie
» Exécution d'un dangereux bûcheron [Torino Island, Rang S, Solo, Contre-attaque][Réservée]
» Ran-Mao. Le jouet dangereux~ [. Hot? x3 ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Tadakai-RPG :: • RP abandonnés-